Affaire Mukuna/Tshibola: « Kabila » continue à instrumentaliser la justice

C’est aux alentours de 20h00, heure de Bruxelles, que la nouvelle est tombée: « L’évêque Pascal Mukuna a été placé sous mandat d’arrêt provisoire » et conduit à Makala. Officiellement, l’homme est poursuivi pour viol et menaces de mort. Il faut refuser de regarder pour ne pas voir que le pasteur de l’église « ACK » « paie » plus pour ses attaques contre « Joseph Kabila » que pour le viol de la dame Mamie Tshibola Mufuta. Tout le reste n’est qu’alibi.

Néhémie Mwilanya Wilondja

« Joseph Kabila » et les caciques du FCC/PPRD ont, sans doute, sablé du champagne ce mercredi 13 mai à Kingakati. On imagine les éclats de rire entre Néhémie Mwilanya Wilondja, le coordonnateur du FCC, et Célestin Tunda ya Kasende, le ministre de la Justice. Leur ex-allié, devenu pire qu’un contempteur, est (enfin) en prison à Makala. Le ministre des Droits humains André Lite Asebea et le leader de la ligue des jeunes du PPRD, Serge Kadima ont, sans doute, poussé un « ouf! » de soulagement.

Dès mardi soir, des rumeurs faisaient état d’une « interpellation imminente » du prédicateur Pascal Mukuna. L’homme a appris, mardi 12 mai, l’existence du mandat de comparution lui destiné en surfant sur la toile. Il a fini par ses présenter mercredi au parquet général près la Cour d’appel. La suite est désormais connue.

Contrairement aux apparences, Pascal Mukuna n’a pas été embastillé pour « viol » ou « menaces de mort » sur la personne de la dame Mamie Tshibola Mufuta. Sans vouloir minimiser ces faits, la « plaignante » n’est que l’adversaire apparent. Les véritables adversaires ne sont plus à présenter: l’ex-président « Joseph Kabila » et tout le « rouleau compresseur » du FCC/PPRD où trônent des individus à la mine patibulaire: « Néhémie » et Emmanuel Ramazani Shadary, le secrétaire permanent du PPRD.

Quinze mois après l’investiture de Felix Tshisekedi à la tête de l’Etat, le « clan kabiliste » vient d’envoyer aux Congolais un message subliminal. A savoir qu’il garde intacte non seulement sa capacité de « manipulation » mais surtout le contrôle sur l’appareil judiciaire.

Mercredi, les internautes ont été surpris de découvrir sur les réseaux sociaux une dame sortie du néant. Elle dit s’appeler « Nicole Simba Umba » et prétend faire partie de la « grande famille » de Mzee Kabila. « Je suis venue porter plainte contre pasteur Mukuna afin qu’il nous dise qui a tué Mzee Kabila », clame-t-elle.

« LA GRANDE FAMILLE » DE LD KABILA

Les internautes n’ont pas manqué de remarquer que la nommée Nicole Simba Umba, modestement vêtue, avait un avocat derrière elle. L’histoire ne dit pas qui va payer les honoraires. La « Nicole » est apparue bien incapable de préciser le lien de parenté qui existe entre elle et le défunt Président. « La grande famille, c’est Muzo, elle est composée de plus de cinq mille personnes », a-t-elle bredouillé.

Floribert Chebeya Bahizire

Sauf erreur, dans sa « dénonciation » déposée, le vendredi 8 mai, devant la Cour constitutionnelle, Pascal Mukuna a énuméré dix infractions imputables au pouvoir kabiliste. On peut citer notamment: le double massacre des adeptes du mouvement politico-religieux ex-Bundu dia Kongo, l’exécution du Bruxellois Armand Tungulu Mudiandambu, l’assassinat de l’ancien directeur exécutif de la « VSV » Floribert Chebeya et son chauffeur Fidèle Bazana, les exécutions extrajudiciaires de Kulunas sous le couvert de l’Opération Likofi, l’assassinat des experts onusiens Zaida Catalan et Michaël Sharp. Sans omettre les fosses communes de Maluku et du Kasaï.

