AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
13 Août 2010

Témoignage pour l’Histoire :

Qui a tué André Kisase Ngandu?

 

LD Kabila serre la main de "Joseph K.". Photo d’archives

Premier chef militaire de l’AFDL «(Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo), André Kisase Ngandu a disparu au mois de janvier 1997 dans la province du Nord-Kivu. Selon un ancien cadre de l’AFDL qui a requis l’anonymat, le leader lumumbiste aurait été abattu à Rutshuru par le commandant kadogo "Hyppolite" alias "Joseph K". Des accusations graves à l’encontre de Joseph Kabila. Selon notre interlocuteur, le "commandant" agissait sur ordre de Laurent-Désiré Kabila, appuyé par les «Banyamulenge». La raison : LD Kabila se disputait la direction de l’AFDL avec André Kisase. La disparition du leader lumumbiste a permis au colonel James Kabarebe ainsi qu’au «commandant Hyppo», devenu Joseph Kabila, de prendre le contrôle des opérations militaires.

«A l’époque de l’AFDL, l’homme que vous appelez Joseph Kabila avait la réputation d’un tueur froid. C’est lui qui a été chargé d’abattre André Kisase Ngandu. Il était accompagné d’un officier de l’armée patriotique rwandaise du nom de Jacques Nziza. Je peux répéter ce que je viens d’affirmer même devant un peloton d’exécution». L’homme qui nous confie ce témoignage dans un petit hôtel bruxellois se présente comme un «vétéran» de l’AFDL. Un ancien proche au défunt président LD Kabila. Pourquoi décide-t-il de parler maintenant? "Où et quand pouvais-je parler?, réplique-t-il. Ne savez-vous pas que l’Histoire est toujours écrite par les vainqueurs ou les libérateurs?"

Les Grands Lacs à feu et à sang

Aussitôt après la chute du mur de Berlin en 1989, les puissances occidentales ont réajusté leur politique africaine. Après avoir soutenu à bout de bras des dictateurs africains, l’Occident décrétait que l’heure était venue pour promouvoir, sans transition, la démocratie et le respect des droits de l’Homme. En juillet 1993, le Hutu Melchior Ndadaye remporte l’élection présidentielle face au Tutsi Pierre Buyoya. Le parti hutu «Frodebu» (Front pour la démocratie au Burundi) rafle la majorité de sièges aux élections législatives. Cette double défaite est mal digérée. Trois mois après, l’armée burundaise sort des casernes renverse et tue le nouveau président. Des affrontements sanglants ont lieu entre les membres des deux communautés ethniques. Des milliers de Hutu trouvent refuge à Uvira. A partir du territoire zaïrois, ils lancent des incursions au Burundi. Au Rwanda, le président Hutu Juvénal Habyarimana signe l’accord de paix dit «Accord d’Arusha» avec ses opposants armés tutsis réunis au sein du FPR (Front patriotique rwandais) pour mettre fin à trois ans de combats. Les deux camps conviennent de partager le pouvoir avant d’aller aux élections. Le 6 avril 1994, l’avion transportant Habyarimana et son homologue burundais Cyprien Ntaryamira est abattu. C’est le déclenchement de la guerre civile. Au mois de juillet, les combattants du FPR s’emparent de Kigali. Des millions de Hutu s’enfuient avec armes et bagages au Zaïre voisin où ils lancent des attaques sur le territoire du Rwanda. Les nouveaux maîtres de Kigali et de Bujumbura décident d’en finir avec leurs opposants respectifs réfugiés au Zaïre.

Les «Banyamulenge»

Les autorités zaïroises vont donner aux régimes rwandais et burundais un alibi en or. En 1996, l’armée zaïroise lance l’opération «Kimya na Masisi», au Nord Kivu. But : débusquer des «bandes armées tutsies» infiltrés sur le sol zaïrois pour attaquer les camps des réfugiés hutus. Les incursions s’étendent au Sud Kivu. Le vice-gouverneur de cette province décide d’expulser les «Banyamulenge». De passage à Cyangungu, le président rwandais d’alors, Pasteur Bizimungu, tonne en brandissant une carte du «Grand Rwanda»: «Ceux qui veulent expulser les Banyamulenge, dit-il, doivent aussi leur rendre leurs terres». Bizimungu d’appeler à l’organisation d’une Conférence de «Berlin II» pour revoir le tracé des frontières.

Dans son ouvrage «Histoire du Congo- Les Quatre premiers présidents», publié aux éditions Secco & Cedi, Célestin Kabuya Lumuna écrit ce qui suit à la page 200 : «Dans le Kivu, des milliers de réfugiés Hutu étaient amassés dans des camps de fortune, dressés le long de la frontière entre le Congo et le Rwanda. Ils constituaient une menace permanente pour le pouvoir de Paul Kagame qui cherchait la stabilité. Leur dispersion devait avoir lieu sur le territoire zaïrois. Il fallait des Zaïrois pour la cautionner dans le pays et au niveau international.» Début octobre 1996, des affrontements à l’arme lourde opposent les Forces armées zaïroises aux armées rwandaises et burundaises. Ces dernières attribuent ces attaques aux "rebelles banyamulenge décidés à reconquérir leur citoyenneté zaïroise".

