Affaire Thambwe/Goya: « ATM » reçoit un « soutien sans enthousiasme » au FCC

Soixante-douze heures. C’est le temps mis par les « femmes du FCC » pour exprimer leur « soutien » au Speaker du Sénat congolais après le « strip-tease » auquel s’est livré celui-ci, jeudi 30 avril. Et ce au détriment de la sénatrice Bijou Goya Kitenge (AFDC). Pour les « Mamans » de la mouvance kabiliste, le président du Sénat, Alexis Thambwe Mwamba (ATM), s’adressait à une collègue de la chambre haute et non à une femme. Bijou Goya, la sénatrice dont question, est accablée par ses pairs. Ceux-ci lui reprochent « d’avoir pris la parole sans autorisation ». Et d’avoir tenu des « paroles injurieuses » à l’endroit de Thambwe lors de l’interview qu’elle a accordé, le lendemain 1er mai, soit 24 heures après l’incident, à deux journalistes kinois. Sur les 23 signataires dudit communiqué, les ténors de la gente féminine étiquetée « FCC » étaient aux abonnés absents. Selon des informations fragmentaires, certaines « femmes » ont été surprises de trouver leur nom parmi les signataires de ce communiqué.

Dans cette annonce datée du 3 mai, les « Femmes du FCC » ne font nullement mention à l’élément déclencheur – autrement dit la cause – de l’incident survenu le jeudi 30 avril. Il s’agit de la correspondance que la sénatrice Bijou Goya Kitenge avait adressée au président Alexis Thambwe en date du 28 avril. L’objet de cette missive est sans équivoque: « Demande des éclaircissements dans la passation de marché des travaux de transformation de notre hémicycle et ses dépendances ».

Les « Femmes du FCC », au nombre de vingt-trois, ont préféré épiloguer sur les effets. Et pourtant, des sources bien informées suspectent Thambwe d’avoir conclu un contrat de gré à gré avec une entreprise connue de lui seul pour exécuter les dits « travaux de rénovation ».

Après avoir déploré « l’incident malheureux » survenu dans l’hémicycle du Sénat, les vingt-trois signataires s’empressent de dénoncer « la montée en puissance de la manipulation politique et de la désinformation dans le but de discréditer l’image de marque du (…) Président du Sénat ».

Certains membres du FCC/PPRD croient dur comme fer que la sénatrice Goya a agi sous la dictée des adversaires politiques de Thambwe étiquetés « CACH ». Et que la dame n’aurait fait qu’apposer sa signature sur une lettre rédigée « ailleurs ».

Alexis Tambwe Mwamba

Du berger à la bergère, certains observateurs exprimaient dimanche soir le même sentiment après lecture du communiqué précité. On croirait, disent-ils, entendre Alexis Thambwe se livrer à une plaidoirie pro domo dans ce passage: « Les femmes du FCC rassurent l’opinion nationale et internationale que l’honorable président du Sénat Alexis Thambwe Mwamba est respectueux de la dignité et l’honneur de la femme et y veillera tout au long de son mandat ».

UN « SOUTIEN » AUX ALLURES DE « SERVICE MINIMUM »

Pour ces dames, Bijou Goya « n’a pas agi en tant que femme mais comme parlementaire ». Une phrase assassine tombe aussitôt: « Les femmes du FCC rappellent que l’honorable Goya n’est pas à son premier forfait du genre. Il n’y a donc pas lieu de crier à la victimisation féministe ». Vous avez bien entendu: ce sont des « mamans » qui parlent.

Pour l’anecdote, la très grande majorité des signataires de cette déclaration appartient aux pseudo-partis aux acronymes pittoresques voire fantaisistes (AAB, AABC, AA/a, ADRP, ADU etc.) appelés la « mosaïque » du PPRD.

Des informations parcellaires laissent entendre que certaines « femmes » ont été surprises de voir figurer leur nom parmi les signataires. Selon elles, personne ne les aurait contactés.