Le pasteur Mukuna n’a jamais dit qu’il connaissait l’assassin de Laurent-Désiré Kabila. Il a, par contre, demandé l’ouverture d’un nouveau procès afin que le colonel Eddy Kapend et ses collègues disent leur part de vérité.

Qui a tué le Mzee Laurent-Désiré Kabila. Parlons-en!

Le 16 janvier 2001, le président Laurent-Désiré Kabila est décédé dans son lieu de travail dans des circonstances non élucidées à ce jour.

Dans son allocution d’investiture le 26 janvier 2001, « Joseph Kabila » avait pris l’engagement de « faire toute la lumière » sur la mort de son prédécesseur et « géniteur »: « Je rassure le peuple congolais qu’une enquête judiciaire est déjà est déjà ouverte afin que la lumière soit faite sur les circonstances de l’assassinat de l’illustre disparu ». Cette promesse solennelle n’a guère été tenue.

Reste que depuis bientôt vingt ans, des anciens proches collaborateurs de Mzee croupissent à la prison centrale de Makala. Ils sont les victimes expiatoires d’un règlement de comptes accompli à travers un procès inique et bâclé. Georges Leta Mangasa (ancien administrateur général de l’ANR), Constantin Nono Lutula (ancien conseiller spécial en matière de sécurité) et le colonel Eddy Kapend (aide de camp).

LA MORT DE LD KABILA: UN SUJET TABOU

Quasiment chaque année, les organisations de défense des droits de l’homme plaident de rouvrir un nouveau procès. A l’occasion de la commémoration du 10ème anniversaire de la mort de LD Kabila, le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya a donné de la voix en relayant cette exigence. La presse pro-kabila l’avait littéralement « lynché ». C’est à croire que la disparition de Mzee Kabila est devenue un des secrets d’Etat les mieux gardés. Un sujet tabou.

Georges Mirindi

Dans son ouvrage « La mort de LD Kabila: Ne nie pas c’était bien toi », publié en 2019, aux éditions Vérone, Paris, le lieutenant Georges Mirindi donne une piste sur le mobile de cet homicide.

Ancien membre de la garde rapprochée de Mzee, Mirindi est convaincu que la chute de Pweto, en décembre 1999, entre les mains des combattants pro-rwandais du RCD est le point de départ.

Selon lui, LD Kabila était fou furieux contre ses officiers. Et ce compte tenu notamment de l’arsenal abandonné aux forces ennemies. Il voulait faire fusiller tous les commandants qui étaient sur le théâtre des opérations dont le général-major « Joseph Kabila ». Au cours d’une « causerie morale » avec les troupes à Lubumbashi, le Mzee va commettre l’irréparable en annonçant sa volonté d’épurer l’armée « de ses généraux incompétentes ». Ceci explique-t-il cela?

« Joseph Kabila » doit être franchement culotté, pour instrumentaliser, près de vingt années après, un prétendu membre de la « grande famille » de Mzee pour porter plainte contre Mukuna « afin qu’il indique qui a tué de LD Kabila ».

On ne dira jamais assez que le pasteur de l’église « ACK » est embastillé non pas pour les infractions de vol et de menaces de mort. Mukuna va en prison pour ses attaques contre « Joseph Kabila » dont l’exigence de vérité sur les circonstances exactes de la mort de Mzee. Un sujet tabou pour « Kabila ». Tôt ou tard, la vérité triomphera!

Mercredi 13 mai 2020, le parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe a envoyé un très mauvais signal. A savoir que l’ex-président « Kabila » et ses janissaires que sont Néhémie Mwilanya Wilondja (ancien directeur du cabinet présidentiel) et Célestin Tunda ya Kasende (actuel ministre de la Justice) ont gardé intacte leur capacité de manipuler l’appareil judiciaire. Indignons-nous!