Naissance de l’AFDL

Vers la fin du mois d’octobre 1996, un certain Muller Ruhimbika multiplie des communiqués de presse au nom de l’ADP (Alliance démocratique des peuples).
«Muller» dit parler au nom des "Banyamulenge". Là où le bât blesse c’est que ses communiqués sont envoyés à partir de la capitale rwandaise. Après la chute de Goma entre les mains des «Banyamulenge» ou plutôt des éléments de l’armée rwandaise et burundaise, André Kisase Ngandu fait son apparition. Il serait à la tête de 600 hommes basés en Ouganda. Il se présente comme étant le chef militaire des «rebelles tutsis zaïrois». Kisase a été recommandé à Paul Kagame par le président ougandais Yoweri Museveni. Le 26 du même mois, un revenant politique fait sa réapparition. Il s’agit de Laurent Kabila. Il a été, lui aussi, introduit auprès de l’homme fort de Kigali par le dirigeant ougandais. Kabila est désigné porte-parole de l’AFDL. Le mouvement regroupe quatre organisations : le PRP (Parti de la révolution populaire) de LD Kabila ; le CNRD (Conseil national de résistance pour la démocratie) du lumumbiste André Kisase Ngandu ; le MRLZ (Mouvement révolutionnaire pour la libération du Zaïre) de Anselme Masasu Nindaga et l’ADP de Déogratias Bugera. L’AFDL passe donc un «deal» avec le Rwanda et l’Ouganda, appuyés par les Etats-Unis d’Amérique. A la page 201 de son livre cité précédemment, Célestin Kabuya Lumuna de préciser : «(…) l’échange entendu était celui-ci : nous vous aidons à vous débarrasser de Mobutu, et à prendre le pouvoir et vous, vous nous aider à disperser et à anéantir les Hutu et, surtout, les anciens militaires exilés et les milices interahamwes.»

La mort de Kisase

«Très rapidement, raconte notre «vétéran» de l’AFDL, une sourde rivalité est devenue évidente entre André et Laurent. D’abord, sur le plan humain et idéologique, tout séparait les deux hommes. Le premier est un Tetela du Kasaï oriental. C’est un nationaliste-lumumbiste. Le second, un Muluba du Katanga qui prône des idées marxistes plutôt proches du maoïsme.» "Ensuite, c’est la lutte pour le contrôle de l’AFDL. Appuyé par la «composante tutsie», LD Kabila finit par prendre de l’ascendant sur son rival."

Début janvier 1997, l’AFDL annonce que Kisase a été blessé suite à une embuscade tendue par les combattants Maï Maï. «Cette version est parfaitement fausse, dit le «vétéran». Cette version a été entretenue jusqu’au mois de juillet 1997.» Quelle est sa part de la vérité? «Je peux vous affirmer que Kisase Ngandu a été abattu le 6 janvier 1997. Ce jour là, il a été chargé par LD Kabila d’effectuer une mission d’inspection à Beni et à Bunia. Ce n’était qu’un piège. Le major rwandais Jacques Nziza et le commandant Hyppolite alias «Joseph K.» faisaient partie de l’escorte. Les gardes corps personnels de Kisase ont été remplacés par d’autres. L’attaque a eu lieu à Rutshuru aux environs du Parc national de Virunga." Notre «vétéran» de poursuivre : «Le chef de l’escorte, un certain «lieutenant Célestin», un Tutsi, a commencé par faire arrêter le convoi avant d’inviter Kisase à descendre du véhicule comme pour lui montrer quelque chose. C’est en ce moment que le commandant Hyppolite a vidé son chargeur sur André. Le cadavre de Kisase et ceux de ses proches ont été arrosés d’essence et incinérer. Voilà ma part de vérité sur la mort de Kisase. Joseph Kabila est l’assassin de Kisase Ngandu.»

Dans l’ouvrage «RD Congo : Chronique politique entre – deux –guerre octobre 1996 – juillet 1998, G. de Villers et JC. Willame en collaboration avec J. Omasombo et E. Kennes, publié chez L’Harmattan, on peut lire à la page 49 : «Laurent-Désiré Kabila s’est imposé comme président et chef des forces armées à la suite d’un jeu de forces et de tractations resté secret mais dans lequel les alliés rwandais semblent avoir pesé d’un poids décisif, surmontant les oppositions ou reticences provenant des milieux banyamulenge et d’un homme comme Ngandu Kisase.»

Dans un témoignage publié en juin 2006 dans nos colonnes, le général Jules Lumumba Onangando semble abonder dans le même sens : «J’affirme donc, avec force, que l’initiateur de la lutte contre le pouvoir honni de Mobutu fut le grand combattant et patriote André Kisase Ngandu qui, malheureusement, par la suite, fut coiffé, par ruse et machiavélisme politique, par Laurent Désiré Kabila et les Banyamulenge qui oeuvrèrent de commun accord pour l’éliminer physiquement, en date du 6 janvier 1997. Bien que je connaissais de longue date Laurent Désiré Kabila, je déclare, sur mon honneur, que personne, absolument personne, ne parlait de lui dans l’entourage de Kisase, tout au début des préparatifs de la guerre de libération. Ce sont les Rwandais qui l’imposèrent à la tête de la structure pour des raisons aujourd’hui évidentes, (…). Mzee Kabila n’avait plus de combattants armés: tout le monde l’avait fui.» Affaire à suivre.

