Congo-Kin: Un parfum de scandale à la Présidence de la République

Deux courriers émanant, jusqu’à preuve du contraire, du « dircab » Vital Kamerhe sont au centre d’une vive controverse sur les réseaux sociaux. Les deux correspondances portent sur des contrats de gré à gré que la Présidence de la République aurait signés avec deux sociétés privées. Et ce en méconnaissance non seulement de la législation en matière de passation de marchés publics – laquelle impose le lancement d’appel d’offres pour tout marché public à partir d’un montant de 10.000 $ – mais aussi de l’irresponsabilité politique du premier magistrat du pays. Cette irresponsabilité interdit à ce dernier de poser des actes de gestion. Contacté à ce sujet, le porte-parole à la Présidence de la République Tharcisse Kasongo Mwema Yamba Y’amba assure que « les deux missives ont été falsifiées ». On espère que les « correspondances originales » seront diffusées pour faire estomper la polémique sur ce que d’aucuns qualifient déjà de « tentative de détournement de deniers publics ».

Cinq mois après l’investiture de Felix Tshisekedi Tshilombo à la tête de l’Etat, le Congo-Kinshasa attend désespérément la formation d’un gouvernement de plein exercice. On ne cessera jamais de donner raison aux évêques catholiques. Dans leur message intitulé « Le pays va mal. Debout Congolais! », publié le 23 juin 2017, ces derniers avaient déjà alerté l’opinion sur le fait qu’ « une minorité de concitoyens a décidé de prendre en otage la vie des millions de Congolais ».

Le « dircab » Vital Kamerhe

Dimanche 9 juin dernier, les auditeurs de RFI ont été atterrés d’entendre François Mwamba Tshishimbi, cet ancien opposant au parcours tortueux, affirmer, que le duo Tshisekedi-Kamerhe n’avait qu’un seul objectif: conquérir la Présidence de la République. « Nous avons sciemment choisi de gagner le fauteuil présidentiel en sachant que ce poste donne à son détenteur le moyen de réformer l’Etat ». Selon Mwamba, un chef d’Etat peut donc conduire des réformes sans disposer d’une majorité parlementaire de son obédience.

Certains « constitutionnalistes » – toujours prompts à se faire complices des « preneurs d’otages »- ont prétendu et continuent à prétendre que l’Etat doit « continuer ». Ils citent à l’appui, le troisième alinéa de l’article 69 de la Constitution qui stipule notamment que le chef de l’Etat « assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics et des institutions ainsi que la continuité de l’Etat. (…)« .

Appliquant cette « logique », le cabinet du Président de la République s’est érigé en « centre d’ordonnancement des dépenses ». Sans titre ni droit. Le chef de l’Etat pose, via son directeur de cabinet, des actes de gestion en lieu et place du gouvernement. Le problème? Il ne rend compte à personne.

« ENTENTE DIRECTE » OU MARCHÉ DE GRÉ À GRÉ

Revenons aux deux missives querellées. La première, datée du 13 juin 2019, est adressée au DG de la Direction générale du contrôle des marchés publics. Elle est signée « par délégation » par le directeur de cabinet adjoint (dircaba) Désiré Casimir Kolongele Eberange « pour le directeur de cabinet en mission ».

Se fondant sur une « instruction de la haute hiérarchie », le « dircaba » demande une « autorisation spéciale » au directeur général de cet organisme public afin de permettre à la Présidence de la République de conclure un contrat de gré à gré. Le contrat a pour objet « la construction et réhabilitation des bâtiments abritant la résidence et les bureaux » du Président de la République « et les bureaux de ses collaborateurs » à la Cité de l’Union Africaine et au Palais de la Nation.

