Coronavirus: Une pandémie qui interpelle!

Cinq jours déjà, depuis que le président Felix Tshisekedi Tshilombo a prononcé son « oracle » du 18 mars annonçant des mesures restrictives des droits et libertés en vue, disait-il, de « limiter la propagation de Coronavirus et protéger la santé de tous ». Le bilan provisoire au dimanche 22 mars est passé de 14 à une trentaine de sujets « testés positifs » et deux décès à Kinshasa. L’annonce a été faite par le ministre de la Santé, Eteni Longondo (photo).

Selon une dépêche de l’ACP, les Kinois suivent tant bien que mal le « mot d’ordre » du premier magistrat du pays. Dans certains quartiers de la commune de Bandalungwa, des habitants continueraient à vivre dans la promiscuité comme si de rien n’était. 

D’aucuns n’ont pas manqué de s’esclaffer en entendant le chef de l’Etat déclarer, mercredi dernier, qu’il venait d’instruire le gouvernement du « Premier » Sylvestre Ilunga Ilunkamba d’examiner « sans délai, les voies et moyens » d’augmenter « la capacité d’accueil dans nos hôpitaux(…)« . D’après lui, l’exécutif national « a engagé le personnel de nos hôpitaux, médecins et infirmier ainsi que l’ensemble des agents du service public de la santé à répondre présents et à se consacrer avec dévouement et efficacité face à l’ampleur de cette pandémie ».

Fatshi risque d’être désagréablement surpris de constater que le personnel soignant et les agents du service public de la santé dont il parle avec tant de certitudes ne viendront pas d’une autre planète. Ils font partie de la société zaïro-congolaise. Il s’agit des hommes et des femmes précarisés, écrasés par la pauvreté. Des hommes et des femmes qui n’ont pas accès à l’eau et à l’électricité. Des hommes et des femmes incapables d’assurer la scolarité de leurs enfants. Encore moins de procurer à ceux-ci une nourriture suffisante et des soins de santé de qualité.

A force de se trémousser sur le rythme endiablé de la chanson « Indépendance Tcha-Tcha » de Joseph Kabasele et l’orchestre African Jazz, les  Congolais ont oublié l’essentiel. A savoir, l’édification d’un Etat respecté et respectable capable de nourrir, de soigner et d’éduquer ses enfants.

L’essentiel, c’est aussi la promotion des secteurs vitaux qui servent de socle au développement humain: la santé, l’éducation, l’agriculture, l’élevage, la recherche scientifique, les infrastructures (ponts, routes, rails, ports, aéroports, fleuves), la protection sociale.

Depuis le 30 juin 1960, date de la proclamation de l’indépendance du Congo à ce jour, les dirigeants zaïro-congolais n’ont jamais éprouvé le moindre gêne de voir des organisations non gouvernementales (ONG), financées par des gouvernements étrangers, se préoccuper du « développement humain » non seulement à Kinshasa mais aussi dans les campagnes.

De 1960 à 1988, l’ancienne puissance coloniale, en l’occurrence la Belgique, finançait des projets socio-économiques pendant que les dirigeants autoproclamés nationalistes étaient occupés à s’en mettre plein les poches au nom de prétendus « dépenses de souveraineté ». Chaque année, le gouvernement belge affectait un montant de plus ou moins 125 millions € (5 milliards de Francs belges) pour combler les lacunes du « jeune Etat » défaillant.

Le maréchal Mobutu était offusqué chaque fois que les dirigeants belges s’arrogeaient un droit de regard sur la gestion des affaires publiques de son pays. « Qui leur a donné mandat? », s’interrogeait-il feignant d’oublier que l’ingérence est la fille de la dépendance.

Qu’avons-nous fait de tous les hôpitaux d’Etat, des hôpitaux subventionnés et autres dispensaires qui existaient dans nos villes et campagnes jusqu’au début des années 80? Pourquoi avons-nous abandonné les travaux des champs et l’élevage pour nous contenter du « statut » de consommateurs des produits provenant du labeur des autres peuples? Pourquoi souffrons-nous d’une pénurie innommable en eau et électricité? Pourquoi l’hygiène est déficiente dans nos villes et campagnes? Pourquoi la décentralisation des compétences et des moyens peine à se matérialiser pour permettre aux pouvoirs locaux d’être efficaces?