Issa Djema
© Congoindépendant 2003-2014

 

20 Réactions

MISE AU POINT [yankeeclean@hotmail.com] 13/08/2010 17:48:26
kabuya lumuna célestin n’est pourra rien parler du bon,puisque au moment des faits il été porte parole du feu le maréchal mobutu que son âme repose en paix,il faut bien faire des recherches approfondie que d’écouter des histoires,kisase ngandu andré que son âme repose en paix à été bel bien tomber en embuscade tendue par la des mai mai du commandant djuma aidissi (ancien d.g de la d.g.m)puis son corps à été amener vers la brousse après le départ des assaillants,comme il été plus nationaliste et il avait souvent l’habitude d’avoir le conflit avec la bande de tutsi,il a été abattu par masasu ninganda celui qui été l’aide du camp du feu laurent désiré kabila, célestin kabuya sa mémoire est courte il oublie que si aujourd’hui son maitre avait fuis puisque ils avaient acceptent avec sa bande que les génocidaires hutus viennent vivre chez nous ,voila jusqu’à présent l’EST de la RDC est presque en guerre,si il y a des doutes je peux vous envoyer même de BS des OPS. je le met en défis si il a des preuves qu’on puissent les mettre sur Congo indépendant,moi et kabuya.



christian [chriisraela@live.fr] 13/08/2010 18:06:13
L’assassinat de Kisase Ngandu est une réalité. Je suis désolé que cette question ressorte en ce moment alors que tout le monde le savait depuis plus de dix ans. Je confirme cette information qui était publiée en 2000 dans le journal les coulisses. Mais malheureusement personne n’en a tenu compte. Kabila est le Jéroboam du Congo-Zaïre. Ceux qui lisent la sainte Bible connaissent bien ce que Jéroboam fut contre le peuple israélien. Je vous invite à lire Les Rois 1 et 2. Maman Safi est Jezabel.



jean claude mweze wa mweze [jeanclaudemweze@yahoo.fr] 13/08/2010 19:07:19
Oui, Mzee Kabila n’avait plus des combattants armées car l’homme qui avait décapité le mouvement de LDK dans son fief du kivu plus précisement dans le montagne de Fizi-Baraka est le commissaire de region du Kivu(gouverneur de la region )de l’époque le citoyen MWANDO NSIMBA son ami et frère du Katanga. Les combattants de mzee furent alors intégrés ds notre Armée "les FAZ ". le président Museveni en grand stratége savait que les combattants de LDK n’avaient pas quittés le grand Kivu mais plutôt eparpillés ds différentes garnisons militaires de la région et qu’au bon moment ils rallieraient leur chef Kabila.
Ngandu Kisase et Paul Kagame se connaissaient et se détéstaient mutuellement. ils furent tous combattants ds le mouvement de Yoweri Museveni pour la conquête de Kampala.
Kisase n’appréciait pas la domination Tutsi ds le mouvement de Kampala c’est ainsi qu’il se refugiat en Allemagne tout en gardant de bonne relation avec le nouveau maître Ougandais.
La mort d’André Kisase est l’oeuvre direct de Kagame qui n’a jamais pardonné à Ngandu de sa rivalité ds le mouvement de kampala.



ALIMASI [alimasiokoko@yahoo.fr] 13/08/2010 19:07:45
Son pere n’est pas son pere, sa mere n’est pas sa mere, sa femme n’est pas sa femme; meme sa fille n’est pas sa fille....il serait responsable a 95% de la destruction du pays.....maintenant c’est lui l’assassin de KISASE. Ett-ce ce n’est pas finalement excessif.....Est-ce on a besoin de tout cela pour vaincre un adversaire? N’y a-t-il pas d’autres methodes.



Véritable Mise au Point [pouruncongolibre@yahoo.ca] 13/08/2010 20:15:25
À ‘Propagandiste du Mensonge’ alias ‘Mise en Point’

Merci pour avoir démasqué votre visage d’un véritable traître que vous êtes. Hyppolite Kanambe alias Joseph Kabila est votre demi-dieu irréprochable et totalement blanchi. C’est vrai, selon votre perverse définition de démocratie vous croyez que c’est votre droit de soutenir un tel imposteur qui humilie votre pays et votre peuple (à moins que vous n’êtes pas Congolais de souche on fini par comprendre pourquoi de telles bêtises sortent de votre bouche). Seulement vous vous êtes trompé de pays car pour glorifier votre imposteur de dictateur dites lui de plier bagage avant et regagner Kigali avec vous dans sa valise.

Vous avalerez vos mots un jour avec grande honte donc pas de problème continuez dans votre arrogance et votre traîtise.



jojo [jojo@yahoo.fr] 14/08/2010 00:23:00
j’en été sûr que ce tueur dans l’ombre, il sera la personne qui a éliminé NGANDU, ce petit malin, né pour tuer et continue avec son esprit à zigouiller nos concitoyens grâce aux bêtes congolaises qui lui donnent confiance à cause de l’argent sale qui recoivent auprès de cet criminel sangunaire. un tueur en serie



kinua Apollinaire [kibarba@hotmail.com] 14/08/2010 00:54:26
Compatriotes saisisons le moment car,beaucoups ont la mémoire courte pour mieux comprendre les événements!!
Kisase ngandu ce bien lui que je sache l´auteur, le concepteur
de la mise en marche de cette lutte qui aujourd´hui les autres
sont des jouisseurs comme hypolite kandambe,mais vous oublier
des personnes qui connaissaient mieux kisase ngandu,entre
autre le général Francois Olenga qui est dans l´armé à côté de
kabila et dans tout les coups de tueries! ce soi disans son frère
tetela mais beaucoup savent kisase est un vaillant revolutionaire
qui habitait berlin bon nombres de compatriotes sont decus de
ce que kisase connaissant mzee kabila de longue date et olenga
le recevait à cologne,nombres des tetelas y compris ceux de berlin ont vu de va et vient de mzee en
Allemagne,des réunions en katimini,ngane,ngane,pourquoi ils
l´ont cherché à Kigoma?sachant que l´homme faisait du commerce de l´or,cassitéritte,avec son grand ami Diddier Kazadi
patron de patron dans la maffia de la destruction du congo et Mzee laurent avait déjà le parcour mitigeux d´éliminer d´autres compatriotes que nous citérons,Kibue chamalenge,Yumbu
Gabriel vendu à mobutu,masengo,marandura,maboko,salumu
le patriote kabuya lumuna a écrit ce qui est vrai!!
prochainement nous vous dirons d´autres vérités!!Salut!