Les « femmes du FCC » ne sont pas les seules à flairer la « manipulation ». Sur son compte Twitter, Jean-Pierre Kambila ne disait pas autre chose samedi 2 mai: « J’ai comme l’impression que cette sénatrice a été instrumentalisée, manipulée par plus malin qu’elle pour nuire à Alexis Thambwe Mwamba », écrit l’ancien directeur de cabinet adjoint de « Joseph Kabila ».

Adepte du « complotisme », Papy Tamba, ex-communicant de la défunte majorité présidentielle de « Kabila », considère qu’il n’y a eu qu’un « couac » à l’hémicycle du Sénat.

Réputé, à tort ou à raison, comme un « mercenaire de la plume », Tamba ne s’arrête pas là. Dans une tribune, il note: « Les attaques dirigées contre le président Thambwe ne seraient qu’une diversion ». Selon lui, un certain « Monsieur X » voudrait détourner l’attention de la population de ses véritables préoccupations. Et de marteler: « Quid du taux de dollar? Quid des prix pratiqués sur les denrées de premières nécessité? ». Il faut refuser de regarder pour ne pas voir que le fameux « Monsieur X » présente le même « profil » que celui du président Felix Tshisekedi Tshilombo.

Bien que n’étant titulaire d’aucune fonction dans les structures du FCC/PPRD, Papy Tamba se croit en droit de décréter ces mots: « Que cela soit très clair Monsieur X, Thambwe reste là! »

Sur les réseaux sociaux, des Congolais lambda autant que des chroniqueurs suspectent Alexis Thambwe Mwamba d’entourer d’opacité la gestion du dossier qui a mis le feu aux poudres. D’aucuns s’interrogent si cet homme, réputé hautain, jouit des ressources intellectuelles et morales nécessaires pour occuper ce poste. Un poste qui fait de son titulaire le successeur, à titre intérimaire, du Président de la République (article 75 de la Constitution).

Le soutien tiède – aux allures de service minimum – apporté à Alexis Thambwe par le FCC/PPRD, trahit l’embarras qui semble étreindre des caciques de la mouvance kabiliste. Des caciques qui confient à qui voudrait les entendre que « la désignation d’Alexis Thambwe Mwamba à la Présidence du Bureau du Sénat fut une monstrueuse erreur de casting ».

 

B.A.W.

16 thoughts on “Affaire Thambwe/Goya: « ATM » reçoit un « soutien sans enthousiasme » au FCC

  1. Ce pretendu-soutien des femmes-FCC ne nous etonne pas sous l’impulsion de Nehemie Mwilayna, par ailleurs copain de ATM et petit-ya-confiance du tres-vomi Kanambe-Mtwale alias « Jo Kabila ».
    A coup de « billets-verts » de Kingakati, ces dames se precipitent a voir merite dans les insultes et humiliation de leur collegue-FCC Bijou Goya par le tres arrogant tonneau-vide Thambwe Mwamba.
    Disons simplement que ceux qui se ressemblent s’assemblent au FCC.
    A nos compatriotes qui aimeraient en savoir plus sur cette recente magouille de Thambwe Mwamba, priere de « Googler » la firme bidon
    SOGEDI-SASU appartenant a la famille Thambwe et qui s’est vue attribuer le marche gre-a-gre de la refection « surfacturee » du Senat !
    Thambwe devrait aller partager une cellule avec Kamerhe a Makala.

  2. Au risque d’être traité de vulgaire à la suite de ma réaction au sujet des propos tenus par l’inénarrable Président du Sénat. Je considère tout même que le soutien de ces femmes du FCC à Thambwe est tout simplement dégueulasse. Comment peut-on cautionner des paroles aussi ordurières tenues en pleine séance d’une institution comme le Sénat réputée « sage ». Pour moi toutes ces femmes qui ont signé ce communique ne méritent ni considération ni respect. Pour ce qui est de Kambinga, l’ancien garçon de courses de la Kabilie, J’espère qu’en rentre chez lui, il a eu le courage de regarder sa femme en face sa transpirer. pauvre bougre!!!!