Au troisième paragraphe, on peut lire notamment: « (…), à l’urgence s’ajoute le caractère stratégique et sécuritaire de l’édifice à construire et des sites où se trouvent les bâtiments à réhabiliter, lequel ne permet pas de lancer un appel d’offres. Raison pour laquelle l’option levée est celle de recourir à la procédure d’entente directe et ce, conformément aux dispositions des articles 42 (points 4 et 5), 44 et 45 de la loi n°10/010 du 27 avril 2010 relative aux marchés publics ».

Au paragraphe suivant, on apprend que ces travaux – dont le coût est estimé à 180 millions €, (vous avez bien entendus!) – ont été confiés à une entreprise à la dénomination pittoresque: « Democratic Congo High Tech Construction Company, » (DCHTCC). Il s’agit d’une société à responsabilité limitée unipersonnelle (SARLU). En clair, il n’y a qu’un seul actionnaire.

A en croire le « dircaba » Kolongele Eberande, le choix porté sur cette entreprise « se justifie notamment par le fait qu’elle a une expertise avérée pour avoir déjà exécuté par le passé des travaux analogues comme l’attestent les preuves en annexe » (article 44 de la loi précitée).

Ces assertions sont aussitôt balayées par des informations relayées sur les réseaux sociaux. Il semble que ladite société dont le siège se trouverait au numéro 27, avenue Batetela à Kinshasa/Gombe, n’a été immatriculée au « Guichet unique » que… le 31 mai 2019. Il n’y a même pas un mois. L’entreprise dont question porte le numéro 01-403-N47109T. Son capital social serait de 32.800.000 CDF soit plus ou moins USD 20.000.

La seconde correspondance, elle, est datée du 18 juin 2019. Elle est adressée au sieur Makuangu Nkombo Doudou, gérant de la société au nom insolite de « Zawal ». La lettre est revêtue de la signature du « dircab » Vital Kamerhe. En personne. L’objet est libellé comme suit: « Votre demande d’accompagnement de financement d’un projet économique. Accusé de réception ».

En fait, le cabinet présidentiel donne suite à la lettre n°MIND/G/038/2019 datée du… 15 juin 2019 que Doudou Makuangu Nkombo avait adressée au chef de l’Etat. Selon le « dircab », celui-ci l’a chargé « d’instruire le Fonds national d’entretien routier (FONER), d’allouer, mensuellement et pendant douze mois, à votre faveur, la somme USD 2.000.000 au titre de constitution des dépôts et stations-services de carburant à Mbuji-Mayi, Kananga et Mwene-Ditu »

« VK » AU BANC DES ACCUSÉS. PROCÈS D’INTENTION?

Au début de l’après-midi de mardi, l’auteur de ces lignes a joint au téléphone le porte-parole de la Présidence Tharcisse Kasongo Mwema afin de s’assurer de l’authenticité de ces courriers.

Fidèle à sa réputation d’homme courtois, « Tharcisse » a eu ces mots: « Écoutes, tu fais bien d’appeler. Mais pour l’instant, je ne peux pas te donner l’information. J’attends moi-même de rencontrer le Chef pour qu’un service puisse éclairer l’opinion. Je suis ici avec le directeur de la communication. On essaie de savoir si le document est authentique ou pas. Si le document se révélait vrai, il va falloir qu’on donne des explications ».

Tharcisse Kasongo Mwema

Une demi-heure plus tard, Kasongo Mwema était au bout du fil. « Les deux lettres ont été falsifiées », dit-il sans ajouter un mot de plus. Sur son compte Twitter, @mwema_y, on pouvait lire: « Les deux correspondances attribuées à la Présidence de la République sur les réseaux sociaux sont des lettres falsifiées ».

Docteur en sciences de l’information et de la communication d’une université française, l’actuel porte-parole de la Présidence de la République est mieux placé que quiconque pour peser le poids des mots.

