Bemba, l’espoir…

Jean-Pierre Bemba

Je me rappellerai toujours ce jour de septembre 1992, lorsqu’en arrivant au pensionnat de l’Institut St Berthuin Malonne en Belgique, un ami m’emmena regarder les photos des anciens de cette prestigieuse école, où, trônait la photo de classe de celui qui deviendra le « Chairman », le Vice-Président Bemba Gombo Jean-Pierre. Il y avait ses trois petits frères qui fréquentaient l’internat en même temps que moi. Ce fut l’occasion de voir à quel point les enfants Bemba étaient modestes, polis, discrets et aimants. D’ailleurs, ils le sont toujours. Brocarder quelqu’un sur base d’a priori minable est le propre de ces journalistes qui obéissent au doigt et à l’œil de certains intérêts douteux et qui se complaisent dans la recherche du buzz car Bemba fait vendre.

Jamais un homme n’aura suscité autant de jalousie et de haine, injustifiées, tellement, il ne doit sa réussite que grâce à son abnégation, car, en prenant les armes pour combattre la dictature de l’AFDL, ce digne fils du pays, fier de ce qu’il est, captivant, intelligent, intrépide et très bon père de famille, mari attentionné, grand-frère qu’on aimerait avoir, avait plus à perdre qu’à gagner dans la jungle de l’Equateur.

Sa libération tombe à point nommé d’autant plus que son Congo natal est devenu la risée du monde, un terrain de jeu où n’importe quel déguenillé peut venir violer, massacrer et piller les richesses en toute quiétude.

Sa libération, il est vrai, est loin de plaire à François Soudan, qui dans son éditorial dans Jeune Afrique du 17 au 23 juin, paru le 17 juin, qui, à s’y méprendre, ressemblerait à un règlement de compte d’une radasse mal rémunérée, dresse un portrait du Sénateur Jean-Pierre Bemba peu reluisant.

J’accuse Soudan François, pour sa malhonnêteté intellectuelle avérée tendant à persister à nuire à l’image du Sénateur Bemba Gombo, qui, pour ceux qui l’aiment, est loin d’être cet homme qu’il a dépeint dans son éditorial spécieux.

L’AFRIQUE N’EST PAS UN PAYS MAIS UN CONTINENT! ALORS, SPECIALISTE DE QUOI AU JUSTE?

Soudan François, bombardé Dieu sait par qui, spécialiste de l’Afrique, où, il n’a jamais vécu, sauf des vacances régulières à Brazzaville, d’où est originaire son épouse, par ailleurs, Ministre du Tourisme et parent du Président Sassou. Je vous laisse imaginer le luxe dans lequel vit ce monsieur, donneur de leçons, pourvoyeur d’adjectifs négatifs envers le Sénateur Bemba Gombo.

Un individu nommé Soudan, capable d’un tel avilissement, préparant tranquillement sa retraite dorée avec l’argent du peuple congolais, pendant que celui-ci croupit dans la misère. Ce monsieur connaît l’Afrique des salons huppés de certaines familles présidentielles du continent, feignant de s’intéresser au petit peuple.

Non, Monsieur Soudan, le Sénateur Jean-Pierre Bemba n’est pas un homme brutal, sa seule présence inspire le respect, c’est pourquoi je l’admire personnellement, pour son courage, sa foi dans ce qu’il entreprend, sa détermination mesurée, son dévouement sans faille pour son pays.

Monsieur Soudan pense être capable de berner l’opinion sur ce qui s’est passé en Ituri, de fausses allégations montées de toute pièce contre le Chairman. L’histoire des pygmées de l’Ituri est semblable à celle des armes de destruction massive de l’Irak de Saddam Hussein. J’en appelle à la vigilance des avocats du Sénateur Bemba afin qu’au premier faux pas, ils mettent fin par voie juridique aux rumeurs de bas-fonds dont est coutumier François Soudan dont les anecdotes n’impressionnent que lui-même.

INTREPIDE MALGRE L’ADVERSITE VENUE DE TOUTES PARTS

Depuis sa première comparution, le Sénateur Bemba Gombo est resté stoïque, malgré toutes les épreuves qu’il a eues à subir. Ce procès injuste a privé ses enfants de leur père pendant dix ans, arrachant à la vie, feu son père, papa Jeannot Bemba, un grand homme, qui fait partie de cette génération de nos pères qui furent des exemples pour nous.

Des exemples qui font que, Jean-Pierre Bemba est des ceux-là, aux trajectoires familiales non chaotiques, possédant la science, le sang-froid et l’expérience nécessaires pour conduire la RDCongo vers un avenir meilleur.