  3. LE DOLLAR
    Papy Tamba a grandement raison de parler d´une « distration »..
    Le Congo qui utilise le dollar US comme monaie ne possede pasla « production » necessaire pour équilibrer la valeur du dollar sur le marché interieur.
    Quand on apprend chaque jour comment la Banque Centrale offre facilement ces dollars, précieux dollars dont le pays a besoin pour importer les biens,, c´est bien de parler du coût de la vie au Congo en ce moment.
    MANU PULATI
    Si les juges congolais s´inspirent des juges italiens et se lancent dans une operation Mains Propres, alors que le FCC laisse ces juges verifier l´affaire du Sénat..
    Vous serez surpris de découvrir…comme avec l´affaire Kamerhe que les complicités dans ces affaires de détournement des millions de dollars. la liste est longue.
    En tout cas, les deux « têtes » constitutionnelles du Congo sont sous une menace d´impeachment ou de revocation..et pire d´emprisonement. kie kie

  4. A l’allure où vont les choses, la « Demande des éclaircissements dans la passation de marché des travaux de transformation de notre hémicycle et ses dépendances » a toutes les chances de rester lettre morte. C’est cela la grande spécialité du régime Kabila, la médiocrité. Et dire que nous avons aujourd’hui au sommet de l’Etat un homme qui se dit déterminé à construire l’Etat de droit et qui est censé être le garant du bon fonctionnement des institutions. Ainsi va la démocratie des singes. Pour le plus grand malheur des peuples.

  5. Le coq-en-chef, la poule affranchie, la basse-cour. Un vaudeville en 4 actes.
    Acte I :
    Comme tout le monde sait, le coq-en-chef occupe une place considérable dans le bestiaire symbolique. Il règne dans sa basse-cour, adoré de ses poules, en maitre et en pacha absolu. Il est un maitre sévère et bon. Il ne se contente pas d’assurer la lumière à ses sujets en réglant le soleil, il veille encore aux modestes travaux domestiques de la basse-cour. Il représente l’ordre, le travail bien fait, l’harmonie. Il est dans la basse-cour le souverain légitime dont la volonté fait loi. On le craint mais surtout on l’aime. Naïvement, le coq-en-chef, toujours beau, à n’importe quel âge, se croit le maitre du jour et de la nuit. Surtout dans un lit.
    Acte II :
    Un beau matin, une poule, parmi les plus belles, révoltée, affranchie, surtout courageuse et forte du règlement d’ordre intérieur de la basse-cour pousse l’outrecuidance jusqu’à demander des comptes au coq-en-chef. Calomnie ! Dieu du ciel ! Inacceptable ! Le coq-en-chef, du haut de son perchoir, étale son courroux en numéro d’éclairagiste de film pornos de série B. Ironique et condescendant, il lance contre la poule devenue folle des goujateries d’un autre monde. Tâchant d’être victime d’un chantage pour tourner tout en ridicule et cynisme. Totale stupéfaction dans la basse-cour.
    Acte III :
    Quelques poules, probablement non-affranchies, soucieuses de garder leur place ou monter en grade dans la basse-cour, prennent la défense du coq-en-chef. En foulant, toute honte bue, la sacro-sainte solidarité des poules de la basse-cour. Lâcheté ?
    Acte IV :
    L’écriture est ouverte…
     » Tala ku tsheki, tala ku mamba  » (FK).
    Toute ressemblance avec des personnes ou des événements existants ou ayant existé ne serait que pure coïncidence.

