Conseil de sécurité de l’Onu: Quand Okitundu perd son sang-froid…

Ministre des Affaires étrangères dans l’oligarchie kabiliste, Léonard She Okitundu est apparu, lundi 12 février, à bout d’arguments face à Ida Sawyer, la directrice pour l’Afrique centrale de l’ONG « Human Right Watch » (HRW). C’était lors d’un débat au Conseil de sécurité des Nations Unies à New York. A l’ordre du jour notamment le processus électoral et la situation des droits humains au Congo-Kinshasa. Les experts en « body language » vont sans doute se régaler. La gestuelle affichée par « She » était celle d’un individu colérique, en plein désarroi. Un moment, l’homme a cherché l’appui sur les accoudoirs de sa chaise avant de tendre les paumes de ses mains vers le ciel comme pour implorer du « secours ». Les propos tenus par cet oligarque sur les droits humains confirment cette citation chère au Duc de la Rochefoucauld: « Nous regardons tranquillement et sans émotion les injustices qui ne nous frappent point ».

« La RDC n’est pas l’enfer des droits de l’Homme que l’on veut bien présenter à tort ». « Les exécutions extrajudiciaires! Quelles sont les personnes qui ont été exécutées de manière extrajudiciaire? » L’homme qui parle ainsi s’appelle Léonard She Okitundu. Ancien opposant au régime dictatorial de Mobutu Sese Seko, ce dernier se trouve, pour la seconde fois, à la tête de la diplomatie du régime… dictatorial de « Joseph Kabila ».

Ida Sawyer
Ida Sawyer

Okitundu répondait, avec un brin de fanatisme, aux accusations précises articulées par Ida Sawyer. La vérité des faits est battue en brèche par la propagande et le mensonge d’Etat. Et pourtant, outre la volonté à peine dissimulée de « Kabila » de faire réviser la Constitution, l’activiste du HRW a épinglé les exécutions extrajudiciaires en citant le cas de 1.180 citoyens tués par des membres de la « force publique » au cours de l’année 2017.

Dans sa réplique, « She » a opté pour la facilité en qualifiant les déclarations de Sawyer de « réquisitoire complètement péremptoire ». Référendum? « A quel moment, on va faire ce référendum? » Les exécutions extrajudiciaires? « En RDC, le code pénal prévoit la peine de mort. Aucun condamné à la peine capitale n’a été exécuté. Pourquoi devrions-nous nous livrer à des exécutions extrajudiciaires? »

En conclusion, l’envoyé de « Kabila » dit émettre de « sérieuses réserves » à l’égard d’un rapport onusien qui compare la situation au « Grand Kasaï » à celle qui prévaut en Syrie ou au Yémen. Dans leur message « Le pays va mal », les évêques de la CENCO (Conférence épiscopale nationale du Congo), parlant du Kasaï, ont fait état de 3.383 morts, 30.000 réfugiés en Angola, plus d’un million de déplacés internes et 3.698 habitations privées détruites.

La réunion précitée du Conseil de sécurité était présidée par l’ambassadeur des Etats-Unis, Nikki Haley. La diplomate a fait remarquer à Okitundu que le régime congolais est responsable des « souffrances de la population ». Et, au lieu d’exprimer des « frustrations » au Conseil de sécurité à New York, les dirigeants congolais feraient mieux, selon elle, de corriger les dysfonctionnements qui affectent l’appareil d’Etat.

UN ENFER POUR LES DROITS DE L’HOMME

A l’instar de « Joseph Kabila », le ministre Okitundu donne l’impression de vivre dans un autre monde. Il parait déconnecté des réalités congolaises. Comment peut-il soutenir sans pudeur que « la RDC n’est pas l’enfer des droits l’Homme que l’on veut bien présenter à tort »? Est-ce parce que les membres de la famille Okitundu sont jusqu’ici à l’abri de « balles perdues » des mercenaires recrutés par le régime? Oserait-il répéter un tel discours devant les familles congolaises qui pleurent des proches dont les vies ont été broyées par les sbires de « Kabila » ou dont les corps n’ont pas été retrouvés depuis 2015? Oserait-il affirmer devant des habitants de Beni – qui pleurent plus d’un millier des leurs assassinés par des prétendus rebelles ADF – que « la RDC n’est pas l’enfer des droits de l’Homme? ». Oserait-il parler ainsi devant les parents inconsolables de la jeune Dechade-Thérèse Kapangala, de Serge Kikunda et tant d’autres victimes des éléments de la garde prétorienne de « Kabila » épaulés par des mercenaires du M23?

