Bemba, l’espoir…

Jean-Pierre Bemba

Je me rappellerai toujours ce jour de septembre 1992, lorsqu’en arrivant au pensionnat de l’Institut St Berthuin Malonne en Belgique, un ami m’emmena regarder les photos des anciens de cette prestigieuse école, où, trônait la photo de classe de celui qui deviendra le « Chairman », le Vice-Président Bemba Gombo Jean-Pierre. Il y avait ses trois petits frères qui fréquentaient l’internat en même temps que moi. Ce fut l’occasion de voir à quel point les enfants Bemba étaient modestes, polis, discrets et aimants. D’ailleurs, ils le sont toujours. Brocarder quelqu’un sur base d’a priori minable est le propre de ces journalistes qui obéissent au doigt et à l’œil de certains intérêts douteux et qui se complaisent dans la recherche du buzz car Bemba fait vendre.

Jamais un homme n’aura suscité autant de jalousie et de haine, injustifiées, tellement, il ne doit sa réussite que grâce à son abnégation, car, en prenant les armes pour combattre la dictature de l’AFDL, ce digne fils du pays, fier de ce qu’il est, captivant, intelligent, intrépide et très bon père de famille, mari attentionné, grand-frère qu’on aimerait avoir, avait plus à perdre qu’à gagner dans la jungle de l’Equateur.

Sa libération tombe à point nommé d’autant plus que son Congo natal est devenu la risée du monde, un terrain de jeu où n’importe quel déguenillé peut venir violer, massacrer et piller les richesses en toute quiétude.

Sa libération, il est vrai, est loin de plaire à François Soudan, qui dans son éditorial dans Jeune Afrique du 17 au 23 juin, paru le 17 juin, qui, à s’y méprendre, ressemblerait à un règlement de compte d’une radasse mal rémunérée, dresse un portrait du Sénateur Jean-Pierre Bemba peu reluisant.

J’accuse Soudan François, pour sa malhonnêteté intellectuelle avérée tendant à persister à nuire à l’image du Sénateur Bemba Gombo, qui, pour ceux qui l’aiment, est loin d’être cet homme qu’il a dépeint dans son éditorial spécieux.

L’AFRIQUE N’EST PAS UN PAYS MAIS UN CONTINENT! ALORS, SPECIALISTE DE QUOI AU JUSTE?

Soudan François, bombardé Dieu sait par qui, spécialiste de l’Afrique, où, il n’a jamais vécu, sauf des vacances régulières à Brazzaville, d’où est originaire son épouse, par ailleurs, Ministre du Tourisme et parent du Président Sassou. Je vous laisse imaginer le luxe dans lequel vit ce monsieur, donneur de leçons, pourvoyeur d’adjectifs négatifs envers le Sénateur Bemba Gombo.

Un individu nommé Soudan, capable d’un tel avilissement, préparant tranquillement sa retraite dorée avec l’argent du peuple congolais, pendant que celui-ci croupit dans la misère. Ce monsieur connaît l’Afrique des salons huppés de certaines familles présidentielles du continent, feignant de s’intéresser au petit peuple.

Non, Monsieur Soudan, le Sénateur Jean-Pierre Bemba n’est pas un homme brutal, sa seule présence inspire le respect, c’est pourquoi je l’admire personnellement, pour son courage, sa foi dans ce qu’il entreprend, sa détermination mesurée, son dévouement sans faille pour son pays.

Monsieur Soudan pense être capable de berner l’opinion sur ce qui s’est passé en Ituri, de fausses allégations montées de toute pièce contre le Chairman. L’histoire des pygmées de l’Ituri est semblable à celle des armes de destruction massive de l’Irak de Saddam Hussein. J’en appelle à la vigilance des avocats du Sénateur Bemba afin qu’au premier faux pas, ils mettent fin par voie juridique aux rumeurs de bas-fonds dont est coutumier François Soudan dont les anecdotes n’impressionnent que lui-même.

