AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
19 Mars 2017

Le coup d’épée dans l’eau de Kimbuta contre Martin Fayulu

 

Jacques Kabeya Tenda

Ottawa, le 18 mars 2017

La scène politique congolaise regorge des rapaces qui sont prêts à tout pour atteindre leur but. Le dernier cas en date est celui de monsieur André Kimbuta contre Martin Fayulu. Contre toute attente, le premier cité agresse en public ce dernier pour une histoire abracadabrante dont la motivation est de salir et salir un individu qui marque des points dans l’opinion nationale pour son engagement du côté du peuple et son intégrité, tous azimuts.

Martin Fayulu, Intégrité et crédibilité hors de toute épreuve

L’intégrité de Martin Fayulu n’est pas à prouver ou à démontrer. Pour toute personne qui fait carrière à l’international, comme moi-même, dans des organisations ou entreprises internationales la vérification de crédit et celle de casier judiciaire est une pratique ordinaire et obligatoire et un préalable à toute embauche. Si l’intégrité définit la probité, la crédibilité est le caractère de ce qui peut être cru, qui est digne de foi.

Nommé comme cadre supérieur et directeur général de la grande société pétrolière d’Exxon Mobil, monsieur Martin Fayulu était passé par toute une batterie de vérification sur son honorabilité, son intégrité et sa crédibilité. Il mérite respect et considération. Dans ce marigot des prédateurs qu’est la RDC, des gens ont érigé le vol en mode de vie, André Kimbuta ne peut être un modèle pour le Congolais et moins pour Fayulu. Parce que nous avons tous péché et sommes sales, disent-ils, alors salissons les dignes fils et filles encore propres. Parce qu’il n’a rien à perdre du point de vue honneur et crédibilité, Kimbuta a voulu en vain entraîner Fayulu dans sa saleté.

Fayulu n’est pas de cette école des gens qui nourrissent leurs familles avec de l’argent sale, pillé et volé au peuple congolais. Le Cardinal Monsengwo, qui paraphrasait les écritures saintes, a dit quand tu voles l’argent public et tu deviens riche alors que le peuple souffre, tu es un sataniste, mais tôt ou tard, tu vas payer cela, car Dieu n’est pas injuste. Ce sont ceux qui ont un cœur droit que Dieu bénit, car ceux qui volent l’argent de l’état et ils sont heureux avec les biens mal acquis, Dieu finira par les punir. Leurs enfants ou leurs petits-fils payeront aussi les fautes de leurs pères ou de leurs grands-pères.

Parcours d’un homme politique admirable, imitateur d’Étienne Tshisekedi

Le parcours politique de Fayulu est admirable à plus d’un titre. Ce technocrate et manager international, émule de Tshisekedi en vérité et en esprit, reste l’un des rares Congolais qui n’ont pas plongé leur main dans les caisses de l’État et dont l’enrichissement n’est pas bâti sur le pleur des Congolais et des Congolaises, mais fait de ses propres investissements et actions dans les entreprises. Fayulu dit et répète avec force et assurance « Je n’ai jamais pris l’argent de personne ». Parce qu’il est crédible, comme E.Tshisekedi, les Congolais le croient, alors Kimbuta a simplement frappé au mur et sa mascarade a tout simplement été une tempête dans un verre d’eau.

Jacques Kabeya Tenda, MBA
Économiste-Financier
Ottawa,Canada


© Congoindépendant 2003-2017

 

4 Réactions

Hubert Mwanankoy [hmwanank@gmail.com] 19/03/2017 18:28:38
Avec tout le respect du a notre vaillant compatriote Martin Fayulu pour son combat contre la dictature kleiptocratique que dirige l’imposteur "Kabila" et ses bandes des voyous dont Andre Kimbuta, nous nous demandons ce que sont les motivations de ce mec Kabeya en se portant "avocat" de Fayulu.

La reponse reside dans sa promotion personnelle qu’il dissimule comme suit:

"....Pour toute personne qui fait carrière à l’international, comme moi-même, dans des organisations ou entreprises internationales la vérification de crédit et celle de casier judiciaire est une pratique ordinaire et obligatoire et un préalable à toute embauche. Si l’intégrité définit la probité, la crédibilité est le caractère de ce qui peut être cru, qui est digne de foi..." Oh...la...la...!

Alors, que notre "MBA" etale carrement son CV pour un poste dans le prochain gouvernement et sa place a la Mangeoire du meme Kabila qu’ils combattent.



