AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
30 Octobre 2015

Nouvelles provinces : Le «glissement», c’est maintenant!

 

"Joseph Kabila"

En violation des articles 198 et 220 de la Constitution, « Joseph Kabila » a nommé, jeudi 29 octobre, des «Commissaires spéciaux» chargés d’administrer les 21 nouvelles provinces en lieu et place des gouverneurs dont l’élection a été reportée sine die. Quelle est la base juridique sur laquelle l’actuel locataire du Palais de la nation s’est appuyé pour prendre cette décision ? C’est la question qui taraudait les juristes contactés jeudi soir. D’aucuns parlent simplement de "haute trahison".

«Après la désignation des ‘Commissaires spéciaux’ à la tête des 21 provinces, « Joseph Kabila » parait déterminé à passer à l’étape suivante de son plan. Il va convoquer dans les semaines à venir une réunion avec les nouveaux responsables régionaux. A l’issue de cette rencontre, un des commissaires spéciaux va annoncer que les populations de leurs provinces respectives demandent l’organisation d’un référendum constitutionnel afin de se prononcer sur l’idée d’autoriser ou pas l’actuel Président à briguer un troisième mandat». Ces propos émanent d’un observateur kinois du «système Kabila». "Procès d’intention", rétorqueront les kabilistes.

Par pur hasard de calendrier, notre confrère C-News a publié la veille une « information exclusive » qui lui a été glissée par le député national de l’opposition Franck Diongo. En parcourant le
«Document n°5» annexé au projet de Loi de finances pour l’exercice 2016 - déposé à l’Assemblée nationale que le Premier ministre Augustin Matata Ponyo -, ce parlementaire a appris comme tous ses collègues qu’un montant de 518 millions de dollars USD est prévu pour l’organisation des élections en 2016. En «grattant» un peu plus, il trouvera sous l’intitulé « Justifications » un détail pour le moins surprenant. A savoir que la somme précitée sera affectée à «la location des satellites, à l’organisation des élections et du référendum, la sécurisation des élections».

Un Arrêt controversé

On ne le dira jamais assez qu’au fur et à mesure qu’on se rapproche de la fin du second et dernier mandat de "Joseph Kabila", celui-ci ne va pas cesser multiplier des subterfuges. Des subterfuges étonnants de la part d’un "sortant" frappé pourtant d’inéligibilité".

Tout a commencé avec l’Arrêt controversé n°0089/2015 rendu en date du 8 septembre dernier par la Cour constitutionnelle. Saisie par la CENI (Commission électorale nationale indépendante) afin d’interpréter la loi de programmation de nouvelles provinces - du fait du retard qu’accuse la tenue de l’élection des gouverneurs et de leurs adjoints -, cette Cour, bien qu’incompétente, a enjoint le gouvernement de prendre les «dispositions transitoires exceptionnelles pour faire régner l’ordre public, la sécurité et assurer la régularité, ainsi que la continuité des services publics dans les provinces concernées par la loi de programmation ».

Lors de la réunion du conseil des ministres du 18 septembre, le gouvernement a saisi la balle au bond en annonçant qu’il allait procéder à la nomination des « commissaires spéciaux et leurs adjoints » avec pour mission d’administrer les nouvelles provinces. L’article 198 de la Constitution n’a pas été modifié. L’alinéa 2 stipule : "Le gouverneur et le vice-gouverneur sont élus pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois par les députés provinciaux au sein ou en dehors de l’Assemblée provinciale. Ils sont investis par le Président de la République". L’article 220,lui, interdit toute réduction des "prérogatives des provinces et des entités décentralisés".

Des voix se sont élevées pour dénoncer ou saluer l’idée précitée du gouvernement. «L’arrêt de la Cour constitutionnelle est logique», fait remarquer le politologue Bob Kabamba dans le cadre de l’émission « Dialogue entre Congolais » de radio Okapi. C’était le 9 septembre. Un argument balayé aussitôt par le professeur Paul-Gaspard Ngondankoy ea Longya au cours de la même émission :
«La Cour constitutionnelle a une compétence d’attribution. Elle est compétente pour interpréter la Constitution et non les lois ». Pour le juriste Ngondakoy, la Cour constitutionnelle s’est arrogé, sans texte, la prérogative de régulateur de la vie politique congolaise dévolu au chef de l’Etat. « Aucun article de la constitution ne permet la nomination des commissaires spéciaux », déclarait, pour sa part, l’Unadef Christian Mwando, ancien ministre de l’Economie et des Finances de l’ancienne province du Katanga. Dans un communiqué daté du 29 septembre 2015, l’IRDH (Institut de Recherche en Droits Humains) et le PAD-CIPO (Projet d’Application des Droits Civils et Politiques) reprochèrent à l’Exécutif national de se livrer à une «interprétation erronée» de la décision rendue par la Cour constitutionnelle.