Nikki Haley

Les faits parlent pourtant d’eux-mêmes.

En 2007 et 2008, « Joseph Kabila » a tombé le masque en montrant son véritable visage de tueur assoiffé de sang. Sous prétexte d’étouffer un « mouvement insurrectionnel » dans l’actuelle province du Kongo central, l’homme sorti du néant y dépêcha des éléments du fameux « bataillon Simba », commandé par le tristement célèbre John Numbi Banza. Bilan: plus de 200 adeptes du mouvement politico-religieux Bundu dia Kongo canardés comme des lapins. Le rapport établi par la Mission onusienne au Congo (Monuc) sera étouffé par son chef d’alors, l’Américain William Lacy Swing.

Lors des manifestations des 19, 20 et 21 janvier 2015, « Kabila » a fait commettre un nouveau bain de sang. Les victimes manifestaient pacifiquement contre le tripatouillage de la loi électorale. Des éléments de la garde prétorienne du « raïs » furent surpris en train d’emporter des cadavres. Est-ce pour fausser les « statistiques »? Des familles sont encore sans nouvelles de leurs proches disparus. Inutile de parler des blessés par balles et des arrestations arbitraires. Scène étrange, des « GR » seront positionnés devant des morgues de la capitale.

Le sang a, à nouveau, coulé les 19 et 22 décembre 2016. Des citoyens protestaient contre le maintien du Président sortant à la tête de l’Etat après l’expiration de son dernier mandat. Bilan établi par HRW: 62 tués. D’après cette organisation non gouvernementale, le régime kabiliste avait recruté en Ouganda et au Rwanda des ex-combattants du M23.

Les manifestations pacifiques organisées le 31 décembre 2017 et le 21 janvier dernier par le CLC (Comité Laïc de Coordination) se sont terminées dans le sang. Des tirs à balles réelles eurent lieu dans les églises où des gaz lacrymogènes furent lancés pendant que des fidèles étaient en prière. Le bilan oscille entre 6 et 20 morts. Ici aussi, des dépouilles mortelles ont été « dérobées ».

RÉFÉRENDUM

En balayant du revers de main l’idée d’un référendum pour permettre à « Kabila » de faire sauter les verrous constitutionnels qui l’empêchent de briguer un nouveau mandat, Okitundu n’a pas dit la vérité. Pire, il a menti.

Depuis 2013, les « faucons » de la « Kabilie » n’ont jamais fait mystère de leur volonté de voir leur « champion » conserver le pouvoir après le 19 décembre 2019. Et ce en dépit non seulement de l’interdit constitutionnel mais aussi d’un sombre bilan au plan économique, social, politique et sécuritaire.

Dechade-Thérèse Kapangala

Le professeur de droit constitutionnel Evariste Boshab, alors secrétaire général du PPRD, a été le premier à plaider dans son ouvrage « Entre la révision de la Constitution et l’inanition de l’Etat », que « toute Constitution est révisable ».

Lors du mini-congrès du PPRD tenu mi-avril 2014 à Mbandaka (Equateur), Boshab d’expliciter sa pensée: « Le respect de la Constitution de la RD Congo signifie notamment le respect de sa procédure de révision ». Il ajoute: « Le PRRD respectera la Constitution et alors toute la Constitution ».

Interrogé en novembre 2014 dans le cadre de l’émission « Grande édition » de la chaîne kabiliste Télé50, Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale et secrétaire général de la majorité présidentielle de lancer: « Le détenteur du pouvoir souverain, c’est le peuple. Et donc, pour toute question majeure en rapport avec la Constitution, nous souhaitons que cela se fasse par référendum ». Le mot est lâché! Minaku fait allusion à l’article 218 de la Loi fondamentale en vigueur. Celui-ci confère notamment au chef de l’Etat le pouvoir d’initier la révision constitutionnelle.

En guise de cerise sur le gâteau, les observateurs ont vu Tryphon Kin-Kiey Mulumba s’inviter dans les rédactions de quelques médias occidentaux. Objectif: conditionner l’opinion internationale à l’instauration du suffrage universel indirect pour l’élection présidentielle. « Joseph Kabila est un homme en pleine possession de ses moyens, pourquoi le mettre en congé », glissait-il dans un entretien publié par « Le Soir » de Bruxelles daté du 10 août 2015.

