Assemblée nationale: « Député motu ya mbongo »

Les mauvaises habitudes ont la peau dure. La présidente de l’Assemblée nationale congolaise, Jeanine Mabunda Lioko, demande au gouvernement non seulement de réviser à la hausse le traitement mensuel des 500 députés nationaux mais aussi l’enveloppe allouée au fonctionnement de la Chambre basse du Parlement. Soixante ans après la proclamation de l’indépendance du Congo, les mentalités n’ont pas changé. Dans les années 60, un musicien congolais avait chanté, à raison d’ailleurs, « Député motu ya mbongo ». Traduction: « Député, un homme plein aux as ». Lors des travaux de la Conférence nationale souveraine (1991-1992), des voix s’étaient élevées pour exiger un « renouvellement du personnel politique ». Les « jeunes politiciens » reprochaient à leurs « aînés » de n’avoir qu’un seul souci: s’enrichir. En 1992, Jeanine Mabunda devait avoir 27 ans. Le miracle tarde à se produire.

Patrice Lumumba (gauche) et Thomas Kanza (droite)

Dans un ouvrage intitulé « Conflict in the Congo » publié par Thomas Kanza aux éditions Penguin books en 1972, cet ancien proche parmi les plus proches de l’ancien Premier ministre Patrice Lumumba rapporte notamment que la toute première réunion du Conseil des ministres du jeune Etat indépendant n’avait qu’un seul objet à l’ordre du jour: l’augmentation des traitements des membres de l’Exécutif.

Les députés de la première législature avaient fait de même en votant une loi – la toute première – révisant à la hausse leurs émoluments. Le professeur Crawford Young le rappelle dans son excellent ouvrage « Introduction à la politique congolaise » (Editions universitaires du Congo, 1965, p. 199). « (…), le Parlement se fit un tort immense en faisant passer comme première mesure législative le traitement des députés des 100.000 F prévus par la Loi fondamentale à 500.000 F, et cela malgré l’opposition de Lumumba ».

Ces deux récits concernent des situations qui remontent au mois de juillet 1960 soit quelques jours seulement après la proclamation de l’indépendance du pays intervenue le 30 juin de cette année. A l’époque, le jeune Etat indépendant souffrait d’un déficit de cadres issus de l’enseignement supérieur et universitaire. La majorité des politiciens d’alors était composée d’anciens « agents d’exécution » (clercs) de l’administration coloniale. Les « agents de collaboration » étaient rarissimes.

Ces anciens clercs ignoraient sans doute de bonne foi que le pouvoir d’Etat est avant tout un service à rendre à la collectivité. Et non, un privilège tant pour son détenteur que pour la famille biologique et politique de celui-ci. Soixante années après, rien n’a changé. Bien au contraire.

UNE BOULIMIE FINANCIÈRE

Dans une lettre n°RDC/AN/P/JML/BIP/05/370/2020 datée du 21 mai 2020, la présidente de l’Assemblée nationale Jeanine Mabunda demande au Premier ministre SyIvestre Ilunga Ilunkamba deux choses. Primo: un complément de rémunération de CDF 1.900.000.000,00 soit l’équivalent en Franc congolais de U$D 2.000,00 par député national. Secundo: une révision à la hausse de 50% de l’enveloppe allouée au fonctionnement de l’administration de cette Chambre du Parlement.

Quelle boulimie financière pour une institution où les « honorables » passent le clair de leur temps à somnoler et à ronfler quand ils ne sont pas occupés à s’invectiver pour des broutilles?

A combien s’élève le traitement mensuel d’un député congolais? Selon des sources parlementaires, il est question de 4.800 U$D. Pour le moment, le trésor public prévoit une enveloppe mensuelle de 4.800 U$D X 500 députés soit 2.400.000 U$D. Jeanine Mabunda demande un supplément 2.000 U$D X 500 = 1.000.000 U$D. Total général: 3.400.000 U$D. En contrepartie de quoi?

Mme Mabunda ne s’arrête pas là! Elle demande également une augmentation du budget de fonctionnement de la Chambre basse. Dieu seul la hauteur du montant alloué actuellement.

Au lendemain de l’apparition de la Covid-19, des voix se sont élevées pour exiger la réduction du train de vie des institutions publiques. Une occasion pour réhabiliter le secteur de la santé qui souffre d’un sous-équipement inqualifiable et d’un personnel tant médical que soignant sous-payé et démotivé.

L’apparition de cette pandémie a mis les Congolais, vivant aux quatre coins pays, face à une rude réalité. A savoir, la pénurie en eau courante et en électricité. Comment peut-on demander à la population de se laver constamment les mains face à cette carence?

