Affaire Chebeya & Bazana: Et si Jacques Mugabo, « Mike Kilo » et « Amisi Mugangu » étaient une même personne?

Dimanche 14 février, les miliciens Bakata Katanga, pilotés par « Gédéon », ont mené leur incursion dans la ville de Lubumbashi. On a appris qu’un policier nommé Jacques Mugabo fait partie des « assaillants » appréhendés. L’homme est un repris de justice. Ancien sous-commissaire adjoint de la police nationale, Mugabo fait partie de l’escadron de la mort – dirigé par le colonel Daniel Mukalay et le major Christian Ngoy – qui avait reçu mission d’éliminer Floribert Chebeya ainsi que toute personne qui l’accompagnerait. Mugabo avait trouvé refuge en Ouganda. A partir de Kampala, il envoyait des mails sous le pseudonyme de « Mike Kilo ». A partir du 17 novembre 2010, l’homme a disparu des écrans radar. Ce jour-là, il devait, selon ses propres dires, rencontrer son « chef », le major Christian Ngoy Kenga Kenga, l’ex-commandant du Bataillon Simba. Depuis mercredi 17 février 2021, l’ex-policier se trouve à Kinshasa où il a déjà été entendu à l’auditorat général de l’armée.

Le colonel Daniel Mukalay (à droite) et les quatre autres prévenus lors du procès Chebeya & Bazana

Lors de l’audience du 24 mars 2011 à la Cour militaire de Kinshasa, huit policiers impliqués dans le double assassinat de Floribert Chebeya et de Fidèle Bazana étaient cités en qualité de prévenus. Cinq étaient présents à la barre. Il s’agit de: colonel Daniel Mukalay wa Mateso, Georges Kitungwa Amisi, inspecteur de la police nationale (PNC), François Ngoy Mulongoy, inspecteur adjoint de la PNC, Michel Mwila wa Kubambo, commissaire de la PNC et Blaise Mandiangu Buleri, sous-commissaire adjoint de la PNC. Trois accusés étaient « absents ». A savoir: le major Christian Ngoy Kenga Kenga, commandant du Bataillon paramilitaire Simba, l’inspecteur Paul Mwilambwe et le sous-commissaire adjoint de la PNC Jacques Mugabo.

Flashback. Quarante-huit heures après la découverte du corps sans vie du regretté directeur exécutif de la Voix des Sans Voix, le sous-commissaire adjoint Jacques Mugabo s’était réfugié en Ouganda. A partir de la capitale de ce pays, il a pris contact, via e-mails, avec des diplomates en poste à Kinshasa. « J’ai participé à l’assassinat de Floribert Chebeya et de son chauffeur. Je suis prêt à témoigner si ma sécurité était garantie ». C’est le message qu’il avait transmis à ces diplomates sous le pseudonyme maikekilo@yahoo.com.

Renseigné par un fonctionnaire onusien, l’auteur de ces lignes est entré en contact avec le fugitif depuis sa planque à Kampala. L’homme raconte: « Je suis un commissaire adjoint de la police nationale, attaché aux services spéciaux de renseignement [Ndlr: DRGS]. Je suis un des proches du colonel Daniel Mukalay. Je lui servais de chauffeur. Je suis passé aux aveux de tout ce que nous avions fait durant tout ce temps avec lui: beaucoup de meurtres, enlèvements et tortures. Une liste reprenant les gens à liquider se trouve sur le bureau du colonel. Parmi ces gens, je cite Floribert Chebeya ».

Selon le policier fugitif, Chebeya devait être tué dès le 23 mai 2010, aux environs de la résidence de Chebeya. Une équipe de « tueurs de la République » était en embuscade. « La mission ne sera pas exécutée. Le défenseur des droits humains étaient déjà rentré chez lui avant 20 heures », dit-il. Il poursuit: « Le lundi 31 mai vers 10 heures, l’inspecteur général (IG), le général John Numbi a instruis le colonel Daniel dans son bureau. Le responsable du protocole de l’IG était témoin. Au retour bureau de l’IG, le colonel nous a réunis, nous les proches, dont un major, un inspecteur adjoint, un capitaine, deux lieutenants et les commissaires adjoints ».

JACQUES MUGABO, ALIAS « MIKEKILO », ALIAS « AMISI MUGANGU »?

