Congo-Kin: Tshisekedi va rapporter les décrets litigieux de « Kabila ». Mais…

Trois jours avant la tenue des élections, « Joseph Kabila », alors président sortant, avait signé, à la sauvette, une dizaine d’ordonnances pour « gratifier » quelques membres de sa « clientèle politique ». Datés du 27 décembre 2018, ces décrets seraient en voie de « retrait ». C’est la décision prise par le président Felix Tshisekedi Tshilombo. Tout en saluant cette démarche qui va dans le sens de l’Etat de droit et du renouveau, force est de relever un inquiétant « flottement » qui règne dans le pays. Et ce plus d’un mois après la passation de pouvoir dite « civilisée » au sommet de l’Etat.

Vital Kamerhe, Président de l’UNC

Dans une correspondance adressée au ministre de la Fonction publique (date illisible), le directeur du cabinet présidentiel transmet à celui-ci une « instruction » du Président de la République invitant ce membre du gouvernement à « suspendre » l’exécution des ordonnances présidentielles n°18/143, 18/143B et 18/143C du 27 décembre 2018, signées par « Joseph Kabila » à quelques soixante-douze heures de l’organisation des élections du 30 décembre.

Le président Felix Tshisekedi enjoint au ministre Michel Bongongo Ikoli – en « affaires courantes » – de lui soumettre « et ce dans les meilleurs délais, le projet d’ordonnance portant retrait de ces trois » actes juridiques. « Le prochain gouvernement se chargera de la mise en place générale dans la Fonction publique », note, par ailleurs, le « dircab » Vital Kamerhe.

ORDONNANCES « FANTAISISTES »

C’est à la fin du mois de janvier 2019 que le grand public a appris l’existence de cette série d’ordonnances signées en catastrophe par l’ancien président « Kabila ». Président de l’organisation non gouvernementale « ACAJ » (Association congolaise pour l’accès à la justice), Georges Kapiamba avait qualifié ces décrets présidentiels de « fantaisistes » avant de demander leur « annulation » pure et simple.

Une de ces ordonnances porte « élévation » de certains membres de la mouvance kabiliste « à la dignité d’ambassadeur ». Une autre concerne des  nominations au grade de « secrétaire général » de l’Administration publique. Et ce en violation notamment de l’alinéa 4 de l’article 81 de la Constitution.

Ces « promotions » n’ont nullement été délibérées en conseil des ministres. Ce n’est pas tout. Certains nouveaux « secrétaires généraux » ne porteraient même pas de numéro matricule de l’Administration publique. « Cela revient à dire que certains des nominés ont été recrutés au grade de secrétaire général alors que c’est l’échelon le plus élevé de l’administration publique », s’enrage un vieux fonctionnaire kinois.

Certains constitutionnalistes vont plus loin. Ils parlent d’usurpation de pouvoir estimant qu’au moment de la signature de ces actes juridiques, « Joseph Kabila » ne disposait plus de « pouvoirs constitutionnels ». Et ce du fait que son second et dernier mandat a expiré depuis le 19 décembre 2016. « Depuis le 19 décembre 2016, Joseph Kabila expédiait les affaires courantes », assure un de nos interlocuteurs. Un autre d’enchaîner: « L’expédition des affaires courantes implique deux choses. D’une part, assurer l’administration quotidienne. D’autre part, prendre des décisions nécessitées par l’urgence ». Parlant quasiment en chœur, les deux juristes assurent qu’il n’y avait aucune « urgence ».

Tout en saluant cette démarche du président Tshisekedi, on ne pourrait s’empêcher de relever le « flottement » ambiant qui règne dans le pays. Plus d’un mois après la « passation civilisée de pouvoir » entre le l’ancien Président et le Président entrant, celui-ci semble faire face à des « pesanteurs ». Qu’est ce qui bloque? C’est la question qui « ronge » tous les esprits.