Plus folklorique, le chef de la maison civile de « Kabila » a battu et continue à battre campagne jusqu’à ce jour afin d’obtenir la « réformation » de l’actuelle Charte fondamentale. Au motif que celle-ci est une « pâle copie de la loi belge ». « Pour instaurer la bonne gouvernance des affaires de la Cité, les Congolais doivent donc associer Dieu, car il n’y a de bon que Dieu », soulignait le pasteur Théodore Mugalu. Dès mi-novembre 2015, il va ameuter, sans succès, ses « confrères » des églises dites de réveil.

Okitundu, Boshab, Minaku et Kin-Kiey savent parfaitement que les « Concertations nationales » et les « dialogues politiques » organisés par « Kabila » n’étaient nullement motivés par l’altruisme politique. Ils n’avaient comme but que le partage du pouvoir avec les personnalités « débauchées » de l’opposition. En contrepartie, le « raïs » espérait arracher la révision constitutionnelle particulièrement de l’article 70 – dont le premier alinéa énonce que la durée du mandat présidentiel est de 5 ans renouvelable une fois – et de l’article 220 qui prohibe « toute révision constitutionnelle » qui concerne notamment le nombre et la durée des mandats présidentiels.

« Joseph Kabila » et les « professeurs » qui peuplent son « clan » doivent revoir leur stratégie. Et pour cause, la véritable « opposition » congolaise est désormais incarnée non pas par quelques pique-assiettes mais par la puissante Eglise catholique. Ici, personne n’ose parier le moindre franc congolais sur la ferme volonté du successeur de Mzee de garantir l’alternance démocratique par des élections libres, transparentes et apaisées. Qui ne pourrait comprendre que She Okitundu perde son sang-froid. Il y a péril en la demeure…

 

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2018

18 réflexions au sujet de « Conseil de sécurité de l’Onu: Quand Okitundu perd son sang-froid… »

  1. Chers cousins,

    Vous l’avez bien lu. Face à la crise ou à la dictature qui secoue notre « démocratie », l’ambassadeur des Etats-Unis, Nikki Haley, demande au régime congolais de ne pas exprimer des « frustrations » au Conseil de sécurité à New York, mais de corriger les dysfonctionnements qui affectent l’appareil d’Etat. Nous l’avons souligné mille et une fois dans ce forum. C’est ainsi qu’avancent les autres nations. Quand on ambitionne de construire la démocratie et d’asseoir la bonne gouvernance mais qu’on récolte la dictature et la désolation sur tous les plans, on doit se pencher sur les dysfonctionnements systémiques que nous venons de souligner dans notre article sur la mauvaise disposition des choses. La seule erreur de Nikki Haley, c’est de croire que les dirigeants congolais peuvent impulser une telle dynamique. C’est à nous peuple de le faire, d’abord à travers nos réflexions et propositions concrètes. Le système politique, voilà qui doit faire l’objet de notre attention.

    1. Cher cousin,

      En écrivant :  »La seule erreur de Nikki Haley, c’est de croire que les dirigeants congolais peuvent impulser une telle dynamique. C’est à nous peuple de le faire, d’abord à travers nos réflexions et propositions concrètes. Le système politique, voilà qui doit faire l’objet de notre attention.  » , vous corroborez le postulat que ce sont bien les hommes qui font le système. Et non le contraire.

      Je suis d’accord avec vous.

    2. Cher cousin, Le Congo de Kabila et sa bande est le modèle accompli des pays de la merde gouverné par les dirigeants de la merde. She est autiste et daltonien. Il n’écoute pas la clameur de son peuple. Il ne voit pas sa misère. Il ne pensent qu’à s’éterniser au pouvoir pour continuer à s’enrichir en volant l’argent du peuple. Ida est ahurie. Elle ne comprend pas un peuple qui peut tolérer des dirigeants de cet acabit.
      La guerre en Syrie et au Yemen est médiatisée,tandis que celle du Congo l’est moins. Mais elle ne fait pas moins de victimes pour autant. La pertinence des arguments de Ida ont fait perdre à She ses moyens et l’ont fait sortir de ses gonds

