AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
11 Septembre 2017

MaĂźtre Patrick Kabeya, Solola bien !

 

Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo

Nous venons de lire avec attention les remarques de MaĂźtre Patrick Kabeya Ă  l’intention de FĂ©lix Tshisekedi pour qui il dit avoir “le plus profond respect” tout en rappelant Ă  ce dernier qu’il est Congolais avant d’ĂȘtre KasaĂŻen. Ces deux remarques sont intĂ©ressantes dans la mesure oĂč elles reflĂštent parfaitement bien deux erreurs communĂ©ment commises dans notre quĂȘte lĂ©gitime de dignitĂ© ou de l’Etat de droit depuis l’indĂ©pendance.

MaĂźtre Patrick Kabeya se dit “déçu, voire choquĂ© Ă  la lecture des nominations [des membres du cabinet de FĂ©lix Tshisekedi]”. Car, “on y retrouve exclusivement des KasaĂŻens. Du directeur de cabinet Ă  l’agent du protocole, soit 12 postes pourvus au total, tous ou presque sont issus de la mĂȘme province”. Il rappelle que ce n’est pas la premiĂšre fois que FĂ©lix Tshisekedi se conduit ainsi. Car, note-t-il, “dĂšs qu’il forme une dĂ©lĂ©gation pour le reprĂ©senter, ça ou lĂ , au titre de ses fonctions au sein du Rassemblement ou de l’UDPS, FĂ©lix Tshisekedi ne recourt qu’à des KasaĂŻens”. Patrick Kabeya va plus loin en indiquant que “ces nominations tribalistes, voire claniques, rappellent certaines pratiques rĂ©trogrades que l’on reprochait dĂ©jĂ  en son temps Ă  feu son pĂšre, le Sphinx de Limete”. Mais loin de tirer la conclusion qui s’impose face au favoritisme tribal clairement affichĂ© par un leader politique se prĂ©sentant sous une stature nationale, Patrick Kabeya soutient le plus naturellement que “le fils de feu Etienne Tshisekedi fait partie de ceux qui, avec d’autres, incarnent l’espoir du renouveau et de l’unitĂ© retrouvĂ©e du Congo, sans distinction d’origine provinciale pour tous ses fils et ses filles”.

Pour un “avocat et observateur attentif de la vie politique en RDC”, comme se prĂ©sente lui-mĂȘme Patrick Kabeya, il s’agit lĂ  d’une bien curieuse façon de voir les choses. Car, si au niveau du parti ou d’une coalition des partis, oĂč il n’y a pas de grands enjeux ou intĂ©rĂȘts Ă  dĂ©fendre, un leader politique s’illustre dans le favoritisme tribal, il va de soi qu’il ne pourra changer son fusil d’épaule une fois hissĂ© d’une maniĂšre ou d’une autre au sommet de l’Etat oĂč les intĂ©rĂȘts Ă  dĂ©fendre sont immenses surtout dans le cadre de la politique du ventre chĂšre Ă  notre pays. Comme le dĂ©montre si bien la fratrie Kabila. Mais au Congo, en dĂ©pit du fait que les hommes politiques annoncent clairement les couleurs de la gouvernance Ă  travers leurs faits et gestes avant d’arriver au pouvoir, Ă  l’instar d’Etienne Tshisekedi hier et de FĂ©lix Tshisekedi aujourd’hui, en les acclamant ou, pour revenir Ă  l’expression de Patrick Kabeya, on a pour eux “le plus profond respect”. Telle est la premiĂšre erreur que ne cessent de commettre mĂȘme les Congolais les mieux instruits.

En servant des tartines de morale politique Ă  FĂ©lix Tshisekedi, MaĂźtre Patrick Kabeya tient Ă  ce dernier ce langage, comme le feraient tous les prĂ©tendus nationalistes congolais : “Avant d’ĂȘtre KasaĂŻen, vous ĂȘtes Congolais”. Car, Ă  son entendement qu’il estime sans doute hautement nationaliste ou patriotique, “au Congo, une seule appartenance doit primer : l’appartenance Ă  la Nation congolaise”. Est-ce cela ĂȘtre “observateur attentif de la vie politique en RDC” ? Pourquoi devons-nous nous mentir Ă  nous-mĂȘmes ? Depuis quand est-on Congolais avant d’ĂȘtre de telle ou telle autre entitĂ© administrative du pays ? Depuis quand est-on Congolais avant d’ĂȘtre Mongo, Mukongo, Muluba, Mumbala, etc. ? Si jamais le Congo devait disparaitre un jour, cela entraĂźnerait-il automatiquement la disparition de ses diffĂ©rentes identitĂ©s communautaires ou rĂ©gionales ?