« DÉPUTÉ MOTU YA MBONGO »

Carbone Beni

Sur les réseaux sociaux, l’activiste Carbone Beni du mouvement citoyen « Filimbi » a posté vendredi 13 juin une vidéo dans laquelle il exhorte les Congolais « à se réveiller » face à des politiciens qui ne pensent qu’à eux-mêmes ainsi qu’à leur famille biologique ou politique. Une allusion notamment aux récentes nominations dans les entreprises du portefeuille. « Nous avons tort de penser qu’ils {les politiciens} sont au service de nos intérêts ». « Carbone » de s’interroger sur la manière dont l’Etat est gouverné pendant que les membres de la force publique (police, armée), les médecins et les enseignants croupissent dans une misère sans nom.

La démarche entreprise par la Présidente de l’Assemblée nationale est choquante autant qu’indécente de la part d’une personnalité qui a eu à assumer des fonctions tant au niveau gouvernemental que des entreprises publiques.

Jeanine Mabunda a été successivement conseillère au cabinet du gouverneur de la Banque centrale, administrateur délégué général du FPI (Fonds de promotion industrielle), ministre du Portefeuille et conseillère spéciale du président « Joseph Kabila » en matière de Lutte contre les violences sexuelles et le recrutement d’enfants dans les groupes armés. Des positions qui auraient pu rendre cette dame sensible à la précarité dans laquelle vit la grande majorité de la population. Hélas, non!

Soixante ans après la proclamation de l’indépendance de leur pays, les politiciens congolais, jeunes ou moins jeunes, ne pensent qu’à « manger ». Ils n’ont toujours pas compris le sens du mandat qui leur est confié de diriger la nation. Ils ont vaguement entendu parler de « l’intérêt général ».

Agée de 55 ans, détentrice d’une licence en droit et une licence spéciale en science commerciale, l’actuelle Présidente de l’Assemblée nationale a commis une faute en menant une démarche aussi antisociale. Une démarche qui loin d’être différente de celle des parlementaires de la première législature (1960-1965). Ceux-ci étaient, dans leur grande majorité, dotés d’une formation « sommaire » qui limitait leur sens de l’Etat. Ils n’avaient qu’un rêve: celui « d’être plein aux as ». Le fameux « Député, motu ya mbongo ».

Devrait-on désespérer du trop plein d’universitaires? On n’est pas sorti de l’auberge…

Baudouin Amba Wetshi

12 thoughts on “Assemblée nationale: « Député motu ya mbongo »

  1. Ceci est plus qu’un scandale nauseabond, une grave insulte aux Congoalis appauvris et meurtris par plus de 18 ans de la voyoucratie kanambiste dont est issue cette femme et sa bande des jouisseurs FCC.
    En y ajoutant les vols de l’actuelle clique a la Presidence, inclu $57 Million de detournements par V Kamhere et ses complices (dont plus de $10 Million qu’il cache dans de comptes bancaires a Paris), on voit qu’avant Kanambe = apres Kanambe, c-a-d la politique enrichit a travers detournements, vols, et salaires indecents dans un Pays a genoux.

  2. Cher BAW , Merci pour cet article bourré d’actualités , je venais de visualiser une vidéo de Papa Moliere qu’un ami m’a transféré dans mon compte Watsaap , il confirme le salaire mensuel d’un député rdcongolais s’élève à 4800$, il ajoute qu’en plus de cette somme les groupes parlementaires ont un ajout de 1400 à 1800$ , d’autres indiscrétions parlent de cents milles dollars USD pour le président du sénat ATM, quant à FATSHI 15000$, et JKK 670000$, et Papa Molière d’ajouter : la population ne ressent rien comme impact dans sa vie sociale, suite aux apports de leurs élus de putains , sont des vauriens qui réclament un ajout sur leurs émoluments , ils ne font que voter facilement et inconsciemment les prolongations d’Etat d’urgence sanitaire sans aucune mesure d’accompagnement , et les gagne -petits au taux du jour souffre sérieusement , leur minable capital de 10 ou 20 $, complément épuisé par le confinement , et les Restez chez-vous, c’est dans cet environnement économiques recessioniste que les fameux honorables compradores veulent picorer les peu de revenus , de veritables prédateurs, c’est très compliqué, en quoi sont-ils nos avocats sociaux ? pour le bien du peuple congolais, ils s’en moquent éperdument parce qu’ils savent qu’ils ne sont pas une émanation de ce dernier, mais d’une nomination de la part de JKK à qui ils doivent rendre compte, les élections de décembre 2018 n’était qu’un flou artistique pour embellir la démocratie importée , une notion qui n’est pas dans notre culture , autant retourner dans nos réalités africaines que nous balancer une démocratie qui n’existe que de nom ,raison pour laquelle j’ai toujours dit qu’il n’y avait jamais eu élection bien que certains compatriotes s’evertuent à donner le chiffre pour un processus électoral qui n’a jamais exister que dans l’imagination, ils sont libres de penser à leur guise, mais la réalité nous rattrape aujourd’hui, Que DIEU de la RDC,éclaire notre pays et notre structure mentale parce que c’est elle qui pose problème aux Congolais, afin que les occupants dégagent Ainsi-soit-il

