Congo-Kin: Que se passe-t-il à la Présidence de la République?

Une ambiance d’ « usure du pouvoir » semble régner à la Présidence de la République. Et ce au bout de sept mois d’exercice. Après un démarrage qui a suscité un réel espoir de renouveau, le président Felix Tshisekedi Tshilombo a engagé le pari très risqué en posant des actes de « gestion » en lieu et place du gouvernement. Depuis le mois de mars dernier, la Présidence de la République ne cesse de défrayer la chronique. Des contrats de gré à gré y sont signés, en toute opacité, en méconnaissance de la législation nationale sur les marchés publics. La dernière affaire en date est intervenue le samedi 31 août. Il s’agit de l’interpellation de deux inspecteurs de finances et de l’audition de l’inspecteur général des finances par… le conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de sécurité. On est où là!

« C’est une situation sans précédent qui vient de se produire à l’Inspection générale des finances. C’est la toute première fois que des policiers se présentent au siège de ce service administratif de l’Etat pour interpeller des inspecteurs de finances dont la ‘faute’ est d’avoir accompli leur mission ». L’homme qui parle est un ancien inspecteur de finances.

Justin Inzun Kakiak, ancien n°2 de Kalev Mutond

Au commencement, il y avait la fameuse « réquisition d’information » adressée, en date du 17 août 2019, à l’inspecteur général des finances par l’administrateur général de l’ANR (Agence nationale de renseignements). Celui-ci demande à ce haut fonctionnaire d’ « auditer tous les décaissements de fonds du trésor public au profit des ministères » du 24 janvier dernier – date de l’investiture de Felix Tshisekedi à la tête de l’Etat – « jusqu’à ce jour ».

Invoquant des « raisons impérieuses de sécurité d’Etat », le patron de l’ANR  demande la saisie « de tous les bons de retrait de fonds » ainsi que « tous les dossiers » initiés pour « sortir ces fonds ».

Dès la divulgation de cette démarche de l’ANR sur les réseaux sociaux, des voix se sont élevées pour crier au scandale en déniant aux « services » la compétence en matière de gestion des finances publiques.

Le 21 août, la radio onusienne « Okapi » a organisé un débat dans le cadre de son émission « Dialogue entre Congolais ». Thème: « RDC: les services secrets réclament un audit du gouvernement Tshibala depuis l’avènement de Felix Tshisekedi ». Les avocats Peter Kazadi et Hervé Diakese faisaient partis des invités. L’analyste politique Christian Moleka était le troisième intervenant.

« LA SÉCURITÉ PRIME TOUT »

Les auditeurs de ce média n’ont pas manqué de tressaillir en suivant la « plaidoirie » du député provincial Kazadi en faveur de cette Agence. Pour lui, « la démarche de l’ANR est tout fait normale ». A l’appui de sa thèse, le juriste d’invoquer l’inertie des structures habilitées à accomplir le travail de contrôle. La fin justifie donc le moyen. « La sécurité prime sur tout, clame-t-il. L’ANR doit surveiller tout le monde ». Des propos pour le moins surprenants dans la bouche d’un « tshisekediste » dont le parti compte de nombreuses victimes de l’arbitraire des « services ».

A en croire cet ancien opposant, l’ANR est en droit de mener des investigations « dans n’importe quel secteur de la vie nationale ».

Ce discours a fait hurler d’indignation Hervé Diakese qui fera remarquer qu’il faut choisir entre l’Etat policier qui exerce un pouvoir totalitaire et l’Etat de droit qui se soumet à l’autorité de la loi. « Il ne faut pas substituer une illégalité pour corriger une autre illégalité », a-t-il fait remarquer. Question: Peter Kazadi parlait-il au nom de la Présidence de la République ou en son nom personnel?

A tort ou à raison, l’intervention de ce cadre de l’UDPS a mis la puce à l’oreille de plus d’un observateur. Il n’y a pas l’ombre d’un doute: l’ANR est « instrumentalisée » par la Présidence de la République. Qui donc à la Présidence? Le chef de l’Etat en personne? Son directeur de cabinet? Le conseiller spécial en matière de sécurité? A quel dessein?

En cautionnant implicitement la « réquisition d’information » adressée à IGF par l’ANR, la Présidence de la République a ouvert la boîte de Pandore.

Une nouvelle affaire a, aussitôt, affolé les réseaux sociaux. Il s’agit de la « disparition » d’une somme de 15 millions USD destinée à donner une « compensation » aux sociétés pétrolières. L’argent dont question a été versé dans un compte privé à la Rawbank. La somme totale a été retirée en trois vagues par un conseiller à la Présidence.

« Joseph Kabila », ancien chef de l’Etat

L’OMBRE DE « JOSEPH KABILA »

Le pot aux roses a été découvert par des inspecteurs de finances. Ceux-ci ont manifestement été « tuyautés » par des sources très bien informées. On n’est pas loin de la réponse du berger à la bergère.

