AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
17 Juillet 2017

Interview:

Monseigneur Fridolin Ambongo : « le pays va mal, debout congolais ».

 

Mgr Fridolin Ambongo, vice-président de la CENCO

Le message des évêques de la RDC sur les conditions de vie de la population dont ils ont la charge pastorale est intitulé « Le pays va mal, débout Congolais ». Qu’est-ce que les évêques ont voulu dire ?

Le titre en soi est tout un enseignement. Il suffit de regarder notre peuple. Le peuple congolais aujourd’hui, c’est un peuple courbé. Il est courbé sous le poids de toute sorte de vicissitudes qui sont tout simplement dues à la méchanceté de l’Homme. Et cet Homme, malheureusement, ce sont nos frères et soeurs congolais. Nous, avec notre regard de pasteurs, nous disons : « mais ça ne peut pas continuer comme ça. Ce peuple congolais pouvait vivre mieux. Il a tout ce qu’il faut pour vivre mieux. Mais pourquoi il ne se redresse pas, contrairement au vœu des pères de l’indépendance ? ». Dressons nos fronts longtemps courbés. Et ce front va rester courbé pendant encore combien de temps ? En tant que pasteurs, nous ne pouvons qu’exhorter notre peuple à se mettre debout.

Des opposants ont utilisé le même intermède « Debout congolais ». Est-ce que c’est une coïncidence où vous puisez dans la même source ?

Mgr Fridolin Ambongo : Je crois que tout le monde puise à la même source. Et la source, ce n’est pas dans l’hymne national. La source, c’est la souffrance de notre peuple qui est courbé. Il suffit de regarder ce peuple et pour peu qu’on a un peu de l’amour, qu’on a encore un peu de compassion. Pour nos frères et soeurs, on ne peut qu’être touché par la souffrance de ce peuple qui a le dos courbé depuis très longtemps.

Dans votre message, vous parcourez la situation de votre pays et vous arrivez à vous poser la question : « que devons-nous faire ? » Voilà, c’est la question que je vous pose maintenant pour développer un peu davantage.
Vous demandez effectivement Ă  la population de votre pays de prendre en mains le destin commun.


Le peuple congolais a toujours compté sur la classe politique pour son avenir. Mais, le constat est là : un constat vraiment amer. Il ne pourra plus fonder son avenir, un avenir heureux, meilleur, sur ce genre de classe politique que nous avons aujourd’hui au Congo. S’il veut qu’il y ait un changement dans ce pays, c’est à lui de se prendre en charge, de se donner une nouvelle orientation pour son avenir et pour l’avenir de ses enfants. Dans la classe politique, heureusement on trouve encore quelques-uns qui se distinguent.

Malheureusement, leur voix ne se fait pas entendre. On a l’impression qu’il y a un système qui s’est mis en place au Congo, qui broie les bonnes volontés, qui noie les efforts de ceux qui voudraient tirer le pays vers le haut pour que le pays continue sa descente aux enfers. Et nous ne pouvons pas rester bras croisés devant une situation pareille. C’est pourquoi nous, en tant que pasteurs, nous exhortons notre peuple à ce courage prophétique, à ce courage qui fait délier des liens et qui permet à un peuple de faire le saut qualitatif pour son bien.

Pour son bien mais sans tomber dans la rébellion, sans prendre des armes ?

Mgr Fridolin Ambongo : Nous, en tant que pasteurs, nous ne pouvons jamais inviter à la rébellion. Se prendre en charge ne signifie pas nécessairement entrer en rébellion et continuer à tuer les autres. Mais il y a des droits civiques qui sont reconnus au peuple dans la Constitution. Et on peut le faire comme nous les évêques nous le faisons.

Mgr, avec un peu de recul, n’avez-vous pas été naïfs avec les politiciens qui sont habitués aux intrigues, aux coups bas, aux calculs parfois malhonnêtes.
Aujourd’hui, vous vous rendez compte que peut-être vous étiez dans une décision des crocodiles politiques qui ont toujours des arrière-pensées derrière la tête, et que vous, les évêques, vous vous êtes présentés là-bas comme de bons pères, des chrétiens ?


Effectivement, quand on fait la relecture d’une action sociale, on trouve toujours les pour et les contre. Effectivement, c’est ce que nous avons fait ; il y aura certainement quelque chose à redire là-dessus. Mais, moi je crois que nous avions conduit cette médiation avec les meilleures intentions pour un avenir meilleur pour notre pays. Nous étions même convaincus que le pays allait dans la bonne direction.

Je crois que beaucoup d’éléments allaient dans ce sens-là. Il y a un élément qu’il faut prendre en considération, qui explique le blocage d’aujourd’hui. Tout ce qu’on pourrait dire c’est le déséquilibre dans l’équilibre qu’il y avait pendant le dialogue.

C’est aussi la disparition du président Etienne Tshisekedi. C’est un élément fondamental. Et le soir de sa mort, quand nous avions reçu cette information, nous avions compris tout de suite que quelque chose allait bloquer la machine que nous essayions de conduire. Et c’est ce déséquilibre, malheureusement, qui a été exploité par le pouvoir en place. « Bon, désormais, il n’y a plus rien en face, on peut faire ce qu’on veut, inutile d’aller dans le sens de l’Accord ». C’est ça qui nous a conduit dans le blocage d’aujourd’hui. Mais le travail que nous avons fait, ça conduit quand-même à un accord. Et cet accord s’impose à tout le monde, à l’Opposition et à la Majorité. Et nous, nous devons tout faire pour nous mobiliser pour que cet accord soit suivi d’application. Et nous n’avons jamais désespéré qu’on ne peut pas appliquer cet accord, il est applicable dans le contexte actuel.