Dans son message à la nation, le Président de la République a annoncé, à juste titre d’ailleurs, la fermeture, « jusqu’à nouvel ordre » des petites entreprises que sont les discothèques, les bars, les cafés et autres terrasses et restaurants. Question: quelles sont les mesures d’accompagnement prises  pour « indemniser » les pères et mères de famille mis au chômage?

Le Coronavirus ou Covid-19 est une pandémie qui nous interpelle. L’heure est venue d’en tirer quelques leçons. Première leçon: réduire les dépenses publiques et le train de vie de l’Etat. Deuxième leçon: concevoir une véritable politique de santé publique et d’hygiène. Troisième leçon: réhabiliter les secteurs vitaux. La santé, l’éducation, l’eau et l’électricité, l’agriculture et la recherche scientifique viennent en tête. Quatrième leçon: promouvoir la solidarité nationale par une « protection sociale » effective en cas de maladie, invalidité ou chômage.

Mieux gouverné, le Congo-Kinshasa est en mesure de relever tous ces défis.

 

Baudouin Amba Wetshi

6 thoughts on “Coronavirus: Une pandémie qui interpelle!

  1. BONJOUR OU BONSOIR COMPATRIOTE BAUDOUIN AMBA WETSHI,
    VOTRE ANALYSE SUR CORONAVIRUS EST PERTINENTE.
    CHERES ET CHERS COMPATRIOTES, QU’ON LE VEUILLE OU NON, QU’ON L’ACCEPTE OU NON, CETTE PANDEMIE, CORONAVIRUS QUI L’ENNEMI INVISIBLE DE NOUS TOUS, VA NOUS SUIVRE TOUT AU LONG DE NOTRE VIE.
    COMME L’AVAVAIT DIT LE PRESIDENT FRANCAIS MACRON: LE MONDE ENTIER EST EN GUERRE CONTRE NOTRE ENNEMI INVISIBLE Nr. 1 CORONAVIRUS.
    AINSI, AVANT D’ALLER PLUS LOIN SUR MES PROPOS, JE VOUDRAIS D’ABORD DEMANDER A Mr. MINISTRE DE LA SANTE ETENI LONGONDO DONT SA PHOTO AFFICHEE CI-DESSUS, CHEMISE OU VESTE EN COL ROULE MADE MAO TSETOUNG, SI CETTE PANDEMIE PROVIENT DE CYBER GUERRE OU CYBER ATTAQUE D’UN PAYS X CONTRE LES PAYS Y? PARTOUT, C’EST DU VA-T-EN GUERRE CONTRE L’ENNEMI INVISIBLE JURE. NOTRE ENNEMI INVISIBLE N’A PAS PEUR DE NOUS, CAR IL TOUS LES MOYENS NECESSAIRES DE NOUS FRAPPER ET CELA A TOUT MOMENT ET N’IMPORTE OU.
    Mr. LE MINISTRE, COMME VOUS LE SAVEZ PLUS QUE MOI, CORONAVIRUS A RENDU TOUTES LES ECONOMIES DE CE MONDE ET ETRES HUMAINS: CHEFS D’ETAT, MINISTRES, PARLEMENTAIRES, PDG, CONSEILLERS..VULNERABLES.
    OZALA BETON, OZALA MOELLON, OZALA POTO, DEVANT CORONAVIRUS, ON EST ZERO.
    COMME VOUS LE SAVEZ AUSSI DAVANTAGE, CORONAVIRUS EST DEJA ENTRE OFFICIELLEMENT DANS LES DEUX REPUBLIQUES TRES DEMOCRATIQUES DU KONGO A SAVOIR:
    1) LA TRES REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DE LA GOMBE OU Mr. LE MINISTRE DE LA SANTE ETENI LONGONDO AND CO. Y COMPRIS TOUS ET TOUTES LES DIGNITAIRES CIVILS ET MILITAIRES DU REGIME PLACE HABITENT ET OU ON ELU DOMICILE DEPUIS QU’ELLES OU ILS SONT DANS LES AFFAIRES.
    2) LA TRES REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU KONGO DES KONGOLAIS DAMNES DE LA TERRE.
    VOUS AVIEZ PRIS DES MESURES POUR LUTTER CONTRE CETTE SALE EPIDENEMIE CORONAVIRUS SUR TOUTE L’ETENDUE DE DEUX REPUBLIQUES TRES DEMOCRATIQUES DU KONGO CITEES CI-HAUT.
