AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
11 Octobre 2017

Libérateurs ou pillards?

 

Au centre: le Rwandais James Kabarebe alors colonel-commandant des troupes rwandaises déployées au Zaïre. A droite: le commandant "Hyppolite" alias "Joseph Kabila", son aide de camp.

En septembre 1996, les Zaïrois entendaient parler pour la première fois de la "guerre des Banyamulenge". Il s’agit, disait-on, des Tutsis qui auraient pris des armes contre les autorités de Kinshasa afin de reconquérir leur citoyenneté zaïroise remise en question.

Depuis Kigali, un certain Muller Ruhimbika - le même qui occupe le poste de ministre du Plan dans l’actuel gouvernement provincial du Sud Kivu - émettait des communiqués rageurs repris complaisamment par les médias internationaux en général et l’Agence France Presse en particulier. Il exigeait ni plus ni moins que la démission du président Mobutu.

Revendiquant son appartenance à une tribu inconnue jusque là dite "Banyamulenge", Ruhimbika s’exprimait au nom de l’ADP (Alliance démocratique des peuples) de Déogratia Bugera, alias "Douglas", un Tutsi du Territoire de Rutshuru au Nord Kivu.

Fin octobre de cette même année, les Zaïrois - fatigués par six années interminables de transition démocratique sous Mobutu Sese Seko - apprenaient la naissance à Goma d’une "rébellion" dénommée AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre). Elle a pour "porte-parole" un fils du pays dont on n’entendait plus parler. Son nom : Laurent Kabila. Un général sans troupes d’un parti maoïste, le PRP (Parti de la révolution populaire).

Pour la petite histoire, l’AFDL n’a pas été créée par les Zaïrois d’alors. C’est une trouvaille de l’Ougandais Yoweri Museveni et de celui qui était encore son "filleul" en l’occurrence Paul Kagamé, alors ministre de la Défense et vice-président du Rwanda.

Outre le PRP, l’AFDL était de composée de l’ADP de Bugera, le CNRD (Conseil national de résistance pour la démocratie) du lumumbiste André Kisase Ngandu et du MRLZ (Mouvement Révolutionnaire pour la Libération du Zaïre) d’Anselme Masasu Nindaga.

Représentant du PRP en Belgique, Gaétan Kakudji publiait, le 30 octobre 1996, à Bruxelles, le tout premier communiqué émanant du porte-parole de l’AFDL. "(...) la mission de l’AFDL est de libérer tous les citoyens sans la moindre discrimination raciale, ethnique, tribale ou de nationalité quelconque", peut-on lire.

Lors des points de presse qui s’en suivront, LD Kabila va "affiner" sa communication en précisant que ce mouvement entendait abattre la dictature de Mobutu pour instaurer la démocratie et l’Etat de droit. Après quelques moments d’hésitation, les Zaïrois n’avaient plus que trois mots dans la bouche : "Vive les libérateurs!".

Après la prise du pouvoir le 17 mai 1997 à Kinshasa, les Zaïrois rebaptisés Congolais attendront en vain les changements promis. Bien au contraire, ils assistent et continuent d’assister avec stupeur aux verrouillages des espaces de liberté conquis sous Mobutu. Pire, l’unanimisme et les discriminations ethniques font un retour en force. "L’AFDL est un conglomérat d’aventuriers", lancera LD Kabila quelques mois avant son "assassinat" (?) le 16 janvier 2001.

Kabila est mort, vive "Joseph Kabila"! C’était le 26 janvier 2001. Depuis cette dernière date, il ne se passe pas un mois sans que les Congolais apprennent via les médias internationaux un scandale à la limite de la délinquance impliquant le "raïs" et sa fratrie.

Six mois à peine après le décès non-élucidé à ce jour du président LD Kabila, on apprenait que Jaynet "Kabila" est allée planquer "ses" avoirs dans les paradis fiscaux. Inconnue du grand public, cette dernière n’a été remarquée que lors des obsèques de Mzee. La révélation la concernant a été faite en mars 2016 par un groupe de journalistes occidentaux dans le cadre de l’enquête dite "Panama papers". Plusieurs autres "révélations" vont suivre.

L’Agence américaine Bloomberg crédite la "famille" de pas moins de 70 entreprises dans lesquelles celle-ci aurait des parts. Le journaliste américain Richard Miniter, lui, assure que "Joseph Kabila" posséderait 15 milliards de dollars US cachés dans les paradis fiscaux. On n’oubliera pas le scandale divulgué par Jean-Jacques Lumumba sur les magouilles financière à la BGFI Bank Congo (Le Soir daté du 29.10.2016). On oubliera pas non plus le bradage du patrimoine minier de la Gécamines. David Lewis de Reuters a fait état en avril 2017 du scandale relatif au passeport biométrique. La liste est loin d’être exhaustive.

En ce début du mois d’octobre 2017, "Le Journal de Montréal" publie une enquête minutieuse menée par Hugo Joncas. Le journaliste dévoile le parc immobilier que le directeur financier de "Joseph Kabila", le nommé Emmanuel Adrupiako, vient d’acquérir à Montréal, au Québec (Canada). Le "financier" du "raïs" a investi plus de 3 millions $ dans des appartements de luxe.

Adrupiako serait sans doute un prête-nom de ces pseudo-libérateurs qui sont en réalité des pillards. Une bande de pillards qui a transformé le Congo-Kinshasa en caverne d’Ali Baba. Tout a une fin...

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2017

 

1 Réaction

Jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 12/10/2017 10:28:49
Dans la diaspora congolaise, il y a des juristes, des avocats, des professeurs de droit, etc... Au lieu de pleurnicher, il faut que cette élite mobilise les moyens légaux pour empêcher ces voleurs de jouir de ces biens mal acquis. Il faut créer des alliances avec les partis de gauche européennes, des intellectuels de gauche ; lancer des plaintes tous azimuts. Ces voleurs n?ont pas planqué leur fric au Congo où il n?existe aucune banque sérieuse. L?argent est en occident. Cherchez-le et vous trouverez.


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.