AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
21 Mars 2017

Le pouvoir rend sourd et aveugle :

MP : Les divagations d’Aubin Minaku

 

Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale et secrétaire général de la majorité présidentielle. Capture d’écran RTNC

Dans une interview accordée au magazine "Jeune Afrique" n°2932 daté du 19 mars 2017, Aubin Minaku - qui porte la double casquette de président de l’Assemblée nationale et de secrétaire général de la mouvance kabiliste - y déclare notamment qu’il n’éprouve "ni remords ni complexes" d’être à la tête d’un organe délibérant dont le mandat a expiré. Selon lui, il est en conformité avec la Constitution. Il restera député aussi longtemps qu’il n’y aura pas de législatives...

Secrétaire général de la mouvance kabiliste dite "majorité présidentielle", Aubin Minaku a entrepris récemment une tournée en France et en Belgique. L’objectif paraît évident : desserrer l’étau diplomatique en passe d’étouffer le système kabiliste. Une mission impossible. Et ce pour la simple raison qu’il ne peut y avoir de bonne politique étrangère sans une bonne politique intérieure.

A l’instar d’autres caciques de la kabilie - c’est le cas notamment de She Léonard Okitundu et de Lambert Mende -, Minaku croit avec une certaine candeur qu’il suffit d’échanger une poignée de mains avec son homologue Claude Bartolone devant les photographes pour que le monde occidental en général cesse de voir en "Joseph Kabila" le prédateur des droits et libertés qu’il est.

A Paris, Minaku a accordé une interview à Jeune Afrique. L’interviewé a feint d’ignorer qu’il n’ y aurait jamais eu de "discussions directes" entre le pouvoir et l’opposition en vue de conclure un "compromis politique" si "Joseph Kabila" qui a été "élu" en 2006 et "réélu" en 2011, avait observé scrupuleusement les prescrits constitutionnels. A savoir notamment l’article 70 de la Loi fondamentale qui limite le mandat du Président de la République à "cinq ans renouvelable une fois". Il en est de même de l’article 73 qui astreint la Commission électorale nationale indépendante à convoquer le scrutin pour l’élection présidentielle "quatre vingt-dix jours avant l’expiration du mandat du président en exercice".

Un échec lamentable

L’interviewé a feint également d’ignorer que depuis 2015, "Kabila" use et abuse d’artifices pour prolonger indûment sa présence à la tête de l’Etat. Et pourtant, son bilan tient en trois mots : un échec lamentable.

Secrétaire général de la MP, Aubin Minaku - qui appartient à un régime au pouvoir depuis une décennie - estime qu’un bail de cinq ans n’est pas suffisant pour organiser une alternance démocratique. Au motif que, "les élections en RD Congo, c’est une lourde machine qu’il faut mettre en branle". "Au-delà des questions politiques, il faut garder à l’esprit les contraintes logistiques", a-t-il souligné sans toutefois préciser le nombre d’années qu’il faudrait à "Kabila" pour assurer la tenue des élections.

Interrogé sur les "mesures de décrispation" dont la libération des prisonniers politiques et le rétablissement du signal des médias privés, le secrétaire général de la mouvance kabiliste a relevé que "certains prisonniers ont été libérés et des exilés autorisés à regagner le pays".

Pour Minaku, il importe "de distinguer les individus qui peuvent bénéficier de ce geste politique et ceux qui sont concernés par une affaire judiciaire ouverte à la suite d’une infraction". Une allusion claire au cas de Moïse Katumbi Chapwe.

Une justice inique

"Le pouvoir rend fou", disait Alain. Dans le cas de Minaku, le pouvoir rend sourd et aveugle. Aubin Minaku refuse d’entendre et de regarder la réalité en face pour voir la crise de confiance existant entre les Congolais et la justice de leur pays. Une justice inique qui est réduite à la défense des intérêts de "Joseph Kabila" et ceux des oligarques qui l’entourent.

Qui oubliera le témoignage accablant de la juge du tribunal de paix de Lubumbashi/Kamalondo Chantal Ramazani Wazuri dans plusieurs médias internationaux? La magistrate n’a-t-elle pas avoué les contraintes subies pour condamner Katumbi?