« On ne prête qu’aux riches », dit l’adage populaire. Certains analystes voient l’ombre du Premier ministre sortant Bruno Tshibala et, à travers lui, celle de l’ancien président « Joseph Kabila » derrière cette enquête des inspecteurs de finances. « Kabila a trouvé là l’opportunité de démystifier Felix Tshisekedi qui prétend être le tenant de la vertu, de l’Etat de droit et de la lutte contre la corruption », commente un expert financier.

Contre toute attente, on découvre, sur les réseaux sociaux, une missive au ton comminatoire, datée du 24 août. L’expéditeur n’est autre que le « dircab » Vital Kamerhe. Le ministre des Finances en est le destinataire. Une copie est destinée à l’inspecteur général des finances.

« FAKE NEWS »

On peut y lire notamment: « Monsieur le Président de la République (…) et moi-même n’avons aucunement autorisé une quelconque mission de contrôle. L’Inspection générale des finances étant placée sous l’autorité de la Présidence de la République, il est ainsi clair que cette fameuse mission est nulle et de nul effet. L’Inspection générale des finances, qui me lit en copie, est enjoint d’arrêter, dès réception de la présente, cette mission ». On sent une certaine panique. Et ce en dépit du fait que ladite correspondance est qualifiée de « fake news » à la Présidence.

C’est sans doute cette peur qui a incité le conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de sécurité, François Beya Kasonga, à auditionner l’inspecteur général des finances Victor Batubenga. Celui-ci assure avoir reçu des menaces de la part d’un proche de l’ancien patron de la DGM (Migrations). S’agit-il de Roger Kibelisa Ngambasui, l’ancien numéro deux à l’ANR?

D’après un économiste, la coalition CACH-FCC risque d’imploser lors de la prochaine session budgétaire du Parlement censée débuter le 15 septembre. Pour cet expert, le vote du budget pour l’exercice 2020 sera précédé, comme d’habitude, par la reddition des comptes. « Joseph Kabila n’étant plus aux affaires, les députés FCC vont sortir l’artillerie lourde pour démolir l’image réformatrice de Felix Tshisekedi et l’UDPS. Les députés FCC vont en profiter pour dénoncer la gabegie financière imputable à la Présidence de la République au cours de la période comprise entre le 24 janvier dernier et le mois d’août », conclut-il.

Des voix s’élèvent sur les réseaux sociaux pour dénoncer le « rôle préoccupant » que joueraient certains membres de la Présidence de la République. Vital Kamerhe et François Beya sont pointés du doigt.

 

Baudouin Amba Wetshi

49 thoughts on “Congo-Kin: Que se passe-t-il à la Présidence de la République?

  1. Detournements, contrats-gre-a-gre (Affaire ZAWAL), pots de vin, etc..
    Le duo FaTshi-Kamerhe demnontre a suffisance qu’il ne s’agit ici que d’une bande des profiteurs et jouisseurs nous jetant la poudre aux yeux avec vides slogans tandis qu’ils s’occupent a s’enrichir tres vite.
    Peter Kazadi a raison: l’ANR et l’Inspection Generale des Finances doivent demasquer et poursuivre en justice ces Voleurs au Sommet, qu’en deplaise au corrompu F. Beya deja dans la poche de Kamerhe.
    N’y allons pas par detours: Kamerhe et Beya sont un « Relay-Team » de voleurs et commaniditaires de la recente interpelation – intimidation – des inspecteurs des finances, et ce pour de raisons faciles a deviner.
    Et FaTshi dans tout cela? Il opere a travers son margoulin de Dir-Cab.
    Signalons en passant que la Maisson Civile de FaTshi que dirige son Oncle Msgr. Mulumba vient de « mandater » un cousin de FaTshi pour une « mission speciale » d’un an au Canada pour aller y trouver des investisseurs qui pourraient collaborer avec cette Maison Civile dans l’exploitation des mines en RDC… Compris…? (Suivez mon regard…)
    Bref, rien a envier a la Voyoucratie-Kleptocratique de Kingakati…!

  2. Des bandits se comporteront toujours en bandits…
    Les textes, les règles et les institutions n’ont aucun effet sur eux.
    A bon entendeur…

    1. Avec slogans creux du genre: « Peuple d’Abord », « Lutte anti-Corruption »..!
      Ne dit-on pas qu’un peuple (mou) a de dirigeants (voleurs) qu’il merite?
      Le petit voyou se la coulant douce a Kingakati l’a fait pendant 18 ans.

  3. Des gens nommés sous le coup de l’émotion, juste pour pérenniser leur ambitions de ruiner la nation. Aucun professionnalisme et désir de servir le peuple. Nous avons trop parlé, agissons pour le bien de ce pays et le plus urgemment possible. Le peuple aussi a sa part de responsabilité dans cette débandade
    Il faut dire stop et le dire haut et fort !

