AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
05 Mars 2010

Que sont-ils devenus?:

Jacques Tshimbombo Mukuna

 

Le Sénateur Jacques Tshimbombo Mukuna. Photo Mukulumanya.

En 1974, Jacques Tshimbombo Mukuna achève des études en sciences du travail à l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Il est aussi dirigeant-adjoint de la JMPR (Jeunesse du Mouvement Populaire de la Révolution) dont le bureau était implanté à l’Ambassade du Zaïre à Bruxelles, dirigée à l’époque par l‘ambassadeur Inonga Lokongo L’Ome. Notons que Nzanda Buana Kalemba était le dirigeant de la JMPR/Belgique.

Cette année-là, l’avocat progressiste belge Jules Chomé présente, à Bruxelles, son dernier ouvrage intitulé «l’ascension de Mobutu : Du sergent Joseph-Désiré au général Sese Seko». Ce livre provoque l’ire des autorités zaïroises qui exigent au gouvernement belge d’en interdire la diffusion, comme en France. Conscient que la réaction de Kinshasa est une publicité inespérée pour son bouquin, Chomé organise une série de conférence promotionnelle notamment à Liège et à Bruxelles.

C’est dans la capitale belge que l’attendent les membres de la «jeunesse mobutiste» pour croiser le fer. A peine qu’il a ouvert la bouche, le conférencier est aussitôt pris à partie par une assistance composée en majorité des Zaïrois. Injures, quolibets et chahuts fusent. Chaises et tables volent dans la salle. Le désordre est total. C’est le moment choisit par Alphonse Nsuka, tenancier d’un estaminet dans le quartier chaud de Matonge, pour administrer une gifle magistrale à l’avocat. A l’arrivée de la police, Jacques Tshimbombo se présente comme seul responsable de ce tohu-bohu. Il est aussitôt appréhendé. Il sera libéré dès le lendemain après une intervention énergique de l’ambassadeur zaïrois.

La nouvelle a fait le tour de Kinshasa et la JMPR/Belgique a été congratulée par le «P.F» (Président-Fondateur) pour le "patriotisme" dont elle a fait montre. Quelques jours plus tard, Tshimbombo est reçu au Mont-Ngaliema – cabinet du président de la République – avec les honneurs dignes d’un héros. Un poste de chargé de mission à la Présidence lui est attribué en récompense de sa «bravoure». C’est le point de départ d’une carrière politique qui va durer près de deux décennies.

Elu commissaire du peuple (député) en 1982, «Tshim», comme l’appellent ses amis, fait son entrée au gouvernement, en 1983, en qualité de secrétaire d’Etat à la mobilisation, propagande et Animation politique. Gouverneur de la ville de Kinshasa, de 1984 à 1986, Tshimbombo est promu par la suite commissaire d’Etat (ministre) en charge de la Jeunesse du MPR, sports et loisirs.

Au lendemain de l’avènement du multipartisme, le 24 avril 1990, "Tshim" fait son entrée, en qualité de conseiller politique, dans le proche entourage du président Mobutu. Il faut dire qu’en quête de positionnement, la plupart des collaborateurs du chef de l’Etat d’alors avaient déserté le "navire MPR". La nature ayant en horreur le vide, Jacques a su gagner, peu à peu, la confiance de Mobutu, au point d’incarner, à tort ou à raison, "la voix de son maître".

Lors des travaux de la Conférence nationale souveraine (CNS), Tshimbombo est accusé par certains "conférenciers" d’avoir soudoyé les délégués de la province du Haut-Zaïre (Province orientale). Certains de ses détracteurs l’ont affublé du surnom infamant d’«aumônier national». Dans un magistral "droit de réponse", Jacques Tshimbombo a brocardé certains politiciens qui font mine d’être dans l’opposition le jour avant de se retrouver tard la nuit à Kawele à la table du président Mobutu. "Ces politiciens, martela-t-il, se comportent en tigre, le jour, avant de se muer en agneau à la tombée de la nuit".

