AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
18 Juin 2017

Lettre ouverte au Dr Donat Mupapa Kibadi

 

Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo

“Ngwashi” Donat,

J’espère que tu vas me lire. Mbote mingi kwa nge kele na Mputuville na kikanda nyonso. Pendant mes dernières vacances familiales en Belgique, notre ami et “mpangi” commun à toi et moi, le Dr Jadot Mutaku Fwala, m’avait déjà fait part de ton intention d’être candidat à la prochaine élection présidentielle. Tu te dis déterminé à sortir le Congo des marais. Ton ambition est légitime. Mais pour atteindre ton noble objectif, il faut surtout disposer d’idées-outils capables de sauver notre mère-patrie tant et si longtemps martyrisée. Aussi vais-je m’intéresser à ce qui semble être tes idées-outils. Tu soutiens que “ce qui manque au Congo, c’est la volonté politique”. Tu es également convaincu que “le Congo a besoin des hommes nouveaux”.

Avant de tester la solidité de tes idées-outils, permets-moi de constater que tu vis à Paris, c’est-à-dire non loin de Bruxelles. Baudouin Amba Wetshi ne t’aurait pas fait des remarques aussi pertinentes sur les relations belgo-congolaises si tu faisais attention à la politique belge. Les relations privilégiées ou la diplomatie de l’affection entre le Congo et la Belgique sont déjà enterrées dans ce dernier pays. Alors qu’il était avant tout de l’intérêt du Congo chosifié d’assassiner une telle diplomatie, notre pays continue à l’entretenir même si elle est aujourd’hui tombée dans le coma. Et voilà que le médecin urgentiste que tu es se propose de la réanimer. On est où là ? Entretenir un certain côté du paternalisme colonial belge, est-ce cela le Congo nouveau que tu voudrais incarner ?

“Ce qui manque au Congo, c’est la volonté politique”, dis-tu. Je pense que tu as suivi comme moi le scandale “Panama papers” qui a jeté une lumière crue sur le monde opaque de la finance offshore et des paradis fiscaux. L’humanité entière a su comment outre des milliers d’anonymes, de nombreux chefs d’Etat, des milliardaires, des grands noms du sport, des célébrités ou des personnalités sous le coup de sanctions internationales recouraient à des montages offshore pour dissimuler leurs actifs. La fratrie Kabila fut également directement incriminée par ces révélations. Il y a quelques semaines, j’ai suivi le reportage “Cash Impact” sur TV5 Monde/Afrique. Depuis la publication des premiers articles sur les “Panama papers” le 3 avril 2016, au moins 150 instructions, contrôles ou enquêtes ont été annoncés par la police, les douanes, les procureurs spécialisés dans la délinquance financière et la mafia, les juges et les tribunaux, les autorités fiscales, les Parlements et les cabinets d’audit dans 79 pays à travers le monde. Plusieurs milliers de contribuables et d’entreprises sont visés par une enquête. Des assemblées législatives ont fait voter à la hâte des lois pour combler les failles pointées du doigt par les médias. Les Etats affirment avoir déjà récupéré plusieurs dizaines de millions de dollars d’impôts sur des fonds auparavant non déclarés. Des dirigeants de trois pays ont démissionné, le plus important étant le premier ministre islandais Sigmundur Davio Gunnlaugsson. Des cadres d’entreprises et des avocats sont derrière les barreaux en attendant un procès au pénal en Europe, au Moyen-Orient et en Amérique latine. Au Congo, silence radio ! Sois honnête, cher Donat. Dans le contexte institutionnel actuel de notre pays, quelles seraient les chances d’un juge ou d’un Aubin Minaku animé de bonne volonté si jamais il voulait ne fut-ce qu’ouvrir une enquête contre les membres de la fratrie Kabila cités dans les “Panama papers” ? Tu peux te poser cette question autrement. Qu’arriverait-il à ce juge oui à Aubin Minaku ?

