Banque: Un petit « casse du siècle » à la BCDC?

La Banque commerciale du Congo (ex-Banque commerciale zaïroise) vient de lancer un véritable « avis de recherche » – comme dans un western – pour retrouver un de ses agents indélicats. Celui-ci aurait emporté plusieurs millions de dollars. Certaines sources parlent de 5 millions. L’agent recherché serait une dame. Aux dernières nouvelles, cette dernière aurait déjà franchi les frontières du « Congo démocratique ». Des « policiers » seraient à ses trousses.

« Connaissez-vous une dame native de l’Equateur ou du Maï-Ndombe qui répondrait au nom de Francisca Iyolo? Elle aurait de la famille dans la commune bruxelloise d’Evere? » C’est la question pour le moins insolite posée à l’auteur de ces lignes par un « ami » kinois qui travaille dans les « services ».

Quatre questions viennent aussitôt à l’esprit. Qui est cette dame? Que fait-elle dans la vie? Pourquoi est-elle recherchée? Pourquoi les « services » s’intéressent-ils à elle?

Francisca Iyolo serait la fille d’un ancien cadre de la Cimenterie de Lukala (CILU) dans la province du Kongo Central. Georges Arthur Forrest (GAF) en est l’actionnaire principal si pas le propriétaire. Forrest est également l’actionnaire principal de la BCDC. Il détiendrait plus de 60% des parts.

On imagine que c’est grâce aux relations de son père que « Francisca » qualifiée unanimement de « brillante » et « digne de confiance » a pu être embauchée à l’ex-Banque commerciale zaïroise, la deuxième banque congolaise, après la Rawbank. Celle-ci appartient à la famille Rawji.

Selon des sources concordantes, la dame Iyolo prestait à l’agence de la BCDC située à un jet de pierre de l’immeuble « Royal » situé sur le boulevard du 30 juin, les Champs Elysées de Kinshasa. Elle avait sous sa responsabilité la gestion des « comptes VIP » (Private banking). « Il suffisait de la contacter pour qu’elle vous apporte de l’argent à la maison ainsi que les documents à signer, confie un client. La dame inspirait une grande confiance ».

A force de la côtoyer, certains « VIP » ne jugeaient plus nécessaire de consulter les extraits de leurs comptes.

Depuis plusieurs jours, « Francisca » a disparu. Son téléphone est constamment aux abonnés absents. Le problème? Elle ne serait pas partie les mains vides. Elle aurait emporté pas moins de cinq millions de dollars US. « Francisca » a sans doute sa part de vérité.

Questions: comment cet agent de la BCDC a pu retirer une si importante somme d’argent alors que les banques imposent généralement au moins deux signatures? A-t-elle bénéficié des complicités? La réponse tombe aussitôt: « Un certain Serge Kalubi est également recherché. Il a contresigné les documents ayant permis la sortie de ce pactole ».

FONDATION MZEE KABILA

Herman Mbonyo Lihumba
Herman Mbonyo Lihumba

L’histoire se corse aussitôt lorsqu’on passe au crible la vie privée de Francisca Iyolo. « Elle serait la compagne d’un certain Herman Mbonyo Lihumba, ancien DG de la Société nationale d’assurance, Sonas ».

Selon des sources, le sieur Mbonyo fut le directeur de cabinet de la Présidente de la Fondation Mzee Laurent-Désiré Kabila qui n’est autre que « la vénérable Dada », comme disent certains Kinois pour désigner Jaynet « Kabila ».

Au moment où ces lignes sont écrites, il semble que le nommé Mbonyo Herman aurait été « cuisiné » par la police judiciaire. Il semble également que « l’affaire Francisca Iyolo » intéresserait au plus haut point la fratrie « Kabila » et les « services ». Questions: « Francisca » aurait-elle emporté des documents « top secret » ? Quelle serait la nature de ces documents?