  2. Le dictateur Kabila ne quittera le pouvoir que par la violence car rien n’oblige ce dictateur d’organiser les élections qu’il n’a pas voulu organiser durant les délais constitutionnels. Les lèche-culs kabilistes drogués par Kabila pour ne pas réfléchir, recherchent par tous les moyens un nouveau glissement pour continuer à se remplir les poches au lieu de s’occuper des populations congolaises plongées dans la misère. Est-ce l’attitude normale d’un citoyen ? Non, ces Congolais sont malades et mondialement reconnus médiocres. Ils ne seront éliminés que par la violence.
    Les USA s’opposent à l’usage de la machine à voter (ou plutôt à frauder) et ont raison. Dans un pays de merde sans électricité, n’est-ce pas de la folie de recourir à cette machine. Voici un exemple citoyen. Après l’avoir utilisé en 2012, la Belgique a abandonné cette machine car les électeurs réclamaient la preuve du vote que chacun avait émis. N’est-ce pas logique ? N’est-ce pas pour l’intérêt des citoyens ?
    Le lèche-cul Nangaa a rempli sa mission en trouvant le prétexte pour le prochain glissement car revenir au vote papier exigera du temps et de l’argent. Kabila sera donc en place en 2019 pour se remplir les poches sans s’occuper de la misère des populations congolaises. La voie n’est-elle pas ouverte à la violence ?
    De toute façon, si les élections ont lieu, elles sont d’ores et déjà truquées. Pensez au seuil de représentativité de 3% pour toute l’étendue du territoire ! Comment peut-on imaginer qu’un candidat qui se présente à Boma (Kongo central) pourra recueillir des voix à Goma (Nord Kivu), à Moba (Tanganika), à Lodja (Sankuru), à Beni (Ituri), à Gbadolite (Ubangi) ? Dans un pays normal on pourrait imaginer ce seuil de représentativité dans chaque circonscription. Mais dans un pays de merde, seul compte l’intérêt des lèche-culs kabilistes.
    Autre élément. Jusqu’ici, les députés provinciaux hors mandat ont procédé à des élections, pour élire des gouverneurs de province. Savez-vous pourquoi ? Lors des élections, il y’a toujours des contestations et des recours. Et qui traitera ces recours ? Les gouverneurs de province ! Et comme la majorité des gouverneurs sont des lèche-culs kabilistes, on connaît déjà le résultat des recours.
    Trump et Monsengwo ont raison, le Congo-Kinshasa est un pays de merde dirigé par des médiocres mondialement reconnus.

  3. Che Okitundu est un individu mal faisant, avec des mœurs aussi dépravées, il donne l’image d’un pays en perdition. Ces deux dames, Ida et Nikky l’ont remis à sa place en lui rappelant le devoir élémentaire d’un responsable politique. Plutôt que de brailler en débitant des idioties, il devait comprendre que le Congo, ce géant au centre de l’Afrique se dirige en grande vitesse vers les précipices. Bien sûr, on comprend facilement le comportement de Che Okitundu, il n’a pas d’enfant, donc il ne se soucie pas de l’avenir des nouvelles générations parce que le Congo de demain ne l’intéresse pas, c’est un jouisseur impénitent, aux mœurs débridées, dans un pays normal, il serait internė pour protéger la société des agissements qui dégradent la jeunesse de notre pays. Pour revenir à sa prestation au conseil de sécurité des Nations Unies, c’était pathétique, lamentable, il a perdu son sang froid au point de devenir irritable. Qu’est ce qu’il entend par  » le Congo n’est pas un enfer  » . Lorsqu’on torture, on tue presqu’à la chaine, il devait tourner sa langue mille fois avan de baver. On a vu les images des cadavres des adeptes de Bundu dia Congo entassés dans un camion comme du bétail. Des centaines de fosses communes à travers tout le pays, si çe n’est pas ça l’enfer, c’est quoi alors ? Quand on a une pierre à la place du cœur, on ne peut que réagir de cette façon, par le déni et la dénégation.

    1. Cher Elombe

      Bravo, tres bein dit. Vos interventions sont toujours parmi les meilleurs sur notre site-cheri CIC.

      Nous suggerons donc a notre cher compatriote BAW de vouloir vous accorder une Tribune speciale d’edioriaux sur CIC vu le noble combat mediatique que mene CIC pour la liberation de notre Pays des griffes de la Voyoucratie que representent cet iimmoral She Okitundu, sa bande PPRD et leur chef-sanguinaire Tanzanien Hypo Kanambe-Mtwale.

  4. Comme disait Albert Einstein « Ce n’est pas avec ceux qui ont créé les problèmes qu’il faut espérer les résoudre ». C’est la grande erreur de la communauté internationale qui croit toujours résoudre les problèmes de la RDC en collaborant avec une bande des voyous qui ont mis leur pays dans une situation unique au monde où toutes les institutions du pays sont illégitimes et illégales. D’ailleurs les dirigeants Congolais sont les seuls dans cette situation parmi tous les pays membres des Nations Unies. Mr She Okitundu parle devant le Conseil de sécurité en tant que qui ? Mandaté par qui ? Alors que son gouvernement est hors mandat. C’est cette grave contradiction de la communauté internationale qui permet à ces voyous de gagner du temps en massacrant inutilement la population dans l’espoir de se maintenir au pouvoir par tous les moyens y compris par la force. Normalement, cette Communauté Internationale doit en toute urgence aider le peuple congolais à se débarrasser de ces dirigeants sans scrupules que de continuer à tergiverser au risque de voir demain le pays sombré dans une situation semblable à celle de la RCA.

