Aggée Matembo: « La résolution 2409 est une ingérence voilée [dans nos affaires] »

Invité de l’émission « Nouvelle donne » diffusée vendredi 30 mars sur le média d’Etat RTNC (Radio télévision nationale congolaise), l’ex-G7 Aggée Matembo Toto, vice-ministre des Affaires étrangères, a étalé la mauvaise humeur de « Joseph Kabila » suite à l’adoption par le Conseil de sécurité de la toute dernière résolution sur le mandat de la Monusco. La nouvelle décision étend les « tâches » confiées à la mission onusienne à la « sécurisation des élections » provoquant l’ire du « raïs » dont le dernier mandat a expiré le 19 décembre 2016. Selon Matembo, « le pouvoir en place n’acceptera aucune forme de diktat ou ingérence ». Le Président hors mandat et ses partisans espéraient-ils organiser un vote à « huis clos » à l’abri des yeux indiscrets?

A quelques neuf mois de la tenue des consultations politiques majeures (présidentielle, législatives et provinciales), une certaine agitation semble s’emparer de la mouvance kabiliste et alliés. Il y a peu, les « communicateurs » de la « majorité » clamaient à qui voulaient les entendre que « Joseph Kabila est prêt à aller aux élections ». « Les élections sont financées à 100% par l’Etat congolais », ajoutaient-ils.

Seulement voilà. Le 27 mars dernier, le Conseil de sécurité de l’Onu a voté à l’unanimité – un cas exceptionnel – la résolution 2409. « La résolution 2409 décrit de façon plus précise les missions de la Monusco et la manière dont elle doit travailler », a déclaré, jeudi 29 mars, la porte-parole de cette mission onusienne Florence Marchal. C’était lors de la conférence de presse hebdomadaire à Kinshasa.

Florence Marchal, porte-parole de la MONUSCO

Outre le renforcement de la protection des civils et la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016 – particulièrement dans son volet décrispation -, la Monusco aura également comme priorités la « sécurisation des élections » et la rédaction des « rapports » mensuels destinés au secrétaire général de l’Onu sur le déroulement du processus électoral. Désormais, le commandement de la brigade onusienne d’intervention est placé sous le « commandement direct » du commandant des forces onusiennes. Ambiance!

Interrogé à ce sujet, le vice-ministre des Affaires étrangères a estimé que cette résolution vient « compliquer » les affaires congolaises. « La Monusco va se considérer comme la 5ème institution du pays. Nous ne l’accepterons jamais », a-t-il souligné en martelant: « Les élections constituent un acte de souveraineté ».

A en croire Aggée Matembo, le Congo-Kinshasa ferait face à un « terrorisme » qui n’a rien à envier à celui des miliciens du « Boko Haram ». Selon lui, le bilan de vingt années de la présence des forces onusiennes est « négatif ». Au motif que la Monusco « n’est jamais là où l’attend ». « Vous ne pouvez pas dire que vous ne savez que sécuriser les élections et non restaurer la sécurité », hurle-t-il littéralement.

OUTRANCES VERBALES

Friand des outrances verbales, l’ex-membre de l’Unadef (Union nationale des démocrates fédéralistes) de Charles Mwando Nsimba semble avoir perdu de vue l’époque où il militait dans le « G7 », ce regroupement politique qui soutient l’ancien gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi Chapwe. Il fustigeait alors le maire de Lubumbashi pour avoir interdit des manifestations de l’opposition. C’était en 2015.

Promu membre du gouvernement dit d’union nationale, Matembo, à la tête d’une aile dissidente de l’Unadef, accuse la Monusco d’être une « caisse de résonance de l’opposition ». La CENCO (Conférence épiscopale nationale du Congo) en prend également pour son grade. Cette dernière est accusée de « faire de la sous-traitance pour le compte des impérialistes » alors qu’elle n’a pas de « mandat » pour au nom du pays. Pour le vice-ministre des Affaires étrangères, les élections à venir se tiendront selon la « vision du raïs ».

Matembo Toto, vice-ministre des Affaires étrangères

Matembo feint d’ignorer quelques « détails de l’histoire » à l’origine de la présence des forces onusiennes au « Congo libéré ». Il n’est pas sans intérêt d’ouvrir la parenthèse.

Au commencement était l’Accord de cessez-le-feu signé en juillet 1999 à Lusaka, en Zambie, par les parties belligérantes (gouvernement de Kinshasa, MLC, RCD). Celles-ci s’étaient engagées à cesser les hostilités et à organiser un « dialogue national » qui a pour but: la réconciliation nationale et l’installation d’un « nouvel ordre politique » fondé sur l’Etat de droit et la démocratie.

