« Candidat commun » de l’Opposition: « Félix » et « Vital » se rétractent

Tout ça pour ça? Voilà une réunion qui a suscité pas mal d’espoir qui est en train de se muer en une « pièce de théâtre » bien de chez nous comme le dire les Congolais de l’intérieur autant ceux de l’étranger aiment qualifier toute situation « kafkaïenne ». Lundi 12 novembre. Les Congolais ont été surpris  d’apprendre que Felix Tshisekedi Tshilombo et Vital Kamerhe ont retiré leurs signatures apposées la veille sur le « communiqué final » de la rencontre de Genève dont le temps fort reste la désignation d’un « candidat commun » de l’Opposition en la personne de Martin Fayulu Madidi. Pressés par leurs « bases », « Fatshi » et « VK » ont semblé découvrir qu’ils étaient à la tête des partis de masses et qu’il serait suicidaire, pour eux, d’aller à l’encontre de la volonté des militants. On a de la peine à croire que des leaders politiques sain de corps et d’esprit aient pu signer un accord aux implications politiques majeures sans avoir consulté leurs membres et cadres ni obtenir de « mandat express » de la part de ceux-ci.

« Toboyi Fayulu eeeee! », « Baleyi mbongo ya Kabila eeee ». Ces quolibets étaient scandés, lundi, par deux groupes antagonistes qui se faisaient face sur l’avenue de l’Enseignement. Dans le premier groupe, on pouvait identifier des militants de l’UNC de Vital Kamerhe. Dans le second, des membres de la coalition « Dynamique de l’opposition » et de l’ECIDé que dirige Martin Fayulu Madidi. Il y a quelques semaines, les protagonistes de ces deux camps ne faisaient qu’un. « Ne nous décevez pas », criaient-ils ensemble en direction des leaders de l’opposition.

Lundi 12 novembre, les opposants à l’oligarchie kabiliste ont livré un spectacle lamentable. Un spectacle où l’inconstance cohabitaient allègrement avec la désinvolture. « Joseph Kabila » et les « stratèges » du Front commun pour le Congo (FCC) n’ont pas manqué de savourer du petit lait. L’unité et l’image de l’opposition, elles, ont pris un sacré coup.

Tout s’est passé comme dans une pièce de théâtre à plusieurs actes.

PREMIER ACTE: Dimanche 11 novembre, après trois jours de discussions, sept leaders de l’Opposition, réunis du 9 au 11 novembre, à Genève, ont désigné, à la surprise générale, Martin Fayulu Madidi en qualité de « candidat de l’opposition ». Aucun observateur sérieux n’osait parier un seul franc congolais que ce choix allait être bien accueilli par les « combattants » de l’UDPS décidés à voir ce rôle revenir « de droit » à leur leader. Après l’invalidation de Jean-Pierre Bemba et l’impossibilité politico-judiciaire pour Moïse Katumbi de se faire enrôler, les leaders de l’UDPS et de l’UNC sont considérés comme les « poids lourds » de l’opposition engagés à la présidentielle du 23 décembre.

DEUXIÈME ACTE: Au cours d’un point de presse, « Fatshi » insistera sur son soutien à Fayulu en précisant qu’il allait convaincre les militants de son parti à accepter cette mesure: « Ils doivent être d’accord. (…). Nous voulons le changement et le changement passe par le soutien à la candidature de Martin Fayulu. S’ils veulent la continuité de la Kabilie, ils feront d’autres choix. Moi, je vote pour le changement et le changement aujourd’hui s’appelle Martin Fayulu ».

TROISIÈME ACTE: La désignation de Fayulu a provoqué un mouvement de colère au sein de l’UDPS et de l’UNC. La décision prise par les « 7 » a été bruyamment rejetée. Dans la matinée de lundi 12 novembre, les « combattants » de l’UDPS ont pris d’assaut le siège de ce parti en arrachant, au passage, quelques posters de propagande de « Fatshi président ». Un ultimatum de 48 heures sera « signifié » à « Félix » pour retirer sa signature. Un comble!

QUATRIÈME ACTE: aussitôt dit, aussitôt fait! Dans une interview téléphonique pour le moins théâtrale, Tshisekedi Tshilombo annonce: « Je retire ma signature, au nom de l’UDPS, de cet accord que nous avons signé dimanche à Genève ». Et d’ajouter: « Un parti c’est d’abord sa base. La base de l’UDPS est le moteur de notre parti. Allez à l’encontre de la base, c’est signer ma mort politique ».

Vital Kamerhe, Président de l’UNC

CINQUIÈME ACTE: Et voici « VK » qui emboîte le pas à son collègue. Il donne, à son tour, une interview au même média. Et ce dans une posture tout aussi théâtrale. Téléphone portable à la main, il déclare: « J’annonce donc que je retire ma signature pour respecter la volonté de ma base. Sans cette base, je vais m’auto-flageller et vais moi-même m’auto-exclure du parti ».

SIXIÈME ACTE: Président du parti « Congo na biso », Freddy Matungulu Mbuyamu a été le premier à clamer sa « consternation » face à cette double rétractation: « Nous avons signé cette déclaration hier. Je suis revenu aujourd’hui. Je trouve ce développement très perturbateur et dangereux. L’accord a un fondement. Son objectif fondamental est de souder l’opposition. C’est la reconnaissance que personne d’entre nous ne pourra gagner ces élections tout seul, y compris l’UDPS ».

SEPTIÈME ET DERNIER ACTE: Interrogé lundi par TV5, Martin Fayulu se dit « totalement révulsé » par ces retraits de signatures alors que les signataires ont « agi en âme et conscience » en prenant la ferme engagement de ne pas violer cet accord.

Et maintenant! Il est désormais clair que « Fatshi » et « VK » vont participer à la campagne électorale, chacun de son côté. On peut gager que les quatre leaders en l’occurrence Jen-Pierre Bemba, Moïse Katumbi, Freddy Matungulu et Adolphe Muzito vont maintenir leur soutien à Martin Fayulu. Chacun pour soi, Dieu pour tous!

QUESTIONS: En qualifiant le communiqué final signé dimanche 11 novembre d’ « aventure de mauvais goût faite à Genève », le secrétaire général de l’UDPS, Jean-Marc Kabund, considère-t-il son président du parti comme un « aventurier » pour avoir, selon ses dires en lingala, failli « brader 40 années de lutte »? « Fatshi » et « VK » ne pouvaient-ils pas consulter leurs bases respectives avant de parcourir la distance séparant Kinshasa de Genève? Pouvaient-ils franchement ignorer que la décision prise n’allait pas rencontrer l’assentiment de leurs militants? Pourquoi ont-ils semblé jouer la comédie trois jours durant?