Ses qualités et sa force mentales lui ont permis de faire front pendant dix ans, en étant un homme libre dans sa tête. Car, conscient de ce grossier montage, l’homme est resté libre dans sa tête bien que privé de liberté. Cela prouve à quel point cette force de la nature a su garder confiance en la justice, se disant qu’un jour, des juges épris de justice finiront par mettre fin à cette ignominie dont il a été victime.

UNE FORTERESSE…

Malgré l’absence prolongée du Sénateur Bemba Gombo, la maison Bemba est restée stable parce que tenue par une vaillante épouse, maman Liliane Bemba Texeira, que la foi a aidé à traverser cette dure épreuve, ce qui renvoie encore à la réussite du couple Bemba Gombo, à avoir prodigué une solide éducation à ses enfants. La maison Bemba a donc tenu, elle ne s’est pas écroulée, ni à Bruxelles, ni à Kinshasa, comme certains infâmes le souhaitaient, anciens proches et autres individus atteints d’une profonde vilenie.

FIN STRATEGE

L’ancien Vice-Président Bemba Gombo, libre désormais, a gagné encore plus en maturité politique, n’a aucun ressenti envers ceux qui l’ont trahi, est plus que jamais paré pour conduire son pays la RDC vers un avenir meilleur, avec le soutien du peuple, c’est-à-dire en cheminant dans la même direction que ses concitoyens.

En fin stratège, il sait qu’il ne s’enfermera pas dans la logique des partis, parce qu’il est un homme d’état, qui n’appartient plus à son parti le MLC, mais, au Congo-Kinshasa tout entier parce qu’il demeure la réelle alternative en RDC. Il saura se faire entourer des personnes disposées à l’aider dès qu’il sera candidat à la magistrature suprême.

Jean-Pierre Bemba est un homme attachant, qui aime son pays, qui a de l’affection pour ses compatriotes qui souffrent, qui est conscient de ses limites d’être humain, car, qui, dans ce monde pourrait se targuer de ne posséder aucun défaut?

La RDC est à une période charnière pour son existence même en tant que nation, le peuple n’a que trop souffert de cet état de délitement avancé dont est victime ce beau pays qui nous est cher.

L’espoir réside en le meilleur d’entre tous, qui redonnera au pays sa fierté d’antan, sa puissance, son rôle majeur en Afrique et ailleurs dans le monde, le seul capable de suppléer notre soft-power au hard-power qu’il manie si bien, le véritable futur commandant en chef qui inspire le respect, ce grand homme, devenu encore meilleur, n’est autre que Bemba Gombo Jean-Pierre.

 

Par Patrick Ekekya
Sociologue-Politologue
France
ekekya@yahoo.fr

33 réflexions au sujet de « Bemba, l’espoir… »

  1. Après avoir retenu mon souffle dès le premier paragraphe, je n’ai pu m’empêcher de vomir à la fin de la lecture du texte. Le caractère insipide dudit texte n’offre aucun point minimalement plausible de commentaire constructif.

    Notre conseil à Monsieur le sociologue est de prendre du recul et d’analyser froidement chaque qualificatif attribué par François Soudan à son inconditionnel ex-prisonnier. Ainsi s’édifiera t-il.

    Pour terminer pouvons-nous vous prodiguer un conseil. Veuillez ne pas trop exagérer dans les louanges envers votre idole. Contrairement à votre effet escompté de le faire accepter ou aimer, vous êtes plutôt en train de le noircir au charbon.

      1. Tres d’accord avec vous Mme.

        Comme a son habitude, ce mec Mamale exhibe sur CIC son art de parler (plutot deconner) pour ne rien dire d’utile, donc rien que pour se faire remarquer. Il meriterait un brin de credit intellectuel en la bouclant…

        1. @ Jean Robert
          Mamale alias
          Elili ,Mwana ya mokolo lopangu,Nono,Nkomi Mbuta, Combattant resistant à l ombre, Jo Bongos
          Mamale a beaucoup de noms et toujours le même esprit négatif dans ses éctits.