En 1996, Tshimbombo est nommé à la tête du SNIP (Service national d’intelligence et de protection), rebaptisé "Sûreté nationale". En octobre de cette même année, on assiste au déclenchement de la guerre dite des "Banyamulenge" avec la participation notamment des armées rwandaise et ougandaises. Après la prise du pouvoir par l’AFDL le 17 mai 1997, Jacques, à l’instar d’autres dignitaires de l’ancien régime, prend le chemin de l’exil. Un exil qu’il passe entre l’Afrique du Sud et la Belgique. C’est à Bruxelles qu’il créé son parti politique, l’Union pour le renouveau républicain (URR).

Né le 12 juin 1946, Jacques Tshimbombo Mokuna Mutetela wa Dishe a été élu sénateur, à Kinshasa, en janvier 2007.

Jacky Mopipi
© Congoindépendant 2003-2018

 

8 Réactions

kasongo lunda [kaslun@hotmail.co.uk] 05/03/2010 16:21:34
Cher Monsieur Tshimbombo Mukuna,

Oui, c’est vrai nous avons relu votre histoire mais depuis que vous etiez avec Mobutu et que etes devenu aujourd’hui opposant et senateur voulez-vous un peu nous faire voir ce que vous aviez fait pour votre propre region d’origine le Kasai ?.
Le mandat de 5 ans va bientot terminer est-ce que vous croyez que nous sommes encore dans le temps de la peur, c’est fini vous n’avez rien fait on ne va plus vous votez elu et votre page est tournee mon ami Tshim.
Vos exploits dans le temps de Mobutu a ete connu de tout congolais de l’epoque de 1974 mais maintenant alors ?
Revenez a vous-memes vous les Kasaiens , intellectuels, intelligents que vous etes mais egoistes , et vous ne vous aimez pas , comme les autres qui viennent d’etre degrades .Les gens des autres provinces sont unis, mais vous les 2 Kasais mawa trop po na biso.KOYINANA YA MPAMBA.
A bon entendeur salut.



Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo [mayoyobitumba@hotmail.com] 05/03/2010 16:33:58
L’itineraire politique de Tshimbombo Mukuna est tres interessant dans la mesure ou il ressemble a celui de n’importe quel autre homme politique congolais ayant ete nourri a la mamelle du Mobutisme triomphant. Mobutu vivant, Tshimbombo est un patriote capable de le defendre au point d’assumer a lui seul la responsabilite des coups portes par quelqu’un d’autre contre le brocardeur du prototype de roi faineant que fut Mobutu. Mobutu mort, Tshimbobo ne perd pas une minute a defendre un quelconque heritage politique de son maitre. Il cree son propre parti politique dans lequel on ne reconnaitrait nullement le MPR. Moralite de l’histoire, l’homme politique congolais ne croit en aucune valeur en dehors de la politique du ventre.



Jacques SAIDI-KAMULETA [skamuleta@hotmail.com] 05/03/2010 18:03:05
Bonjour Jacky.
Très grand merci pour cette rubrique qui nous permet de connaître d’avantage les différentes personnalités qui ont dirigé gravité aux cotés du « PF ». A cette époque, la plupart de nous, étions encore trop jeunes en intelligence et raisonnement pour les connaître et comprendre leurs comportements.
J’aurai souhaité que ça soit un peu régulier par exemple hebdomadairement car ils sont très nombreux qui se baladent dès par le monde et d’autres sont à la mangeoire en ce moment pour permettre à leur boyau d’être toujours plein. Nous avons par exemple les Kiro Kimate, Selemani Mwana Ile, Vunduawe Te Pemako (VTP), Tshiongu Tshibi kumbula wa Ntumba, Baudouin Mbaza Mukalay, Florentin Mokonda. Il y a aussi des militaires supérieurs de grande valeur. Tu vois par exemple l’article du vieux « de la pente » est resté affiché plus de deux mois. C’est trop.
Merci pour ta compréhension.



kouka josephine [koukajosephine@yahoo.co.uk] 06/03/2010 02:57:31


CHER MOPIPI,


CE REFLEXE DE TSHIMBOMBO A VOULOIR PRENDRE LA RESPONSABILITE DE NSUKA, AUTEUR DES VIOLENCES SUR QUELQU’UN QUI EXCERCAIT LIBREMENT SES DROITS POUR DEFENDRE MOBUTU QUI PORTAIT DEJA LES GERMES DE LA DICTATURE DEMONTRE A SUFFISANCE L’IMMATURITE, L’INCONSCIENCE ET L’IRRESPONSABILITE DES CONGOLAIS DANS LA CHUTE DU PAYS.

