AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
30 Avril 2012

Politique nationale :

Gouvernement Matata Ponyo I : Qui est qui ?

 

Le Premier ministre congolais Augustin Matata Ponyo

Le premier ministre Augustin Matata Ponyo a divulgué dans la soirée de samedi 28 avril la composition de son équipe gouvernementale. Sur trente-six membres du gouvernement, la province du Katanga s’est arrogée la part du lion avec une dizaine de ministères. Pour la première fois dans l’Histoire du Congo-Zaïre, le ministère des Finances est confié à un ministre-délégué rattaché au Premier ministre. Par ailleurs, le retour de Lambert Mende Omalanga à la tête du ministère de la Communication et des médias écorne la prétendue "révolution de la modernité" chère à "Joseph Kabila". Peut-on faire du neuf avec du vieux? Au vu de la dénomination pour le moins pittoresque du "ministère des Médias et de l’Initiation à la nouvelle citoyenneté", va-t-on assister à la renaissance du ministère de "l’Orientation nationale"? Lambert Mende qui se prend pour le "petit soldat" de "Joseph Kabila" s’est illustré au cours de son précédent mandat par une sorte d’allergie à l’égard de la liberté d’expression en générale et la liberté de presse en particulier. L’homme exécre la confrontation pacifique des opinions. Il s’est évertué à fermer l’accès des médias d’Etat aux autres courants d’opinion transformant ces médias publics en un instrument de propagande au service de "Kabila" et de sa famille tant biologique que politique. La rédaction de Congo Indépendant s’est efforcé de livrer à ses lecteurs les quelques éléments biographiques disponibles sur certains nouveaux membres du gouvernement.

Premier ministre

Augustin Matata Ponyo, province du Maniema, 48 ans, spécialiste en questions monétaires. Parcours : fonctionnaire à la Banque centrale du Congo ; directeur (2003-2010) du BCECO (Bureau central de coordination) ; ministre des Finances (2010-2012).

Ministères régaliens

Défense, anciens combattants et affaires coutumières : Alexandre Lubal Tamu (V/Premier ministre), Katanga, Lubakat.

Budget : Daniel Mukoko Samba (V/Premier ministre), Bas-Congo, docteur en sciences économiques, Japon. Parcours : fonctionnaire au PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement), directeur de cabinet adjoint du Premier ministre (2010 – Adolphe Muzito).

Affaires étrangères, Coopération internationale et Francophonie : Raymond Tshibanda Ntungamulongo, 62 ans, Kasaï oriental, licencié en sciences politiques. Parcours : fonctionnaire international au HCR (Haut commissariat pour les réfugiés) ; directeur de cabinet adjoint du Premier ministre (1991 – Crispin Mulumba Lukoji) ; ministre du Tourisme, Environnement et Conservation de la nature (1996-1997) ; Porte-parole du collectif de l’opposition (Codep – 1999 à 2003); vice-ministre du Plan (2003-2006) ; directeur du cabinet présidentiel (2007) ; ministre de la Coopération régionale (2008).

Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires coutumières : Richard Muyej . Province du Katanga, 57 ans, licencié en histoire. Parcours : enseignant ; activiste de l’Uferi (Union des fédéralistes et des républicains indépendants) du duo Jean Nguz a Karl i Bond-Gabriel Kyungu wa Kumwanza (1990-1997) ; conseiller socio-culturel auprès du gouverneur du Katanga (1993-1994) ; DG de l’entreprise Kisenge Manganèse (1995-2001) ; co-fondateur du PPRD et président de la fédération du PPRD-Katanga (2002-2007) ; député national (2006), ministre chargé des Relations avec le Parlement (2010), ministre intérimaire de la Communication et des médias (2012).

Justice et Droits humains : Wivine Mumba Matipa, province du Katanga, avocate d’affaires.

Finances (ministre délégué) : Patrick Kitebi Kibol. Province de Bandundu, 58 ans, économiste. Parcours: fonctionnaire au ministère du Plan ; cadre à la Sofide (Société financière de développement); fonctionnaire à la Banque centrale du Congo ; conseiller du ministre le ministre des
Finances (Augustin Matata Ponyo).

Ministères à caractère social

Agriculture et Développement rural : Jean-Chrysostome Vahamwiti
Nord Kivu. Licencié en Economie de développement. Parcours : secrétaire du comité urbain (Butembo) de l’Uferi (1991) ; Membre du HCR-PT coopté ; Cofondateur du Mouvement Social pour le Renouveau (2005-2006); député provincial du Nord-Kivu; nommé ADGA de l’OKIMO (2008 - 2011) ; député national MSR (législatives 2011).

Education primaire, secondaire et professionnel : Maker Mwangu Famba
Kasaï occidental, 51 ans, licence en sc. Po. Il garde le même portefeuille.

Genre, famille et enfant : Geneviève Inagosi, Province Orientale, journaliste RTNC ; députée nationale (législatives 2011).

Affaires sociales, Actions humanitaire et Solidarité nationale : Charles Nawej Mundele. Province du Bandundu; député national étiqueté "ARC" (législatives 2011).

Emploi, Travail et Prévoyance sociale : Modeste Bahati Lukwebo ; Sud Kivu, 56 ans, docteur en sciences économiques. Parcours : ministre du Budget (1994) et de la Fonction publique (1995) ; président de la société civile du Congo (2002-2005) ; député national (2006) ; Questeur à l’Assemblée nationale (2006-2009) ; président du Groupe des députés indépendants ; député national (repêché en avril 2012 par la Cour suprême de justice).