Il faudrait peut-être rafraîchir la mémoire de Minaku en rappelant que la juge Ramazani a déclaré dans une de ces interviews que le bâtonnier Kamukuny du barreau de Lubumbashi lui avait dit que le dossier Katumbi/Stoupis était "particulièrement sensible". Et qu’il était "suivi par M. Kalev Mutond, le patron de l’Agence nationale de renseignements" mais aussi par "Joseph Kabila". En personne. On est où là?

La juge n’a-t-elle pas souligné que le jugement condamnant Katumbi leur "a été dicté" par sa hiérarchie en l’occurrence le Premier Président de la Cour d’appel? Sur ordre de "Kabila", l’ancien gouverneur du Katanga ne devait-il pas être non seulement condamné à trois ans de prison, à une amende d’un million de dollars, mais aussi à une arrestation immédiate? De quelle justice parle Minaku? S’agit-il de cette justice qui a embastillé Eugène Diomi Ndongala, Jean-Claude Muyaumbo, Franck Diongo pour leur opposition à voir "Kabila" briguer un troisième mandat?

Le "meilleur projet de société"

Rendu sourd et aveugle par les délices du pouvoir, Minaku est convaincu que "Kabila" "porte le meilleur projet de société pour la RD Congo". De quel projet s’agit-il? Les Cinq chantiers? La fameuse révolution de la modernité? Quid du bilan? De quel "meilleur projet" de société parle-t-il pendant que les Congolais ne disposent même pas de la carte d’identité nationale? De quel meilleur projet parle-t-il pendant que les Congolais peinent à satisfaire leurs besoins élémentaires en eau, électricité, soins de santé et une éducation de qualité ? Que dire de l’insécurité pour les personnes et les biens aux quatre coins du pays?

En conclusion de ce qui ressemble à des divagations, Aubin Minaku clame qu’il ne rougit pas d’être à la tête de l’Assemblée nationale dont le mandat vient d’expirer. "Vous pourriez poser la même question à Léon Kengo wa Dondo, le président du Sénat, dont le mandat a pris fin en 2012", lance-t-il avec aplomb comme si la Chambre haute devait elle-même organiser l’élection des sénateurs.

Minaku de marteler le plus sérieusement du monde : "Personnellement, je n’éprouve ni remords ni complexes car je suis en conformité avec la lettre et l’esprit de notre Constitution". Les articles 103 et 105 sont exempts d’équivoque: le député national ou le sénateur est élu pour un mandat de cinq ans. Un délai se calcule du quantième à la veille du quantième...

B.A.W
© Congoindépendant 2003-2017

 

8 Réactions

gyav [gyavi66@gmail.com] 21/03/2017 05:39:46
C’est à nous, intelligences et consciences encore droites, d’avoir honte à leur place. Dommage qu’on puisse être témoins de tels comportements après Mobutu, ce de la part de la génération-Mobutu ! Ces gens là n’ auront aucune excuses car ils ont un passé dont ils auraient dû s’inspirer. Tout est éphémère. Attendons donc.



Me. Simon Kayembe [sikay2@gmail.com] 21/03/2017 07:18:55
Le "petit-ya-confiance" A. Minaku et ses semblables lecheurs-MP entendent garder leur place a la table-a-manger de Kingakati et continuera a deguster le sang des Congolais avec leur maitre-assassin Hypo Kanambe-Mtwale.

Selon les enquetes de Reuters et RFI, au moins 8 Fosses communes avec de centaines de cadavres viennent d’etre decouvertes rien qu’au Kasai Central.

Il s’agit de recentes victimes de l’Assassin de Kingakati et ses mercenaires GR et ANR operant sous le regne de Terreur & Pillages que pilote ce Voyou !

Pendant ce temps, qu’en disent et que font nos "politi-chiens" a la CENCO...?

Eux ne se preoccupent que decrocher de postes de jouissance et leur place - tenez bien - a la Mangeoire du meme voyou-sanguinaire qu’ils dennoncent.

Quant a la tres faineante MONUSCO et sa consoeur CPI, elles ne se limitent qu’a exhorter le Gouvernement auteur-complice de "mener des enquetes"...