abdul yasese [abdulyasese@yahoo.fr] 14/08/2010 00:55:15
L’assurance vient de propos d’un novice, une version de fait mal choisi par rapport au temps, ceux qui veulent donner de l’importance ont la liberté et l’intelligence de choisir comme bon leur semble leurs camps.La famille Kabila père comme fils aujourd’hui Président, a trahi la nation congolaise lorsque les deux ont présenté sans cesse aux yeux de la population congolaise et étrangère les sujets rwandais comme les citoyens congolais.Monsieur Ngandu André à cause de son opposition de faire la guerre aux côtés des rwandais est assassiné par un jeune officier rwandais qui est devenu ensuite Chef d’Etat Major James Kabarere et, Kabila Laurent-Désiré est aussi parmi les instigateurs de cet assassinat.Ngandu mettait à nu l’objectif rwandais que Kabila père savait pertinament dès les premières heures de la conquête des terres congolaises.Force est de constater aujourd’hui, avec l’usure de temps les versions des faits commencent à prendre d’autres formes, pour quel intérêt ? Ce n’est pas en déformant les faits que l’actuel Président du Congo



Nkolo Mabele [nkolomabele@yahoo.fr] 14/08/2010 12:42:29

Il s’agit là,mes chers frères,d’une révélation de plus sur le passé
ténébreux du soit-disant président de la RDC.
Remarquez la presque similitude entre la tragédie libanaise et celle de notre pays.La seule différence est que l’armée syrienne a occupé le Liban pendant de très longues années alors que l’armée rwandaise ne l’a fait au Congo que pour un temps très court.Cependant,elle maintient sa présence à l’est pour surveiller et traquer la rebellion hutue.
Remarquez que si les syriens n’avaient pas assassiné le premier ministre RaficHariri,ilsseraientauLibanjusqu’aujourd’hui.Cependant,l’armée,l’administration,les services de renseignement au Liban sont infiltrés par les syriens avec le regard bienveillant du hezbollah.
La RDC dont l’armée a été vaincue par celles du Rwanda et de l’Ouganda est sous occupation de ces deux pays qui ont placé leurs affidés dans tout les rouages de l’Etat, avec comme proconsul leur agent J. Kabila.Vous avez pu en être convaincu
lors des manifestations de commémoration du cinquantenaire
de notre indépendance.
Ce qui a finalement empêché que ces deux pays marque une présence physique prolongée,c’est l’opposition farouche de la population à leur présence.C’est peut-être là, la seule chose de positif à mettre à l’actif de LDK qui, sous la pression populaire,
a été obligé de rompre avec ses parrains.



Maitre Lokombe [Lokombe@yahoo.fr] 14/08/2010 12:46:16
Les morts ci apres soulevent des questions serieuses: Ngandu Kisasse, Masau Nindanga, Floribert Chebeya, Laurent Desire Kabila et bientot Edie Kapend.

Est ce que Joseph peut dire qu’il est innocent?



Tabu [tabuaugustin@yahoo.fr] 14/08/2010 13:31:03
"On ne fait pas des révolutions avec de l’eau de rose"
(Chamfort)

La révolution mange ses enfants!



Jean Vianney [lalibreexpression2007@yahoo.fr] 14/08/2010 13:34:06
Si vous voulez connaitre la vraie histoire du début de la guerre au Kivu en 1996 il faut poser des questions au Colonel Dieudonné KabengeleAmundala il est vivant, il est vrai le fondateur du parti que le commandant Masasu le MRLZ (Mouvement révolutionnaire pour la libération du Zaïre) a représenté tout au long de la marche soit disant de l’AFDL vers Kinshasa, pendant ce temps Dieudonné Kabengelé était en prison de Ndolo, il a été arrêté comme étant espion, il est sorti de la prison le jour où le Maréchal en carton a pris la poudre d’escampête. Dieudonné avait contacté en son temps l’actuel Ministre de la Défense du Rwanda pour lui soumettre le plan de faire partir Mobutu après la prise de Kigala par l’APR, Laurent Desiré Kabila était barmen en Tanzanie. La vraie histoire il faut la demander au Colonel Dieudonné Kabengelé Amundala témoin occulaire vivant à part son second Anslme Masasu que Laurent Kabila a sacrifié aux Rwandais et au Commandant Hyppo pour le tué. Mr Célestin Kabuya Lumuna a hormis de citer le vrai initiateur de faire partir le Maréchal de façade qui était mourrant. Que vous voulez ou non c’est Dieudonné Kabengele Amundala mukishi le vrai héro ignore et oublié, l’artisan et non l’usurpateur, voleur, assasin Laurent Desiré Kabila. Kabengelé est un fruit de l’APR, il est formé et a passé sa formation militaire dans le meme que Kagamé le nouveau ministre de la défense du Rwanda (sans oubier Anselme Masasu Nindaga). C’est Kabengelé qui avait plannifié comment attaquer le Zaire et avait remis ce plan entre les mains de James Kabarebé et ce dernier avait ce plan à son tour à Paul Kagamé l’actuel home fort du Rwanda. Pendant ce temps ni André Kisaseque je respecte ni Kabila étaient avec eux au camp d’entrainement en Ouganda, le nationaliste Ngandu a été contacté après le depart de Dieduonné Kabengelé pour Kinshasa, il était venu comme espion avant le déclenchement des hostilities à L’Est du pays . A tout Seigneur tout honneur.
A Mr Célestin Lumanu de revoir son livre



