Abbé Mbelu: « Kabila a engagé des mercenaires pour tuer des Congolais »

Membre très actif du « Groupe Epiphanie » – qui réunit les prêtres diocésains ou missionnaires congolais de Belgique -, abbé Jean-Pierre Mbelu est curé de la Paroisse Sainte Thérèse à Nivelles, dans le Brabant wallon. Il explique la signification de la célébration eucharistique organisée dimanche 7 janvier et répond à quelques questions d’actualité dont la polémique qui oppose le « clan kabiliste » au cardinal Laurent Monsengwo Pasinya. En cause, la répression de la marche du 31 décembre 2017.

La messe organisée ce dimanche 7 janvier a manifestement plusieurs significations…

Effectivement! Elle marque le début du dixième anniversaire du Groupe Epiphanie qui a vu le jour en 2008. Des circonstances extérieures nous ont obligés de combiner la célébration de l’Epiphanie et la prière pour les martyrs de la marche du 31 décembre 2017.

La manifestation réprimée le 31 décembre occupe tous les esprits. Le Groupe Epiphanie apporte manifestement un soutien clair au Comité des laïcs catholiques…

Nous devons faire la part des choses. Il y a d’abord la prière dite à la mémoire de nos frères et sœurs qui sont tombés sous les balles de la milice de la « Kabilie ». Cet acte est beaucoup plus important que le soutien que nous pouvons apporter au Comité des laïcs catholiques (CLC). Il va sans dire que nous nous inscrivons dans cette dynamique d’un peuple qui se laisse coordonner par ses filles et fils pour se mettre debout. Même si, à titre individuel, je ne vois pas très bien comment l’accord signé avec un groupe d’aventuriers opérant – comme le cardinal l’a dit sur fond de mensonge systémique -, je ne vois pas comment cet accord pourra encore être appliqué comme le demande le CLC. Néanmoins, j’estime qu’il est important de remettre le peuple congolais debout. Et ce, en ce moment où le pays s’enfonce dans l’illégitimité et l’illégalité.

Intervenant dans une émission télévisée, l’ex-opposant José Makila Sumanda a déclaré que le rôle de l’église se limite à prêcher l’évangile. Que lui répondez-vous?

Notre frère José Makila aurait dû commencer par nous dire ce qu’il entend par « prêcher l’évangile ». Comme abbé Faustin l’a dit dans son homélie, l’évangile veut dire que les chrétiens que nous sommes nous avons pour mission de promouvoir la paix. Comme nous l’avons entendu dans le livre des Psaumes, Dieu donne au roi le pouvoir afin qu’il gouverne son peuple avec justice tout en faisant droit aux pauvres. Bref, aux malheureux. L’évangile dont parle José Makila a une dimension prophétique d’attachement aux « petits ». Je l’invite d’ailleurs à lire Mathieu 25: 35-36. Jésus s’identifie aux « tous petits ». Je cite: « Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli; j’étais nu, et vous m’avez vêtu; j’étais malade, et vous m’avez visité; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi ». Quand on pose au Seigneur la question de savoir à quel moment on a pu le voir dans toutes ces circonstances, Il répond: « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez fait ». A contrario, chaque fois que l’on n’a pas fait cela, c’est à lui qu’on n’a pas fait. On ne peut pas comprendre que la prédication de la Bonne nouvelle passe à côté de cette identification de Jésus aux laissés pour compte dans un pays où il y a à boire et à manger pour tout le monde. Le Congo est pris en otage par un groupe d’aventuriers. Et le cardinal a bien fait de qualifier de « médiocres ».

Vous appuyez donc les déclarations du Cardinal?

Absolument! J’ai d’ailleurs rédigé deux textes sur la vie du cardinal Laurent Monsengwo. Je suis en train de l’enrichir. Le Cardinal fait bien de décrire les faits qui montrent que nous avons effectivement affaire à des médiocres. A titre d’exemple, comment voulez-vous que des gens qui n’avaient pas l’intention de tuer aient coupé l’Internet et les réseaux sociaux. Le lendemain, ils sont les premiers à dire qu’ils n’ont tué personne. Pour prouver leur bonne foi, ils n’avaient qu’à opérer au vu et au su de tout le monde. C’est un groupe de malfaiteurs. Un groupe de criminels qui a engagé le redoutable pari de prendre en otage tout un peuple pour des intérêts égoïstes. Il importe de souligner que ce groupe d’aventuriers voudrait détruire notre identité en tant que Congolais. Il veut bafouer notre dignité et notre fierté.