    1. Cher VANZA LUTONDA SEBASTIEN,
      Je suis d’accord avec vous sur la citation d’Einstein même si nos dirigeants actuels, qui portent une lourde responsabilité dans notre malheur, ne sont pas les seuls responsables du train fou que nous avons construit en tant que nation, avec l’espoir qu’il nous mènerait à la terre promise : la démocratie et la bonne gouvernance. Mais quand vous demandez à la communauté internationale d’aider en toute urgence le peuple congolais à se débarrasser de ces dirigeants sans scrupules, on pourrait vous rétorquer : Qui a aidé les Burkinabé à se débarrasser de leur dictateur Blaise Compaoré ? Par ailleurs, aucun article de la Charte des Nations Unies ne stipule que les Etats-membres ne doivent pas entretenir des relations avec les dirigeants d’un Etat dont les institutions sont illégitimes et illégales. Il n’y a donc aucune contradiction pour la communauté internationale à considérer les dirigeants congolais actuels en comme dirigeants de l’Etat congolais. L’Etat congolais existe. Et d’après la Charte des Nations Unies, il est souverain. C’est d’ailleurs pour cette raison que le Conseil de sécurité ne peut pas envisager un seul instant de mettre le Congo-Kinshasa sous sa tutelle. Je conviens avec vous que si l’Etat congolais existe sur l’échiquier international, il reste néanmoins un Etat failli. Mais il s’agit là d’une autre question.

      1. Mayoyo

        Tu viens de rater l’occasion de te taire en nous debitant tes inepties, rien que pour te mettre en evidence.

        Notre compatriote Vanza Lutonda ne met en pas du tout en doute la « Souverainete » de notre Pays, mas etale plutot l’hypocrisie de la Communaute Internationale soufflant le chaud et le froid avec un regime vomi, illegal et illegitime que represente ce jouisseur She Okitundu. Le S-G de l’ONU ne cesse d’exhorter ces voyous de mettre en application le Compromis de la St Sylvestre, et ce sans suite. Depuis quand negocie-t-on avec des voyous tels ces bandits kabilistes et leur chef de file? On les neutralise. La Communaute Internationale avec 20,000 faineants de MONUSCO gobant des $Milliards /An en a les moyens comme elle le fit en Cote d’Ivoire.

        Pour demolir ta these farfelue, et t’aider a mieux comprendre celle de notre compatriote Vanza, comment crois-tu que l’ex President (illegitime) Laurent Gbagbo fut-il mis hors d’etat de nuire en Cote d’Ivoire, et a la CPI?

        1. Cher Jean-Marcel Dibanza,

          Commençons par nous respecter. Vous ne me connaissez pas et je ne vous connais pas. Me tutoyer comme vous le faites est un manque de respect. Ceci dit, quand vous notez que « Le SG de l’ONU ne cesse d’exhorter ces voyous de mettre en application le Compromis de la St Sylvestre, et ce sans suite », vous devez comprendre, puisque vous le reconnaissez, que c’est justement à un Etat souverain que s’adresse le SG de l’ONU. Dans le cadre de l’accord qui lie un Etat souverain à une mission de maintien de la paix de l’ONU, cette dernière institution ne peut qu’exhorter et non contraindre un Etat souverain à exécuter ses exhortations. Par ailleurs, le cas de la Côte d’Ivoire que vous citez est différent de celui du Congo-Kinshasa. En Côte d’Ivoire, l’Accord entre les parties à la crise prévoyait que les résultats des élections devaient être certifiés par les Nations Unies. Ce n’est pas le cas de l’Accord de la Saint Sylvestre. Bien plus, ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire relève plus du banditisme de l’Etat français que du respect des règles de quoi que ce soit, c’est-à-dire du droit de la force et non de la force du droit. Tenez ! C’est le président de la CEI qui avait proclamé les résultats provisoires du second tour, hors du délai de trois jours imparti par la loi électorale. L’annonce avait été faite à l’Hôtel du golf, le QG d’Alassane Ouattara, la mission de l’ONU en Côte d’Ivoire (ONUCI) ayant refusé que cela se déroule chez elle. Alassane Ouattara avait été alors est déclaré vainqueur. Mais le Conseil constitutionnel, qui s’était saisi du dossier puisque la CEI était hors délai, avait annulée, dans la précipitation, les votes de sept départements de la zone du nord sous contrôle des rebelles et proclamé Laurent Gbagbo vainqueur de l’élection. Dans la foulée, Choi Young-jin, le Représentant du Secrétaire général des Nations unies à Abidjan, avait certifié ses propres résultats et déclaré Alassane Ouattara vainqueur avec des chiffres différents de ceux de la CEI et du Conseil constitutionnel. Voyez-vous une quelconque force du droit dans ce désordre ?