  3. Voila une opportunite pour ceux qui aboient jour et nuit, LE PEUPLE D’ABORD et a leurs deputes de dire NON, le peuple d’abord. La majorite parle-menteur fcc sait ce qu’elle fait: afaiblir l’adversaire en enervant le peuple congolais. Le fcc prepare son coup pour 2023, ils ne sont pas des cons.

  4. Oui en effet, les choses n’ont pas vraiment changé, si ce n’est qu’elles se sont un peu empiré dans cette Gondwana Republic où chacun ne pense qu’à son ventre. Lisez l’ouvrage « Le livre noir du Congo » publié en 1963, d’Hélène Tournaire & Robert Bouteaud; no se rend tout de suite compte que rien ne changera dans cette jungle, où toutes sortes de rapaces et autres prédateurs viennent s’y donner à coeur joie. Pas étonnant qu’ils aient placé à la du pays un idiot utile.

  5. On nous parlait du renouvellement de la classe politique.Nos politiciens de la Première République ne sont plus de ce bas monde. Ceux de la Deuxième sont une espèce rare,en voie de disparition.Certains sont morts,d’autres ont pris leur retraite et passent le clair de leur temps à regarder leurs albums-photos du temps de leur gloire à coté de l’Aigle de Kawele. Sauf certains derniers mohicans comme Tambwe Mwamba,Kitenge Yezu…
    Dans le budget voté au parlement,les institutions élues se sont tapées la part du lion:65% pour elles;35% pour le peuple. Et quand un tel choix est fait par le parti qui prêchait »le ventre d’abord »,c’est tout tout simplement choquant.
    Notre classe politique peut se permettre des folies pareilles;elle sait qu’elle a devant elle un peuple génétiquement et culturellement nul en politique. Sous d’autres cieux,ces paresseux qui s’engagent en politique pour l’argent facile seraient balayés par le peuple.

  6. LUMUMBA?
    On apprend que Lumumba était contre.. mais il avait la majorité au Parlement où on a pris la decision.. Etrange démocratie.. lol
    REDUIRE LE TRAIN DE VIE DES INSTITUTIONS..
    C´est le message qu´on lance depuis des mois en tentant de faire comprendre á ceux qui dirigent la RDC de reduire la voilure car ils sont á la tête d´un pays pauvre.
    Si la présidente du Parlement se permet de demander une augmentation des salaires des parlementaires, ce que la présidence de la République a une grande admnistration de plus de 2000 conseillers.. La « dotation présidentielle » est un secret d´État.. Felix n´a jamais informé les congolais combien il est payé chaque mois quand on sait combien Kabila est payé gracieusement.
    Quand au Parlement on est entrain de suivre un procès où 60 millions de dollars peuvent sortir de la reserve de change.. on comprend que ces parlementaires exigent un peu plus d´argent.
    Reduire la voilure est une decison incontournable quand la crise post-covid est de plus en plus visible. Une présidence avec plus de 2000 conseillers, un gouvernement de 66 ministres, des parlementaires qui touchent 4000 dollars et qui souhaitent qu´on augmente.. des membres du bureau de l´Assemblée qui touchent 30 000 dollars !
    Felix « papa aloba le peuple d´abord » kie kie la base mais où est passé la base depuis la fameuse retrait de la signature?

  7. Une autre arnaque. 500 godillots grassement payés pour légitimer et accompagner l’imposture rwandaise au Congo. Alors que médecins et enseignants, par exemple, restent impayés.
    Jammal doit être dans le coup.

