AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
11 Octobre 2017

Ensemble crions Esili, Imene, Kuajiki, Inahisha!

 

LĂ©onnie Kandolo, activiste des droits de la Femme

Les agents de certaines sociétés relevant du portefeuille de l’état totalisent jusqu’à 15 mois de salaires impayés.

Dans certaines provinces, les impayés depassent les 10 mois. Déjà 4 mois d’arriérés de frais de fonctionnement dans les ministères.

Les fonctionnaires sont payés au taux de 900 FC or le dollar se change contre 1600. Pendant combien de temps encore allons nous accepter d’être clochardisés. D’être incapables d’entretenir nos femmes et nos enfants dignement.

Pendant combien de temps encore allons nous accepter que nos enfants partent à l’école affamés, car nous sommes incapables de leurs acheter un pain de 200 fc?

Pendant combien de temps allons-nous continuer à accepter que nos enfants soient chassés de l’école comme des malpropres parce que nous n’avons pas payé le minerval à temps?

Pendant combien de temps encore allons-nous voir nos frères, nos soeurs mourrir d’une simple malaria ou de diarrhée parce nous sommes incapables de payer une consultation médicale ou d’acheter des médicaments?

Pendant combien de temps allons-nous continuer à accepter l’inacceptable????
Pendant combien de temps allons-nous continuer à nous faire narguer par des prédateurs qui pillent nos richesses?

Pour ma part je dis que tout cela doit cesser car je suis Congolaise et que j’ai des droits.

Tu es Congolais et tu as des droits!

La RDC est mon pays c’est pourquoi je suis signataire du Manifeste du citoyen congolais.

Ensemble crions #ESILI, #IMENE, #KUAJIKI, #INAHISA

LĂ©onie Kandolo
© Congoindépendant 2003-2017

 

4 Réactions

KUM [kumab2009@hotmail.com] 12/10/2017 06:43:04
Merci mama Kandolo, pour votre courage exceptionnel.
Espérons que tous ces "Pendant combien de temps..." puissent réveiller notre peuple de son profond sommeil et de sa torpeur titanique devenue presque légendaire.
Espérons qu?ensemble nous nous rendions à l?évidence que nous sommes maître de nos riches terres et pouvons en tirer profit comme font tous les peuples du monde.
Si les Kurdes se battent pour leur lopin de terre, les Catalans s?efforcent de s?approprier leur terre, les Ecossais et tant d?autres peuples de la Terre, pourquoi seul les Congolais pensent qu?ils peuvent "vendre" leur terre et avoir la conscience tranquille?



Jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 12/10/2017 10:21:50
Disons plutĂ´t : les rwandais dehors du Congo !



ozoni [lion_de_judas@yahoo.fr] 12/10/2017 19:46:09
adame Léonnie Kandolo, on est fatigué de ces discours. Nous voulons une proposition concrète faisable à cour terme. Vous êtes entrain de nous en dormir avec tous ces bla bla bla. A quand le soulevement populaire? A quand la désobéissance civile. Voici ce que moi je propose:
Désobéissance civile, c´est-à-dire pas de paiement de l´eau et de l´électricité; pas de paiement de frais académiques et universitaires, pas de paiement de minerval, pas de paiement des bus de l´État, c´est-à-dire de Transco. Tous les députés qui se disent de l´opposition doivent démissionner du parlement et du sénat en signe de solidarité avec la population congolaise. Cessez avec ce discours inutiles. On a besoin des actions concrètes. Le reste c´est du déjà attendu.



chryso [chryso45@hotmail.com] 14/10/2017 09:21:43
@Ozoni
Je partage votre avis sur la desobeissance civile laquelle devrait eventuellement aboutir a un soulevement populaire. Cependant, ne misez pas sur une classe politique qui n?est en realite qu?une CRASSE politique! Et j?ecrivais ce qui suit il y a 5 ans:

L?opposition politique au Congo-Kinshasa: Une fiction et une farce!
Par Chryso Tambu, publié le 13 Novembre 2012