  6. ATM porte sur lui un lourd fardeau qui l’étourdi. Milimo ya bato oboma ! Il a personnellement participé à la destruction d’un avion avec des dizaines des congolais à bord. Des familles entières sont affligées et attendent la lumière sur cette affaire pour terminer leur processus de deuil… Il ne s’en est pas encore excusé. Il ne le fera pas. Même devant la justice belge, il est resté impassible. Il est sans cœur. Sans Etat d’âme. Un criminel tout taillé. Seul compte son orgueil. Il ne s’excusera pas sur son nouveau double infâmes forfaits à savoir la malversation financière, d’une part et la diffamation de la sénatrice Goya, d’autre part.
    Il doit répondre d’abord à la question de la sénatrice. Procédure parlementaire. C’est impératif, car le délai expire déjà. Ensuite il devra répondre à l’accusation devant un tribunal pour diffamation et détournement des deniers publics.
    Le temps de l’impunité est révolu. Je compte sur votre soutien à tous, pour ne plus tolérer la médiocrité, pour ne plus permettre à ces indignes fils du pays à traiter leurs semblables comme moins que rien. Il ne doit plus être au perchoir. N’en déplaise au FCC.

    1. TRES BIEN DIT SUR CE CRIMINEL RECIDIVISTE ATM A LA SOLDE DE LA BANDE MAFIEUSE-FCC ET SES CHEFS MWILANYA ET KABILA !

  7. # Un « soutien sans enthousiasme des femmes du FCC » envers Tambwe qui les représente au Senat et bien sûr en défaveur de leur consoeur Kitenge est normal au sein d’un parti plutôt bien organisé et qui dispose de quelques billets verts pour récompenser ses membres de leur discipline. Je comprends moins que ces dames se soient résignés à justifier leur attaque contre leur consoeur et donc leur soutien à Tambwe par le fait que la première aurait pris la parole sans autorisation. Seulement ? Je croyais qu’elles feraient preuve de plus de courage.
    # Maintenant qu’elles ont mis la stigmatisation de Tambwe sur le seul compte d’une attaque planifiée par les adversaires, il faudra donc voir ailleurs pour les comptes sur les travaux du Sénat et pour une instruction plus coordonnée des méfaits de Tambwe. Leurs adversaires, Tshisekedi y compris sont encore bien faibles, hélas.

  8. Il me semble que dans cette « Gondwana Republic », ses « honorables », ses « excellences » et ses « pastères » ont toujours été ardents partisans de la gigoloterie, de la pédérastie, de l’homosexualité, de la pornographie, de la prostitution, de l’inceste, du viol, de la pédophilie, du sadisme et de la zoophilie. Pas étonnant que les poules de cette basse-cour mondaine n’aient jamais eu la moindre honte de leur vie (surtout lorsqu’il s’agit de monter en grade) de se laisser « quéqueter » par ces loups voraces.

  9. Si nous sommes des bons observateurs de ce qui se passe chez nous, nous ne serions pas etonnes de l’agir de ces dames. C’est depuis 18 annees que le pprd refuse d’abandonner les siens ou de les diffamer. Aucun des voleurs pprd n’a connu la prison, a ma connaissance. C’est cela la philosophie du pprd et de son rwandais national Kanambe. Ils sont soudes dans le mal, n’attendez pas leur conversion ou delivrance. Ils sont forts dans le mal et surtout dans l’egoisme. Les hommes mauvais ont la peau dure et vivent longtemps. Kanambe et Felix qui en ont marre de Kamerhe le faiseur des rois oyo asala que bazala. Cependant, c’est Felix qui est le perdant car en 2023 il va realiser un score maigre qui ouvrira la voie a Kanambe et ses diables qui reprendront le pouvoir si lamuka dort. C’en est fini pour l’udps car elle est une coquille vide sur le plan electoral. Kanambe est malin. Nous qui sommes en occident nous passerons notre temps a crier au scandal si nous pensons qu’un jour la politique en RDC va changer. Que font les ban’etu qui sont alles dans les valises de Felix a Kin? On nous apprend qu’il y en a qui ne savent meme pas rediger un petit rapport. L’Etat de droit? Je ne pense pas qu’il soit un neologisme made by udps. Avant que Felix n’arrive a Kigali, il etait precede par son pere Etienne qui en ce temps la avait insulte les kongomani dans cette terrible phrase: je suis alle rendre visite a mes freres! Qui a bu boira.