Un facilitateur est aussitôt désigné par le secrétaire général de l’Oua d’alors en la personne de l’ancien président botswanais, Sir Ketumile Masire. Dès janvier 2000, le secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan autorise le déploiement de 5.500 hommes de troupe dont 500 observateurs pour jouer le rôle de « force d’interposition » entre les belligérants. C’est la naissance de la Monuc (Mission de l’Onu au Congo).

Après sa « victoire » à l’élection présidentielle de 2006, « Joseph Kabila » a replongé le pays dans la dérive dictatoriale. Les violations des droits et libertés ne se comptent plus. L’Etat de droit attendu est supplanté par l’arbitraire. L’élection présidentielle de 2011, « remportée » par le Président sortant, n’a apporté aucune embellie. Bien au contraire. La crise de légitimité est plus que jamais de retour.

Rien d’étonnant que l’Onu dont la mission première est de « maintenir la paix et la sécurité internationales » décide le maintien de sa Mission dans ce Congo-Kinshasa qui ressemble à une bombe à retardement. Il ne manque plus qu’une étincelle.

« LOGIQUE DE CONFRONTATION »

Au cours de l’interview précitée, Aggée Matembo a fait allusion à l’Accord de paix signé le 24 février 2013 par onze Etats du continent (Afrique du Sud, Burundi, RCA, Rwanda, Soudan du Sud, Tanzanie, Zambie, Ouganda, Angola, Congo-Brazzaville et Congo-Kinshasa).

Dans ledit accord, le « Congo démocratique » s’était engagé notamment à approfondir le caractère républicain de l’armée et de la police et à promouvoir la réconciliation nationale, la tolérance et la démocratisation. Ces objectifs ont-ils été atteints? Nullement! Le pays baigne, en cette année 2018, dans l’ambiance à l’origine de la guerre qui l’a secoué de 1998 à 2003.

Pour des observateurs, le travail accompli par la Monusco est loin d’être parfait. La Mission reste néanmoins un « mal nécessaire » pour limiter le pouvoir despotique. Question: la Mission onusienne au Congo serait-elle devenue un « témoin gênant » à la veille de la réédition d’un « hold-up électoral »?

Pour le vice-ministre des Affaires étrangères, « la Monusco est considérée désormais comme un adversaire politique ». « On se trouve dans une logique de confrontation », a-t-il conclu.

 

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2018

13 réflexions au sujet de « Aggée Matembo: « La résolution 2409 est une ingérence voilée [dans nos affaires] » »

  1. *Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir* Aimé Césaire. En réalité le Peuple Kongo Souverain Primaire a été savamment infiltré par sa propre classe politique incompétente comme cheval de Troie des Tutsi Nilotiques, ces derniers sont eux-mêmes cheveaux de Troie de Paul Kagame au Kongo…

    Les ministres RD Congolais et Congorais etiquettes du gouvernement fantoche d’occupation Tutsi Power qui ont des titulaires doublures dans un autre gouvernement parallèle installé à Kigali et Kinshasa sont des autistes qui comprennent toujours en retard pris dans un engrenage du mensonge, emprisonnés dans le carcan d’un rouleau compresseur qui les broie à chaque instant. Ki collabo eleki bilanga na pasi…

    Ingérence voilée ? Cet aventurier fanfaron margoulin corrompu médiocre inconscient faux politicien doit avoir un parent Tutsi ou des atomes crochus, de patenté, des accointances, des liens du mariage avec les occupants Tutsi Power comme bon nombre de ses compères faux politiciens Kongolais et Kongorais (Mova Sakanyi, Delly Sessanga, Bitakwira, Pierre Lumbi, Lambert Mende Omalanga, John Numbi, Félix Antoine Tshilombo, Thomas Luhaka, Eve Bazaiba, José Makila, Martin Fayulu, Moses Soriano alias Moïse Katumbi Chapwe…)…

    Les résolutions improductives, rapports Maping idiots et accords bidons du machin ONU ne peuvent plus être une ingérence voilée car la Monusco est utilisée comme un outil juridique pour infléchir le Kongo RDC (République Démocrature du Congo-Kinshasa) qui est mise sous-tutelle économiquement par les IFI (Institutions Financières Internationales), occupée militairement par les casques bleus et alliés Tutsi Nilotiques qui supplantent une Armée locale amateure brassée infiltrée par des milliers des soldats et officiers etrangers Tutsi Rwando-Burundo-Ougandais…