  4. # A noter que ce n’est pas seulement Kazadi le tshisekediste du dehors qui a défendu la réquisition de l’IGF par l’ANR mais aussi la Présidence elle-même. En effet en date du 21 août, Giscard Kusema, directeur adjoint de la presse présidentielle. a dit que « Nous trouvons cette démarche normale. C’est le rôle des inspecteurs des finances de pouvoir vérifier l’affectation des dépenses publiques et qu’au niveau du service de renseignements, comme tout service d’intelligence, ils peuvent demander des informations à n’importe quel service de l’État. » (= http://www.rfi.fr/afrique/20190822-rdc-demande-audit-depenses-ministerielles-jugee-normale-presidence ). Rétropédalage quand la menace atteint le cœur de la Présidence ? Est-il que l’accusation de « faux » est un mode opératoire coutumier du Cabinet du Chef de l’État qui au gré des fuites qui scandent depuis un moment son fonctionnement peine ainsi à se disculper de son amateurisme, de ses délits réels et des clans opposés en son sein. En voilà une illustration de plus, Kamerhe juge et partie dans la disparition de 15 millions des caisses de L’État s’arroge le droit d’interdire les enquêtes de l’IGF et aidé de Beya, le puissant Conseiller du PR, d’intimider et poursuivre les inspecteurs.
    # Le pot aux roses en risque-il d’être étouffé ? Rien n’est moins sûr, on n’est pas loin d’un conflit plus ouvert non seulement au sein du Cabinet mais aussi entre le Directeur du Cabinet et le Président jusqu’à un possible désaveu populaire encore inédit de la nouvelle Présidence tellement ça commence à sentir mauvais et à géner tout le monde.
    Alors que se passe-t-il à la Présidence ? L’esprit autour du Président dans son entourage familial, politique et administratif (son Cabinet) est hélas de trouver « normal » d’en profiter financièrement, matériellement, socialement quitte à user des expédients illégaux ou à la limite de l’illégalité – personnellement je l’ai répété et regretté plus d’une fois sur CIC depuis que je l’ai découvert. Voilà qui à l’usage risque des bouleversements obligés à la tête du pays surtout que les adversaires politiques en profitent. Ce n’est pas seulement Kamerhe ni même le soldat Beya appelé à la rescousse qui sont en cause, c’est d’abord le PR qui doit remettre en cause sa vision du fonctionnement de son entourage sinon il en payera tôt ou tard les pots cassés !

    1. PS
      Aujourd’hui la presse kinoise ou une presse vole abondamment au secours de la Présidence ou plus exactement de Kamerhe et Beya contre l’IGF qui serait dans un complot contre les intérêts de l’Etat ; un dossier sensible touchant directement à la sécurité du pays, rien que ça (= https://www.forumdesas.org/spip.php?article21529 ; https://www.africanewsrdc.net/actu/surete-de-letat-pourquoi-le-conseiller-special-de-fatshi-a-traque-les-inspecteurs-des-finances/ ; ° https://laprosperiteonline.net/2019/09/02/igf-victor-batubenga-libre-de-ses-mouvements/ ). Je ne suis pas en mesure de juger de la pertinence des accusations portées contre les inspecteurs des finances mais je me pose une question essentielle. Pour le compte de qui les enquêteurs de l’IGF travailleraient-ils alors ? Celui du camp de ‘JK’ qui chercherait à nous détromper de la casquette de vertu que veut porter le nouveau PR ou ne font-ils que loyalement leur travail qui gène aujourd’hui parce qu’il pointe des malversations au sommet ?
      Cette affaire est volontairement rendue compliquée voire floue : la disparition de ces fameux 15 millions Usd ne serait donc qu’une fable ? Je n’ose me l’imaginer mais ce n’est que moi ; n’importe, il faudra bien qu’on me fournisse des preuves autrement plus convaincantes tant le plan ourdi pour déstabiliser le tandem Tshisekedi-Kamerhe ou le complot contre l’État m’apparaissent comme des réquisitions trop facilement dissuasives.
      La suite…

      1. @ Nono,
        Alors que veux-tu dire au juste en allant du coq-a-l’ane…?
        Pour toi les IGF seraient a la solde de tiruers de ficelles et et les $15 Million disparus des comptes de l’Etat rien que fabrication (de l’ANR).
        Defends-tu la bande-a-FaTshi ou celle du mec de Kingakati…?

  5. Allez demander l’avis des talibans fanakwiti aveugles comme ces soit disant chinois à Abidjan. Dejà que Mukoko fils a été molesté il y a quelques jours par les services.Son péché,c’est de voir et critiquer les dérives du moment.