 

Baudouin Amba Wetshi

42 thoughts on “Affaire Mukuna/Tshibola: « Kabila » continue à instrumentaliser la justice

  1. Prorwanda
    Qui vous a attribué le rôle de juge dans ce forum ? Est ce que dans votre papier de toilette « Digitalcongonet » la liberté d’ opinion qu’ on vous accorde ici est elle permise ? Mbuta Baudouin Amba pourquoi autant de passivité envers cet énergumène qui passe le clair de son temps à des critiques inapproprié et s’ attribue le rôle du juge par ici ? Kua mfumu Nono : Yuna muntu tabokila Tshisekedi , yandi muntu nkumbu ani nde Tshilombo !

    1. Nkomi mbuta kwiti
      Et vous faites quoi vous-même, ‘juge’ qui ne veut pas être ‘jugé’ ? Vous souhaitez que votre irrationalité soit partagée par tout le monde ? Osila soni.

  2. Vraie distraction!!!
    Mukuna ne dit rien de nouveau qui n’a été dit depuis près de 20 ans par la résistance, et particulièrement qui n’a été dénoncé par des écrits bien documentés par Honoré Ngbanda, Patrick Mbeko, Charles Onana, pour ne citer que ceux là. Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, Honoré Ngbanda est le premier à avoir tiré la sonnette d’alarme au sujet de l’occupation en nous donnant des détails sur celui qui a usurpé le nom de Kabila, de son vrai nom Hyppolite Kanambe, et sur les velléités du tutsi power. Et il est resté constant.
    Qui ne sait pas que Mukuna est de ceux qui ont « léché » (terme propre à Olive Lembe) dans l’assiette de Joseph Kabila ? N’était-il pas allé rencontrer Olive Lembe en compagnie d’une de ses femmes ? Qui oublie que Mukuna était l’un des communicateurs du dauphin de Kanambe alias Joseph Kabila, Emmanuel Shadari pour battre campagne pour lui avec une cagnotte de pas moins de 350.000 $ ? A ce moment là il ignorait toute la dénonciation qu’il fait actuellement contre celui-là qu’il a adulé ? (Des vidéos existent SVP. Ne nous prenez pas pour des naïfs) Qui ne sait pas que Mukuna est un de ces pasteurs qui exploitent la misère de ses fidèles avec des prêches qui n’ont rien d’évangélisation sinon que des mécanismes d’enrichissement sur le dos des pauvres avec un exhibitionnisme éhonté d’un luxe dégoûtant qui contraste avec la vie modèle d’un serviteur de Dieu qui se dit berger des chrétiens à majorité pauvres ?
    Quelle couleuvre Mukuna voudrait faire avaler au peuple congolais par sa démarche de s’en pendre à alias Joseph Kabila PARTENAIRE incontesté de Félix Antoine Tshilombo avec qui ils trinquent du champagne à longueur des journées lors de leurs rencontres médiatisées ou discrètes (ils sont d’ailleurs voisins pour cela /Kingakati-N’Sele) tout en dédouanant Tshilombo ?
    Une simple logique, le syllogisme, nous permet de comprendre que Félix Tshilombo et Joseph Kabila formant UN de par leur deal qui a permis à ce dernier de « nommer » le premier, Président de la République, toute personne (troisième du syllogisme) qui dit s’opposer à l’un des deux ne peut prétendre soutenir l’autre des deux, sinon elle est menteuse. Et c’est le cas de Mukuna.
    Je crois savoir que Mukuna est limité intellectuellement pour ne pas le comprendre. Mais entouré d’un éminent avocat comme Kapiamba et demeurer dans cette ignorance, il n’y a qu’un pas pour que l’on suspecte un penchant tribaliste qui expliquerait ce refus de comprendre ce syllogisme, et donc la logique même des choses!!!
    Même la « Base » de l’UDPS qui l’a compris depuis longtemps, n’avait pas hésité dès la nuit des noces des deux nouveaux mariés (Félix et Joseph) pour dénoncer ce mariage entre « angelu/Félix (sic) » et « satana/Joseph » (dixit Fils Mukoko, un des parlementaires debout et « cadre » de l’UDPS). Mais Félix Tshilombo a toujours été sourd aux cris de cette base qui cherche à détruire son « mariage ».
    Donc la dénonciation de Mukuna est une pure distraction qui nous détourne des vrais enjeux liés à l’occupation. Les rwandais continuent d’envahir le Kivu, Nord et Sud. Les Zambiens continuent d’envahir des villages dans l’ex Katanga. Une partie de Kahemba est toujours sous occupation angolaise. Les ougandais et soudanais continuent d’envahir l’Ituri (Mbororo), des morts ont encore été comptabilisés cette nuit. Et face à tous ces problèmes de sécurité, silence radio à Kinshasa.
    Le peuple n’est plus naïf pour croire à un Mukuna qui n’apporte rien de nouveau au discours de la résistance! Félix Tshisekedi avait traité Joseph Kabila de tous les noms d’oiseaux en le vouant aux gémonies. Il a participé à des marches « Kabila DEGAGE ». Aujourd’hui, c’est lui qui lui donne des béquilles en ayant fait de Kabila son « frère et conseiller personnel », pour avoir reçu de lui d’être Président de la République ! Ou
    Et sans vergogne, Félix traite se anciens compagnons de CombaNtaba, ne sachant pas que c’est lui vrai le vrai Ntaba tiré par la ficelle de on mentor alias Joseph Kabila.
    Le peuple n’est plus naïf!!!!