INTREPIDE MALGRE L’ADVERSITE VENUE DE TOUTES PARTS

Depuis sa première comparution, le Sénateur Bemba Gombo est resté stoïque, malgré toutes les épreuves qu’il a eues à subir. Ce procès injuste a privé ses enfants de leur père pendant dix ans, arrachant à la vie, feu son père, papa Jeannot Bemba, un grand homme, qui fait partie de cette génération de nos pères qui furent des exemples pour nous.

Des exemples qui font que, Jean-Pierre Bemba est des ceux-là, aux trajectoires familiales non chaotiques, possédant la science, le sang-froid et l’expérience nécessaires pour conduire la RDCongo vers un avenir meilleur.

Ses qualités et sa force mentales lui ont permis de faire front pendant dix ans, en étant un homme libre dans sa tête. Car, conscient de ce grossier montage, l’homme est resté libre dans sa tête bien que privé de liberté. Cela prouve à quel point cette force de la nature a su garder confiance en la justice, se disant qu’un jour, des juges épris de justice finiront par mettre fin à cette ignominie dont il a été victime.

UNE FORTERESSE…

Malgré l’absence prolongée du Sénateur Bemba Gombo, la maison Bemba est restée stable parce que tenue par une vaillante épouse, maman Liliane Bemba Texeira, que la foi a aidé à traverser cette dure épreuve, ce qui renvoie encore à la réussite du couple Bemba Gombo, à avoir prodigué une solide éducation à ses enfants. La maison Bemba a donc tenu, elle ne s’est pas écroulée, ni à Bruxelles, ni à Kinshasa, comme certains infâmes le souhaitaient, anciens proches et autres individus atteints d’une profonde vilenie.

FIN STRATEGE

L’ancien Vice-Président Bemba Gombo, libre désormais, a gagné encore plus en maturité politique, n’a aucun ressenti envers ceux qui l’ont trahi, est plus que jamais paré pour conduire son pays la RDC vers un avenir meilleur, avec le soutien du peuple, c’est-à-dire en cheminant dans la même direction que ses concitoyens.

En fin stratège, il sait qu’il ne s’enfermera pas dans la logique des partis, parce qu’il est un homme d’état, qui n’appartient plus à son parti le MLC, mais, au Congo-Kinshasa tout entier parce qu’il demeure la réelle alternative en RDC. Il saura se faire entourer des personnes disposées à l’aider dès qu’il sera candidat à la magistrature suprême.

Jean-Pierre Bemba est un homme attachant, qui aime son pays, qui a de l’affection pour ses compatriotes qui souffrent, qui est conscient de ses limites d’être humain, car, qui, dans ce monde pourrait se targuer de ne posséder aucun défaut?

La RDC est à une période charnière pour son existence même en tant que nation, le peuple n’a que trop souffert de cet état de délitement avancé dont est victime ce beau pays qui nous est cher.

L’espoir réside en le meilleur d’entre tous, qui redonnera au pays sa fierté d’antan, sa puissance, son rôle majeur en Afrique et ailleurs dans le monde, le seul capable de suppléer notre soft-power au hard-power qu’il manie si bien, le véritable futur commandant en chef qui inspire le respect, ce grand homme, devenu encore meilleur, n’est autre que Bemba Gombo Jean-Pierre.

 

Par Patrick Ekekya
Sociologue-Politologue
France
ekekya@yahoo.fr

33 réflexions au sujet de « Bemba, l’espoir… »

  1. Ainsi selon Patrick Ekekya, Dieu descendra de son piédestal pour venir épauler Bemba dans ses oeuvres afin de faire du Congo un pays prospère : Quel rêve ! Mon Dieu qu’ est ce qu’ on peut ici de fois … Ngala kavuidi kuani ngangu ye mbakusulu za fuana ko . Konso kanda ye ntoto ani !

Les commentaires sont fermés