Congo-Kin: La « Garde républicaine » en question!

Basée depuis plus d’une décennie au Camp militaire Tshatshi dans la commune kinoise de Ngaliema, la garde prétorienne de « Joseph Kabila », appelée pompeusement « Garde républicaine », est une armée dans l’armée. Forte de 15 à 18.000 hommes – recrutés dans une totale opacité -, cette unité très spéciale des Forces armées congolaises n’a jamais été soumise au « brassage » imposé tant aux combattants du gouvernement qu’à ceux des anciennes rebellions (RCD-Goma, MLC, RCD-K ML, Maï Maï). Les « GR » ne reçoivent – ne recevaient? – leurs instructions que du « raïs » en personne ou son délégué. Le chef d’état-major général de l’armée était superbement ignoré en ce qui concerne les « opérations ». Il faut reformer la Garde républicaine en séparant le bon grain de l’ivraie. L’objectif est d’en faire une composante effective de l’armée nationale congolaise.

Président Félix Tshisekedi Tshilombo (Jerome Delay/AP/SIPA)

Le président Félix Tshisekedi Tshilombo a présidé vendredi 1er février, à Kinshasa, sa toute première réunion avec le haut commandement de l’armée congolaise. Des hommes et des femmes qui doivent, pour la grande majorité d’entre eux, leurs épaules galonnées à l’ex-président « Joseph Kabila ». Le nom de celui-ci était devenu, pour eux, synonyme de « commandant suprême » des forces armées et de la police nationale.

Au cours de cette rencontre, le nouveau chef de l’Etat n’a pas manqué d’insister sur la « discipline » qui doit continuer à régner au sein de l’armée. Par discipline, il a sans doute voulu dire l’observation stricte des règles qui régissent la force publique.

Le président Tshisekedi a tenu à rappeler à ses interlocuteurs que l’armée et la police sont des « choses publiques ». Et non le bien personnel d’un homme – fût-il Président de la République – ou d’une formation politique. L’article 188 de la Constitution ne dit pas autre chose: « Les forces armées sont républicaines. Elles sont au service de la nation toute entière. Nul ne peut, sous peine de haute trahison, les détourner à ses fins propres. Elles sont apolitiques et soumises à l’autorité civile ». Le nouveau « commandant suprême » a-t-il été entendu? C’est à voir.  les mauvaises habitudes ont la peau dure.

« BANA MURA »

Depuis que Tshisekedi Tshilombo a été investi à la tête de l’Etat, il n’y a pas encore eu de « couacs » sur le plan sécuritaire. L’ensemble de la Force publique (armée, police, services de renseignements civils et militaires) semble jouer le jeu de l’alternance démocratique.

Les observateurs, eux, ne cessent de s’interroger sur la marge de manœuvre dont dispose le nouveau magistrat suprême face à un des « bras armés » du pouvoir kabiliste en l’occurrence la « Garde républicaine », communément appelée « Bana Mura ». Un sobriquet peu gracieux qui évoque le nom d’un camp de formation militaire situé dans l’ancienne province du Katanga.

Cette unité est une armée dans l’armée. Ses méthodes n’ont rien à envier à celles d’une « milice privée ». Au lieu de se limiter, à l’instar d’autres gardes républicaines, aux missions d’honneur et de sécurité au profit des plus hautes autorités du pays, les membres de ce corps se sont dévoyés. Ils « canardent » les manifestants. Ils arrêtent, détiennent et torturent les adversaires du « raïs ». Tout cela dans un Etat où l’opposition politique est reconnue.

UNE MENACE POUR L’ALTERNANCE

Armand Tungulu

En 2010, le Bruxellois Armand Tungulu Mudiandambu a été « suicidé » dans un cachot au Camp Tshatshi. En janvier 2015, Jean-Claude Muyambo a été arrêté à sa résidence kinoise par des sbires du régime. En décembre 2016, l’opposant Franck Diongo, président du parti lumumbiste progressiste, a été arrêté à son domicile par des « GR ». Ceux-ci l’ont amené au Camp Tshatshi où il a été passé à tabac comme un vulgaire malfrat.