Prenons le cas d’un Etat qui a disparu de nos jours, Ă  savoir l’ex-Yougoslavie qui avait successivement existĂ© d’abord comme une monarchie (1918-1945), ensuite comme une rĂ©publique fĂ©dĂ©rale Ă  parti unique communiste (1945-1992) et enfin comme un Etat fĂ©dĂ©ral (1992-2003), englobant Bosniaques, Croates, Kosovars, MacĂ©doniens, MontĂ©nĂ©grins, Serbes et SlovĂšnes. La disparition de la nation yougoslave n’a pas entrainĂ© celle de ces diffĂ©rents peuples qui le constituaient. L’existence de ceux-ci prĂ©cĂ©dait celle de la nation yougoslave. Elle a survĂ©cu Ă  la disparition de la Yougoslavie. Il en sera de mĂȘme si jamais le Congo devait disparaitre un jour. Dans le contexte sociologique congolais actuel, on est avant tout Mongo, Mukongo, Muluba, Mumbala, etc. avant d’ĂȘtre Congolais. On est avant tout de Gemena, Kwilu, Lomami, Mongala, etc. avant d’ĂȘtre du Congo. D’ailleurs, si tous les Congolais sont conscients d’ĂȘtre Congolais mĂȘme aux fins fonds de la brousse ou de la forĂȘt, seule une infime minoritĂ© a une idĂ©e claire de ce qu’est rĂ©ellement l’identitĂ© nationale congolaise.

Le mensonge des nationalistes autoproclamĂ©s consistant Ă  affirmer qu’on est avant tout Congolais cache en rĂ©alitĂ© l’incompĂ©tence des Ă©lites Ă  construire une unitĂ© politique harmonieuse et effective Ă  partir de la diversitĂ© du tissu social qui est un fait et non un mirage. Aussi s’imagine-t-on, Ă  tort bien entendu, que pour minimiser ou mettre un terme au favoritisme liĂ© au phĂ©nomĂšne identitaire, on doit gommer ou mĂ©priser les diffĂ©rentes identitĂ©s tribales, ethniques, communautaires ou gĂ©ographiques. Or, le favoritisme d’essence identitaire ou autre est inhĂ©rent Ă  toute sociĂ©tĂ© humaine. On le rencontre mĂȘme lĂ  oĂč on s’y attendrait le moins. Comme dans les Eglises oĂč on apprend aux humains qu’ils sont tous fils de Dieu pendant que pour sĂ©lectionner celui qui doit gĂ©rer le “mabonza”, par exemple, on n’attend pas d’ĂȘtre guidĂ© par l’Illustre Inconnu qui rĂšgnerait dans les cieux mais par la coterie.

Pour combattre le flĂ©au ci-dessus, pour empĂȘcher que cette faiblesse humaine ne contamine le corps social au point de briser sa cohĂ©sion, pour qu’émerge un “Congo nouveau”, comme l’écrit Patrick Kabeya, “dans lequel tous les citoyens seront Ă©galement considĂ©rĂ©s, sans distinction d’origine provinciale ou tribale”, ce qui constitue dĂ©jĂ  un idĂ©al, il n’est nullement nĂ©cessaire qu’on soit Congolais avant d’ĂȘtre Mongo, Mukongo, Muluba, Mumbala, etc. Il appartient Ă  la loi de veiller Ă  ce que le favoritisme d’origine identitaire n’ait pas droit de citĂ©. Encore faudrait-il que l’agenda public n’offre Ă  personne la possibilitĂ© de se situer au-dessus de la loi.

Pour que la plus grande organisation intergouvernementale au monde, par exemple, fonctionne comme telle, personne ne perd pas son temps Ă  apprendre aux fonctionnaires des Nations Unies que cette institution n’est pas leur propriĂ©tĂ©. Il y a des rĂšgles qui s’imposent Ă  tous. Au Congo, un ReprĂ©sentant SpĂ©cial du SecrĂ©taire GĂ©nĂ©ral a perdu son poste pour avoir usĂ© de sa position et donnĂ© du travail Ă  sa propre fille ; ce qui est strictement interdit. En Centrafrique, un autre ReprĂ©sentant SpĂ©cial du SecrĂ©taire GĂ©nĂ©ral a Ă©galement Ă©tĂ© virĂ© entre autres pour la mĂȘme raison. Il s’est arrangĂ© pour que le contingent de son pays soit commandĂ© par son propre fils. De mĂȘme, pour mettre un terme au favoritisme consistant Ă  embaucher un membre de famille comme assistant parlementaire en France, le PrĂ©sident Emmanuel Macron n’a pas perdu son temps Ă  enseigner aux Français qu’avant d’ĂȘtre membre d’une famille particuliĂšre, on est avant tout Français. DĂ©sormais, la loi interdit cette pratique qui ne semblait offusquer personne tant que l’Etat providence existait.

