Assainissement: Enfin, le projet « Kin Bopeto », lancé par Gentiny Ngobila

Monsieur Gentiny Ngobila, « l’homme de Yumbi » comme certains l’appellent et sur qui pèse un probable procès pour crimes contre l’humanité, celui-là même qui a remplacé le « Haut-sommet » et devenu le nouveau Gouverneur de la Ville de Kinshasa a… enfin, lancé le projet appelé « Kin Bopeto », quelques temps seulement après la publication de son Gouvernement au mois de Juin dernier.

A la lecture de la composition de son équipe gouvernementale et au regard des énormes immondices qui jonchent les rues de Kinshasa en polluant non seulement l’environnement mais aussi et surtout la vie des paisibles Kinois, l’on a le droit de se poser mille et une questions au sujet de ce qui va être l’impact même de ce projet « Kin Bopeto » en ce qui concerne la gestion durable des déchets dans la capitale congolaise. Depuis le départ du projet PAURAU de l’Union Européenne, les Kinois se préoccupent de plus en plus de la salubrité du milieu dans lequel ils évoluent sachant que sous d’autres cieux, on a pris conscience des effets néfastes des déchets plastiques pour l’environnement, pour les animaux, les poissons et pour l’espèce humaine. D’où, ils attendent voir réellement cette initiative lancée par le successeur d’André Kimbuta, portée ses fruits au-delà des discours.

Nul n’ignore que des sacs plastiques continuent allègrement à être produits et vendus dans les commerces, l’eau dite « pure ». les sacs plastiques dits « markets » ou « Obama » pullulent partout et, après usage, sont jetés à même le sol dans les rues, ce qui, ajoutés aux déchets ménagers et autres générés dans les marchés entraînent des énormes dégâts lors des intempéries dans la ville de Kinshasa.

Certes, il serait prématuré de prédire que Gentiny Ngobila ne réussira pas à faire en sorte que Kinshasa redevienne « Kin la Belle » de l’époque mais, au regard de sa gestion de la province de Mai-Ndombe, là où, à tort ou à raison, on lui reproche de ne pas avoir su éviter les massacres de Yumbi d’une part et, d’autre part, des premières mesures qu’il avait prises au lendemain de sa prise de fonction comme gouverneur de la Ville-Province de Kinshasa, on peut légitimement émettre un doute raisonnable de son efficacité en ce qui concerne le domaine de l’environnement dans la capitale de la République Démocratique du Congo.

« Kin Bopeto », Gentiny sur les traces de Kimbuta?

« Ce qui se conçoit bien se dit clairement et les mots pour le dire viennent aisément », dit-on. Cet adage, qui vaut pour l’expression orale, l’est aussi en ce qui concerne un programme gouvernemental, fût-il celui d’une province comme celle de Kinshasa. Mais qu’a-t-on constaté?

Dès le lendemain de la nomination de Monsieur Gentiny Ngobila comme gouverneur de la Ville de Kinshasa, sans sommation ni campagne de sensibilisation préalable à l’endroit de la population kinoise, plusieurs contingents de policiers, par bandes ou par groupes de quatre ou cinq, se sont mis à chasser sans aménagement toutes les personnes qui vendent des biens sur les emprises publiques, les ronds-points, les devantures des maisons, etc. L’objectif est sans doute noble mais le procédé était catastrophique. Les chasser pour les mettre où? Avait-il, préalablement, construit des emplacements pour les y placer? Non. Or, c’est avec les revenus de ces ventes que ces « mamans » et autres « débrouillards » payent les frais scolaires et nourrissent leurs familles. Et quand on sait comment les policiers congolais « fonctionnent » lors de ces genres d’opérations, l’on ne pouvait que anticipativement prévoir l’échec cuisant de ces mesures qui, cependant, sont salutaires pour l’environnement et la dépollution de la ville de Kinshasa. A partir de là, peut-on dire que ce « programme Kin Bopeto » était mal conçu ou mal exécuté? L’avenir nous le dira.

Mais au-delà de tout, ce qui est important et préoccupe actuellement les Kinois, c’est que, dans le secteur de l’environnement, le gouverneur Gentiny Ngobila ne gère pas Kinshasa comme l’a géré il y a plus de 10 ans l’ancien gouverneur André Kimbuta. Par ailleurs, les Kinois ne veulent plus d’un « Haut sommet des immondices » dans la capitale et pour cela, tout Kinois, quel qu’il soit, a tout de même le devoir de le surveiller et de poser tout acte susceptible de permettre à cette belle ville de s’améliorer.

