Auditorat général: Et si la reconduction du général Mukuntu était un aveu d’impuissance?

Homme des « dossiers ultra-sensibles » sous la présidence de « Joseph Kabila », le lieutenant-général Timothée Mukuntu Kiyana a été reconduit à la fonction d’auditeur général des Forces armées congolaises. Le maintien de ce magistrat sulfureux à ce poste névralgique incline à donner raison à ceux qui soutiennent que le président Felix Tshisekedi a tort de prétendre qu’il est « le seul patron ». L’ex-président « Joseph Kabila » continue à exercer un « pouvoir occulte » sur les institutions.

Le président Felix Tshisekedi a procédé vendredi 7 février à un « premier mouvement » au sein de la « haute magistrature ». Et ce treize mois après son investiture au sommet de l’Etat.

On note un changement majeur: l’inamovible Flory Kabange Numbi, pasteur d’une église de réveil à ses temps libres, a été remplacé par le 1er avocat général de la république Victor Mumba Mukomo au très convoité poste de procureur général près la Cour de cassation.

Le magistrat Dominique Thambwe, lui, succède à Jérôme Kitoko Kimpele en qualité de premier président de la cour de cassation. Jean-Paul Mukolo est promu procureur général près la cour constitutionnelle. Nul ne connait le sort respectif de Benoît Lwamba Bindu et de Felix Vunduawe te Pemako, respectivement président de la Cour constitutionnelle et premier président du Conseil d’Etat. En revanche, au parquet général près le conseil d’Etat Joseph Mushagalusa cède son siège à Octave Tela.

ON PREND LES MÊMES…

La poignée de mains entre « Kabila » et le colonel Mamadou Ndala

Qu’en est-il de la justice militaire? En tous cas, le « déboulonnage » n’a pas eu lieu. Bien au contraire. On prend les mêmes et on recommence. On peut gager que « Joseph Kabila » n’a pas laissé « Felix » toucher à ces magistrats que d’aucuns considèrent comme les « bras judiciaires » de l’ancien régime. Un ancien régime qui refuse de « mourir ». Le lieutenant-général Timothée Mukuntu Kiyana est reconduit au poste d’auditeur général. Le général Joseph Mutombo Katalay, lui, reste premier président de la haute cour militaire.

Le maintien de ces deux magistrats à leurs postes « dilue » quelque peu le « caractère événementiel » de cette première redistribution des cartes au sein de l’appareil judiciaire.

Qui est Timothée Mukuntu Kiyana? Professeur de droit (?), ce magistrat militaire a évolué, depuis plus de deux décennies, dans le sillage de Mzee Kabila et de son successeur. Après avoir présidé la très controversée Cour d’ordre militaire, il rejoint le cabinet du conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de Sécurité en l’occurrence Guillaume Samba Kaputo.

L’HOMME DES « DOSSIERS SENSIBLES »

En 2004, « Tim », comme l’appellent ses proches, effectue une mission à Bruxelles. Objectif: répertorier les militaires des ex-Forces armées zaïroises vivant en exil en Europe. C’était sous le régime de Transition « 1+4 » où un certain Azarias Ruberwa, proche du régime de Kigali, occupait le poste de vice-président de la République en charge de la Défense et la sécurité. La démarche se solda par un « flop ».

Depuis l’accession de « Joseph Kabila » à la tête du pays en janvier 2001, l’ombre du magistrat Mukuntu apparaît dans plusieurs « dossiers sensibles » pour le pouvoir kabiliste. C’est le cas notamment de l’assassinat du colonel Mamadou Ndala, l’assassinat de deux experts onusiens et l’affaire John Tshibangu. Sans oublier, le procès à Beni des présumés rebelles ougandais ADF. La liste n’est pas exhaustive. Attardons-nous sur trois cas.

