Affaire Jacky Ndala: la rançon de la bêtise

Coordonnateur de la « Ligue des jeunes » du parti « Ensemble pour la République », Jacky Ndala a été condamné, mardi 20 juillet, par le tribunal de paix de la commune kinoise de Nsele à deux ans de prison ferme ainsi qu’à une amende de 500.000 CDF. Au moment où ces lignes sont écrites, ce « jeune homme » est peut-être déjà dans une cellule miteuse de la prison centrale de Makala. Des soucis inutiles pour sa famille.

Dès son arrestation, dimanche 18 juillet, des voix se sont élevées. Les unes pour dénoncer « les abus et l’arbitraire ». Les autres pour vitupérer contre ce qui constitue, pour elles, une « violation » de l’article 17 de la Constitution. Au motif que les agents de l’ANR (Agence nationale de renseignements) chargés d’arrêter sieur Ndala n’étaient pas en possession d’un « mandat d’arrêt ». Il est vrai que « nul ne peut-être poursuivi, arrêté, détenu ou condamné qu’en vertu de la loi et dans les formes qu’elle prescrit » (article 17-2 de la Constitution).

Dans ce concert de protestations, certains journalistes – c’est le cas de l’auteur de ces lignes – sont restés sur leur faim. Et pour cause, une question semblait éludée. Est-ce sciemment? Voici la question: Quels sont les faits mis à la charge de ce membre de la formation politique de l’ex-gouverneur Moïse Katumbi Chapwe?

A l’instar d’un Henri Magie wa Lufete, Barnabé Milinganyo et autre Joël Kitenge, Jacky Ndala fait partie de ces « fanatiques » ou plutôt « mauvais génies » qui gravitent autour des dirigeants de nos partis politiques. Des fanatiques prêts à se comporter en « kamikaze ». Flagorneurs, ces individus sont prêts à poser des actes d’une témérité stupide – mettant en jeu leur vie – juste pour plaire au « Chef ».

On ne pourrait que comprendre la volonté des « camarades » de « Monsieur Ndala » de passer sous silence les griefs articulés à l’encontre de ce dernier. Il s’agit des faits gravissimes. Des faits indignes d’un bon père de famille. Des faits indignes d’un homme sensé et prudent.

Dans une vidéo postée manifestement la semaine dernière, Jacky Ndala harangue un groupe de gens en lingala. Ses propos pourraient être traduits comme suit: « Nous vous avons invité pour vous demander d’être vigilant et attentif. On ne peut prendre le contrôle d’un pays sans livrer bataille. Nous vous demandons d’être prêts. Ne dites pas que vous attendez le mot d’ordre. Le mot d’ordre est là! »

Il poursuit: « Nous n’avons peur de personne. Comment s’appelle encore ce député? » « Nsingi Pululu », répond le public. « A partir d’aujourd’hui, nous devons savoir l’endroit où habite ce député pour aller lui remettre une lettre », lance-t-il. Ladite vidéo se termine par ces mots: « Où habite Noël Tshani? » Le public répond en chœur: « Il habite à l’hôtel ». « Nous irons dans sa chambre pour lui remettre une lettre ».

Dans un autre extrait de vidéo, Ndala demande au public venu l’écouter à « être prêt » (Bo-bongama) à « envahir » le Palais du peuple lors du débat à la Plénière sur la fameuse « Proposition de loi » dite Tshiani portant verrouillage de certaines fonctions régaliennes. On le sait, le député national Nsingi Pululu a accepté d’endosser ce texte salué par les uns et abominé par d’autres.

Dans un enregistrement audio, « Jacky » grommelle qu’il voit des véhicules inhabituels en stationnement dans sa rue. « Je vais sortir de chez moi avec mes proches pour affronter les occupants de ces automobiles ». Il demande que son corps ne soit pas enterré en cas d’issue fatale. « Mon corps doit être incinéré ».

L’affaire Jacky Ndala aurait été un cas très intéressant à traiter aux travaux dirigés du cours de procédure pénale. Les étudiants de la seconde candidature en droit se seraient bien amusé. Pourquoi?

D’abord, parce que l’infraction ou violation de la loi parait constituée. Les trois éléments constitutifs sont là: l’élément légal, l’élément matériel et l’élément moral. Ensuite, l’identité de l’auteur de l’infraction est connue. Enfin, les preuves sont palpables. Il ne reste plus qu’à la juridiction compétente de se prononcer. C’est ce qui a été fait au Tribunal de paix de Nsele où Jacky Ndala a été jugé en procédure de flagrance. Procès expéditif? Sans doute. Il appartient à la partie défenderesse d’interjeter appel.

A l’instar de Henri Magie wa Lufete, Barnabé Milinganyo et autre Joël Kitenge (pour ne citer que ces quelques cas), Jacky Ndala a confondu l’Etat congolais avec l’individu Felix Tshisekedi Tshilombo qu’il a connu en tant que membre de l’opposition.