 

Flore Ndeke, Journaliste

6 thoughts on “Assainissement: Enfin, le projet « Kin Bopeto », lancé par Gentiny Ngobila

  1. Le nouveau Gouverneur de la ville de Léo Ngobila est venu avec maints projets pour le meilleur avenir de sa ville. C’est le moins qu’on puisse attendre d’un nouveau Magistrat de la ville que de disposer d’un plan de meilleure gestion de sa municipalité. L’a-t-il bien pensé, en a-t-il les moyens ou s’en donnera-t-il ? Attendons sa réalisation.
    Au-delà, que ce soit « Kin Bopeto », (Kin propre, assaini), que ce soit sa lutte contre les marchés parallèles qui polluent Kinshasa, que ce soit son combat contre la nuisance sonore (horaires stricts de l’ouverture des débits de boisson), que ce soit même son refus de la mendicité dans la ville, il ne devrait pas oublier que toute cette insalubrité physique et sociale a des causes qui nécessitent solutions. Les seules sanctions ne suffiront pas sinon pendant qu’il interdit la mendicité il devrait aussi se doter une baguette magique pour interdire la pauvreté. C’est donc un vaste programme qui le dépasse certes en tant que Gouverneur de Kinshasa car il rejoint le développement général de tout le pays mais dans lequel il doit prendre sa part sinon ses projets ne seront que des slogans comme ceux de ceux qui l’ont précédé…

    1. « MAINTS PROJETS » AVEC QUEL BUDGET ?
      Nous sommes en 2019, les congolais s´attendent á voir la gestion publique puisse respecter des notions élementaires comme un « BUDGET ».. Vous ne pouvez jamais annoncer des projets sans fournir le BUDGET et le financement de ce budget.
      KIN BOPETO
      Mais pourquoi pas si ce gouverneur pouvait chiffrer son projet et expliquer comment il compte financer le programme.
      Nous devons atteindre ce niveau où le programme se base sur un BUDGET et celui qui présente son projet puisse fournir des explications fiables sur le coût et le financement de qu´il raconte.
      Ensuite, nous allons faire un BILAN en verifiant comment le programme a été executé.

      1. Le Projet et le Budget sont intimement liés. C’est l’histoire de l’oeuf et de la poule. On peut soit, disposer d’un matelas financier et lancer un projet pas la suite; soit, concevoir un projet et se lancer en quete de financement, funds raising, boursicoter, épargner pour, emprunter, etc…
        L’attitude condamnable, c’est de croiser les bras; et au pire, baisser les bras. Un cycliste qui arrete de pédaler s’arrete et, …tombe

  2. « Kin Bopeto »,un slogan creux?
    Je viens de Kinshasa où j’ai passé mes vacances. J’ai vu dans les médias certains bourgmestres,entourés de certains jeunes habillés en gilets jaunes de leurs communes,nettoyer les rues,brûler les feuilles et les papiers, vider les égouts et déposer la saleté tout juste à côté. Après cette saison sèche et avec celle de pluie qui va bientôt commencer,ces égouts seront à nouveau remplis.Et c’est pas nouveau.On demande aux populations de changer la mentalité et de prendre en main la propreté de leurs communes.De mon point de vue,cette façon d’envisager la propreté de Kinshasa est inefficace. Une maman qui prepare son pondu à Yolo,ses matembele à Kauka,ses bitekuteku à Mombele ou à Ngiri-Ngiri,son fumbwa à Lingwala…doit aller jeter ses ordures ménagères où? Cette question,les gouverneurs qui se sont succédé à la tête de la Ville de Kinshasa ne se la posent jamais.Ni les dirigeants du pays.
    Comment une métropole de plus de 10 millions d’habitants comme Kinshasa peut manquer une entreprise de ramassage d’ordures ménagères? Il semble que André Kimbuta aurait vécu à Limoges en France. Et Ngobila serait un parisien? Ils n’ont rien vu dans ces villes françaises comment on travaille pour la propreté d’une agglomération? Ils ne savent même pas que les immondices sont une mine d’emplois,d’énergie et d’engrais et même des revenus pour le trésor public. Des moyens financiers? Dans nos institutions,on parlent toujours en millions de $. Avec les millions des $ inutilement engloutis dans les sautes-chats,on pourrait faire quelque chose pour la propreté de Kinshasa-les-Immondices-gigantesques- bar.

  3. Les abords du nouveau bâtiment de l’Hôtel de ville de Kinshasa servent d’urinoirs publics à ciel ouvert. Il suffit de passer par là pour respirer les effluves qui s’en dégagent! Apparemment, les services du Gouvernorat ne sont pas au courant! Etonnant non!
    M. Ngobila peut au moins commencer à penser à doter la ville de Kinshasa de toilettes publiques et pour commencer au centre-ville!

  4. @Petit jos bongos et consorts
    Moi je ne suis pas Immortel , c’est pourquoi j’aime tous les etres humains y compris toi , si cet idoit savais qu’un jour il partirais , il n’aurait fait un appel criminel a la TV national , aujour’hui il est devenu la nourriture de fourmis , chez satan , au diable, svp tu risques aussi de subir son sort la bas(chez Diable ) vu ta haine contre les juifs.

Comments are closed.