  6. Dans un système politique qui se veut démocratique, quand aucun contre-pouvoir ne peut effectivement contrôler le pouvoir du magistrat suprême, le système dépendra non pas de la force de la loi mais du bon vouloir du magistrat suprême. Ce ne sont pas des bandits qui se retrouvent aujourd’hui à la présidence de la république. Ce sont des êtres humains capables de donner le meilleur d’eux-mêmes dans un système politique ayant des contre-pouvoirs effectifs mais le pire de ce que la nature humaine peut donner dans un système politique où les contre-pouvoirs restent inefficaces. Tant que nous n’aurons pas compris cela et que nous ne réfléchirons pas sur notre système politique dit démocratique, nous allons continuer à assister impuissants à ce spectacle désolant. C’est depuis le 24 avril 1990, date officielle de deuxième processus de démocratisation de notre pays, que je répète cela.

  7. Kie Kie Kie, Amba Wetshi sur son terrain de prédilection! Comme toujours sur le pas des réseaux sociaux et de cette presse qui n’a cessé de soulever des vagues depuis GENÈVE, Mawa! Bokokoka te. Ekokota te.
    Il ne fait même pas mention du CD et montages des opérations par nos fameux inspecteurs pour les marchander et les livrer aux commanditaires.
    Autre chose, juste pour rappeler que j’ai attendu mais en vain de lire sur les colonnes de CI, ne serait ce que le communiqué de l’ACP sur le prix que le japon a octroyé au Dr Muyembe. Mais tala kaka….
    Bon, aux sous-traitants de CI, je vous ai servi, ….

    1. Encore ce Lokumu,
      Voila un delinquant, tres probablement un de ces pretendus-conseillers a la presidence, un faineant et profiteur nous jetant la poudre aux yeux

    2. Pauvre Lukumu, hélas c’est tout ce que votre fanatisme et votre esprit de moineau peuvent nous servir ici : un Genève que seul vous continuez à garder en mémoire, un Muyembe que vous voulez privatiser sans honte faute d’un mot intéressant à dire, un CD et je ne sais quels autres montages fantasmés des inspecteurs des finances qui essaient de faire leur boulot… Bref, c’est vous le parfait sous-traitant des idoles que votre aveuglement sectaire a fabriquées, ne le cherchez pas ailleurs. Triste et abruti suiveur Lokumu, merci plutôt de vous taire si vous n’avez rien d’intéressant à nous livrer, vous y gagnerez en savoir et en maturité politique, croyez-moi…

      1. – « …votre esprit de moineau… Triste et abruti… »
        Le jour où je dirai la même chose, NONO trouvera cela insultant et inadmissible.
        – « … vous TAIRE si vous n’avez rien d’intéressant à nous livrer… » : Est-ce NONO qui décide du caractère ‘intéressant’ d´un post ? Qu´il se taise ? Cela tombe bien à pic. Ci-haut on parle de l´ANR. Et dans le forum, on trouve ses agents qui menacent et font taire les ‘indisciplinés’.

  8. Félix donne l’impression de ne rien contrôler,ni les services de la présidence,ni l’UDPS, ni le pays lui-même. Quand on est catapulté à la tête du pays,sans avoir eu à gérer une petite épicerie,ça donne ce poto-poto-là. Les hommes au pouvoir n’ont rien craindre. Ils ont à faire à un peuple congolais qui prie et danse; il ne demande pas des comptes à ses dirigeants.

    1. @Kolomabele
      Vous avez raison de penser que Félix donne l’impression de ne rien contrôler. En effet, il ne contrôle rien car il est totalement prisonnier de deux accords :
      1. L’accord de Nairobi avec le burundais Kamerhe.
      2. L’accord avec les rwandais et leurs suppôts du FCC.
      Félix se contente de signer les documents qu’on lui demande de signer et de jouir des privilèges du pouvoir.
      Ce n’est pas très compliqué à comprendre.

    2. « Quand on est catapulté à la tête du pays,sans avoir eu à gérer une petite épicerie… » : vous retirez vous-même toute ‘crédibilité’ à votre discours. Omilingi te! Et pourtant il ne manque pas de matière pour une critique sérieuse.

      1. @procongo.
        Votre réaction serait plus crédible que la mienne si vous nous donniez le cursus scolaire sans faute de Félix et son parcours professionnel brillant.Comme son prédécesseur Joseph Kabila,Félix a un CV maigre. Avec beaucoup de zones d’ombres.

      2. kolomabele,
        vous n´avez pas besoin d´un CV pour voir que vous êtes dans le subjectivisme total (« … sans avoir eu à gérer une petite épicerie… »). Même Fayulu – qui a accompagné celui qui dirigeait la plus grande plateforme de l´opposition – ne saurait vous approuver. Critiquer, c´est bien, mais il importe de rester crédible dans ses critiques et non de chercher ya komisepelisa en disant n´importe quoi.