La CPI (et sa jouffue procureuse corrompue) qui s’acharna sur JP Bemba en l’ecrouant pour une peine presqu’a vie pour des crimes moins serieuses en Republique Centrafricaine, se montre curieusement silencieuse en RDC !



kij [kijo2005@yahoo.fr] 21/03/2017 13:35:09
le congo kinshasa est dirigé par des hors la loi comment un homme censé etudier peut dire des choses pareils,pitiés vraiment pour le congo des fous joyeux dans les institutions du pays



Congodebout [congodebout@yahoo.fr] 21/03/2017 14:17:16
Le plus lamentable dans tout ceci, c’est de constater que cet individu est également le président de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie. Une situation qui suffit à couvrir l’OIF et décrédibiliser cette institution internationale. Pour la petite histoire c’est "Joseph KABILA" qui dans son discours de clôture des Concertations nationales en 2013 avait "légalisé" le "glissement" en déclarant que les Sénateurs élus en 2006 restaient en place ... Par parallélisme étant donné qu’il n’a pas prononcé un tel discours après l’expiration du mandat des Députés nationaux élus en 2011 n’en déplaise à Monsieur MINAKU son mandat est arrivé à terme !!!



Bossekota wa Bosekota P.E.S [leforumducitoyen@outlook.com] 22/03/2017 07:04:36
Il est temps que nous comprenions et intégrons que le salut de la RDC(Z) repose sur l’impersonnalisation de la fonction publique.

Depuis l’indépendance jusqu’à ce jour, le personnalisation de la fonction publique est la cause fondamentale et récurrente des crises institutionnelles et politiques. Pour preuve, nous mettons à votre disposition le tableau ci-après:
https://www.facebook.com/pg/Lavoixengagee



Combattant Résistant de l’Ombre [sychar@yahoo.fr] 23/03/2017 06:04:56
L’homme est né bon mais c’est la société dans laquelle il vit le corrompt. Il y a quatre sortes des politiciens Kongolais, les meilleurs qui sont les Pères de l’indépendance et de la démocratie, les cyniques fossoyeurs de la démocratie, les repentis qui furent complices des cyniques fossoyeurs mais qui se sont rétractés en faisant amande honorable, les nuls qui collaborent avec l’occupant Tutsi Power composés des rebuts des cyniques fossoyeurs et de la classe politique Kongolaise médiocre, corrompue, collaborationniste, toxique, inconsciente congénitale que représente Sieur Minaku... INGETA



tokolonga [tokolonga@yahoo.fr] 23/03/2017 20:22:45
aubin munaku a peur de l;apres joseph-kabila comme lui-meme joseph-kabila,tous ces gens la ont peurs ,tellement qu,ils ont fait des crimes contre l,humanité,crime economiques et tant d,autres crimes,maintenant ils ont peurs, ils savent qu,il aura une justice populaire contre eux, partout dans le monde ,ces gens la paieront de leurs mefaits,ils subiront la supplice du pneu, pour que notre pays le zaire retrouve la paix , il faut tue,brulè tous ces gens la, lelo bazali komona que bango, mais lobi bakolela, ilfaut kosala bango ndenge ba libyens basala kaddafi na ba proche na ye, roumanie avec caesescou,samuel-do au liberia, ba aubin minuaku, mende,she-okitundu na petambwe-mwamba le plus grand voleur de la rep dem du congo, bango nioso il faut toboma bango.



kitambala wa kitambalak [kitambala@web.de] 24/03/2017 15:49:57
Tous ceux qui contunues à suivre kabila et co, laisse - moi vous dire ceci : cette attitude prouve tout simplement que l´homme noir c´est un imbécil. permettez - moi le terme chers compatriotes. pcq il est difficile de consévoir que sois disant des intélléctuelles , un grouppe des gens prendre tout un pays en otage. pour pillers, détruire sa propre patrie, c´est grave. un pays si riche comme le nôtre, vous tués les jeunes qui sont l´avenir .... mais sachez - le que chaque choses à son temps. et que la fin justifie le moyen. nous allons vous pendres un jour et que cela sera sans pitié.
des bouriques, des idiots, des cancres. mondele azali ko bongisa mboka na ye ebongo bino, mbongo bozali koyiba bozali kobomba na mboka ya mondele. bozali ba brai ba bolole. ba tutu. 60 ans ya dipenda..... mawa. ceca la libération ? bozela kala te ngonga eko beta bongo toko tunana.


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.