On ne le dira jamais assez que chacun a le droit d’aimer ou de ne pas aimer « Felix ». Il reste que depuis le 29 janvier 2019, ce dernier est devenu le Président de la République. La proclamation des « résultats provisoires » a été faite, le 10 janvier 2019, par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Cette proclamation a été confirmée, le 19 janvier, par la Cour constitutionnelle.

Pour avoir ignorer ces « réalités républicaines », Jacky Ndala paie la rançon de la bêtise. Le mot « bêtise » est défini comme étant « un manque d’intelligence et de jugement ». Quel gâchis!

 

Baudouin Amba Wetshi

11 Commentaires on “Affaire Jacky Ndala: la rançon de la bêtise

  1. Je ne saurais le dire mieux que BWA. Imaginer un quidam de la cité en train de suivre les harangues idiotes de Jacky Ndala, quelle serait sa réaction ? Le débat politique au Congo est devenu toxique à cause du fanatisme des certains énergumènes en mal du sensationnel pour plaire à leurs leaders. Ces porteurs des valises sont prêt à tout pour rester dans leurs bonnes grâces. Katumbi n’est pas un saint, son parcourt et ses origines sont d’une opacité stupéfiante. La plupart de ceux qui l’ont côtoyé l’ont décrit comme un personnage plus intéressé par l’appât du gain facile. Gouverneur du grand Katanga dont il dit être originaire par la volonté de Kabila, il n’a pas cessé de distribuer des enveloppes et prébendes. Mégalo, il devenu politicien par opportunisme. Me Muyambo un autre phénomène à la congolaise nous a suffisamment édifié au sujet de Soriano, Tshapue, ou si voulez segnore Katumbi etc…

    1. Elombe@
      Pouvez-vous lire plusieures fois l´article de mister BAW?
      « DES SOUCIS INUTILES POUR LA FAMILLE »
      Question de memoire? L´an passé, les « wewa » de l´UDPS avaient pris d´assaut le Parlement ! Ils avaient attaqués physiquement et verbalement les parlementaires du FCC á cause de la loi proposée par Minaku.. Pire, ces « terroristes » avaient dans les maisons de quelques parlementaires pour menacer leur familles!
      Combien d´entre eux ont été á l´ANR? Combien d´entre eux sont en prison en ce moment?
      Mister BAW les faits que vous qualifiez de « témérité stupide » ont été la formule politique de l´UDPS pendant les 32 ans de l´opposition. Les parlementaires de Limete qui semble-t-il ont des immunités lancent des menaces contre tous ce que l´UDPS jugent comme adversaire politique.
      GESTAPO
      L´histoire de l´Allemagne NAZI nous apprend que quand des gens braves comme mister BAW commencent á afficher une posture de « neutralité » et ferment les yeux aux derives dictatoriales de ceux qui sont au pouvoir, les gens « stupides » sont torturés, assassinés et une dictature feroce s´installe.
      JACKY NDALA?
      Combien des années vous comptez le garder en prison? C´est la petite question que vous devriez vous poser… Ces propos que vous qualifiez de « stupides » maintenant seront le message de la campagne électorale dans 2 ans!
      Mëme Kabila jr n´a pas pu rester au pouvoir aussi longtemps qu´il le voulait.
      Choissez votre camp.. lol

  2. Quelqu’un peut me dire la différence qu’il y a entre ce qu’a dit Monsieur Ndala et ce que disent les parlementaires de se ya nzete de l’UDPS ? Pourquoi ceux-là ne sont jamais arrêtés ?

    1. Ah bon? Vous osez poser la question? Donc oza jaloux des parlemetaires debout. Lisusu oza « ainé »….lol

    2. JO BONGOS,
      dans cet article de BAW, « Joël Kitenge » est repris deux fois. Omoni te ? Communicateur de l’Udps en prison à la suite de la plainte déposée par… Vidye Tshimanga.
      §1
      « A l’instar d’un Henri Magie wa Lufete, Barnabé Milinganyo et autre Joël Kitenge… »
      §2
      « A l’instar de Henri Magie wa Lufete, Barnabé Milinganyo et autre Joël Kitenge (pour ne citer que ces quelques cas)… »

      1. @Procongo,
        J’ai parlé de  » parlementaires de se ya nzete de l’UDPS  ».
        Joël Kitenge ( Avocat et non  » communicateur de l’UDPS », encore moins un  » parlementaire de se ya nzete  » ) et Vidye Tshimanga bazali na problème mususu. Sombela ngai Primus et je vous dirai lequel…
        Joël Kitenge passe de temps en temps na se ya nzete ( comme le Prof Mbata ) parce qu’en quête d’un job. Avocature ne Congo efutaka te.
        A connais pas à demander ! Comme disent les ivoiriens des pères et des mères…

      2. JO BONGOS
        « Joël Kitenge passe de temps en temps na se ya nzete… »
        Personne ne dort na se ya nzete. Et o enquêter sur le statut académique de tous te.
        Les causes de l’arrestation de Kitenge ont déjà été largement expliquées. Et Vidye s’est aussi expliqué.