  9. Qu’est ce qui se passe à la présidence ?
    Amateurisme, gabegie financière, détournements, népotisme, tribalisme, corruption, trahisons mutuels, « leurs  » poches et intérêts d’abord.
    Nous pleurons Beni Nous pleurons Beni Nous pleurons Beni

    1. Bois,
      vous avez oublié la formule : « Je suis Beni », « Je suis Minembwe ». Je vous suggère aussi : « JE SUIS NGOMBE » (cf. les pauvres vaches ’empoisonnées’ )

      1. @prorwanda
        Est-ce une honte d’être rwandais ?
        Dans votre cas, vous pouvez dire : JE SUIS RWANDAIS.
        Minembwe sera votre Vietnam !

  10. Amba Wetshi dans ses oeuvres, suppitations et detour des mots (ahahah…). Revenez au pays vous tous, ensemble on va le reconstruire. Sinon la haine et la jalousie,ennemis de la santé,ne pourront que nuire ….AVC surtout.

    1. Décidément vous n’êtes capables d’aucune expertise cohérente, « des supputations et des détournements des vérités » c’est vous qui voyez un Congo imaginaire en manque d’une population qui puisse le reconstruire sur place en attendant que la diaspora y retourne pour l’y aider. En bon Tutsi rwandais vous devriez pourtant être au courant de la force d’une diaspora qui de loin a aidé Kagame à conquérir son pouvoir hégémonique et génocidaire.
      Quant à « la haine et la jalousie » ce sont les seules contre-valeurs que vous vivez au quotidien avec vos Compatriotes ennemis Hutu, vous voilà les transposer partout et l’AVC c’est vous qui le risquez à la mort de votre Kagame, voyons…

      1. Comme un gamin venu directement de la maternelle, te voilà disserter sur un pays voisn.Il vous hante ce pays là! Vous devez vous surpasser Mon Frère Nono.Pour ton information sinon votre information, je suis congolais pur sang.Ne te fie surtout pas au nom et Amba Wetshi ne me dira pas le contraire sinon il ferait mieux de le traiter aussi de la même façon que vous traitez les gens qui portent un nom surmonté de la lettre R. Donc, je disais,tu me parles de la diapora congolaise, je la respecte bien.Mais je sais aussi que dans cette même diaspora il y en a beaucoup qui n’ont rien à faire! Je connais bien porte de Namur, avenue Louise (shekulaaaa), quartier d’ixelle…. chateau rouge…UK l’aquarium! On se connaît très,arrête alors de surfer sur cette piste diaspora, tu nourris qui au pays sinon ta famille! Parlons des choses vraies! Le pays avance,mais vous, y compris Amba Wetshi, vous vous plaisez à faire du théâtre sur la place publique…. Vous voyez des rwandais partout, et ça ne vous gêne même pas………Shekula!

      2. Cela devient inquiétant ! Quinze millions USD disparaissent des comptes publics. On ne cherche guère loin: le coupable ne peut être que « l’occupant rwandais  » ! Ça frôle la schizophrénie nationale. Des fonctionnaires congolais, profitant de la déliquescence de l’Administration publique, se sucrent allègrement sur le dos de la communauté nationale. Nul ne pense au mécanisme destiné à corriger un si grave disfonctionnement des services publics. On se console en se disant que c’est Kagame qui a « piqué » l’argent du contribuable congolais. C’est incroyable…

    2. Autant signer ton nom V.Kamerhe au lieu de te cacher derriere B.Michel
      BAW lui fait un travail tres noble, celui d’etaler (et de denoncer) la mal-gouvernance au sommet. Ce au contraire des voleurs a la Presidence.

    3. @b.michel
       » Haine »,  » jalousie »… Vous avez oublié  » divisionnisme »,  » FDLR »,  » génocidaire »,  » hutu  » … votre chapelet habituel… des manipulateurs ataviques… Ubwenge !
      Pauvre type !

      1. @ B.Michel,
        Enfin tu ramasses de miettes a la Presidence (et a Kingakati…), tres probablement fruits de corruption et pots de vins, les caisses de la Presidence etant vides (sinon pourquoi detourner $15 Million de maigres revenus fiscaux), et tu crois ainsi reconstruire ton Pays….?
        Mieux vaut « vegeter avec honneur » dans la Diapora qu’etre Voleur vivant aux depends du Tresor et de la misere de tes compatriotes au Pays !