Reconnaissables par leur béret rouge, les « GR » se comportent en miliciens mais aussi en « vigiles » chargés du gardiennage des biens privés de l’ex-président « Kabila ». Ils sont visibles à la ferme de Kingakati, dans la banlieue kinoise. Il en est de même dans les fermes de Kundelungu et de Kashamata dans le Haut-Katanga. Ils sont présents dans d’autres fermes: Kabasha (Beni), île de Mateba (Kongo Central). Plus préoccupant, les « GR » assurent, au Katanga, l’intouchabilité à des trafiquants chinois qui pillent le bois rouge dit « Mukula ».

L’ex-garde prétorienne de « Kabila » est et reste une sorte d’épée de Damoclès. C’est une menace non seulement pour alternance mais aussi pour la démocratie. Faudrait-il dissoudre cette unité très spéciale? C’est l’erreur à ne pas commettre.

SÉPARER LE BON GRAIN DE L’IVRAIE

Bien que comparaison n’étant pas raison, le précédent irakien est là pour nous en dissuader. La dissolution, sur décision américaine, de l’armée du dictateur Saddam Hussein aurait servi de détonateur à la naissance de « Daech » ou « Etat islamique ». Comme toute œuvre humaine, ce « corps d’élite » compte en son sein des brebis galeuses mais aussi de vrais patriotes. Il faut séparer le bon grain de l’ivraie. Séparer les vaillants soldats capables d’assurer la défense du territoire national des « pistoleros », et autres voyous déguisés en militaires.

Que faire concrètement? Il faut reformer courageusement la « Garde républicaine » pour en  faire une des composantes effectives de l’armée nationale. L’article 189 de la Constitution donne une piste à explorer: « Les effectifs à tous les niveaux doivent tenir compte des critères objectifs à la fois à l’aptitude physique, à une instruction suffisante, à une moralité éprouvée ainsi qu’à une représentation équitable des provinces ».

 

Baudouin Amba Wetshi

22 thoughts on “Congo-Kin: La « Garde républicaine » en question!

  1. @ BAW
    Vous parlez d’une armée dans une armée et vous annoncez le chiffre officiel de 18 mille hommes concernant la GR.
    La réalité est plus préoccupante. Quand nous parlons d’occupation, nous parlons surtout des militaires étrangers déguisés congolais dans les FARDC et la PN. Le chiffre exact n’est pas connu. Les officiers qui nous donnent des infos parlent de 26 à 40 mille hommes. Pis, ce sont eux les mieux équipés et payés.
    Ainsi que vous le savez, l’armée repose sur plusieurs piliers:
    *Le commandement
    *Les effectifs (formation et recrutement) et les équipements
    *La logistique
    *Le renseignement
    **Le commandement
    Combien avons-nous des Kabarebe et Ntaganda (officiers et sous-officiers venus d’ailleurs) dans l’armée et la police ?
    ** effectifs et équipements
    Combien sont-ils exactement, d’où viennent-ils, où sont-ils stationnés et comment sont-ils équipés ?
    ** la logistique
    Qui contrôle la logistique dans cette armée ? On se rappellera du rapport de l’ONU sur plus de 300 tonnes d’armes lourdes abandonnées par le M23 qui avaient été achetées par la RDC en Ukraine.
    ** le renseignement
    Qui contrôle réellement le renseignement dans ce pays.
    Ainsi, Il faut faire un audit complet de l’appareil sécuritaire, recenser et passer en revue la totalité des effectifs sans exception afin de prendre rapidement les mesures qui s’imposent. Il ne suffit pas d’appeler à la discipline…
    J’ai une liste de 378 noms ( liste non exhaustive). Je vous propose un quizz:
    Je vous donne 10 noms d’expatriés et vous laisse trouver la nationalité, le grade et la fonction en RDC.
    Munyarugeroro, Rohorimbere, Munyakazi, Bisamaza, Niyibizi, Bivegete, Masunzu, Rwibasira, Mukiza, Bisengimana)
    Après on nous menace: dialogue ou bain de sang, concertation nationale ou la guerre, vérité des urnes ou la paix…
    Les fanakuiti ne veulent pas se demander qui sont ces gens qui nous menacent et nous massacrent depuis 20 ans et pourquoi ? Quel deal ont-ils signé avec Tshilombo pour lever la menace (pour l’instant)?
    Jusque quand allons nous accepter de vivre avec cette épée de Damoclès pour une paix de façade ( les massacres, les viols et le pillage n’ont jamais cessé)
    Peut on s’attaquer à ce chantier vital pour le pays quand on a été nommé président par ceux que l’on veut combattre et après avoir présenté un faux diplôme ? Ma réponse est NON !!!