    1. BOIS,
      vous sortez du bois pour frapper à faux, taper à côté comme ça ! Et bizarrement vous criez « vraie distraction », alors que vous y êtes assis. Vous écrivez :
      – « Mukuna ne DIT rien de nouveau qui n’a été dit depuis près de 20 ans par la résistance… » : Mukuna n´est pas dans les paroles, mais dans des ACTIONS AU CONGO même (que Ngbanda et co. n´ont pas posées). Ce point a déjà été clarifié ici.
      – « Honoré Ngbanda est le premier à avoir tiré la sonnette d’alarme au sujet de l’occupation » : Pendant que Ngbanda détalait en mai 1997, les Congolais étaient déjà inquiets en voyant les prétendus « libérateurs » et Étienne Tshisekedi demanda à Laurent Kabila dans ce contexte de stupeur/frayeur collective de demander la facture et de renvoyer les armées étrangères dans leurs pays respectifs. Peut-être Ngbanda ne pouvait le savoir, car en fuite. C´est dans/avec une histoire falsifiée qu´il veut faire son entrée triomphale. C´est raté !
      – « Qui ne sait pas que Mukuna est de ceux qui ont « léché » (terme propre à Olive Lembe) dans l’assiette de Joseph Kabila ? » : Oui c´est vrai. Mais quand on parle de la participation de Ngbanda à la dictature sanguinaire de Mobutu, vous répondez sans tarder que « TOBENGANA NANU MUPAYA, le reste tokotala entre biso na biso ». C´est curieux que vous refusiez d´appliquer cela quand il s´agit de Mukuna ou d´un autre Congolais.
      – « … qui contraste avec la vie modèle d’un serviteur de Dieu… »: Qu´on compare maintenant la vie des Rezistants en Europe avec celle du peuple pour lequel ils prétendent ‘résister’ ? Euh ! Boketshou est maigrichon et miséreux ? Ozangi ba points ya kolobela ?
      – « Une simple logique, le syllogisme, nous permet de comprendre… » : Kieeeeeeee ! Logique ebeba na ngo ! Oyo nde syllogisme ? Avec des termes vagues, mal définis ! Former une coalition ou une cohabitation au regard des résultats des élections ne fait pas de vous « UN » (Yezu kaka !). Sans même parler de la responsabilité des actes posés, Félix mpe asalisi test ADN parce que Mukuna doute de son identité de fils de Kabila ?
      – « … la dénonciation de Mukuna est une pure distraction qui nous détourne des vrais enjeux liés à l’occupation » : Osi o compter nombre ya b´années ya ZÉRO ACTION na bino ? À part ko commenter politique, vous faites quoi en tant que rezistants ?
      – « Mukuna qui n’apporte rien de nouveau au DISCOURS de la résistance » : Discours, discours, discours. Où sont les actions ? Ngbanda s´énerve quand on lui pose des questions sur sa prétendue 5e COLONNE dont il change la définition, ne pouvant plus continuer à faire croire qu´il a des gens de « bilamba makasi » (des militaires) sur place. Bref, on ne vous demande pas d´aimer Tshilombo, mais d´aller mener des ACTIONS AU CONGO. Oui, le peuple n’est plus naïf ! Il sait que rezistance na bino eza ya ba peureux et lâches.