  2. Mr.. SOCIOLOGUE-POLITOLOGUE:
    —–JP BEMBA est liberé pour faciliter la continuité des crimes commis par KABILA et occidentaux au Congo.
    —–JP BEMBA N’EST PAS UN VRAIS LEADER POUR LA RDC, IL EST UN CHEF DE REBELS QUI A FAIT TUER LES CONGOLAIS ET PILLER LE PEUPLE CONGOLAIS ENSEMBLE AVEC KABILA. IL NE FAUT PAS AVOIR UN MEMOIRE COURT.
    —–Les Congolais n’ont plus besoins d’etre dirigé par des personnes qui ont dans leurs mains du sang des Congolais, les personnes qui ont tué, massacre et pillé au Congo (voir le cas de BEMBA et KABILA)

    1. M. Banga, arrêtez de raconter des sottises ! Vous ne connaissez rien à la politique congolaise. L’action de Bemba a été de défendre son pays contre la dictature et ça c’est une réalité. Je préfère mille fois un leader qui a vu et sait c’est quoi la guerre, à vos pseudos leaders qui vont détaler au 1er coup de feu. Seul Bemba est capable de tenir ce pays et le faire respecter s’il souhaite se porter candidat

      1. Voila la reponse qu’il faut a un « pseudo-nationaliste-en-ligne »…Donc un faineant comme autres « Ngbanda-istes ».

  3. L’HUMILITÉ PRÉCÈDE LA GLOIRE. LE VÉRITABLE DIEU RÉSISTE AUX ORGUEILLEUX, FAIT GRÂCE AUX HUMBLES… L’ORGUEIL PRÉCÈDE LA CHUTE…

    Certes les qualités premières d’un leader sont le charisme (talents), la détermination inflexible, la maîtrise de soi, le sang-froid face à l’adversité, nous dirons même plus l’humilité, surtout la capacité à tenir sa propre maison stable malgré les flots et vagues de la vie terrestre…

    Mais souffrez aussi avec acuité que le Chairman que nous (Peuple Kongo Souverain Primaire) avions tous soutenu en toute conscience en 2006 face à l’imposteur ignare Tutsi Rwandais possède toutes ses qualités citées plus haut, cultivé, bourré des titres académiques, possédant un très bon cursus, ayant un backround et un CV qui inspirent le respect, a malgré tout lamentablement déçu le KONGO Congo-Kinshasa entier en acceptant l’inacceptable…

    Qui n’a jamais péché lève son petit doigt ? Malgré deux grands faux pas, le premier est d’avoir osé avoir un mentor politique Tutsi Nilotique (Yoweri Museveni) qui tue ses frères et sœurs Kongolais de souche purs sang, le second est de décevoir tout le pays, de tourner en bourrique des familles éplorées du Kivu et d’ailleurs, de prendre des soldats Kongolais aguerris capables de renverser les occupants Tutsi Power pour des mauviettes en acceptant l’inacceptable mais toutes proportions gardées, il est vrai que tout vrai Kongolais qui est sensé porte Jean-Pierre Bemba Gombo dans son cœur, en plus s’il s’amende sincèrement, honorablement, le Peuple Kongo Souverain Primaire est prêt, mâture, lucide pour lui donner une seconde chance… Qui dit mieux !

    On est le 04 Juillet 2018, ses juges lui ont donné une liberté provisoire qui ne lui permettait pas de s’exprimer publiquement, sachant qu’il le fera vraisemblablement à partir de demain, l’occasion faisant le larron, nous lui lançons humblement un appel solennel au nom de tous les enfants des cités pauvres issus des familles modestes de la Capitale Kinshasa et des provinces du Kongo de présenter humblement ses excuses à tout le pays car il est incontestablement malgré tout un leader qui inspire respect, qui fait toujours peur à nos ennemis extérieurs et intérieurs. Puisse le Véritable Dieu Nzambe Tata lui remplisse de la sagesse, de la science, de l’intelligence, de la connaissance, de la force d’en Haut, Lui le Seul, l’Unique Créateur qui lui a comblé des qualités exceptionnelles, lui permettant de d’etre encore dans cette position privilégiée d’aider son peuple car il a l’étoffe, la jactance, la consanguinité des vrais Kongolais qui cherchent désespérément un vrai leader politique pour leur sortir de la merde Tutsi Power, le conduisant vers la libération totale du pays Kongo-Congo-Kinshasa…

    La luta continua la Victoria e Certa pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par les Tutsi Power. Ingeta

