Ces « malades » qui dirigent le PPRD

Par définition, un parti est une association politique dont l’objectif est de mobiliser des soutiens électoraux en vue conquérir le pouvoir. La conquête de l’imperium ne peut en aucun cas constituer la finalité. Faudrait-il encore appliquer un programme destiné à transformer la société en impulsant le progrès économique et social. Le pouvoir n’est, en définitive, qu’une force au service d’une idée.

Les brebis galeuses sont dans tous les segments de la société. Le monde politique n’y échappe guère. N’empêche, de manière générale, on attend de l’homme politique un discours qui apaise et rassure. Modèle de référence, l’homme politique ne dit pas n’importe quoi. Il pèse le poids des mots. Ce sont les fameux « éléments de langage ». On attend de l’homme politique qu’il exerce le pouvoir avec sagesse et noblesse.

Dans les pays démocratiques, les élus reviennent une fois l’an rencontrer les citoyens. But: analyser l’adéquation existant entre les actions menées sur le terrain par rapport non seulement aux promesses faites mais surtout aux attentes de la population. En France et en Belgique, ce genre de colloque s’appelle « l’université d’été ».

Qu’en est-il du Congo-Kinshasa?

Le parti « dominant » PPRD (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie) de « Joseph Kabila » paraît dirigé par des apprentis-sorciers et autres pseudo-professeurs d’université qui n’ont cure du bonheur collectif. On y trouve des hommes et des femmes qui seraient assimilés, sous d’autres cieux, à des « bandits d’Etat ». Des individus qui n’excellent que dans le mensonge et la ruse. Et n’ont qu’une seule ambition: partager les postes. Pour quoi faire? 

Le 26 janvier 2001, un certain « Joseph Kabila » succédait à LD Kabila, décédé dix jours auparavant dans des circonstances non-élucidées à ce jour.

A l’époque, le territoire national était « tiraillé » entre le gouvernement de Kinshasa d’une part, le MLC (Mouvement de libération du Congo) de Jean-Pierre Bemba Gombo, le RCD-Goma « dirigé » par Adolphe Onusumba, le RCD/K-ML de Mbusa Nyamwisi et le RCD-N de Roger Lumbala d’autre part.

Fin 2002, la ville sud-africaine de Sun City abrita le dialogue inter-congolais qui a abouti à la signature d’un « Accord global inclusif sur la transition » au Congo-Kinshasa.

Pour garantir les chances du successeur de Mze Kabila de garder le fauteuil de président de la République, un groupe de politiciens (Georges Buse, Vital Kamerhe, Léonard She Okitundu, Barnabé Kikaya, Daniel Mulunda Ngoy etc.) ont eu l’idée de créer un parti d’obédience kabiliste. Dénomination: « Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie » (Pprd).

Sur le plan idéologique, la nouvelle formation politique se réclamait de la sociale-démocratie. Une « appartenance » factice qui dissimule mal des tendances totalitaires voire fascistes. 

Lors des élections de 2006 et 2011, le PPRD a fini par jeter le masque d’autant plus que son « champion » sera « élu » et « réélu » sans un véritable programme ou projet de société. Les « Cinq chantiers » et « la révolution de la modernité » ont été annoncés après les consultations politiques.

Au fil du temps, cette formation politique a démontré qu’elle n’a jamais été animé que par une seule ambition: la « conservation du pouvoir ».

Le 30 décembre 2018, les Congolais sont allés nombreux aux urnes dans l’espoir de tourner la page du « système Kabila ». A la surprise générale, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) s’est empressée de proclamer les « résultats provisoires » alors que certaines circonscriptions électorales étaient encore occupées à compiler les bulletins de vote. C’était le 10 janvier 2019. Dix jours après, la Cour constitutionnelle est entrée dans le jeu en publiant son « oracle » confirmant Felix Tshisekedi Tshilombo comme « président élu ».

« Majoritaire » dans les deux chambres du Parlement ainsi qu’au niveau des Assemblées provinciales, le Fcc/Pprd décide de coaliser avec le Cach du duo Tshisekedi-Kamerhe. Les deux parties ne voyaient que le gain. Elles ont négligé l’essentiel. A savoir: la convergence programmatique.

Kabila et Tshisekedi

Depuis l’investiture de « Felix » le 24 janvier 2019, on ne compte plus le nombre d’incidents opposant les « bases » des deux « partenaires ». « C’est un mariage entre l’ange et le démon », déclarait le combattant Fils Mukoko. « Nous vous avons donné le pouvoir gratuitement. Nous allons vous chasser de là », répliquait un certain Henri Magie, reconnaissable par son « béret rouge ». C’était au moment où la composition du gouvernement tardait à sortir.