  3. Au fait, en clair, ce pays-là est devenu un repère pour la bêtise. Toute la classe politique déconne, tous (ou presque) s’abêtissent, toutes tendances confondues. Notre pays est menacé de décomposition, et même de disparition, à cause d’une classe politique abjecte, qui mène le peuple à la dérive. IL FAUT SAUVER LA NATION!

  4. Barnabé, Maggie et Jacky Ndala sont en taule.
    Fils Mukoko, Abbé Shole de la Paroisse de Limete et le Pasteur Guli hument l’air frais. Et personne n’est scandalisé.
    Vraiment!!!

  5. GHOST
    tika manipulation
    tika makambu ya Nazi, Gestapo awa. Ozo forcer lien.
    1. Question de memoire ? L´an passé, les « wewa » de l´UDPS avaient pris d´assaut le Parlement ! » :
    Vous avez une mémoire courte. Quand AMBONGO, abusé par MABUNDA sur la question Malonda, demandait au peuple de « SE TENIR EN ORDRE DE MARCHE » (faire barrage à toutes les velléités… qu’ils nous trouvent sur le chemin…), oyokaki te ?
    Mot « terrorriste » ebeba ! Qu’on traite alors AMBONGO aussi de terrorriste et qu’on l’arrête ? Mais vous serez le premier à crier au scandale et à le défendre comme vous le faites sur sa décision de la chasse aux enseignants non-catholiques dans les écoles catholiques.
    Prière d’argumenter autrement. Vos mots « nazi », « Gestapo »… ne passent pas ici. Vous manipulez.
    2. « une dictature feroce s´installe » ? Encore de la manipulation. Car dans le même Congo, des anti-Félix expriment librement leurs critiques et circulent librement. Vous avez beau reprendre les accusations de MATATA PONYO (qui parle d’achanerment) ou de JACKY NDALA, vous ne convainquez pas.
    3. « Combien des années vous comptez le garder en prison? » :
    Oh VOUS wana nani ? Est-ce ELOMBE ? Mais ce n’est pas lui qui a arrêté JACKY. On recourt souvent à ce genre de raccourci quand on peine à argumenter. Restez sur le terrain de la rationalité. Disons, choisissez votre terrain, votre camp.

  6. L’État de Droit brinquibalant que la petite Dictature Tshilombiste juxtaposée sur l’Occupation Rwandaise miroite aux Fanatiques aveugles des Politichiens et TALIBANS tshisekedisés est une pure utopie, une grosse insulte faite aux 18 millions des morts Kongolais😭… La Fratrie Kanambe (Hippolyte, Jaynet, Zoé) auteure des crimes imprescriptibles ainsi que les Bonzes de la Kanambie (Albert Yuma, Matata Ponyo, Azarias Ruberwa, Moïse Nyarungabo, José Makila, Mende Omalanga, Evariste Boshab, Moses Soriano alias Moise Katumb, Jean-Claude Masangu etc.) coupables des Délits pénaux et crimes économiques indescriptibles sont des justiciables intouchables qui vivent paisiblement au KONGO-ZAÏRE, c’est un SACRILÈGE… La mémoire courte des KONGOLAIS de « PEUR ET MEURENT  » devient une tare, un défaut incorrigible ; ARRÊT SUR IMAGE : Invité exceptionnel de l’émission « Internationales » sur TV5MONDE le dimanche 22 septembre 2019, répondant aux questions des médiamensonges mainstream (TV5MONDE et Journal Le Monde) dans un entretien exclusif de 50 minutes, enregistré à Bruxelles, le TRAÎTRE Tshilombo-Pétain aka FATSHI BIDON (nommé président protocolaire par les Occupants Banyarwanda) déclara sans sourciller « Je ne ferai pas ce travail d’aller fouiner dans le passé »… Les arrestations ciblées des sous-fifres de alias Kabila et alias Katumbi [tels que JACKY NDALA, HENRI MAGIE, BARNABÉ MILINGANYO (alias OKOLIA MBUMA)] et KAMERHEON (prisonnier libre au Centre Nganda) sont des preuves irréfutables que le Petit Apprenti Dictateur de l’Udps Familiale Aile Marthe Kisalu imbu de Tribalisme et Népotisme amuse la galerie avec sa Justice Lubalisée à géométrie variable qui n’a aucune effectivité du pouvoir (IMPERIUM)… « Quittez les Institutions d’Occupation Rwandaise  » dixit Honoré NGBANDA… Ainsi soit-il… INGETA

Comments are closed.