L’ETAT, C’EST LUI

Kalev Mutondo
Kalev Mutondo

Quelques faits. Plus d’un mois après, les membres de l’ancien gouvernement sont toujours et encore là. L’informateur chargé d’identifier la « majorité parlementaire » à l’Assemblée nationale – au sein de laquelle devrait provenir le futur Premier ministre – est désespérément attendu. Le très redouté et détesté Kalev Mutondo continue à trôner à la tête de l’Agence nationale de renseignements (ANR). Il en est de même du très cruel « général » Delphin Kahimbi à l’ex-Demiap (Renseignements militaires). Que dire des entreprises et organismes publics telles que la Gécamines, la DGDA (Douanes), la DGI (Impôt) et DGRAD (Recettes administratives et domaniales), l’ex-Onatra, le CEEC (Centre national d’expertise, d’évaluation et de certification des substances minérales) qui sont toujours par des « hommes de l’ex-raïs »? D’aucuns ne manqueront pas d’ajouter, la Banque centrale du Congo (BCC) sur cette liste. Pourquoi pas?

Plus grave, l’ancien Président continue à « parader » à travers les rues de la capitale avec son cortège habituel et des éléments de la « garde républicaine ». Alors qu’il n’a droit qu’à une équipe réduite de policiers. L’homme a une conception patrimoniale de l’Etat. L’Etat, c’est lui.

Une chose parait certaine: le changement tarde à venir. Et ce en dépit de la présentation, par le nouveau chef de l’Etat, du programme d’urgence pour ses 100 premiers jours.

Sur les réseaux sociaux, on apprenait, via un lanceur d’alerte anonyme de la BCC, que « Fatshi » aurait passé beaucoup de temps, mardi 5 mars, à la ferme de Kingakati où il se serait entretenu durant plusieurs heures avec son prédécesseur. Selon la même source, ce dernier lui aurait remis deux véhicules 4×4 blindés. Infox?

LE RENOUVEAU VERSUS CONSERVATISME

Coïncidence ou pas, on apprenait, mercredi 6 mars, au moment de boucler ces lignes, que les plateformes politiques « Cap pour le changement » (CACH) du duo et le « Front commun pour le Congo » (FCC), représentées respectivement par Jean-Marc Kabund-A-Kabund et Néhémie Mwilanya Wilondja, ont signé un « communiqué conjoint ». « Les deux plateformes politiques recommandent » d’une part à « Joseph Kabila », en sa qualité d’ « autorité morale » du FCC, « d’accomplir les devoirs de sa charge permettant au chef de l’Etat de procéder à la désignation du formateur du gouverneur ».

En « français facile », les deux parties demandent à « Kabila » de communiquer l’identité du candidat du FCC à la primature. D’autre part, il est demandé au Président de la République de « nommer » ledit postulant « diligemment ». Adieu Informateur? Au nom de quel principe?

Osons espérer que le communiqué conjoint signé mercredi par Kabund et Mwilanya n’est, à ce stade, qu’une « déclaration d’intention » qui ne préfigure nullement la naissance d’une « coalition gouvernementale » CACH-FCC comme on peut y lire.

Il faut espérer également que « Fatshi » est conscient du traquenard. Et qu’il lui sera difficile de réussir son quinquennat en faisant un pas en avant et deux pas en arrière. Le « renouveau » et « l’Etat de droit » ne peuvent faire bon ménage avec ce que le président Etienne Tshisekedi appelait le « camp du statu quo ».