    Ce ministre con Aggée Matembo Toto doit être un fou joyeux qui crie sur tous les toits le contraire de ce qu’il pense être une vérité absolue. Que cet abruti de ministre nous (Peuple Kongo Souverain Primaire) cite un seul pays au monde dit démocratique où on confisque une dépouille mortelle…

    Le Kongo est sous une occupation étrangère Tutsi Power qui humilie, avilit, abrutit, emprisonne, empoisonne, déshumanise l’homme Kongolais. Que l’élite politico-intellectuelle, artistico-religieuse Kongolaise et Kongoraise corrompue médiocre énumère le nombre des pays au monde qui se disent démocratiques où l’on confisque une dépouille mortelle…

    La classe politique biberon, corrompue, minable, mediocre n’arrive pas à inhumer dignement le feu Sphinx dont elle se déclare héritière. Qu’en sera-t-il de Rossy Mukendi et autres disparus dont les familles éplorées n’ont aucune nouvelle depuis des mois, années ?…

    La luta continua la Victoria e Certa. Vive le Soulèvement Populaire imprévisible éboulement final. Ingeta

  2. COMPATRIOTE RESISTANT DE L’OMBRE, SVP. CALMEZ-VOUS, NE VOUS EN FAITES PAS.
    CE N’EST UN SECRET POUR PERSONNE. VOUS SAVEZ:
    1. LE LAPTOP DE Mr. AGGEE MATEMBO EST PLUS AGE, DEMODE, MENTEUR ET SURTOUT IMPOLI.
    2. A CHAQUE FOIS QUE SA MACHINE ELECTRONIQUE EST  » ON  » OUVERT ET QUE VOUS TOUCHEZ SUR LES TOUCHES, ELLE NE FAIT QUE CRACHER DES IMPOLITESSES ET DES MENSONGES. CE TYPIQUE ET CE N’EST PAS DU TOUT UN MYSTERE, CAR TOUS LES ORDINATEURS DES MINISTRES, PARLEMENTAIRES, BONZES ET EPERVIERS DU REGIME D’OCCUPATION SONT MALADES, ILS MENTENT COMME ILS RESPIRENT. CES MACHINES ACHETEES CHEZ  » RAMBERT OMARANGA ELECTRONIC SHOP  » DOIVENT ETRE RECYCLEES D’OFFICE ET JETE DANS LE CIMETIERE DE VIEUX ORDINATEURS.
    AH BON, JE NE SAVAIS PAS QUE LE SIEUR AGGEE MATEMBO EST VICE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES DONT LE GRAND PATRON DE SA BOITE EST BEL ET BIEN L’ELOQUANT, LE GENIE JURISTE SUISSE, MARXISTE CHE OKITUNDU DU GROUPE DE CEUX ETRANGERS LA AVEC DES NATIONALITES DE BRINGA BRINGA QUI OCCUPENT ET GERENT LE GRAND KONGO ILLEGALEMENT, COMME L’AVAIT DIT LE COMPATRIOTE ROBESPIERRE?
    COMPATRIOTE ROBESPIERRE, DEVOILEZ-NOUS SVP, QUELLE AUTRE NATIONALITE POSSEDE Mr. AGGEE MATEMBO? MONGOLE, SIBERIENNE, ALASKA, LABRADOR, TOUNDRA, PAPUA NEUGUINEA?
    MERCI D’AVANCE POUR LA PRECISION. EN TOUT CAS, LES MINISTRES KONGORAIS DU REGIME KABILISTE BA KUEYAKA TE, MISO GA QUOI!

  3. Organiser des elections en RDC selon la volonte de Kabila dit le Rais, c est vouloir tout simplement mettre en feu et a sang la RDC en particulier, et L Afrique en general. Kabila a pour vocation la demission, ceci permettra le Peuple Congolais d organiser des bonnes elections dans la paix. Enfin, l Afrique et le monde, ensemble avec le Peuple Congolais sauront mettre en valeur les immenses richesses dont regorge le sous sol congolais,pour l interet de toute L Humanite. Je crois,dans le fond de mon ame, que le conseil de securite restera ferme pour empecher Kabila dans sa folie, de bruler la RDC.