    MAIS A MA DECEPTION, HIER SAMEDI ET CE DIMANCHE, UN FONCTIONNAIRE DE LA REGIDESO PERCHE SUR LE TOIT D’UN PICK-UP A LA KIMALU MALU, EN RALYE DANS TOUTES LES RUES SEULEMENT DE LA TRES DEMOCRATIQUE REPUBLIQUE DU KONGO DES DAMNES DE LA TERRE, EN VOCIFERANT  » MOKOLO YA LUNDI OYO AKOFUTA FACTURE NAYE YA MAYI ( EAU ) TE, TOKOKANGA SANS PARDON ROBINET NAYE. JE SUIS SUR ET CERTAIN QUE, LA SOCIETE D’ELECTRICITE COLECTRIC VA EGALEMENT MONTRER SES MUSICLES EN SOMMANT EGALEMENT SANS PITIE A PAYER DARE-DARE LEURS FACTURES D’ELECTRICITE, CETTE MEME EAU ET ELECRTICITE LESQUELLES CONNAISSENT DE DELESTAGES INTERMINABLES. VOYEZ-VOUS Mr. LE MINISTRE DE LA SANTE OU VA NOTRE TRES DEMOCRATIQUE REPUBLIQUE DU KONGO DES DAMNES DE LA TERRE?
    Mr. LE MINISTRE ETENI LONGONDO, MOI GERMAIN, SUIS PAS AVOCAT OU SYNDICALISTE DE MES COMPATRIOTES DE LA TRES DEMOCRATIQUE REPUBLIQUE DU KONGO DES DAMNES DE LA TERRE, MAIS JE VOUDRAIS A CE QUE OTALA PE SITUATION NABISO YA MABE VOIRE DE MES COMPATRIOTES DU KASAI QUE L’ON A CHASSE DE LEURS VILLAGES Y COMPRIS CEUX DU KATANGA QUI BOUDENT.
    4) QUE DITES-VOUS POUR NOS COMPATRIOTES: HOMMES, FEMMES ET ENFANTS BLOQUES A DUBAI, SOMMES DE RENTRER ASAP DANS LEURS PAYS RESPECTIFS? LEURS CRIS D’ALARMES S’ADRESSENT A LA DIASPORA, CAR ILS N’ONT PLUS DE MOYENS DE VIVRE ET DE PAYER LE LIT DE L’HOTEL. NE VOYEZ-VOUS PAS QUE CETTE MASSE HUMAINE DELAISSEE A DUBAI, SI PAR MIRACLE ET PAR LEURS MOYENS ET AIDE D’UN PARENT, PROCHE ET AMI DE LA DIASPORA, RENTRAIENT AU PAYS, SANS ACCUEIL DIGNE DE CE NOM AVEC DE BONNES CONDITIONS, CE QUE JE NE VOUDRAIS PAS SOUHAITER, EN FOULANT LE SOL DE LEURS ANCETRES LE GRAND KONGO, NE VOYEZ-VOUS PAS QUE CELA SERAIT UNE BOMBE SANS EXCEPTION POUR LES DEUX TRES DEMOCKRATIQUES REPUBLIQUES A SAVOIR: LA TRES DEMOCRATIQUE REPUBLIQUE DE GOMBE ET CELLE DE PAKADJOUMA, PARDON REPUBLIQUE TRES DEMOCRATIQUE DU KONGO DES DAMNES DE LA TERRE.
    5) Mr. LE MINISTRE DE LA SANTE, VOTRE HIERARCHIE SUPERIEURE ET VOUS MEME EN TANT QUE MINISTRE DE LA SANTE, CAR IL S’AGIT BIEN DE LA CRISE SANITAIRE A CAUSE DE CORONAVIRUS, VOUS ET VOS SUPERIEURS AVIEZ PRISENT DE MESURES EFFICACES POUR FREINER LA PROGRESSION DE CE MECHANT VIRUS QUE NOUS TOUS SALUONS.
    CROYEZ-VOUS Mr. LE MINISTRE QUE LESDITES MESURES SERONT APPLIQUEES A LA LETTRE ET SERAIENT LA BIENVENUE AU SEIN DE NOS COMPATRIOTES FRAPPES PAR LES MPIAKA INTERMINABLES, SANS TRAVAIL ET CHOMEURS DE PROFESSION QU’ILS OU QU’ELLES SONT.
    6) CELA NE M’ETONNE PAS, LORSQUE CETTE MASSE POPULAIRE DE LA TRES DEMOCRATIQUE REPUBLIQUE DU KONGO DES DAMNES DE LA TERRE DISENT PLUS HAUT QU’ILS EN ONT MARRE D’ETRE TOUJOURS ROULE DANS LA FARINE.
    ILS DISENT CECI, SELON EUX :  » L’AVATAGE AVEC LE CORONA VIRUS EST QU’AUCUN POLITICIEN OU MEMBRE DE SA FAMILLE NE POURRA ALLER SE FAIRE SOIGNER EN EUROPE, EN AMERIQUE, EN ASIE, NOUS ALLONS TOUS MOURIR AU PAYS, PAR LA ILS POURRONT COMPRENDRE L’INTERET DE CONSTRURE DE BONS HOPITAUX AU PAYS « .
    DE MEME LA FRANCAISE MADAME MARINE LE PEN DE FRAPPER ENCORE FORT EN DISANT:  » AUCUN DIRIGEANT AFRICAIN NE SERA ACCEPTE DANS NOS HOPITAUX. ILS ONT EU 60 ANNEES DERRIERE EUX POUR DISPOSER DES HOPITAUX DIGNES! »
    JE M’ARRETE ICI.
    NO STUPID COMMENTS ON MY WAY OF THINKING. PLEASE BE GENTLEMAN.
    BITTE, VERGESSEN SIE NICHT, IHRE LANDSLEUTE UND VATERLAND ZU VERTEIDIGEN. AUFGABE FUER UNS ALLE.
    AFRIKA: KLEINER MANN ODER GROSSER MANN, CORONAVIRUS KENNT NIEMANDEN, ALLE SIND GLEICHE.