Dérive dictatoriale

La nomination des «Commissaires spéciaux» intervient un mois après la révélation de la proposition de loi portant organisation de référendum initiée par les députés Lucain Kasongo Mwadiavita et Simplice Ilunga Monga. Notons que celui-ci a été promu vice-ministre des Transports et voies de communications.

Jointe au téléphone jeudi soir à Kinshasa, une personnalité politique proche… de la «Majorité présidentielle» a livré à l’auteur de ces lignes sa lecture des événements : «Joseph Kabila a fait retarder l’élection de gouverneurs de province parce que la majorité présidentielle est désertée par les candidats potentiels. La majorité des postulants a déposé la candidature sous l’étiquette d’indépendant. Le Président Kabila espérait que la Cour constitutionnelle allait lui donner l’autorisation formelle de nommer les commissaires spéciaux. L’objectif est de garder les 16 Régions dans le giron de la MP. La démarche de la CENI auprès de la Cour constitutionnelle fait partie d’un scénario. Il en est de même de la déclaration du Premier ministre Matata Ponyo selon laquelle le gouvernement ne dispose pas, dans son budget, de la somme de 2,1 millions USD pour financer l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs ». « Les Commissaires spéciaux et leurs adjoints auront pour principale mission de promouvoir l’idée d’un référendum constitutionnel prétendument demandé par la base», souligne-t-il. Procès d’intention ? Assurément pas.

A preuve, dans l’interview qu’il a accordée à «Jeune Afrique » n°2859, Henri Mova Sankayi, secrétaire général du PPRD, a estimé qu’en lançant l’association «Kabila désir», le promoteur en l’occurrence le ministre Tryphon Kin-Kiey Mulumba n’a fait qu’exercer sa « liberté de conscience et d’expression ». Tiens! Tiens! que dire de Jean-Claude Muyambo et de Vano Kiboko?

Dans cet entretien, Mova dissimulait à peine son "désir" d’un référendum constitutionnel : «Qui doit trancher ce genre de débat ? Le peuple souverain. Celui-ci peut même se dédire et changer sa Constitution. Qu’on se saisisse de cette discussion. On verra ce que disent les Congolais. Personne n’est au-dessus du peuple.» On s’achemine lentement mais sûrement vers la "dérive dictatoriale" que redoutaient les rédacteurs de la Constitution en vigueur. Mova a d’ailleurs prévu : «Le contraire du dialogue politique, c’est la guerre.»

Baudouin Amba Wetshi.
© Congoindépendant 2003-2017

 

13 Réactions

Jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 02/11/2015 09:17:04
@Dav
En 2011, J’ai encouragé, avec de l’argent, plusieurs jeunes de mon quartier à voter pour Tshisekedi. Je ne sais pas ce que vous avez fait, vous monsieur le ‘’responsable’’. J’ai également donné ma contribution financière pour aider Tshisekedi à retrouver son ‘’imperium’’. A ce jour, d’ailleurs, je ne sais toujours pas ce qu’on a fait avec cet argent. Comment pouvez-vous savoir que je ne fais rien de concret pour le Congo? lisez-vous dans un verre de cristal? En quoi suis-je irresponsable?



Dav [cdavi@yahoo.fr] 31/10/2015 17:21:29
JO BONGOS,
tu poses une question des irresponsables. À ton âge, Tshisekedi luttait déjà contre la dictature de Mobutu sur le terrain. Et à plus de 80 ans, c´est encore lui qui doit le faire pour toi. C´est facile de se défouler sur l´internet. Adresse-toi la même question. Que fais-tu de concret pour le Congo? Te défouler avec une ironie qui ne te réussit même pas?