  4. Chers Compatriotes,
    Ayi, Ayi, Ayi, les jeux des courtisans commencent et les chercheurs de positionnement commencent. Nous avons vite oublié l’histoire et les événements qui se sont passés au pays. Je demande à ce que nous soyons seulement prudents pour ne pas tomber dans les mêmes erreurs. Les Kabila père et fils étaient aussi déclarés Espoirs du Congo. Le chairman vient de sortir de prison, et on assiste à des lettres ouvertes (je note que le Chairman était détenu à La Haye, où il avait certains droits: être informé était parmi ses droits), maintenant des intelligences universitaires commencent des discours scientifico-idéologico visant sûrement ce que nous pouvons tous imaginer. Permettez-moi cependant de me poser une question: « J’ai accepté l’inacceptable » signifiait quoi ? Si cette énigme est bien clarifiée, ceux qui croient que l’allié de Museveni, (allié de Kagame), est l’espoir du Congo, pourront bien lui produire des conseils pour le conduire à poser sa candidature pour les élections présidentielles. Mais lorsque l’on a été arrêté pour une raison qui n’en était pas une, et qu’on a passé dix ans en prison, on peut en sortir avec un autre état d’âme. Soyons aussi indulgents pour ne pas pousser le « Chairman » de la MLC et ne pas faire encore un autre « inacceptable ». Que Dieu nous vienne en aide.

  5. Il aurait été plus efficace d’adresser vos remarques concernant l’éditorial de François Soudan sur Jean-Pierre Bemba à son journal Jeune Afrique. Et là, vous auriez constaté vous-même s’il aura le courage de vous répondre.
    Ma petite expérience sur les acteurs congolais en particulier m’a appris qu’il vaut mieux lutter pour des valeurs, des principes que sur des individus car la déception est vite arrivée.

  6. Élilie cherche ton préféré pour le courtiser aussi. C’est quoi ton problème ?On a là un bel article, dans le style et la façon à distribuer des upercuts à François Soudan. J’aimerais moi aussi avoir quelqu’un qui me défendrait comme le fait l’auteur de cet article. On comprend aisément que son choix, son kiff c’est Bemba. Et alors ? Il a le droit ! Vous êtes à gerber avec vos commentaires niais !

  7. Je reconnais là un bembiste convaincu ! Bemba dérange les gens médiocres qui veulent que notre pays continue à être dirigé par des médiocres. Il y en a un spécialement qui fait trop de bruit en ce moment avec des articles à gogo sur l’hebdomadaire que les gens disent corrompu càd Jeune Afrique. J’ai bien aimé à lire cet article qui devrait faire du bien à Bemba. De savoir qu’en dehors de son parti, il peut compter sur des gens qui l’admirent et soutiennent ses actions. Un côté on va chercher à le salir mais d’un autre je pense qu’il faudra compter sur le monsieur qui a écrit cet article pour défendre son champion ! J’adore les hommes courageux M le politologue Patrick Ekekya, même si je ne suis pas d’accord avec vous à 100%. Continuez de défendre votre homme

  8. Chers compatriotes,
    Notre première problème actuellement c’est d’avoir une transition de cinq ans pour mettre au point les institutions républicaines. Alors, si le Chairman voudra se mesurer aux autres candidats, les jeux seront ouverts. Pour l’instant, n’importe quel candidat qui prendrait le pays dans cet état, sera un autre dictateur parce qu’il n’aura aucune instance du pays qui l’obligerait à rendre compte au Souverain primaire qu’est le Peuple. Celui qui sort maintenant de la prison devrait d’abord mettre un peu d’ordre dans son parti et peut-être renouer un peu avec sa famille aussi bien biologique que provinciale. Les qualités que l’on est en train d’amplifier peuvent constituer un piège qui pourrait se refermer sur le pauvre une fois que les attentes formulées suite à une situation chaotique n’auront pas rencontré immédiatement de solution. Pour le Congo, une transition s’impose, une transition sans le Raïs, et pilotée par les personnalités relativement intègres. Que Dieu nous vienne en aide.

  9. Erratum: lisez : notre première préoccupation, et non notre première problème. Mes excuses auprès de tous ceux qui ont été choqués par cette erreur.

  10. je pense que la démocratie c’est aussi avoir la tolérance d’écouter les avis des autres. Vous trouvez normal que François Soudan consacre plus d’une page de son magazine (qui du reste ne pas gratuite; qui a financé l’article???) pour descendre quelqu’un et vous voulez que ceux qui espère au LEADERSHIP de JPB restent calme???
    Que celui qui n’a jamais commis des erreurs se lève !

