Coup de force constitutionnel: « Kabila » fait adopter « sa » loi électorale

Le Congo-Kinshasa se trouve dans un dangereux tournant. Tout pourrait désormais arriver. La dérive dictatoriale que redoutaient les constituants de 2005 s’exprime désormais au grand jour. Le pays s’achemine lentement mais sûrement vers la restauration du despotisme et ses corollaires que sont notamment le parti-Etat.

L’opinion congolaise l’a appris tard dans la soirée de lundi 4 décembre [2017] que 287 députés – soudoyés – sur les 500 que compte l’Assemblée nationale ont adopté le très controversé projet de loi modifiant et complétant la loi n°06/006 du 9 mars 2006 portant organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales.

Les députés de l’Opposition avaient quitté l’hémicycle. Et ce, après avoir rejeté les prétendues innovations contenues dans ce projet. A savoir, l’introduction de la machine à voter, le cautionnement et le seuil légal de représentativité.

« Joseph Kabila » et ses proches ont sans doute sablé le champagne lundi soir. Sur papier, l’homme a réussi son coup. Il est désormais rassuré de la « victoire » de la majorité sortante aux prochaines élections législatives. Rêve-t-il d’occuper le poste de Premier ministre en cas de succès de ce plan machiavélique?

Conformément à la « navette parlementaire », le projet de loi adopté à la chambre basse sera transmis dès ce mardi 5 décembre au Sénat. La mouvance kabiliste jouissant de la « majorité numérique » dans les deux chambres, on peut redouter que ce texte inique – élaboré par un gouvernement assurant les « affaires courantes » et adopté par un Parlement hors mandat – ne puisse passer comme une « lettre à la poste ».

Des sources bien informées indiquent que dans les jours et semaines à venir, le Président hors mandat pourrait annoncer « de manière solennelle » qu’« il n’a jamais été candidat à un troisième mandat consécutif ».

Lundi 4 décembre 2017 restera dans les annales politiques comme une triste journée pour la jeune démocratie congolaise. Par cet acte bête et irresponsable posé par 287 « élus du peuple », le Congo-Kinshasa replonge de plain-pied dans la crise de légitimité que redoutaient les rédacteurs de la Constitution en vigueur.

Osons néanmoins espérer que les « Sages » de la chambre haute seront « à l’écoute de la rue » et pourraient surprendre en acceptant de croiser le fer avec les initiateurs de ce coup de force.

Malgré le tollé provoqué par la « réunion secrète » présidée par Aubin Minaku autour de ce projet, « Kabila » et ses « faucons » sont restés imperturbables. Ils paraissent décidés à conserver, contre vents et marées, le pouvoir pour le pouvoir. Mais aussi le pouvoir pour l’argent, la gloire et les privilèges.

A la tête du pays depuis bientôt dix-sept ans, le successeur de Mzee affiche un bilan désastreux au plan politique, sécuritaire, économique et social. L’ex-Zaïre est à genoux. C’est à croire que cet homme au passé mystérieux était chargé d’une « mission ». Laquelle? Toute la question est là!

On ne le dira jamais assez que « Joseph Kabila » constitue plus que jamais une menace existentielle pour le pays. Les forces politiques et sociales acquises au changement doivent prendre la mesure du danger. A contrario, le Congo-Kinshasa risque de faire le grand retour vers un passé révolu. Quel gâchis!

 

B.A.W.
© Congoindépendant 2003-2017

18 réflexions au sujet de « Coup de force constitutionnel: « Kabila » fait adopter « sa » loi électorale »

  1. Les Congolais doivent désormais comprendre que leur ennemi nº 1 ce sont les collabos, à l’instar de ces 287 députés soudoyés; et il faut absolument qu’on s’occupe d’eux.
    Pas plus tard qu’hier ces énergumènes sans scrupules ont bien appris comment Human Right Watch a révélé que « Kabila » Kanambe avait fait venir ses frères rwandais en 2016 pour massacrer les Congolais. Malgré cela ces idiots utiles continuent de défendre mordicus l’occupant rwandais.
    Pourquoi nos jeunes d’aujourd’hui ne peuvent pas imiter ce que leurs aînés avaient fait à l’époque du grand Léopard? Les jeunes étudiants de l’époque poursuivaient les commissaires du peuple qui se faisaient soudoyer et les molestaient; je me demande pourquoi pas aujourd’hui?

  2. LES CONGOLAIS PEUVENT PLUS FACILEMENT IDENTIFIER CHACUN DE CES INCIVIQUES PPRD-MP TENUS RESPONSABLES DE LA DESTRUCTION DE NOTRE JEUNE DEMOCRATIE ET LEURS COMMANDITAIRES – INCLU AUBIN MINAKU, « PETIT-YA-CONFIANCE » DE KANAMABE-MTWALE.

      1. Tres bonne question. Entretemps, on croise ses bras. Ne dit-on pas: « Aide toi et le Ciel t’aidera »…?

        Notre cher « Dr. Mayolo » explique comment un intru semi-alphabete au sommet puisse se moquer eperdument de la Constitution et de 70 Million des Congolais et se cramponner au sommet d’un Pays qu’il n’a decouvert qu’en 1997 en y debarquant dnas les malles de son oncle James Kaberebe.