 

Baudouin Amba Wetshi

23 thoughts on “Congo-Kin: Tshisekedi va rapporter les décrets litigieux de « Kabila ». Mais…

  1. Chers Compatriotes,
    On ne peut combattre avec efficacité qu’un ennemi que l’on connaît bien. Dans certaines circonstances de combat de ring le corps à corps est quelque chose de redoutable. Nous avons de l’inédit dans le pays, nous devons tous nous sentir concernés et faire de sorte que cela marche pour le bien commun et ne pas afficher une attitude de passivité, et d’analyste non engagé. La situation du président Tshisekedi est bien délicate, et là où il innove, c’est d’avoir pris l’antipode de son père. Nous savons que c’est maintenant que nous invoquons le père Tshisekedi à qui je ne ferai pas de procès maintenant. Mais quelle a été la finalité de son combat ? Quel a été le résultat de son radicalisme ? Quel a été le résultat de sa non-violence qui ne concernait que la lutte armée et non le langage ? Engageons-nous pour ce nous arrivions à un résultat positif, ne fut-ce qu’à un début de résultat positif, les autres continueront là où l’on sera arrivé avec cette expérience. Que Dieu nous vienne en aide.

  2. Le President Felix Tshisekedi devrait aussi s’attaquer aux nominations tribalistes a la tete de plusieurs ambassades et cela dans un petit temps record soit de Juin a Decembre 2018, de plusieurs congolais de tribu Tetela par le ministre She Okitundu. De meme que plusieurs autres Tetela qui ont ete envoyes comme diplomates dans toutes les ambassades de la Rdc par le meme She Okitundu alors que ces nomines n’ont pas de niveau requis et beaucoup d’entre eux n’ont jamais evolue comme fonctionnaires au ministere des affaires etrangeres.Pour She okitundu, le seul critere d’etre envoye comme diplomate dans une ambassade de la Rdc a l’etranger est d’etre Tetela de tribu.C’est le cas dans nos ambassades en Roumanie, au Nigeria, en Allemagne, a Ndola en Zambie, Argentine, Serbie, Angleterre,Cameroun, Gabon, Angleterre, Chine,Algerie, Liberia…et dernierement en Pologne et au Benin ou il venait d’envoyer en antidatant les documents administratifs, Mme Shakembo et Mr Salumo Ngolo comme charges d’affaires alors que le President Felix avait deja suspendu jusqu’a nouvel ordre tout mouvement du personnel dans l’administration.Quant a Mr Salumo Ngolo qui vient d’arriver a Cotonou au Benin comme Charge d’affaires,c’est un malfaiteur qui n’a jamais ete fonctionnaire aux affaires etrangeres.Le meme ministre She Okitundu l’avait auparavant designe en juin 2018 comme charge d’affaires de la Rdc en Republique Tcheque, mais les autorites de ce pays lui ont refuse l’ accreditation car Salumo Ngolo etait deja fiche dans ce pays comme criminel recherche, ce qui a etonne de voir la meme personne etre propose comme diplomate congolais dans ce pays.Voila la mediocrite. Pour rappel aussi, sur pres de 63 ambassades et consulats generaux que compte la Rdc a l’etranger, plus de 14 d’entre eux sont diriges par les congolais dela seule tribu Tetela et pres de 30% de la totalite de diplomates congolais dans le monde proviennent de la meme tribu Tetela a cause de ce meme ministre She Okitundu pour qui le tribalisme est la regle d’or. Aujourd’hui chaque ambassade de la Rdc dans le monde compte au mois deux diplomates Tetela alors que dans d’autres la majorite de diplomates sont de la seule tribu Tetela. Ceci est un affront et un defi a la politique du Chef de l’Etat Felix Tshisekedi qui combat les antivaleurs comme le tribalisme , et surtout que la Rdc compte plus de 400 tribus, alors qu’une seule tribu les batetela se taille cette proportion exageree a cause de cet homme She Okitundu et sa coterie des conseilleurs et directeurs centraux issus de sa tribu Tetela qu’il avait places durant son mandat au ministere des affaires etrangeres . Pour prouver le caractere tribaliste de She Okitundu, il avait aussi place a la tete de nos ambassades de la Rdc en Algerie et au Liberia ses deux propres soeurs de meme pere et meme comme chargees d’affaires a savoir Marie Louise Okitundu Osako et Antoinette Okitundu. Nous demandons au President Felix Tshisekedi de sanctioner severement cette injustice et de nettoyer l’appareil diplomatique congolais tres tribalise et plien de mediocrite.
    Serge kabanza.