  11. Je ne connais que très peu « l’homme Bemba », dans tous les cas pas autant que semble le connaître « personnellement » l’auteur de cette ‘déclaration d’amour’ et ne me permettrais donc pas comme les censeurs impénitents habituels prompts à des jugements expéditifs souvent dans un manichéisme sidérant, de loin sans réaliser leur méconnaissance des situations présentes.
    Je ne connais qu’à peine le « personnage public » mais m’empresse en même temps de dénier à Soudan toute capacité et toute justesse à juger correctement Bemba. Ce n’est ici qu’un journaliste trop conventionnel et volontiers opportuniste, dans la ligne de marchands qu’est devenu son journal JA. Dans son édito assassin contre Bemba, il n’avait d’abord qu’entrepris de faire la promotion de politiciens qu’il soutient aujourd’hui souvent en contrepartie d’espèces sonnantes et trébuchantes contre un Bemba pour l’heure loin de leur cour.
    Je peux juste approuver l’étiquette d’un « leader politique plutôt brutal » dépeint communément et celle d’un « libéral économique » auxquelles j’ajouterais volontiers, « semblant davantage préoccupé par le « pouvoir pour le pouvoir » plutôt que par une construction patiente, réfléchie et altruiste de la Nation même je ne peux lui retirer complètement la qualité de « souverainiste » et même de « nationaliste » …
    Est-il là-dessus que pour moi Soudan ignore consciemment l’état réel et les souhaits du peuple Congolais dont il ne connait que les rumeurs et péripéties des régnants, hélas… Son pamphlet contre Bemba pue la superficialité sectaire et le déni exprès d’en connaître davantage sur ce que vaut exactement Bemba. Passons…

    Sinon, je ne ferais que répéter ici la prudence à attendre les propos et actes de Bemba sur la situation confuse et désagréable que connaît aujourd’hui notre pays à la veille des élections qui s’annoncent peu crédibles, au profit du régime selon son vœu et sa planification diabolique. On attend aujourd’hui sa « libération définitive », toute autre décision ne serait qu’un acharnement inacceptable et une revanche juridiquement fautive de la Procureure de la CPI déçue par l’annulation en appel de sa grave et injuste condamnation en première instance…
    L’auteur de ce « Bemba l’espoir » a été certes dithyrambique, en avait-il le droit à partir de la connaissance qu’il a de lui ? Oui ou non, importe peu dans le fond, ce qui nous serait urgent de savoir : va-t-il jouer un rôle dans un sens ou un autre dans la tentative de résolution de la malheureuse impasse à laquelle fait face notre pays aujourd’hui ? Attendons voir…

    1. ADDENDUM
      3ème phrase, lire en intercalant : « …et ne me permettrais donc pas DE TROP VITE LE JAUGER comme les censeurs… »

  12. Il s’agit du Congo et non Kongo! Arrêtez votre tribalisme d’un autre temps ! La politique n’est pas une science exacte, Bemba a fait preuve de beaucoup de sagesse. Et puis, c’est le passé, il faut se tourner vers l’avenir et voir comment JP Bemba aidera le pays à avancer. C’est le plus important.

  13. Chers Compatriotes,
    Cherchons à avoir des institutions qui nous protègent tous, les dirigeants y compris. Ne cherchons pas à avoir des leaders qui n’ont jamais eu que le leadership psychologique que nous aimerions avoir et que nous projetons sur n’importe quel personnage. Elili ne se battra jamais pour un individu, mais pour les institutions qui pourront protéger tous les citoyens. Ce sont les institutions qui devraient nous protéger tous. Je comprends bien qu’une dame cherche à se protéger par une personne en commençant par son époux. C’est ainsi que ceci est maladroitement transposé au niveau macro-dimensionnel de l’Etat. Sur les événements de 2006, nous avons plusieurs versions et ne nous imposez pas vos points de vue. S’il vous plaît, proposez vos idées sans agressivité et arrogance inutile. Quand le chairman est protégé par « Kaguta » et que vous dites que Kaguta n’est pas Kagame, alors, gardez ce point de vue pour vous ou parlez en en laissant aussi aux autres leurs points de vue. C’est cela la démocratie. Alors battons nous pour les institutions, pour que le pays soit doté d’institutions républicaines. Je sais que ce que j’avance, va à l’encontre de ceux qui veulent aussi tirer leur épingle du jeu. Le Congo est devenu un terrain de dispute de ceux que l’histoire a mis à la bonne place, au bon moment, mais qui avaient eu pour tout mérite d’avoir eu l’indépendance, mais qui n’avaient pas de compétence pour relever le pays au niveau des défis d’un pays. Les leaders de l’indépendance congolais étaient des jeunes gens, et ceci est l’excuse qu’ils ont. Mais depuis la deuxième république, nous avons développé le réflexe de chercher à avoir des leaders à l’instar des pays de l’Asie, alors que certains de ces pays n’ont eu de leaders que pour avoir des institutions et c’est maintenant des institutions qui font marcher le pays en offrant aux citoyens le minimum. Quand je vois les images de Kinshasa, c’est à l’image des comportements de ceux qui dirigent le pays depuis l’avènement de l’AFDL. C’est dégoûtant et ça donne à vomir. Alors, ne nous battons pas pour des leaders qui vont disparaître, battons-nous pour des institutions et des règles qui devront régir le pays au profit non pas des familles, mais de tous les citoyens. Je comprends que ceux des familles qui veulent ramasser ce que le Raïs laisse s’en prennent à moi. Mais ce que Sindika Dokolo dit est en partie vraie. Le risque d’avoir un autre Kabila est grand, si nous ne pensons pas à faire une transition sans Kabila et avec les personnalités religieuses qui ont déjà fait preuve, presqu’en s’engageant, d’aimer le pays et d’être même prêts pour le sacrifice suprême. Que Dieu nous vienne en aide.