    1. Le Tout-Puissant ne viendra pas faire ce que vous êtes capables de faire. Son fils a dit: « tout est accompli. » Il vous a donné le pouvoir de marcher sur Kabila et ses forces mais vous passez des heures et des heures dans les églises pour l’implorer. Il ne fera rien.
      Tout le monde avait dit aux congolais que ce garçon ne convenait pas pour ce pays mais ils l’ont chanté et dansé. Maintenant il montre sa vraie face grâce à la collaboration des congolais. Kufa na bino. Dieu ne viendra jamais et arrêtez d’écouter les fausses prophéties des pasteurs affairistes.

  3. A quel moment, la Rdc est devenue une démocratie ? Il ne faut pas rêver. Tous nos actes , comportements dans la vie de tous les jours nous renvoient à une forme d’autoritarisme. Si cela est plausible dans nos relations en société et que dire au sommet de l’état ou dans les institutions, services publics comme privés.

  4. Si le bilan de la MP est négatif comme le dit notre population quitte à eux de sanctionner cette gestion et la fameuse MP disparaitra du paysage politique comme l’est le MPR. Dans la cas où notre population dans sa cupidité naturelle prend les tee-shirts, les sacs de riz, d’haricots que l’on donne pendant le scrutin alors là, bonjour le dégât. La MP sait qu’elle ne peut demeurer qu’en trichant et elle structure cette tricherie face à une opposition faible et une population apathique. Qui lui en voudrait ? En politique, soit on conquiert le pouvoir soit on le conserve. Ce n’est pas les évangiles.

  5. M’enfin, qu’attendiez-vous ? Que croyez-vous ? Vous n’avez toujours pas compris ce qui se passe dans votre pays ? Croyez-vous vraiment que Paul Kagame et ses sbires se préoccupent de votre constitution ou de ce chiffon de la St Sylvestre ?

    Et ces députés, que voulez-vous qu’ils fissent ? Des godillots qui refuseraient des enveloppes avant Noël ? Mais dans quel pays vivez-vous ? Vous êtes fous ?

    Juste pour rester dans la caricature, pour rigoler un coup, on pourrait envisager une fusion de tous les ligablo politiques étiquetés  »opposition ». Ça donnerait quelque chose comme UDPS+MLC+les autres petits machins…reconvertis à un Front National dirigé par… Mgr Mosengwo qui aura préalablement démissionné de sa charge pastorale.

    On verrait ce qu’on verrait…

  6. CA COMMENCE BIEN. CELUI QUI NE VOTE PAS N’AURA PAS LA VISITE DE PERE NOEL HIPPOLYTE KANAMBE POUR LA DISTRIBUTION DES CADEAUX DE NOEL: SAC DE RIZ, SAC DE FARINE DE MAIS, SAC DE FARINE DE MANIOC, SACHET DE SUCRE ET DE SEL, LES MUNSAMBU NKINSALA KINDEKI, DAME-JEANNE D’HUILE DE PALME ET LES WINGS DE SOSO. VOILA COMMENT NOS FAMEUX PARLEMENTAIRES PPRDIENS/ MP ET OPPOSANTS AFFAMES VENDENT NOTRE PAYS EN TROC A CAUSE DE LA MANJARE, LA BOUFFE. KIADI KIBENI.
    QUANT AUX GENERAUX DE LA FARDC, DE LA POLICE ET PROCUREURS DE LA COUR CONSTITUTIONELLE, LES INDO-LIBANO-NDINGARIENS VONT SE CHARGER DE LEURS CADEAUX DE NOEL. QUANT AUX PAUVRES KONGOLAIS, ILS SONT ABANDONNE A EUX-MEMES EN PRIANT POUR LA NAISSANCE DE MASIYA ET SERONT BRAQUES SANS PITIES PAR LEURS PASTA. DANS CE KONGO-KANAMBE, CHACUN A SON ZIOBA, JE DIS BIEN ZIOBA OU SOUTIRER DE L’ARGENT FACILE. NOEL! NOEL! ALLELUIA!

  7. Attention ce « coup de force constitutionnel » est un modèle de ‘coup tordu’, de malveillance politique : un ‘pouvoir aux abois’ obligé d’organiser une tricherie en règle, tellement structurée que l’opposition (et la population) aura difficile à la contrer, sauf avec l’éventuel concours d’une mobilisation populaire massive, le recours aux voies légales notamment juridiques risquant en effet d’être encore une fois démagogiquement repoussé… Comment faire pour tenter d’y arriver ?
    En même temps, selon moi contrairement à ce que j’entends ici et là et que je vois faire autour de cette opposition, le plus important dans le combat pour le changement est non la seule gesticulation à obtenir une « transition sans ‘JK’ », « son départ au 31 décembre prochain dans tous les cas avant la prochaine date prévue pour les élections », « le refus du calendrier présenté », de ne manifester que pour, mais plutôt à travers ou au-delà, la préparation des scrutins de manière qu’ils soient transparents, équitables et libres et non ceux qu’on nous trafique dès maintenant… Le pouvoir en place les manipule dès maintenant pour qu’il se trouve leur issue un successeur fantoche, simple marionnette à la Poutine/Medvedev en somme…