kolomabele [baeha1@yahoo.fr] 14/08/2010 14:59:23
LD Kabila, Disasi Ngandu, JP Bemba Gombo et le fameux vétéran de l’Afdl et tous les Congolais qui se sont alliés aux étrangers pour envahir le Congo sont des traîtres de la Nation. Je ne vois pas des citoyens d’un pays aller prendre les armes et les armées à l’étranger pour mener la guerre dans leur propre patrie. Pour rien au monde. Même pas pour libérer la mère-patrie d’une dictature sanguinaire. Ils sont responsables de la situation inextricable dans laquelle le Congo est plongé depuis 14 ans.

Les Zaïrois se battaient depuis trois décennies, mains nues, contre la dictature mobutienne. Ils avaient réussi à isoler politiquement le dictateur. La nature aidant, Mobutu était très malade et proche de la mort.Les Zaïrois étaient déjà près du but : le départ du dictateur. On n’avait donc pas besoin de ces vrais faux patriotes libérateurs qui avaient déferlé au Congo avec des hordes étrangères. Il n’y a qu’ au Congo que ces traîtres peuvent être considérés comme des Héros.

Si tous les Congolais qui gravitent autour de Joseph Kabila sont considérés comme des collabo à un pouvoir d’essence étrangère, il faut aussi reconnaître que Disasi Ngandu, LD Kabila, Bemba, Wamba di Wamba et bien d’autres sont les Harkis congolais.



paul andre roi [paurei1@yahoo.com.br] 14/08/2010 17:08:55
Monsieur Amba Wetshi,

Au nom de tous les patriotes,nationalistes et résistants congolais, je vous prie de nous montrer une ou des photos du feu Général André Kisase Ngandu.Vous ferez une oeuvre utile.Au lieu d’afficher les posters des gens comme Jonas Mukamba, Bomboko etc...dont leur souvenir comme homme politique donne de la nausée.C’est dur que de supporter de voir à longueur des jours les posters de ces opérateurs politiques collés à Congo Indépendant.



Daniel MAYELE [leoparddebafwasende@hotmail.com] 14/08/2010 22:30:59
Cet article concernant l’assassinat du Général Major André KISASE (KISSASSE) Ngandu m’ intéresse au plus haut point
et apporte un éclairage particulier aux révélations que j’avais faites à la mi-avril 1997, il y a de cela 13 ans, dans un brûlot que j’avais antidaté au 07/03/1997 sous le pseudonyme de Masumbuko Musemakweli.(Celui qui souffre et qui dit la vérité).
J’avais voulu, à l’époque, garder l’anonymat ne sachant pas que Laurent Désiré Kabila n’acceptait de collaborer avec une personne qu’à la condition expresse qu’elle renonce à être membre du M.N.C./LUMUMBA !!
Kabila a même fait liquider des membres de notre Parti qui avaient osé se réclamer ouvertement du MNC/LUMUMBA.C’était le comble.de l’infamie.
Ce n’est que lorsque j’en fus informé que j’ai décidé de le combattre à visage découvert.
Voici les faits que j’avais dévoilés à l’époque, à chaud, quelques mois seulement après le meurtre;

UHURU LUMUMBA !

DANIEL MAYELE
______________________________________________________

1
REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (Ex-ZAIRE)
TOUTE LA VERITE SUR L’ASSASSINAT DU GENERAL MAJOR
André KISASE NGANDU
COMMANDANT EN CHEF DE L’ALLIANCE (A.F.D. L.)
_________________________________________________________________________
Bref historique
Au cours de l’année 1993, M. André KISASE NGANDU, accompagné de M.Henri MANGALA, passe à Londres pour y rencontrer le Dr. Albert Lumumba ONAWELHO, Président National du M.N.C./L: (Mouvement National Congolais/Lumumba).
Il est question pour ces deux frères de prendre une recommandation du Dr.Albert L. ONAWELHO destinée à ses combattants qui déjà s’entraînaient et faisaient des incursions à l’est du Congo (zaïre) depuis 1991.
Une fois sur place, en Afrique, est créé le Conseil National de Résistance pour la Démocratie (C.N.R.D), bras armé du M.N.C./Lumumba et du F.L.N.C.
En 1994, après la chute du gouvernement Havyarimana, six cent militaires sont envoyés au Rwanda pour y recevoir une formation plus complète.
En août 1996, André KISASE NGANDU décide de se rendre au Rwanda aux côtés de ses six cent combattants congolais (zaïrois), fer de lance de son dispositif.
Quelques jours plus tard, il est décidé de mettre sur pied un mécanisme pour commencer une offensive généralisée contre le régime vermoulu du dictateur Mobutu Sese Seko. Hors, voilà
que dix jours avant le déclenchement des opérations, des politiciens étrangers au Congo (zaïre), imposent au Général
André KISASE NGANDU d’introduire dans le jeu Laurent Désiré KABILA en raison des relations personnelles qu’ils entretenaient avec lui.
C’est ainsi que du Conseil National de Résistance de la Démocratie (C.N.R.D.) on passa à la signature du protocole de Lemera qui créait, le 18/10/96, l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo (ZaÏre).
Cette Alliance (A.F.D.L.) était composée des groupes suivants.
Par ordre alphabétique:
1. L’Alliance Démocratique des Peuples (A.D.P.) de Déogratias
BUGERA.
2. Le Conseil National de Résistance pour la Démocratie (C.N.R.D.) fondé en 1993 par André KISASE NGANDU du M.N.C./Lumumba à l’origine de ce mouvement de libération du Congo (ZaÏre).
3. Le Mouvement Révolutionnaire pour la libération du Zaïre
(M.R.L.Z.) de MASASU NINDAGA.
4. Le Parti de la Révolution Populaire (P.R.P) de Laurent Désiré
KABILA.
L’Alliance confie à KABILA le poste de porte-parole de l’Alliance pour cette bonne et simple raison qu’il n’avait aucune force armée ni à l’intérieur, ni à l’extérieur du pays, parce qu’il avait déjà été vomi par ses anciens compagnons de lutte qui lui reprochaient ses assassinats et son côté trafiquant de matières
premières.