  14. JP Bemba était à Sun City qui a vu naître la formule magique 1+4=0 pour la RDC.

    Il a accepté (comme les autres participants congolais) que les 2 postes les plus importants soient donnés aux rwandais (la présidence et la vice-présidence chargée de La Défense). Ruberwa en a profité pour liquider l’armée congolaise.

    Bemba ne savait-il pas que Kanambe et Ruberwa sont des rwandais ? Enfin, il faut avoir perdu la tête ou n’avoir rien compris pour prendre les armes avec l’aide de Museveni pour attaquer le Congo et prétendre combattre la dictature d’un congolais.

    Bemba n’a pas combattu la dictature de Mobutu mais celle de LDK avec l’aide de Museveni. La dictature de LDK a été remplacée par l’occupation rwando ougandaise avec le bilan que nous connaissons (plus de 8 millions de morts, plus de 4 millions de femmes violées et autant de déplacés). Avons-nous gagné au change ??? Devons nous lui dire merci ?

    Son ex mentor Ougandais est devenu un des plus grands exportateur de l’or congolais et pille la RDC dans le lac Albert. Beaucoup de congolais ne savent pas que Kagame est un citoyen ougandais (ancien chef de service de renseignement ougandais). Les 2 Tutsi se sont aidés mutuellement pour accéder au pouvoir.

    Au lieu de nous pondre un article en mode djalelo, il eut été préférable que l’auteur nous expliquât en quoi Bemba est un espoir pour le Congo de demain alors que son action passée est catastrophique pour le pays. Dans l’état où se trouve le Congo dirigé par un rwandais semi illettré, je crains que l’expérience en politique soit un handicap en ce qu’elle renvoie au résultat actuel: échec total !

    En quoi les 10 ans de tôle l’ont transformé ? Un proverbe lingala dit « un bout de bois même trempé 100 ans dans l’eau, ne deviendra jamais un crocodile »
    En quoi Bemba est un espoir pour demain alors que sur son bilan passé sa place est devant les tribunaux.

    Pour aller dans le même sens que Mayoyo, c’est d’un nouveau système politique pour limiter et encadrer le pouvoir du tout puissant président dont on a besoin. Pour cela il nous faut 3 choses selon moi

    1. Virer les occupants rwando ougandais (libérer le pays)
    2. Renouveler la classe politique (demander des comptes aux fautifs et les écarter )
    3. Mettre en place un nouveau système politique basé sur des institutions fortes.

    On nous dit « ahhh boza ba jaloux, bozo juger ye kaka sur son passé…  » sur quoi pouvons-nous nous le juger outre que sur ses actes passés. Pourquoi devons-nous croire qu’il fera demain ce qu’il n’a pas fait hier.

    Si vous avez fait de la prison pour détournement des fonds, il y a peu de chance qu’on vous embauche pour garder la caisse et vous ne pouvez pas vous servir de votre casier pour dire que ça vous a permis de mûrir et de changer.

    Je n’ai aucune affection pour M. Soudan que je trouve pro Kanambe mais Je ne trouve rien de choquant dans son article sur Bemba.

    1. Mwana Kolo lopango ?De quel lopango s’agit-il? Sans doute celui dont vous êtes locataire. À vous lire, il est affligeant de se rendre compte à quel point vous relater des faits connus de tous mais dont JP Bemba n’est en rien responsable. Au nom de quoi vous permettez-vous de dire que sa place se trouve devant les tribunaux ? Pour quel motif ?Il a affronté un tribunal international et en est sorti blanchi. Qu’en sera-t-il de celui qui vous envoie ? Vous êtes un adepte de la théorie du complot. Enfin, vos 3 propositions sont vides de sens. Comment comptez-vous vous y prendre pour renouveler la classe politique,? Sans doute pour y inclure des gens comme vous ? Système politique basé sur des institutions fortes ? Du vent ! Rien de nouveau donc. Rien de constructif. Continuez de rêver, Bemba fera son bonhomme de chemin. Cordialement. Maguy

      1. @Maguy

        Le Congo est la parcelle (lopango) reçue de nos ancêtres. Je suis un des fils des propriétaires. Pour info Muana en lingala c’est avec ua et non wa.