Santé publique : Felix Kabange Numbi. Province du Katanga. Docteur en médecine. Parcours: membre de l’Ong "Parec" de Daniel Mulunda Ngoy; ministre provincial chargé de l’Environnement; président du parti «ECT» (Eveil de conscience par le travail), une des ces formations politiques qui ont fait leur première apparition lors des élections du 28 novembre 2011. Malgré sa «jeunesse», l’ECT compte treize députés «élus» ou «nommés».

Enseignement supérieur et universitaire : Chelo Lotsima ;
Province Orientale. Linguiste.

Jeunesse, Sport et Loisirs, ainsi que Culture et Arts : Banza Mukalayi Sungu. Province du Katanga, 59 ans, licencié en langue et littérature française. Parcours : Journaliste ; enseignant (1975-1980); commissaire du peuple en 1982 et 1987; ministre chargé des Relations avec le Parlement (1990); 1er vice-président du MPR (1992); vice-Premier ministre chargé des Mines (1996); ministre des Mines et énergie (avril-mai 1997); exil en Zambie; membre du RCD-Goma; vice-ministre des Travaux publics et infrastructures (2003); président fédéral du RCDpour le Katanga (2004); vice-ministre de la Coopération internationale (2005); député national (2006); président du conseil d’administration de l’INSS en 2008 (sécurité sociale).

Ministères à caractère technique, économique et financier

Mines : Martin Kabwelulu. Province du Katanga, 64 ans, Palu, licencié en économie. Il occupe le très convoité portefeuille des Mines depuis février 2007.

Portefeuille : Louise Munga Mesozi. Province du Katanga - Kivu ? -. Parcours : cadre à la banque UZB (Union zaïroise des banques) ; membre du PPRD, conseillère principale à la Présidence de la République chargée de la
«Bonne gouvernance» et «la lutte contre la corruption» (2007) ; ministre des PTT (2007-2008) ; trésorière du PPRD lors du 2ème congrès de ce parti organisé en août 2011.

Economie et commerce : Jean-Paul Nemoyato Bagebole ; Province Orientale. Parcours : député national initialement étiqueté CDC (Convention des démocrates chrétiens).

Infrastructures et Travaux publics, l’Aménagement du territoire, Urbanisme et Habitat : Fridolin Kasweshi. Province du Katanga. Parcours : ministre provincial des Infrastructures au Katanga. Il garde le même portefeuille au niveau national.

Plan et suivi de mise en œuvre de la révolution de la modernité : Célestin Vunabandi. Nord Kivu, licencié en économie. RCD-Goma. Parcours : inspecteur des contributions ; conseiller au cabinet du ministre de l’Enseignement supérieur ; enseignant à Goma ; ministre de l’Economie (2003) ; ministre du Portefeuille (2004); député national (2006).

Transport et Voies de communication : Justin Kalumba Mwana Ngongo. Maniema. Parcours : co-fondateur du Panu (Parti de l’alliance nationale pour l’unité). Petit-fils d’un chef coutumier.

Environnement, Conservation de la nature et Tourisme : Bavon N’sa Mputu Elima. Province de l’Equateur, 49 ans, licencié en sciences économiques et maîtrise en gestion. Parcours : cadre à la banque de crédit agricole ; inspecteur des finances ; conseiller puis directeur de cabinet adjoint au ministère de l’Economie (1994-1996) ; directeur général de la DGRAD (Direction générale des recettes administratives et domaniales).

Ressources hydrauliques et électricité : Bruno Kapandji Kalala;
Province de Bandundu. Secrétaire permanent du Pool Énergétique de l’Afrique Central basé à Brazzaville.

Hydrocarbures : Crispin Atama Tabe Magodi. Province Orientale. Parcours : PPRD, ministre provincial de l’Intérieur et de la sécurité. Cette «promotion» ressemble à une manifestation de «gratitude» de «Joseph Kabila» pour le «bon score» réalisé en sa faveur lors de l’élection présidentielle. Il y a peu l’ancien gouverneur de la Province Orientale, Médard Autsaï, a été "congratulé" par le Premier ministre intérimaire Louis Koyagialo.

Industrie, Petites et Moyennes Entreprises : Remy Musunganyi Bampale. Kasaï Occidental. Licencié en sciences politiques. Parcours : député national (2006-2011).

Postes, Télécommunication et Nouvelles technologies : Tryphon Kin-Kiey Mulumba. Province de Bandundu, 62 ans, docteur en sciences politiques. Correspondant de l’agence britannique Reuters à Kinshasa (1983-1994) ; fondateur au début des années 80 du mensuel économique et politique «Finance» et de sa version «journal» «Le Soft»; professeur de l’histoire de la presse à l’Isti rebaptisé Ifasic (Institut facultaire des sciences de l’Information et de la communication); conseiller technique au cabinet du secrétaire général de l’Institut Makanda Kabobi ; ministre de l’Information dans l’éphémère gouvernement Likulia (avril-mai 1997) ; exil en Belgique et lancement du du journal «Soft International» ; membre du mouvement rebelle pro-rwandais RCD-Goma, chargé successivement des Affaires sociales, femmes et familles et Communication ; rupture avec le RCD-Goma et création du RCD Congo à l’issue des travaux du dialogue intercongolais (2002) ; Retour au RCD-Goma et rapprochement avec Kigali et Kinshasa ; élu député national «indépendant» et rejoint l’«Alliance pour la majorité présidentielle» (AMP) en 2006. Président du PA (Parti de l’action); député national (2011).