      1. @ProKagame/Prorwanda
        Nous savons de quelle colline vous venez, et pour qui vous venez infester régulièrement ce forum afin de grignoter les miettes qui vous sont jetés sous la table.
        Sachez seulement que ce ne sont pas vos jérémiades qui nous détourneront de vrais enjeux pour recouvrer notre souveraineté et mettre hors d’état de nuire des gens de votre acabit.
        Ne nous prenez pas pour des naïfs!

      2. eBOIS
        electronic Bois
        vous êtes confondu avec votre piètre raisonnement (Mukuna doit être clean pour prétendre critiquer Kabila, mais Ngbanda lui peut le faire sans être clean parce que « TOBENGANA NANU MOPAYA ». Sia !).
        Le vrai enjeu, ce sont les actions au Congo. Personne ne cherche à vous en détourner. Au contraire, nous vous y poussons. Mais comme bolela distraction et êtes lâches, vous ne voulez pas. Dans les réseaux sociaux, LA VIE EST BELLE. Pauvre Yakutumba, abandonné par des rezistants ya online.

  3. # AU SECOURS POUR EN SAVOIR DAVANTAGE SUR CET EX-RAIS ENCORE PLUS FORT AVEC CE NOUVEAU STATUT D’ANCIEN CHEF D’ETAT ???
    # A BAW et à la Rédaction de CI mais auusi à tout celui qui pourrait me répondre, voici ma pauvre requête : qui pour m’expliquer tout sur le nouveau statut de ‘JK’ qui gagne 668.000€ mensuels et qui en mène large pour continuer à releguer le Chef de l’État attitré à la figuration ?
    Honni qui mal y pense, est-il que j’observe ce qu’il se passe chez nous et que depuis quelque temps, à la très sourde agitation autour d’un nouveau statut béton des anciens chefs d’États au Congo, taillé à point pour une immunité quasi totale et à vie de notre autorité immorale avec des avantages materiels exorbitants, vient s’ajouter une insistante interrogation annexe lorsque surgissent des dénonciations et des plaintes contre son passé au pouvoir comme celles formulées de façon cascadee par l’Évêque Mukuna. Pourquoi les Kongomani n’en demandent pas davantage ? Dans tous les cas moi j’aurais voulu un exposé exhaustif sur CIC via un juriste bien avisé (interview, analyse magistrale…) qui nous livre les données définitives sur ce statut et toutes les rodomontades de notre ex-raïs !
    # Nous savons qu’il existe un principe de droit international et des droits nationaux accordant une immunité aux chefs d’État en exercice selon laquelle ils ne peuvent être forcés à comparaître ni a être sanctionnés civilement ou pénalement par une instance nationale ou étrangère. Une immunité de juridiction en dehors mais aussi en droit interne selon des degrés différents dans chaque pays, partielle ou totale. L’injusticiabilité du chef de l’État se justifie alors parce que s’agissant des corps constitués leur responsabilité serait d’abord politique avant d’être civile ou pénale. Un chef de l’État ne pouvant alors être traduit en  justice qu’en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat mais parfois dans nos democratures cette limite est ténue tant les habitudes sont au mélange de genre et de l’arbitraire permanents.
    En même temps de nos jours cette impunité des chefs d’État est sérieusement remise en question tant les opinions publiques trouvent de plus en plus partout que la seule sanction politique contre les politiciens suspects ne suffit pas. Mais voila qu’alors que la responsabilité pénale de chefs d’État et autres responsables étatiques est de plus en plus sollicitee (cas de crimes de guerre ou crimes contre l’humanité depuis Nuremberg jusqu’aux TPIY, TPIR, CPI…, mais aussi de plus en plus maintenant dans des graves crimes économiques), que chez nous le statut juridique trop complaisant de nos anciens chefs d’État devient une recompense automatique pour des services pas toujours rendus en réalité. Même si l’on doit admettre que l’action de la Justice ne peut être non plus indéfinie au-delà des faits incriminés en laissant place à la ‘prescription’, une