Un leader est par définition une personne qui établit une vision pour l’avenir. Il est, à ce titre, celui qui fixe le cap et montre le chemin. Un leader est tout le contraire d’un « mouton ». Lundi 12 novembre 2018, « Fatshi » et « VK » semblaient éprouver le plus grand mal à maintenir un minimum de discipline au sein de leurs « troupes ». On espère que la « base » ne s’est pas emparé du pouvoir dans ces deux formations politiques qui présentaient, lundi 12 novembre, un certain air de Cour du Roi Pétaud…

 

Baudouin Amba Wetshi

56 réflexions au sujet de « « Candidat commun » de l’Opposition: « Félix » et « Vital » se rétractent »

  1. Nous Nous sommes « BATTU » pendant 32ans…l’ANC de Mandela s’etait battue de 1912-1994 pour enfin accéder au pouvoir(82 ans)au nom de quelle « BASE »???,je demandes a me frères du Kivu et du Kasai de TUER politiquement Kamerhe et Felix Tshisekedi,ils on trahi 80Millions des congolais qui avaient mis TOUT leur espoire sur le candidat commun,SEUL devant l’histoire Felix et Vital seront jugés, aujourd’hui de donne raison a Honore Ngbanda qui dit toujours qu’il n’ya PAS d’opposant en Rdc

    1. Pourtant tout semble très simple, dites à votre Fondation Koffi A. de repartir en négociation sur ces données là et tout reviendra en ordre . Croyez moi , quand Madiba est sorti de sa prison, on est pas allé chercher Butelhezi pour devenir président .
      Rien n’est perdu en mon sens , on reorganise tout en tenant compte de ces réalités sur terrain .Très simple.

  2. Eh bien, à la suite d’un sondage factice, les Talibans « Muan’etu » et les « Congorais » Kamerhéons s’étaient déjà vus haut perchés sur la Mangeoire nationale avant d’en avoir fait descendre l’envoyé du satrape des mille collines et ses nervis qui s’y accrochent éperdument.
    Voilà une preuve de plus comme quoi l’intérêt national n’a jamais primé chez ces situationnistes parvenus.

    1. VOILA DE PROPOS D’UN TRIBALISTE DONT LA HAINE ANTI-BALUBA LE TOURNE EN PSYCHOPATHE.

      AU JUSTE, KUM, QUE FAIS-TU POUR « L’INTERET NATIONAL » A PART TON TERRORISME VERBAL SUR CIC?

      1. KUM que je ne connais pas est certainement un patriote qui se bat pour son pays.

        Quant à vous, voilà le propos d’un taliban rwandais masqué sur CIC.

        Ces propagandistes rwandais s’imaginent que nous sommes tous des crétins comme ceux qui travaillent pour eux au Congo. Nous vous avons démasqués sur CIC. Car en fait, votre réthorique est toujours la même et toujours aussi simpliste que bête. A l’image de ce que vous êtes.

        Tokoloba ti bokoyoka !

  3. C’est ça le personnel politique congolais. Aucune constance, tout pour soi même. Suis à Kinshasa Depuis une semaine, quel gâchis ! Et si on ne comprend pas ça, c’est ahurissant.

  4. Les 7 ACTES d’un Théâtre de Vaudeville (Tragi-comique) qui se joue à ciel ouvert, sous une prison géante contenant des fanatiques aveugles manipulés, envoûtés, ensorcelés comme figurants qui souffrent le martyr. Mis en scène avec maestria par les bonzes et stratèges occultes de l’occupation étrangère Tutsi Power en RDC (Rép à démocratiser)…

    Talleyrand a raison de dire « Tout ce qui est excessif est insignifiant »… Les Kongolais ont l’habitude de vivre de telles scènes ubuesques qui confirment qu’aucun politicard Kongolais sous cette occupation Tutsi Power; Fayulu, Matungulu, Muzito, Bemba, Bazaiba et Cie compris n’est sérieux sinon le pays Nation Kongo serait un paradis…

    Il eut fallu que ses opposants qui s’opposent honteusement au Peuple se réunissent à Malueka, Matete, Linguala, Mbuji-Mayi, Lubumbashi, Kikwiti, Matadi, Masisi ou Lisala tout près de leur potentiel électorat pour prouver leur sériosité…

    Le fils à Papa (Félix Antoine Tshilombo) corrompu, nul, inconstant, piètre communicant se croyait ou se prenait déjà pour Bush Jr, Charles Michel ou David Hallyday mais chasser le naturel il revient au galop, il étale son immaturité politico-intellectuelle. Pendant qu’il courait derrière les fesses des hirobdelles Tutsi Nilotiques au Nightclub Mambo à Bruxelles en lieu et place d’étudier, de se former, 50 ans passés il se parachute politicard pour s’enrichir impunément, roulant carrosse, s’achetant des villas sans avoir un boulot officiel…

    Quant à Caméléon Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi Nkingi faux Kongorais de carte d’électeur infiltré Burundais, il prouve à ses suivistes fanatisés vrais Kongolais qu’il est le même, il ne changera jamais. C’est le roi des coups bas contre le KONGO depuis 2006, l’empereur des gaffes de « Pasi na yo pasi na Mawa ya Peuple Kongolais », éminent membre, agent double des Tutsi Power au sein de leur opposition non républicaine qui les accompagne, qu’ils paient trop bien… Sic

    Entrés au Kongo en 1996 par les armes, les occupants Tutsi Nilotiques Rwando-Burundo-Ougandais nomades venus du Tigré pour se sédentariser de force au Kongo utilisant la classe politique corrompue toutes tendances confondues ne sortiront que par la force et les armes non par les élections pièges à con truquées d’avance…

    Un peuple se libère seul ! Comme nos aïeux l’ont fait le 04 Janvier 1959. Le colon Belge fût plus puissant que l’occupant Tutsi Power qui tue, humilie le Kongolais. La folie des faux opposants conduira le Peuple Kongo Souverain Primaire à se révolter, à se réapproprier son pays un de ses quatre…

    Vive le soulèvement populaire éboulement final à l’improviste pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par le Tutsi Power. La Luta continua la Victoria e certa. INGETA