“Ngwashi” Donat, sais-tu comment le premier ministre islandais s’est fait avoir ? Ce monsieur se présentait comme un chevalier blanc de la politique. Comme François Fillon. Après les révélations sur le “Panama papers”, il s’était insurgé publiquement contre ces pratiques frauduleuses ou criminelles. Mais un journaliste islandais voyait l’ombre de son premier ministre derrière l’une des sociétés faisant l’objet de scandale. Cependant, il savait que s’il sollicitait une interview avec le premier ministre à ce sujet, il n’aurait aucune chance de l’obtenir. Il avait alors eu recours à un journaliste étranger d’un pays de l’Europe du nord. Celui-ci avait demandé d’interviewer le premier ministre sur un sujet que ce dernier affectionnait particulièrement, à savoir comment il avait réussi à redresser la situation économique de son pays. Au cours de l’interview qui était diffusée en direct à la télévision nationale, le journaliste étranger avait passé la parole à son homologue islandais qui avait cité le nom de ladite société, puis demandé au premier ministre s’il avait un lien quelconque avec celle-ci. Le premier ministre s’était exclamé qu’il avait été piégé. Il s’était alors levé. Le journaliste et les cameramen l’avaient suivi dans les couloirs tout en continuant à lui poser la même question. Ce fut la chute du chevalier blanc.

“Ngwashi” Donat, quand un peuple se dote d’institutions dites démocratiques et s’attend à ce que les hommes politiques aient la bonne volonté de respecter la loi ou de servir le peuple au lieu de se servir, c’est que ce peuple est conduit par des élites bêtes. Les institutions doivent être agencées de manière à ce que quand un homme politique, fut-il président de la république, n’a pas la bonne volonté de respecter la loi, les contre-pouvoirs se mettent en branle pour que tombe la sanction prévue à cet effet ou que l’homme politique démissionne. Le premier ministre islandais a été mis hors d’état de nuire parce que contrairement à Joseph Kabila, il n’avait pas la main mise sur tous les leviers par excellence du pouvoir, à savoir la police, l’armée, la garde républicaine, les services secrets, l’administration publique, la justice, l’assemblée nationale, etc.

“Le Congo a besoin des hommes nouveaux”. Ata nge mosi, “ngwashi” Donat ! Inki nsaka yina ! Puisque tu vis en France où Emmanuel Macron a fait du renouveau de la classe politique son cheval de bataille avec des hommes nouveaux issus notamment de la société civile, tu penses que “le Congo a besoin des hommes nouveaux” et tu mets en avant le fait que tu es issu de la société civile. Comment peux-tu ne pas te rendre compte que dans le contexte congolais, il s’agit là d’une énorme platitude ? Qui était Laurent-Désiré Kabila en tant que président de la république par rapport à Mobutu Sese Seko ? N’est-ce pas un homme nouveau ? Cela a-t-il empêché qu’il marche sur les pas de Mobutu en matière de gouvernance ? Qui est Joseph Kabila en tant que magistrat suprême du Congo par rapport à ses deux prédécesseurs ? N’est-ce pas un homme nouveau ? Cela empêche-t-il qu’il soit un dictateur plus sanguinaire que ceux qui l’on précédé à ce poste ? Faudrait-il qu’on s’amuse à compter le nombre d’hommes nouveaux dans l’administration de Joseph Kabila ? Quel est le résultat ? Leur obséquiosité envers lui n’est-elle pas beaucoup plus prononcée que celui des Mobutistes au temps fort du mobutisme triomphant ? Si “mpangi” na nge Olivier Kamitatu, par exemple, vandaka “homme nouveau” en rejoignant l’administration Joseph Kabila. Pourtant, lors de la campagne électorale de 2006, il avait déclaré publiquement qu’on ne devait pas avoir un débat télévisé entre les candidats Jean-Pierre Bemba et Joseph Kabila parce que ce dernier était président de la république. “Homme nouveau” ? “Ngwashi”, bika nsaka yina !