Le 2 janvier 2014, l’opinion congolaise apprenait avec stupeur que le colonel Mamadou Moustapha Ndala était tué dans la localité de Matembo, à une dizaine de kilomètres de Beni. Ministre de la Communication et des médias d’alors, Lambert Mende Omalanga s’empressa, quelques heures après, d’imputer cet attentat aux « rebelles ougandais des ADF-Nalu ». Et pourtant, aucun enquêteur n’avait encore mis les pieds sur le lieu du crime.

Pour la petite histoire, le colonel « Mamadou » et le 42ème bataillon commando venaient de faire mordre la poussière aux combattants du M23 avec le concours de la brigade internationale des Nations Unies. L’officier commençait à déranger certains membres de la hiérarchie militaire.

Zaïda Catalan et Michaël Sharp

PROCÈS AUX ALLURES DE « CIRQUE JUDICIAIRE »

Contre toute attente, c’est Timothée Mukuntu, alors 1er avocat général à l’auditorat général des Fardc, qui déboule, dès le 3 janvier, sur le « théâtre du crime ». Il est chargé d’accomplir les « devoirs d’enquête ». Le 18 janvier de cette même année, on apprenait l’arrestation du capitaine Moïse Banza. Celui-ci était l’aide de camp de « Mamadou ». A en croire, le ministre Mende – encore lui – la justice militaire voulait entendre l’ancien bras droit du colonel. Moïse Banza n’a plus jamais été revu en vie. Le procès ouvert sur l’assassinat du colonel Ndala n’a guère permis la manifestation de la vérité. Encore moins la détermination des responsabilités.

A Beni et les environs, les habitants continuent à pointer un doigt accusateur en direction d’un homme. Nom: Muhindo Akili, alias Mundos. Un proche parmi les proches de « Kabila ». Procès d’intention?

Le 12 mars 2017, les experts onusiens Zaida Catalan et Michaël Sharp sont portés disparus. Ils étaient chargés par le Conseil de sécurité d’enquêter sur des allégations de tueries massives et des fosses communes au Kasaï. Le « rapt » aurait eu lieu aux environs de la localité de Bukonde. Une dizaine de jours après, les corps sans vie de ces deux étrangers sont « découverts ».

Depuis le mois de juillet 2017, un procès aux allures de « cirque judiciaire » est ouvert à la Haute cour militaire de Kananga. L’affaire est toujours en cours sans que cette juridiction parvienne à découvrir le mobile de ce double homicide et partant, le commanditaire.

Promu auditeur général des Fardc en juillet 2018, Mukuntu veille au grain. Il a manifestement reçu mission de mettre les autorités politico-administratives au-dessus de tout soupçon. Bref, disculper ces dernières tout au long des débats sur la mort de Catalan et Sharp.

AVEU D’IMPUISSANCE?

Le colonel dissident John Tshibangu

Lors de l’audience qui eut lieu le 20 septembre 2019 à Kananga, le prévenu Tshibuabua révéla qu’il a été amené au siège de l’ANR à Kinshasa. Selon lui, les interrogatoires étaient menés là-bas par l’administrateur général d’alors, Kalev Mutond. En personne. « C’était en présence du président Joseph Kabila », ajouta-t-il. Des propos qui suscitèrent l’émoi.

Informé de cet « incident », Mukuntu sauta dans le premier avion en partance de Kinshasa. Destination: le chef-lieu du Kasaï Central. Il ordonna que ce prévenu revienne à la barre. L’homme est invité à répéter ce qu’il avait dit. Tshibuabua persista que « le Président honoraire se tenait à côté de Kalev » lors de son audition – sans procès-verbal – au siège de la très redoutée Agence. Tshibuabua décédera un mois plus tard.

Le dernier dossier à mettre au « débit » de ce magistrat aux agissements dignes de « voyou » est celui relatif  au colonel John Tshibangu.

Officier entré en dissidence contre le « régime félon » de « Joseph Kabila » en août 2012, Tshibangu sera arrêté le 29 janvier 2018 en Tanzanie et transféré le 5 février 2018 à Kinshasa.