Le mot « falsifier » vient du latin « falsificare » qui signifie « fausser » ou « contrefaire ». Dans plusieurs dictionnaires, la définition de ce vocable est donnée de manière unanime: « modifier volontairement en vue de tromper ». « On ne peut falsifier ou tripatouiller qu’un document qui existe. On espère que la Présidence de la République va publier les originaux de ces lettres qui font débat », commente un analyste économique kinois. « Le duo Tshisekedi-Kamerhe ne fait qu’accumuler des bourdes depuis cinq mois au risque de désacraliser l’institution Président de la République », enchaîne un confrère kinois.

Contacté à Bruxelles, un expert financier congolais ne va pas par le dos de la cuillère: « La société DCHTCC n’a aucune référence. Elle n’a aucune garantie financière. Elle ne peut pas non plus donner de garantie de bonne exécution de la valeur totale du marché. L’Etat devra sans doute lui avancer 10% du montant total, soit dix-huit millions d’euros, pour lui permettre de démarrer les travaux. L’Etat congolais ne pourra même pas infliger à cette société des pénalités en cas de retard ». Pour cet expert, il s’agit, dans les deux cas, d’une « tentative de détournements de deniers publics ». Et d’ajouter: « Il y a comme un parfum de scandale à la Présidence de la République. Les bâtiments à réhabiliter font partie du domaine public de l’Etat. Il revient à l’Assemblée nationale de voter le budget pour la réalisation des travaux et non à la Présidence ».

Nombreux sont des Congolais qui peinent à comprendre qu’une institution publique, en l’occurrence la Présidence de la République, « se substitue aux banques commerciales pour avancer de l’argent à des prétendus entrepreneurs ».

Des doigts accusateurs étaient pointés, mardi soir, sur le « dircab » Vital Kamerhe, alias « VK ». L’homme est accusé de tous les maux dont « souffre » la Présidence. Procès d’intention? « Vital ne peut pas agir sans l’aval du président Felix », rétorque, sur un ton amer, un sympathisant de l’UNC. Affaire à suivre.

 

Baudouin Amba Wetshi

26 thoughts on “Congo-Kin: Un parfum de scandale à la Présidence de la République

  1. Voila en quoi se resumme leur slogan creux « Peuple d’Abord ».
    Le gourmand magouilleur et jouisseur Kamerhe sait bien manipuler son mou et naif de patron Tshilombo, devenu pasteur-sermoneur de Dimanche.. Kamerhe une fois a la presidence n’avait de priorite que de depenser $200,000 pour ses noces avec sa belle « nana » Indienne.
    Ces contrats bidons ne sont que le debut d’une nouvelle Kleptocratie.
    Rien que des voleurs n’ayant rien a envier aux voyous de Kingakati !

    1. Cher Musema-Kweli,
      En accusant « le gourmand magouilleur et jouisseur Kamerhe [de] bien manipuler son mou et naïf de patron Tshilombo », vous avez un faible pour la chanson de Lwambo Makiadi intitulée « Lettre au DG » : « Ozalaka kaka moto DG. Entourage esalaka mabe mpo nini’o oh ». Je pense que dans la crise entre les UASA et l’Iran, vous avez suivi récemment Donald Trump décrire l’un de ses conseillers comme un faucon. Mais il aussitôt précisé que la décision finale est celle du président. Quand la responsabilité du détenteur de l’imperium est engagée dans une affaire, il ne faut pas lui trouver des excuses ou des circonstances atténuantes en accusant son entourage. Même dans le cas où l’influence de Vital Kemerhe serait réellement néfaste, la responsabilité de Tshilombo reste engagée car Kamerhe n’est que le directeur de son cabinet à lui. Ce qui mérite d’être noté ici, c’est qu’une fois de plus sous le ciel congolais, grand est le fossé entre les déclarations sur la bonne gouvernance ou l’Etat de droit et les actes posés. Toujours au nom des intérêts personnels.

      1. Cher MBTT,
        Vous avez raison. D’ailleurs relisez ma derniere phrase: (Donc Tous), Rien que de VOLEURS n’ayant rien a envier aux Voyous de Kingakati..