  5. Et voila….On s’y attendait.

    Les tonneaux-vides et « parle-menteurs debout » de l’UDPS inclu surtout un certain Peter Kazadi ont reussi a faire pression sur leur chef Felix pour qu’il abandonne son soutien realiste et judicieux de Martin Fayulu, un digne fils du Pays au C.V. coriace et «mains propres », donc, pas un voyou, voleur ou sanguinaire comme Shadary Ramazani et son tireur de ficelles Kanambe-Mtwale alias « Kabila »,

    Ces « parle-menteurs debout » de l’UDPS croient-ils reellement que Felix gagnerait seul la magistrature supreme en RDC sans alliances? Si leur reponse est oui, alors qu’ils continuent a rever sous leur manguier a Limete.A vrai dire ces parasites revent d’un poste ministeriel dans une combine avec la bande-a-Kanambe Mtwale comme jadis leur ex-collegue et traitre Bruno Tshibala aujourd’hui se tremoussant sous bottes de Nehemie Mwilanya et Kanambe.

    A part le Dr. Denis Mukwege, Martin Fayulu (dont les qualifications pour la magistrature supreme ne sont plus a demontrer) est le seul a meriter notre confiance parmi tous les pretendants retenus ou exclus par la CENI.

    Bref, Kanambe-Mtwale et sa bande se frottent les mains en voyant les reveurs de l’UDPS saboter le seul candidat credible de l’opposition capable de renvoyer Shadari Ramazani et son tireur de ficelles au chomage.

    Nous parions que le traitre neo-Kanambiste Tshibala aurait reussi a distribuer des billets verts a Limete.

  6. Cher Monsieur Baudouin,
    en suivant la manière dont ce choix de Fayulu était organisé, il faut reconnaître qu’il y a un problème sérieux de la part des organisateurs de cette rencontre et de la sincérité des autres partenaires politiques (Bemba, Mozito et Matungulu).
    Couper les gens de leur bases en leur demandant de ne pas avoir leurs téléphones, c’est quand même curieux…

    1. Normal de demander de ne plus communiquer avec la base puisque dans un fonctionnement normal les leaders ont en principe reçu mandat de leurs bases respectives. À partir de là, le mandataire (leader) parle désormais au nom du mandant (la base) et le représente valablement.

    2. De quelle BASE parles-tu Timitee? Ils avaient TOUS leur proches collaborateurs avec eux a Genève,ils avaient eu a les consulter de temps a autre,la fondation koffi Anan leurs avait tout simplement demander de disposer de leur portables pour eviter qu’il y ait fuite d’information,car nous savons tous de quoi vita kamerhe est capable(enregistrer le débat)…Mawa

  7. Kie kie kie kie….kie kie kie…

    Vous avez là le début du commencement de l’Acte II du plan rwandais.

    Les rwandais sont assis sous la paillote, en train de contempler l’oeuvre accomplie, a moindre frais : le génocide congolais. Génocide des corps et des âmes.

    Je vous l’avais dit qu’on allait bien rire…mais ce n’est pas tout. Le mieux reste à venir. Kie kie kie…

    Installez-vous confortablement devant l’écran, apportez des popcorns et la bière. Le film est gratuit.

    Ce n’est pas médiocre. C’est autre chose car prévisible. J’attends de voir comment la république Luba va juger son petit prince.

    Quant à l’autre là, le même qui avait trahi le vieux, le père de l’autre, il est dans son rôle. Parfait, comme toujours.

    Quel artiste ce Vital…

    1. Pour ce mec « Jo Bongos », tout se resume en complot Rwandais en RDC. Quelle idiotie, et surtout quelle lachete…!

      Si ce mec croit vraiment que son Pays est une colonie d’un petit voisin comme le Rwanda, alors qu’il aille lutter sur le terrain pour arracher « l’Independance-bis » du Congo. Sinon, qu’il boucle sa gueule de « Ngbandiste faineant-en-ligne »

      1. C’est plutôt vous qui devriez  » boucler  » votre sale  »gueule » de minable génocidaire rwandais. Pour votre information, Ngbanda, qui vous cause des insomnies, vous emmerde, vous et les gens comme vous. Lui et moi, sommes sur le terrain. Nous nous battons sur le terrain. Un jour, vous allez rentrer chez vous boire du lait de brebis et du thé vert.
        Bien sûr que le Congo est devenu une colonie rwandaise. Il n’y a que les rwandais ou des lâches comme vous qui feignent de ne pas le savoir, hijos de puta !

      2. @Jo Bongos,
        Moi à votre place, je ne répondrais même pas à un tel âne bâté, ignorant tout ce qui se passe sous sa barbe.
        Un ignare calfeutré, qui a même du mal à s’exprimer dans un français correct comme vous Jo Bongos.

      3. Clement Mutoto-wa-Kipushi
        Un conseil gratuit : Une consultation d’ urgence chez un chirurgien neurologue pour une greffe de cerveau vous fera beaucoup de bien …