Il n’y a qu’au Congo et ailleurs en Afrique que les Ă©lites s’imaginent que les problĂšmes de gouvernance se rĂšglent par des discours du genre : “FĂ©lix Tshisekedi, avant d’ĂȘtre KasaĂŻen, vous ĂȘtes Congolais !”. Les Ă©lites dignes de ce nom doivent plutĂŽt rĂ©flĂ©chir sur comment crĂ©er des partis politiques dans lesquels des comportements aussi inacceptables que celui de FĂ©lix Tshisekedi seraient sanctionnĂ©s. Comment ? Mais nom d’une pipe, il faut avant tout que le parti cesse d’ĂȘtre un “ligablo”.

Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo
© Congoindépendant 2003-2017

 

14 Réactions

Jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 12/09/2017 10:43:07
Je trouve qu?on a oublié Badibanga au poste de responsable du parc automobile du ??Président??.

Autre chose, Me Kabeya aurait dû rappeler à Félix Tshisekedi qu?enterrer dignement son pÚre est un devoir sacré pour chaque fils. En lieu et place de courir derriÚre un sacre politique et fanfaronner avec la constitution d?un ??cabinet?? tribal dont on se demande avec quel budget va-t-il fonctionner et ce, pour faire quoi exactement ?

C?est ça l?industrie politique au Congo. C?est ça l?opposition politique au Congo. Est-ce ça l?alternance aux rwandais ?

Batu pamba.



Armand [Armand1967leliondejuda@gmail.com] 12/09/2017 15:19:15
Cher Monsieur Mayoyo,
Vous avez tort de penser que l?ONU soit l?exemple de la gouvernance. Cette structure est par moment gĂ©rĂ©e comme une boĂźte Ă  rĂ©sonance de l?imposition amĂ©ricaine Ă  travers le monde. Rappelez-vous l?assassinat ou le dĂ©cĂšs du suĂ©dois Dag Hammarskjöld Ă  Ndola (Zambie). ArrivĂ© Ă  LĂ©opoldville le 13 septembre 1961 pour nĂ©gocier la libĂ©ration d?une compagnie de casques bleus assiĂ©gĂ©e par les troupes belgo-Katangaises dirigĂ©es par MoĂŻse TshombĂ©. Le seul survivant du fameux Krash aĂ©rien dĂ©cĂ©da dans des circonstances non Ă©lucidĂ©es Ă  ce jour. C’est la rĂ©pĂ©tition aujourd’hui avec les enquĂȘtes sur le meurtre de deux experts onusiens au KasaĂŻ.
Par ailleurs, les partis politiques seront toujours des instruments de conquĂȘtes des titres politiques et Ă©conomiques Ă  travers le monde. Les Usa, la Belgique, la France ne font pas exception. Notre souhait est que cette conquĂȘte se fasse dans la transparence et l’éthique.
Enfin, c’est imprudent de foudroyer Monsieur Felix Tshisekedi sur la base de noms ethniques. Lolo Yeye , Eric Bilale sont –ils tous KasaĂŻens ? Vous qui ĂȘtes du Kwilu, savez-vous qu’il y a des Mulumba , de Tumba mĂȘme de Kalonji dans le Grand Bandundu et au Bas Congo ? Il y a aussi dans le KasaĂŻ des noms tels que le Kumbu, Nimy , Mbomba, Luamba
.Ce dĂ©bat sur les membres du cabinet de Felix Tshisekedi est Ă  mon avis un faux dĂ©bat. La gouvernance d’un cabinet aux allures informelles devrait s’articuler sur la compĂ©tence et la loyautĂ© dans un contexte oĂč mĂȘme ceux d’une mĂȘme ethnie sont en train de se trahir. Quid de Tshibala et Badibangi tous de l’ethnie Luba ? Mobutu et Lumumba tous Anamongo ? Kamitatu et MulĂ©lĂ© des Ngwashi ?
Ce tollé inutile ne pourrait donc se justifier que dans la perspective d?une structure régalienne. Felix Tshisekedi est sans pouvoir. Pourquoi fait-il peur?



chryso [chryso45@hotmail.com] 12/09/2017 16:14:20
Mon frere Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo
Je vous donne raison. Au fait, la nationalite congolaise d?origine - doit on le preciser - est basee sur l?appartenance ethnique. C?est vrai, c?est parce qu? un individu est Mongo, Muluba, Mukongo, Musakata, etc que la nationalite congolaise d?origine lui est reconnue. Cependant, les Tutsis se considerent frauduleusement Congolais d?origine! Alors que tous ces immigres, y compris les Hutus, font tous partie d?une classification sociale que l?on retrouve dans chacun des 20 clans majeurs, dont le clan d?Abega, au Rwanda.