Affaires foncières : Robert Mbuinga Bila. Province du Bas Congo, 58 ans, docteur en économie appliquée. Parcours : directeur adjoint du cabinet du ministre des Mines (1996) ; Assistant principal du directeur du cabinet présidentiel (1999) ; vice-ministre des Affaires étrangères (2004) ; ADG Régie des Voies maritimes (2008-2011).

Ministères à caractère politique

Médias, relations avec le Parlement et Initiation à la nouvelle citoyenneté : Lambert Mende Omalanga. Province du Kasai oriental, 59 ans. Licencié en criminologie. Parcours : chef du bureau au ministère de la Jeunesse et sports et animateur des émissions radiophoniques (1976-1980) ; exil en Belgique en qualité de président du MNC-L ; retour à Kinshasa après le discours présidentiel du 24 avril 1990 restaurant le pluralisme politique ; participation à la Conférence nationale souveraine en qualité de président de la commission des biens mal acquis (1991-1992) ; vice-Premier ministre chargé des Transports (1994-1996) ; Membre du RCD-Goma chargé de la Communication (1999) ; membre du RCD-K/ML pro-ougandais ; participation au dialogue intercongolais (2002) ; sénateur de transition sous le régime 1+4 (2003) ; député national (2006) ; ministre des Hydrocarbures (2007) ; ministre de la Communication et des médias (2008-2012); député national du parti CCU (Convention Congolais unis).

Fonction publique : Jean Claude Kibala. Province du Sud Kivu. Formation militaire en Allemagne, 47 ans. Formation ingénieur civil à Munich (Allemagne). Parcours : agent au département des travaux Publics de la ville de Troisdorf (1997) ; ingénieur conducteur des travaux chez Bilfinger & Berger ; ingénieur à la Deutsche Bahn-Ag (Chemins de fer – 2001) ; études et coordination du métro en construction à Alger (2003) ; député national (2006); vice-gouverneur de la province du Sud Kivu.

Vice-ministres

Affaire étrangères : Tunda Ya Kasende. Province du Kasaï oriental. Licencié en droit, 57 ans. Parcours : membre du Parlement de transition ACL-PT (1998-2003) ;

Coopération internationale : Dismas Magbengu ;
Equateur ( ?)
Décentralisation et Affaires coutumières : Eugide Ngokoso ;
Bandundu ( ?)
Droits humains : Sakina Binti ;
Maniema ( ?)

Plan : Sadok Bukanza ;
Nord Kivu (?)

Finances : Roger Shulungu ;
Maniema (?)

Budget : Abuyuwe Lixa ;

EPSP : Maguy Rwakabuba. Nord Kivu

A suivre.

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2017

 

37 Réactions

Papitx Mulua [PMulua@yahoo.fr] 30/04/2012 05:46:35
Chers compatriotes,

Notre patrie est menacee par le tribalisme et le sectarisme. Meme pendant la disctature de Mobutu, on n’a pas vu les choses comme ca. La composition de ce gouvernement Kabila / Matata nous devoile la vraie face des ennemis. Tout est dans les mains des katangais et des kivutiens.
President de la Republique: Katanga / Kivus : Kabila
Premier Ministre: Kivus : Matata
Justice et Droits humains : Katanga : Wivine Mumba Matipa,
Finances (ministre délégué) : Katanga / Patrick Kitabi Kibol
Agriculture et Développement rural : Kivus / Jean-Chrysostome Vahamwiti
Affaires sociales, Actions humanitaire et Solidarité nationale : Katanga / Charles Nawej Mundele.
Emploi, Travail et Prévoyance sociale :Kivus / Modeste Bahati Lukwebo
Santé publique : Katanga / Felix Kabange Numbi.
Jeunesse, Sport et Loisirs, ainsi que Culture et Arts : Katanga / Banza Mukalayi Sungu.
Mines : Katanga / Martin Kabwelulu.
Portefeuille : Katanga / Louise Munga Mesozi.
Infrastructures et Travaux publics, l’Aménagement du territoire, Urbanisme et Habitat : Katanga / Fridolin Kasweshi.
Plan et suivi de mise en œuvre de la révolution de la modernité : Kivus ? Célestin Vunabandi.
Transport et Voies de communication : Kivus / Justin Kalumba Mwana Ngongo.
Gouverneur de la Banque Centrale du Congo: Katanga / JC Masangu
Comme vous le constatez, tous les postes par lesquels passé l’argent se trouvent dans les mains des katangais et kivutiens. Priere de noter que le Nord Kivu, le Sud Kivu et le Maniema constituent tous le Kivu. Toutes les autres provinces sont marginalisees dans le gouvernement des katangais et Kivutiens.
Tirez vous meme les conclusions. Meme du temps de Mobutu, on n’a pas assiste a un tel tribalisme et sectarisme.
Reveillez vous tous !