  11. DIRECTEUR DU BUREAU DU PRESIDENT.
    Aux lecteurs qui possedent un « savoir juridique » de nous aider á comprendre où dans la constitution de la RDC trouve-t-on une fonction étatique du « directeur du bureau du président de la république »?
    C´est quoi au juste cette « fonction » étrange où un directeur du bureau du président du Congo donne des ordres á gauche et á droite, peut « requisitioner » 15 millions de dollars…et devient une sort de « ministre » sans être membre du gouvernement?
    Nous qui avons grandis sous la dictature de Mobutu avons encore le souvenir du « cabinet du chef de l´Etat » dont les membres étaient pratiquement invisibles..
    Avec Mobutu, il était impossible de voir son directeur de cabinet oser donner des ordres á l´admnistration publique, signer des documents officiels.. Ce rôle était tout simplement d´assurer l´admnistration de la présidence.
    Cette fonction a pris trop de pouvoir avec Kabila junior dont on connait les limites intellectuelles.. Ce que Joseph Kabila avait grandement besoin de ses « directeurs » pour ne pas démontrer ses limites.. kie kie
    Mais avec Felix, Kamerhe se comporte comme un « vice-président » de la RDC.. On se demande si le Parlement sera capable de mettre de l´ordre dans ce chaos !
    Depuis les Kabila, même les conseillers á la présidence se comportent comme des « ministres ».. Sur quelle base juridique, un conseiller en matière de sécurité peut oser convoquer un inspecteur dont un membre de l´admnistration publique? Ce conseiller ne devrait-il pas se limiter « á conseiller le président » ?
    ABSURDITE
    On apprend que l´Inspection Générale des finances depend de la « présidence de la République ».. Mais comment cette admnistration peut-être placée sous le contrôle de la présidence? C´est absurde tout simplement quand on sait que c´est la Cours des Comptes qui supervise tout contrôle financier et le parlement est l´autorité budgetaire..
    DYSFONCTIONEMENT
    En esperant que les parlementaires..et surtout au Sénat où on trouve des gens assez éduqués…qui peuvent mettre de l´ordre dans la gestion de l´État en faisant en sorte que l´adminstration de la présidence ne se transforme ni en gouvernement, ni en admnistration publique.. kie kie.. La route vers l´État de droit est un calvaire..

    1. Merci Cher Ghost de nous rappeler ces quelques principes simples en rapport avec la gestion d’un Etat moderne. Un Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, un Conseiller Spécial en matière de Sécurité, un Chef de la Maison Civile, et j’en passe, ce sont des gens qui agissent dans l’ombre de l’Institution Président de la République. Ils n’ont pas compétence à interférer publiquement dans la gestion quotidienne de la République. Tout le monde veut montrer l’étendue de son pouvoir. Tout le monde veut s’afficher au premier plan. Tout le monde veut avoir une escorte armée avec sirène et de gros 4X4 pour étaler sa puissance. Mais dans quel pays vivons nous? C’est vraiment pitoyable. J’avais cru, à tort, qu’avec l’avènement de F.A. Tshisekedi à la tête du pays, toutes ses pratiques allaient disparaître, mais j’avoue que ma désillusion est grande. Oui, ce pays n’a vraiment pas de chance.

      1. Cher Chester & Ghost,
        Vous resumez bien la grande deception des Millions de Congolais inclu ceux qui donnerent a FaTshi le benefice du doute le 24 Janvier !
        Bref, les Congolais decouvrent – tres amerement – que FaTshi et Kamerhe et leur bande ne sont qu’un ramassis de voleurs-jouisseurs se servant de caisses de l’Etat pour vite remplir leurs comptes vides.
        Makala devrait appreter de cellules pour accueillir tous ces voleurs, sinon « l’Etat de Droit » dont revait EtwM ne restera qu’une chimere !

    2. Ghost,
      je trouve votre critique pertinente. Mais déjà sous Mobutu, on pouvait remarquer de nombreux cas d´usurpation du pouvoir. De simples membres de famille de Mobutu, des conseillers avaient de l´influence dans l´administration. Ils pouvaient même faire fouetter des gens, voire les ’emmener’.
      Le Congo a encore du chemin.

      1. @prorwanda
        Pour une fois, je suis d’accord avec vous. Le Congo a encore du chemin. Chasser tous les tueurs rwandais de ce pays va prendre du temps… beaucoup de chemin.

      2. Jo Bongos l´obsédé du Rwanda,
        « Chasser tous les tueurs rwandais de ce pays va prendre du temps…  »
        Surtout quand on reste un ‘résistant’ abruti des réseaux sociaux. Il ne reste qu´à dire que la Constitution vous interdit d´agir. Kiekiekiekie!