OUEST [grognedelouest@gmail.com] 31/10/2015 06:59:06

BANDEKO BA CONGOLAIS DE L’ EST, OUEST ,NORD NA SUD: TOLOBI MINGI, TOKOMI MINGI AU SUJET YA OCCUPATION YA MBOKA NA BISO, AU SUJET YA Garçon WANA "KABILA" . NGONGA EKOKI TOLEKA NA BA ACTES CONCRETS YA KOLONGWA NA OCCUPATION PE KOBENGANA YE. ATOSAKA PE AKOTOSA LOI MOKO YA CONGO TE ,PO EPAI NA YE AYEBI QUE CONGOLAIS ALINGI DISTRACTION MINGI PE ABANGAKA MINGI. DONC, DECISION NA YE YA 3e MANDAT EZALI FERME. PRESENCE NA YE EZALI SONI MINGI, MINGI, MINGI PO NA BISO NA MISO YA MOKILI MOBIMBA. BOPESA BISO SIKO’YO BA ACTIONS CONCRETES YA SUKA YANGO NDE TOLINGI BANDEKO COURAGE.



Pika Dosithée [dositheepika@yahoo.fr] 30/10/2015 18:30:09

Depuis l’ assassinat de sois- disant , son père adoptif , à sa descente d’ avion pour regagner Kinshasa le soir , le jour de sa prestation de serment . Souvenez-vous , les chars de combat tout autours ? A cet événement et les semaines qui ont suivi qu’ il règne en RDC en dictateur . En janvier jusqu’ en décembre 2001 , il n’a eu peur de personne , peut-être pas même de ces papas adoptifs Katangais . A plus de 15 ans de pouvoir . De qui et de quoi peut - il avoir peur ? Les G 7 qui ont très bien collaboré avec lui , l’ ont tout montré les faiblesses et tous les secrets ainsi comment dominer et monter sur l’ homme Congolais .
Denis Sassou du Congo en face l’ a reçu à plus de 92 % et il été consulté ce dernier de directives à suivre pour mieux sauter . De qui et de quoi peut - il encore douter ? De rien .
Le seul au monde qu’ il écoute et respecte , c’ est Paul Kagame , son cousin qui l’ a placé à la tête de la RDC où il est gouverneur .
Combien de fois que la RDC est sous la dictature ? Car , il est dictateur sanguinaire .



Pika Dosithée



Kolomboka [kolomboka@yahoo.fr] 30/10/2015 17:28:51
A Baudouin Amba,

Merci pour la pertinence de votre analyse.Merci aussi pour la permanence et l’abondance de l’actualité.Cependant, le glissement tant redouté est déjà effectif.Que faire ? Unique chose à faire : c’est de chasser Hyppolite Kanambe alias Joseph Kabila de force.Point barre.

Avec mes salutations patriotiques et révolutionnaires.