  8. Je doute que cette démarche ait été entreprise de manière solitaire ou unilatérale par la présidente de la chambre basse sans l’aval du bureau, cadre de prise de décision à l’assemblée nationale. Or siège dans ce bureau, la coalition au pouvoir FCC-CACH mais aussi l’opposition. Au delà du caractère indécent de la démarche qui n’est d’ailleurs pas contestée par le rapporteur de l’assemblée Musao qui tente maladroitement de justifier la chose en disant qu’elle date de la session de septembre d’avant covid 19 mais aussi du discours sur l’état de la nation du chef de l’état qui a reconnu le rôle de caisse d’aide sociale au député. En réalité, les acteurs politiques congolais quels que soient leurs camps politiques, ils se soutiennent tous dans leurs volontés de se remplir les poches.

  9. Quelqu’un pourrait-il nous donner la valeur ajoutée apportée par ce parlement depuis 2001?
    – La RDC bat le record des pays les plus corrompus de la planète!
    – Des pans entiers du territoire sont livrés à des groupes armés et à des armées étrangères;
    – En dépit des ressources inestimables dont regorge le pays, la population congolaise compte parmi les plus démunies de la planète;
    – Ces ressources, justement, sont bradées au profit des multinationales et autres flibustiers internationaux;
    – Depuis, plus de 20 ans, aucun plan de développement digne de ce nom n’arrive à se mettre en place! Et on pourrait poursuivre l’énumération. Alors, je me pose une question simple: en quoi ces députés et sénateurs nous sont utiles?

  10. Depuis 25 ans,la partie orientale du Congo est somalisée. A Kinshasa et ailleurs au pays,on se saoule de la prière,de la bière,de la musique,des débats politiques creux, du culte des personnalités politiques corrompues et incompétentes.
    Un députés du Nord-Kivu, une de ces provinces martyres de l’Est,aurait proposée l’interpellation du ministre FCC de la défense. Les députés FCC, majoritaires au Parlement, ont rejeté la proposition de l’élu du Nord-Kivu. Selon eux,ce sont les politiciens de l’Est provoquent et entretiennent l’insécurité à l’Est. Sans gêne.
    Est-ce un parlement ça?
    Il semble que Dieu ne se trompe jamais. En tout cas,selon moi, Dieu s’est trompé en donnant le Congo,ce si beau et grand pays,à un peuple inconscient et et à une élite vénale qui en sont indignes.

  11. # Bien plus que des mauvaises habitudes prises le long de notre histoire, nos prétendus élus se sont interdits de savoir à quoi ils doivent servir, une sidérante méconnaissance crasse de leurs fonctions comme s’ils n’avaient que du caca logé dans leurs têtes et leurs cœurs. Comment font-ils en effet ces inhonorables pour ne pas comprendre qu’ils sont là pour representer le peuple, que leur « métier » ne vaut d’abord qu’en tant que service au pays et les privilèges qu’ils en tirent ne peuvent que s’accorder aux moyens de l’État et aux succès de leurs initiatives ? Une vénalité insoutenable à leur niveau leur a tant voilé les yeux qu’ls ne voient pas la misère de la population et la disette de leur État au point de reclamer sans la moindre gène deux mille dollars de plus sur la dizaine qu’ls empochent déjà et
    les véhicules qu’on leur distribue.
    # Innaceptable, n’ont-ils même pas la moindre capacité de faire le compte de ce que leurs gains représentent par rapport au rien ou presque rien de la bourse du commun des mortels ? Une grave insulte et une charge génocidaire à leur l’endroit qui exigent sanctions : bouter dehors l’hémicycle tous ces mercenaires criminels en cravates.
    Là où pour n’importe quel citoyen sensé a leur poste il serait question de trouver d’abord comment améliorer le pouvoir d’achat des plus démunis et comment doter de quelque moyens cet État dont les caisses sont vides notamment en réduisant fortement son train de vie inadapté à la Présidence comme au Parlement, ils se moquent de nous en réclamant davantage pour leurs poches…
    # La politique est hélas chez nous encore une opportunité, un job pour s’enrichir et même pas une occasion pour acquérir une dignité sociale accrue. Il faut certes pour s’en departir un développement socio-economique général qui donne plus de moyens à chacun de vivre de son métier et de son travail mais en attendant ces inégalités excessives qui donnent tout aux politiciens et presque rien aux autres citoyens qui servent l’État ou créent des richesses est une voie excessive choisie par notre pays qui brouille le service du plus grand nombre. Que les députés ne se préoccupent que de demander des sous de plus pendant que la précarité dans laquelle vit la majorité de la population croit à vue d’oeil, est une info abominable, indécente et choquante !

  12. BAW
    L´article est très bien écrit. L´indignation est justifiée. Et l´interpellation vaut son pesant d´or.
    Le chemin est encore long pour que le social du peuple soit promu comme il faut.

Comments are closed.