La BCDC est « l’héritière » de la toute première banque fondée au Congo-belge. C’est en 1909 que fut créée la Banque du Congo-belge. Celle-ci a changé de dénomination au moins trois fois: Banque commerciale du Congo, Banque commerciale zaïroise et Banque commerciale du Congo (BCDC). Cette dernière appellation est intervenue au lendemain de l’arrivée au pouvoir de Laurent-Désiré Kabila le 17 mai 1997.

Depuis décembre 2009, la BCDC a pour actionnaire principal l’homme d’affaires belgo-néo-zélandais George Arthur Forrest (GAF). « GAF » y détiendrait plus de 60% du capital social.

Pour la petite histoire, un cabinet d’avocats d’affaires parisien a fait des allées et venues entre Paris et Kinshasa en vue de négocier l’acquisition des parts détenues par la famille Forrest pour le compte de la très vorace… fratrie « Kabila ». Sans succès.

Questions finales: où se trouvent Francisca Iyolo et son présumé complice Serge Kalubi? Seraient-ils en Belgique ou en France?

Aux dernières nouvelles, la « fratrie », réputée féroce, aurait lancé des « tueurs à gage » ex-yougoslaves à leurs trousses. Une affaire à suivre.

 

B.A.W.

15 thoughts on “Banque: Un petit « casse du siècle » à la BCDC?

  1. BREF, DE VOYOUS-VOLEURS (DONC LES TANZANIENS HYPO, JAYNET ET ZOE MTWALE) A LA RECHERCHE D’AUTRES VOYOUS-VOLEURS.
    SOMMES-NOUS SUPPOSES EN RIRE, OU BIEN EN PLEURER…?

    1. il est difficile de croire à vos arguments préfabriqués de toutes pièces. Comment un groupe d’invidus peut défier une telle banque. Cette histoire est votre création propre. Elle est un mensonge pour nuire aux couples cités.

  2. Et bientot FaTshi se lancera aux trousses de Vital Kamerheon (?), donc pour tenter de recuperer (entre autres detournements) $ 2 Million par mois que V. Kamerheon vire au pofit de la boite-bidon « ZAWAL » pour la pretendue-construction de stations d’essence – tenez bien au Kasai…A moins que FaTshi en soit le vrai destinataire.
    Congolais, soyez vigilants. Ne vous endormez pas sur de vides slogans du genre « peuple d’abord » alors que, profitant du manque d’un Gourvernement, ces nouveaux jouisseurs devalisent le Tresor.

  3. Un dribcleur dribblé , un tireur tiré , un boulanger habitué à rouler les gens dans la farine , vient d’être roulé , le cycle vient de commencer , la loi de la semaille et de la moisson , on ne se moque pas de Dieu , Ce que l’homme aura semé , il le moissonnera aussi ,dit la sainte Bible, sinon Dieu cesse de l’être . A Suivre..

  4. A mon avis, ce qui vient de se passer à la BCDC n’est rien par rapport à ce qui se passe à la nouvelle présidence de la république avec des contrats de gré à gré démobilisant des millions de $ en faveur des sociétés douteuses.

  5. Peut-on exclure une opération de la « famille » contre Forrest ? Bien sûr, cinq millions d’USD ce n’est que de l’argent de poche pour la « fratrie »….

  6. Je comprends à peine le détail de ce énième embrouillamini politico-financier, je constate juste une fois de plus dans notre pays tout l’espace, public autant que privé, ne respire que l’odeur de l’argent gratuit qui rend tout le monde bête et méchant et où se règlent des comptes les plus criminels. Hélas toujours au bénéfice des plus forts et plus véreux et en défaveur de la morale et du bien commun. La banque est devenue quelque part synonyme de jungle qui maintient l’hégémonie injuste des plus forts.
    Banque commerciale du Congo, G Forrest, la fratrie « Kabila » et en face une dame et un monsieur son complice voguant au dessus de plus 5 millions de $ dans la nature. Ce n’est pas un petit « casse du siècle », à peine une fuite de 5 millions qui est la trace indiquée d’un « État voyou ». Non pas tant selon son idiome américain originel qui vise ainsi ses adversaires forcément coupables de fricoter avec le terrorisme anti-occidental mais dans le sens où aucune règle n’y est respectée par l’État lui-même mais aussi par ses citoyens qui font leur tambouille maffieuse dans leur coin.
    En effet si cette histoire est authentique, qui peut nous certifier que c’est Dame Iyolo et son complice Kalubi qui seraient plus à blâmer que leurs tordus employeurs, la BCDC, G Forrest, la fratrie « Kabila » ? Hélas tous même les propriétaires VIP des comptes gérés par la dame ne seraient pas de trop devant un Tribunal indépendant pour répondre de la source et conditions de leur fortune…