  5. LE TITRE DE CIC TOMBE BIEN:  » QUAND OKITUNDU PERD SON SANG-FROID « .
    VOILA POURQUOI J’AVAIS DEMANDE A L’INCONNU OKITUNDU PIERRE DE SES PROPOS IMPOLIS ET DANGEREUX DU 9 FEVRIER ET 13 FEVRIER A CONGOINDEPENDANT.COM  » CIC  » CONTRE LA DIASPORA KONGOLAISE, CECI PROUVE QUE MONSIEUR PIERRE OKITUNDU AVEC SA GROSSE FRESSE NE CONNAIT PAS SON FRERE LE MINISTRE SHE OKITUNDU. LES FAITS SONT LA ET A VOUS DE JUGEZ LE COMPORTEMENT DE MINISTRE DU REGIME DE KANAMBE. JE CONNAIS LE CAMARADE SHE, LE SOCIALISTE, LE COMMUNISTE, LE REVOLUTIONNAIRE, LE LUMUMBISTE, MEMBRE DE LA LUTTE OUVRIERE EN SUISSE, QUI ARRANGAIT, COTOYAIT LES REVOLUTIONNAIRES, LES SOCIALISTES ET COMMUNISTES DE CE MONDE.
    IL A TOUJOURS ETE COMME CA, COLERIQUE ET NERVEUX, DANS LES REUNIONS COMME DANS LES DISCUSSIONS. ATTENTION A CELUI QUI VOUDRA LE CONTREDIRE, LA EN TOUT CAS, IL POURRA VOUS BROYER, CAR PERSONNE NE POURRA LE CALMER. JE ME SOUVIENS DE SON INTERVENTION POLITIQUE EN PRESENCE DE FEU GEORGES MARCHAIS DU PC FRANCAIS, UNE DECEPTION TOTALE DU POINT DE VU COMPORTEMENT, IL N’A JAMAIS ETE COOL, IL NE LE SERA JAMAIS.
    EN OUTRE, IL VOYAGEAIT BEAUCOUP, EN ALLEMAGNE DE L’EST, EN LIBYE, LES PAYS ARABES, DANS LES PAYS DES DEMOCRATIES POPULAIRES. LORSQU’IL VENAIT AU PAYS DE L’ONCLE TOM, IL NOUS UTILISAIT COMME DES NEGRES DE SERVICE POUR REMPLIR LA SALLE DES DEBATS. IL SE VANTAIT QU’IL ETAIT LUMUMBISTE DE PREMIER PLAN, DANS TOUTES LES RENCONTRES AVEC LES DIRIGEANTS PROGRESSISTES, DANS TOUTES CES DECLARATIONS, IL LOUAIT LE SOCIALISME, LE COMMUNISME, IL HAISSAIT LE CAPITALISME, L’IMPERIALISME. ET VOILA AUJOURD’HUI CE MEME SOCIALISTE, COMMUNISTE, REVOLUTIONNAIRE TRAVAILLE MAIN DANS LA MAIN AVEC LE SANGUINAIRE KANAMBE ET EN LOUANT LE KABILISME SAUVAGE.
    BREF, J’AI TOUJOURS DANS MA MEMOIRE CETTE PHRASE ASSINE DE NOTRE CAMARADE SHE KITUNDU LORSQU’IL ETAIT ENCORE EN SUISSE EN COMBATTANT LE REGIME MOBUTISTE. TENEZ: JE NE PEUX PAS RESTER TOUJOURS EN EXIL COMME CA, IL FAUT RENTRER AU PAYS SE TAPER UN BON POSTE DE RESPONSABILITE ET BIEN PROFITER DE LA VIE, DISAIT NOTRE CAMARADE SHE OKITUNDU « . CETTE CLIQUE DE LA DIASPORA KONGOLAISE DES FAUX SOCIALISTES, FAUX LUMUMBISTES ET PROFITEURS SONT NOMBREUX AU KONGO
    VOILA CHERS COMPATRIOTES COMMENT PENSENT TOUS CES INTELLECTUELS QUI DIRIGENT LE KONGO. ILS NE SONT QUE DES MEDIOCRES, NE PENSENT QU’A DETRUIRE SANS PITIE NOTRE KONGO. .