A lire l?article de l?Abbé Faustin Kwakwa, intitulé "Porte-parole de l?opposition: Qu?en penser?"et celui de Monsieur Michel Moto Muhima sous le titre "Porte-parole de l?opposition: Des vérité et ...des contre-vérités!", tous deux publiés dans le site de Congoindépendant.com le 25 octobre 2012 et le 28 octobre 2012, respectivement, il est évident que la classe politique congolaise a réussi à tromper la vigilance de ces deux intellectuels qui font des réflexions ainsi que des observations et recommandations naïves basées sur une hypothèse érronée selon laquelle l?opposition politique au Congo-Kinshasa est une réalité.

Lorsque le président français, François Hollande, déclare, avant de se rendre au Congo-Kinshasa pour le 14ème sommet de la francophonie, que "la situation dans ce pays est tout à fait inacceptable sur le plan des droits, de la démocratie, et de la reconnaissance de l?opposition", il confirme une réalité évidente: l?opposition politique n?existe pas! Et refuser d?admettre cette vérité dénote de la malhonnêté ou de l?idiotie ou même les deux en même temps.

Il est vrai qu?il y a multipartisme sous l?imposture avec Hypolite Kanambe alias "Joseph Kabila". En effet, le Congo-Kinshasa compte aujourd?hui plus de 400 partis politiques. Un bon nombre representé par des "députés"- tous sélectionnés et nommés dans l?illégalité par le conseiller spirituel de "Joseph Kabila"et président de la Commission électorale nationale "indépendante" (CENI), le "pasteur" Daniel Ngoy Mulunda - siègent au sein de cet hémicycle qui est une réalisation de la deuxième république avec le "roi du Zaire", le feu maréchal-dictateur Mobutu Sese Seko, lequel avait restauré le multipartisme vers la fin de son règne. Mais le multipartisme n?est pas synonyme d?opposition. Et ce n?est pas parce qu?il y a multipartisme qu?il y a nécessairement une opposition.

S?il faut prétendre qu?il existe une opposition politique au Congo-Kinshasa, elle est alors "hollywoodienne". Les "députés de l?opposition" jouent presqu?à la perfection leur rôle de figurants dans une mise en scène que seul le génie d?un producteur de cinéma à Hollywood peut rêver. Ils paraissent très convaincants pour ceux qui les jugent par leurs agitations et le ton de leurs discours. Mais lorsque l?on examine attentivement leurs déclarations, on découvre très vite que ces cabotins exercent une autocensure. Tout est permis pour le besoin de la cause - celle de convaincre l?opinion nationale et internationale que le jeu est effectivement démocratique dans cette république "démocratique"que de nom - mais jusqu?à une certaine limite. Et cette limite tient lieu d?une instruction tacite, celle de ne jamais évoquer une question qui risquerait de remettre en question les origines ou l?identité de "Joseph Kabila".

Un exemple éloquant. Dans une interview rendue publique par Congomikili.com le 7 juin 2012, le "député" Roger Lumbala déclarait aux côtés de trois membres des Forces Aquises au Changement (FAC) dont deux de ses collègues, Martin Fayulu et un certain "ndeko" Basile, ainsi qu?un "député gommé" Lisanga Bonganga, à propos du conflit à l?Est du Congo-Kinshasa, après que des témoignages accablants pour le Rwanda aient été révélés par la presse occidentale, ce qui suit: "...nous allons déterminer la responsabilité de tout un chacun parce que si aujourd?hui Joseph Kabila et son gouvernement sont en bons termes, en bonnes relations diplomatiques, familiales mêmes avec le Rwanda et que le peuple congolais subisse les atrocités de ce Rwanda, à ce moment là nous pouvons même initier ce que nous appelons trahison contre le chef de l?Etat pour demander sa démission ou son départ...".