Au cours d’un de ses « one man show », Lambert Mende a déclaré qu’en qualifiant les gouvernants actuels de « médiocres », le « Cardinal est descendu dans le caniveau ». Votre réaction?

Entre nous, je ne prête plus attention aux propos de Lambert Mende. Et ce pour la simple raison qu’il est capable d’affirmer une chose aujourd’hui et son contraire le lendemain. En 2016, Lambert Mende a déclaré ce qui suit: « Les grandes puissances ont coalisé avec des criminels dans la sous-région des Grands lacs pour tuer des paisibles citoyens au Congo ». Que voit-on? Ces mêmes criminels sont accueillis par le conglomérat d’aventuriers auquel Mende appartient. On ne peut pas soutenir que le Cardinal est descendu dans le caniveau. C’est lui qui, opérant dans le mensonge systémique, a fini par entraîner notre peuple au fond du gouffre. Le Cardinal a trouvé des mots justes pour le dire. La médiocrité c’est le fait de fonder tout ce système sur la mystification. Avez-vous vu les dégâts matériels et humains causés par les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la capitale dans la nuit du 3 au 4 janvier?

Dans son mot introductif, l’abbé Joseph Muaka a déclaré que « le Congo se trouve à un tournant ». Qu’a-t-il voulu dire?

Personnellement, j’ai toujours considéré le Congo comme un éléphant qui est couché. Le fait que les filles et les fils du Congo commencent à se mettre debout constitue effectivement un « tournant ». Quand l’éléphant sera sur ses quatre pattes, il va avancer. Le monde sera pris à témoin pour constater que les dignes filles et les fils du pays se sont mis debout pour récupérer leur patrimoine de leurs aïeux. C’est ce tournant-là qui a commencé. Je tiens à ajouter un point important que je tire de l’homélie de l’abbé Faustin. Nous devons nous départir de l’émotion. Nous avons beau dire que c’est un tournant, mais s’il n’y a pas une organisation bien pensée, il y a des craintes que l’on retombe dans la situation que nous déplorons.

Le gouvernement de Bruno Tshibala a mis en garde le Comité des laïcs catholiques en cas de récidive. Qu’en pensez-vous?

Vous m’excuserez de ne pas donner à ce conglomérat d’aventuriers le titre de « gouvernement ». Je suis en train d’analyser un ouvrage intitulé: « Se défendre, une philosophie de la violence ». Je me rends compte que ce conglomérat d’aventuriers applique à sa manière le « code noir ». Ce conglomérat est occupé à asservir tout un peuple. Chaque fois que la population congolaise essaie de se défendre, c’est elle qui est culpabilisée. Il y a une application des méthodes esclavagistes du code noir. Pendant que le Congo était coupé du monde, des manifestants disent avoir entendu des « policiers » parler en anglais. Cela veut dire que ce conglomérat d’aventuriers a recruté des mercenaires pour exterminer nos populations en recourant au mode opératoire des esclavagistes. Nous sommes à une époque où notre peuple est en train de tomber dans l’esclavagisme.

Certaines sources parlent de dissension au sein du haut clergé. Ces sources allèguent que la marche du 31 décembre était une initiative de l’archevêque de Kinshasa. Avez-vous eu de tels échos?

Vous avez certainement appris, tout comme moi, que le Comité des laïcs catholiques est reconnu comme une organisation de droit canonique. Rome ne peut pas reconnaitre une organisation qui ne dépendrait que du cardinal Monsengwo. Le fait que le CLC ait recouru à l’aval de ce dernier en sa qualité de responsable de l’église locale de Kinshasa pour mener des actions, cela est pastoralement légal. Il n’y a pas de dissension. D’ailleurs le nonce apostolique est revenu là-dessus pour dire qu’il y a une concordance de vues sur l’organisation du CLC.