Depuis 24 mois, Tshibangu est toujours en « garde à vue ». La Constitution congolaise édicte une durée de 48 heures. Cet officier fait partie de  « prisonniers » soumis aux caprices de l’ex-président « Kabila ». Le prévenu Tshibangu n’a jamais été jugé ni condamné. Un véritable pied de nez que le « sénateur à vie » et ses janissaires font à Felix Tshisekedi.

La reconduction de Tim Mukuntu Kiyana au poste névralgique d’auditeur général des Fardc ne pourrait être interprétée que comme l’aveu, par Fatshi, de son impuissance à « déboulonner » les « intouchables » du « clan kabiliste ».

Espérons vivement que l’avenir proche donnera tort à l’auteur de ces lignes…

 

B.A.W.

21 thoughts on “Auditorat général: Et si la reconduction du général Mukuntu était un aveu d’impuissance?

  1. Et que dira l’auteur si l’avenir lui donnait effectivement tort ?
    S’excusera-t-il platement ou changera-t-il de style rédactionnel ?

    1. @Mukanya,
      L’impuissance de FATshi inbue de ses multiples retropedalages devant les menaces de la bande FCC donnent amplement raison a BAW.
      A voir comment Mike Pompeo evite de mettre ses pieds a Kin, tout en visitant et louant Lourencao en Angola voisine pour sa lutte contre la corruption et l’impunite et son « deboulonnage » du systeme DoSantos, on comprend vite que les (pretendus) appuis Americains de FATshi, tout comme la plupart de Congolais, perdent patience en FATshi.

  2. Il n’y a que des gens de la trempe de ce Mukanya qui ne voient et ne sentent rien. Bakela to basala bango ndenge nini?

    1. @raz. La plus belle femme au monde ne donne ce qu’elle a. Félix n’est pas un homme à poigne. En une année d’exercice du pouvoir,il a prouvé ce dont il est capable. Le changement radical et qualitatif qu’on attend de lui, dans un avenir proche,s’il aura lieu, relèvera d’un miracle.Les talibans radicalisés peuvent y croire. Mais le miracle ne se produit pas à tous les coups.
      La paix tant recherchée à l’Est est toujours introuvable.Plus de 100 milles compatriotes errent dans tous les sens comme des brebis sans berger. Le panier de la ménagère toujours désespérément creux.

      1. kolomabele
        Effectivement comme la plus belle femme au monde, vous ne pouvez donner que ce vous avez. En vous lisant, on voit bien ce que vous avez : des spéculations et impertinences. Dans quel pays du monde, obtient-on un changement radical et qualificatif en un an ? C´est peut-être votre libération de la mauvaise foi qui relève d´un miracle.

    2. @Raz,
      Oui cher frère. J’ai connu ce Mukanya Jean-Marie dans les années ’80 comme étant un très brave garçon, ancien de l’UPN et três intelligent, doté d’un verbe formidable. Mais qu’est-ce qui arrive à nos intellectuels?
      Oh oui! Je prefere un Boketshu wa Yambo à la place de ces intellos de pacotille.

      1. KUM
        la question de Mukanya ci-haut reste une question intelligente. Prière de DÉMONTRER en quoi une telle question fait de Mukanya un intellectuel de pacotille. La dégradation intellectuelle, c´est peut-être en vous qu´elle s´est produite. Votre préférence pour Boketshu, cela nous était pas inconnu.

  3. Timothée Mukuntu restera l’un de ces sbires et barbouzes rwandophiles et agent d’exécution du triumvirat Kagame/Kanguta/Kanambe, qui s’est maintenant ligué avec Tshilombo « Matamasquin » le nullard, pour continuer ses sales besognes: arrestations arbitraires de nos jeunes, embastillement et même élimination physique en masse.

