Affaire « Rossy »: L’honneur perdu de Pierrot Mwanamputu

Tous les témoignages sont unanimes: Rossy Mukendi Tshimanga a été abattu de deux balles réelles dans l’enceinte de la paroisse et non dans la rue. Ce qui contredit les allégations mensongères du colonel Pierrot Mwanamputu. Porte-parole de la police nationale, cet officier a menti. Il a tenté, sans succès, d’arranger la vérité en soutenant jusqu’au bout que ce jeune activiste de la société civile a été fauché par des balles en caoutchouc. Habitués à emporter les cadavres pour effacer les traces, les « mauvais garçons » de la « Kabilie » sont en plein désarroi.

Près d’une semaine après la répression féroce de la troisième « marche pacifique » organisée le dimanche 25 février par le Comité laïc de coordination (CLC), le bilan – provisoire? – des victimes est de deux morts, une quarantaine de blessés par balles et une centaine d’arrestations arbitraires.

Dans son communiqué daté du 26 février, le commissaire supérieur adjoint de la police, Landu Mavinga, a fait état d’un mort et de neuf blessés dont trois policiers dont les identités et les numéros de matricule n’ont pas été divulgués. Curieusement, le texte n’a pas été signé par Mwanamputu qui a en charge la communication de la police nationale. Ce dernier se serait-il récusé de peur de se dédire?

Dans son communiqué daté du 27 février, le secrétariat général de la CENCO (Conférence épiscopale nationale du Congo) parle de deux morts et de trente-deux blessés, tous par balles. A Mbandaka, la mort du jeune Eric Boloko a été qualifié de « bavure » au motif que l’auteur des coups de feu est un membre de la force navale. Son acte est donc « illégitime ». Qu’en est-il de la mort de Rossy Mukendi Tshimanga?

Jusqu’à la matinée de lundi 26 février, le porte-parole de la police a soutenu à cor et à cri que les opérations de « maintien de l’ordre » de la veille se sont terminées par « zéro mort ». Les faits étant têtus, Mwanamputu a fini par intervenir au JT de 13h30 de la RTNC de ce lundi en murmurant que « le bilan a connu une évolution… »

Il importe d’ouvrir la parenthèse pour signaler les propos pour le moins étranges tenus sur les antennes de la RTNC par le colonel Mwanamputu. C’était le vendredi 23 février lors d’un entretien que ce dernier a eu avec des policiers du « service communication » de la police.

Le "général" Sylvano Kasongo Kitenge
Le « général » Sylvano Kasongo Kitenge

A l’image d’un délinquant qui commençait l’exécution de son forfait, l’officier a évoqué les « disparations ». « Les familles qui dénoncent des cas de décès devront montrer le cadavre », expliquait-il avec son rictus légendaire. Et d’ajouter: « En l’absence de corps, on ne peut parler que de disparition et non de mort ». Question: en annonçant « l’objectif c’est zéro mort », le général Sylvano Kasongo et le colonel Mwanamputu sous-entendaient-ils que les « bad guys » du pouvoir kabiliste allaient effacer les traces en emportant les dépouilles? Ces mêmes « mauvais garçons » ont-ils failli dans l’exécution de cette sale besogne en ce qui concerne le corps de Rossy? Fermons la parenthèse.

« LA VÉRITÉ EST TOUJOURS GAGNANTE »

Les premiers témoignages recueillis auprès des fidèles ayant vécu l’agonie de Rossy Mukendi sont formels et catégoriques. Primo: Rossy a été abattu dans l’enceinte de la paroisse au moment où il essayait de fermer la grille. Secundo: aucune « foule hostile » n’a essayé d’agresser le major Carine Lokeso Koso. Qui a abattu Rossy? Pourquoi? Des questions qui appellent des réponses.