Jacques Kabeya Tenda [jtendakabeya@hotmail.com] 19/03/2017 20:41:30
Mr. Hubert Mwanankoy,
Je ne suis pas chomeur pour quimander un emplois. Je vis bien et très bien même où je suis et n’ai pas besoin de poste comme tu le prétends. Je suis MBA et plus même. Si tu n’as rien à vendre, ce n’est pas mon problème. L’instruction est la première valeur pour un homme sur terre, tu n’avais qu’à t’instruire au lieu de dancer.
Merci,
Jacques Kabeya



chryso [chryso45@hotmail.com] 19/03/2017 22:58:37
Nonsense! Si, pour "Maitre" Jacques Kabeya Tenda, feu Papa Etienne Tshisekedi est l’ultime reference ou modele pour son "client", Martin Fayulu, dans une tentative de le defendre, alors naivete est a deplorer!

Mais a propos justement de l’"integrite" de Monsieur Martin Fayulu dont il est question ici, j’avais ecrit ce qui suit il y a presque 5 ans:

Martin Fayulu n’a pas convaincu la diaspora congolaise!
Par Chryso Tambu, publié le 11 juin 2012


L’un des membres des Forces acquises au changement (FAC), Monsieur Martin Fayulu, a été l’invité d’honneur de ndeko DSV de Radiolisolo.com, le 6 juin dernier, répondant aux différentes questions des auditeurs au cours d’une émission de deux heures. Ce "député" sélectionné par l’imposture à la suite d’une mascarade des élections législatives au mois de novembre de l’année dernière a été évasif, élusif, ambivalent dans ses réflexions - tenant des propos contradictoires par moment.


Profitant de ce forum pour, encore une fois, rationaliser sa participation et celle de ses collègues du "conclave" à l’"Assemblée nationale" - la jungle nationale -, l’empompo des FAC n’a pas tardé dès le début de l’émission de s’attribuer le mérite d’avoir engagé le débat sur la situation très préoccupante dans l’Est du pays et dénoncé le huis clos décrété par le "caporal" Aubin Minaku. L’effort déployé par ce meneur des FAC est certes louable et sans doute très apprécié par le peuple congolais. Cependant, il ne peut en aucun cas justifier d’une manière retrospective le péché originel que lui et tous ses alliés ont commis en décidant d’aller siéger à la jungle nationale. Non seulement il s’agit d’un sophisme aberrant mais cette action irresponsable a légitimé le troisième coup d’Etat de Hypolite Kanambe alias Joseph Kabila alors que la recommandation stratégique du président élu de la République, Etienne Tshisekedi wa Mulumba, aurait certainement affaibli l’imposture afin de lui permettre d’acquérir l’impérium et par conséquent la libération du peuple congolais.


L’évaluation de Martin Fayulu de la situation dans l’Est du pays est très correcte. Lorsqu’il affirme que le Congo-Kinshasa est dirigé par le Rwanda ou les Rwandais, il a parfaitement raison. Et d’ajouter que "le Rwanda nous a amené la guerre avec l’entrée de l’AFDL", c’est la vérité. D’ailleurs, James Kabarebe, un sujet rwandais et l’actuel ministre de la Défense de Paul Kagame, fut le chef d’Etat-major de l’Armée Nationale Congolaise (ANC) nommé par Mzee Laurent Désiré Kabila. Cependant, l’empompo des FAC feignt d’ignorer le noeud du problème à l’Est particulièrement et , d’une manière générale, dans toute l’étendue du territoire du Congo-Kinshasa, lequel est en effet lié à l’identité de celui-là qui dirige en ce moment le pays par défi et qui est parenté justement au Rwandais James Kabarebe et qui organise l’infiltration des Rwandais à tous les niveaux! Et c’est la question fondamentale que lui a posée l’auteur de cet article au cours de l’émission: celle de savoir si celui-là qui se fait appeler "Joseph Kabila" est Congolais? Mais pour le meneur Martin Fayulu, cette question "n’élevait pas le débat" et il l’a considérée comme étant "une attrape" pour lui faire dire ce qu’il n’avait pas envie de dire; une attitude impulsive typique à un témoin qui refuse de répondre à une question au risque d’incriminer lui-même mais, malgré tout, très révélatrice! Il n’a pas non plus confirmé la "nationalité congolaise" de l’imposteur à cette même question qui lui a été répétée trois fois!


Une première parenthèse. Malheureusement pour l’invité d’honneur, il n’a pas réalisé que cette prudence ne peut pas l’épargner au cas où les services de l’Agence nationale des renseignements (ANR) suivaient aussi l’émission! L’auteur de la question cherchait à avoir plus de précision car une nuance peut être apportée entre être dirigé par les Rwandais ou le Rwanda et le putschiste Kadogo à la tête du pays qui ne fait pas nécessairement de ce dernier un sujet rwandais.