  4. On prend les mêmes et on recommence. Les voleurs de sauts-de-mouton ne seront pas inquiétés, par exemple. Vous ne reverrez pas non plus les 15 millions, encore moins les 200 millions, certainement pas les 77 millions…
    Saura-t-on qui a tué Chebeya, Tungulu, Dechade et Rossy ? Pour ne citer que ceux-là.
    Foutaise, digression, foutage de gueule… rwandais et burundais sont toujours aux manettes. Les vrais nyangalakata, les bandoki du Congo, les beeh qui s’ignorent…continuent de s’enrichir scandaleusement, au nom du  » peuple d’abord  ».
    On souhaite revoir les fesses de Ma Mimi. C’était plutôt marrant. Comme récréation.

    1. Djo Bongos,
      « Saura-t-on qui a tué Chebeya, Tungulu… » ? MUZITO était 1er Ministre à l´époque. Il vient de séjourner en Europe où il a même tenu des conférences sans être interrogé par les « combattants et résistants » (L´un d´eux avait tenté de soulever cette question; il a été très vite neutralisé dans la salle. C´était plus marrant que les aventures de Ma Mimi). Est-ce toujours les autres qui ont les manettes même au sein des « combattants et résistants » en Europe ?

  5. Comme Yuma maintenu à la Gecamines pour boire sa coupe des tripotages financieres, il se peut qu’on ait maintenu ce gars en place pour boire la coupe du meurtre des experts onusiens jusqu’au bout.
    Ainsi quelqu’un d’autres ne porterait son chapeau

  6. Amba Wetshi dans ses fictions!
    Le mal Congolais: depuis l’avènement et la multiplication des églises de réveil à la fin de la décennie 80, l’imaginaire des congomanis a été taillé ou façonné pour quitter le rationnel ou l’objectivité et naviguer dans la fiction. Les pasteurs et les analystes politiques et autres pseudos journalistes se ressemblent désormais. Comme pour les églises de réveil, Chaque acte ou événement posé par FATSHI, nos pseudos analystes et journalistes trouvent toujours une explication fictive. Pas de place pour l’objectivité. Fiction toujours fiction et fiction.
    Pour preuve : Rien de tout ce que Wetshi a écrit sur Fatshi depuis sa prise de fonction, rien alors rien ne s’est accompli.
    Le jeune Christian Bosembe de Congo Buzz fait mieux que le doyen A. Wetshi. Mawa!

    1. @Lokumu
      Vous êtes une vraie fiction. Et vous l’ignorez. Mawa nde yo !
      Comparer le jeune Christian Bosembe de Congo Buzz, qui fait tout pour se faire remarquer de votre bouffon de président, à Amba Wetshi vous rend tout simplement ridicule. Votre droit, légitime, de vuvuzeliste thsilombiste ne vous donne pas le droit de vous moquer de vous-même en débitant des inepties.
      Vous portez mal votre nom…Lokumu

    2. Christian Bosembe est juste un atalaku de Tshilombo, un flatteur rémunéré à la tâche. Dans ses émissions, ce Christian s’efforce toujours de minimiser toutes les erreurs politiques de Félix. Je me souviens avoir vu ce Christian mettre en doute l’authenticité de la photo honteuse du couple Fatshi/Kagame, où l’on voit clairement -oh, stupeur!!!- Tshilombo tenir aimablement, voire caresser, la main maudite de son parrain politique Paul Kagame. Depuis ce jour là, j’avais compris qui était ce garçon Christian B., et pour qui il bosse.
      Toute tentative de comparaison de ce Christian Bosembe à Amba Wetshi est un crime intellectuel et moral avéré.