Kolomboka



GERMAIN [flower200980@yahoo.de] 30/10/2015 17:40:56
Cher compatriote Amba Wetshi Baudouin,
Merci pour votre éclaircissement.
Violation des articles de la Constitution ou pas, Cour Constitutionnelle, haute trahison du locataire du Palais de la national, pour les TUTSI POWER comme on dit en allemand " SCHEIßE EGAL, qui veut dire c’est de la merde, ils s’enfoutent ". Avec notre oisiveté et notre indifférence, le troisième mandat est inévitable. Hyppolite Kanambe était aux aguêts en attendant le fameux référendum organisé par la force par un autre tyran d’en face, le sanguinaire SASSOU NGUESSO. Avec le coup de pouce silencieux des traîtres EVARISTE BOSHAB, MINAKU, KIMBUTA, KENGO, OKITUNDU, MENDE LAMBERT OMALANGA, MOVA et consorts, qu’on le veuille ou non, l’étranger Hyppolite Kanambe va organiser son référendum. Le gagnant est connu d’avance, le KANAMBEOUI. Nous Kongolais, nous nous tourmentons vainement. Croyons-nous que le commandant Kadogo Hyppolite Kanambe alias Joseph Kabila et sa bande familiale des TUTSI POWER vont abandonner le grand KONGO bénévolement? Non et non!
Pour les Kongolais naifs qui ne le savent pas encore et qui sont encore dans le coma, sachez-le dès aujourd’hui que, pour les TUTSI POWER, le GRAND KONGO, c’et une Poule aux d’or. Cette Poule pond tous les jours un oeuf d’or. Un trésor pareil et gratuit, c’est comme une manne du ciel.
Le glissement est inévitable, le faux malade homme de Dieu Malu Malu a jeté l’éponge sous prétexte qu’il est gravement malade au niveau de cerveau et que sans arrêt sa tête fait du broukoutou broukoutou. Mais, la nuit tombante, cette Sainte-Nitouche en la personne de Malu Malu, est présent dans tous les flamingos de Léopoldville. Allez-le voir en catimini au Flamingo de la Commune de Kimpuka avec sa bouteille de Jonnie Walker buvant en califourchon, entouré des mamselles à la Mamado, avec ses prouesses, feintes phases entrain de danser le ndombolo, soukous, kintolola, isoto. C’est pas du tout sérieux pour un homme de Dieu. Pour moi, c’est un Belzébuth.
D’autres poids lourds glisseurs G7+1 autoproclamés MESSIE, ETERNEL, SAUVEUR sont venus également semer la zizanie dans les têtes des kongolais naifs et fanatiques y compris de l’opposition déjà existante, tout cela donner indirectement main forte au rais à briguer le troisième mandat.
Voire même, sans fracas, le félin président de l’UNC, un certain K. est allé en trombe en audience chez un autre K à LONDON CITY, tout cela pour sauver la peau d’un autre K, cet étranger venu des milles collines qui dirige le grand KONGO. Comme vous le voyez, le grand KONGO est dirigé de l’intérieur comme de l’extérieur par les K aux nationalités douteuses. Ce qui est encore grave, tous ces K de l’intérieur comme de l’extérieur sont supportés par l’intelligensia kongolaise.
Cela se voit clairement que le grand Kongo est en otage, sous occupation. Accepter le référendum, cela veut dire accepter le troisième mandat de l’étranger Hyppolite Kanambe alias Joseph Kabila pour permettre à ce dernier et sa bande des TUTSI POWER de bien piller le grand KONGO.
Les TUTSI POWER frotteront les mains, la misère incalculable va frapper tous les foyers kongolais. La GRANDE ENTREPRISE de la DIASPORA " WESTERN UNION " et nos familles bénéficiaires au pays resteront toujours les vrais gagnants, tandisque le BAUDET SPONSOR, BAILLEUR DE FONDS " DIASPORA ", le vrai perdant. C’est de cette facon que va la vie au grand KONGO.
MOVA, vient de déclarer publiquement le guerre aux kongolais avec sa phrase lapidante: Le contraire du dialogue politique, c’est la guerre.
BANDEKO TOLAMUKA, TOLAMUKA, MBOKA EZALI KOKENDE. KIBUTI, BA TATA, BA MAMA, LUZIBULA MAKUTU, LUZIBULA MESO.
AUFWACHEN! AUFWACHEN! WACHSAM SEIN! NICHT WIE EIN MURMELTIER SCHLAFEN!
Ingeta!!! Ibobo!!!



Jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 30/10/2015 15:58:28
Que dit le grand-prêtre Tshisekedi ?



François NZITANU [Francois.Nzitanu@ansm.sante.fr] 30/10/2015 15:18:07
Où va la RDC avec un Kabila imperturbable??? Congolais prenez votre destin en main. Si vous attendez les échéances fixés par la loi vous aurez vos yeux pour pleurer. Car pour Kabila la loi connait pas, les règles connait pas, l’éthique connait pas... Quand on a un fou devant soit, on réagit illico sinon il te fait ta fête.
Comme il l’a dit à l’envoyé du Président OBAMA dans les grands Lacs. Kabila est entrain de se préparer à une guerre sans merci. il a déjà tué plus 8 millions des Congolais qui lui demande des comptes?
En effet, comme le peuple ne prend que ce qu’on lui donne, ceux qui sont à blâmer, c’est sont M. GIZENGA qui fait semblant de ne rien comprendre sur les intentions de son partenaire alors que celui-ci se prépare à une guerre implacable contre son peuple. M. TSHIPASA VANGI Président de la COFEDEC. En fait cela fait plus de 15 ans que celui-ci attend un poste au gouvernement que Kabila lui a promu, Cela fait plus de 15 ans que M. Tshipasa laisse décimer son électorat au Nord Kivu. Ils sont nombreux dans les cas cités ci-dessus. Ma question à M. Tshipasa, quand vous n’aurez plus d’électorat au Nord Kivu que ferrez-vous? Aviez-vous compris pourquoi depuis tout ce temps Kabila ne vous nomme pas au gouverne? Suivez mon regard...