    2. Cet accord- là ne voudrait-il pas éterniser Kabila au pouvoir ? Ne devrait-il pas nous passer à une transition conduite par l’inamovible Kabila dans un partage de pouvoir avec les anciens bonzes pilleurs kabilistes, dont l’insatiable roublard méchant auxiliaire de Kabila à sun city, j’ai cité Bemba, l’homme qui permit à Rubebrwa de devenir vice-président dans un partage immonde du pouvoir à cette époque-là, d’un côté et de l’autre, l’homme au nez pointu qui a pillé dans une mine à ciel ouvert nos richesses durant une décennie et il amasse des milliers de millions de dollars logés dans les paradis fiscaux, les distribuant à certains « hommes de presse » pour accomplir ses missions pour enfin s’effrayer une place au sommet de l’Etat, peut-être jusqu’au strapontin présidentiel, je parle de Moïse d’Agnagno , alias Katumbi l’italo-gréco-congolo-zambien frère de l’autre qu’on avait surpris sortir de la chambre du feu Etienne le jour de son décès. La politique congolaise est un véritable source d’inspiration pour écrire de romans policiers de genre  » SAS ». Le titre de prochain roman sera  » Frayeurs et complots dans un hôtel de gèneve ». Jusque-là, je ne saisis pas bien le rôle que Fayulu devrait jouer dans cette pièce : un simple comparse, acteur principal, figurant ou dribbler tout ce monde au finish dans ce vaste complot concocté par les Ngwashi de Kwilu, dont l’un qui se targue être ancien haut fonctionnaire dans les finances et ancien satrape de kabila dégageant l’odeur piquant dans la cuisine et l’autre chef des satrapes kabiliste devenu par un coup de baguette magique riche propriétaire immobilier et d’une compagnie d’aviation offerte à sa muse digne d’un enrichissement du conte d’  » Ali Baba et les quarante voleurs ». Les « mpangi ». Ne sais-je pas comment allaient-ils s’y prendre face au triumvirat métis étranger qui les poussent dans ce complot contre le peuple congolais au travers de l’UDPS qui, réellement , incarne la lutte pour la vraie appropriation de notre histoire et souveraineté. N’oublions le vieux métis belgo-tutsi devenu congolais et respecté avec obséquiosité par les équatoriens, l’inusable Kengo le pendant de l’autre pende gizenga était en Belgique dans une planification de conjuration contre l’autre Félix pour récupérer son « aura » pris de son feu père afin de perpétuer le pouvoir « métis » sur notre sol. Les « Kwilois » , n’allaient-ils jouer le rôle des comparses dans cette pièce de théâtre? Ou allaient se jouer de leurs maîtres à la dernière carte. Ce qui est sûr, dans leur calcul, ils avaient négligé une donne, le peuple, là c’est certain.  » Botika politique ekomi elengi ». La politique est devenue intéressante: notre peuple commence à s’approprier petit à petit de son destin à travers l’UDPS qui , du reste, devient inexorablement le patrimoine national. N’en déplaise aux oiseaux de mauvais augures de genre Jo Bongos à qui je réserverais un bon temps de réflexion pour lui donner une répartie immémorable. Je vous donne beaucoup de vouvoiements souhaités, car nous ne sommes pas logés sous la même enseigne. Le peuple commence à s’approprier de son histoire, nous devons l’encourager…. Mfoko.

  8. J’avais toujours pense et je l’avais ecrit il y a deux ans, qu’il n’y avait que des petits hommes dans l’udps, Ils viennent de le demontrer. Ce pauvre parti ne gagnera JAMAIS ni ne participera a un pouvoir serieux quelconque en rdc. Si la base de l’udps ce sont ces clochards et troubadours que l’on nomme abusivement combattants ou bien ces tribalistes du genre Kabuya ou kazadi ainsi que cet illetre Kabund, alors enterrons ce parti. Il faut ne pas avoir la tete sur les epaules pour refuser de voir qu’aucun parti politique ne peut gagner le pouvoir a lui seul, il faut etre tout simplement idiot pour le croire. Kamerhe demontre une fois de plus qu’il demeure quelqu’un en qui on ne peut pas faire confiance car c’est un nain en politique, une girouette. J’encourage Bemba, Muzito, Matungulu, Fayulu et katumbi de ne pas baisser les bras et de chercher d’autre allies.Je pense a Nyamwisi et au president de l’udps peuple pour arracher des voix dans le grand kivu qui regorge d’un bon electorat. Aller trouver Lubaya pour le votants du grand kassai, Le katanga appartient a Katumbi deja, l’equateur et une partie de kinshasa votera Bemba, une autre partie de Kin, le bandundu etc vonterons Fayulu et Muzito. L’ecide de Fayulu s’est implante partout en rdc ou se trouve des intelos, c’est possible de contourner l’udps et l’unc. N’oubliez pas le fichier electoral corrompu et la machine a tricher. Sachez le bien qu’apres les elections, l’udps et l’unc ne seront que des coquilles vides. Bon vent.

    1. Si l’udps et l’unc ne seront que des coquilles vides, pourquoi avoir fait appel à eux pour ce conclave. Que Fayulu gagne parce qu’il est resté en alliance avec Katumbi, Bemba et Muzito? L’udps a été pendant longtemps le marche pieds de tout ce beau monde. Aujourd’hui révoltée, l’insulte facile émerge…

      Au Congo, le tribaliste c’est toujours l’autre parce qu’en divergence de vue.
      C’est le moment de l’action! L’udps ne laissera plus le terrain libre. En avant toutes!

      Il n’ya pas d’un côté les faiseurs de roi et de l’autre les jouisseurs! Et en plus, ils disent tous sans vergogne avoir été formés à l’udps…comprenne, qui voudra…

      1. @mama Tumba,
        Je suis désolé, mais l’UDPS que nous avions connue dans notre jeunesse n’a rien à voir avec cette UDPS aile familiale qui a tout sauf l’idéologie de ses pères fondateurs, dont Etienne Tshisekedi lui-même.
        I am so sorry!

  9. Ne sous estimez pas problème d’argent. Fatshi avait déjà entrepris une collecte de fonds auprès des membres de la diaspora de son parti en vue de sa propagande. Ce fait est connu de tous. Il avait de compte à rendre. Qu’en est-il faut et qu’en serait-il fait en cas de non candidature. Ce choix cornélien a surement pesé , à n’en douter point.

    1. Dans ce cas, il aurait dû s’abstenir de signer et expliquer qu’il des comptes à rendre à sa base. Mais signer et changer d’avis le lendemain en se souvenant qu’on a des comptes à rendre ne fait pas sérieux.

  10. BAW, tu as toujours fait des analyses objectives et impersonnelles. Cette fois-ci, tu as évité les faits pour t’appesantir sur tes opinions…que nous savons contre kanambisme. Tu en as le droit. Cependant,
    Peux-tu nous relater le film des événements afin que les péripéties de ce fameux conclave nous soient bien comprises?
    Merci

  11. Voilà pour quoi notre pays ne sera jamais dirigé par un fils ou une fille du congo, ou est passé l’unité laissée par le maréchal ? Les politiciens Congolais ne sont la que pour leurs ventres la souffrance du peuple est le dernier de leurs soucis.