“Ngwashi” Donat, quand on est candidat à la candidature pour la prochaine élection présidentielle et qu’on n’a pas posé un bon diagnostic de la mauvaise gouvernance endémique du Congo, puis prescrit les remèdes qui s’imposent, on peut être animé de toutes les bonnes intentions du monde, cela ne suffirait pas à mettre l’homme congolais et son Etat débout. Alors, fais-nous danser au rythme d’une musique autre que la bonne volonté et l’homme nouveau. Et en vertu de quoi la fameuse bonne volonté serait-elle le monopole des hommes nouveaux ? Ceci dit, je te souhaite une bonne chance dans ta course à la présidence. Après tout, jusqu’à ce jour, je n’ai vu aucun candidat déclaré disposer d’idées-outils capables de sauver notre nation tant et si longtemps meurtrie. Bonne chance, car en tant que ton “mpangi” du Kwilu, je pourrais venir te rejoindre en cas de victoire pour jouer auprès de toi le rôle que Lambert Mende joue auprès de Joseph Kabila. Car, tel semble être le destin des intellectuels congolais. Des cons !

Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo
© Congoindépendant 2003-2017

 

10 Réactions

Elili [dibangu@hotmail.com] 19/06/2017 05:05:49
Chers compatriotes,
Je suis un peu surpris par les questions que notre compatriote MBTT pose à notre compatriote et son frère "ngwashi": Puisque tu vis en France où Emmanuel Macron a fait du renouveau de la classe politique son cheval de bataille avec des hommes nouveaux issus notamment de la société civile, tu penses que “le Congo a besoin des hommes nouveaux” et tu mets en avant le fait que tu es issu de la société civile. Comment peux-tu ne pas te rendre compte que dans le contexte congolais, il s’agit là d’une énorme platitude ? Qui était Laurent-Désiré Kabila en tant que président de la république par rapport à Mobutu Sese Seko ? N’est-ce pas un homme nouveau ? Cela a-t-il empêché qu’il marche sur les pas de Mobutu en matière de gouvernance ? Qui est Joseph Kabila en tant que magistrat suprême du Congo par rapport à ses deux prédécesseurs ? N’est-ce pas un homme nouveau ? Cela empêche-t-il qu’il soit un dictateur plus sanguinaire que ceux qui l’on précédé à ce poste ? Faudrait-il qu’on s’amuse à compter le nombre d’hommes nouveaux dans l’administration de Joseph Kabila ? Quel est le résultat ? Leur obséquiosité envers lui n’est-elle pas beaucoup plus prononcée que celui des Mobutistes au temps fort du mobutisme triomphant ? Si “mpangi” na nge Olivier Kamitatu, par exemple, vandaka “homme nouveau” en rejoignant l’administration Joseph Kabila. Pourtant, lors de la campagne électorale de 2006, il avait déclaré publiquement qu’on ne devait pas avoir un débat télévisé entre les candidats Jean-Pierre Bemba et Joseph Kabila parce que ce dernier était président de la république. “Homme nouveau” ? “Ngwashi”, bika nsaka yina !". Je suis curirieux aussi d?entendre des réponses. C?est alors que je pourrai aussi exprimer les raisons de ma surprise. Que Dieu nous vienne en aide.



ugadala ngundu [dalagumesu@yahoo.fr] 19/06/2017 05:49:19
Angwashi na beto zina ya kibadi,ikele Bantu yina imene kusala na lusanga (HCB-PLZ-Leverville),Mpangi donat,mayoyo imene zabisa nge mambu ya kieleka,mono imene tubila nge beto vutula ntete lusanga,tango mwebe kikongo,na kisia,beto kukuna maba ya ngashi ya mpa,sadila Bantu lopitalo,sala ata kima mosi na Gigwidji,vutula nzo nkanda beto tunga bwala na beto na nima beto ata voter nge,zaba nani kutekaka usine ya Kwenge? zina na yandi Kifumbi na kubondila mobutu sambu na kimfumu kana nge luta na kwenge nge lenda zaba ve nde usine vandaka pana,mpangi keba kulanda bampangi bamiyibi yai imene sala na kabila ve.yantika kusala kima mosi mosi
bika mbote yo ikele ndongisila,
wa nge mpangi

Ugadala Ngundu dia ambuda.