Mwepu Alexis [Mal@hotmail.com] 30/04/2012 06:42:50
Dix ministres originaires du katanga ? Quel scandale !



kijo [kijo2005@gmail.com] 30/04/2012 08:07:02
rdc mboka ya ba aventuriers vraiment bozongisi mende mutu asali makambo ya ndenge wana ba kinois mawa trop,bokosila kutu na nzala,wana nyonso ba distractions bobengana batu wana botika bango te ba travailler,bozela mikolo ezali koya bokoyoka projet de lois po na ba modifier constituition pona mandat ya president ezala ya vie,bokolela



PASHI [pashibay@hotmail.com] 30/04/2012 08:46:10
Le ministre Charles NAWEJ MUNDELE est originaire de la province de Bandundu, district du Kwango et de l’ethnie tshokwé.



Jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 30/04/2012 10:27:59
Vichy!!!

Jo Bongos



Jean-Louis Nzweve [nzwevejlk@yahoo.fr] 30/04/2012 10:28:43
Des éléments sur la carrière du ministre de l’AGRIDRAL : J-C Vahamwiti. La cinquantaine, licencié en Economie de développement.
Alternance entre l’activisme de la société civile et l’engagement politique. Pour la société civile : secrétaire exécutif (général) du Conseil technique pour le Développement Rural Beni/Lubero (1987-1991) et du SYDIP (Syndicat paysan pour la défense des intérêts paysans). Dans cette dernière fonction (1996 - 2006), il est le principal leader du mouvement paysan du Nord-Kivu par lequel il tisse des solides relations au niveau international de devenir, avec l’appui du président Jacques Chirac, Président des Jeunes Agriculteurs au sein de la Fédération internationale des Producteurs Agricoles. Son activisme lui vaudra un emprisonnement par la rébellion du RCD-KML de Mbusa Nyamwisi.
Pour l’engagement politique : il est élu secrétaire du comité urbain (Butembo) de l’UFERI en 1991 avant de participer à la conférence nationale souveraine en tant que délégué de la société civile (1991-1992). D’où il revient membre du Parti Libéral pour le Développement (PLD) au nom duquel il est copté au Haut Conseil de la République / Parlement de transition en remplacement de son mentor, Lumbu-Lumbu devenu ministre des Affaires sociales (1996). Cofondateur du Mouvement Social pour le Renouveau (2005-2006), il est élu député provincial du Nord-Kivu, et challenger perdant du Gouverneur Julien Kahongya. Nommé ADGA à l’OKIMO (2008 - 2011) et élu député national MSR en 2011.



ndumba [ndumba55@yahoo.fr] 30/04/2012 10:39:41
C’est vraiment de la rigolade pure jus ! A Ponyo semble opter pour une concentration de tous les leviers du gvt entre ses mains avec les Finances, le Budget au bout de ses doigts pourquoi ? Le ministre de l’interieur ne reflete pas du tout la compétence et l’esprit d’éfficacité tant annoncés tout comme celui des finances ; le pharmacien de service appelé juste pour faire de la figuration. Le pays appartient aux Katangais à n’en point douter. Cela était prévisible. Mende le tortionaire c’est le bull-dog du regime; le chien de garde de l’édifice kabiliste. Nous sommes embarqués dans une nouvelle aventure pilotée par Kabila et dont l’issue est presque certaine , l’échec car le compte n’y est pas parceque le peuple est très loin de tout ce marchandange et qu’en même temps le gvt parallèl lui se met aussi en place pour gérer et Kabila et le pays.



MISE AU POINT [yankeeclean@hotmail.ca] 30/04/2012 11:23:45
voici le meilleur gouvernement que le Congo vient d’avoir.



franckmvuma [franckmvuma@yahoo.fr] 30/04/2012 11:56:57
juste pour vous completer,dr felix kabange est assistant au departement de medecine interne a l universite de Lubumbashi,il etait un membre tres actif du PAREC du pasteur Ngoy Mulunda actuel president de la CENI,il etait ministre de l environnement dans le gouvernement provincial du katanga.



Emile Likongo [emilelikongo@hotmail.com] 30/04/2012 12:00:37
L’esclavagisme, le colonialisme, le néo-colonialisme et la dictature ont engendré des maux de bestiaux qui sont: la domination, la soumission, la chosification, la tonte et l’abattage.
Non , il faut une rupture totale.
La politique c’est l’affaire de la société, toute entière. De tout le monde. Il va falloir s’approprier la destiné de sa cité, de son pays, de la vie de sa famille. Il faut changer de culture en y incluant, la prise de conscience, la responsabilisation des mandataires politiques, la contestation populaire et même, la révolte, pourquoi pas! Amener le responsable politique à la modération, à l’acceptation, à s’amender, à dire oui, j’ai foiré. Reconnaître ses erreurs et, en payer le prix. Respectons la vie! S’il vous plaît!
Kanambe alias Kabila a échoué, il est désavoué par le Congolais. Il doit le savoir, s’il veut diriger par défit, c’est son problème.



christian [chriisraele@live.fr] 30/04/2012 13:36:58
Les uns parlent d’un gouvernement peu politique mais plus technocrate. Personnellement, cela ne change rien.
Avec Mende, Banza, Kin-Kiey, c’est le retour à la case départ. Que serait devenue leur plateforme mise en place pour suivre l’action du gouvernement? Elle a été créée par les trois monstres qui rentrent au gouvernement...
Mende, ragaillardi, va prendre en otage la presse, il va continuer à fermer les agences des médias d’opposition ou indépendants comme la Radio Elikya. Et on est parti pour la plus sanglante des dictatures.
On comprend bien le souci de Kabila d’avoir aux médias un homme qui le chante, qui le loue en cette veille du sommet de la Francophonie. Et alors? Ne pouvait-il pas trouver mieux?
La RDC, un pays à la dérive. Et le Congo est parti pour du bon...
Le réveil n’est pas pour demain.