Selon des témoins, des policiers ont tenté, sans succès, de « réquisitionner » le corps du défunt « pour raison d’enquête ». Un cas précédent eut lieu le 21 janvier lors de l’assassinat de la jeune Dechade-Thérèse Kapangala. Un mois après, l’opinion attend toujours les conclusions des investigations.

Le médecin François Kajingulu qui a été le premier à examiner la dépouille de Rossy a constaté deux orifices et extrait deux balles qui proviendraient d’une Kalashnikov.

Relatant les circonstances de la mort de cet activiste, Mwanamputu a littéralement craché sur sa mémoire en le présentant comme « fauteur de troubles ». Est-ce pour trouver une « cause de justification » à ce qui ressemble à un meurtre avec préméditation?

QUE CONCLURE DE CETTE TRAGIQUE HISTOIRE?

Colonel Pierrot Mwanamputu, porte-parole de la police nationale

Le colonel Pierrot Mwanamputu a confirmé, malgré lui, le « mensonge systémique » qu’avait fustigé le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya. Ce dernier l’a fait au cours d’un point de presse au lendemain de la répression de la première marche pacifique organisée le 31 décembre 2017. Le porte-parole de la police nationale a menti. Il a, de ce fait, perdu le peu d’honneur qui lui restait. Un spécialiste en communication de commenter: « Les ‘communicateurs’ de la majorité présidentielle et ceux des institutions de l’Etat congolais doivent savoir qu’ils ont l’obligation de parler vrai en rapportant des informations justes et précises. Car en définitive, la vérité est toujours gagnante ».

 

B.A.W.
© Congoindépendant 2003-2018

14 réflexions au sujet de « Affaire « Rossy »: L’honneur perdu de Pierrot Mwanamputu »

  1. Nous connaissons bien tous ces voyous Congolais au service de l’Assassin & Voleur Tanzanien Hypo Kanambe (alias « Jo Kabila »), jadis chauffeur a Dar-es-Salaam, et aujourd’hui un (petendu) president-illegitime, illegal et vomi. .

    Nous le poursuivrons et tous ses voyous inclu ce criminel-sanguinaire Mwanamputu et ses semblables Kanyama, Kalev Mutond et autres bandits. Ils paieront tres cher comme le font aujourd’hui Ben Ali et ses lecheurs en Tunisie,

  2. Le tortionnaire Mwanaputu ne peut pas perdre l’honneur qu’il n’a jamais eu. Il est passé de mensonge tout court aux mensonges successifs. Une technique que Goebbels que le porte voix d’Hitler employait pour justifier les crimes Nazis. Des méthodes abominables qui consistent à salir les victimes pour les tuer une seconde fous. De toute façon, Mwanaputu, Kasongo, Kanyama…ne sont que des exécutants, les maillons d’une même chaine qui commence à craquer de partout. Il faut tenir bon, les intimidations et menaces de ces criminels sont les signes d’un pouvoir aux abois.

  3. Chers compatriotes,
    Le concept d’honneur est sémantiquement vide quand on l’utilise au Congo. Les hommes d’honneur congolais ne sont pas à chercher dans les positions publiques des institutions publiques de l’Etat. Certains députés, sinon la majorité des députés, des ministres, leur chef de l’Etat, l’armée, la police, certaines institutions d’enseignement supérieur (vendeuses des diplômes !, à la place des connaissances)… Je parie que l’officier cité dans le titre ait le sens de l’honneur et le sens du service à la nation. Car, l’honneur de cette position vient de ce service qui est honorifique. Il y avait des hommes d’honneur en nombre suffisant dans l’armée, la police et les services, nous n’en serions pas là. On aurait de l’histoire écrite par eux et non le soutien d’un menteur éhonté, qui roule tout le monde dans la farine, et qui a pensé que tout le monde serait à ses pieds. Que Dieu nous vienne en aide.

  4. Combien ce pauvre type est-il payé par mois par ses patrons rwandais pour tuer ses compatriotes congolais? Mawa !

    Il faut un million de Mwanamputu pour faire un Rossy.