  12. Plusieurs Kongolais sont peureux, hypocrites, laxistes pour parler de la « Vérité », paresseux et négligents pour agir. Ils parlent contre la Vérité sans être confus de leur ignorance. Ils s’interdisent de parler vrai quand il le faut or au discours on reconnaîtra la sagesse (la connaissance d’en Haut), l’instruction (l’intelligence, la science), aux paroles de la bouche… Après 23 ans d’occupation du Kongo par les Nomades Occupants Tutsi Nilotiques Rwando-Burundo-Ougandais venus du Tigré via le Yémen, certains d’entre nous (Kongolais) continuent toujours de croire cyniquement que les politiciens Kongolais sont honnêtes, cleans, progressistes, nationalistes, patriotes… C’est de la naïveté ou de l’envoutement satano-occulto-nécromancien… Ce qui se passe sous le quinquennat de la honte, de la mort de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo était « PREVISIBLE » et ne laissera des séquelles que sur celles et ceux qui cautionnent les manoeuvres politiques dilatoires de la classe politique corrompue, médiocre, inconsciente… La vraie question devrait être pourquoi en sommes-nous arrivés à une nomination électorale par un imposteur Rwandais usurpateur d’identité Kongolaise ? Si toutes les forces vives du Kongo RDC appelaient le chat par son nom, la RDC avancera, en ce moment précis parler politiquement correct est dépassé, seule une lutte armée prévaut, soutenons tant soi peu les Maï Maï Makesa baptisé A.N.P.K (Armée Nationale du Peuple Kongolais) financièrement, moralement, physiquement, spirituellement SINON NOUS SERONS TOUS DANS MOINS DE 10 ANS UN PEUPLE SANS TERRE. En outre le mal étant profond, la misère grande au Kongo RDC, tout (e) Kongolais (e) qui cautionne la classe politique Kongolaise corrompue toutes tendances confondues de près ou de loin est maudit (e) jusqu’à la 10 ème génération car tout se paie ici bas, même sa progéniture paiera le prix fort car l’âme est immortelle, les initiés iront à la VIE=Vérité et les non-initiés aux enfers des enfers=MORT=Mensonge… Ainsi soit-il… Ingeta

  13. @Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo
    Votre analyse est naïve. Ces gens sont des bandits et vos « contre-pouvoirs », comme l’inspection générale des finances, ils vont les broyer.

    1. Tres bien dit. MBTT dans sa naivete de sa « Tour d’Ivoire » prescrit un remede que le patient (FaTshi + V-K +Beya) se moque a coupe gorge.
      Il ne reste donc que de frapper comme le fait l’ANR (…a la Presidence) !

  14. Le 1er Ministre Ilunga vient de « passer son orale » au Parlement-FCC en y etalant ses « 15 Pilliers » de Programme de Gouvernement. (Donc, une « epreuve tres dure » vue de Kingakati……Ne riez pas SVP).
    Au Point #4 de son Programme, Ilunga nous promet une « lutte sans merci » contre la Corruption (& son geniteur d’anti-valeurs) devenue mode gestion du haut-en-bas des institutions – inclu la Presidence.
    Question au « pauvre » Ilunga: A-t-il revu sa copie avec le jongleur corrompu et corrupteur Vital Kamerhe dont la course vertigineuse vers l’enrichissement fait la moquerie du Programme de Ilunga…?
    Comble du ridicule, ajoutant le sel dans la plaie, ce meme Kamerhe controle dans le Gouvernement Ilunga – tenez bien – la vice-Primature et mega Ministere du Budget, et ce via son pion Jean-B. Mayo.
    Avant FaTshi = Apres FaTshi. Vive detournements, jouissance et inpunite au sommet continuant ainsi la Kleptocratie kabiliste sous son nouveau masque « CACHE-FCC » que revetent FaTshi-Kamerhe!

  15. Chers Compatriotes,
    Je suis personnellement ravi de voir que Paysan Congolais vient de pointer la limite indéniable, et patente, de la théorie des « contre-pouvoir ». Pour que les contre-pouvoirs fonctionne, il faut une volonté de ceux qui sont chargés de les faire fonctionner. Or, c’est ce qui pose problème au Congo. Pourquoi le président sortant a fait tout pour avoir la majorité des députés au parlement, c’est pour que ce contre-pouvoir ne fonctionne pas. Il en est de même de tous les autres contre-pouvoirs. D’où l’importance du changement radical des mentalités et le besoin d’une révolution. Car, ne voir la corruption seulement au sommet de l’Etat est une erreur, et il ne faut pas être exceptionnellement intelligent pour constater que la corruption est devenue un mode de vie culturellement ancrée dans les mentalités des Congolais. C’est là le grand travail que nous avons à faire au niveau pratique. Nos théories resteront dans des ordinateurs, livres… pour ceux qui peuvent les lire encore. Comment faire ? bonne question. Que Dieu nous vienne en aide.

  16. @prorwanda
    kiekiekiekiekie…koseka ya moto akweyi na vélo.
    Jo Bongos obsédé du rwanda ? Yebisa ngai :
    Le Général ober rwibasira, Cmd de la 5ième région militaire à Kananga est de quelle nationalité ?
    Le Général padiri jonas, Cmd Brigade EQUO à Kimoka-sake (Nord-Kivu) est de quelle nationalité ?
    Le Général moustapha muhiza, Cmd de la base militaire de Kitona est de quelle nationalité ?
    Voulez-vous d’autres noms ?
    Au fait, à part commenter les commentaires des congolais sur les sujets qui intéressent leur pays, quel est votre rôle exact dans la légion étrangère rwandaise au Congo ?
    Ubwenge !