2
Les Faits

Le début du conflit qui surgit entre KABILA et KISASE se situe lors de l’arrivée de Laurent Désiré KABILA à Goma en provenance de Bukavu quelques jours après la prise des villes d’Uvira, de Bukavu et de Goma.
KABILA fait une première déclaration en tant que porte-parole. Deux jours plus tard déjà, il commence à se présenter comme le Président de l’Alliance sans l’accord des autres membres de l’A.F.D.L. Déjà, il s’improvisait et s’imposait comme leader. Chaque fois le Général André KISASE NGANDU disait à KABILA qu’il n’était pas le Président de l’Alliance et qu’il n’en était
que le porte-parole. KISASE demandait à KABILA d’arrêter de se présenter devant la presse internationale comme le Président de l’Alliance.
Le premier acte de la tragédie commence lorsque le soi-disant Président KABILA convoque KISASE pour lui reprocher de vouloir le renverser, lui KABILA, alors qu’il n’était qu’un porte-parole.
Comment un Général, Commandant en chef des Forces de l’Alliance, pourrait-il se préoccuper de renverser un porte-parole ?
Ces rencontres devenaient de plus en plus fréquentes et de plus en plus orageuses.
Entre-temps, André KISASE, dans un meeting à Goma en Kiswahili, avait signalé à la population qu’il était un Congolais membre du M.N.C./Lumumba.
Le sanguinaire Laurent Désiré KABILA, décida de préparer une stratégie pour éliminer l’initiateur de la libération du Congo, le lumumbiste KISASE.
Pour avoir un appui militaire, KABILA organise son coup avec la complicité des BANYAMULENGE, anciens réfugiés venus du Rwanda et installés sur la
montagne de Mulenge,
KISASE avait interdit aux BANYAMULENGE de s’en
prendre à la population par vengeances personnelles, de voler des voitures ainsi que des biens appartenant au pays et de vouloir occuper tous les postes de commandement.
Le Général André KISASE NGANDU du M.N.C./L - C.N.R.D. et les combattants MAÏ-MAÏ condamnent cet état de choses. Tandis que les protestations de KISASE étaient verbales, celles des MAI-MAI se sont soldées par des affrontements armés avec les BENYAMULENGE..
C’est alors que KABILA et le Munyamulenge Léonard KANYAMUHANGA GAFUNDI ont mis à prix pour 2000 $ US la tête d’un chef MAI-MAI,surnommé Docteur KIGANDA.
Le groupe des MAÏ-MAÏ a été écrasé (momentanément) dans un bain de sang grâce à la supériorité militaire en armement des BANYAMULENGE.
C’est ici que se situe la première tentative d’assassinat du Général KISASE NGANDU par le groupe L.D. KABILA/BANYAMULENGE.
Au mois de décembre 1996, lors d’un meeting populaire a Butembo, des coups de feu éclatent et deux gardes du corps de KISASE meurent sur le coup..
KISASE échappe à la mort.
KABILA fait endosser la responsabilités aux MAI-MAI et se rend compte que si KISASE reste toujours protégé par ses propres gardes du corps, il ne pourra pas avoir sa peau. C’est à ce moment là que KABILA dit qu’il ne faut plus que chaque groupe qui compose l’Alliance opère avec ses propres agents de sécurité, avec ses propres gardes du corps.
3
Voila pourquoi KISASE - qui était loin de penser que KABILA cherchait à l’éliminer - fut dépouillé de son escorte personnelle composée de ses fidèles.
Un certain Jacques NZIZA, Major de l’Armée Patriotique Rwandaise fut chargé par KABILA d’être l’organisateur de toutes les escortes de l’Alliance pour l’ensemble des personnalités, y compris KISASE NGANDU.
Les escortes de KISASE et le corps de garde de sa résidence furent dorénavant composés d’une majorité de BANYAMULENGE !
Un peu plus tard, KABILA demande à KISASE de bien vouloir partir en mission d’inspection vers Beni et Bunia. Le voyage fut prévu pour le 05 janvier 1997.
Dans la soirée du 04/01/97, se tint une première réunion pour établir les modalités du voyage.
Etaient présents :
- Le Général Major André KISASE NGANDU,
- Le Major Jacques NZIZA, organisateur des escortes de l’Alliance
- Le directeur adjoint de la sécurité de l’Alliance,
- Un proche de KISASE.
Au cours de la même soirée du 04/01/97 eut lieu, à huit clos et dans le plus grand secret, une deuxième réunion.
Trois personnes y assistaient :
- Laurent Désiré KABILA, le porte-parole de l’Alliance qui voulait
s’imposer comme Président,
- Jean-Paul NKITA KABONGO, directeur de la sécurité de l’Alliance,
- Jacques NZIZA, organisateur des escortes de l’Alliance.
N.B. : l’adjoint de NKITA KABONGO- qui avait participé à la première