Une parenthese. Il faut dire que l?ethnicite etait moins importante qu?une classification sociale et une identite basee sur le clan. Et cette polarization de la societe rwandaise entre Hutu et Tutsi a ete accentuee avec la consolidation de l?Etat du Rwanda par le roi Rujugira au 18e siecle. Notons que tous les membres de la communaute Kiga, au north de l?actuel Rwanda, ont tous ete identifies Hutus au moment ou elle a ete annexee et, sur instructions des Europeens, leurs chefs replaces par des Tutsis qui etaient d?ailleurs consideres ?genetiquement superieurs"! Donc, une tribu ou ethnie "Tutsi", ca n?existe pas!

Vigilance!



GERMAIN [flower200980@yahoo.de] 12/09/2017 21:22:05
Ah bon! Moi qui est ne hors du KONGO avec du sang kongolais, je ne savais pas que les ANAMONGO, les NGWASI, les LUBA, les BOYOMAIS, KATANGAIS, KIVUTIENS, les MBORORO, les MINGWETU, les RWANDO-BURUNDAIS-TANZANIENS etaient presents en masse dans tous les gouvernements y compris dans le gouvernement actuel d?occupation? Mon beau-frere A. BITUMBA que j?ai perdu de vue depuis plusieurs annees, m?a laisse entendre " NKWESI / SEMEKI, NA KONGO EZALAKA SE NDENGE WANA, BATU PAMBA BANDE DE MIBOMI MBOKA KONGO ". Ca commence toujours comme ca, lobi lobi, on ferme les yeux, on nomme KUNDABATWARE 1er Ministre, on fait venir de nouveau au KONGO JAMES BROWN KABAREBE, cette fois-ci comme MARECHAL-FERRANT du cercle Hippique de Kingakati.
Au finish, bravo PATRIOTE ARMAND pour cet eclairage.
Que le vrai DIEU du KONGO soit avec vous. AMEN!
NIEDER MIT TRIBALISMUS! NIEDER! NIEDER!
LAUT ALBERT CAMUS: DIE EINZIGE ART, GEGEN DIE PEST ZU KAEMPFEN, IST DIE EHRLICHKEIT.




Belewono [belewono@yahoo.co.uk] 13/09/2017 06:56:50
Dire que Badibanga et Tshibala se sont inscrits sur la liste des premiers ministres du Congo/Zaire par trahison est un mensonge grossier du parti UDPS. Leur participation active aux negociations secretes d?avant les deux recents dialogues avait decide ainsi. C?est une prime a vie a leurs progenitures qui toucheront les frais alloues aux anciens premiers ministres, de Lumumba, en passant par Tshisekedi, Gizenga, et ainsi de suite. Le tour de Felix c?est bientot a l?approche du 31 Decembre 2017. Mayoyo explique mieux; on ne peut etre Congolais sans appartenir a un sous ensemble tribal. Et c?est cette appartenance qui pese au Congo, ou l?on observe comment les Katanguais soutiennent leur "frere" au prix du sang des Congolais. Qu?adviendra t-il le jour de la disparition du Congo demain, car tous travaillent pour son accomplissement?



Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo [mbtt13092017@hotmail.com] 13/09/2017 11:30:55
Cher Armand,

Je n’ai pas Ă©crit que l’ONU Ă©tait un exemple de bonne gouvernance. J’ai donnĂ© un exemple de la maniĂšre dont cette organisation combat effectivement le favoritisme dĂšs le niveau familial. Par ailleurs, je n’ai nullement foudroyĂ© FĂ©lix Tshisekedi comme vous l’écrivez. Je rĂ©agis Ă  un article prĂ©cis et dans celui-ci, j’ai choisi deux affirmations prĂ©cises. Le dĂ©bat est un art, cher Armand. Apprenez-le, au lieu de vous perdre dans des considĂ©rations Ă©loignĂ©es de l’objet de cet article.



Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo [mbtt13092017@hotmail.com] 13/09/2017 11:42:12
Cher chryso,

Vous racontez n’importe quoi. La nationalitĂ© n’est pas une notion sociologique. C’est une notion juridique. Des Tutsi congolais, cela existe bel et bien. C’est parce que des Congolais comme vous nient cette Ă©vidence que des Tutsi congolais, aidĂ©s par des Tutsi d’ailleurs, ce qui est normal, ont pris les armes au point de hisser au sommet de l’Etat congolais d’abord un idiot de service, Laurent-DĂ©sirĂ© Kabila, et ensuite un Cheval de Troie, Joseph Kabila, qui a fini par placer le Congo entier sous l’influence du Rwanda administrĂ© par une hĂ©gĂ©monie tutsi retrouvĂ©e.