        Pour le reste, je ne suis pas de ceux qui se prosternent devant un mec que Museveni appelait jadis «  mon garçon »(voulait il dire garçon de course ?). Renseignez-vous sur les victimes de la rébellion bidon made in Kampala (le MLC) ayant eu pour marionnette votre idole (Bemba).

        Il a passé (injustement) 10 ans en prison pour des faits commis en RCA pas en RDC. Tous ceux qui ont pris les armes sous prétexte des rebellions bidons made in Kigali et Kampala auront des comptes à rendre. Les 8 millions des congolais ne se sont pas suicidés.

        Au lieu de me débiter des inepties, dites moi plutôt ce qu’a fait Bemba hier pour qu’il soit considéré comme un espoir pour demain.

        ** Bemba homme d’affaires (faillite ou réussite)
        ** Bemba chef rebelle MLC (marionnette made in Kampala)
        ** Bemba VP chargé des finances (formule 1+4=0, sans impact sur les finances du pays )
        ** Bemba vainqueur des élections présidentielles qui cède sur injonction de Museveni (j’ai accepté l’inacceptable)

        Avant qu’il nous dise ce qu’il fera demain, commençons par examiner ce qu’il a fait hier. Renseignez-vous bien sur Sun City : les ordres venaient de Kigali et Kampala.

        Mon avis est qu’on ne résout pas le problème avec ceux qui l’ont créé et si l’on prend les mêmes pour recommencer, on ne peut raisonnablement attendre un résultat différent.

        Pour rappel, la rubrique s’appelle opinion et débat. Quelle est votre opinion ?
        Ce qui n’est pas constructif c’est de ne tirer aucune leçon du passé, c’est toujours chanté le djalelo, se battre pour des individus et non pour des principes et des idées … de ne pas se remettre en cause.

  15. Ainsi Bemba qui avait négocié avec le rwandais Hippolyte Kanambe le poste de premier ministre de ce dernier dans une chambre d’ hôtel à Sun City…Celui là même qui avait accepté l’ inacceptable , qui avait pillé la banque du Zaire à Gbado lite et cherchait le trésor caché de Mobutu dans la même ville … Qui recevait ses ordres depuis Kampala chez son maître Museveni Kaghuta … Personne n’ a oublié dans quelle condition Le jeune et brillant ministre des affaires étrangères l’ époque de la transition 1+4 Ghonda Mangalibi fut limogé par ce même Bemba sous les ordres de son maître de Kampala … Donc ce monsieur imbu de sa personne et cupide comme un vrai fils de sa contrée est aujourd’hui acclamé et considéré comme l’ espoir du Congo . C’ est incroyable ce pays est un paradis mais son peuple est vraiment maudit .

  16. Je constate que les qualificatifs utilisés par François Soudan pour décrire Jean-Pierre Bemba collent bien à la peau de Joseph Kabila et Denis Sassou Nguesso par exemple. Et les faits sont légion pour le démontrer. Or, François Soudan n’a jamais tenu des propos similaires à l’endroit de ces deux dictateurs. Je comprends donc la colère de Patrick Ekekya et surtout son appel « à la vigilance des avocats du Sénateur Bemba afin qu’au premier faux pas, ils mettent fin par voie juridique aux rumeurs de bas-fonds dont est coutumier François Soudan ». Ceci dit, chaque Congolais a le droit de soutenir ou de combattre toute candidature potentielle au poste de président de la république. Ce que je ne comprends pas par contre, c’est qu’on se mette à rêver d’un Congo meilleur rien qu’à l’évocation du nom d’un candidat alors que ce dont le pays a besoin depuis son indépendance, c’est un changement de système politique qui permettrait le contrôle du pouvoir du président de la république. Et qui dit contrôle, voit aussitôt les sanctions en cas de mauvaise gouvernance caractérisée. Faut-il rappeler que la démocratie des singes mise en place au Congo ne le permet pas ? Depuis 1960, nous n’avons fait que cela : reposer nos espoirs sur les épaules d’un individu. Et depuis 1960, nous sommes allés de désillusion en désillusion ? Ne peut-on pas tirer des leçons de cette attitude puérile ?