  2. Pour une dépense aussi légitime, il était question seulement suivre la procédure légale en matière des dépenses publiques. Ceci reflète l’absence de sens de la gestion de la « rès publica ». Non, l’UDPS a passé son temps à diaboliser « Mobutu »et à dénoncer la gestion calamiteuse des deniers publics par Laurent-Désiré Kabila et son successeur Joseph Kabila, sans préparation ni formation de ses propres cadres à la bonne gestion de la chose publique. Conséquences, nous avons à la tête de l’Etat, une fois de plus, un homme qui n’a jamais été préparé pour la magistrature suprême. Je voudrais qu’on me contredise, de son vivant, je ne pense pas que’Etienne Tshisekedi voyait son fils Felix comme son potentiel successeur. D’une source sur à la Présidence, il semble que la présence de Vital Kamerhe serait indispensable pour contrer et canaliser les émotions du nouveau Chef de l’Etat qui veut à tout prix à reconstruire Kinshasa en un jour. Vital Kamerhe en tant que gestionnaire du Cabinet du chef de l’Etat, subit comme le Prof Ebérand Kolongele, l’ignorance et les précipitations de Felix. Bien au contraire, ces sont ces derniers qui essaient de contrer et corriger ces actes illégaux et émotionnels. Les dépenses à la Présidence de la République explose. L’avenir nous dira si Felix n’est pas pire que Mobutu et Kabila……

      1. Même entre les mains du  » Tout puissant Dieu le Père  », cette république fabriquée grâce à un deal reste inconsciente.
        Nzambe na  » base  » bandima jamais deal wana ! C’est Fils Mukoko qui me l’a dit.

    1. Compatriote Muana Lac,
      « Une dépense légitime », dites-vous, n’y allez vous pas trop vite en besogne ? Il est légitime de « réhabiliter et même de construire les bâtiments de la résidence et des bureaux de notre Présidence de la République et pourquoi pas les bureaux de ses collaborateurs à la Cité de l’Union Africaine et au Palais de la Nation » mais que fait-on du Palais qu’occupe illégalement ‘JK’ ? Il est autant légitime de récupérer celui-ci et ça aurait peut-être diminué la facture finale, précaution indiquée en ces temps des disettes.
      On nous apprend qu’à la moitié de l’année, la Présidence aurait déjà épuisé son budget.
      Pour moi, ces dépenses non mesurées ne sont pas si « légitimes » que ça ; pour le reste je suis d’accord avec vos commentaires.

    2. Mwana-Lac
      Ne te precipite pas de laver ton pote Kamerhe dont tu insinues qu’il « subit » l’ignorance et precipitations de Felix….Pure conneries !
      Au contraire, le margoulin VK en est grand beneficiaire, car il profite de cette ignorance de Felix et absence de Gouvernement pour tres vite s’enrichir et avancer ses agenda et « pions »….(comme toi?).

  3. De tout ce qui est énoncé ici, en un mot, la gestion de la chose publique vient d’être confiée là, une fois de plus, à une bande de criminels économiques. Finalement ce pays là porte de la guigne ou quoi?