  12. FATSHI et Vital Kamerhe ont apposé leurs signatures sur le document de désignation du candidat unique de l’opposition,Martin Fayulu,devant les caméras.Ils ont fait des déclarations devant les micros. 24 heures après,ils ont renié leurs signatures et se sont rétractés.Sans honte. Parce que les congolais pensent que la terre entière fonctionne selon leur culture archaïque.Ils ne savent pas que ailleurs au monde,renier sa signature et le manque du respect à la parole donnée,ça dévalorise. Si FATSHI et VK et leurs bases n’ont pas eu honte,en tout cas tout congolais,au pays ou à la diaspora,plus ou moins instruit et éduqué, était mouillé.Les étrangers peuvent maintenant comprendre comment le Congo,un pays béni des Dieux, est un trou noir au coeur de l’Afrique.C’est à cause de la médiocrité avérée de son élite. En fait,les deux frères siamois étaient venus à Géneve pas pour l’intérêt du Congo,mais pour le leur propre. Chacun d’eux était venu chercher l’onction pour devenir candidat unique de l’opposition.Comme ils ne l’ont pas eue,ils se ont retirés
    De quelle base parlent-ils? FATSHI a une base héritée de son père. Valentin Mubake en a pris un petit bout.VK a été 3è à la présidentielle de 2011,avec seulement 8%. Après leur geste irresponsable et puéril, c’est pas tout le Congo qui a connu un séisme. Même pas toutes les villes de Kinshasa,Kananga et Bukavu qui ont bougé;seulement quelques écervelés.Ils doivent faire attention à leur prétendue popularité et à leur supposée implantation à travers tout le pays.
    LAMUKA a encore toutes ses chances.Il faut que la jeune coalition se mette au travail.Il faut tendre la main aux leaders de l’opposition qui n’ont pas fait le déplacement de Géneve. Bemba avec Fayulu qui est kinois de souche,peuvent mettre en difficulté le FCC et le tandem FATSHI-VK à Kinshasa. De Maindombe jusqu’aux aux Uélés en passant par le Grand Equateur et la Tshopo,Bemba peut faire gagner Fayulu. Sindika Dokolo et Vuemba peuvent faire la même chose au Kongo Central. Matungulu,Olivier Kamitatu et Muzito se lanceront dans le grand Bandundu. Lutundula dans le Sankuru.
    Rien n’est perdu pour LAMUKA.

    1. @Kolomabele,

      Bien vu ! Mais il n’y aura pas d’élection le 23 décembre 2018. Ce qui est programmé, depuis Venise, Ibiza, c’est un arrangement politique pour donner du boulot à la marionnette de Kabund & Co soutenu par leur nouveau petit copain Vital, le même qui avait bousillé le plan de Tshisekedi en 2011. Ce, pour pérenniser l’imposture rwandaise au Congo. Bemba, Fayulu, Matungulu et même Katumbi et Muzito le savent. Ils ont essayé de torpiller ce plan à Genève… sans succès.
      Toloba, toloba te, parce que des talibans rwandais en service commandé sur les réseaux sociaux balingi to tanga kombo ya rwanda te.
      Je comprends parfaitement pourquoi Sindika Dokolo ne veut pas s’impliquer dans cette imbroglio. Comment en effet travailler avec de tels minables, médiocres nés avant la honte ?
      Toko tika te !

  13. Chers compatriotes congolais,
    Soyons tous congolais très sérieux et faisons revenir les congolais à la raison pour sauver notre peuple et notre nation. Bien sûr que l’udps et unc soient choquées, après réflexion, ils comprendront l’intérêt supérieur de la nation congolaise et vont soutenir Fayulu. Kamerhere est dans ses théâtres comme on le connait. Felix est un congolais comme tout le monde. Si possible de le laisser se reposer un peu et on aura le temps de lui expliquer les réalités de la situation. Il a moins de 40 ans d’ âge. Monsieur Kamerhere peut partir au ciel vivant, il restera toujours traître même devant Dieu comme tout tutsi.
    Je demande à tous, pas de colère et pas d’injures s’il vous plait. La RDC et les congolais souffrent beaucoup et beaucoup et sauvons-les.

  14. COMMENT PEUT SE PERMETTRE DE TRAITER LES SYMPATHISANTS DE L UDPS DE CLOCHARS SOYEZ BIEN ELEVE ET MODESTE CAR DANS TOUS LES PARTIS POLITIQUES EN RDC C EST CHEZ EUX QU ON COMPTE LE PLUS GRAND NOMBRE DES TUES SOUS DES BALLES TUTSHIS SANGUINAIRES ET LEURS VALETS CONGOLAIS .

  15. C’est regrettable de voir des soi disants intellectuels agir comme des illetres.Quelle honte! Je suis vraiment decu mais Fayulu peut mieux faire avec l’ appui des congolais avertis.Felix et Vital seront confondus et payeront de leurs actes.C’ est l’ image du congolais qui est ternie.
    Pitie
    Justin

  16. L’union de l’opposition scellée à Genève morte-née, l’Opposition plus que jamais en mille morceaux : Tshilombo et Kamerhe, ses deux poids lourds encore en compétition ont retiré sans trop de scrupules le lendemain en « âme et conscience » leurs signatures apposées la veille dans les mêmes termes. Des « âme et conscience » bien labiles si telle attitude suppose quelque part un investissement personnel assorti d’un engagement à ne pas violer l’accord signé.
    Bien au contraire en un clin d’œil ils ont renié leurs signatures, motif prétendu, leurs « bases » refusent avec force le candidat choisi – càd un candidat autre que leur chef auquel, selon eux, devrait revenir de droit cette fonction -.
    La base ? Aussitôt la signature, Tshilombo n’avait-il pas pourtant insisté la main sur le cœur qu’il allait s’appliquer à convaincre ses militants à soutenir le candidat choisi car le changement qu’ils souhaitaient tous passait par son soutien; à moins qu’ils veuillent la continuité de la ‘kabilie'(sic) ?

    En vrac quelques remarques rapides sur ce regrettable forfait :

    1° Plus le moindre doute, toute notre classe politique est « médiocrissime », opposition majorité comprises : le panel des ‘fossoyeurs’ du pays s’allonge et s’éclaircit : bien peu parmi nos compatriotes vont continuer à faire spontanément confiance à Tshilombo et Kamerhe après leur avoir retirés l’espoir d’une alternance qui s’annonçait enfin possible. Possible avec une confrontation entre non plusieurs candidats de l’opposition et le candidat unique du pouvoir, le dauphin, mais entre celui-ci et le candidat unique de l’opposition. Tous pourris, c’est bien cela !
    2° Qui sont-ce donc ces intégristes sectaires qui ne peuvent réaliser que Genève exploitait l’union qui fait la force bénéfique à l’intérêt national alors que tous ces militants réclament d’abord leur part en tant qu’Udps ou Unc ? Le défi historique était la recherche d’outils de gain entre un régime arbitraire qui veut se succéder à lui même via ses multiples artifices et une opposition dont on attendait un exploit. Celui-ci commençait par cette union étant entendu que le contexte accorde bien peu de chances à un parti de l’opposition de gagner tout seul à ces élections face au candidat unique du pouvoir avec les grands moyens de l’État et mille et une autres perversités. Voilà où, selon moi, Tshilombo et son Ugps, Kamerhe et son Unc ont péché, ont trahi…