    1. Alors que notre compatriote BAW nous etale de propositions constructives et exhorte le nouveau President d’aller de l’avant, Mwana ya Lopango (comme autres apotres de Honore Ngbanda) lui nous ramene en arriere en nous crachant ses jeremiades dissimulant tres mal sa haine ethnique et tribale inbue de son venin habituel anti-Tutsi et anti Felix Tshilombo (c-a-d anti-Baluba).
      A part sa haine, ce pauvre mec souffre d’un complexe pathologique d’inferiorite vis-a-vis des Tutsis. Il a besoin d’un psychiatre .

      1. @Laurent Matungulu, pilipili na mungua,
        Quand on participe à un débat, on essaye d’argumenter un peu. On fait un effort pour montrer son niveau et on évite de balancer des inepties.
        Anti Tutsi + anti Félix = anti baluba ! je vous dis bravo l’artiste, vous êtes le champion de la connerie.

      2. Petit,
        A mon avis, c’est vous qui avez besoin de voir un psychiatre. Avez-vous déjà entendu parler du vertigo ? Renseignez-vous. Ainsi, vous saurez qu’il est illusoire, pathologique – du plan de la psychiatrie clinique d’imaginer qu’on puisse dominer un peuple ad aeternam.
        Honoré Ngbanda hante vos nuits. Parce qu’il vous a mis à nu. Qui pourrait souffrir d’un complexe d’infériorité vis-a-vis des gens qui ne vivent que par le mensonge, la manipulation et les vols ? Qui peut être complexé vis-a-vis des gens qui violent des femmes inoffensives et tuent par lâcheté en usant des poisons ?
        Haine, haine, haine…Au Congo, ce mot était inconnu il y a 20 ans. C’est votre histoire, votre tare génétique, entre vous et vos frères hutu, qui n’a rien avoir avec les moeurs congolaises. Nous ne sommes pas comme vous. Rentrez chez vous !
        Tokoloba tiiiiii bokoyoka bande d’assassins !

    2. Voici un commentaire pointu et profond contrairement à la superficialité et la partialité habituelles des RD-Congolais. Il est à remarquer que la quasi-totalité des points cruciaux soulevés par le commentaire de  » Muana ya mokolo lopango » ne figurent même pas dans l’article en question. Ledit article nous fait croire comme si la GR est exclusivement composée des RD-Congolais et est aussi représentative régionalement. Conséquemment, il suffit d’un petit coup de ménage sans grand effort – séparé le bon grain de l’ivraie – et le tour est joué. On a la vraie garde prétorienne. Les étrangers qui seront débusqués au sein des FARDC doivent être arrêtés, jugés par la cour martiale et passer par les armes. Voilà comment ça se passe en Europe, aux Amériques et en Asie.
      Ne MUANDA NSEMI ne nous avait-il pas informé publiquement de l’existence de plus 500 officiers Rwandais au sein des FARDC ? La partialité volontaire ou involontaire est un cancer des analystes rdcongolais. Comment peut-on évoquer les groupes armés (RCD-Goma, MLC, RCD-K ML et Maï Maï) qui avaient commis des crimes abominables en RDC sans mentionner un seul mot sur la présence des Rwandais, Ougandais, Tanzaniens et Zambiens au sein de la GR en particulier et des FARDC en général ? N’est-il pas temps pour le journalisme rdcongolais de commencer à informer honnêtement et objectivement les RD-Congolais et RD-Congolaises? « Joseph Kabila » doit faire place à « Hyppolite KANAMBE, l’imposteur tutsi rwandais ».

