Abbé Faustin Kwakwa: « Dieu ne nous sauvera pas sans nous… »

A l’occasion de la commémoration des Martyrs de l’indépendance (04 janvier 1959), le « Groupe Epiphanie » – une association qui regroupe les prêtres congolais de Belgique et des « amis du Congo » – a organisé, dimanche 7 janvier, une célébration eucharistique à l’église Notre Dame de Lourdes à Jette. Actualité oblige, les organisateurs se sont appesantis sur la « répression barbare » de la marche initiée le 31 décembre 2017 par le « Comité laïc de coordination » (CLC). Le Groupe a, par la bouche de l’abbé Joseph Muaka, confirmé que d’autres initiatives pourront suivre dans les prochains mois. Il a invité les fidèles à se tenir prêt « à répondre à l’appel de la patrie ».

Combien étaient-ils? Sept cent? Mille? Plus? L’église Notre Dame de Lourdes à Jette était noire de monde le dimanche 7 janvier. Bravant le froid hivernal, des Congolais de Bruxelles et ceux d’autres villes de la Belgique sont venus nombreux assister à la messe annuelle organisée par le Groupe Epiphanie.

Notre Dame de Lourdes à Jette noire de monde

La rencontre du 7 janvier 2017 avait une signification particulière. Visages fermés, les fidèles et les prêtres congolais avaient à l’esprit les scènes insoutenables de la répression militaro-policière de la marche organisée le 31 décembre. Une manifestation initiée par des intellectuels catholiques réunis au sein du « Comité laïc de coordination ».

Il importe d’ouvrir la parenthèse ici. Sur les réseaux sociaux, le monde entier a vu des images montrant l’intrusion des « hommes en uniformes » dans l’enceinte de plusieurs chapelles ce dimanche 31 décembre 2017. Le monde entier a vu des gaz lacrymogènes lancés par les sbires de « Joseph Kabila ». Des témoignages concordants font état des « policiers » qui s’exprimaient en anglais. Que dire des tirs à balles réelles pendant que les fidèles étaient en prière? Que dire également des images circulant sur les réseaux sociaux où l’on voit les fameux « GR » récupérer les corps de leurs victimes? « Bilan »: 5 morts et plusieurs blessés. Sans omettre, plus d’une centaine d’arrestations. Une situation qui a mis l’archevêque de Kinshasa hors de lui.

L’opinion tant nationale qu’internationale suit avec intérêt la polémique aux allures d’épreuve de force entre le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya et le « clan kabiliste ». Le premier a traité le second de « menteurs » et de « médiocres ». « Des médiocres qui doivent dégager ». Pour les porte-flingues de la mouvance kabiliste, Lambert Mende et André-Alain Atundu en tête, « le Cardinal est descendu dans les caniveaux ». Ambiance! Dimanche 7 janvier, une phrase signée Laurent Monsengwo occupait tous les esprits: « Le moment est venu pour que la vérité l’emporte sur le mensonge systémique et que les médiocres dégagent et que règne la paix, la justice au Congo ». Fermons la parenthèse.

« POINT DE NON-RETOUR »

« C’est l’occasion de prier pour les morts et les blessés », a dit l’Abbé Joseph Muaka dans un mot introductif. Il a ajouté que le Congo-Kinshasa « se trouve à un point de non-retour ». Pour lui, la dynamique actuelle doit aboutir à l’avènement d’un temps nouveau permettant aux Congolais de vivre libre et heureux dans leur pays.

Pour ce prêtre, le CLC a pris l’initiative de cette marche « pour sortir le peuple congolais de l’immobilisme et de l’esprit de fatalisme ». Et de fustiger, au passage, la « réaction disproportionnée » des forces dites de sécurité. Une réaction qui n’a pas respecté, selon lui, le « caractère pacifique » de cette manifestation. Il a invité l’assistance à prier pour les compatriotes « qui sont tombés pour la démocratie et l’avènement d’un Congo nouveau ».

