AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
10 Mars 2017

La justice congolaise malade du pouvoir politique

 

"Joseph Kabila" et des hauts magistrats congolais

Dans un texte intitulé «communiqué du gouvernement» publié le mercredi 9 mars 2017, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement annonce la mort violente du commissaire de police Michel Yamuimbi. Celui-ci était en poste dans la province du Sankuru, en plein pays tetela.

A en croire le ministre Lambert Mende - qui a délégué la signature dudit communiqué à son directeur de cabinet -, les faits se seraient passés dans la ville de Lusambo, chef-lieu de la province précitée. «Le commissaire de police Michel Yamuimbi a été tué et son corps mutilé », peut-on lire. L’homicide aurait eu lieu dans une localité située à proximité de Dimbelenge dans la province du Kasaï Central «sur la route de Kananga», précise le texte.

Selon Mende qui semble n’avoir jamais entendu parler de la présomption d’innocence, les
«assassins» seraient «des terroristes agissant sous l’étiquette du chef Kamwina Nsapu». On cherche en vain le moindre embryon d’un début de preuve.

Qu’importe. Mende de prononcer le "verdict" : «En réponse à cet acte odieux, les forces de sécurité sont aux trousses de ces assassins pour leur faire subir la rigueur de la loi ».

Questions : en usant du vocable "terroriste", le pouvoir kabiliste tente-t-il de se chercher des excuses afin de justifier les exécutions sommaires commis par des présumés éléments des FARDC dans le Kasaï central? Le même pouvoir se sert-il de la nébuleuse "Kamwena Nsapu" pour rendre impossible la tenue des élections dans le "Grand Kasaï"?

Tout en déplorant le décès d’un être humain qui est à fortiori le représentant de l’autorité publique, on ne peut s’empêcher de s’insurger contre la fâcheuse habitude de l’exécutif congolais de marcher impunément sur les plates-bandes du pouvoir judiciaire.

Le communiqué catastrophiste du porte-parole du gouvernement appelle au moins deux observations théoriques.

Primo : le constat des infractions (contravention, délit ou crime) et l’identification des auteurs incombent non pas aux membres du gouvernement mais bien aux officiers de police judiciaire (OPJ). Ceux-ci sont placés sous l’autorité d’un magistrat du Parquet (procureur).

Secundo : c’est ce magistrat du Parquet qui aura la charge de donner, au vu des preuves, une qualification aux faits portés à sa connaissance.

Que voit-on dans le cas sous examen?

Membre du pouvoir exécutif, Lambert Mende s’est arrogé les prérogatives dévolues respectivement à la police judiciaire et au Parquet. Il s’est arrogé également la "casquette" du juge.

S’il est vrai qu’il y a eu mort d’homme, il n’en demeure pas moins vrai que les circonstances exactes du décès ne pourraient être clarifiées qu’à l’issue d’une information judiciaire. Il en est de même du mobile ayant guidé les auteurs présumés de l’homicide. Crime crapuleux ? Crime passionnel ? Assassinat ?

Le ministre Mende - qui a en horreur de peser le poids des mots – s’est cru en droit de qualifier les présumés tueurs de «terroristes». Des terroristes qui, selon lui, agiraient «sous l’étiquette du chef Kamwena Nsapu». «Le sage n’affirme que ce qu’il peut prouver », dit un adage asiatique.

La justice congolaise est malade. Elle est malade d’un pouvoir politique omnipotent qui échappe à tout contrôle démocratique. Un pouvoir politique qui survie par le terrorisme d’Etat exercé sur la population par une garde prétorienne et une police politique au service du dictateur.

Ancien "opposant" au régime de l’homme à poigne que fut Mobutu Sese Seko, Lambert Mende Omalanga est mieux placé que quiconque pour savoir qu’un pouvoir fondé sur l’injustice, le mensonge, le mépris de la vie et de la dignité de la personne humaine est appelé à disparaître. Tôt ou tard…

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2017

 
 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.