    1. UDPS?
      Sami Badibanga
      Premier ministre qui quitte la primature avec un scandale.. quand il tente d´emporter des voitures de service.. proprietées de l´État
      Tshibala
      Premier ministre..avec 800 conseillers..
      Felix
      Plus de 1000 conseillers et c´est la présidence qui se trouve devant la justice quand Vital´0 sejourne en prison..sans quitter ses fonctions de chef de l´admnistration de la présidence.
      30 ans de lutte.. pour ceci?

      1. Et comment donc definir ce « GHOST » (de l’Anglais: un « mort-revenant »)?
        GHOST (l’ex-Mobutiste) = ATM (l’ex-Mobustiste/ neo-Kanambiste)
        Sa defense contre-courants de son pote ATM demontre (si besoin il y avait encore) que ceux qui se ressemblent s’assembleront toujours.

  10. # Bonne nouvelle ?
    D’un coté Mme KItenge ne s’est pas dégonflée, elle a porté plainte contre Tambwe pour ‘imputations dommageables et injures publiques’ et de l’autre insatisfaite des réponses de Tambwe à ses questions elle maintient sa demande et réclame une commission d’enquête parlementaire.
    L’ODEP et d’autres assez ou institutions demandent aussi cette commission d’enquêtes sur les travaux de rénovation du Sénat qui n’étaient ni au budget ni urgents et n’avaient pas besoin d’un gré à gré quand d’autres les jugent trop chers.
    # Certes le FCC de Tambwe est majoritaire au Sénat et la commission d’enquête n’a pas beaucoup de chance de passer mais au moins si l’activisme est au rdv du côté de plaignants, il risque un tant soit peu de bousculer la suffisance hautaine de cet arrogant de Tambwe ; c’est mieux que de s’arrêter à réclamer sa démission pour outrage au chef de l’Etat.
    Attendons voir…

  11. P.S.
    Pas si incompétente que ça et surtout bien déterminée à vendre très cher sa peau, notre sénatrice Kitenge, elle m’intéresse de plus en plus tant j’ai Tambwe en horreur et voudrais qu’il doit bien atteint Cinq nouvelles pages plutôt bien tournées pour expliciter sa demande, justifier l’insuffisance de la réponse de Tambwe et enfin aligner les bons arguments pour une commission d’enquête.
    Je rappelais ci-dessus la puissance numérique au Sénat et sa bonne influence dans tous les organes leviers de l’Etat au FCC pour en conclure le peu de chance que possède notre sénatrice de toucher Tambwe deuxième personnage du pays et pilier à côté de ‘JK’ de la force politique quasi intouchable, le FCC. Mais m’interroge si Tshisekedi qui vient d’obtenir de la Justice la poursuite de Kamerhe n’a-t-il pas plus intérêt à profiter de ce réel faux-pas de Tambwe pour accabler un cacique du FCC ? J’aurais du ajouter à l’intérêt la notion de capacité…
    https://afrique.lalibre.be/50015/rdc-commission-denquete-demandee-contre-alexis-thambwe-mwamba/

  12. Comme il fallait s’y attendre le FCC à manœuvré en coulisses pour effacer cette querelle publique en son sein : Tambwe à présenté des excuses et des fleurs à Mme KItenge et celle-ci a accepté la désolation du premier. Du coup même la commission d’enquêtes manque aujourd’hui de représentants pour la mettre en oeuvre quel que soit le réel détournement des deniers publics par le Président du Sénat…
    [RDC: le président du Sénat et une sénatrice offensée enterrent la hache de guerreDans République
    https://afrique.lalibre.be/50159/rdc-le-president-du-senat-et-une-senatrice-offensee-enterrent-la-hache-de-guerre/ ]

Comments are closed.