Nono [no2.bay@orange.fr] 13/09/2017 15:46:28
Je suis globalement d’accord avec les remarques de notre ami Mayoyo ou tout au moins complĂštement avec le premier terme de son rĂ©quisitoire !
Il y’aurait en effet des questions incessantes Ă  se poser quant Ă  cette intronisation sans discussion de F Tshisekedi au rang de ‘grand leader (de l’opposition ?)’, « espoir du renouveau et de l’unitĂ© retrouvĂ©e du Congo »
alors qu’en mĂȘme temps on lui reproche ici une pratique qui pour le moins indique que les vieilles habitudes dont on ne veut plus continuent avec lui, alors que son CV ne nous a pas encore gratifiĂ© d’actes politiques de renom...
D?avoir Ă©tĂ© bombardĂ© leader de son parti l’UDPS et PrĂ©sident du Rassemblement « au nom du pĂšre » est loin d’ĂȘtre un mĂ©rite qui force des dĂ©corations incontestables


Et puis il y a cette basse justification selon laquelle son « cabinet serait une affaire privĂ©e » ! Non seulement le privĂ© d’un prĂ©tendu leader politique national qui ne compterait que ses « frĂšres du village » pose problĂšme mais aussi et surtout le statut de PrĂ©sident du Rassemblement, une plateforme censĂ©e unir et reprĂ©senter une large part de l’opposition ne peut pas ĂȘtre que privé 
A propos personnellement je n’ai pas encore compris si ce cabinet relevait de l’Udps ou du Rassemblement tant au-delĂ  de la cĂŽterie tribale de sa composition, le communiquĂ© lui-mĂȘme est ambigu... Un logo que je ne connais pas et surtout cette en-tĂȘte « CABINET DE L’HONORABLE FELIX A TSHILOMBO (en passant oĂč est passĂ© le TSHISEKEDI ?) – LE PEUPLE D’ABORD » et cette qualification de « PrĂ©sident » 
« Le peuple d’abord » renvoie Ă  l’Udps, le « PrĂ©sident » au Rassemblement, on s’y perd


Non, si l’on prĂ©tend incarner le « changement futur » et on revendique une stature nationale, on ne peut continuer Ă  user des vieilles habitudes de ?nĂ©potisme? et de ?favoritisme tribal? et de F Tshilombo (Tshisekedi ?), prĂ©tendu Chef de l’Opposition, on est hĂ©las en droit d’attendre mieux et plus pour mĂ©riter ce statut d?« espoir du pays » !



chryso [chryso45@hotmail.com] 14/09/2017 05:25:02
Mon frere Tipo-Tipo,
S?adressant a moi, vous observez "Vous racontez n’importe quoi. La nationalitĂ© n’est pas une notion sociologique. C’est une notion juridique. Des Tutsi congolais, cela existe bel et bien. C’est parce que des Congolais comme vous nient cette Ă©vidence que des Tutsi congolais, aidĂ©s par des Tutsi d’ailleurs, ce qui est normal, ont pris les armes au point de hisser au sommet de l’Etat congolais d’abord un idiot de service, Laurent-DĂ©sirĂ© Kabila, et ensuite un Cheval de Troie, Joseph Kabila, qui a fini par placer le Congo entier sous l’influence du Rwanda administrĂ© par une hĂ©gĂ©monie tutsi retrouvĂ©e".

Il est evident que vous n?avez jamais lu les trois livres, dont un en anglais, que je vous ai recommandes la fois passee. Dommage! Mais je vais prendre la peine de vous donner "gratuitement" d?autres informations afin de vous edifier. Elles sont tirees de la "Constitution" de la "Republique democratique" du Congo, des archives nationales du Zaire ainsi que des documents confidentiels du gouvernement americain rendus publics par Wikileaks.

Tout d?abord, a lire votre reaction, vous semblez connaitre des "Tutsi congolais"(a l?oppose des Tutsis immigres au Congo-Kinshasa). Alors, Citez-moi un seul! Dites-moi egalement quelle langue parle-t-il, de quelle chefferie provient-il et ou est situe son territoire.

Voyons ensuite ce que dit ce document redige a Liege, en Belgique, et qui est en fait la charte du pouvoir d?occupation mais reconnue, a tort, comme la "Constitution" de la "Republique democratique" du Congo. Elle stipule en son article 10 que "la nationalité congolaise est soit d?origine, soit d?acquisition individuelle. Est Congolais d?origine, toute personne appartenant aux groupes ethniques dont les personnes et le territoire constituaient ce qui est devenu le Congo (présentement la République Démocratique du Congo) à l?indépendance".

Lorsque cet article fait allusion aux "groupes ethniques" a l?interieur des frontieres du Congo-Kinshasa, ne s?agit-il pas, en tout premier lieu, d?un element "sociologique" en ce qui concerne la nationalite congolaise d?origine? Si elle n?est pas basee sur l?ethnie ou tribu, comme vous pretendez, sur base de quel element est elle alors reconnue, d?apres vous?