    durée au-delà de laquelle une action judiciaire ne peut plus être exercée, un principe général du droit, qui s’applique pour les crimes, délits ou contraventions, mais aussi pour les exécutions de peine, ainsi que pour les litiges civils.
    # En matière pénale, les durées varient selon la nature de l’infraction commise. De même il existe des crimes ‘imprescriptibles’ vu leur nature et leur gravité.
    Avant de quitter la Presidence
    ‘JK’ a pris soin d’assurer ses arrières en promulgant presqu’à la barbe et au nez de l’opposition d’alors la loi sur le staut d’anciens chefs d’Etat en mettant ces derniers et les anciens présidents de deux chambres du parlement à l’abri des poursuites judiciaires sauf pour crimes économiques, crimes contre l’humanité et crimes de guerre. Cette loi confère en même temps aux anciens présidents élus, une pension spéciale mensuelle dont le montant devrait être fixé par le parlement, une allocation annuelle pour services rendus et des soins de santé, son conjoint et ses enfants mineurs, la rente de survie ainsi qu’un logement décent, des passeports diplomatiques, des titres de voyages (pour eux-mêmes, leur conjoint et enfants mineurs), des gardes du corps et une indemnité mensuelle pour la consommation d’eau et de l’électricité.
    Les anciens présidents de l’Assemblée nationales et du Sénat, auront droit, selon la loi, à une indemnité mensuelle, une indemnité de logement, une garde policière de six éléments, des passeports diplomatiques et titres de voyages par an pour eux, leurs conjoints et leurs enfants mineurs. Mais aussi à des frais des soins de santé et deux véhicules après cinq ans renouvelables une fois.
    Le texte devrait être complété par les dispositions en rapport avec le statut des sénateurs à vie accordé aux anciens chefs de l’Etat par la Constitution.
    # Questions :
    1. Si le texte stipule que les ex-présidents pourront être poursuivis pour tout crime économique, tout crime contre l’humanité, tout crime de guerre , qu’y a-t-il de tel dans les 10 accusations retenues contre ‘JK’ par Mukuna ? A faire le constat dans le chef de ‘JK’ d’un fossoyeur du pays, il est impossible qu’il ne soit pas justiciable à travers ces 10 griefs graves retenus par Mukuna des crimes graves qui meritent instruction.Voilà ce qu’il reste à faire à Mukuna et à son ‘Eveil Patriotique’ : ressortir de son décompte le caractère criminel grave de ses accusations !
    2. Quelle influence procédurale et doctrinale ont les textes et juridictions internationaux sur la définition de ses délits et crimes ? Auquel cas ils auront peut-être besoin de se faire assister d’Ong locales ou étrangères qui ont l’expérience de ce travail.
    3. On le sait, la loi sur le nouveau statut de l’ancien chef de l’État etait indiquée pour tempérer les craintes de certains acteurs du passé (dont d’abord ‘JK’) pour garantir une alternance pacifique et l’installation d’nstitutions consensuelles via ces dispositions qui encouragent la participation des anciens tenants du pouvoir qui craindraient encore pour leur survie physique et politique… , dans quelle mesure alors cette loi ruineuse économiquement et trop complaisante politiquement et moralement aux errements punissables du passé peut-elle être amendée à froid. A entendre la retraite astronomique accordée à l’ex président et à voir comment ce dernier continue à imposer sa loi hors de sa Présidence,  l’Etat serait mille fois condamnable de laisser courir cette gabegie financière et ce forfait moral sans rien faire ; que peut-elle encore faire alors pour rattraper les équilibres déstabilisés ?
    # Revoici donc ma requête : y’a-t-il un constitutionnaliste, un pénaliste ou un autre ‘intellectuel’ connaisseur de ce dossier pour venir m’éclairer là-dessus et au besoin poser les bases d’une meilleure réglementation pour l’Etat ?

Comments are closed.