  4. Peut on nous dire quels sont tous les marches publics qui ont respecte la procedure normale en RDC, depuis 1+4 quand Bemba etait vice-president de la Republique et puis de 2001 jusqu a 2018 quand alias Kabila regnait en maitre absolu en RDC? Si l on veut vraiment critiques ou faire une analyse objective, il serait important de garder en esprit le minimum de l impartialite et pour cela, il serait vraiment interessant si le patriote Amba Wetshi pouvait faire cet exercice de demontrer que cette pratique de marche de gre a gre a commence avec le regime de Fatshi. C est-a-dire les regimes precedents de 1+4 (Kabila-Bemba) et le regime absolu de kabila (2001-2018) ont fait mieux en la matiere
    Deuxieme chose, quand les autres medias font un effort de traquer les fakes news pour corriger l erreur mais il me semble que les journalistes congolais meme s ils sont en Europe, ils donnent beaucoup d importants aux info des reseaux sociaux. Si le prof Kasongo Mwema Yamba dit que ce n est pas tout a vrai ce qui se dit sur les reseaux sociaux concernant ce marche de gre a gre, on comprend qu il y a peut etre une information qui va dans ce sens mais il revient au journaliste de mener une investigation serieuse et impartiale pour trouver la verite. Tolebi makambo oyo ya ba reseaux sociaux pe bokomisi yango neti verite. Ezalaka te. To changer mentalite. Kulutu Amba Wetshi ozalaka journaliste responsable, Tikela kulutu Ngbanda, lokuta na ba intox, po ye nde specialiste ya buzoba na ba sango ezanga tina, tika makambu ya ba Mike Mukebayi na Eve Bazaiba,

    1. @Boketshu Lokuli
      Soki ozali na problème na Papa Ngbanda, luka ye bo régler yango. Awa te. Tikela biso makelele ya pamba pamba, Ba remarques ezanga tina.

      1. @Boketshu Lokuli,
        Vous croyez vous cacher en vous dissimulant derrière un nom congolais (Boketshu Lokuli), tout Rwandais que vous êtes?
        Ngbanda ne vous laissera aucun instant de répit tant que vous tenterez d’occuper par la violence et la ruse la RD-Congo.
        TOZA NA BINO!

    2. Compatriote Boketshu Lokuli,
      # Ainsi donc pour vous il n’y a pas besoin de « changement », tout devrait continuer à l’aune de la médiocrité qui a toujours eu cours chez nous ?
      Curieux pour quelqu’un qui semble capable de comprendre les choses ou alors vous faites davantage semblant que vous ne maîtrisez les sujets dont vous parlez. Dommage et fort regrettable !
      # Ailleurs c’est encore plus graves : vous vous préoccupez des « fake news » autour des notifications de la Présidence mais vous n’êtes pas sans savoir qu’il y’a déjà eu des oukases de la Présidence dont certains notables du régime ont contesté l’authenticité mais que la queue entre les pattes ils ont du reconnaître par la suite. Rappelez-vous de la missive de demande d’adhésion à la Communauté de l’Afrique de l’Est qu’un Conseiller de Tshisekedi a contesté et obligé tout de suite de la fermer quand un Ministre rwandais l’a remis à sa place.
      # Mon cher Mr, il est clair de tous sauf de vous que vous empilez contre-vérités et approximations lorsque vous faites des fake news une réalité importante : qui a les moyens de falsifier les originaux ou de créer des notifications censés venir de la Présidence ?
      Faites un effort de sérieux pour devenir un propagandiste crédible, sinon vous resterez un illusionniste fanatique.
      Avec un zeste d’objectivité et de bon sens vous comprendrez aisément que c’est vous qui fuyez la vérité et non les réseaux qui multiplient les fake news autour des décisions de la Présidence, pas donc la peine de trouver des boucs émissaires chez Ngbanda, Mukebayi, Bazaiba ou qui sais-je : il y’a encore beaucoup d’amateurisme et de délits à la nouvelle Présidence, il n’y a que votre aveuglement fanatique à ne pas le voir…

    3. Voila un raisonnement fallacieux emmanant probablement d’un mec a la Presidence et attendant son tour aux mammelles de l’Etat….
      Donc, ta these (boiteuse) est que puisque les regimes precedant la « Tshi-Kabilie » n’etaient que de kleptocracies, alors pourquoi s’attaquer a Tshilombo-Kamerhe et s’attendre a mieux sous le regime Tshi-Kabiliste.