    3. Tout ce pessimisme… Est il possible que ce qui vient d’arriver en RDC soit le début de la déchéance progressive de la Kabilie. Est il possible d’analyser
      ces événements sous cet angle… la grande majorite des intervenants sont d’un pessimisme total, et si
      le cours de l’histoire dans les prochains mois nous amène dans la direction opposée de la plus part des
      analyses sur ce site, que dirions nous à ce moment là?
      Donnons le temps au temps pour nous confondre tous dans un sens au dans l’autre.

      1. @ Bismark,
        Il est aussi possible que ce qui vient d’arriver (la fraude) ne soit PAS le début de la déchéance progressive de la Kabilie.
        Vous avez le droit d’être optimiste et moi j’ai parfaitement le droit d’être pessimiste.
        Évitons juste de confondre optimisme et naïveté, cela nous a déjà coûté plus de 8 millions de morts et près de 4 millions de femmes violées.
        Pour info, Il y a actuellement plus de 4 millions de déplacés internes. A votre avis d’optimiste pourquoi ces gens ont-ils fuit pour errer comme des chiens et ne peuvent pas rentrer chez eux?
        Ah oui, je sais! Excusez-moi, C’est à cause de la malaria. Pfff !

  2. Garde Républicaine ou Garde Présidentielle Tutsi Nilotique Rwandaise au Kongo ! L’image humiliante de feu Tshitshi dépité, empêché d’atterrir à Ndjili, qui atterrit à l’aéroport de Ndolo en pleine campagne électorale le 26 Novembre 2011, confiné ou bloqué ensuite à l’aéroport de Ndjili par l’ex Chef de la Police Nationale le Tutsi Nilotique Rwandais « Charles Bisengimana » ex Garde Civile est gravée dans la mémoire de tous les vrais Kongolais Patriotes Nationalistes de tous bords…
    Le slogan «Ya Tshi-Tshi zongisa ye na Rwanda » s’est transformé brusquement en « Bokomesana » ou en « Bolingo ya Mbongo Mosolo entre Tshilombo-Pétain président nommé na mopaya zoba alias Kabila ya Rwanda na Palais de la Nation »…
    Les FARDC (Forces Armées Rwandaises au Congo-Kinshasa) brassées, infiltrées, inféodées au Rwanda ne sont pas une Armée Républicaine Kongolaise (la vraie se trouve à Fizi-Baraka dirigée par le Général William Yakutumba), des nombreux officiers et sous-officiers, soldats, militaires dans les FARDC sont des Rwandais Tutsi Nilotiques, ce n’est plus un secret de polichinelle…
    Récemment le colonel Olivier GASIKA, commandant de la première zone opérationnelle de défense des Forces Armées de la RDC fût nommé à « Yumbi-Mai-Ndombe » où le Coltan vient d’être découvert par les multinationales imperialistes avant la mise en scène de passation de pouvoir « la plus conne » au monde entre un fake 5e président protocolaire nommé (Tshilombo-Pétain) et un imposteur usurpateur d’identité Kongolaise fake 4e président illégal, illégitime (Kanambe alias Joseph Kabila) de l’occupation étrangère Tutsi Power au Kongo…
    Le territoire de Yumbi où juste après qu’un millier de Kongolais furent massacrés à la machette, à l’arme blanche et léthale, des nombreuses fosses communes sont découvertes pendant que Tshilombo le traître collabo sans pouvoir ni imperium cherche un endroit pour habiter avec sa femme et enfants Rwandais Tutsi Nilotiques… Le différend ethnique entre « Banunu et Basengele » n’est qu’un mensonge éhonté pour les natifs (Bana Laki) du coin que nous sommes…
    Militairement, sociologiquement, spirituellement, juridiquement l’occupation Tutsi Power s’enracine au Kongo comme ailleurs (Côte Africaine), étend ses tentacules comme une pieuvre géante, les éleveurs des vaches Watusi héliportés au Bandundu sont des soldats Tutsi Rwandais utilisés par Kanambe alias Joseph Kabila pour détruire la Nation Kongo, Tshilombo-Pétain se tait en Kinyarwanda…
    La Garde Présidentielle qui sert de ceinture de sécurité au traître collabo corrompu Félix Tshilombo Tshisekedi de l’Udps familiale est la soldatesque des Occupants Nomades Tutsi Power, en conclusion il ne faut pas être devin, prophète, voyant pour affirmer que Tshilombo-Pétain est le nouveau pantin, la nouvelle marionnette de Paul Kagame, Yoweri Museveni séquestré (e) par le Commandant Hyppolite Kanambe aka Joseph Kabila ex caporal de l’Armée Rwandaise, ex Garde du corps de Kagame en mission suicide au Kongo de Kimpa Vita, Kimbangu, Lumumba, Mulele…
    La sonnette d’alarme est tirée, la Tutsisation du Kongo grâce à la classe politique Kongolaise qui s’acoquine avec la cohorte Nomade Tutsi Nilotique Rwando-Burundo-Ougandaise est en marche, les acteurs plénières, les élites compradores, les commanditaires imperialistes, les sous-traitants régionaux, les inconvénients exécutants politiciens Kongolais corrompus sont connus, démasqués, TSHILOMBO alias Philippe Pétain Léon Degrelle en tête… Leur sentence après arrestation est la peine de mort et la guillotine… Sic
    Vive la Résistance Kongolaise ! Vive l’Article 64 ! Vive le soulèvement populaire éboulement final pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par le Tutsi Power. La luta continua la Victoria e certa. INGETA