réunion- fut refoulé lorsqu’il voulut entrer à la deuxième réunion.
Dans la matinée du 05 janvier 1997, NZIZA forme donc une escorte.
KISASE fait une courte distance, lorsque Jean-Pierre ILUNGA, un partisan de KISASE, lui dit que la route n’est pas sûre et lui conseille vivement de renoncer au voyage. KISASE renonce donc à partir.
KABILA se fâche et dit ne pas comprendre pourquoi une mission aussi importante a été reportée.
C’est ainsi qu’échoua la deuxième tentative d’assassinat après celle de Butembo.
Sur l’insistance de KABILA, KISASE prend la route le 06 janvier 1997 pour se rendre vers Beni et Bunia en passant par Rutshuru, Kanyabayongo et Butembo. L’escorte particulière du Commandant en chef de l’Alliance est organisée et mise sur pied par le Major Jacques NZIZA. Elle est composée de
5 véhicules comprenant 36 personnes parmi lesquelles 4 fidèles de KISASE.
André KISASE NGANDU a pris place dans un pick-up double cabine Toyota.
Deux véhicules le précédent, deux le suivent.
Entre Rutshuru et l’entrée du parc des Virunga (ex. Parc Albert), dans une plantation de café, un certain lieutenant CELESTIN, un Munyamulenge, chef de l’escorte qui occupe la première voiture fait arrêter le cortège. Il demande au Général KISASE de sortir de sa Toyota pour un motif quelconque.
A peine KISASE est-il sorti que le lieutenant CELESTIN lui tire une balle dans la poitrine du côté droit. KISASE tombe à terre. Le lieutenant CELESTIN lui tire une deuxième balle sur la jambe et lui brise le fémur.
Voyant cela, un des 4 gardes du corps fidèles à KISASE, répondant au nom de KASEREKA dit KADOGO à cause de son jeune âge, bondit avec son arme pour abattre CELESTIN qui, plus rapide que lui, loge une balle dans la tête du
petit.
A ce moment précis, ne sachant pas ce qui s’était tramé avec KABILA, un certain ALEX, fidèle de KISASE, prend son arme AK-47 et abat CELESTIN qui meurt sur le champ.
La confusion est totale. Les autres BANYAMULENGE, majoritaires dans l’escorte, achèvent le Général KISASE d’une balle dans la tête et liquident ses partisans peu nombreux.
Ils ramassent les cadavres, les mettent dans l’un des véhicules, se rendent dans un coin retiré du Parc National du Virunga (ex Parc Albert), jettent de l’essence sur les corps et les brûlent.
Des braconniers voyant s’élever de la fumée dans le parc s’imaginent qu’il s’agit d’autres braconniers qui font griller un gros gibier. Ils se rendent sur les lieux et aperçoivent des militaires qui, immédiatement, sans sommation tirent sur eux.
Quelques uns sont tombés sur le champ.
Le même jour, alors que KISASE était en route avec la fameuse escorte, KABILA, certain que son guet-apens a cent pour cent de chances de réussir, convoque une réunion au cours de laquelle il se fait nommer officiellement Président de l’Alliance en donnant hypocritement la vice-présidence à KISASE
ainsi que le commandant suprême des Forces Armées.
Les affaires étrangères sont confiées au Munyamulenge BIZIMA KARAHA.
Il est utile de faire les remarques suivantes :
- D’après certaines rumeurs, deux semaines après ces faits macabres, les autorités du Rwanda auraient rappelé à Kigali le fameux Jacques NZIZA pour l’incarcérer en lieu sûr et éviter qu’il ne soit tenter de parler. D’autant plus que KABILA, avec une arrogance sans pareille, avait eu l’audace d’inventer que le
commandant André KISASE était tombé au cours d’escarmouches avec les combattants MAÏ-MAÏ dans la région de Masisi et qu’il se faisait soigner dans un hôpital à l’étranger. Les MAI-MAI ne sont nullement responsables de l’assassinat du Commandant KISASE.
La responsabilité première incombe entièrement à KABILA et à ses complices BANYAMULENGE.
- Au cours du mois de février 1997, reconnaissant , sans le dire et indirectement , la mort du Général KISASE, Laurent KABILA offre la vice-présidence et le commandement suprême des troupes aux BANYAMULENGE en la personne de MASASU NINDAGA.
KABILA ayant appris, que l’origine de la fuite du complot ourdi contre KISASE provenait de son propre directeur de sécurité Jean-Paul NKITA KABONGO, entra dans une colère terrible et avec la complicité des BANYAMULENGE dont il n’est qu’un instrument, il fit disparaître son frère et ami le directeur de la sécurité de l’Alliance, Jean-Paul KABONGO.
Aux naïfs, il a fait croire que KABONGO aurait fui de Goma vers Kisingani.
Personne n’a été dupe.