    1. VOILA UNE REFLECTION SAINE. DONC A NE PAS CONFONDRE AVEC LES HYPOTHESES ABSURDES, ACCUSATIONS SANS PREUVES ET ELUCUBRATIONS D’UN « MWANA YA MOKOLO LOPANGO » CE SITE.

  17. Mon cher compatriote Mayoyo Bitumba, je suis d’accord avec vous ! Nous voulons tous un système démocratique, le pouvoir par le peuple et pour le peuple.Cela n’exclut pas que ce régime démocratique, présidentiel de préférence soit incarné par un homme fort, comme le furent De Gaulle et Mitterrand. Rappelez-vous comment les Français avaient surnommé le Président Hollande car le trouvant mou , pourtant, la France est un exemple de démocratie. Hollande a dû faire la guerre au Mali , pour effacer cette image qui lui collait à la peau. Si Dieu a décidé que le Sénateur Bemba devienne Président, il le sera et croyez-moi ou pas, il accomplira de grandes choses avec l’aide de Dieu ! C’est ce qu’il faut pour notre pays, combattre et vaincre les forces obscures qui ont fait de notre paradis la capitale mondiale du viol! Avec Bemba comme Président, vous en connaissez un des neuf voisins qui va bouger ? Ceux qui n’y croient pas, c’est leur droit, mais, qu’ils aient l’honnêteté de ne pas lui coller des faits ou négociations, qui lui sont étrangers. Je les encourage à faire comme moi, se passionnera pour un homme politique dont l’action et la personnalité les persuadent. Quant à moi, c’est depuis 1998 que m’intéresse à ce qu’il fait.
    Bien cordialement.

    1. Cher Patrick Ekekya,

      Si, comme vous le dites, « nous voulons tous un système démocratique, le pouvoir par le peuple et pour le peuple », il faut laisser Dieu en dehors de cela. Vous soutenez que « si Dieu a décidé que le Sénateur Bemba devienne Président, il le sera et croyez-moi ou pas, il accomplira de grandes choses avec l’aide de Dieu ! ». Permettez-moi de vous le dire, votre seconde affirmation est en contradiction avec la première. Si dans votre compréhension de la démocratie ou du pouvoir, c’est Dieu qui doit décider qui devient président du Congo et non le peuple congolais, alors ce Dieu est le dernier des cons pour avoir décidé que Mobutu Sese Seko, Laurent-Désiré Kabila et Joseph Kabila deviennent tour à tour présidents du Congo, avec des bilans largement négatifs. Et puisque ton Dieu est un con, il en sera de même si jamais il décidait que Jean-Pierre Bemba devienne président.

  18. Soudan mérite-t-il tous les compliments que je lis ici ? C’est quand même curieux, celui qui dans son JA nous a habitués aux louanges ou au silence sur leurs forfaits manifestes de certains satrapes africains comme Biya, Bongo, Sasu-Ngweso, Kagame, ‘JK’… est ici épargné et même encensé parce qu’il accuse un Bemba de faits que beaucoup il ne peut prouver, dans tous les cas qui relèvent davantage de ses opinions suspectes plutôt que des faits prouvés…
    Soudan est toujours là à racler lâchement et de façon intéressée la lie des prétendues sommités africaines en fait de la pègre à cols blancs, nous l’intronisons aujourd’hui peintre fidèle de nos sociétés, ce n’est pas l’histoire à l’envers ?

    ,Via un anathème sur Bemba Soudan devenu défenseur crédible des pauvres victimes centrafricaines et Bemba resté le « brutal, incontrôlable, sanguin, autoritaire, démagogue, vénal, le petit Mobutu que la violence n’effraie pas, l’enfant gâté de milliardaire et des nuits chaudes de Matonge devenu chef d’une milice de spadassins dont les Pygmées de l’Ituri et les ménagères de Boy-Rabe se souviennent encore avec une immense douleur »… N’est-ce pas trop beau pour que ça soit vrai ?

    Attention donc à un coin d’aveuglement sur fond de fanatisme, de clientélisme ou d’idéologie à nos yeux ; gardons-nous de ne faire alors que la propagande dogmatique là où nous croyons, nous devrons convaincre pour sensibiliser, conscientiser et mobiliser les nôtres…

  19. Ainsi selon Patrick Ekekya, Dieu descendra de son piédestal pour venir épauler Bemba dans ses oeuvres afin de faire du Congo un pays prospère : Quel rêve ! Mon Dieu qu’ est ce qu’ on peut ici de fois … Ngala kavuidi kuani ngangu ye mbakusulu za fuana ko . Konso kanda ye ntoto ani !

Les commentaires sont fermés