    1. Vous n’aurez jamais un intègre comme lui le pseudo Germain. Pourquoi te caches-tu? Tu es un refugié à bout de nerfs, continuant à manger le fufu. Pourquoi n’es-tu pas rentré au pays quand Mobutu a fuit, alors que c’est lui que tu as accusé auprès de la Confédération de t’avoir menacer. Tous ceux qui écrivent dans ce Forum ne sont que des soit disant intellectuels savent que comme ils ne peuvent pas rentrer au pays comme toi, se défoulent croyant qu’avec des injures et des mensonges, ils vont changer quelque chose au pays. She Okitundu est leur ennemi juré parce qu’il fait bien son travail et qu’il réussi là où les autres ont échoué. Dommage pour eux et surtout pour toi ce pauvre réfugié sans emploi qui passe son temps à des injures. Le temps nous dira si toutes les prévisions des apprentis journalistes se réaliseront.

      1. QUEL HONNEUR Y A T-IL A SERVIR UN IMPOSTEUR ILLEGALEMENT AU SOMMET? ET CETTE TRAITRISE POUR DE MIETTES QUE TON COUSIN RAMASSE EN DESSOUS DE LA TABLE A MANGER A KINGAKATI….

  6. *Ils (Impérialistes mondiaux Anglo-saxons Occidentaux) nous dominent plus par l’ignorance que par la force* Simon Bolivar

    Le Kongo renaîtra de ses cendres comme un Sphinx. Comme L’Éthiopien qui ne peut changer sa peau noire ou comme un zèbre qui ne perd jamais ses rayures ou un léopard ses tâches, il en est de même de la Terre Kongo même remplie des vaches volantes Watusi à deux cornes de transhumance, occupée injustement par des Tutsi Nilotiques faux Kongolais de carte d’électeur, pillée par des multinationales qui dérobent ses nombreux minerais du tableau de Mendeleïev cette Terre sacrée qui est le Kongo les vomira ou les avalera tous sans exception au temps fixé…

    Zela zela 50 % ya kindoki Politiki Udps aile Familiale na Rassemblement de Genval Rassupu conglomérat d’aventuriers mikomboso bazanga mikila babengisa ba marches pacifiques improductives nkama basala mfuilu fiasco total, les Catholiques sont tous des Kongolais, tout Kongolais n’est pas Catholique, ainsi tout Kongolais n’est pas partisan des faux politiciens Kongolais corrompus médiocres comme tous ses faux leaders politiques corrompus médiocres des parties politiques ventriloques alimentaires à deux balles impopulaires qui sont déclassés sont des Kongolais mais vendus et collabos…. Comprenne qui pourra

    L’histoire épique du célèbre Champion de Boxe Afro-américain Rubin Carter dit Hurricane ou Ouragan démontre que la justice humaine quand elle se calque sur les vertus divines de la Vérité contre les vices ou ruses du Mensonge est implacable, juste, équitable…

    Ce 25 Février 2018 l’ultime appel du CLC (Conseil Laïc de Coordination Catholique) pour que le Peuple Kongo Souverain Primaire qui n’est pas Catholique dans son entièreté manifeste une fois de plus contre le Pouvoir d’occupation étrangère Tutsi Power-Onu-Monusco qui l’assujettit, l’opprime, le colonise ou le recolonise depuis 1997 jusqu’à ce jour est une occasion en or de Victoire finale du Peuple Kongo Souverain Primaire contre ses ennemis extérieurs et intérieurs…

    Depuis le 01-01-2018, toutes les Institutions démocratiques au rabais infiltrées de fond en comble par les faux Kongolais de carte d’électeur sont caduques, le pouvoir Suprême qui émane du Peuple Kongo Souverain Primaire est dans la rue…

