Affaire Junior Masudi

La Fédération de la Diaspora Congolaise est indignée par la décision prise par l’Office des
étrangers dans le dossier du jeune étudiant congolais Junior Masudi WASSO.

Alors que ce dernier a obtenu son visa en bonne et due forme à l’ambassade de Belgique en
République Démocratique du Congo, il s’est vu refuser l’accès sur le territoire parce qu’il
n’aurait pas pu répondre aux questions liées au tableau de Mendeleïev qui lui ont été posées
par les services d’immigration.

Personne n’ignore le parcours du combattant que traversent les Congolais lorsqu’ils sollicitent
le visa à l’ambassade de Belgique. Il est donc incompréhensible qu’après avoir satisfait à
toutes les exigences ayant abouti à la délivrance du visa par l’Office des étrangers, que cette
même administration se rétracte à l’arrivée de l’étudiant, ceci entraînant de facto le refus
d’entrée sur le territoire belge.

Il est plus que temps de rappeler à tous, que nous sommes au 21ème siècle, et que la dignité et
le respect des peuples sont prônés et défendus par tous les Etats-membres des Nations-Unies.
Ainsi en préambule de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme du 10 décembre
1948, il est mentionné : « Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous
les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le
fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes
de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les
êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été
proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme.

Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de
droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la
tyrannie et l’oppression.

Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre
nations.

Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur
foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne
humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes, et qu’ils se sont déclarés résolus
à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté
plus grande. »

Au nom de ces principes fondamentaux qui régissent tous les Etats-membres, nous exigeons
la mise en liberté immédiate du jeune Masudi qui est détenu comme un vulgaire malfaiteur
dans un centre fermé qui n’est ni plus ni moins qu’une prison déguisée, afin de lui permettre
d’entamer son année académique qui a déjà débuté.

Prendre une décision contraire par la Belgique ne fera que remuer le couteau dans la plaie des
affres de la colonisation qui peine à se cicatriser.

La Fédération de la Diaspora Congolaise sollicite l’implication sans délai des autorités belges
et congolaises pour mettre un terme à ce qui ressemble à une injustice, voire un manque de
considération à l’égard des personnes de nationalité congolaise.

Dans l’attente de l’évolution de ce dossier, nous demandons à toute personne éprise de justice
et de liberté de se joindre à la présente demande ainsi qu’aux différentes actions qui seront
menées dans les jours à venir.

Nous condamnons toute forme d’injustice, de discrimination et d’inégalité.
Pour la Fédération de la Diaspora Congolaise,

Me Tshibuabua Mbuyi Dieudonné
Association Sans But Lucratif
441/13, avenue Louise à 1050 Bruxelles
Numéro d’entreprise : BE0663652125
Email : info@fediascongo.com
Web : www.fediascongo.com

2 Commentaires on “Affaire Junior Masudi

  1. Concomitamment avec cette action, notre DGM devrait inviter tous les belges résidant au Congo à se présenter devant elle et ainsi re-contrôler leurs titres de séjour au Congo. Celui ou celle qui ne saurait dire les principes actifs de Manacovid ou fredonner la chanson Na Komitunaka de Verckys devrait être enfermé à Makala avant d’être refoulé en Belgique.

  2. Notre jeune Compatriote a été enfin sorti du cachot des policiers belges de l’immigration et peut s’occuper maintenant à ses études. Le lieu de saluer la mobilisation générale autour de sa relégation injuste jusqu’à notre PR à qui certains attribuent à trop vite la décision finale parce qu’il se serait engagé à prendre en charge le financement de ses études en Belgique. Nuance là-dessus, le problème qui se posait ne se situait pas au niveau de la prise en charge de ses études parce que sa sœur résidant en Belgique avait fourni tous les éléments pouvant lui permettre de le faire, c’est un des facteurs qui a fait que l’administration belge tatillonne a accordé son visa d’études à Junior. En l’occurrence ici on aurait besoin de plus de fermeté au niveau de nos administrations usant à l’occasion de réciprocité dans le traitement des belges résidant ou immigrant au Congo, c’est plus dissuasif !

Comments are closed.