    1. La sonnette d’alarme est tirée, la Tutsisation du Kongo grâce à la classe politique Kongolaise qui s’acoquine avec la cohorte Nomade Tutsi Nilotique Rwando-Burundo-Ougandaise est en marche, les acteurs plénières, les élites compradores, les commanditaires imperialistes, les sous-traitants régionaux, les inconscients exécutants politiciens Kongolais corrompus sont connus, démasqués, TSHILOMBO alias Philippe Pétain Léon Degrelle en tête… Leur sentence après arrestation est la peine de mort et la guillotine… Sic

  3. RETOUR Á LA SOURCE
    Tous savaient que la GR existe.. Alors quel est le programme en matière de Défense et de sécurité proposé par CASH? Kamerhe et Felix ont-ils proposés un programme militaire fiable et crédible?
    Puisque nous sommes dans la « continuité », Shadary ne possedait pas non plus des options en matière de Défense, or le FCC et l´UDPS vont diriger la RDC pendant 5 ans..
    Ainsi la question de la GR ne peut trouver des solutions qu´avec un programme militaire digne de ce nom. Quand Felix s´installe au Mont Ngaliema, site présidentiel situé non loin du camp Tshatshi, caserne de la GR.. il est urgent de se pencher sur cette question avec intelligence et lucidité.
    LA GR, LA FORCE DE FRAPPE DES FARDC.
    Verifiez par vous même qui commande la GR et d´où sont orginaires les troupes de cette force? Le commandant est un ex officier de l´infanterie mechanisée de la DSP. Ce général a commencé sa carrière militaire dans les FAZ en passant par l´EFO et une formation en Israel. Etre « capitaine » dans la DSP et être orginaire du Katanga est un exploit en soi, quand on sait combien la DSP était reservée en exclusivité aux orginaires de l´Equateur.
    Vous avez aussi les troupes de la GR, composées en exclusivité des katangais… donc des congolais 100 %.
    Ainsi, la première option serait de « conserver » ces hommes et faire d´eux la force de frappe qui peut affronter les 200 groupes armés qui contrôlent les zones minières au Kivu et au Katanga…sans oublier le Kasai.
    La GR possede les meilleurs officiers, le meilleur équipement et surtout le meilleur niveau de formation. Nous devons á tout prix tirer profit de ces congolais et les mettre au service de la stabilité sécuritaire du pays.
    L´histoire nous enseigne que la Gendarmerie Katangaise avait pacifiée le Congo quand Moise Tshombe fût premier ministre. Et ces gendarmes possedaient un niveau de cohesion, d´entrainement et d´efficacité superieur á celui de l´ANC.
    En exilant les gendarmes katangais, Mobutu avait fait perdre au Congo des combattants fiables.
    Autre temps, autre moeurs !