  7. Autres Victimes de MUNKUTU Kiyana

    … Les hommes engagés pour torturer et tuer les humains congolais
    sont les personnes non imaginaires comme Joseph Kifwa (fils), Munkutu Kiyana , Charles Alamba, John Bompengo Ngole, Chap-Chap… Et d’autres qui sont encore vivants à Kinshasa ou ailleurs. Les hommes et femmes ne dépendant que de la présidence de ‘’ Joseph Kabila’’ ont tué et continuent à tuer les congolais jusqu’aujourd’hui. Ils les tuent et les mettent dans les sacs ; ou ils les jettent morts dans les fosses communes du GLM ; ou ils mettent les corps dans les camions militaires Jeffang et vont les jeter dans le Fleuve Congo.
    Les hommes qui ont été arrêtés au GLM : Jeannot Mbemba, Jean Calvin Kandolo, Dr. Mayolo, Anselme Masasu etc …. Et parlant de Masasu, exactement, les agents de GLM l’ont amené à Pweto (Cantonnie) via Lubumbashi pour y être exécutés ; lui avec et d’autres gens civils au militaires. Surtout, les jeunes gens innocents du Sud-Kivu ( les Babembe, Bashi, Bavira, Barega, Bahavu,… ) qui étaient juste soupçonnés par ‘’ Joseph Kabila’’ d’avoir travaillé ou soutenu Anselme Masasu. Ceux qui étaient présents à ce fossé de la mort où Masasu et ses infortunés du Sud-Kivu devaient y être tués et jetés sont : ‘’ Joseph Kabila’’, Munkutu, John Numbi, Charles Alamba…
    En effet, quand un Congolais est arrêté au GLM de Kinshasa, il y meurt par balles, par tortures, par la faim, la soif ou par les pires des traitements inhumains. Au GLM, de la Présidence, il n’y a pas d’eau pas de toilettes sous instruction du président ‘’ Joseph Kabila’’. Tout celui qui arrive là au GLM doit sortir mort. Voir Papy Kink. Et ceux qui résistent finissent par mourir même lors qu’ils sortent après avoir accumulé les gaz et autres éléments très toxiques dans le corps. Et les poisons. Ils meurent ; beaucoup qui sont passés par le GLM sont morts là même ou ailleurs.
    Voilà le Bâtiment GLM, Groupe Litho Moboti de Kinshasa, une autre machine à tuer les Congolais massivement ; pour les exterminer ou les faire fuir loin de leurs terres congolaises. J’y étais !
    Le 13 Fév, 2020
    Golden Misabiko Baholelwa

  8. L’eveque Mukuna a Raison le pays est pris en otage par une bande d’individu. il faut chasser kabila et ses accolites, J’apprecie beaucoup le cas angolais Joao Lourenco fouine partout mais au coungo Shame les memes voleurs sont toujours la.

    1. C’est parce que, contrairement à l’Angola, il est interdit au pays des idiots de « fouiner dans le passé »!!! Dixit Fatshi Béton, (ou Fatshi Bidon pour les intimes).

    1. Or la terre étant ronde, elle peut être tournée dans tous les sens. Ceux qui la font doivent au moins convenir dans quel sens elle doit être tournée. En RDC, la majorité ont adopté cette devise digne de la jungle et font tourner les choses dans le sens de leurs poches individuelles. Or, autant de têtes, autant d’avis. Autant de bandits et vautours politchiens, autant de poches à remplir. Résultat: la terre (en RDC) devient tiraillée; elle tourne dans tous les sens vers toutes les poches, une cacophonie à cause de la disparité des intérêts. Cet adage individualiste risque de nous faire supposer de quelle coté se trouve son auteur.