    3° Tous ces politiciens revendiquent « l’État de droit », la « démocratie » mais que font ici Tshilombo et Kamerhe d’un choix accompli dans les règles – un vote faute de consensus -, un exercice démocratique peu courant dans leurs propres partis et comment après ça seront-ils encore légitimes à réclamer la démocratie bafouée par le pouvoir ?
    Ailleurs, justifier leur reniement par fidélité à la « base » a ceci de cocasse que cela validerait gratis la base du pouvoir qui demande à son staff, et de se reposer sur un FCC qui achète les consciences sur les deniers de l’État, et de rester à vie en modifiant la Constitution…
    Non, un leader responsable doit bien sûr consulter ses troupes mais il a d’abord le devoir d’y mettre de l’ordre et de la discipline en tenant le cap et en montrant le chemin sur base d’une vision élaborée. Si ce sont des lieutenants intégristes et populistes qui commandent comme on voit aujourd’hui à l’Udps, c’est la voie assurée à la confusion sinon à l’anarchie sans garantie de réussite ; et voici une Udps en éternel opposant 37 ans durant…
    4° Aujourd’hui Udps et Unc vont aller seules aux élections avec Tshilombo et Kamerhe comme candidats, que vont faire alors les 5 ténors restants, Matungulu , Katumbi, Bemba, Muzitu et Fayulu lui-même, vont-ils poursuivre l’option d’une candidature unique derrière Fayulu ?
    Et les leaders subalternes vont-ils continuer sur leurs candidatures seules ou certains vont-ils coaliser entre eux ou rallier l’Udps ou l’Unc ou alors vont-ils aller du côté de Fayulu et ses soutiens ?
    Et la population, on la sent majoritairement déçue, ayant perdu le dernier espoir d’une alternance avec la mort du candidat unique de l’opposition, comment va-t-elle réagir en dehors des affidés de l’Udps et de l’Unc ? En boudant les élections, en tentant par son soutien et son vote de réconforter le candidat commun ou alors en se vengeant des politiciens pourris avec un vote des candidats du régime ?
    Il y’a aussi les nuances du dossier entre présidentielle, législatives nationales et provinciales, commet les aborder, comment les résoudre ? C’est complexe…

    5° Au final, personnellement c’est une consternation profonde qui m’abat, je vois des Congolais qui ont raté l’occasion de relever un défi historique d’où ils étaient près : une coalition politique inespérée entre opposants avec comme mobile un possible et indispensable changement de gouvernance, une alternance politique arrachée après une longue lutte… Raté, pourquoi ? Nous en saurons sans doute davantage par la suite mais d’ores et déjà nous pouvons encore une fois regretter que des leaders n’aient su se dépasser jusqu’à se résoudre à un réel combat convaincre à rebours leurs militants, Laborieusement, intelligemment, l’enjeu, l’intérêt national plutôt que les dividendes personnels et corporatistes, en valait la peine. La confrontation entre les sept ténors de l’opposition ne manquait pas d’intrigue ni de calcul mais le vote a été démocratique. L’élu porte des faiblesses notamment un poids politique léger mais aussi des forces, avec un peu plus de sagesse et de générosité de tous, il permettait une répartition plus équilibrée des forces alors qu’aujourd’hui c’est l’anarchie, le règne de la force brute qui recalent sans discussion l’opposition. L’Udps et l’Unc ne se satisfont-elles que d’un positionnement sans chercher la gagne ?
    La déception est là, elle a bien un fondement dont Tshisekedi et Kamerhe ne peuvent être exempts; Et maintenant quoi avant, pendant et après les élections ?

    1. PS
      6° ‘JK’ et ses quarante voleurs n’en attendaient pas autant, peut-être même leurs infiltrés ont agi de l’intérieur à Genève, avant, pendant et après bousculant davantage une union difficile à construire entre protagonistes aux égos et ambitions confirmés et donc les uns pas loin de donner des coups d’épaules aux autres. Mwilanya n’hésite même à convier les citoyens déçus par le cirque des opposants à rejoindre le FCC ; le comble est que cela devient moins fantasmagorique. Ainsi donc à la question habituelle, « à qui profite le crime » , on voit le museau du régime, mais point d’angélisme malvenu, cette désignation profite aussi à tous les votants càd les sept ténors qui ont eu à un moment ou un autre à porter leur choix sur leur nom ou celui d’un rival ; il fallait sans doute user là d’intelligence sinon de malice, les invalidés (Katumbi, Bemba, Muzitu) ont-ils mieux profité que les validés (Fayulu, Matungulu, Kamerhe, Tshilombo) ? Des détails ; la Fondation Kofi Annan qui a assuré la facilitation s’est vite résolue à divulguer le contenu de l’accord, chacun y a pris des engagements fermes et était par ailleurs à l’abri des manipulations directes comme on l’entend ici et là…

      Au-delà des magouilles probables du régime, on aimerait connaître d’autres dessous et mobiles cachés d’un Tshilombo et Kamerhe pour se résigner à ce hara-kiri. L’illusion d’une classe politique mâture n’a duré que 24 heures, le Congo revenant vite à sa pathétique comédie du pouvoir, « le théâtre de chez nous » mais n’yaurait-il pas des maîtres des jeux cachés à bouger les pions ? Encore une fois donc pourquoi Tshilombo et Kamerhe ont-ils été amenés à retirer leurs signatures et ainsi ouvrir un boulevard au dauphin d’en face; ne participent-ils d’un plan où des collusions cachées les assurent des bénéfices à venir ?
      Bref on voit mal la fièvre autour de leurs reniement passée, les gens ne pas se poser des questions sur les dessous de ces péripéties, « l’acte de Genève n’a pas été compris par ma base, j’assume ainsi de retirer ma signature de cet accord » , dit Tshilombo, mais n’est-il pas allé à Genève se prévalant déjà de cette base dont il devrait alors au besoin anticiper la déception ?
      Et maintenant que devient l’opposition, un champ des beffrois, les uns plus hétéroclites et plus instables que les autres ? Pour quels résultats aux élections ; attendons voir…