Après la lecture de deux textes bibliques tirés des livres d’Esaïe et de l’Epitre de Paul aux Ephésiens, l’abbé Faustin Kwakwa, curé à Jodoigne a prononcé l’homélie tant attendue en pareille occasion.

Introduisant son propos par les conditions ayant entouré la naissance de Jésus le roi des Juifs d’une part et la vie du roi Hérode de l’autre, Faustin Kwakwa a fini par « parler politique » en évoquant l’actualité brûlante au Congo-Kinshasa. « Quelle est la mission régalienne de l’Etat? », s’est-il interrogé.

Les « hommes de Dieu » conduisant la messe

« PLUS JAMAIS ÇA AU CONGO »

Pour lui, l’Etat doit assurer la sécurité des personnes et des biens et promouvoir la coexistence entre les différents membres de la Cité. « Abbé Faustin » considère, de ce fait, que nul n’a le droit d’empêcher les religieux ou des fidèles chrétiens à exprimer leur opinion lorsque l’Etat paraît incapable d’assumer ses missions. Il lance aussitôt une rafale de questions: Peut-on franchement pourfendre un citoyen parce qu’il a fait le constat que le pays est mal géré et que la corruption, les détournements des deniers publics et la misère y règnent au vu et au su de tous? En tant que citoyen, chacun de nous n’a-t-il pas une responsabilité vis-à-vis de la patrie? Est-on en droit de critiquer un fils du pays parce qu’il a stigmatisé les antivaleurs qui ont élu domicile dans notre pays?

Faustin Kwakwa a ponctué son homélie en citant à plusieurs reprises quelques valeurs. A savoir: la justice, la paix, la vérité et l’amour. Des valeurs, selon lui, « qui ne sont pas au rendez-vous ».

Le cas de la jeune kinoise Dorcas Makaya a été évoqué. Agée de 18 ans, la jeune fille a été grièvement blessée par une balle qui a fait littéralement « exploser » sa bouche. Elle devrait être transférée en Belgique pour recevoir des soins appropriés en compagnie d’un membre de sa famille. Les bonnes volontés sont sollicitées pour héberger celui-ci.

C’est ici que l’orateur a invité l’assistance à « s’engager » en participant à la mise en œuvre des « actions concrètes pour que les médiocres puissent dégager ». A ces chrétiens qui attendent que « Dieu agisse » en leur lieu et place, Faustin Kwakwa de lancer: « Dieu qui nous a créé sans nous, ne nous sauvera pas sans nous… ».

Pour lui, l’heure a sonné pour que ce qui s’est passé le 31 décembre 2017 ne se reproduise plus. « C’est bien beau de prier, a-t-il conclu. Nous devons dire: Plus jamais ça au Congo! »

 

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2018

16 réflexions au sujet de « Abbé Faustin Kwakwa: « Dieu ne nous sauvera pas sans nous… » »

  1. Kabila , nous t´aurons un jour et toi aussi Olive, tu ne sera pas épargnée et quand à vous les proches des kanambes , les faux opposants vous savez très bien se qui vous attends.
    Mon pays saigne, mon coeur saigne et mon peuple pleurent chaques jours à cause de vous mais…….

  2. La marche du 31 -D n´est pas un délit mais la COLERE DEMOCRATIQUE ET L´AURA VICTIMISTE´:un peuple sans GARANTIE LEGALE, au rytme de démocratie aux attitudes totalitaires et d, occupation- respectons notre independance et notre constutition et recuperons le pulse et l´appétit politique, social et économique pour reivindiquer notre indépendance,une bonne didactique politique pour éviter la honte démocratique…

  3. Ce qui est aussi choquant c’est le silence-radio de la Communaute Internationale inclu la faineante CPI (dont la jouffue procureuse est mariee a un copain de Dan Gertler) et MONUSCO apres le carnage des voyous-assassins a la solde de l’imposteur-sanguinaire Tanzanien Hypo Kanambe (alias « Jo Kabila »).

    Dire que la MONUSCO et ses chefs corrompus (dont surtout le Nigerien Mama Sidikou) pretendent executer le Mandat de Protection des Civils qui justifie leur presence et gaspillage de budget en RDC !