    1. VOILA DONC UN ECHATILLON DE LA MEDIOCRTE KABILISTE EN ACTION NEFASTE AU DETRIMENT DE LA RDC. SHE OKITUNDU EST PLUS QUE MEDIOCRE CORROMPU ET CORRUPTEUR, UN CRMINEL.

  3. Les « talibans » de l’UDPS ont traité de tous les noms tous ceux qui ont dénoncé la « nomination » de M. Tshilombo Tsisekedi au poste de président de la République par « Kabila ».
    Aujourd’hui, la triste réalité les rattrape! « Mentez, mentez, … »

  4. Félix Tshisekedi a noué une alliance ou coalition gouvernementale avec le FCC et celle-ci doit produire des effets, qu’il en assume les conséquences bonnes ou mauvaises. Je ne pense pas qu’il avait un revolver sur la tempe pour accepter pareille chose.Il sait pertinemment qu’il sera sévèrement jugé par l’opinion qui ne veut nullement lui laisser même le bénéfice d’un état de grâce. Donnons-nous rendez-vous dans six mois.

  5. Pauvre faussaire, tricheur et traitre à la nation Félix Tshisekedi. Il découvre maintenant l’impact de ses grandes « qualités » ci-dessus. Et pauvre Congo, car le problème de ce pays n’est pas que le despote Joseph Kabila a une conception patrimoniale de l’Etat. Le problème, c’est que la constitution du pays ou le système politique qu’elle traduit donne automatiquement naissance à un Etat néo-patrimonial, sauf si le peuple a la chance de tomber sur un homme providentiel qui profiterait de l’immense pouvoir que lui octroie une constitution mal ficelée pour construire l’Etat de droit tant attendu.

  6. SESANGA
    Sur le site de Jeune Afrique, on decouvre une declaration subtile de Sesanga (qui compte devenir ministre de l´économie semble-t-il).
    En effet, Sesanga affirme que les « congolais vont obtenir la transition sans Kabila qu´ils souhaitaient ».
    Felix ne peut que faire des exercices acrobatiques pour « organiser » cette transition sans Kabila en negociant chaque decision sans vexer le gang de Kabila qui possede une capacité de nuisance visible. Le cas des decrets qui sont tout simplement une sorte de provocation quand quelqu´un comme Elika Mbokolo le « mboloko » est designé « ambassadeur » subitement pour le remercier d´avoir choisie le FCC. Visitez les ambassades ici en Europe où vous allez decouvrir (aussi) des nominations massives des diplomates á la dernière minute par She Okitundu. Decidement, disons comme la Cenco qu´il faut « soutenir » Felix dans son travail pendant cette « transition sans Kabila ».. même si l´ombre de Kabila est si visible lol

    1. Ndeko Jo Bongos,
      Il me semble qu’en droit « rapporter » une loi signifie l’abroger.
      J’ai pas suffisamment de bagage juridique pour l’affirmer catégoriquement, prière alors aux diplômés en droit de nous le confirmer ou de nous en fixer les nuances.
      La question serait alors de savoir ce qu’en définitive la nouvelle présidence a décidé ou encore dans quelle mesure tout cela est légal.

      1. @Nono et Jo Bongos,
        Rapporter = retrait de l’acte par l’autorité administrative avec effet rétroactif
        Abroger = retrait de l’actepar l’autorité administrative sans effet rétroactif (l’abrogation ne vaut que pour le futur et prend effet à la date de la notification)
        Annuler = retrait de l’acte avec effet rétroactif par l’autorité judiciaire (seul le juge peut annuler un acte). Un acte rapporter ou annuler est considéré comme n’ayant jamais existé !!!
        Juridiquement, le futur premier ministre made in kingakati pourrait rapporter les actes de Tshibala.