Examinons maintenant la nationalite d?acquisition individuelle ou la naturalisation. Sans donner trop de detail, retenons tout simplement que le prĂ©sident Mobutu avait accordĂ© par un dĂ©cret en 1972 la nationalitĂ© congolaise aux Burundais et Rwandais qui vivaient dans les kivus avant le 1er janvier 1960. Cependant, cette nationalitĂ© leur avait Ă©tĂ© retirĂ©e par la loi de 1981 promulguĂ©e par le conseil lĂ©gislatif (parlement) et en vigueur Ă  ce jour. Cette nouvelle loi prĂ©voyant une procĂ©dure pour l?acquisition de la nationalitĂ©, plusieurs d?entre eux ont Ă©tĂ© naturalisĂ©s. Mais beaucoup l?ont ignorĂ©e et se sont assimilĂ©s aux autochtones. Et certains ont abusĂ© de l?hospitalitĂ© des Congolais d?origine et revendiquent les mĂȘmes droits qu?eux aujourd?hui.

Alors, intellectuel que vous etes, posez vous la question suivante: si ces "Tutsis congolais" sont en effet Congolais d?origine, comme vous le pretendez, pourquoi etait-il necessaire que le president Mobutu non seulement leur accorde la nationalite (donc une naturalisation) par une ordonnance presidentielle, mais pour qu?enfin le Conseil legislatif la retire par la suite 9 ans plus tard?

Je vous rappelle ou apprends que la nationalite congolaise d?origine est reconnue et non accordee. Et elle est reconnue a un Mongo, Tetela, Mbuza, Mukongo, Muluba, etc. qui font tous partie, bien entendu, des groupes ethniques a l?interieur des frontieres du Congo-Kinshasa.

Une parenthese. MĂȘme un cadre du parti au pouvoir PPRD avait confirmĂ© entre les quatre murs la rĂ©alitĂ© suivante: le cable diplomatique Wikileaks du 21 juin 2004 rĂ©vĂšle que Monsieur Vangu Mambweni, secrĂ©taire pour les relations internationales du PPRD, confiait au conseiller politique de l?ambassade des Etats-Unis Ă  Kinshasa que "...Les Rwandais viennent ici et s?auto-proclament citoyens congolais sans suivre la procĂ©dure pour la naturalisation..." Et d?ajouter: "...Les Rwandais veulent venir au Congo pour diriger les Congolais, et s?ils changent leur idĂ©ologie, alors ils pourront vivre en paix ici". Cet aveu d?un membre du parti de "Joseph Kabila" reflĂšte sans doute l?opinion du peuple congolais.

Je crois vous avoir donne assez de references pour faire vos enquetes. Bref, il y a des Congolais rwandophones qui proviennent des deux classes sociales (tutsi et hutu). C?est l?Histoire! Et on ne peut pas changer l?Histoire!

Salut!








Elili [dibangu@hotmail.com] 14/09/2017 06:54:14
Chers Compatriotes,
Ici, notre ami MBTT, soulĂšve un problĂšme que l?on retrouve chez ceux qui devraient ĂȘtre une mauvaise conscience pour ceux qui sont appelĂ©s Ă  gĂ©rer la chose publique. Je parle de nos diplĂŽmĂ©s "universitaires". Le sujet que "MaĂźtre Kabeya" aborde avec courage, car, il me semble ĂȘtre du Kasayi tout comme "FĂ©lix Tshisekedi" Ă  qui il adresse ses observations. Mais partir d?un constat si claire pour terminer par une conclusion telle “le fils de feu Etienne Tshisekedi fait partie de ceux qui, avec d’autres, incarnent l’espoir du renouveau et de l’unitĂ© retrouvĂ©e du Congo, sans distinction d’origine provinciale pour tous ses fils et ses filles”, est un manque de logique tellement patent que l?on pourrait s?inquiĂ©ter avec raison, sur l?intention d?une telle publication, sa finalitĂ©, et surtout sur la crĂ©dibilitĂ© d?un universitaire de ce niveau. VoilĂ  un problĂšme que nous avons au Congo. La vĂ©ritĂ© revĂȘt toujours les couleurs tribales. On voit bien que FĂ©lix travaille de façon non productive quant Ă  l?unitĂ© du pays, on finit quand mĂȘme par une attitude qui, raisonnablement ne dĂ©coule pas d?une prĂ©misse bien claire. Etienne travaille avec une majoritĂ© des collaborateurs de sa tribu, sinon de son clan. Mais d?oĂč viendrait l?unitĂ© nationale ? Si la nation est ici considĂ©rĂ©e comme origine tribale oui, mais mĂȘme alors, on verra sĂ»rement que cette tribu sera rĂ©duite au niveau du clan. C?est lĂ  que l?article de notre MBTT est une rĂ©flexion qui reste logique. L?attitude de FĂ©lix ne peut pas convaincre quant Ă  sa capacitĂ© d?unir le pays. DĂ©jĂ  unir l?UDPS dans ce contexte reste un dĂ©fi de taille, que dire du pays ? Que Dieu nous vienne en aide.



