AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
18 Septembre 2012

L’affaire Roger Lumbala et RLTV

 

Roger Lumbala. Photo CIC

Faits.-

Les services de sécurité ont coupé le signal de Radio Lisanga Télévision, RLTV, chaîne privée appartenant à Roger Lumbala, lequel n’est plus à présenter. Manifestement, cette coupure qui dure depuis deux semaines, a un double lien :

1° lien : RLTV avait offert son plateau aux opposants qui demandaient la mise en accusation du président de la République pour haute trahison;

2° lien : L’affaire se complique, du fait de l’exfiltration de Roger Lumbala de l’ambassade de la RSA à Bujumbura, alors que le pouvoir en place à Kinshasa aurait bien voulu l’entendre pour sa collusion présumée avec le M23.

Par ailleurs, Lambert Mende, porte-parole du gouvernement de la RDC, annonce que le gouvernement vient de porter plainte contre la chaîne RLTV pour apologie du terrorisme. Je n’ai plus revu mon Code pénal congolais depuis des années, mais j’ignore si cette infraction existe en droit pénal congolais. Mais peut-être a-t- on procédé au vote d’une loi spécifique à ce sujet.

Observations.-

Il convient de relever que la coupure d’un signal de télévision ne relève ni de la compétence des services de sécurité, ni même de celle du ministère ou du ministre de la Communication. Elle relève plutôt de la compétence du Haut Conseil de l’Audiovisuel et des Medias, ou de quelque chose qui fait office d’organe de régulation.

Il convient de relever également le fait que dans cette affaire Roger Lumbala, le gouvernement ne brille pas par la cohérence. En effet, c’est d’abord auprès du gouvernement burundais que Kinshasa voulait adresser la demande d’extradition. Mais, durant tout le temps que Lumbala est demeuré réfugié dans l’ambassade d’Afrique du Sud, la RDC ne s’est pas pressée pour demander l’extradition du suspect.

Kinshasa a, au contraire, dépêché l’administrateur général de l’ANR à bord d’un jet privé pour «ramener» Lumbala à Kinshasa, en catimini.

L’affaire atteint un seuil de confusion risible lorsque l’on ne sait pas très bien qui, en RDC, aurait dû introduire la requête d’extradition de Roger Lumbala.

En effet, dans un premier temps, Mende a bel et bien dit que c’est le gouvernement qui allait le faire. Puis, se ravisant, il a dénié au gouvernement cette compétence, pour reconnaître celle de la justice congolaise. Puis, plus rien.

En réalité, et selon le recoupement des sources ouvertes, il appert que le pouvoir en place en RDC aurait remis des sommes d’agent se chiffrant à des millions de dollars US aux deux chefs de services de sécurité burundais qui avaient fait le déplacement de Kinshasa. Pour quoi faire? Pour négocier probablement la valeur vénale de Roger Lumbala.

Dans le même laps de temps, c’est le ministre burundais des relations extérieures qui tenait une conférence de presse sur l’éventualité de l’extradition de Lumbala,en collaboration avec les partenaires du Burundi, sans les nommer. Il se fait qu’au moment où Kinshasa croyait pouvoir régler cette affaire moyennant des millions de dollars, et où le chef de la diplomatie burundaise se montrait rassurant quant à
l’extradition de Lumbala,celui-ci échappait déjà à la juridiction de la justice et du gouvernement burundais, étant donné que l’ambassade d’Afrique du Sud est le prolongement du territoire sud-africain au Burundi. Manifestement, et Kinshasa, et Bujumbura ignoraient cette réalité pourtant élémentaire.

Il est intéressant de relever également l’ambivalence de la position de Kinshasa dans cette affaire. En effet, alors que Lumbala avait la tête du parfait coupable, Kinshasa ne s’est pas pressé pour solliciter son extradition dans les règles. On connaît pourtant la célérité du pouvoir dans les exécutions sommaires des personnes gênantes. Que s’est-il passé? Le marchandage de la tête de Lumbala aurait-il opposé de gros intérêts? Qui a remis les millions de dollars aux chefs de
services burundais? Ont-ils reçu la somme dans sa totalité? N’y
aurait-il pas eu «dégrainage» en cours de route?

Pourquoi le Burundi a t- il laissé "s’échapper" Lumbala?

Les relations sont-elles au beau fixe entre les deux pays? Apparemment oui, dans la mesure où le président de la RDC aurait récemment passé une nuit à Bujumbura avant de se rendre à Kampala, dans le cadre de la deuxième rencontre du Sommet de la CIRGL. Mais alors, qu’est-ce qui a coincé? D’ou provient le grain de sable qui a fait ralentir la machine à broyer Lumbala?