  9. Tshilombo-Pétain wa Banyarwanda traître collabo président protocolaire nommé par l’imposteur Rwandais Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila n’a fait qu’une simple permutation des sbires et bonzes de la Kabilie-Kanambie, il n’a aucun e effectivité du pouvoir (imperium) pour nommer les membrés d’un Organe Régalien du pouvoir d’Occupation étrangère Banyarwanda comme la Justice ou l’injustice c’est selon… Tous les membres de l’Udps familiale surdiplômés capables d’occuper les mêmes postes de la Magistrature ne sont que des simples figurants, des laissés-pour-compte…L’incapacité du système de justice congolais de traiter adéquatement des crimes internationaux commis sur le territoire RDC depuis 1996 aurait poussé un vrai Président Magistrat Suprême à restructurer la Justice Kongolaise mais logiquement
    ou malheureusement le traître collabo président protocolaire Félix Antoine Tshisekedi wa Banyarwanda n’a fait que permuter les mêmes magistrats agents du « Mal » pour embrouiller Fils Mukoko et tous les badauds de sa Base fanatisée des parlementaires débouts Wewas Talibans… Et pourtant le Rapport Mapping du machin ONU dit ceci « En résumé, devant le peu d’engagement des autorités congolaises envers le renforcement de la justice, les moyens dérisoires accordés au système judiciaire pour
    combattre l’impunité, l’admission et la tolérance de multiples interférences des autorités politico-militaires dans les affaires judiciaires qui consacrent son manque
    d’indépendance, l’inadéquation de la justice militaire, seule compétente pour répondre
    aux nombreux crimes internationaux souvent commis par les forces de sécurité, la
    pratique judiciaire insignifiante et défaillante, le non-respect des principes internationaux
    relatifs à la justice pour mineurs et l’inadéquation du système judiciaire pour les affaires de violence sexuelle, force est de conclure que les moyens dont dispose la justice
    congolaise pour mettre fin à l’impunité pour les crimes internationaux sont nettement
    insuffisants. Pourtant, face à la multitude des crimes internationaux perpétrés, le
    fonctionnement et l’indépendance du système judiciaire est d’autant plus indispensable qu’un grand nombre de hauts responsables des groupes armés parties aux conflits sont prétendument impliqués dans les différentes violations des droits de l’homme et du droit
    international humanitaire »… In fine, que tous les suivistes de la Coalition satano-occulto-nécromancienne FCC-CASH
    sachent que Tshilombo-Pétainn traître collabo doit être arrêté pour Haute Trahison contre la Nation KONGO-ZAÏRE, jugé, puni, exécuté, pendu au Stade des Martyrs (Pont Cabu)… Ainsi soit-il… Vive les Maï Maï ANPK (Armée Nationale du Peuple Kongo). INGETA

  10. Au terme de la lecture de ce fumeux texte, je me demande pourquoi l´auteur refuse de rester rationnel en attendant les événements pour pouvoir enfin se prononcer. Pourquoi espère-t-il dans la conclusion qu´un avenir proche lui donnerait tort alors que dans le texte il fait croire qu´il rapporte les paroles des autres (« … ceux qui soutiennent que… ») ? Trop de spéculations (de BAW ou des autres). Résultats des frustrations ? Jusqu´à oublier que la même stratégie de discours sur Mukuntu pouvait aussi être reprise en parlant de Flory Kabange afin de conclure sur une note d´espoir quoique mesuré (BAW écrit : « On note un changement MAJEUR: l’inamovible Flory Kabange Numbi… » Le silence de l´auteur sur le « en quoi c´est majeur? » est inquiétant. L´auteur passe vite parce qu´aza na boul na ye qu´il veut prestement faire passer.
    Cf. les nombreuses répétitions :
    *- « Et si la reconduction du général Mukuntu était un aveu d’impuissance? »
    ** « Le maintien de ce magistrat sulfureux à ce poste névralgique incline à donner raison à ceux [Y COMPRIS BAW LUI-MÊME !] qui… »
    *** « On peut gager que « Joseph Kabila » n’a pas laissé « Felix »… »
    **** « Le maintien de ces deux magistrats à leurs postes « dilue » quelque peu… »
    ***** « La reconduction de Tim Mukuntu … ne pourrait être interprétée que comme l’aveu, par Fatshi, de son impuissance à « déboulonner » les « intouchables » du « clan kabiliste ». »

Comments are closed.