     »Il est temps que la verité l’emporte sur le mensonge systemique, que les mediocres dégagent » ( Cardinal Raïs Monsengwo )

  5. Cher BAW,
    pensez-vous qu’un pays avec un imposteur au sommet, peut avoir des forces de sécurité dignes de ce nom?
    Je suis meurtri et en colère, comme beaucoup de compatriotes, de voir et revoir l’agonie de Rossy sur les réseaux sociaux.
    Le fameux porte parole de la police est ignoble, il ignore que sa mort sera ridicule et personne n’en regrettera. Par contre, Rossi devient héros, la nation n’oubliera ni son épouse, ni ses enfants.
    Je me souviens de la fin du régime de Mobutu, il y avait la même tension, les assassinats et surtout les mensonges; Kinkiey Mulumba le dernier ministre de communication de l’époque en connait quelque chose.
    Kabila tend à sa fin, cela peut intervenir même aujourd’hui. Kabila accumule des dossiers: Les assassinats des congolais ne resteront jamais impunis.
    Quand aux militaires qui tuent les civils non armés, honte à vous. Ces soit-disant militaires sont humiliés par l’armée rwandaise qui restitue les cadavres en plein jour pour montrer au monde entier que les militaires congolais ne sont que des bandits de grand-chemin qui n’ont aucun sens de professionnalisme. Ces fameux militaires doivent savoir que leurs crimes sont imprescriptibles et ils devront rendre des comptes au peuple.

  6. La femmelette Pierrette Mwanamputu collabo de l’occupant Tutsi Power qui travaille pour l’éradication de son propre peuple a-t-il encore un honneur à perdre ? Autant des démunis Kongolais gardent leur honneur, leur dignité devant tant de barbarie inhumaine, misère abjecte sans courber l’échine méritant un double-honneur, autant un faux policier qui exécute des ordres mal donnés par ses chefs étrangers de surcroît ne mérite que dédain, indifférence, déshonneur… (1 Timothée 5 : 17 *Que les anciens qui dirigent bien soient jugés dignes d’un double honneur, surtout ceux qui travaillent à la prédication et à l’enseignement*)

    La luta continua, la Victoria e certa. INGETA

  7. Ce menteur né qui est un lèche cul de Kanambe ne peut avoir d’honneur. En tout cas, au lendemain de la fin imminente de ce régime aux abois, il faut que ces collabos congolais comme a dit le Cardinal je cite :’les prétendus vaillants hommes en arme » soient traités sans pitié pour cela servent d’exemple aux apprentis laquais des étrangers qui couvent ce genre d’idées.

  8. Je suis entrain de me demander pourquoi les policiers et autres pro-gouvernement ne veulent pas admettre que le Major Carine qui a abattu Rossy ? Pourqoi est elle protegee ainsi ?

  9. Les mensonges distilles par les services de securite de la RDC tient lieu de leur Cherif qui ment comme il respire.Pendant 5 ans de proximite avec ce Monsieur, jamais il eut a tenir sa parole. Il n a aucun sens de l honneur, et de dignite. se trouvant a la tete de notre Pays, n a ete pour la RDC, qu un accident regretable de l histoire de notre Pays. Plus jamais ca….Demain, ce monstre quittera le pouvoir, soyons sages et intelligents pour construire une vraie democratie au coeur du continent Africain.Pour reussir cette noble entreprise, nous devons en toute urgence mettre sur pied une Armee Pivot car si le pivot est forte,la Nation sera puissante.Si le pivot est faible la Nation sera faible.Ensuite,nous devons nous attaquer avec courage,fermete et determination a la corruption,ce Virus qui tue la democratie,la dignite et l honneur de la Patrie.Le Social de notre Peuple doit etre notre preoccuation No 1.