  17. Ainsi va le Congo de Lumumba. Après les émotions, les passions et la désinvolture, place à la raison. » Le succès c’est parfois aller d’échec en échec sans toutefois se résigner ». Disait W. Churchill. Tout ce que le peuple congolais souhaite depuis plus de 18 ans c’est l’alternance au sommet de l’Etat qui ne peut être assurée par Shadary, mais par une autre personne issue soit de la société civile, soit de l’opposition politique ou même d’un coup de force. Il avouer que la tentative de Genève allait dans ce sens mais, les règles de jeu de Genève étaient mal conçues: d’abord on met tous les candidats au même pied d’égalité sans tenir compte du poids politique de chaque leader politique. A mon sens, une concertation préalable entre la facilitation et les deux poids lourds à savoir Fatshi et VK s’imposait. Car à ce stade, s’il y avait un compromis entre les deux grandes formations politique en lice, les deux autres; Matungulu, Fayulu comme les invalidés devraient s’incliner. Aussi,la médiatisation politique de Mozitu, Fayulu et Matungulu m’inquiète. Tenez, dans tous les pays, les élections ont toujours une connotation sociologique et anthropologique du pays. C’est pourquoi on parle de « l’électorat du Nord, du Centre, de l’Est, de l’Ouest et du Sud. Ces trois là, sont tous originaire du Grand Bandundu et la réalité est que, hormis le Mai-Ndombe, dans le grand Bandundu Gizenga encore vivant reste indétrônable. Aussi, je confirme qu’actuellement, en dehors d’un compromis politique personne ne peut gagner les élections en RDC sans l’adhésion des leaders de l’Est. Qu’on m’explique, avec le peu de temps qui reste, par où Martin FAYULU allait commencer pour gagner la confiance de la majorité des congolais du nord au sud et de l’est à l’ouest? Ne minimisons pas les forces en présences, le FCC n’a pas un grand nom, mais il a les moyens; tout l’appareil de l’Etat, les médias, l’argent….. Quand il s’agit d’une guerre pour sauver la nation, on envoie pas un caporal pour galvaniser les troupes mais un général pour rassurer les troupes. Était-ce réaliste de dire à Félix et à VK d’être derrière le plus petit commun diviseur?
    Il ne faut pas se leurrer, le choix de Martin FAYULU n’était pas un bon. Déjà, lui même, il y a peu, disait à qui voulait l’entendre qu’il ne croyait pas à l’unité de l’opposition avec des gens qui, selon lui « étaient moins sérieux ». Aujourd’hui c’est vouloir quelque chose et son contraire. FAYULU n’aurait jamais eu l’adhésion de tous les kassiens et encore moins, celui des congolais de l’Est. Maintenant, il faut se régner et être plus réaliste: un tandem UDPS-UNC soutenu par « Ensemble » reste possible pour sauver la nation de ses prédateurs. Le reste c’est le fanatisme, animosité inutile, diabolisation systématique et injures de bas étage. Soyons réalistes et sauvons le Congo.

    1. @mwana-lac.
      L’alliance UDPS-UNC est contre nature. Les deux leaders se détestent cordialement depuis les négociations de l’UA. C’est seulement la haine de Fayulu qui les unit. Avant Génève,lors d’un meeting,FATSHI disait que avec le G7( Bemba, Katumbi,Muzito, Matungulu,Fayulu Kamerhe,FATSHI) c’était l’unité.Il demandait aux militants des différents partis de l’opposition d’arrêter d’influencer leurs leaders pour qu’il s’allient pas à tel autre.Les images existent. On ment par les paroles,pas par des gestes. Géneve en est la preuve.
      Quand nos opposants parlent de l’unité,chacun veut qu’elle se fasse autour de lui.Le mariage UDPS-UNC est impossible à cause des l’orgueil des chefs.Ils ont été 2è et 3è à la dernière présidentielle. Ensuite grisés par les fameux sondages de N.Y.(qu’ils considèrent comme résultats des urnes de la prochaine présidentielle),chacun se voit déjà assis sur le tabouret présidentiel au Palais de la Nation.
      A l’UDPS comme à l’UNC,chaque base voudrait que son leader soit candidat unique de l’opposition. Il faut écouter JM Kabund et Billy Kambale,les lieutenants de FATSHI VK.
      Les deux vont faire leur alliance pour un candidat unique de l’opposition. Qui sera derrière de l’autre? On le saura.

      Le choix de Fayulu était une bonne chose. C’était pour départager les deux braillards.Nous sommes devant une démocrature. Il fallait mutualiser les moyens financiers et humains pour l’affronter. On aurait eu beaucoup de chances pour arriver au but.Cinq ans,c’est pas une éternité.
      Un peu d’humilité ne fait de mal à personne.L’orgueil,l’arrogance,se croire qu’on est le plus beau,le plus intelligent,le plus populaire, le plus capable,le meilleur…le plus,le plus…avec les mains blanches comme la neige à Géneve ou la noix de coco. Cela heurte la conscience de tout homme normal.C’est un mépris de ses semblables.Dieu lui-même n’aime pas les orgueilleux. Je ne pense pas que Katumbi va quitter le désormais G5 pour rejoindre le duo FATSHI-VK.

    2. @Mwana-Lac
      Un bémol ! Vous trouvez « les règles de jeu de Genève mal conçues dans la mesure entre autres où tous les candidats ont été mis au même pied d’égalité sans tenir compte du poids politique respectif de chacun ». Sans doute sauf que vous oubliez que c’est la règle dans ce genre de négociations car le réel poids se jauge après une élection qui n’a pas présidé à ce cadre et d’autant que chacun de 7 leaders présents était bien informé de ces règles du jeu, a signé des engagements qui encadraient l’entreprise commune comme le montre la divulgation de l’accord par la Fondation Kofi Annan facilitatrice.
      Ailleurs vous évoquez un compromis entre Tshilombo et Kamerhe alors que vraisemblablement c’est parce que ce compromis n’était pas possible qu’il n’y a pas eu « consensus » et que la facilitation a eu besoin d’un « vote ».
      Vous évoquez aussi la nécessité d’un compromis entre leaders des différentes régions et ne voyez pas que c’est justement le besoin de compromis qui a a fait choisir Fayulu, plus petit dénominateur commun il permettait ainsi que l’Est neutralise l’Ouest, le Nord le Sud et vice-versa. Le choix d’un des leaders à la base la plus populaire aurait provoqué la révolte de l’autre, méfiez-vous donc du semblant de concordance entre Tshilombo et Kamerhe que vous voyez aujourd’hui.
      En vérité, le choix de Fayulu était le bon compromis mais pour réussir il exigeait de tous les leaders, Kamerhe Tshilombo compris, qui eux l’ont bien compris,,de se dépasser et d’arriver à en convaincre leurs lieutenants et leurs militants; Ils n’en ont pas été capables se préoccupant de leurs profits individuels et corporatistes immédiats en tant que leaders et partis plutôt que l’intérêt national. Ils ont ainsi ouvert ainsi un boulevard au dauphin. Dommage ! Pourquoi ?