    1. Cher Mayoyo,

      Je suis convaincu que le Professeur Bele de MIT et vous même seriez mieux placés pour nous concevoir la création et la mise en place d’un fonds souverain pour le Congo financé par des contributions volontaires des membres de la diaspora congolaise.

      Ce fonds pourrait par exemple prendre en charge les frais médicaux et autres de cette jeune personne victime de la barbarie atavique des médiocres.

      Pensez-y frères Mayoyo et Professeur Bele…

      1. Cher Jo Bongos,

        L’article de CIC sollicite les bonnes volontés pour héberger Dorcas Makaya et un membre de sa famille pendant les soins en Belgique. Notre bonne volonté s’est manifestée. Attendons voir. Car il se pourrait que le problème ait été déjà réglé. Une fois en Belgique, la famille de Dorcas pourrait lancer un appel à l’aide financière si nécessaire et cela à travers CIC.

  4. Pour les gens hors d’Europe; quant à notre Jeune Dorcas Makaya; vous dites les bonnes volontés sont sollicités pour héberger celui-ci:
    Svp; voudriez-vous nous indiquer les coordonnées relatives à cette demande ???
    Coordonnées bancaires ou quelles personnes à contacter pour Western Union ??
    Bonne compréhension.

  5. Vous avez dit : « Plus jamais ça »?
    Il en sera ainsi aussi longtemps que les barbares et ces médiocres seront au pouvoir au Congo. Qu’on se souvienne des victimes du double massacre des disciples de Mwanda N’semi au Bas-Congo en 2007,des massacres de Janvier 2015, de Septembre et Décembre 2016,et Mai 2017. Sans oublier les fosses communes du Kasaï et les tueries quasi quotidiennes à l’Est.

    Selon le site Congoforum, un colonel rwandais du Fdlr avait installé son Etat-Major dans un village du territoire de Walikale. Il y a commis des pires crimes: incendies de villages, viols, extorsions, tueries. il enterrait vivantes ses victimes. L’ANR et la soldatesque de Kabila qui tuent les paisibles citoyens à Kinshasa ne voyaient rien. L’officier rwandais s’est rendu lui-même avec ses hommes aux FARDC. L’impunité leur est certainement assurée.
    Les médiocres ne dégageront pas d’eux-mêmes. Il faut les y contraindre.

  6. Quand ces “hommes de Dieu” parrainaient les accords de trahison dits de Saint Sylvestre, ils avaient sciemment adopté l’attitude de n’écouter personne de leur allié Tshisekedi. Pourtant, des voix du peuple s’étaient levées de partout au monde pour mettre en garde sur la faute qu’ils étaient en train de commettre. Où en sommes-nous aujourd’hui ? Les congolais, devons-nous continuer à souffrir la stupidité, l’incohérence, l’insouciance, la fausseté et mauvaiseté de certains de nous ? Ces « hommes de Dieu, veulent-ils arriver au point de se faire accompagner des gardes du corps dans leurs relations avec leurs fidèles ? Honte à vous !

    1. Degustant ton vin, tu te trompes non seulement de cible, mais tu manques de respect et gratitude vis a vis de nos braves pretres et laics Catholiques ayant fait face a la barbarie du Voyou de Kingakati.

      Au juste, que fais tu de concret pour liberer notre Peuple de cette Voyoucratie sanguinaire, a parttes elucubrations a la gloire de l’Apareco et son leader se cachant a Paris ou Lome, et dont les collegues ex-Mobusties dont KinKiey, Lumanu et Mende sont parmi les pires neo-kanambistes lechant ce Voyou?

  7. Chers Compatriotes,
    Je pense que les Catholiques ont eu une présomption favorable à l’endroit des politiciens qui gèrent le pays. C’est ainsi que les expressions plus sévères ont été sorties par le Cardinal. Maintenant, au lieu de perdre du temps à faire des polémiques qui ne peuvent déboucher sur rien de pratique pour que la situation change, il serait mieux que l’on s’approche de l’Eglise Catholique pour lui fournir des cellules tactiques mais qui seraient pilotées par les Chrétiens qui sont aussi des citoyens qui s’engagent pour leur pays. Ce qu’il faut vraiment plaindre, c’est l’union des médiocres et des chanvrés et des drogués contre la volonté de construction d’un Etat de droit oeuvre qui est un défi pour nous pour que nous léguions à nos enfants un héritage qui pourra leur permettre de vivre dignement. « Dignité pour les Congolais ». Que Dieu nous vienne en aide.