Jean-Marie Mabiti [jmabiti@yahoo.fr] 30/10/2015 13:59:11
Dans la même interview, Mova a été encore plus explicite en "glissant"(tiens, tiens !) la phrase suivante relative au référendum qui ne serait pas "en vue" au moment de l’entretien avec J.A.:"Cela pourra être en 2100, en 2030 comme... en 2015". Claire comme l’eau de source !



ngalowa Antoine [ngalo24@ayahoo.fr] 30/10/2015 08:44:49
un intrigue qui ne connais même pas l´admnistration ni son fonctionnement,ce voyou de kanambe finira mal et son cohortes des assassins sortie de néant pulvériser au sommet comme l´aigle Habite le haut sommet de montagne il descendra un jour on l´aura subira le sort de Samuel doe.
ingeta!!



Elili [dibangu@hotmail.com] 30/10/2015 06:50:50
Chers Compatriotes,
Cette nommination prouve bien que celui que vous appelez "locataire du Palais de la nation" se considère en fait comme le "propriétaire de ce palais" et des Congolais. Il faut aussi dire qu’il n’est pas arrivé à cette mentalité seule sans le concours de beaucoup de nos compatriotes dont le nombre ne peut être négligeable. Alors, si nous voulons que le pays devienne réellement démocratique et initie cette tradition avec les particularités qui lui sont propres, il faudrait que les institutions qui doivent conduire à cette culture fonctionnent normalement en faisant preuve de résistance contre tout ce qui peut faire perdurer la tradition dictatoriale dont le pays n’a que faire actuellement. Nos compatriotes qui soutiennent le Raïs doivent se rendre compte que ce sont eux qui sont les acteurs principaux de cette trahison de la nation. Le Raïs n’est qu’une partie visible de l’iceberg et personne n’est dupe. C’est ainsi que tous ceux qui dirigent les énergies de nos compatriotes vers le pic de l’iceberg en leur faisant oublier la partie immergée ne font qu’un travail erronée s’ils ne le savent pas et s’ils le savent, ils trahissent aussi le pays. Le Congo a tout ce qu’il faut pour que tous ses habitants vivent en paix en ayant le minimum nécessaire. Mais certains congolais ont développé une mentalité selon laquelle, eux doivent avoir tout au détriment d’une large majorité de la population. Si les enseignants et tous ceux qui travaillent au pays qui devraient constituer la classe moyenne n’arrivent pas à avoir le minimum pour mener une vie décente, que peut avoir celui qui n’a pas une formation professionnel et qui doit vivre de ses mains ? Voilà, à mon avis, un problème que nous devons résoudre, tous les Congolais ensemble. Que Dieu nous vienne en aide.



Elombe [odimba@hotmail.fr] 30/10/2015 05:56:23
Si Kabila et ses acolytes commettent l’erreur de croire qu’ils peuvent changer impunément notre constitution, le Congo va sombrer inéluctablement dans le chaos sans aucune autre forme de procès. La RDC n’est pas le Congo Brazza. Les Mende, Boshab, Kin Kie, Minaku et consort qui sont les fils indignes de notre pays paieront très chère leur velléité et leur volonté de tripatouiller notre loi fondamentale. Personnellement, je suis pour la paix, notre pays en a besoin pour son développement, mais il n’est pas question de laisser ses escrocs continuer à piller le pays. 2016 sera une année de tout le danger. "Kabila" peut nommer des commissaires à sa solde, mais qu’il n’oublie pas que Mobutu était mille fois plus puissant que lui qui ne connait même pas notre pays.



christian [chriisraela@live.fr] 30/10/2015 05:01:40
Pauvres congolais qui se laissent faire devant un inculte.


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.