Conclusion

Comme le dictateur Mobutu qu’il a rencontré à Gladolite en 1988, amené dans l’hélicoptère du Président Sese Seko à partir du Sud-Soudan, KABILA est coutumier des assassinats politi ques et des guet-apens.
Voici les noms de quelques cadres lumumbistes que KABILA a fait disparaître dans des missions sans retour ou par assassinats.
En 1964, le C.N.L.(Conseil National de Libération) envoie en mission chez KABILA, au front de Kalemie (Albertville), le commandant MITUDIDI et son garde du corps. Après les avoir bien accueillis, KABILA, jaloux, décide de les faire disparaître et fit jeter leurs corps dans le lac Tanganyika.
En 1964, toujours dans le même front, KABILA fit tuer son capitaine Adolphe MIKA pour lui enlever son épouse.
En 1968, au front de Lulimbi, deux personnalités prestigieuses du
M.N.C./Lumumba, KIBWE TSHAMALENGE et BOCHELEY EGIDE DAVIDSON arrivent du Caire pour faire un reportage sur le front. Quelques jours après leur arrivée, KABILA leur confia une mission spéciale au cours de laquelle , ils tombèrent dans un guet-apens tendu par les hommes de KABILA.
On ne les revit plus jamais. Après cela, KABILA décida de s’installer dans la région de Fizi où il se mit à exploiter de l’or qu’il vendait en Europe pour se livrer à des activités commerciales juteuses. C’est pourquoi, pendant des
années, son maquis ne progressait pas.
Les révolutionnaires congolais, en général, et Babembe, en particulier, haïssaient KABILA qui les exploitait sans
contrepartie et qui faisait assassiner toute personne qui osait lui demander des comptes. Le nom de KABILA était tombé dans l’oubli jusqu’à ce que, dix jours avant l’offensive de 1996, il fut imposé par l’extérieur au C.N.R.D. du Général
André KISASE, militant de longue date du M.N.C./Lumumba.

La suite est connue et le peuple jugera !

Fait à Goma, le 07/03/1997

Masumbuko Musemakweli

N.B. : pour ma sécurité personnelle et celle de ma famille au Kivu, j’ai dû faire usage d’un nom d’emprunt.



Pipo [med145@yahoo.fr] 14/08/2010 22:36:44
Je ne comprends pas, le peuple congolais est toujours prêt à tout avaler,même des ordures de cette nature pourvu qu’on salisse le pouvoir en place et ça marche merveilleusement bien.



Chibembe [Chibembe@hotmail.com] 15/08/2010 10:55:17
Ce que je peut confirmer,le monsieur qui vous a donner ces information cest un manteur,ce que vous nous explique là vous n’avez pas des bonnes informations,kabila pere ou joseph n’ont pas tué kisase,nous avons toutes les informations,vous vouler seulement salure le nom de kabila.Le journalcongo indepandent ne parvien pas a donner des informations reel,auc’un jour vous nete pas parvenir a donner des informations sur la reconstruiction du pay,vous avez pas le courage de force de nous divisé entant que unis,vive la rdc.Vive l’afrique.



Kayongo [lkay.ono@gmail.com] 15/08/2010 15:16:59
Chers Compatriotes;

Dans tout les cas, l’histoire de l’Afdl était une volonté Rwandaise. Le Rwanda profitant du soutien américain a voulu
sécurisé ses frontières contre le retour de ses compatriotes Hutus qui ont trouvé, à 98 %, refuges dans notre pays(RDC).
Toute personne qui n’a pas compris cette logique et qui tente de s’opposer en cette volonté politique Rwandaise était bon à abattre. Et justement, le patriote André KISASE NGANDU fut la 1ère victime. Kabila laurent désiré était chargé de plannifier sa mort et promis de prendre le dessus du mouvement. Joseph kabila et James kabarabé savent quelque chose.
Sur même ordre d’idée et le même cheminement que MASASU NINDAGA en fut la 2ème victime Rwandaise. Ici le régime de Kigali utilise toujours leurs pions( les Kabila).
La 3ème victime fut Laurent Désiré Kabila, lorsque celui-ci a voulu mettre fin à l’hégémonie Rwandaise au Congo s’était son tour de partir. De toutes ces tueries, joseph kabila connait quelque chose.
Et vous remarquerez que tous les vrais Congolais qui ont pris part dans cette aventure Rwandaise ne sont plus en vie(KISASE,MASASU, KABILA).
Ne sont en vie que des congolais dites d’origines douteuses, genres: joseph kabila, déogracias bouguéra, et l’ancien vice-président dont le nom m’échappe.

A bon attendeur!
kayongo lodé



Lokole [Loko@yahoo.fr] 15/08/2010 19:11:25
Decidement, ce joseph kabila est un criminel en series: LDK, kiasa, Masasu Nindanga, Chebeya, Aimee kabila, et la liste est longue. Comment arrive t-il a dormir la nuit avec tous ces meurtres sur sa conscience? Sa fin sera aussi tragique !



FANFAN [fanfancolormok@yahoo.fr] 17/08/2010 08:10:02
Bonjour

La mort de André Kisase Ngandu n’est pas une surprise ou nouveaute pour moi, car l’AFDL avait heritier l’ideologie de leur parrain souvenons sur la circonstance de la mort de Fred Rwigema, dans les années 1990 de son vrai nom Emmanuel Gisage ou Gisa, est né 10 avril 1957 sur la colline Kiranzi et malheureusement qui continue jusqu’aujourd’hui pour citer le cas recent : l’anttetat du general KAYUMBA nyamwasa EN afrique du SUD pendant la copetition du mondiale 2010,sur la mort d’un general OUGANDAIS JAMES KAZINI marié a une dame congolaise denommée CHANTALE d’une mere HEMA du pere d’orgine de Bas-congo ex collonel au FAZ qui’a beaucoup colonisé nos militaires a l’EST R.D.CONGO et impliqué sur le pillage au congo.

Bonne lecture.


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2014                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.