    1. Tres d’accord avec vous. D’ailleurs votre proposition se rapproche de celle de Jo Bongos ci-dessus qui suggere que notre compatriote Jean Bele, Professeur a la tres celebre MIT, puisse deviser un systeme de logiciel-informatique permettant a la Diaspora de contribuer efficacement de fonds, et ainsi d’aider l’Eglise Catholique inclu pretres et laics a poursuivre leur noble tache d’informer, eduquer et preparer notre Peuple dans sa lutte de Liberation totale de l’emprise de la Mafia sanguinaire que pilote le Voyou et Voleur illegitimement et illegalement au sommet de notre Pays.

  8. Si quelqu’un veut du vin, disposé je suis de lui en fournir un hectolitre. Ma maison est entourée de vignes.

    Parmi les compatriotes tués par les hommes de Kanambe lors de cette dernière marche, il ne se compte pas un seul « vaillant prêtre ».

    Sous Mobutu, ses véritables opposants étaient soit pendus, soit jetés dans la cage à fauves, soit encore mutilés. Ceux qui entrainaient le peuple dans des marches n’étaient que des amis du « Maréchal ». Ngbanda qui est le neveu dudit Maréchal, n’a-t-il pas dit justement qu’il avait instruction de son oncle de veiller à l’intégrité physique de Monsieur Tshisekedi ? Combien d’ « Atalaku » (supposés opposants) ont perdu dernièrement leur vie lors des marches? Personne. Après chaque marche, croyez-moi, ils se la coulent douce à Kingakati.

    La solution pour sortir notre pays du gouffre, c’est :
    1) Envoyer tous les traitres au garage
    2) Réduire de moitié les naïfs qui croient en une solution miracle par des prélats qui jouissent de leur double vie.
    3) Je suis particulièrement content de remarquer que mon idée longtemps défendue de nous mobiliser financièrement pour soutenir le peuple congolais en moyens de défense , fait du chemin.

  9. Le temps n’est plus aux démagogie mais plutôt aux propositions de pistes de solutions pour la sortie dans cette crise,chers compatriotes de la diaspora, nous qui sommes au pays franchement nous sommes en fournaise et votre pression ensemble avec les laïc catholique pourront nous apporter un souffle de soulagement ;
    Voilà pourquoi nous demandons aux laïcs d’amorcer d’autres actions et de n’est pas trop laissé un temps mort à ce médiocre de kabila qui à son tour ne cesse de peaufiner de stratégie de s’accrocher au pouvoir.
    Pour le moment, l’opposition congolaise qui est victime de trahison par ses propres membres, se voit incertaine et incapable dans la mobilisation des activités politiques car les trahisons viennent de partout pourquoi parceque personne n’a plus l’amour de son prochain et tout le monde court derrière kabila pour son compte propre

    1. Nous vous ecoutons cher compatriote Kazadi.

      Tenez bon la-bas au Pays, car nous ne vous lacherons jamais avant la liberation totale de notre Pays du fleau du kanambisme kleptocratque et sanguinaire qui se manisfeste dans sa bande des jouisseurs MP, son bourreau-en-chef Kalev Mutond et ses voyous-mercenaires Rwandais et Tanzaniens « BanaMura ».

      Quant aux traitres dans l’Opposition inclu ceux de la bande a Tshibala et Olengahnkoy, et des « taupes » s’exprimant ici sur le site CIC en s’en prennant au Cardinal Laurent Moswengo et nos pretres, nous les demasquerons et ils subiront le meme sort que leur petit maitre-criminel, donc le sort de Gaddaffi…!

Les commentaires sont fermés