On sait que "Joseph Kabila" a joué un rôle considérable dans l’accession de Pierre Nkrurunziza au pouvoir. En son temps, l’actuel président burundais, alors maquisard, avait séjourné durant des semaines à l’Hôtel Intercontinental, l’actuel Grand Hôtel. Il avait bénéficié d’apports multiples du président de la RD Congo, lesquels lui avaient permis de conquérir le pouvoir par les armes. Puis, une
fois au pouvoir, les relations entre les deux hommes se sont rafraîchies, Paul Kagamé étant parvenu à avoir de l’ascendance sur son homologue burundais.

Évaluation

L’affaire Roger Lumbala permet de relever des incohérences, doublées de multiples violations de la loi et du droit.

On note d’abord une violation constante de la loi sur la presse et sur le fonctionnement de l’organe de régulation des médias. Le ministère des Médias entretient une confusion délibérée des compétences à ce sujet. Puis, il faut signaler l’intrusion des services de sécurité, lesquelles n’obéissent qu’au seul chef de l’État, dans un domaine qui ne relève nullement de leur compétence. Enfin, il faut signaler l’intrusion de la famille biologique du président de la République dans un domaine étatique. On se rappellera opportunément que Zoé « Kabila » en personne, s’était déjà permis de faire irruption au Centre d’émission de Binza Pigeon en 2011, pour couper le signal d’une chaîne de télévision qui diffusait un programme qui déplaisait à son frère.

Une autre violation concerne la compétence de l’institution habilitée à solliciter l’extradition. Et c’est ici qu’il convient de relever avec intérêt le silence assourdissant du Procureur Général de la République depuis le déclenchement de cette affaire qui dure tout de même depuis quinze jours.

Et pourtant, dans l’affaire dite du député Eugène Diomi Ndongala,le représentant de l’organe de la loi ne s’était pas embarrassé de précautions qu’exige de lui le Code de procédure pénale, notamment celle relative à la présomption d’innocence, pas plus que celle de la compétence matérielle du procureur de la République qu’il a allègrement ignorée, même si le PGR demeure le maître de l’action publique.

Enfin, le ministre Lambert Mende n’aide manifestement pas son Président. En effet, alors que c’est le porte-parole du parquet qui devait être en première ligne dans l’affaire Roger Lumbala, si tant est qu’il ne s’agit que d ’une affaire judiciaire, c’est bien celui du gouvernement que l‘on voit faire feu de tous bois.

Multirécidiviste, Lambert Mende l’est à plusieurs égards, ne fût-ce que par sa dernière déclaration relative à la demande d’extradition de Roger Lumbala que
le gouvernement de la RDC compte introduire auprès du gouvernement
français. Je ne sais vraiment pas si monsieur Mende se rend compte des
énormités qu’il débite dans la presse.

Pour le surplus, personne ne tient compte des déclarations faites par Roger Lumbala sur les ondes d’une radio périphérique. En effet, celui-ci nie s’être rendu au Rwanda, même si l’on peut se poser des questions sur sa présence à Bujumbura. Mais l’intéressé s’inquiète, a priori, de la manipulation que le pouvoir de Kinshasa pourrait faire de ses deux passeports confisqués par la sécurité burundaise. Il craint que l’on y appose, a posteriori, des visas d’entrée au Rwanda,
pour attester de «sa haute trahison». Honnêtement, les relations compliquées existant entre les gouvernements des trois pays de la CEPGL ne permettent pas de douter des craintes de Roger Lumbala. Mais il faut noter que jusque-là, celui-ci vient donner un second souffle à « Joseph Kabila », bousculé, et affaibli par des relations douteuses avec Paul Kagamé et avec le Rwanda. En effet, alors que c’est depuis quinze jours que le signal de RLTV a été coupé non par l’organe de
régulation, mais par les services de sécurité, c’est seulement après exfiltration de Roger Lumbala vers la France que le gouvernement, et non le parquet, inculpe la chaîne. Simple coïncidence ? Non, un signal fort plutôt.

En effet, à défaut d’enlever les opposants qui s’étaient servis de cette chaîne pour réclamer la mise en accusation de monsieur « Kabila » pour haute trahison - « Kabila » n’est pas si téméraire que ça ,au point de s’aliéner l’opinion internationale à moins de trente jours de la tenue du Sommet de la Francophonie - , Kinshasa croit que RLTV est le maillon faible qu’il peut frapper, sans susciter trop de remous. Et encore !