Dix mois après son entrée en fonction, le nouveau chef de l’Etat a envoyé quelques signaux positifs en matière de droits et libertés. Il apparaît, néanmoins, que l’homme accuse des signes d’immobilisme. Il souffre d’un réel handicap pour matérialiser ses promesses. A savoir notamment: instaurer l’Etat de droit, lutter contre la corruption et l’impunité.

A preuve, tous les grands corps de l’Etat (justice, armée, police, Banque centrale) sont toujours et encore sous le contrôle des membres du « clan Kabila ». Sans omettre la Cour constitutionnelle, la Ceni, la Douane, les services de renseignements civils et militaires et les organismes générateurs des recettes.

Cette situation conforte les tenants de la thèse selon laquelle Tshisekedi Tshilombo ne serait qu’une « marionnette » manipulée par l’ex-président « Kabila » qui détiendrait la réalité du pouvoir.

Le 22 octobre dernier, le Pprd Emmanuel Ramazani Shadary a qualifié l’Udps de « parti-milice » avant d’annoncer le retour prochain de « Joseph Kabila » sur la scène politique. C’en était trop!

Le 12 novembre, l’Udps Jean-Marie Kabund qui porte la double casquette de président intérimaire de l’UDPS et celle de 1er vice-président de l’Assemblée nationale a sorti l’artillerie lourde pour pilonner les positions du Pprd. Selon lui, on « bloque » sciemment le chef de l’Etat pour l’empêcher d’engager des réformes.

La goutte d’eau qui fit déborder le vase vint d’un élément vidéo signé Dunia Kilanga qui y déclare que « Joseph Kabila » a fait nommer Felix Tshisekedi à la tête de l’Etat. Les résultats proclamés par la Ceni et confirmés par la Cour constitutionnelle seraient donc faux. 

Henri Mova

Comme pour apporter le crédit qui manquait aux propos du sieur Dunia, dimanche 24 novembre, le « professeur » Henri Mova d’enfoncer le clou en déclarant, sans rire, qu’Emmanuel Ramazani Shadary, secrétaire permanent du Pprd et dauphin désigné, « n’a jamais perdu l’élection présidentielle ». D’après Mova, il ne s’agissait que « de stratégies ».

Et d’ajouter: « d’ici peu, la vérité sera révélée au monde entier. Nous attendons le mot d’ordre de notre chef avant de tout balancer ». Quelle est cette vérité aux conséquences imprévisibles tant pour « Felix » que pour « Kabila »? L’humiliation pour l’un, le crime de « haute trahison » pour l’autre.

Entre 2015 et 2018, « Kabila » a montré qu’il était prêt à tout pour conserver le pouvoir d’Etat. Et ce y compris en recrutant des anciens combattants de la « rébellion » pro-rwandaise du M23 pour réprimer des manifestations pacifiques. Thérèse Kapangala et Rossy Mukendi sont les victimes les plus emblématiques de cette barbarie.

Le discours surprenant tenu par Mova a été prononcé à l’occasion de l’installation du comité national de la ligue des jeunes du PPRD. « Notre ligue des jeunes est une ligue d’un parti civilisé. Mais si on vous attaque nous allons réciproquer », dira, pour sa part, Ramazani Shadary.

On le voit, le PPRD est indigne de « dominer » le monde politique congolais. Ce parti est dirigé par des « malades » qui s’ignorent. « Joseph Kabila » en tête. Ce regroupement politique est devenu une machine infernale qui tire tout le monde vers le bas. Rien d’étonnant de la part d’une organisation qui ne se réfère à aucune valeur ni principe.

En acceptant de coaliser avec le « clan kabiliste » – composé des hommes et des femmes sans foi ni loi dans leur majorité -, Felix Tshisekedi Tshilombo est tombé dans un piège. Il est désormais clair que c’est bien « Kabila » qui a chargé ses « bad guys » de « sonner l’hallali ». L’homme s’ennuie dans sa ferme de Kingakati.

Que va faire « Felix »? Va-t-il « renverser la table » en révélant sa part de vérité ou boire le calice jusqu’à la lie juste pour préserver les honneurs et privilèges attachés à la fonction présidentielle?