Luzolo Makengo Michel [micheluzolomakengo@yahoo.fr] 30/04/2012 14:36:35
Que de bruit inutile. Tant que Kabila et tous ces voyous sont toujours au pouvoir, rien ne va pas marcher dans notre pays. Même si dans ce soit nouveau gouvernement il y a quelques personnes crédibles, le mal est trop profond. Il faut un changement radical. Nos institutions n’ont aucune crédibilité; ceux qui les dirigent, encore moins. Le peuple a besoin des hommes et femmes qui se soucient de son quotidien. La population congolaise a besoin des gens honnêtes et non pas les jouisseurs du système Kanambe.



Bois [djpcp@yahoo.fr] 30/04/2012 14:43:46
Cher BAW,

Merci pour cette fiche que tu aurai bien voulu bographique; Mais que toi même tu n’es pas parvenu à satisfaire tes lecteurs.
Ce qui m’interpelle sur plusieurs questions au vu des indications en ta possession:
1. Seuls deux personnes ont un CV quelque peu explicite, Mukoko et Kibala, et sont véritablement technocrates. Je ne considère pas Matat comme technocrate, car valet de Kabila, il a montré avec sa première conférence de presse qu’il ne fera que ce que Kabila lui demandera. N’oubliez pas que Matata est celui qui a été corrompu lorsqu’il occupait la direction du BCECO en donnant des marché de gré à gré avec des semblants d’offre ouvertes.
2. Mende, Vunabandi, Makhere, Kin Kiey, etc. bref tous les anciens et connu qui sont repris sont des kabilistes pur sang et donc ne peuvent rien changer. C’est pas avec un mende qu’il faut s’attendre à mieux.
3. Tous les autres sont des véritables inconnus qui n’ont aucun CV , tes points d’interrogration, le prouvent, et qui ne seront que des valets de Kabila.

Un autre débat qu’il faut ouvrir dans tes tribunes de CIC est ce lui de la fameuse révolutiond e la modernité. De qui se moque t-on ?
Wait and see!!!



omba onema [omba@gmail.com] 30/04/2012 15:14:20
c’est ça un gouvernement national?katanga,le grand kivu et la province orientale trop representé.L’équateur oublié,le bandundu oublié,le bas congo oublié et quelques ministres kasaiens pour apaiser les balubas après le hold-up electoral à l’encontre de Tshisekedi.Jamais sous Mobutu on avait eu droit à un tel gouvernement tribaliste.



Mutuyakivu [jusmutuyakivu@yahoo.fr] 30/04/2012 15:42:51
Comment qualifié un tel gouvernement? Amateurisme et Mé-dio-cri-té!
Résultats attendus : AUCUN, car on avance à reculons.



Dr. Marcel Kashamura [markash@yahoo.fr] 30/04/2012 15:57:53
C’est depuis 2001 que cet imposteur & tricheur au sommet s’amuse a ce jeu de chaises musicales - comme il le fait au Nintendo. Combien de 1er ministres (’technocrates" inclus) et gouvernements a-t-il mis en place en 11 au sommet?

Et quel en est le resultat? La RDC se classe en derniere place sur toutes les echelles du developement au Monde !

Qu’est-ce qui explique cette descente aux enfers de la RDC depuis le debarquement du conglomerat d’aventuriers AFDL en 1997 et surtout depuis l’avenement au sommet en 2001 de l’ex-chauffeur de taxi venu de Dar-es-Salaam?

La RDC manque-t-elle de technocrates? Non. Les Congolais manquaient-ils "d’initiation a la citoyennete" comme nous le propose ce petit energumene et son danseur-de-Ndombolo Mende? Rions un peu. La reponse est tres simple: Quand la tete d’un poisson est pourrie, le reste finit par pourrir tres vite !

Autrement dit, on ne peut pas transformer une Voyoucracie en un Etat de Droit prospere et attirer des investisseurs serieux (donc non pas des aventuriers de la trempe d’un Dan Gertler) rien qu’en nommant un pretendu-tecchnocrate a la primature !

Les memes causes produisant les memes effets, le gouvernement Matata echouera pour les memes raisons que ses predecesseurs: Le vrai pouvoir (et la Caise de l’Etat) reste entre les mains de 3 VOYOUS - Hypo, Zoe et Jaynet Kanambe - alias "gouvernement perpendiculaire" !!!.

Mais ce n’est pas le souci des voleurs-jouisseurs ex-Mobutistes que Matata sous l’impulsion de son petit patron vient de repecher - nous citons entre autres les Mende, Kinkiey, Bahati et Banza Mukalay. C’est encore le moment pour ceux-ci de se remplir les poches en se tremoussant a la gloire de leur petit "rais".

Nous nous rejouissons d’apprendre que le futur President de la France - Francois Hollande - vient de decider de ne pas aller joindre cette danse honteuse au Sommet de la Francophonie qui risquerait de "legitimiser" Kanambe et sa Voyoucracie !