      1. Chers Nono et Mwana Lac,
        Ces tractations ne pouvaient qu’induire des choix verticaux , imposés par des lobbyings experts en liaisons « Entrepreneurs Politiciens-Business-Milieux d’Affaires » . Quid de l’intégration horizontale(transversale) des aspirations profondes des citoyens? Dès le départ, la boue entourant la classe politique congolaise devrait être nettoyée afin d’encourager  » ex ante », des personnalités de la société civile à postuler au début du processus électoral. Je pense au Docteur Mukwege ou Pasteur Efoko. C’est à ce niveau que l’approche de la fondation « Koffi Hannan » se révèle erratique voire intéressée.En effet, c’est révolu le temps où l’on peut intimer l’ordre de voter comme les gens intelligents pensent qu’il faut voter. Le niveau cognitif du congolais moyen est tel qu’il vote par reflexe népotique et clientélaire.Pourtant, en dépit du fait qu’il soit dans le business, Martin Fayulu me semble honnête, sincère et sérieux. S’il n’ y a pas intervention divine, le vote par le ventre d’un peuple affamé ouvrira un grand boulevard vers l’inconnue.

  18. La réaction de Sindika Dokolo :
    https://www.dw.com/fr/sindika-dokolo-d%C3%A9nonce-le-revirement-de-vital-kamerhe-et-f%C3%A9lix-tshisekedi/a-46274444?fbclid=IwAR1U96goz7cCAu6hzIqd5FnSKa8DkBWzC1fIgWir0CVT_Ty9YQ6Vpw_y9r0

  19. ELEKO EKUFI WANA EZA TE ! ( on n’a rien perdu)

    En lisant les commentaires, je suis surpris par la croyance de mes compatriotes sur le fait que les occupants vont organiser les élections pour quitter gentiment (voire poliment) la RDC.

    Certains (Jo Bongos, …) semblent garder la lucidité.

    Il n’y aura pas d’élections en RDC. Je suis prêt à prendre les paris.
    S’ils les organisent un jour, ce qu’ils auront eu la garantie de rester au pouvoir. Réveillez vous les amis.

    Puis-je me permettre de vous rappeler :
    Qu’il y a plus de 24 mille militaires étrangers dans les FARDC et la police nationale.

    Qu’il y’a plusieurs dizaines de fosses communes dans le pays (surtout au kasaï et au Kivu)

    Qu’il y a plus de 4,5 millions de congolais déplacés internes qui vivent dans conditions épouvantables (les refoulés d’Angola compris)

    Qu’il n’y a aucun opérateur économique congolais en RDC, que des nombreux contrats sur des minerais congolais sont signés à Kigali…

    Les massacres, les viols et les pillages sont pendantes. Où sont les 115 mille machines à voler, combien de temps faut-il pour les déployer dans 95 mille bureaux de votes, où sont les sources d’énergie pour pallier la faiblesse des
    batteries…

    Tous les indicateurs démontrent qu’ils n’y aura pas le maponami ya mfuati. Pourquoi nous faisons semblant. FATSHI et VITAL ont un poids politique paraît-il. Ce sont, selon les dires des commentaires ici, des poids lourds!!! Sur base de quoi? Du meeting de saint Thérèse organisé par KALEV? Ou sur base des compromissions d’Ibiza et Venise?

    Des poids lourds qui n’osent pas lever le petit doigt pour parler des massacres au Kasaï et au Kivu. Ce sont des nains politiques, des pourritichiens de la crasse politique congolaise. L’un est corrompu jusqu’à la moelle épinière et l’autre a toujours été complice (il est toujours membre du PPRD) et nous a déjà expliqué pourquoi il a choisi Kanambe son cousin rwandais.

    Ils sont venus et règnent par les armes, ils périront et partiront par les armes.
    Histoire oyo ekosila na bitumba na maponami te.

    Élections ya mfuati ont déjà eu lieu en 2006, 2011… tala sima zonga mutu
    Qui vous a dit qu’il y aura les élections en RDC, d’où tenez vous cette fausse information? De Nangaa ou de Ruberwa ?

    1. @Muana ya mokolo lopango,
      D’accord, vous avez raison sur toute la ligne. Mais si nous nous époumonons à défendre cet accord de Genève, c’est pas forcément pour une quelconque élection crédible, mais c’est justement dans le but de réveiller la conscience de notre peuple (je vous prie de suivre attentivement ce qui se passé déjà parmi les populations nande de Beni).

      1. Ndeko Kum,

        Pour réveiller la conscience de notre peuple, il faut lui dire jour et nuit et de façon on ne peut plus claire qu’il n’est plus maître chez lui, qu’il vit comme un esclavage sur la terre de ses ancêtres, que des millions des siens sont massacrés, violés et déplacés en toute impunité avec la complicité des politiciens…

        Pour réveiller la conscience de notre peuple, il faut lui dire matin, midi et soir que l’homme qui est à la tête du pays n’est pas congolais, il prend ses ordres de Kigali et organise le pillage et l’appauvrissement du pays… il faut lui montrer des images choquantes des viols et massacres en cours… bref il faut lui donner la bonne information.

        Lui faire croire que l’accord mfuati de Genève allait lui apporter une solution au drame actuel, c’est lui mentir. C’est le mensonge de la crasse politique et l’ignorance du peuple congolais qui conduisent à l’absence de soulèvement.

        « Ils nous domine plus par l’ignorance que par la force » Simon Bolivar

      2. @Muana ya mokolo lopango, cher compatriote,
        Quand un individu sans scrupules vous a retiré votre couverture et que vous savez qu’il dénote d’un peu plus d’ingéniosité que vous ou s’il porte une arme avec lui, le mieux que vous feriez, non pas vous jeter violemment sur lui en attrapant la couverture, vous commencerez plutôt par saisir un pan de la couverture dans la douceur à son insu, et petit à petit vous vous accaparez de celle-ci (vous voyez ce que je veux dire?)

Les commentaires sont fermés