 

Baudouin Amba Wetshi

8 thoughts on “Ces « malades » qui dirigent le PPRD

  1. Cher BAW,
    Vous etes trop poli pour qualifier de partie politique cette cohorte de voyous-PPRD. Regardez la photo de Mova ci-dessus, voyez-vous un prof ou un bandit? Que dire de ses semblables Boshabu et Shadari.
    Quant a Adolphe Lumanu, demandez a l’ex ambassadrice du Canada a Kin que ce delinquant kabiliste tenta de violer dans son bureau !

  2. Le PPRD est un panier à crabes, une véritable association mafieuse composée essentiellement de voleurs et d’assassins à la solde d’un énergumène venu d’ailleurs. Des individus comme Shadary, Mova, She Okitundu etc…qui sont au chômage aujourd’hui n’ont pas d’autre choix que de jouer au cassandre, histoire de montrer que la perte des privilèges, avantages et prétendes qu’ils se sont indûment octroyés constitue une pullule qu’ils ont du mal à avaler. Placer à la tête d’un parti celui qui symbolise le degré zéro de la politique est un signe de la déliquescence des mœurs au Congo. Avec son langage ordurier, ses envolées lyriques, Shadary est vraiment le prototype d’un politicien médiocre, sans conviction ni idéal. Laurent Désiré Kabila qui les a qualifié de conglomérat d’aventuriers savait de quoi il pariait. Certes les élections ont été une véritable mascarade qui a figé l’environnement politique chez nous. Mais la vrai question qu’on doit se poser est celle savoir s’il fallait laisser le pays entre les mains de cette mafia qui a mis le pays à coupe réglée depuis plus de 20 ans. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, Felix est pour moi le moindre mal n’en déplaise aux spécialistes de solutions manichéennes qui voient toujours le monde en noir et blanc, sans le savoir, ils sont inconsciemment les alliés objectifs du FCC, ils font le jeu de Kabila et ses sbires qui continuent à faire des pieds et des mains pour réoccuper les privilèges perdus. La plupart de déclarations entendues ça et là n’est que l’expression du dépit et déception. Les PPRDistes n’ont pas tors de se demander s’ils retrouveront l’effectivité du pouvoir. Ils sont tellement détestés par les congolais, alors ils vont monter des stratagèmes pour mettre pays sens dessus dessous, mais hélas, pour eux le glas a sonné, il n y aura plus de retour de Kabila. Pour ce qui est des réformes dont parle B.A.W, il me semble que ces dernières se font au niveau des institutions compétentes en l’occurrence les assemblées nationales, évidemment sur proposition de l’exécutif, soyons donc réalistes, arrêtons avec cette vision binaire de choses, les cassiques du PPRD ou du FCC ne désarmeront jamais, ils feront tout pour saper tous les efforts que déploie Felix pour redresser notre pays. Oui, Je sais que ceux qui ont perdu le sommeil à la suite de l’accession de Felix à la magistrature suprême vont claironner en me traitant de tous les noms d’oiseaux, mais cela m’est complètement égal, leurs baves et éructations me laissent de l’arbre, ce qui compte pour moi, c’est le Congo mon pays basta.

    1. Des propos digne d’un vrai taliban qui refuse de voir alors que tous les indicateurs montrent que son chouchou bétonné s’est très bien barré en acceptant l’inacceptable juste pour assouvir ses désirs inavoués et ceux de sa fratrie

      1. Trésor,
        vos propos sont bien dignes d´un abruti endurci. Réfutez les propos de l´autre en argumentant au lieu de vous lancer à des caquetages et étiquetages d´un fanatique inconscient.

  3. Cher BAW,
    Pour compléter ce brillant exposé, voici 11 défauts qui caractérisent ces politicailleurs maladies qui constituent cette caste des dirigeants abjects et méprisables:
    1- Ils sont prêts à tuer ou à assassiner;
    2- Ils sont égoïstes et arrogants;
    3- Ils promeuvent le discours xénophobe;
    4- Ils utilisent de l’argent pour acheter des votes;
    5- Ils utilisent leur position pour menacer et intimider les paisibles citoyens qui ne réclament que leurs droits les plus élémentaires;
    6- Ils utilisent la carte tribale et suscitent les émotions ethniques négatives pour s’emparer de l’électorat;
    7- Ils font recours à l’usage des ressources publiques pour leurs propres fins égoïstes;
    9- Ils utilisent tous les moyens, y compris l’importation des électeurs (rwandais notamment) pour sécuriser leur position;
    10- Ils exploitent la vulnérabilité des autres pour leur propre fin égoïste;
    11- Ils utilisent leurs positions politiques pour protéger leurs richesses.
    EN CONSÉQUENCE, IL EST PLUS QUE URGENT QUE LES CONGOLAIS ET CONGOLAISES APPORTENT UN SOUTIEN TOUS AZIMUTS A L’HÉROS VIVANT AMURI YAKUTUMBA.