  4. Je suis voisin du camp Tshatshi où j’ai grandi pendant mon enfance avant de quitter le toit familial pour des études à l’étranger. Pendant que j’y ai grandi, c’était le fief de la BSP puis de la DSP, garde prétorienne du feu maréchal Mobutu. Elle était aussi une armée dans l’armée. Je me rappelle de nombreux commandos instructeurs formés aux Etats unis ou en Israël qui encadraient ce corps. Leur mode recrutement et de qui il dépendait est identique au corps appelé aujourd’hui garde républicaine. De ce que je sais la majorité du recrutement pour ce qui a trait aux hommes de troupe provenait du Nord et Sud Ubangi. Pour des fonctions plus techniques, l’on faisait appel aux autres régions.
    Toutefois,le président Kabila a réussi une chose que n’a pas réussi le président Mobutu de faire vivre son corps d’armée après lui. Je suis convaincu qu’avec les différentes rencontres entre l’actuel chef de l’état et eux, il réussira à les faire pencher vers sa vision à lui. Cela n’engage que moi mais j’ai longtemps vécu avec des militaires, je pense que ces premières approches sont bonnes surtout s’il leur donne ceux qu’ils réclament, cela ira vite.

  5. GR, QUAND L´HISTOIRE HESITE..
    Mobutu et ses amis ont posés les bases du MPR dans le camp des parachutistes de Binza..d´où le fameux nom du « Groupe de Binza.
    Kasavubu et Lumumba étaient si naifs qu´ils n´ont pas vu venir les revoltes de l´ANC qui avaient occasionées les deux coups d´Etat de Mobutu.
    Quand on apprend que Felix viste la GR, il doit relire attentivement l´histoire du Congo en 1960 et comprendre que de la GR depend l´avenir de la démocratie au Congo.
    Si Felix et ses amis negocient mal et naivement la question de la GR, nous risquons de retomber dans l´histoire de Mobutu et les parachutistes de Binza qui sont á l´orgine du camp Tshatshi, la DSP.. et la GR qui est un avatar de la DSP.
    IRAK
    Quand les USA renversent Saddam, ils decident de dissoudre la Garde Républicaine de Saddam.. mais les islamistes vont vite contraindre les USA á retrouver les généraux de Saddam afin de stabiliser l´Irak.
    Nous ne devons pas faire cette bourde au Congo quand nous avons 200 milices armées qu´il faut combattre.
    L´Angola peut servir de source d´inspiration. Ce que après la mort de Savimbi, Dos Santos va faire venir les USA afin de « former » une armée nationale qui reprenait l´armée de Savimbi. Une cooperation militaire qui va se faire sur les cadres de la GR afin d´en faire l´unité de pointe dans la stabilisation du pays est l´approche la plus sage.. et lucide.
    Comparaison n´est pas raison, mais Felix va avoir besoin de la GR pour combattre les 200 milices armées. Mais Felix ne soit pas être naif en laissant la GR camper non loin de sa résidence présidentielle.. Même Kabila a eu la sagesse de résider dans la « république de Gombe », avec autour de lui les ambassades des pays puissants qui n´allaient jamais une guerre á Gombe.. lol
    Felix doit resoudre la question de la GR avec intelligence et lucidité. Dissoudre la GR n´est pas á l´ordre du jour et laisser ces militaires dans l´état de mendicité où ils se trouvent est une menace pour la démocratie au Congo.