Muana ya mokolo lopango [Muana@yahoo.fr] 14/09/2017 08:50:50
@MBTT
Oui la nationalité est une preuve légale d?appartenance à un état. C?est d?ailleurs un problÚme administratif. On est d?accord sur ce point.

C?est La suite de votre réaction au post de Cryso qui pose problÚme. Que certains Rwandais soient venus en RDC et ont pu obtenir la nationalité est un fait peu importe qu?ils soient Tutsis ou Hutus. Ce sont des Congolais d?origine Rwandaise.

Le terme Tutsi Congolais est une propagande de certains extrĂ©mistes Tutsis comme Paul Kagame qui instrumentalisent cette population pour d?autres objectifs. LĂ  oĂč c?est grave c?est que vous allez (vous qui dĂ©clarez ĂȘtre un intellos Congolais) dans le sens de cette propagande.

Pis, vous trouvez mĂȘme normal qu?ils aient pris les armes avec l?aide des Tutsis d?ailleurs car certains Congolais comme Cryso ne leur reconnaissent pas leur qualitĂ© de Congolais. Quelle plaisanterie du mauvais goĂ»t !

Mais à supposer que c?était vrai (des Cryso ne reconnaissent pas des Tutsis Congolais) comment cela se traduit dans la vie de tous les jours pour eux: refus d?aller à l?école, de trouver un travail, de bénéficier des allocations familiales, de trouver un logement social ? Quels préjudices subissent ils pour lesquels vous trouvez normal qu?ils aient recours aux armes avec les l?aide des tutsis d?ailleurs.

Ces rĂ©bellions bidon montĂ©es pour la cause Tutsis a dĂ©jĂ  coĂ»tĂ© des millions de morts, des femmes violĂ©es et des dĂ©placĂ©s cĂŽtĂ© Congolais. Autant des morts et des souffrances des autres Congolais pour un soi-disant mal-ĂȘtre des Tutsis qui Ă  la base sont des immigrĂ©s Rwandais? Non mais !!!

En 1984 lors du recensement des zaïrois, cette population était de 110 mille ùmes. Combien sont-ils aujourd?hui pour causer autant de dégùts ? Le double ? Kabarebe ex chef d?état major, Bosco Ntaganda ex général dans les FARDC, Nkunda Batware, Bizima... ce sont là des Tutsis Congolais à qui l?on refuse la nationalité congolaise par des Cryso, c?est ça votre théorie proche des extrémistes Tutsis?

En réalité Kagame veut annexer le nord Kivu, on tue, on pille, on viole, on chasse des Congolais de leurs terres pour déverser des populations venues du Rwanda, nous avons des éléments précis et nous allons le stopper, on y travaille.

Nous allons régler ce problÚme kala te... Muyaka est devenu une insulte au pays, les bayaka n?ont jamais pris les armes contre l?état et les autres populations. Avec le niveau que vous avez c?est étonnant et trÚs décevant que vous n?ayez manifestement toujours pas compris ce qui se passe dans l?est de la RDC.

Je dis la mĂȘme chose que Cryso, le Tutsi Congolais n?existe pas, il existe des Congolais d?origine Rwandaise et peu importe leur tribu d?origine au Rwanda, cela ne nous regarde pas. L?Ă©tat Français se moque de savoir si je suis mukongo, muyaka ou muluba. On rĂ©glera par la force le problĂšme des Bosco Ntaganda, les CNDP, M23... qui ont pris les armes contre la RDC. Tant pis pour les Mayoyo Congolais qui trouvent normal, comprennent et cautionnent la thĂ©orie bidon du mal-ĂȘtre du prĂ©tendu Tutsi Congolais.

En RDC il n?existe pas d?ethnie tutsi et hutu. Il n?existe pas des terres attachées à ces ethnies. Le kitutsi et le kihutu ne sont pas des langues parlées en RDC. Qu?ils aient eu la nationalité Congolaise OUI mais leur ethnie d?origine ne nous regarde pas. Qu?ils prennent des armes pour prétendre réclamer un droit c?est NON!



Paysan Congolais [Ebalembonge@laposte.net] 14/09/2017 13:06:31
"Pour combattre le flĂ©au ci-dessus, pour empĂȘcher que cette faiblesse humaine ne contamine le corps social au point de briser sa cohĂ©sion, pour qu’émerge un “Congo nouveau”, comme l’écrit Patrick Kabeya, “dans lequel tous les citoyens seront Ă©galement considĂ©rĂ©s, sans distinction d’origine provinciale ou tribale”, ce qui constitue dĂ©jĂ  un idĂ©al, il n’est nullement nĂ©cessaire qu’on soit Congolais avant d’ĂȘtre Mongo, Mukongo, Muluba, Mumbala, etc. Il appartient Ă  la loi de veiller Ă  ce que le favoritisme d’origine identitaire n’ait pas droit de citĂ©. Encore faudrait-il que l’agenda public n’offre Ă  personne la possibilitĂ© de se situer au-dessus de la loi."