A l’époque du parti-Etat et même après la mascarade d’une démocratie autour de l’"arbitre au dessus des partis", le feu maréchal-dictateur Mobutu Sese Seko, la situation qui prévaut actuellement à l’Est du pays était inconcevable jusqu’au moment où son régime a été renversé en 1997! Pourquoi? Parce qu’il était Congolais!


Une autre parenthèse. Il n’y a aucun doute à ce jour que Hypolite Kanambe alias Joseph Kabila - le bébé-éprouvette de Louis Michel avec une identité fabriquée de toutes pièces et adopté par la communauté internationale - est Rwandais et, plus précisement, un Tutsi. L’article "Joseph Kabila", un rwando-Tanzanien à la tête de la République "démocratique" du Congo! que l’on peut lire dans ce même blog archive (chrysotambu.blogspot.com sous le lien avril) corroborait et complétait l’information rendue publique par le président de l’Apareco, Monsieur Honoré Ngbanda en 2001 et les détails d’un article de Congoindépendant.com paru l’année dernière.


Malgré l’abondance de l’information qui prouve que "Joseph Kabila" est un étranger originaire du Rwanda et qui confirme l’’usage de faux avec la complicité des institutions inféodées au pouvoir, toute la classe politique - alors toute la classe sans exception - s’est autocensurée. Et lorsque Martin Fayulu refuse de confirmer la nationalité congolaise ou d’infirmer la nationalité rwandaise de l’imposteur, rien que ce petit test qu’il a lamentablement échoué confirme sa trahison, son statut de collabo et son role de faux opposant!


A entendre l’empompo ou le meneur des FAC, Martin Fayulu, on peut conclure que la démission pour lui est hors de question pour deux raisons évidentes. La première est matérielle ou sociale et financière pour absolument récupérer le capital investi dans la campagne électorale qu’il prétend avoir "totalement financée lui-même" et vivre "royalement". La corruption mensuelle assurée de $6000 laquelle est officiellement comptabilisée comme émolument ou salaire majoré des avantages sociaux tels que le loyer et le transport (un véhicule utilitaire) - sans oublier une éventuelle concussion sporadique pour le role de figurant joué dans le holywood de l’hémicycle pour plaire aux tuteurs occidentaux - lui permet d’atteindre très vite ces deux objectifs.


La deuxième raison est liée à son avenir politique. Convaincu que Etienne Tshisekedi wa Mulumba a été renvoyé à la retraite et que l’imposteur va demeurer éternellement au pouvoir - étant donné que, d’après lui, la stratégie du 16 févirer dernier avec la marche des chrétiens ayant "échoué" - il se positionne donc pour 2016 en misant sur la mémoire courte des Congolais et espérant négocier son parcours politique avec un nouveau paysage politique éventuellement sans Etienne Tshisekedi que sa boule de crystal, son radar ou son marabout signale.

A malin, malin et demi!


chryso45@hotmail.com



Jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 20/03/2017 07:59:15
Pour le camp Fayulu, ne serait-il pas plus simple de déposer plainte pour diffamation ? Devons-nous penser que, le législateur Fayulu ne croit pas en la Justice de son pays ? Dans ce cas, que fait-il au parlement ?

Cessons de nous raconter des histoires. Il faut bien convenir qu’il n’y a pas de classe politique au Congo. On y a fabriqué une véritable industrie pour soutenir l’imposture rwandaise. Dans tous les salons huppés de Kin la poubelle, il se dit la chose suivante : ‘’ On sait très bien que le pays est aux mains des étrangers. Il ne faut pas les laisser tout bouffer, seuls. On doit prendre notre part’’. Nous connaissons tous quelqu’un qui connait quelqu’un dans la mangeoire nationale. Je n’invente rien.

A mon avis, Kimbuta a essayé de dire simplement qu’ils étaient tous pareils. C’est-à-dire, corrompus. Le Dr Loseke nous a dit, dans une rhétorique différente, exactement la même chose : ‘’ Ils piaffent tous d’impatience…’’.

Autre chose, quelqu’un qui a travaillé pendant des années comme cadre dans une firme mondialisée ou dans une organisation internationale n’a pas –en principe, besoin de quémander un prêt de 100.000$ à un ami. C’est le salaire médian annuel d’un cadre junior. Autre chose, ce n’est pas parce qu’on a été cadre à l’étranger qu’on ne peut être corrompu dans son pays. Les exemples sont légion. Je suis très étonné des arguments avancés par Monsieur Fayulu. Il va même jusqu’à dire, qu’étant ‘’chrétien’’, il s’interdit certaines pratiques. Comme si être chrétien était une garantie de probité, de respectabilité et de vérité.

Je sens qu’on va encore m’accuser ‘’d’étaler ma médiocrité’’ sur ce site.


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.