  7. Les informations qui se divulgue sont à douter. Sur base de quoi vous affirmer de tel écris. Vous êtes dans la diaspora et vous ne connaissez rien du pays.

  8. Certe la RDC est devenue l’assiète de divers type de personne. Meme les bons et les innocents sont confondus dans la melé et victimes des peripeties des réalités occultes du moments. La BCDC qui à 60 pourcent est à Forest, qui dont le commun des mortels connais ses manigances en RDC, et le blanchiment d’argent dont il est capable et pour se couvrir cherche des bouc émissaires. Peut serait elle entre de fuir quelque chose dont on veut lui faire porter le chapeau et dont elle est innocente. Et comme dit ce jargon qui veut noyer son chien l’accuse de rage. Alors faudra mieux fouiller l’information au lieu de confirmer des rumeurs qui peut être sont fausses et cherchent à nuire inutilement à des innocents.

    1. @ Kasonga,
      Une replique logique.. Mais comme tes copains a la Presidence (dont ce « Fiston »), tu ne prouves pas du tout que cet article de CIC serait faux.
      Entre temps, priere de soigner d’abord ta grammaire, alors on te prendrait plus au serieux.

  9. Erreur de saisie. Ne condamne pas mon clavier. Je voudrais juste dire que c’est une fausse information. Et pourquoi toujours combattre Mr Herman Mbonyo? Ça n’a pas de sens de s’acharner contre une personne qui sert son pays en bon pere de famille. Nous connissons tous la sympathie de Mr Herman.

  10. @Bobo, Gedeon, Fiston
    Commencez d’abord par bien lire les informations contenues dans cet article avant de les déclarer fausses ; c’est votre droit de prétendre en savoir davantage que BAW encore faut-il que vous nous le prouviez et surtout que vous compreniez que ses informations sont au conditionnel, des questions à ce stade et non des réponses définitives.
    BAW dit  » Banque: Un petit « casse du siècle » à la BCDC ?
    La Banque commerciale du Congo vient de lancer un véritable « avis de recherche » pour retrouver un de ses agents indélicats. Celui-ci aurait emporté plusieurs millions de dollars…. « Connaissez-vous une dame native de l’Equateur ou du Maï-Ndombe qui répondrait au nom de Francisca Iyolo? Elle aurait de la famille dans la commune bruxelloise d’Evere? » C’est la question pour le moins insolite posée à l’auteur de ces lignes par un « ami » kinois qui travaille dans les « services »…. »
    Cela posé, si vous en savez mieux donnez-nous votre version ou les raisons qui vous autorisent à douter en place de fustiger à l’avance les questions que la dépêche pose ; voilà ce que j’en pense…

  11. BAW termine sa dépêche, « l’avis de recherche » en mode « western » par « Une affaire à suivre » : c’est souligner qu’il en attend d’autres informations pour nous la parfaire.
    Ailleurs Kasonga croit nous faire un scoop en confirmant que « Alors faudra mieux fouiller l’information au lieu de confirmer des rumeurs qui peut être sont fausses et cherchent à nuire inutilement à des innocents » tandis que Fiston prend la défense d’un certain Mbonyo.
    Diversion ici et là : en effet l’article « ne confirme aucune rumeur », il a plutôt tenté de « fouiller l’information » avec ce qu’il peut en développer à ce stade et nulle part il ne condamne ce Mbonyo.
    Relisez-le au lieu d’engager une polémique qui n’a pas lieu d’être et vous comprendrez mieux ce qu’il dit, si vous êtes sensé et honnête….

Comments are closed.