  4. BOUCHE PLEINE DES MIETTES QU’IL RAMASSE A KINGAKATI, CE PETIT CLOWN PRETEND DENNONCER L’INGERENCE DANS LES AFFAIRES DE LA RDC. IL S’AGIT PLUTOT D’INGERENCE DANS LES MAGOUILLES DE SON NOURISSUER RWANDO-TANZANIEN QUI CHERCHE A S’ETERNISER ILLEGALEMENT AU SOMMET…

  5. @Compatriote GERMAIN. Kie kie kie leurs laptops et cerveaux ont des logiciels archaïques de 1970, ba collabos Kongolais baleki biso kaka na kala na ba bongo na bango ya soso… Bakosilisa yango, bientôt nous allons les (les faux politiciens corrompus médiocres) cueillir comme des manga basende… Ki collabo mindondo eleki bilanga na pasi…

    Les cartouches mouillées des Tutsi Power sont épuisées. Sachant que la Diaspora Combattante Résistante alerte, déterminée, mûre politiquement a tourné en bourrique leur taupe préférée de l’ANR Eliezer Ntambwe, les officines et laboratoires de l’ANR ont sorti de leur chapeau un gros montage de diamant. Eliezer Ntambwe, Daniel Safu et Mike Mukebayi sont des agents doubles à la solde des Tutsi…

    Ces ministres sont comme des autruches, ils voient le danger qui guette le Kongo et leurs compatriotes Kongolais mettent leurs têtes dans le sable pour ne rien voir mais la partie visible de leur corps est saccagé par leurs maîtres Tutsi qui les empoisonne, les maltraite, les utilisent comme des papiers hygiéniques…

    Sans aucun doute nos faux politiciens collabos savent pertinemment qu’il y aura chasse à l’homme, lynchage, pillage de leurs biens immérités et reglement des comptes, pendaisons, relégations dans des villages natals, emprisonnement à vie au cas où Kanambe alias Joseph Kabila et les siens prennent la poudre d’escampette. Les armes et le soulèvement populaire sont les seules solutions alternatives au système Tutsi Power…

    LA LUTA CONTINUA LA VICTORIA E CERTA. INGETA

  6. Ces Rwandais doivent (volontairement ou sous la contrainte) se rendre à l’évidence que la recréation est finie. Ces hommes de paille (qu’ils s’appellent Matembo, Hippolyte Kanambe ou que sais-je encore) doivent savoir que leurs jours sont désormais comptés en territoire congolais. BAKOPAKATA MBANGO dans pas longtemps, avec la determination de vrais fils et filles du Congo.

  7. Soyons intelligents ne fût-ce qu’une fois. Notre combat n’est pas du côté que les soi-disant élections soient sécurisées ou pas par la Monusco. Il s’agit plutót pour nous de refuser toute idée d’élections dans la situation actuelle de notre pays.

    Quoiqu’ils en disent, la Monusco ne va pas nous sortir d’une situation d’occupation par des élections. Le cynisme de trois des cinq membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies avec droit de veto, dont les Etats-Unis, le Royaume Uni et la France est de nous faire accepter des élections qu’ils savent viciées d’avance, et qui ne résolvent aucunément notre problème.

    Avec l’active complicité des prétendus leaders congolais dont Tshisekedi, sur qui pourtant le peuple avait fondé son espoir et confiance,, nous nous retrouvons sous un système juridique à la solde totale des occupants. Figurons-nous qu’en 2011, si Tshisekedi jouissait encore d’un minimum de ses facultés intellectuelles, il savait parfaitement que même avec un résultat réel en sa faveur de 99 pourcents, il n’aurait jamais été déclaré vainqueur des élections. La Cour Constitutionnelle appartient aux rwandais, incarnés par Kanambe, de même que la CENI. De plus, l’Armée et la police sont sous leurs commandes. Quoiqu’elle en fasse donc, la Monusco ne peut offrir des gages de sécurisation d’un processus électoral déjà biaisé.

    Notre sortie de l’oppression et de l’esclavage passe par notre AUTODETERMINATION COMME PEUPLE ET NATION. Cela se fait par la lutte armée avec au besoin, de l’aide des puissances étrangères, processus que les votants à l’unanimité de la fameuse résolution 2409 savent et reconnaissent bien.