    Comme un Ouragan dévastateur… Puisse le Dieu Tout-Puissant Créateur Souverain Redoutable Nzambe Tata Nzambi ya Mpungu Tulendo Nzakomba Akongo Maweja Mvidi Mukulu wa Bankulu Mungu Baba qui vit inexplicablement hors de toute réalité même au-delà de la non existence, hors du Continuum temps espace se souvienne même d’un seul ou d’une seule juste parmi les millions des Kongolais Bantous et Pygmées pour sauver le Kongo par un miracle retentissant car les Occupants Tutsi Power se croient invincibles, agissent à visage découvert en terrain conquis, l’Art de la guerre enseigne que gagner une guerre est aussi faire comprendre à son adversaire qu’il l’a déjà gagnée, l’orgueil Tutsi précèdera leur chute vertigineuse en Terre sacrée Kongo…
    Pour retourner cette guerre longue et populaire au Rwanda d’où elle est venue, pour contourner ce complot international contre le Kongo soutenons massivement l’Armée Kongolaise d’autodéfense Patriote Républicaine Nationaliste la Coalition Yakutumba la Frappa Mai Mai par *l’Opération 1 dollar-euro par PayPal* sur l’adresse lafrappa-lettre-ouverte.org…

    PEUPLE KONGO SOUVERAIN PRIMAIRE NE COMPTONS PAS SUR LA MALCHANCE DU KONGO QUI EST LA CLASSE POLITIQUE KONGOLAISE TOUTES TENDANCES CONFONDUES CORROMPUE MÉDIOCRE INCONSCIENTE CONGÉNITALE QUI ACCOMPAGNE, COLLABORE, CONSPIRE AVEC L’OCCUPANT TUTSI POWER…

    Le fanatisme aveugle est une forme d’esclavagisme mental, intellectuel, moral, spirituel. La luta continua, la victoria e certa. INGETA

  7. Mayoyo Bitumba Tipo Tipo

    Merci beaucoup pour votre réaction, comme viens de réagir également notre compatriote Jean-Marcel DIBANZA, la RDC : un pays dont la sécurité des personnes, des biens et l’intégrité du territoire sont assurées par les casque bleu de l’ONU qui selon la convention internationale sont toujours déployés dans des zones ou des pays dont la présence de l’Etat a complètement disparue, un pays dont le budget est financé à 60% grâce à l’aide extérieure, un pays dont l’organisation des élections est en grande partie toujours financée par les partenaires extérieurs. Donc, au regard de tout ce que je viens d’évoquer, nous pouvons conclure que la RDC est un pays sous tutelle. Mais la mafia qui a placé frauduleusement cet ancien Taximen de Dar el Salam à la tête de notre pays, utilise toujours le conseil de sécurité pour le couvrir. L’ONU planque souvent dans ses tiroirs tous les rapports accablant Kabila et sa bande rédigés par ses experts et pire certains de ses experts corrompus rédigent parfois des faux rapports pour disculper le tyran, comme le premier faux rapport concernant le meurtre de deux experts de l’ONU au Kasai. Tous les membres de la Monusco savent impertinemment que plus de 60% des exactions commises en RDC (crimes, viols, vols, etc.), sont l’œuvre de la milice de Kabila et des militaires de FARDC. Mais à chaque fois, cette soi disant Communauté Internationale demande toujours à Kabila d’enquêter sur les crimes dont il est le commanditaire. Je suis entièrement d’accord avec vous que la RDC ne sera libérer que par les congolais eux-mêmes, mais malheureusement l’union qui fait la force nous manque cruellement.

    1. Cher VANZA LUTONDA SEBASTIEN,

      Quand le Conseil de sécurité déploie une mission de maintien de la paix dans un pays, prenez s’il vous plait la peine de lire ses résolutions. Contrairement à ce que vous affirmez ici, la RDC n’est pas « un pays dont la sécurité des personnes, des biens et l’intégrité du territoire sont assurées par les casque bleu de l’ONU ». Dans toutes les différentes résolutions du Conseil de sécurité sur la présence onusienne en RDC, il est écrit noir sur blanc que la sécurité des personnes, des biens et l’intégrité du territoire de e pays sont assurées par le pays lui-même. Les casques bleus viennent pour appuyer les efforts du gouvernement congolais. Et quand vous concluez que « la RDC est un pays sous tutelle », vous oubliez que quand un pays est mis sous la tutelle onusienne, ce sont les fonctionnaires de l’ONU qui le dirigent directement jusqu’à la fin de la mise sous tutelle. C’est le cas avec la mission des Nations Unies au Kososvo. Les missions de mise sous tutelle coutent extrêmement chères ; raison pour laquelle elles sont rares et applicables, selon la Charte des Nations Unies, que dans les Etats qui n’existent plus et qu’on doit ressusciter. La RDC est certes un Etat failli, mais il reste un Etat souverain. Et dans l’accord de siège entre les Nations Unies et la RDC, il y a des choses que les Nations Unies ne peuvent se permettre. C’est malheureusement ainsi que va le monde dans lequel nous visons.

Laisser un commentaire