  6. Félicitations très cher compatriote B.A.W , pour votre sagesse habituelle remarquable dans les différents sujets d’actualité que vous developpez sur le forum de C.I , ce qui m’a beaucoup plu c’est la question : Faudra-t-il dissoudre cette unité d’élites militaires ? Que faut-il faire ? Toutes les pistes de solutions proposées sont valables et possibles , merci d’avoir rencontré ma vision des choses , surtout l’espoir de penser que le redressement de ce beau et grand pays béni par DIEU est POSSIBLE , tout dépend de notre état de conscience collective sur l’acceptation du changement , aujourd’hui les neurologues savent bien que la guérison d’une maladie dépend en grande partie de l’attitude positive du malade face à son médecin traitant , Devons-nous rester éternellement pessimiste ? vous êtes libres , mais sachez qu’à même que les pensées sont créatrices

  7. Certaines interventions qui s’affichent ici font vraiment pitié. Dire que cela émane des gens qui se disent intellos et donneurs de leçons, mais qui ne sont en réalité que des négationnistes, réfusant de regarder la réalité en face. De pauv’ gens qui n’ont goût qu’au gain facile, pour les besoins du ventre, des gens en quête d’un positionnement dans des institutions bidons,

    1. @ KUM,
      ET TOI, QUE FAIS-TU D’UTILE POUR TON PAYS A PART NOUS DEVERSER – COMME TON COPAIN FAINEANT « MWANA YA LOPANGO MOKOLO » – TON VENIN D’UN TRIBALSITE AIGRI APRES LA PERTE DE LA PRESIDENCE PAR FAYULU…

      1. Et vous, Laurent Pilipili, que faîtes-vous sur ce site pour congolais et amis du Congo ?
        Toujours la même rhétorique, insipide et stupide. Laissez ndeko KUM parler du Congo. Vous, rentrez chez vous au Rwanda. Retournez à l’école pour y apprendre que c’est juste insupportable de tutoyer des personnes qu’on ne connait pas, comme cela, aussi facilement…
        Grâce à l’argent pillé au Congo, j’espère que votre pays a construit des écoles pour vous.
        Tokoloba tiiiii bokoyoka !

  8. Chers Compatriotes,
    Mwamba Rama écrit : « Félicitations très cher compatriote B.A.W , pour votre sagesse habituelle remarquable dans les différents sujets d’actualité que vous développez sur le forum de C.I , ce qui m’a beaucoup plu c’est la question : Faudra-t-il dissoudre cette unité d’élites militaires ? Que faut-il faire ? « . Voilà une réaction sensée. Est-il sensé d’aborder un sujet si sensible sur la place publique ? Tout le monde qui aime son pays connaît la réponse. Seulement la démarche pour atteindre ce résultat est une démarche plus stratégique et tactique. Je ne pense pas qu’à peine arrivé à une place inimaginable pour lui il y a quelques mois encore, il serait prudent pour le président nouvellement mis en place, de s’attaquer à une situation aussi délicate sans une alternative sûre et aussi loyale vis-à-vis de soi et du pays. C’est ici que les Congolais doivent être unis pour affronter ce genre des questions. Car, il y va de l’avenir du pays. La garde présidentielle deviendrait donc, à partir de ce 5ème régime, un service public. Mais si les frustrations des élections nous suivent jusqu’ici, elles pourront nous causer plus de tort que du bien. Que Dieu nous vienne en aide.

  9. Il n’y a pas que la garde républicaine qui pose problème, tous ces généraux qui sont redevables à Kabila pour leur ascension il ne sera pas facile de s’en défaire …
    Et certains d’entre eux ont des liens plus qu’étroit avec le président sortant, John Numbi, Mundos, Tango Four etc. ont des dossiers graves à leurs charges, il ne peuvent en aucun cas se retourner contre Kabila, leurs sorts sont liés.