  2. L’incompétence de nos dirigeants nous condamne à la mort…
    Par Rodriguez Katsuva, membre du Groupe Facebook « Et Si Nous Parlions d’Histoire? »
    Je ne sais pas s’il existe une seule autre nation au monde qui est gérée avec autant de légèreté, d’amateurisme et d’inconscience que notre pays, la République démocratique du Congo.
    Lubumbashi vient d’enregistrer deux cas de Covid-19 alors que depuis des jours, des experts, des citoyens, des députés et des journalistes spécialisés (moi inclus) conseillaient le lockdown de Kinshasa : isoler Kinshasa pour sauver les provinces. Mais rien n’a été fait, et aujourd’hui, via un vol de Congo Airways, deux personnes viennent d’apporter la maladie à Lubumbashi.
    Depuis les plus hauts sommets de l’État, la question du coronavirus a été traitée avec légèreté. Pourtant la maladie a mis 4 mois pour arriver chez nous. On avait 4 mois pour nous préparer.
    Comment alors expliquer que le Ministre Eteni avait annoncé de fausses nationalités pour le TOUT premier cas dans son pays? Imaginez-vous ce que cela représente comme incompétence ? Le ministre est censé être le sommet, l’information qui lui parvient est censée être passée entre les mains de plusieurs subalternes. Mais devant le monde entier il nous a ridiculisés.
    Puis, le Président décide d’un confinement sur le territoire national, alors que seule la ville de Kinshasa était affectée ! Au lieu de confiner Kinshasa seule. Et pire, on impose la fermeture de tout, mais on laisse les gens continuer de voyager de Kinshasa vers les provinces. À quel point faut-il être limité pour agir ainsi ? Quel degré d’intelligence il leur fallait pour qu’ils décident d’isoler la seule ville qui était touchée par les 30 premier cas.
    Après les combattants qui ont brillé par leur petite intelligence, en France lors du dernier concert de Fally, en jetant des excréments qu’ils avaient gardés pendant des semaines aux gens qui venaient au concert, c’est au tour de nos dirigeants, dont beaucoup sont plus qu’incompétents, de nous tuer par leurs faiblesses. Les ministres devraient passer par un concours. Car ces amitiés et ces accointances des partis politiques nous amènent des incompétents.
    Le ministre de l’Intérieur a brillé par des demandes de fond saugrenus comme 9 millions pour des extincteurs ou encore d’autres millions pour un pseudo festival des pygmées. Pourquoi n’a-t-il pas ordonné le confinement de Kinshasa plus tôt ? Là il est déjà tard, on ne peut pas savoir ce qui nous attend.
    Si ce texte va me valoir la prison, au moins je me serai exprimé le cœur ouvert. Nous avons une classe dirigeante remplie de personnes incompétentes et aux parcours scolaire et universitaire très douteux. C’est dommage que ce soit ces personnes qui tiennent le destin de plus de 100 millions de Congolais. Que ce gouvernement soit changé au plus tôt.