      1. KUM le résistant médiocre et abruti, petit Kalev, piètre et sans prime,
        on attend vos actions. Vous avez assez distrait le peuple congolais. Bilamba ya makasi, 5e colonne, ultimatum, soulèvement blablabla!

  17. Correction:
    Tres bien dit. MBTT dans sa naivete de sa « Tour d’Ivoire » prescrit un remede dont le patient (FaTshi + V-K +Beya) se moque a coupe gorge.
    Il ne reste donc qu’a le frapper comme le fait l’ANR (…la Presidence) !

  18. AU LIEU DE DEMANDER DES EXPLICATIONS CLAIRES AUPRES DE SON DIR-CAB V. KAMERHE, ET EN CAS DE « NUAGES » SUR CE TRES GRAVE DOSSIER DE DETOURNEMNST ET VOLS, LE SANCTIONNER OU DU MOINS LE SUSPENDRE ET LE METTRE A LA DISPOSITION DE LA JUSTICE, NOTRE FA-TSHI LUI S’ATTAQUE AUX INSPECTEURS DE FINANCES AYANT EU LE MALHEUR (OU LE BONHEUR – C’EST SELON) DE DECOUVRIR CES MAGOUILLES A LA PRESIDENCE.
    TIREZ-EN ALORS VOS CONCLUSIONS CONCERNANT CES VOLEURS!

  19. UN MOT SUR CETTE AFFAIRE DE 15 MILLIONS !?
    # Je ne sais si « elle rend fou les Congolais  » comme l’a titré un journal, pointant lui, les inspecteurs des finances et autres qui s’acharneraient à y impliquer le chef de l’État, mais il est clair qu’elle continue à intéresser les journaux et à agiter les politiques à la présidence, au FCC et même chez LAMUKA mais aussi faute de la passionner, elle ne laisse pas indifférente la population.
    A la présidence où l’on rend responsable Kamerhe, tantôt c’est le camp de ce dernier qui crie à une « cabale contre lui » même au sein de la présidence, tantôt c’est le Président en personne qui prend sa défense contre une IGF dont l’enquête est qualifiée d’irrégulière avec en passant la défense de la FEC et du monde des affaires qui souffrirait de ses enquêtes et taxations illégales conséquentes.
    On en oublierait que si au sein de cette Présidence on s’emploie à éteindre le feu, certaines pressions des proches n’en poussent pas moins le Président à se séparer de son Chef de Cabinet qu’ils jugent nocif pour lui, l’accablant de tous les maux. Il existe donc bien des pro-Tshisekei et des pro-Kamerhe. A qui profite tout ce remue-ménage ? Pas seulement aux adversaires déclarés du nouveau Président, c’est dire la complexité et peut-être la gravité (prochaine) de l’affaire.
    # La gravité est que quelles que soient les dénégations il y’a bien un trou de 15 millions USD dans les caisses de l’État dont il faut trouver le chemin qu’ils ont pris et pour le moment il semble mener vers Kamerhe , déjà suspect de détournements à travers des marchés de gré à gré et autres que les différentes fuites du Cabinet nous ont déjà révélés.
    Personnellement j’ai tendance à croire que c’est bien plus complexe : je refuse en effet une distinction tranchée entre un Tshisekedi décidé et agissant dans une lutte contre les anti-valeurs (corruption, impunité, enrichissement personnel…) et un Kamerhe qui serait encore lui « partisan des pratiques prédatrices. Pour moi c’est tout l’entourage de Tshisekedi, familial, politique et administratif (Cabinet) qui est à blâmer tant son parti-pris « jouisseur » n’encourage pas assez leur leader à matérialiser dans son exercice ses bons sentiments et même sa bonne volonté politique.
    # Voilà la source légitime de tous les soupçons mais hélas à ce niveau je crains fort que ceux-ci n’aboutissent à la vérité et à la justice pourtant indispensables pour ce pays. L’affaire finira par être classée « sans suite » ou presque, hélas, hélas ; la lutte contre la corruption et l’impunité n’a pas encore trouvé son terreau idéal d’autant qu’ici la vérité serait quasiment suicidaire pour la nouvelle présidence. Mais l’image de Tshisekedi en sortira-elle vierge ?
    La suite…

    1. @ Nono
      Bonne analyse. Repondons vite a votre question a la fin: Non, l’image de F.A. Tshisekedi est deja irreparablement ternie par les magouilles et crimes financiers (inbus de vols) que pilote Kamerhe autour de lui.
      Soit FATshi est tellement incompetent qu’il ne voit meme pas ce qui se passe dans son cabinet sous la botte de son margoulin-voleur Dir-Cab Kamerhe, ou FATshi en est complice. Nous pensons le dernier.

Comments are closed.