 

Propos recueillis par Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2018

14 réflexions au sujet de « Abbé Mbelu: « Kabila a engagé des mercenaires pour tuer des Congolais » »

  1.  »Il importe de souligner que ce groupe d’aventuriers voudrait détruire notre identité en tant que Congolais. Il veut bafouer notre dignité et notre fierté ».

    Retenez bien ce passage. C’est la vérité. C’est cette vérité qui doit fonder la révolte légitime des congolais. C’est une guerre. Eux ou nous. A chacun de choisir.

  2. Que Notre Dieu vs bénisse mr l’abbé Mbelu et vs accorde la force de continuer à defendre les congolais partout où vous aurez l’occasion de le faire. Je tiens à vous informer que depuis les manifestations du 31/12/2017 ,la kabilie est en difficulté et commence à changer de langage disant qu’il faut le dialogue mais la population est fatiguée et veut le depart du médiocre que je ne cite pas ici par bonne moralité. Suis un chrétien de la paroisse d’Ibanda Cathédrale notre dame de la paix à Bukavu au Sud Kivu en Rdc

  3. Bien dit cher Abbe Mbelu. La defenestration de cet Assassin du sommet de notre Pays est inevitable.

    Encore une fois, nous soutenons la proposition des compatriotes de la Diaspora (inclu Jo Bongos et Ellili sur CIC) suggerant que notre compatriote Jean Bele, Professeur a la tres celebre MIT de Boston (USA) puisse penser a deviser un systeme de logiciel-informatique permettant a la vaste Diaspora de contribuer efficacement (et volontairement) de fonds afin d’aider l’Eglise Catholique inclu nos pretres et laics a poursuivre leur noble tache d’informer, eduquer et preparer notre Peuple dans sa lutte de Liberation totale de l’emprise de la Mafia sanguinaire que pilote le Voyou et Voleur illegitimement et illegalement au sommet de notre Pays.

    Si 20% seulement des Congolais de la Diaspora qui compte plus de 4-a-5 Million des Congolais (et leurs familles elargies aux non-Congolaises) a l’Etranger contribuaient chacun l’equivalent de $10 par mois, ceci representerait pres de $10 Million/Mois, et plus de $100 Million par an pour cette noble cause !

  4. Merci, Monsieur l’Abbé Mbelu. « Se défendre, une philosophie de la violence » pourrait vous conduire à réfléchir sur la possibilité pour les chrétiens de recourir à la violence proportionnée pour se défendre en cas de légitime défense. Il ne s’agira pas de l’organisation de la violence, mais plutôt de la défense légitime face à un état permanent de violence de ce conglomérat d’aventuriers qui usent des pouvoirs de l’Etat pour sévir, massacrer, violer, voler, déplacer des populations et extorquer.

  5. Mototo wa-Karavia,

    Vous mettez l’accent sur ce qui fait défaut dans notre pays. Nous ne sommes pas organisés. Et il est temps que nous le soyons. Contribuer financièrement à la lutte contre la tyrannie en cours, cela est pourtant à notre portée. Alors, organisons-nous !

  6. je conseille à l’Abbé Mbelu un peu d’humilité pour voir, accepter et chercher à corriger ce qui ne va pas au sein du clergé catholique de Kinshasa. La dissension est certaine dans le clergé. C’est une société comme toute autre dans laquelle les problèmes ne peuvent pas manquer. Que le CCL soit reconnu par Rome n’exclut pas le fait qu’il soit créé et soutenu par le cardinal Archevêque Monsengwo et cela pour les causes et fins que lui seul sait.
    S’il y a une concordance des vue sur l’organisation CCL entre le Cardinal et le Nonce qui représente Rome, cela n’est pas pareil au sein de l’Archidiocèse.
    Ce serait de l’orgueil inutile d’affirmer qu’il n’y a pas de dissension. L’orgueil détruit. Mon Eglise n’a pas besoin d’être détruite. La détruire dans des conditions pareilles ne serait pas prêcher l’Evangile, synonyme de prêcher la paix. Que la ou il y a la discorde, nous apportions la concorde.
    M. l’Abbé, appelle tes confrères de Kinshasa ils te diront ce qu’il y a de clair pour que tu prêches la paix et que mon Eglise soit d’avantage unie.