  10. Ce sont des congolais a part entiere(Ces militaires ci haut cites) Mr Shishti ne tombez pas dans ce piege ethnique .
    Les gens ont tendance a oublier vite.

    1. @ Mopape,
      On nous avez dit la même chose concernant Kabarebe, Ntaganda, Nkundabatware, Makenga ( ce n’est pas son vrai nom)… On connaît la suite.
      Quand on a plus de 8 millions de morts, plus de 4 millions de femmes violées et autant de déplacés… on a le droit de tomber dans le piège ethnique.
      Il y a des gens qui n’ont pas leur place dans l’armée.

  11. Corrigez-moi (civilement, SVP) si ma mémoire me trahit. Je crois que pour ne plus avoir à revivre l’expérience traumatisante de la DSP, l’option avait été levée en faveur d’une garde républicaine. Je ne me souviens pas si c’était à la CNS ou à Sun City et si cela a fait l’objet d’une disposition constitutionnelle ou d’une loi. L’idée était de ne plus jamais avoir cette sorte d’armée dans une armée, la mieux équipée et entrainée; exclusivement au service d’un individu et de son régime. A la place, on avait institué une garde républicaine (GR) chargée de rendre les honneurs, l’escorte, la garde des résidences officielles et offices du président ainsi que de la sécurité du président et de sa famille. L’effectif était fixé à 200 unités aux maximum.
    Malheureusement, il semble bien que les dictateurs soient de la même race et qu’ils ne peuvent se passer de ces corps armés pour mieux terroriser la population et faire face à d’éventuels coups d’État réels ou supposés. Avec Kabila, on a donc eu droit à pire que la DSP, malgré sa dénomination inoffensive de Garde républicaine. A noter que ce genre d »armées », en plus d’être composé en bonne proportion de proches tribaux du président, servent aussi de repaires à des mercenaires étrangers hors de tout contrôle de la hiérarchie militaire. Ils se chargent de besognes les plus sales comme on l’a vécu lors de marches de l’Opposition ou du CLC. Ce que les gens ne savent pas que les GR sont déployés partout, jusque dans les communes et collectivités locales, tapis dans des fourrés et rançonnant sans vergogne. Un colonel de l’armée régulière tremble devant un sous-officier GR, comme les policiers devant un supplétif de l’ANR.
    En tout cas, le retour à une vraie GR ou GP (garde présidentielle) serait la solution. Mais, quel président africain ne serait pas tenté de disposer d’une « armée » à sa solde et qui lui est dévouée à mort? Kasa-Vubu n’avait qu’une garde présidentielle et on sait ce qui lui est arrivé (et à beaucoup d’autres pères des indépendances africaines). En tous cas, l’existence des unités comme la DSP de Mobutu ou de la GR de Kabila est un attribut indissociable de la dictature. Pour le moment, il y aurait lieu de démanteler la GR dans sa forme actuelle et de disséminer ses membres dans d’autres unités. Il y a un risque de les garder ensemble, surtout au niveau du commandement.
    Deux remarques pour clore:
    – contrairement à ce qu’ont écrit certains intervenants, l’administrateur civil nommé par G. Bush avait dissous toute l’armée irakienne et non seulement la GP de Saddam. Une décision légère et lourde de conséquences, comme on s’en est aperçu par la suite;
    – le Camp Tshasi (ex « Cent Maisons ») n’a pas toujours été dédié à la garde du président. Il abritait une unité d’élite de l’armée (commandos et para-commandos), devenue plus tard la Division de troupes aéroportées de choc (Ditrac) du célèbre général Bumba Moaso Djogi. Il se fait que Mobutu y a toujours logé (bien avant de devenir président) et y est resté, dédaignant la résidence présidentielle officielle. Et le camp a ainsi évolué en base de la BSP puis de la DSP.

Comments are closed.