Interview dans Radio Vatican le 4 juillet 2017. http://www.afrique-centrale.fr/2017/07/04/fridolin-ambongo-rdc/
© Congoindépendant 2003-2017

 

2 Réactions

Jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 17/07/2017 08:18:25
En leur qualité de pasteurs, pourquoi ne font-ils pas une grève de la faim, par exemple ?

Le peuple, lui, est déjà plein dedans, depuis des années. Nos chers évêques, soyez solidaires. Le peuple vous écoutera mieux et se mettra debout.



Bernard B. [tshamwa@bluewin.ch] 17/07/2017 14:36:22
Etude Politique et Stratégique pour la RDC .

Thème : La Stratégie du Rhinocéros.

Na tango ya Laurent-Désiré Kabila, tobenganaki ba rwandais, pe bakimaki. Sima, tango ba rwandais bazongaki, ba Congolais babandaki kolanda « Stratégie d’Evitement », sans le savoir.

Stratégie d’Evitement eutaka na nzela misato oyo : 1) Kobanga, 2) Kozela po likambo esila yango moko, 3) Kolemba na momesano. - Na RDC, Stratégie d’Evitement euti na Kobanga té lokola bato mingi bakanisaka ; Stratégie d’Evitement ya ba Congolais euti na KOZANGA LEADER CREDIBLE.

Tango ya L.D. Kabila, Peuple atelemaki pe akimisaki ba rwandais ; ezalaki po L.D. Kabila azalaki CREDIBLE et COURAGEUX na koloba VERITE etali ba rwandais.

Sima, peuple atelemaki le 19 na le 20 décembre 2016 po na kobengana Kanambe ; kasi, peuple azalaki déçu tango UDPS na Rassemblement babalukaki, babandaki kosenga Poste ya ki Premier Ministre na Gouvernement ya Kanambe. Déception ya peuple ekomaki ya monene koleka tango bato ya UDPS na Rassemblement babandaki kowela ba postes ya ki ministre na Dialogue ya CENCO. - Yango wana peuple akoti inconsciemment na Stratégie d’Evitement. - Ezali kobanga té. Seulement, peuple a comprendre tè ba soi-disant politiciens bazali kowela INTERETS YA BANGO MOKO.

Eye komonana tè peuple a comprendre mayele ya ba politiciens tango UDPS apesaki « mot d’ordre » na peuple po na kokamata Palais de la Nation. - Peuple aboyaki kobima !

Ya sika oyo, soki peuple akobima, akobima po na « mot d’ordre » ya ba politiciens té ; akoki kobima po na molende ya Eglise Catholique.

« Tribune de la Presse : impossibilité d’organiser les élections avant décembre, selon la CENI - (Corneille Nanga). - Publié le vendredi 14/07/2017 - Radio Okapi. »

« Joseph Olenghankoy: « ll y aura élections après le mois de décembre (2017).
Publié le dimanche 16/07/2017 - Radio Okapi. »

« Beni : deux prêtres catholiques enlevés. - Publié le lundi 17/07/2017 - Radio Okapi. »

« Monseigneur Fridolin Ambongo : « le pays va mal, débout congolais ». - Interview dans Radio Vatican le 4 juillet 2017. http://www.afrique-centrale.fr/2017/07/04/fridolin-ambongo-rdc/
- Le message des évêques de la RDC sur les conditions de vie de la population dont ils ont la charge pastorale est intitulé « Le pays va mal, débout Congolais ». Qu’est-ce que les évêques ont voulu dire ?
- Journal Congo Indépendant du 17.07.2017. »

Banda kala, nazalaki kolakisa bino tè nzela tosengeli kolanda ezali nzela ya Eglise Catholique po na kosala CNS de Libération Nationale. CNS ezali kopesa nguya mingi na Révendication ya peuple, pe ezali kolakisa Unité d’Esprit ya peuple po na kosukisa likambo ya Occupation rwandaise.

CNS de Libération Nationale elingi koloba « Bitumba » té, elingi koloba « kolakisa Unité d’Esprit ya peuple, pe, Détermination ya peuple » po na kosukisa Occupation rwandaise. Ba Résolutions tokobimisa na CNS, yango moko ekolakisa na banguna tè Tango ya bango esuki.

Lokola Eglise abeti mbela, etikali atindela ngayi Invitation po nakoka kokota na Kinshasa. Tango wana, Stratégie d’Evitement ekozala lisusu té ; tokosalela Stratégie du Rhinocéros.

La Stratégie du Rhinocéros :

Stratégie du Rhinocéros ezali : kolakisa tè ozali kobanga té, kasi ozali kobangisa. - Botala Rhinocéros tango abimaka po na kolia : Ezala lion, ezala léopard, ezala éléphant, bango banso babangaka ye. - CNS ezali na nguya ya Rhinocéros. - Kanambe akoki ko résister té na mikano ya CNS. - Tango ya kosala CNS, yango oyo. To profiter na occasion oyo po tosala likambo mbala moko.
Po na ko protéger peuple, Mampinga ya biso, na Police ya biso, na Service Secret ya biso, basengeli kobelema.

Bernard B.
17.07.2017


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.