    1. Tu te trompes de cible. A quoi donc sert (et qui profite de) ce debat que t’amuses a engager avec notre compatriote Abbe Mbelu et mettant en relief les clivages que tu t’imagines au sein de l’Eglise a Kin…?

      Les Congolais ne veulent pas de tes distractions au profit de la Mafia sanguinaire qui meutrit notre Peuple. Nous nous focalisons sur la crevaison de l’ABCES au sommet de notre Pays – par tous moyens.

  7. Bravo Abbe JP Mbelu, notre cardinal Monsengwo a totalement raison et comme je l’ai souvent dénoncé à travers mes critiques concernant la CENI, en RDC la médiocrité est érigée en système. Comment n’est pas qualifié de médiocre des dirigeants, non pas seulement leur bilan est catastrophique dans tous les domaines, mais en plus viennent de créer une situation unique au monde où toutes les institutions du pays sont illégitimes et illégales. Donc, la RDC est un pays sans Etat dirigé par des médiocres qui se comportent comme des bandits.

  8. Tous, le pouvoir en place, l’opposition, l’Eglise (par le pape comme il l’a fait ailleurs), demanderont pardon pour le mensonge. nous en sommes des victimes

  9. Abbé Mbelu, soyons dignes de nous. cette structure qu’est le comité Laic est bel et bien une histoire du Cardinal Monsengwo. Ayant echoué de manipuler tous les curés de Kinshasa et le CALCC, il a crée en novembre 2017 cette structure fantôme pour des fins politiques, en mettant à sa tete un frustré du pouvoir en place, Ndaywel. Que Rome déclare reconnaitre cela, un mois après sa création, nous rend perplexe.
    Nous ne refusons pas à l’Eglise le droit et devoir de mettre le peuple débout, mais nous voulons que cela se fasse dans la dignité de notre 2glise. Sinon, comme le dit un commentateur, nous demanderons pardon.
    Je suis la manifestation de Dieu!

  10. Chers Compatriotes,
    Je suis étonné d’entendre les paroles de notre compatriote (je suppose), épiphanie. Elle (je suis ici le genre du mot): « Ayant echoué de manipuler tous les curés de Kinshasa et le CALCC, il a crée en novembre 2017 cette structure fantôme pour des fins politiques, en mettant à sa tete un frustré du pouvoir en place, Ndaywel. Que Rome déclare reconnaitre cela, un mois après sa création, nous rend perplexe ». A ma connaissance, cette structure existe bien avant que le Cardinal ne soit à Kinshasa. L’association des Laïcs Catholiques existent depuis bien longtemps et a participé à des rencontres organisées par le Saint Père à Rome il y a des années (Ma mémoire ne me donne pas une année précise), mais je connais un compatriote, licencié en Théologie du nom de Muikilu Ndaye … qui a été à Rome pour ces rencontres. Nous avons ici le devoir sacré d’agir en urgence. Les catholiques devraient apprendre les techniques simples de protection de soi lorsqu’ils sont en face des bandits armés, assoiffés de sang humain. Dès les premiers coups de fusils, ils devront se coucher par terre. Courir c’est leur laisser le loisir de viser et de tirer. Ce sont des franc tireurs qui peuvent rarement rater leur cible, même si celle-ci est en mouvement. Si le dimanche prochain une autre manifestation est prévue, les chrétiens devraient prévoir de la margarine sur eux et des masques élémentaires pour se protéger le nez et la bouche en cas d’usage des gaz lacrymogènes. L’action catholique doit continuer, les familles des victimes doivent être enregistrées. Les veuves, veufs, orphelins, parents ayant perdu leurs enfants doivent être connus pour la suite des événements. L’action doit continuer sans relâche jusqu’à la chute du pouvoir illégal. Les collabos doivent être masqués mis hors d’état de nuire. Que Dieu nous vienne en aide.

Laisser un commentaire