  10. Mwanamputu a certes confirmé le « mensonge systémique » qu’avait fustigé Monsengwo jusqu’à suggérer sans scrupule que l’unique sort d’un ‘fauteur des troubles’ était le peloton d’exécution mais n’oublions pas quand même que ce colonel n’est que le porte-parole de l’armée et que le nouveau patron de la Police de Kinshasa est le fameux général Sylvano Kasongo, ordonnateur direct des cibles à atteindre…
    Je m’imagine bien qu’à sa place Mwanamputu, l’homme au rictus bête et méchant ne ferait pas mieux mais il faut intégrer que Kasongo venait d’être installé à la tête de la Police de Kinshasa parce qu’il savait tuer avec le sourire, le nouveau Terminator qui dans la suite aura à répondre davantage après J’K’ de tous ces crimes si le jugement pour tous advenait… .

  11. Le colonel Mwanaputu doit avoir un problème de raisonnement (médiocrité) car présentant Rossy comme fauteur des troubles. C’est quelle loi qui autorise la police de tuer des fauteurs des troubles. Mr colonel Mwanaputu malgré ces études, on peux évaluer son niveau de médiocrité.

  12. Ce Mwanamputu, ancien brigabouf à l’IPN de notre époque, qui passait le plus de son temps aux elentours du Restau, a-t-il oublié combien de fois nous avions fait face aux militaires de Mobutu lors des manifestations? Combien des morts, combien des blessés ou des disparutions étaient comptés après le passage du Gn Mayele. Serait-il en vie si l’armé de l’époque se comportait ainsi en l’exécutant lors de nos manifestations? De même que celle nommée Pélagie, employée aux services des impots devenue son épouse qui fut étudiante à l’ISC, sortirait-elle vivante de cet Instutut? Il doit avoir le sens du respect et aux morts innocents et aux Evêques Catholiques car grâce à l’un d’entre eux que sa femme a pu emerger et qui lui a permi de sortir de son lot de pauvreté familiale. Il a oublié son statut en tant qu’étudiant miserable à l’IPN des années 80?

  13. merci Elombe, tu vièns de détaillé c´est que j´allais écrire. de quel honneur vous nous parlé ici mr Wetschi? c´est sont des diables et nous les poursuivrons partout. comme à l´e´poque nazi, il n´y aura pas de pardons à tous ces criminels. les nazis croyaient regnait de génération en génération et aujourd´hui nous en sommes où ? et vous aussi vous ne seraient jamais épargnés. des nègres. 50 ans après l´indépendance cea le bilans ? pauvres nègrès. des cancres, coullons.des bouriques, des idiots. tokolanda bino tiiiii na suka et que le peuples vaincra. bazoba, mindele bazali kotekela bino ba manduki, kasi na bamboka na bango guerre ezali te, ba nzela kitoko, ba peuples na bango makambo kitoko, ba hopitaux ya bien ebongo yo zoba ya mwana mputu soki lelo oyo obeli makasi okokenda wapi ? na étrangar n´est ce pas ? cela ne vous disent rien ba buzoba ya modele oyo ? l´homme noir est le prémier imbécile dans le monde. pcq les preuves sont là. mokolo nini bokozua mayele ? ba makila ya rossy et les autres ezali kopesa biso lisusu courage ya makasi. sans pitié boko sambua yo na bato na yo….

  14. Qui ne sait pas que dans notre pays, les chefs des services publics se cachent toujours derrière les principes de l’impartialité de services publics de l’état pour faire primer les thèses des forts du moment. Nous l’avons connu sous Mobutu, Mzee Kabila et aujourd’hui sous Kabila fils. C’est quoi comme pays où un chef de la police interdit aux gens de réfléchir et choisit celui qui va aller à la potence sans que la justice ne se prononce. Colonel Muanamputu comme veut faire la politique n’a qu’ à être conséquent avec lui-même et quitter la police nationale et prendre la carte du parti qu’il veut servir. En conclusion, tout observateur averti sait que c’est la police nationale par le canal d’un de ces agents ou de ces agents qui a tué Rossy Tshimanga.

Les commentaires sont fermés