D’après « Mike Kilo », le colonel Mukalay a dit ces mots: « Sur ordre du général John Numbi et de la hiérarchie, vous devez en finir avec le fameux Floribert Chebeya de la Voix des Sans Voix. L’IG attend demain une suite favorable. C’est le colonel Daniel lui-même qui a dirigé l’opération ». Selon ce policier, Le corps du chauffeur « se trouve dans le fleuve juste vers Kinsuka ».

Contrairement à la ligne de défense adoptée par les prévenus présents au procès selon laquelle Chebeya n’a jamais mis les pieds au siège de la police, le fugitif dit autre chose: « Floribert a été invité officiellement à l’inspection générale de la PNC. L’IG n’était pas là. C’est le colonel Mukalay qui l’avait reçu dans son bureau ». La suite est connue. Au fil des conversations, le policier a semblé exprimer des remords. « Chebeya est mort suite à un ordre mal donné. En fait, nous devrions le forcer à nous remettre un rapport. L’IG a téléphoné plusieurs fois au colonel Daniel afin de savoir s’il avait donné ce rapport ».

Au cours d’un autre contact avec l’auteur de ces lignes, « Mike Kilo » fait part ses difficultés. « Merci de me venir en aide Papa. Je m’alimente très difficilement. Depuis avant-hier, je n’ai bu qu’une bouteille de coca-cola », se lamente-t-il. Le message est clair: il a besoin d’argent. De commun accord, il fallait lui faire un transfert via Western Union. A quel nom? Sa réponse n’a pas tardé: « Grâce au général John Numbi, j’ai reçu un billet d’avion d’Ethiopian sur le trajet Brazzavile-Addis Abeba-Kampala et un passeport de service au nom d’Amisi Mugangu ». Le nécessaire est fait sous ce dernier patronyme.

Plus de quatre mois après, c’est le silence. L’homme a « disparu » sans laisser des traces. Le dernier contact a eu lieu un le 17 novembre 2010. Ce jour-là, il avait, d’après lui, rendez-vous avec son « chef », le major Christian Ngoy. Auparavant, il devait procéder à l’expédition d’un colis à la rédaction de Congo Indépendant via DHL. Le colis devait contenir le téléphone portable de Chabeya de marque Nokia et quelques effets personnels. Le paquet n’arrivera jamais.

En partant d’une simple déduction suivant laquelle huit officiers de police ont été impliqués dans l’assassinat de Floribert Chebeya. Cinq étaient présents au procès. Trois manquaient à l’appel. Il y a d’abord, Paul Mwilambe. Celui-ci avait trouvé refuge au Sénégal. Il se trouve actuellement en Belgique. Ensuite, Christian Ngoy Kenga Kenga. Celui-ci a été arrêté début septembre dernier à Lubumbashi avant d’être transféré à Kinshasa. Il ne reste dès lors qu’un seul « fuyard ». Nom: Jacques Mugabo. Et si l’ex sous-commissaire adjoint Jacques Mugabo était la même personne que « Mike Kilo » et Amisi Mugango? Une certitude: l’arrestation de Mugabo est une très mauvaise nouvelle pour John Numbi…

 

Baudouin Amba Wetshi

3 thoughts on “Affaire Chebeya & Bazana: Et si Jacques Mugabo, « Mike Kilo » et « Amisi Mugangu » étaient une même personne?

  1. Petit à petit et en dépit de toutes les difficultés qu’elle connait, la justice va remonter la filière jusqu’à atteindre le commanditaire de cette salle besogne. A qui profitait le crime de Floribert CHEBEYA? John NUMBI et Joseph KABILA. Comme quoi, il n’y a pas de crime parfait.

  2. L’affaire  »CHEBEYA » mérite des éclaircissements pour qu’enfin les responsabilités soient établies.

  3. A mon avis, ce Jacques machin est un  »grincheux dont le fond de commerce était l’échec du Congo”.
    Mais maintenant grâce à la nouvelle gouvernance et à l’ autonomie stratégique et opérationnelle de notre bien-aimé président, la machine de l’Etat de droit au nom de l’union sacrée de la nation va broyer tous les grincheux qui oseraient défier ou douter de l’Esprit Saint qui inspire désormais la terre Kongo.
    Grincheux de tous bords, vous êtes prévenus !

Comments are closed.