  5. # « Un parfum de scandale à la Présidence de la République » ?!? Pour moi le titre exact eût été « un parfum DES SCANDALES à la Présidence de la République » car seulement en matières des directives venant de la PR, ce n’est pas la première lettre qui est disputée et s’agissant de ce marché important de gré de gré, on oublie vite qu’il est déjà motivé par une démission coupable de la nouvelle présidence de laisser ‘JK’ propriétaire personnel de la Résidence qu’il habite alors qu’elle est la propriété de l’État. Aucun titre de propriété valide n’existe ou ne devrait exister : ce n’est rien d’autre qu’un immense « bien mal acquis » qui devrait être restitué à l’État.
    # Sinon il est évident que tout ce qui en a été dit est bien vrai, au vu de tout ce cirque rien n’a changé, le « déboulonnage du système dictatorial » promis est introuvable, nous sommes devant la « continuité de la médiocrité criminelle » d’avant. Devant nous c’est bel et bien une « tentative de détournements de deniers publics », qu’on l’impute au Vice-Président de fait Kamerhe ne change rien : c’est Tshisekedi qui en répond en tant que Magistrat Suprême du pays.
    Alors il n’est pas usurpé de constater que « Le Peuple d’abord » de l’Udps se bute à une pratique de « se servir et non servir », le nouveau PR Tshisekedi peine à nous convaincre qu’il était bien préparé pour le job, balloté entre sa bonne volonté d’aller vite et les mécanismes indispensables de gestion.
    Toutes les justifications laborieuses que nous promet Kasongo Mwema n’y feront rien.
    # Il est encore temps de « sauver le soldat Tshisekedi » mais ça urge parce qu’ à l’allure où vont les choses il risque de vite sombrer politiquement au profit de son partenaire ou d’un troisième larron. Mais lui-même en est-il conscient et prêt à barrer la route au chaos qui risque de s’abattre sur tout le pays avec lui en tête ?
    Attendons voir…

  6. On a pu lire sur les réseaux sociaux que la fameuse société DTHTCC SARLU créée le 31 mai 2019 appartiendrait à une certaine…….. Amida Shatur! Si ce patrimoine identifie une célébrité bien con’ue, alors il faudrait que BWA approfondisse son enquête sur le volet « rôle soft » attribuée à Kamerheon

    1. @ John Rex
      Merci pour cette information….AMIDA SHATUR…. Suivez mon regard…
      Kamerhe en sait plus !

  7. VRAI OU FAUX FATSHI DOIT TROUVER LE MOYEN DE VIRER CET OVNI FRERE DE KANAMBE KAMEREON SINON SA MISSION COMMANDE DE KINGAKATI VERRA LE JOUR UN JOUR.

    1. @ Zorino,
      As-tu oublié qu’avant de signer un deal avec Kanambe alias Joseph Kabila, c’est avec Kamerhe ou Kameréon, que Tshilombo avait signé un deal à Nairobi. Déjà à l’époque, tout homme sensé était surpris de constater dans ce fameux deal de Nairobi que Tshilombo cédait à Kamerhe tous les ministères régaliens ainsi que la gestions des entreprises juteuses. Ma réaction était: Est-ce que Tshilombo est conscient de ce qu’il avait signé avec Kamhere ?
      Mon avis est qu’il faut laisser Tshilombo subir seul les conséquences de ses turpitudes.

  8. Peut-être que la CORRUPTION est le travail dans lequel les congolais ont pratiquement tout investi de sorte que ni aujourd’hui, ni demain… on ne pourra effacer la corruption de la structure mentale des congolais.
    Et avec cette mentalité: comment voulez-vous que NOTRE BUDGET NATION dépasse 5 milliards de US? C’est impossible.
    Nous sommes tellement corrompus que même des étrangers viennent s’enrichir sous notre barbe et nous les voyons partir avec TOUT comme ça!