Mbila [jakombila@yahoo.fr] 30/04/2012 16:05:10
"Modeste" Bahati Lukwebo, né en 1956 et docteur en économie???????????????????????????????????
de l’Université de Kabare sans doute????
Quel est le titre de sa thèse? Qui composait le jury qui l’a proclamé? Sans doute l’association des héritiers d’Al Capone?



Mbala [mbala@yahoo.ca] 30/04/2012 16:14:08
Cher Wetchi,

Rien de nouveau sous le soleil de la république très démocratique du Congo,
la table de festin est mise les heureux nommés peuvent maintenant passer à table pour se servir, ne vous précipitez pas, vous avez cinq années devant vous pour terminer le festin, mais n’oubliez pas de garder les miettes pour les gens du village qui vont fêtés vos nominations. En passant, le mandat est placé sous la révolution de la modernité, n’oubliez pas de couper les rubans pour montrer à la population que nous travaillons pour moderniser la RDC.

Bon appétit.



PASHI MVUDI [pashibay@hotmail.com] 30/04/2012 16:18:29
Une rectification: le ministre des Affaires sociales CHARLES NAWEJ MUNDELE est un tshokwé de Kahemba dans le BANDUNDU. Il n’est pas katangais comme son nom pourrait le faire croire. Il est député de l’ARC, élu de la circonscription de Kahemba ,district du Kwango.



Babino [Babino@gmail.com] 30/04/2012 16:20:59
Pendant qu’ils sont entrain de nous distraire avec leur gouvernement illégitime, le général ’Bosco’ se prépare à mettre le Kivu à feu et à sang. Vous n’avez qu’à faire un petit tour sur radio okapi ...

Au même moment les problèmes de manque de courant électrique dans plusieurs coins du pays ne font que s’agraver ...

Donc le plan de destruction et de Balkanistation de la RD Congo marche à merveille !

Les vendus et corrompus du pprd sabrent le champagne pendant que le peuple continue à broyer du noir dans une misère qui n’a pas de nom,

Kanambe et son frère Kagame peuvent continuer à se frotter les mains ...



Achille [achilledilolo@gmail.com] 30/04/2012 16:32:06
Monsieur Bruno Kapandji Kalala n’est pas originaire du Kasaï oriental mais il est originaire de Kikwit dans le Bandundu. Avant sa nomoination comme ministre de l’Énergie, Il était secrétaire permanent du Pool Énergétique de l’Afrique Central dont le siège est basé à Brazzaville. C’est quelqu’un de très compétent mais dans un mauvais gouvernement.



MUSTAPHA [moisekiabu@yahoo.fr] 30/04/2012 16:42:57
Le vice ministre Ntunda Ya Kasende n’est pas du sud Kivu. Il est du Kasai-Or. Veuillez corriger cette erreure.



Kimpwanza [kimpwanzadiakongo@yahoo.fr] 30/04/2012 19:04:31
Depuis toujours je le dis et je le répète pour la enième fois la meilleure chose qui puisse arriver à ce foutu pays c’ est son implosion .
Ceux qui n’ ont pas encore compris , tôt ou tard ils epouseront mes positions !
Que chaque peuple prenne ses responsabilités , proclame son independance et démontre de quoi il est capable au lieu de vivre dans un vaste ensemble qui n’ accouche rien de bon si ce n’ est que : injustices , coteries tribales en tout genre ,sectarisme , m’ as tuvisme , kleptomanie etc ...



P.K.K.M [p.k.k.m@yahoo.com] 30/04/2012 19:21:54
ce gouvernement ne sera jamais à la hauteur de l’attente du peuple quelque soit les critères de la sélection plébiscitée par MATATA MPOYO ,déjà il n’a pas la pensée progressive positive pour résoudre les problèmes dont la bulle intérieure du sommet est limitée par manque de périscope pour atteindre ses objectifs si le chef a fait un stage de 11 années au pouvoir ,combien en fera t-il ?peut- on comprendre que le survivant du crash de Goma qui a perdu sa langue sur l’enquête de la mort de Katumba Mwanke nous étonne quant à son ascension au poste de 1er Ministre ,franchement la corruption a atteint un niveau irreversible entre collabos et les spondsors.Alors une telle nommination peut en cacher des casséroles pour un pays étant dans une crise politique de légitimité du président sortant après une élection présidentielle et législative avec des fraudes massives contestées par l’U.E et les observateurs internationaux ,sans oublier CENCO jugéant l’élection non conforme à la vérité des urnes avec son appui de 32 000 observateurs nationnaux, mais MATATA NE POURRA JAMAIS GOUVERNER , il va faire que des cauchemars: oh combien il serait crédible" this the question" waite and see

UNITED STAND UP CONGOLAIS :attention balkanisation sera son excuse pour payer les FARDC au front.



Denis SUKAMI [denissukami@yahoo.fr] 30/04/2012 19:32:28
C’est un gouvernement dicté par Paul Kagame. nous devons savoir que nous sommes encore dans le carcan de la politique de Kagame, au profit de ses interets. il a le pouvoir de planifier nos elections comme il a fait dernierement en Novembre 2011et de placer qui il veut. Jadis Mobutu le fesait en afrique centrale. Notre combat actuel est de bien reflechir et voir comment mettre en place les pistes d’un combat pour la liberation politique de la RDC.