Combattant RĂ©sistant de l?Ombre [sychar@yahoo.fr] 19/06/2017 10:17:48
Bibliquement l?agencement logique du projet de la mise en place des nouvelles institutions de contre-pouvoir dans un Kongo rénové pour lesquelles nous adhérons totalement se résume en ces quelques mots du Christ dans Matthieu 9 : 16-17 "Personne ne met une pièce de drap neuf à un vieil habit; car elle emporterait une partie de l?habit, et la déchirure serait pire. On ne met pas non plus du vin nouveau dans de vieilles outres; autrement, les outres se rompent, le vin se répand, et les outres sont perdues; mais on met le vin nouveau dans des outres neuves, et le vin et les outres se conservent"... Ainsi soit-il. INGETA (...)



Lidjo [lidjoma@gmail.com] 19/06/2017 15:39:46
Bel article, monsieur Mayoyo Bitumba Tipo Tipo.



Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo [mbtt20062017@hotmail.com] 20/06/2017 12:38:29
Cher Elili,

Et si les réponses à toutes ces questions ne venaient pas ? N’aurons-nous pas la possibilité de savoir pourquoi ces questions vous surprennent ? Dans ce cas, que nos ancêtres nous viennent en aide.



Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo [mbtt20062017@hotmail.com] 20/06/2017 12:44:23
“Ngwashi” ugadala ngundu,

Mono kele mwana ya HCB-PLZ. Mono butukaka na Kisia. Kana HCB-PLZ vandaka ve, mpila ya kuenda kulonguka na Djuma ti na Kiniati zolaka vanda ve sambu na mono mwana ya Secteur Luniungu na Territoire ya Bulungu. Bika mbote



MAYOYO BITUMBA TIPO-TIPO [mbtt20062017@hotmail.com] 20/06/2017 12:54:43
Cher Combattant Résistant de l’Ombre,

Oui, mettre du vin nouveau dans de vieilles outres, c’est vouloir perdre son vin. De même, placer des hommes nouveaux aux commandes d’un système politique propice à la mauvaise gouvernance, c’est vouloir perpétuer celle-ci. Nous n’avons pas besoin de changement de gouvernement au Congo. C’est d’ailleurs ce que nous n’avons cessé de faire de Mobutu Sese Seko à Joseph Kabila en passant par Laurent-Désiré Kabila. Sans succès ! Ce dont le Congo a besoin, c’est du changement de gouvernance. Et celui-ci ne peut être obtenu qu’en changeant de système politique.



Nkomi Mbuta [nkomimbuta@gmail.com] 20/06/2017 17:09:43
Une dissertation pleine de bon sens . J? espère que mpangi na beto yani kele na makutu samu na kuwa malongi ya mbote me tuka na mbuta Mayoyo .



ugadala ngundu [dalagumesu@yahoo.fr] 20/06/2017 23:47:54
Ngwashi mayoyo mono ke tangaka nge mingi mambu mingi nge ke tubaka na bisono na nge ya mukieleka kansi beto yonso ikele bana ya HCB penepene kisia na Mission bengi mfumu nkuluntu
mr.l´abbé léon nkama zaba nde beto zola kuvutula bwala na mutindu ya fulama kubikaka Bantu mingi kuzaba histoire ya bwala ve mono ta vutukila nge

wa nge mpangi

ugadala ngundu dia ambunda.



Elili [dibangu@hotmail.com] 21/06/2017 05:14:18
Cher MBTT,
Merci de votre réaction sur mes propos au sujet de votre analyse. Les questions sont toujours des réponses, ceci n?est pas une contradiction. Les questions qui nous surprennent, nous indiquent aussi quelque chose sur nous qui expliquerait la surprise. Quand je dis que "Dieu nous vienne en aide", je remonte à la source. Car, nos Ancêtres nous parlent chaque jour, mais nous ne les écoutons pas. Pour une anecdote, un prêtre Ngbandi m?a dit ceci: "Le Maréchal est trop riche alors que le peuple souffre de faim. Lui le défenseur de l?authenticité ignore que le chef Ngbandi est celui qui mange quand tous ses sujets ont mangé. Il ne mange pas le premier". Dites-le à nos politiciens qui défendent tous leurs tribus dont ils ne connaissent même pas la sagesse en matière de gestion de leur société. Encore une fois, que Dieu nous vienne en aide, car c?est Lui le Maître de Tout. A vous lire prochainement.
Mes respects pour tout ce que vous faites pour faire avancer la réflexion sur la place publique.


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.