  9. C’est Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui est présentement le responsable numéro un de l’institution président de le république, ces engagements supposés ne peuvent pas lui échapper. Il devra assumer.
    En réaction, le porte parole de la présidence parle des documents falsifiés, implicitement il reconnait que des tels engagements existent mais peut être que leurs montants ont été exagérés.
    Lors de son infiltration dans l’opposition, j’avoue que je suis tombé sur le discours de Kamehre qu’il ferait du Congo l’actuel Brésil. Aujourd’hui, je me rends compte que ce n’est qu’un vulgaire marchand d’illusions bien qu’on m’ait déjà mis en garde par des personnes qui sont ses amis de l’acteur politique qu’est VK. Toutefois, c’est le chef de l’état qui choisit ces collaborateurs, à lui de s’assumer.

    1. # « DOCUMENTS FALSIFIES » ? Kiekiekieee
      La présidence de la République vient officiellement de dénoncer de faux documents qui circulent sur les réseaux sociaux avec comme objectif de discréditer son cabinet.
      Mais qui sont donc ces ennemis du pays et pourquoi en veulent-ils à notre Tshilombo National et son cabinet ? Ne serait-ce pas des gens du sérail qui veulent écarter son suspect(?) Dircab ?
      Sinon qui d »autre serait autant dans les secrets de Dieu au courant des précieux documents de la Présidence pour les divulguer ?
      # Le porte-parole lui est resté en effet prudent parlant des documents « falsifiés » càd contrefaits à partir des originaux. Que sont et que disent alors ces derniers ? Comme les jeunes de la Lucha et de Compte à Rebours, demandons à la Présidence de nous prouver la fausseté des dits documents à part leurs peu convaincantes dénégations concernant les cachets ?
      La seule preuve qui vaille ici c’est de nous montrer le contenu réel de des décisions originales à propos de ces contrats sulfureux sinon ils ne nous transformeront pas en idiots qui gobent n’importe quoi, ils ne convaincront personne que des malins ou escrocs les ont inventés de toute pièce.
      En vérité et nous l’avons tous compris, les fuites viennent du cabinet de Tshisekedi où un clan est contre un autre. Il ne s’agit donc ni de faux documents ni de documents falsifiés mais des contrats abusifs préparés par le cabinet du PR qu’ils voulaient cacher et que certains ont fait fuiter pour discréditer leurs adversaires.

  10. « Le véritable dauphin de Kabila se trouve dans l’Opposition », dixit V. Mubake!
    Quoi de plus normal pour le dauphin de perpétuer les « us et coutumes » de son prédécesseur!
    Pauvre pays!

  11. Chers compatriotes , Où est passé le retour de reliquats de frais de mission de la présidence au trésor public ? auquel on a assisté lors du premier voyage du PR ,aujourd’hui il y a plusieurs missions effectuées à l’étranger , pas de retour en caisse alarmant et tapageux , le mantra : Peuple d’abord est jetté dans les oubliettes de limité ! quelle politique-spectacle à l’udpsienne à laquelle nous sommes assujettis ? nous congolais nous ne comprenons rien du tout , on fait l’amalgame de tout , on confond les écrits bibliques , on sacrifie le travail au détriment de loisirs , enfin nous sommes devenus plus chrétiens que les Juifs , plus musulmans que les Arabes ,tout ça pour rien ! c’est pitoyable , après le 23 juin au stade , le metteur en scènes prépare d’autres spéctacle , sacrifiant l’utile à l’accessoire , l’essentiel à la distraction . près de 60 ans après l’indépendance , nous continuons d’accuser les mêmes tares que nos ainés des années soixante.

    1. Cher Compatriote,
      Vous avez bien dit sur cette nouvelle « Nomenkaltura » ayant endormi les Congoalis via le slogan bidon des « Parle-Menteurs Debout » de Limete
      « Peuple d’Abord » au lieu de leur vrai objectif qui etait et qui reste:
      « Mangeo-crates abord » ….avec les deux grands « Tshi-Kabilistes » Felix Tshilombo et son majordome-financier Vital Kamerhe-on en tete !

Comments are closed.