ANR: Décès mystérieux à Kinshasa du Redoc en titre au Sud-Ubangi

Jean-Claude Ilunga, c’est son nom. Il a rendu l’âme mercredi 3 octobre aux cliniques Ngaliema dans des conditions mystérieuses.

D’après des informations parcellaires, le directeur Jean-Claude Ilunga – dont la présence discrète était remarquée à toutes les manifestations des forces de l’opposition et de la société civile – aurait été emporté par une « infection foudroyante et généralisée ». D’aucuns parlent de septicémie.

Friands des intrigues, certains Kinois avancent l’hypothèse d’une « élimination physique ». Par qui? Pourquoi?

Natif du « Grand Katanga », le défunt, étiqueté à l’origine RCD-Goma, a rejoint l’Agence nationale de renseignements en 2004 lors du « mixage » des « services » issus des forces belligérantes.

Aux dernières nouvelles, il aurait été affecté à Gemena, chef-lieu du Sud Ubangi, en qualité de « Redoc », autrement dit chef de la sûreté provinciale.

Selon des sources bien informées jointes à Kinshasa, Jean-Claude Ilunga « en savait trop » sur les « excès » commis par la « force publique » lors des manifestations pacifiques organisées notamment en septembre et décembre 2016.

D’autres sources n’excluent pas qu’il ait fini par devenir un témoin « gênant » sur l’assassinat des experts onusiens Michaël Sharp et Zaida Catalan. C’était le 13 mars 2017. Des témoins assurent l’avoir aperçu dans un hôtel à Kananga en compagnie des deux envoyés du Conseil de sécurité.

Une affaire à suivre…

 

B.A.W.

6 réflexions au sujet de « ANR: Décès mystérieux à Kinshasa du Redoc en titre au Sud-Ubangi »

  1. Des méthodes bien connues depuis quelques années en RDC. Et on va tous faire semblant… Disons qu’il est mort de malaria. Lâcheté collective !

  2. Les Congolais envertis savent que Joseph Kabila est un terroriste, mais, à cause d’ être corrompu par l’argent du publique, ils le gardent comme president au lieu de se débarrasser de lui.Voilà, il va vous tuer tous et vous faire remplacer par un Tutsi(Rwandais). Mende sera le victime suivant.

  3. Chers Compatriotes,
    Notre compatriote parle de la « Lâcheté collective ! ». Eh bien, cette lâcheté est surtout construite sur un régionalisme, un provincialisme, même un tribalisme qui ne dit pas son nom. Il est étonnant d’entendre un silence assourdissant, sur tout ce qui se passe à Beni. Dieu merci, j’ai entendu il y a deux jours, une réaction de la LUCHA Kananga réagir contre ce qui se passait à Beni. Pour justifier notre lâcheté, nous dirons: « il l’avait voulu », ou alors, « il est muluba ». Mais nous oublions qu’il est congolais et que sa mort dans des conditions non élucidées reste une atteinte à la dignité humaine à laquelle tout congolais est exposé. Il en est de même de la disparition de Muanda Nsemi qui nous laisse presque tous indifférents. Apprenons à être solidaire, c’est ainsi que naîtra la conscience nationale congolaise qui nous conduira à une lutte de libération certaine pour le Congo et au profit de tous les Congolais. Que Dieu nous vienne en aide.

  4. Mort mysterieuse,c’est etonnant.Lui meme fut un artisant de torture.Les crapuleux commencent a s’entremanger.Nous sommes toujours au debut de cauchemar de la kabilie.Qui vivra vera

  5. Un garcon d’une tres grande familiarite et de beaucoup de reconnaissance. J’ai grandi avec lui a Kamina, et c’est une grande perte pour les ressortissants de Kamina dont je suis issu. Moi je suis de la province du Kasai oriental, lui un katangais pur sang,plus qu’un frere.
    Que son ame repose en paix.

  6. Vraiment pour moi c’est un bon type je l’ai connu a Kalemie au Katanga il etait le directeur adjoint de la DSR, departement de la securite et renseignement ( RCD / Goma ) avant le mixage du service de securite

Les commentaires sont fermés