Denis SUKAMI



kasongo [buloso1@yahoo.fr] 30/04/2012 19:33:38
Juste partager avec vous cet information tirée du site internet CONGOSIASA.:
◦PPRD: 8 (Kasweshi, Munga, Sadok, Maker, Muyej, Atama, Mumba, and Tunda wa Kasende)
◦MSR: 3 (Vahamwiti, Kibala, Ngokoso)
◦PALU: 2 (Mukoko, Kabwelulu)
◦PPPD: 1 (Mbuinga)
◦CCU: 1 (Mende)
◦ULDC: 1 (Tshibanda)
◦ADR: 1 (Musungayi)
◦NAD: 1 (Inagosi)
◦ADH: 1 (Magbengu)
◦UNAFEC: 1 (Sakina)
◦ECT: 1 (Numbi)
◦UCP: 1 (Vunabandi)
◦UDCO: 1 (Banza Mukalay)
◦AFDC: 1 (Bahati Lukwebo)
◦PDC: (N’sa Mputu)
◦CDC: 1 (Nemoyato)
◦PR: 1 (Kalumba)
◦PA: 1 (Kin-Kiey)
◦UDCN: 1 (Rwakabuba)
◦ARC: 1 (Nawej)
•Provincial distribution:
◦Katanga: 8
◦Province Orientale: 4
◦South Kivu:4
◦Kasai-Oriental: 3
◦North Kivu: 3
◦Bandundu: 2
◦Maniema: 2
◦Bas-Congo: 2
◦Equateur: 2
◦Kasai-Occidental:1?
•Finally, as this will be important for the East, there are several prominent Hutu and Tutsi - Celestin Vunabandi is Hutu from Rutshuru and close to Eugene Serufuli, Sadok Biganza is a Munyamulenge from South Kivu, and (I think) Maguy Rwakabuba is a Tutsi from Rutshuru.



Bois [djpcp@yahoo.fr] 30/04/2012 19:42:13
Qui peut nous donner des informations sur la fiche biographique du Ministre de l’Enseignement Supérieur et recherche Scientifique ?



bbs [bbensita@gmail.com] 30/04/2012 20:15:28
Un moment de réflexion sur le système gouvernemental du Congo d’avant et d’aujourd’hui m’amène à une conclusion amère. Les citoyens attendent du gouvernement les choses qu’ils ont et le gouvernement promet aux citoyens les choses qu’il n’a pas. Dans le monde scientifique, l’objectivité d’analyse est un effort constant pour discipliner l’intelligence émotive et rationaliser l’action rebelle. J’offre ici une étude qui devrait donner du grain à moudre aux Congolais souciés d’imaginer un système judiciaire ayant prédominance sur le système politique dépendant d’un système économique fonctionnant sur le principe de production et d’allocation efficiente (productive and allocative efficiency). Andrew Wedeman (1997), Looters, rent-scrapers, a dividend-collectors : Corruption and growth in Zaire, South Korea and the Philippines, Journal of Developing Areas, 31, 457-478 (en français libre le titre de l’article serait: Pilleurs, chasseurs de rente, prédateurs financiers : corruption et croissance économique au Zaïre, en Corée du Sud et aux Philippines). Pour ceux qui sont impatients ils peuvent lire les pages 462-465 sur le Zaïre. Pour ceux qui ne peuvent pas télécharger l’article, je peux le rendre disponible par le biais de l’éditeur de ce journal (s’il m’en demande).



maseba [karinelambuku@yahoo.fr] 30/04/2012 21:01:54
après l’Est aux comandes des affaires étrangères voilà les balubas avec ministre,vice ministre et sécretaire général tous originaires d’une mm province(kasai oriental),les réglements des comptes,mouvement anarchique et tribale des agents et fonctionnaires...un gouvernement des technocrates DU RIFIFI A GOGO...un gouvernement faible dont l’échec prévisible ....



Congo Indépendant [redaction.congoindependant@gmail.com] 30/04/2012 21:07:43
@

Mustapha

Achille

Pashi Mvudi

Jean-Louis Nzweve

Soucieuse d’informer ses lecteurs, la rédaction de Congo Indépendant a tenté sans succès de trouver les notices biographiques de tous les membres du gouvernement Matata I. C’est le lieu de remercier les lecteurs cités ci-dessus d’avoir, par leurs réactions substantielles, enrichi les données "biographiques" de certaines de ces personnalités. Il faut espérer que d’autres internautes "qui savent" suivront cet exemple en ce qui concerne les vice-ministres. Congo Indépendant reste ouvert à toutes les contributions qui font avancer le débat.

La rédaction.



amy [amy@yahoo.com] 01/05/2012 00:07:28
ce pays n a comme provinces que le katanga, les kivu, le maniema et la province orientale? Ba conseils de ministres ekobanda kosalema na kiswahili. Ata tango ya mobutu kutu ezalaka boye te, kokamwa!