Incidemment, comme par ironie, avec cette même déclaration, Roger Lumbala répond lui-même anticipativement, sans s?en rendre compte, à la question de savoir pourquoi "Joseph Kabila" trahirait le peuple congolais. "Relations familiales", suggère-t-il donc sans élaborer. Il s?agit d?un secret de polichinelle mais il est le noeud du problème à l?Est. Roger Lumbala a juste commis l?imprudence de le mentionner devant les micros et caméras de la presse même s?il a parlé au conditionnel. Ou alors, lui et ses collègues auraient finalement eu marre de cautionner la fraude sur l?identité de celui-là qui dirige le Congo-Kinshasa par défi et, par conséquent, prennaient leur courage de deux mains pour initier une procédure afin de chasser du Congo-Kinshasa ce bébé-éprouvette de Louis Michel avec une identité fabriquée de toute pièce et adopté par la communauté internationale.

Cependant, trois mois plus tard, une trentaine de "membres de l?opposition" décideront, dans une déclaration commune datée du 3 septembre, de recommander au parlement-croupion la mise en accusation de "Joseph-Kabila" pour haute trahison en alléguant plutôt "une complicité du pouvoir en place avec les agresseurs". Mais ce qui est encore plus ridicule c?est que non seulement ils n?ont pas osé pointer directement du doigt l?imposteur-colon rwandais "Joseph Kabila" mais ils se sont empressés de fustiger le vuvuzélateur Lambert Mende Omalanga alors que ce dernier n?est que le "perroquet" de l?imposture.

Par ailleurs, le 1er octobre 2012, dans la réaction des FAC au discours de "Joseph Kabila" à la tribune des nations unies, le coordinateur des FAC, Martin Fayulu, renchérit "...Ce qui est davantage surprenant c?est que, pour un pays agressé, l?on est frappé par le silence assourdissant de Monsieur Kabila sur le nom de l?agresseur de notre pays alors qu?il n?est un secret pour personne qu?il s?agit du Rwanda...". Et Martin Fayulu d?ajouter "...Est-ce la peur du parrain ou la complicité?"

Le peuple congolais serait en droit de répondre à sa question de la manière suivante: Ce qui est davantage surprenant c?est que, pour un pays dirigé par un imposteur-colon, l?on est frappé par le silence assourdissant de Monsieur Fayulu ainsi que de toute la classe politique sur la nationalité de l?imposteur-colon à la tête de notre pays alors qu?il n?est un secret pour personne qu?il s?agit d?un Rwandais... Et le peuple congolais de se poser enfin la question suivante: Est-ce la peur de l?imposteur-colon rwandais ou la complicité?

Une parenthèse. Qu?advient-il de la démarche de mettre en accusation "Joseph Kabila" pour haute trahison? L?urgence ne s?impose donc plus? Incidemment, la corruption légalisée et mensuelle pour les parlementaires aurait été augmentée à $13,000. Si l?information est vérifiée, son timing ne peut pas être une simple coincidence. C?est le Congo-Kinshasa et le dollar américain est maitre! Très curieusement, dans une interview avec Congo News publiée par Congoindépendant en date du 18 septembre dernier, Justin Bitakwira propose déjà à "Joseph Kabila" de "...demander pardon au peuple congolais...". Et ce vendu d?ajouter "...avec ça, on peut rompre et avec l?accusation contre le chef de l?Etat et la motion contre le ministre [de la défense nationale]...". Cet idiot a même recommandé que le Congo-Kinshasa maintienne les relations diplomatiques avec son agresseur, le Rwanda - une situation qu?il juge comparable au conflit entre les Etats-Unis et l?Union Soviétique durant la guerre froide.

Toute la classe politique, plutôt la crasse politique, congolaise collabore ou coopère avec l?imposteur-colon rwandais dans cette mise en scène. Il semble que le cinéma ne va pas se terminer bientôt car cette crasse politique l?a accommodé et ce kadogo n?a plus raison de s?inquiéter. Et pour ces cabotins "députés de l?opposition" qui jouent le rôle de figurant, il s?agit d?un movie rated "R", c?est à dire un film "peuple congolais non admis".

chryso45@hotmail.com


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.