MOBUTU N’ETAIT -IL PAS SERGENT A LA FIN DE SA CARRIERE MILITAIRE DANS LES FORCES PUBLIQUES COLONIALES POUR ETRE BOMBARDE, A L’INDEPENDANCE DU PAYS, COLONEL CHEF D’ETAT MAJOR PAR LUMUMBA ET GENERAL PEU DE TEMPS APRES. POURQUOI TSHIBOMBO DEVRAIT-IL S’OFFUSQUER?

TSHIMBOMBO N’AVAIT IL PAS CHANTE ET DANSE PERSONNELLEMENT POUR MOBUTU? SURTOUT, ET LA IL A AGGRAVE SON CAS, N’AVAIT- IL PAS PRIS L’HABITUDE DE MARCHER ET DE LIRE EN IMITANT PAR SA VOIX SON MAITRE MOBUTU QU’IL VENERE PRESQUE? D’AUTRES POLITICIENS ONT EMBOITE LES PAS PENDANT ET APRES LA CHUTE DE MOBUTU. ILS SONT LEGIONS. C’ETAIT DEJA LE DEBUT DU SYSTEME NEO COLONIAL ILLUSTRE PAR TSHIMBOMBO ET SES COMPERES DE LA JMPR, PREMIERS RESPONSABLES DE LA CHUTE DU PAYS.

L’ ACTE DE TSHIMBOMBO DOIT ETRE RAPPROCHE AU COMPORTEMENT D’AUTRES INDIVIDUS AGISSANT ACTUELLEMENT PRESQUE DE LA MEME FACON POUR AVOIR ACCES A LA MANGEOIRE. TSHIMBOMBO NATIONALISTE? NON.
UN CLOWN AU MEME TITRE QUE SAKOMBI, MENDE ET AUTRES.

ELU SENATEUR DANS DES CONDITIONS QUE TOUT LE MONDE CONNAIT, QU’A -T- IL FAIT DE SON MANDAT? L’AVEZ VOUS ENTENDU DEFENDRE LES CAUSES DU PAYS OU DE LA POPULATION SOUMISE A LA DICTURE ET A L’OCCUPATION SANS FIN.



JOSEPHINE KOUKA.



Kanyung [shok-ompeng-06@hotmail.com] 06/03/2010 11:51:19
Mayoyo a tout dit, comment expliquer que tous ces gens qui ont fait que le Zaïre/Congo soit là, ne puissent même pas revendiquer leur héritage: le MPR? C’est vraiment la honte! C’est comme ça qu’on se fait passer pour des vrais clowns, à defaut de faire le malin.



mamale [ma.male@live.fr] 07/03/2010 17:20:19
Hier, un aventurier-danseur, aujourd’hui, un sénateur jouissant de ses gros émoluments et des largesses de l’ex-chauffeur de taxi, sans être inquiété outre mesure! Un conseil à monsieur Tshimbombo Mukuna: être prêt à tout moment pour l’exil.



Djibrill [djibrill@yahoo.fr] 07/03/2010 17:57:41
Monsieur Tshimbombo,
Dites-nous si oui ou non vous distribuiez des cartons d’argent dans les toilettes du Palais du Peuple comme on le laissait entendre à l’époque. Ayez une fois le courage de répondre devant le miroir de votre conscience, chers dirigeants. Nous aimerions vous voir aussi les concernés de cette rubrique réagir pour nous fixer!
Djibrill



mboka ekufi [mbokaekufi@yahoo.fr] 08/03/2010 15:28:48
TSHIMBOMBO MUKUNA, senateur pour rien, mobutiste qui ne fait rien pour son pays et pour sa province. Il travaille pour son ventre. Tolembi ba deputés na ba senateurs. Ils veulent encore defier MUZITO tout ca pour les perdiems. Ils vont aller aux élections et la majorité gagnera KAZI BURE. Patienter jusqu’aux élections de 2011 si elles auront lieu pour que la coalition PALU UDEMO PPRD s’effrondent.


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2018                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.