PATRIOTE [s.nishimwe@yahoo.com] 01/05/2012 00:15:57
JUSTE POUR COMPLETER BAW,LA MINISTRE DU PORTEFEUILLE LOUISE MUNGA EST DU SUD KIVU ET LE VICE MINISTRE DES AFFAIRE ETRANGERE N’EST PAS DU SUD KIVU,IL EST DU KASAI SI MES INFORMATIONS SONT VRAI.



kolomabele [babeha1@yahoo.fr] 01/05/2012 10:17:49
La démocratie veut que celui qui a gagné les lections gouverne avec ceux qui lui ont permis de les gagner.Si le l’Est se taille la part du lion dans le Gouvernement de "Problème Pognon Ma Part",pardon! Matata Ponyo Mapon; c’est parce que c’est dans cette partie de notre pays que Kabila a été massivement élu en 2011.Comme en 2006.C’est pourquoi Joseph Kabila rend l’ascenseur aux ressortissants de l’Est en leur confiant les postes au gouvernement.Ils composent près de 60% de l’équipe gouvernementale de Matata Ponyo.

Le vote massif de l’Est en faveur de Kabila ne se justifie pas par son bilan qui est désastreux.La misère abjecte est présente partout au Congo,même à Ankoro et au Maniema.Gédeon Kyungu sème la désolation au Katanga.Une quarantaine des groupes armés locaux et étrangers écument l’Est.Le vote de l’Est pour Kabila est tout simplement tribalo-éthnico-régionaliste.

Au temps de Mobutu, les provinces lingalophones ( Equateur, Maindombe, les Uélés, la Tshopo,Kinshasa) se comporteraient de la même manière que l’Est.La tribalisme qu’on appelle pudiquement au Congo "géoppolitique"est une idiotie qui nous colle à la peau.

Kabila a préféré nommer les gens inconnus du grand public pour qu’ils ne lui fassent pas ombrage. N’était-il pas lui-même un inconnu du grand public zaïro-congolais?



jean chrisostome [soumailimbote@yahoo.fr] 01/05/2012 10:31:43
nous pouvons ecrire ou crier comme nous voulons. c’est bien mais essayons de verifier nos affirmations. mobutu a regne pendant 32ans connaissons-nous tous les membres de tous ces gouvernements? verifiez vous verrez. apres la conference nationale souveraine, verifiez la composition du gouvernement tshisekedi et les pdg de differentes entreprises. je ne soutiens pas kabila et ses allies mais nos affirmations nous infirment davantage et nous divisent. restons unis.



Christian [Christian@yahoo.fr] 01/05/2012 12:08:59
Qui s’assemble se ressemble dit-on, il n’a que des pouritures qui puissent se mettre au service de l’imposteur, le psychopathe national. Ces voyous de la république viennet se remplir les poches comme les autres avant eux, et cependant le peuple croupi dans la misère.
Vous savez cher Amba, les signes d’une fin de sa mission au congo se voient à l’oeil nu:
1° L’imposteur est muet, càd qu’il n’a de comptes à rendre à personne si ce n’est à son géniteur kangame. Celui-ci lui sommé de ne plus parler tellement il a accumulé des bavures, la dernière en date, la mise à l’écart de bosco ntanganda, l’homme qui change de nationalité comme le caméléon change de couleurs!
2° L’imposteur n’a plus de béquilles intellectuelles, sa tête est redevenue comme celle de ses deux autres pouritures janet et zoé
3°L’imposteur est foui de toute part, l’occident lui cherche une solutiob de rechange.
Eh bien, kanambe alias kabila, mr la revolution de la modernité va bientôt disparaître des radars!!!
Tiens, révolution de la modernité mais la révolution ne signifie-t-elle pas modernité? Traduisez modernité de la modernité, il n’y a que kanambe qui ne peut comprendre de telles faussetés.



Maurice-Blondel BOKOKO ELOLO [maublon@yahoo.fr] 01/05/2012 15:06:11
Ngokoso Égide Michel.
Originaire d’Oshwe dans le Bandundu.
Médecin de formation (Unikin).
Médecin directeur à l’hôpital général d’Oshwe.
Pris part au dialogue inter conglais à Sun City.
Député nommé sous Laurent-Désiré Kabila.
Secrétaire chargé de la commission socio-culturelle pilotée par le vice-pésident Arthur Z’ahidi Ngoma.
Élu député national pour la circonscription d’Oshwé
Rapporteur adjoint pour le compte de Udemo à l’assemblée et contraint de démissionner avec tous les membres du burreau de l’assemblée nationale à la suite de la démission forcée du président de l’assemblée, l’honorable Vital Kamerhe
Élu député national pour la circonscription d’Oshwe
Président du groupe des députés MSR à l,assemblée nationale
Vice-ministre à la decentralisation et aux affaires coutumières.



zicomalu [zicomalu@yahoo.fr] 01/05/2012 19:08:16
Dans tout environnement managerial,il y a une facette structurelle et une facette culturelle. La facette structurelle a trait à la hiérarchie et à la division du travail dans cette organisation tandis que l’aspect culturel represente la relation entre differentes composantes de cette organisation.

Dans le cas de la RDC, au moins de faire preuve de la malhonneté intellectuelle,je ne vois comment un gouvernement peut relever le defi si gigantèsque qui l’attend quand la majorité de congolais meconnait sa legitimité.

Sans pour autant me verser dans les considerations politiciennes,je pense que ce gouvernement n’amenera le Congo nulle part dès lors que son veritable pilote est aux abois. Tirant sa legitimité des intrigues,des combines et d’autres pratiques extra-humaines dont il maitrise les pratiques pour avoir été dans la brousse avec Kagame, son mentor.


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.