    C’est dans ce sens que cette réforme de la loi électorale, la fameuse « machine à voter », le « seuil de représentativité », le « fichier électoral traficoté à travers un enrôlement pas toujours fidèle à la réalité des chiffres des populations », etc, etc, etc… ainsi malicieusement planifiée comme la dernière fois le changement intempestif à la veille des élections de deux tours à un tour, pour que l’autocratie en place se succède à elle-même, est à combattre avec intelligence, détermination et courage…
    Pour ce faire l’utile objectif de l’opposition devra être, disais-je, au moins double, garder la pédale contre les mesures liberticides en poursuivant la contestation mais en même-temps et au-delà préparer ou imposer le plus qu’elle peut les barrières légales à ses manigances en vue d’élections non pas manipulées au profit du plus fort mais davantage équitables, crédibles ! Pourquoi pas alors « contester » mais aussi « proposer » de manière à représenter unie, d’abord dedans et surtout dehors, l’alternative qui se met au-dessus des profits corporatistes, tout ce qui manque tant au pouvoir actuel, arbitraire, personnel et prédateur ; voilà qui peut par soi-même aussi mobiliser…

    Enfin, rappelons que si à vue rapide elle semble avoir quelque mérite de condamner à mort à terme des mini-partis alimentaires ou familiaux, cette réforme s’avère foncièrement inique car balancée inéquitablement en cours de partie (avertis plus tôt en amont beaucoup auraient pris le temps d’adapter leurs formations) en même temps qu’elle contrevient à la libre expression et à la libre organisation de certains leaders solitaires pouvant conquérir au mérite de leur seul leadership (d’ailleurs ‘JK’ ne s’est-il pas présenté plus d’une fois en « indépendant » ?) et inique surtout parce qu’elle ne laisse en fait comme seul gagnant que le ‘parti présidentiel’, la révision de la loi n’a donc pas eu d’autre mobile que de laisser gagner le PPRD et écraser tous ceux qui lui feraient de l’ombre, « un modèle de coup-tordu politique » !

  8. Ce grâce à butembo et béni que le nord Kivu ne soit pas conquis par la communauté international à travers le Rwanda, et voilà encore les gens qui sont là pour aider les peuples sont corrompus, on verra ce qui va se passé si c’est l’argent qui soit important que la vie humaine.

  9. A Kinshasa, il n’ya pas même un quelqu’un qui peut tiré sur ces gens qui dérange 70 millions des gens, demander à Kabila et ponyi ce qui les empêche de venir à béni et butembo, on attrape les gens qui tuent et les brûlent vif. Si le sénat ne dise rien des bonnes choses, klk’un va mourir. Mercie

  10. Kinshasa, ce tjours de la dance, boisson, kuluna, sexe et autres mauvaise chose, ouvré les yeux, chercher les gens qui dérange notre pays et massacrés les et on trouvera la paix, mais un polo de 500fc vous céder, arrivée à butembo et béni, tu verra autres choses

  11. Ce n’est que la conséquence d’une soi disant « opposition » à mal de stratégie.
    Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, il y a Il y a bientôt une année, Honoré Ngbanda lançait un défi à la classe politique congolaise qui se dit de l’opposition, d’engager l’opération « INSTITUTIONS MORTES » en quittant toutes les institutions. La froideur avec laquelle ce défi avait été accueilli sans qu’il n’y ait eu commentaire de qui que ce soit à ce propos, m’avait alors convaincu que nous n’avions pas d’opposition.
    Wait and see.
    L’opposition est incapable de mobiliser pour envahir et encercler le palais du peuple. Mawa trop!

  12. Chers Compatriotes,
    A la réflexion, le titre de cet article aurait pu être « Encore une fois, les députés congolais vendent leur pays au criminel pour un peu de dollars ». Quand vous mettez en évidence le Kadogo, alors que vous savez bien qu’il n’a pas la carrure de tenir ce pays là sans le concours de nos compatriotes, vous occultez dangereusement notre responsabilité dans notre malheur. La recherche de solution qui consisterait à ne voir que le Kadogo, sans voir comment nous sommes aussi corresponsables, ne peut nous conduire à un résultat efficace sur le long terme. J’aimerai encore entendre ceux qui disaient « le mal c’est Mobutu. Une fois ce dernier parti, le pays reprendra ». Madame Kasa-Vubu, grand spécialiste de la deuxième république (le Zaïre), se tait maintenant, sauf quand il est question de l’île de Mateba que l’on avait vendue. Chers compatriotes, résolvons d’abord notre problème. Construisons l’unité que nous avions encore pendant la deuxième république, période où nous étions tous « Zaïrois » et période où « le Zaïrois était partout sur le territoire national, chez lui ». Que Dieu nous vienne en aide.

Les commentaires sont fermés