  4. Le plus étonnant dans tout ça, c’est que 80 millions de congolais acceptent de se faire ainsi chosifiés par un tel ramassis de médiocres et bouffons. Sans indignation, sans révolte. Parce que probablement pensent-ils que c’est la volonté d’un certain dieu…

  5. C’est une grosse insulte à la démocratie d’avoir des dirigeants politiques pareils, tous sans exception aucune sont des intrépides farceurs, farfelus, fanfarons, inconscients congénitaux, comédiens, corrompus, bras cassés, pieds nickelés qui « brassent de l’or » pendant que leur Peuple dort dehors… Ces politiciens Kongolais et Kongorais malades mentaux diagnostiqués schizophrènes sont comparables aux faux pasteurs graisseux, gras, inhumains, égoïstes de Ezéchiel 34 alors que leur Peuple est maigre, chétif, souffrant, errant sous les pluies diluviennes dans les forêts denses sous la terreur des savanes sauvages du mystérieux et majestueux KONGO DIA NTOTILA… ORACLE LIBÉRATEUR ET AVENIR RADIEUX ! [« Ainsi parle le Seul et Unique Créateur Véritable Dieu Tout-Puissant Redoutable NZAMBI ya Mpungu Tulendo : Malheur aux faux pasteurs d’Israël (KONGO RDC)=faux politiciens RDCiens, qui se paissaient eux-mêmes ! Les pasteurs=vrais politiciens ne devaient-ils pas paître le troupeau=Peuple Kongolais ? Vous avez mangé la graisse, vous vous êtes vêtus avec la laine, vous avez tué ce qui était gras, vous n’avez point fait paître les brebis=vrais Kongolais. Vous n’avez pas fortifié celles qui étaient faibles, guéri celle qui était malade, pansé celle qui était blessée; vous n’avez pas ramené celle qui s’égarait, cherché celle qui était perdue; mais vous les avez dominées avec violence et avec dureté. Elles (Brebis=Peuple Kongolais) se sont dispersées, parce qu’elles n’avaient point de pasteur=Bon Berger; elles sont devenues la proie de toutes les bêtes des champs, elles se sont dispersées. Mon troupeau (Peuple Kongolais) est errant sur toutes les montagnes et sur toutes les collines élevées, mon troupeau est dispersé sur toute la face du pays (KONGO RDC); nul n’en prend souci, nul ne le cherche. C’est pourquoi, pasteurs, écoutez la parole du Véritable Dieu Nzambi ya Mpungu Tulendo ! Je suis vivant ! dit le Seigneur Véritable Dieu Tout-Puissant Redoutable NZAMBI ya Mpungu Tulendo, parce que mes brebis (vrais Kongolais) sont au pillage et qu’elles sont devenues la proie de toutes les bêtes des champs, faute de berger=pasteur (vrai politicien), parce que mes pasteurs devenus faux, menteurs, égoïstes ne prenaient aucun souci de mes brebis, qu’ils se paissaient eux-mêmes, et ne faisaient point paître mes brebis, -à cause de cela, faux pasteurs=faux politiciens, écoutez la parole du Véritable Dieu ! Ainsi parle le Seigneur Omnipotent, Omniscient, Omniprésent, Nzambi ya Mpungu Tulendo: Voici, j’en veux aux pasteurs (évêques et prélats de Maman Catho, faux politiciens et faux opposants, faux pasteurs Binzambi Nzambi et Bishop, Archi Bishop autoproclamés…) ! Je (Véritable Dieu) reprendrai mes brebis d’entre leurs mains, je ne les laisserai plus paître mes brebis, et ils ne se paîtront plus eux-mêmes; je délivrerai mes brebis de leur bouche, et elles ne seront plus pour eux une proie. Car ainsi parle le Véritable Dieu Tout-Puissant Redoutablel: Voici, j’aurai soin moi-même de mes brebis, et j’en ferai la revue. Dites ainsi soit-il » Ezéchiel 34]… Cet oracle salvateur tonne comme une ode à la libération qui va bientôt poindre à l’horizon assombri de la RDC (République Démocratique du Congo-Kinshasa) occupée par des Sanguinaires Envahisseurs Rwando-Burundo-Ougandais… Vive les Maï Mai ANPK (Armée Nationale du Peuple Kongo)… Ainsi soit-il… Ingeta

Comments are closed.