Non, vous réduisez toute la question de l?appartenance nationale à la question du favoritisme.

En rĂ©alitĂ©, pour qu?Ă©merge finalement une nation congolaise, le sentiment d?appartenance au mĂ©ta-groupe, le Congo, doit ĂȘtre au moins Ă©gal Ă  celui d?appartenance au groupe.



Nono [no2.bay@orange.fr] 15/09/2017 01:21:36
Bien cher Mayoyo,

Vous voilĂ  devenu cette fois historien, anthropologue et que sais-je pour trancher catĂ©goriquement un problĂšme qui fait encore dĂ©bat chez ces spĂ©cialistes, les Tutsi Congolais
 Des « Congolais Tutsi » comme des Congolais Blancs bien sĂ»r mais des « Tutsi Congolais » ??? Parce que si Ă  terme c’est le droit qui tranche, la nationalitĂ© ne relĂšve pas que d’une sanction juridique exclusive ! Si elle ne l’était, il n’y aurait pas par exemple d’un cĂŽtĂ© des pays qui se rĂ©fĂšrent au droit de sol et d’autre au droit de sang, et au Congo il n’y aurait pas eu tous ces dĂ©crets successifs et contradictoires sur la nationalitĂ© des Tutsi et toutes les questions que continue de poser leur prĂ©sence Ă  cĂŽtĂ© d’un Rwanda de Kagame qui se veut expansionniste
 La nationalitĂ© a toujours des soubassements historiques, sociologiques


Et lĂ -dessus contrairement Ă  ce que vous dĂ©clarez, c’est le Tutsi Kagame hĂ©gĂ©monique qui a instrumentalisĂ© et continue Ă  instrumentaliser les Congolais Tutsi et pas le contraire, pour la simple raison que le Tutsi a une particularitĂ© sans doute en raison de son histoire d’émigration forcĂ©e : oĂč qu’il soit il garde une « loyautĂ© politique » irrĂ©ductible et directe non pas seulement Ă  son Rwanda d?origines mais aussi Ă  ses chefs politiques et ici au rĂ©gime de Kagame

Les autochtones de Kivu en ont tous fait l’expĂ©rience, certains de leurs anciens camarades de jeu, d’école, leurs voisins avec lesquels ils vivaient en bonne intelligence depuis des dĂ©cennies souvent sans deviner leur origine rwandaise tutsi ont Ă©tĂ© surpris de les voir du jour au lendemain aller gonfler les rangs de l’APR en Ouganda et au Rwanda et ensuite revenir se retourner contre eux autour de l’AFDL


A ma connaissance la question du Tutsi Congolais n’est pas tout Ă  fait rĂ©solue et ne le sera de sitĂŽt aussi longtemps que le Congo n’aura pas Ă  sa tĂȘte un Etat rĂ©ellement souverain, fort et organisĂ© (face au rĂ©gime hĂ©gĂ©monique et expansionniste tutsi d’en face) pour que seule la dimension juridique prime d’autant d’autre part que lui-mĂȘme le Tutsi s’est toujours reconnu au Congo comme un Ă©tranger venu des « Mille Collines » mĂȘme quand il revendique la propriĂ©tĂ© des terres Congolaises qu’il habite depuis des dĂ©cennies... C’est d’ailleurs pour cela que des diffĂ©rends fonciers aux revendications de nationalitĂ©, la question du Tutsi Congolais, les conflits autour sont et resteront sourdement ou cycliquement longtemps d’actualitĂ© dans le Rutshuru, le Walikale, Ă  Mulenge, Ă  Goma, Ă  Bukavu et partout dans ce pays

Ne la banalisons pas outre mesure à coups de sentences tranchées, rappelez-vous la triste expérience de LDK qui s?était naïvement offert à eux !



Nkomi Mbuta [nkomimbuta@gmail.com] 15/09/2017 11:02:09
Selon monsieur Mayoyo "les tutsi congolais existent bel et bien" ! Tiens tiens ça je ne le savais pas . Je serais bref dans mes commentaires ... On peut en vouloir à Mobutu d? avoir pillé et détruit ce pays mais il ne faut pas perdre de vue que son entourage était constitué des gens hautement éduqués .Et ce sont ces derniers qui l?ont conseillé et précipité ce pays dans l? abßme ou il se trouve . Et l? un de ses plus grand crimes c? est d? avoir choisi comme directeur de son cabinet un rwandais du nom de Bisengimana . Et c? est "grùce" à ce monsieur que monsieur Mayoyo nous parle de l? existence des tutsi congolais aujourd?hui . Et pendant que nous y sommes pourquoi pas : Mungala congolais , muluba congolais , muswahili congolais , mukongo congolais , mumbala congolais ?
Mayoyo kala ye ngangu ...


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.