  7. Tshilombo-Pétain est une marionnette des Tutsi Power, un pantin qui signifie selon Larousse : personne sans caractère, changeant sans cesse d’opinion ou personne qui gesticule ridiculement, mécaniquement ou encore jouet d’enfant constitué d’une figurine de carton ou de bois, dont on fait mouvoir les membres en tirant un fil… Sic
    La lutte sera longue et populaire dixit Mzee Kabila ! La suite du deal mafieux d’alternance moyennant corruption en millions de $ de Tshilombo-Pétain président protocolaire militairement nommé par son partenaire alias Kabila sera épique, hilarante…
    L’Udps aile familiale comme le Palucifer est happée par l’appétit hégémonique insatiable du Raïs de Kingakati, ce parti politique ventriloque de Limete Pétunias coterie tribale est incorporée dans le FCC (Front des Cons Corrompus), Tshilombo-Pétain, Kabund, Kabuya, Vidye Tshimanga, Abraham Lwakabuanga, Jacquemin Shabani tutti quanti sont désormais des éminents membres de la Majorité Présidentielle pro Rwanda…
    Tshilombo-Pétain est devenu « rapporteur » de son partenaire et modèle politique Commandant Hippolyte Kanambe Joseph Kabila, si ce n’est pas une « haute trahison », il va falloir chercher un nouveau nom à ce sacrilège (paradigme démocratique inventé par les Nomades Occupants Tutsi Power) qui souille la Terre Kongo de Kimpa Vita, Kimbangu, Lumumba, Lumumba, Mulele…
    Vive la Résistance. Vive le soulèvement populaire éboulement final pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par les Tutsi Power. La luta continua, la victorie e certa; Ingeta

  8. Pour aller dans le sens du commentaire de Mr Kabanza Serge… le tribalisme est une plaie pour le Congo, toutes les tributs du Congo l’emploie. C’est dommage et injuste qu’on dise aujourd’hui que c’est les baluba les plus tribale. Okitundu est-il muluba ?à vous de juger…
    Apres avoir obtenu mon diplôme d’état, je voulais etre militaire, de ce fait, j’avais l’intention d’aller à EFO à Kananga, et ça tombé bien car j’avais deux amis, qui étaient les beaux fils de général Nzoibga et une de leurs sœur sortait avec le colonel Kongo, qui travaillait à la présidence, mes amis m’ont gentiment dis de venir chez eux sur la rue Tshuapa, 3 eme parcelle après Nzambe malamu dans la commune de Kinshasa vers 20:00 l’heure à laquelle ce fameux colonel arrivait, un soir, je me suis présenté devant ce colonel et lui tendu mon diplôme… la première chose qu’il a fait, était de regarder le nom de famille…, ce dernier s’est irriter en voyant que mon nom n’était pas bgandi… il jeta mon diplôme par terre en disant: OYO AZA MWANA NA BISO TE !!! A Kisangani, j’ai eu la même mésaventure, avec un autre militaire, celui-là m’a dit que j’étais dans le mauvais contingent de quota pour être enrôler et suivre la formation militaire.
    Toujours à l’époque de Mobutu, il y a avait de quota pour chaque région pour pouvoir s’inscrire à l’uni, et là encore les gbandi étaient des privilégiés suivi de quelques autres bangala…est ce que les Zaïrois de l’époque savaient-ils cela? c’est dommage qu’aujourd’hui nous voyons seulement le tribalisme de luba et bien sûr à tord, selon moi. Kabila, quoi qu’il ne soit pas Congolais, a fait de même en privilégiant les Katangais. dans ce cas de figure c’était pour les acheter