C’est ici le lieu de se poser l’éternelle question relative à la fameuse liberté d’expression ou de la presse qui existerait au Congo, et qui est opportunément mise en avant pour tenter de crédibiliser le régime criminel et liberticide en place à Kinshasa. Car, pourquoi accuser une chaîne de télévision qui n’est qu’un simple canal, sans toucher aux auteurs des propos considérés comme une apologie du
terrorisme ? C’est un dilemme pour Kinshasa, en tout cas.

Enfin, et à supposer que le gouvernement de Kinshasa pousse le ridicule jusqu’à demander à la France l’extradition de Roger Lumbala, il serait intéressant d’analyser la réponse de Paris à une telle demande, sachant qu’une fois « livré» à Kinshasa,Roger Lumbala risque de subir le même sort qu’Armand Tungulu,ou comme Floribert Chebeya et Fidèle Bazana,sans que cette énumération soit limitative.

Enfin, on sait que tous les organes du pouvoir ont monté en épingle l’affaire Lumbala pour desserrer l’étau autour de « Kabila ». Mais c’est peine perdue, car celui-ci joue sa dernière carte dans le double jeu qui a tout de même fait illusion depuis 16 ans. Et, dans l‘état actuel de la sensibilisation des RD congolais, on voit mal comment l’imposteur va remporter cette bataille.

A très bientôt.

Thomas Mbembele
Président du GRARC

Mardi 18 septembre 2012


© Congoindépendant 2003-2014

 

3 Réactions

Pika Dosithée [pikadosithee@yahoo.fr] 18/09/2012 23:44:38


C’ est pour vous dire que monsieur Lambert Mende cite que de récitations au même niveau que le perroquet de la forêt equatoriale sans rien comprendre . Il ne fait aucune analyse de ses discours d’ hier et d’ aujourd’ hui . Il est en même temps sourd et aveugle . C’ est pourquoi les Rwandais au pouvoir à Kinshasa et à Kigali sont contents et fiers de lui parce qu’ il ne comprend rien et rien de tout .
Que faire d’ un tel individu en RDC de Kanambe ? Bon en rien .
En plus , pour montrer que Kanambe Hippolyte Alias Joseph Kabila est un con de cons du monde . Il ne sait rien , ne connait rien et ne comprend aussi rien . Les Congolais l’ ont rendu quelqu’ un pour rien . Il pouvait stopper Roger Lumbala à n’ importe quel arrêt ou quelle station à Bujumbura . Comme , il n’ est pas capable de trouver une solution mentale , Roger Lumbala est déjà à Paris depuis dimanche . Kanamba attend négocier avec François Hollande pendant la francophonie le sort de Roger Lumbala .
La francophonie n’ apportera rien et rien aux Africains , aus pays Africains francophones et encore moins aux Congolais à Kinshasa et à en France . Il est temps de changer d’ autres langues l’ avenir de notre pays .


Pika Dosithée



GERMAIN [flower200980@yahoo.de] 19/09/2012 00:46:02
Chers compatriotes ne me prenez pas pour un parti pris. S’il y a critiques sur telle ou telle personne cela découle de la facon qu’on vois les choses dans sa vérité. Si nous défendons la cause congolaise c’est parce que nous voulons l’établissement de l’État de droit dans notre pays et surtout le bonheur pour tout congolais sans exception. On constate que la plupart des congolais ont la mémoire courte, certains sans le savoir défendent la cause du diable. Vous le savez bien Kanambe n’aime pas les congolais, il est là pour tuer les congolais, il est à la base de nos malheurs. Souvenons nous encore notre Président élu par le peuple en la personne de Dr. Étienne Tshisekedi avait déclaré que celui qui m’emmenera vivant et ligoté Mr. Kanambe alias Joseph Kabila aura une grande récompense. Tout le monde avait rit. Ensuite, il avait dit tout opposant élu sur la liste UDPS ou sous son nom de ne pas aller siéger au parlement. Vous connaisez bien la suite. Le président Tshisekedi élu par le peuple a été affaibli et trahi par les faux opposants.Vrai ou faux? Longue vie à Tshishi!



EYINDA [glory.60@live.fr] 21/09/2012 10:11:45
Quelle médiocrité de la part de Mende de croire que la France peut extrader Roger Lumbala, citoyen français. Honte à ta mère à Bruxelles Mende. Même si elle profite de la mangeoire de Kanambe, elle regrette en tant que mère de t’avoir eu pour fils.

Pour le reste j’informe les Congolais que Kanambe ne sera plus à la tête du pays d’ici la Francophonie ; parole du prophète.


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2014                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.