  8. Si seulement le ridicule pouvait tuer ce ministre. Je l’ai suivi à la RTNC. C’est une histoire bien connue. Partout où il y a une mission des Nations Unies, les responsables politiques du pays hôte lisent rarement les résolutions du Conseil de sécurité qui expliquent pourtant clairement le mandat de la mission. Les Nations Unies sont responsables de la sécurité des civils seulement dans les missions de mise sous tutelle qui ont lieu dans des Etats qui n’existent pas et qui coûtent très chères. Dans les missions de maintien de la paix, qui ont toujours lieu dans des Etats dits souverains, la responsabilité de la sécurité des civils incombe au pays hôte même quand il s’agit d’un Etat failli comme le Congo-Kinshasa. Les Nations Unies ne font alors que soutenir les efforts du pays hôte.

  9. Si le Conseil de sécurité veut vraiment résoudre la tragédie congolaise, ce n’est certainement pas endormir les gens avec ces conneries d’élections truquées d’avance. Ce qu’il faut, c’est que le CS obtienne, une résolution adoptée  qui exige que le Rwanda et l’Ouganda  cessent immédiatement et complètement toutes les activités d’exploitation, les pillages dans les territoires congolais et qu’ils respectent pleinement toutes ses obligations légales à cet égard .

    C’est une déclaration claire que les activités d’exploitation, les pillages des richesses congolaises sont illégales.

    Cette résolution doit prévoir des conséquences concrètes pour ces deux pays s’ils ne s’y conforment pas. Cela donnera une impulsion aux initiatives qui visent à mettre fin aux désordres dans la Région des Grands Lacs.

    Quelques 20 ans que le Congo est le théatre d’un vrai génocide, l’ONU fait preuve d’une indifférence inexplicable, honteuse, à la limite complice.

    Indépendamment des cris des congolais face à la tragédie qu’ils vivent, la situation sur le terrain reste inchangée : Le Rwanda et l’Ouganda continuent de s’emparer des terres et richesses congolaises et de semer la désolation partout, tandis que le Conseil de sécurité de l’ONU publie des résolutions qui restent des bouts de papier. Des bouts de papier de chiotte. Y en a marre !

  10. Mbuta Mamale mfiaukidi kibeni ! Je partage totalement votre point de vu . Et voilà les congolais naifs que nous sommes ; on nous embarque de nouveau dans cet histoire d’ élections sans avoir tiré les leçons du passé . Il ne faut pas s’ attendre à des miracles : Après les « élections » égal avant les « élections » ! Tous ces guignols qui se prétendent membres de l’ opposition n’ attendent qu’ une chose le coup de sifflet qui va sonner le partage du gâteau et dans tout ceci c’ est le peuple qui se fait de nouveau berner . Le préalable ce n’est plus la défenestration d’ Hippolyte Kanambe ? La chasse de tous les infiltrés et l’ identification de vrais congolais , la mise en place des nouvelles institutions et le recensement de la population ? Quid de tous les étrangers qui ont reçu les cartes d’ électeurs et de tous les enfants mineurs enrôlé frauduleusement comme électeurs alors qu’ ils n’ ont pas atteint leurs majorité ? Finalement le seul opposant qui a compris la done et qui exige un changement radical du système et des hommes dans ce pays pour instaurer un état de droit c’ est Sindika Dokolo . Tout le reste c’ est des magouilleurs qu’ il faudra mettre hors d’ état de nuire .

  11. Nulle part dans vos jeremiades « usque ad nauseam » pointez-vous le doight a la vraie RACINE du MAL en RDC:

    A savoir, la presence illegale et illegitime d’un criminel (voleur et assassin) au sommet de la RDC et cherchant par tous les moyens et magouilles a s’y cramponner a l’infini, inclu jouer a la ruse de « Poutine-1er Ministre ».

    Pleurnicher sur l’Internet en accusant le Rwanda et l’Ouganda aupres de lONU ne vous sortira pas pas du gouffre d’opposants moisissant dans leur salon devant les ecrans en Europe, Amerique ou Afrique du Sud.

    Comme nous le disons aux autres pseudo-« Combattants de l’Ombre » qui se reconnaitront ici, venez combattre sur place en RDC, et demontrez votre amour de la Patrie jusqu’au sacrifice supreme pour la liberer de « l’Occupation » .

    1. La vraie  » RACINE du MAL  » en RDC, c’est le Rwanda. C’est sa politique hégémonique utopiste de contrôler les terres et les richesses du Congo pour régner sur la région des Grands Lacs. Vous ne réussirez JAMAIS ! JAMAIS !

      Continuez à être désinvolte et méprisant envers les congolais mais sachez-le :  »Le Congo ne sera pas toujours faible comme il est aujourd’hui » (Grand Mopao Ekofo-Fort).

      Ya mbala oyo, ekoki ! Congolais débout !

Les commentaires sont fermés