    1. Cher Moïse,
      Je suis clair de peau mais mon nom est du Bas-Congo. Chargé de cours vers les années 96-2003 dans une université privée au Congo et en même temps assistant à l’Université de Kinshasa, j’avais ma prime quand il n y avait pas assez d’argent dans la trésorerie. Le financier me disait souvent , il me donne ma prime parce que je suis son frère Mukongo par la patronymie. Pendant ce temps, je voyais beaucoup de collègues attendre parce que leurs noms étaient à consonance Luba ou Kasaïens. J’en souffrais mais je ne pouvais rien faire. User de la patronymie est une erreur grossière. C’est de l’idiotie car les noms bantous se ressemblent. On retrouve certains noms à travers diverses régions du Congo. Nous sommes un seul peuple, pourtant, certains intervenants sur ce site continuent à user et abuser de la patronymie. La patronymie , c’est le reflexe des tribalistes éhontés.

  9. C’est un pas vers l’affrontement entre Fatshi et Raïs tant que le premier ne donnera pas les signaux forts pour affirmer son pouvoir et son autorité. L’Omniprésence de Kabila devient gênant. Ce pays compte plus de 80 millions d’individus, il n’y a pas que lui. Une des solutions nous viendra peut être de l’extérieur avec un mandat d’arrêt international pour les crimes commis dont la mort de Floribert Shebeya. Cette arrogance se terminera bientôt….

  10. Chers Compatriotes,
    Opinion et débats des injures, et d’attente des autres. Je n’ai pas entendu : « unissons-nous pour nous reprendre en mains ». J’entends aussi l’attente possible d’un homme providentiel qui se mettrait au service du pays en utilisant son autorité afin d’établir un Etat de droit. Mais on peut aussi faire pression sur le parlement pour qu’il vote des lois qui vont dans le sens de l’Etat des droits. Enfin, même là où il faut que les ministères bougent, il faut que cela soit l’oeuvre du chef de l’Etat. Je me rends compte que nous avons un problème. Donnons des idées pour aider le pouvoir en place à les appliquer progressivement et diplomatiquement. Il n’est pas donné à tout le monde d’être diplomate ni subtile, ni délicat dans le langage, ni dans les actions politiques. Alors que les plus intelligents donnent des idées et fassent des analyses bien solides, et non des exutoires psychopathologiques et que les sages et les prudents les appliquent en tenant compte des réalités sensibles. Que Dieu nous vienne en aide.

  11. @Elili
    L’exutoire psychopathologique, c’est plutôt quand vous appelez Dieu de vous venir en aide pour soutenir une fraude, l’acceptation d’une escroquerie électorale pour des intérêts personnels.
    Boyokaka pe soni tango mosusu.
    Netuakula Tooo Badibumvua !

  12. PS
    Mes excuses, ndeko Jo Bongos.
    En me relisant je constate qu’au lieu de vous répondre en dissertant génériquement sur le sujet, j’aurais mieux fait de vous orienter en même temps sur l’auteur du sujet, en l’occurrence ici notre estimé hôte BAW.
    Logiquement c’est à lui de nous confirmer si en disant que « Tshisekedi allait ‘rapporter’ les décrets querelles » il voulait bien dire les ‘abroger’.
    Allez donc, c’est là une coquetterie de savoir-vivre de ma part tant je sais notre BAW excellent journaliste qui met toujours les mots à leur place…
    A +

    1. Ndeko Nono,
      Rapporter, abroger ou annuler ce n’est pas du tout la même chose.
      C’est bien rapporter et non abroger ou annuler. Voir mon post ci-dessus.

      1. Merci ndeko Muana ya mokolo lopango.
        J’ai lu et suis satisfait de votre nette et claire explicitation !

    1. @ Ndeko Jo Bongos et Nono,
      Vous avez corrigé de vous même, je voulais dire un acte A rapporter ou À annuler est considéré comme n’ayant jamais existé.
      Eu égard au niveau des intervenants, je ne trouve pas toujours utile de faire ces corrections de forme sauf si cela change le sens de la phrase.

Comments are closed.