    1. Boyebisa ministre wana ya santé atika qui zairois; alata ndenge baninga nionso bazolata. Baveste wana soki ba abacos oyo alinghi alakisa que aza unique, ezo simba te. Azali d’abord incompetant place batie ye, donc atika komilakisa. Le president lui meme a lataka bien; mwana Bruxelles Na esprit ya bien.

  3. On doit virer ou suspendre ce ministre de l’UDPS et nommer le Prof Muyembe en lui donnant tous les moyens nécessaires.
    On ne peut pas laisser la gestion d’une telle catastrophe à des amateurs placés au pouvoir et qui ne pensent qu’à devenir riches.
    Ba miyibi, ba ndoki, ba ntaba, ba nyangalakata !

  4. « […]L’heure est venue d’en tirer quelques leçons. Première leçon: réduire les dépenses publiques et le train de vie de l’État. Deuxième leçon: concevoir une véritable politique de santé publique et d’hygiène. Troisième leçon: réhabiliter les secteurs vitaux. La santé, l’éducation, l’eau et l’électricité, l’agriculture et la recherche scientifique viennent en tête. Quatrième leçon: promouvoir la solidarité nationale par une « protection sociale » effective en cas de maladie, invalidité ou chômage. »
    En conclusion de votre analyse, vous tirez à juste titre , cher BAW, des leçons bienvenues. Merci d’y ajouter ou plutôt d’y marteler une injonction médiate et immédiate à notre société et au Gouvernement en place qui devra faire face à cette catastrophe présente et surtout à venir de la pandémie à Coronavirus, des mesures hic et nunc d’accompagnement pour optimiser l’application des mesures annoncées. Notre société précarisée en a plus besoin qu’ailleurs et une volonté politique réfléchie effective est encore capable de faire mieux que le simple appel et la sensibilisation à ces mesures ! Comment aider la population à obtenir les masques, les solutions hydro-alcooliques, à voyager dans des transports aérés qui respectent les distances physiques ; où sont les structures hospitalières équipées pour soigner et garder malades et contaminés ; quel budget spécifique a été alloué à la prise en charge ; etc, etc ??? Sans cet accompagnement immédiat, la lutte contre le Covid-19 restera longtemps illusoire.

  5. Chers compatriotes , nous sommes un peuple atypique ,très expérimenté en destruction le peu d’infrastructures sanitaires nous léguer par les colons belges sont complétement detruites , avons été incapables de concerver par des entretiens réguliers, à titre d’exemple hopital Nsendwe de la ville de Lubumbashi ,et l’hopital Gecamines sud sui étaient fréquentaient par toute l’Afrique zustrale jusqu’au début des années 1990, sont devenues de véritables mouroires , dans un état piteux, quand je vois les Katangais nantis qui se targuent la poitrine soi disant : je reviens de Jo burg où j’étais parti me faire soiigner , plus nos diriigeants politiques rattrapés aujourd’hui par le Covid-19, où irez-vous encore vous faiire soigné à Jo burg , France , Inde, où Cnine ? Voilà la structure mentale des Rdcongolais, detruire chez lui, et allez profiter ailleurs , on avait chassé une certaine tribu, aujourd’hui qu’est-ce-que les soi-disants originaires font de toutes les infrastructures sanitaires existantes , jadis fierté de toute l’Afrique australe, le roi des Belges s’était dépensé pour investir dans les grandes sociètés, qu’est-ce-qui en reste soixante ans après l’independance, sinon des expérts de la biible et coran.

Comments are closed.