Covid -19: le nombre de cas confirmés s’élève à 235 en RDC

Le Comité multisectoriel de la riposte à la pandémie du Covid- 19 (CMR Covid-19) a fait état, dimanche 12 avril, de 235 cas confirmés de la pandémie de Coronavirus avec 20 décès et 17 personnes guéries du COVID-19, dans son bulletin remis lundi à l’ACP.

Le bulletin du CMR Covid-19 qui a noté un nouveau cas confirmé de la pandémie à Kinshasa chiffre les cas confirmés à 223 à Kinshasa, 5 au Nord-Kivu, 4 au Sud-Kivu, 2 en Ituri et 1 cas dans le Kwilu.

ACP/

One thought on “Covid -19: le nombre de cas confirmés s’élève à 235 en RDC

  1. La manière avec laquelle le CMR Covid-19 m’inquiète. Ainsi présentés, les chiffres bruts que nous présente ce comité n’ont aucune pertinence en matière de lutte et/ou riposte contre une epidémie.
    C’est quand même très étonnant que le Prof. Muyembe laisse diffuser ces données brutes sans les  » habiller  ». Car LUI sait, mieux que quiconque dans cette république, que la qualité des données varie selon les phases de l’épidémie :
    1. Lors d’une première phase où les efforts consistent principalement à retarder la transmission de cas dans la population, il n’y a généralement que quelques cas de malades. Dans ce contexte, les données sont de bonne qualité.
    2. Lorsque la transmission interhumaine est avérée, la multiplication des cas rend la récolte des données plus difficile. Cela impacte la qualité des données mais de manière assez reproductible. À ce stade, on utilise principalement les tendances (pentes des courbes) pour décider des mesures à mettre en place.
    3. Lorsque le système de santé s’est réorganisé pour faire face aux nombreux cas dans la population, dans les hôpitaux, on met en place des procédures de récolte « automatisée » qui permettent d’élaborer plus facilement des tableaux et des graphiques. On peut également utiliser des standards de publication qui permettent la comparaison entre entre villes, provinces, voire même d’autres pays voisins.
    4. Lorsque l’événement est terminé, on analyse toutes les données produites afin de mieux comprendre ce qui a pu se passer durant toute la période concernée. On publie dans des revues scientifiques.
    Le CMR-Covid-19 nous dit qu’il y a 235 cas confirmés ( Kinshasa et quelques provinces ), 30 décès, 17 guéris. Cela signifie quoi exactement ? Quel est le dénominateur (N), par exemple ? 235 cas confirmés sur les 80 millions de congolais ou sur les personnes dépistées ? Combien sont-ils à ce jour les congolais qui ont été dépistés ? On ne sait rien. Les 30 décès sont-ils survenus en milieux hospitaliers ou ailleurs ? Etaient-ils en soins ( de quel type ) ou non ? On ne sait rien. Et les 17 guéris étaient aussi en soins ou simplement en confinement ? Quel type de test utilise-t-on pour confirmer ces guérisons ? PCR ou des sérodiagnostics ? On ne sait rien.
    Les données en epidémiologie n’ont de sens que si elles permettent à l’autorité sanitaire d’avoir un tableau de bord le plus précis possible afin de lui permettre de formuler des stratégies de lutte ou riposte ainsi, de prendre les mesures les plus idoines pour protéger les populations.
    A mon avis, le CMR-Covid-19 devrait communiquer :
    – le nombre de cas confirmés positifs, par classe d’âge;
    – le nombre de patients hospitalisés, par type des soins (soins aigus – soins intensifs);
    – le nombre de patients hospitalisés, par hôpital et par type de soins;
    – la proportion par classe d’âge des cas cumulés, hospitalisés, aux soins intensifs et décédés ( avec pour chaque catégorie préciser le dénominateur ).
    Il peut aussi pouvoir communiquer sur :
    – le nombre de décès cumulés, par classe d’âge;
    – le nombre de décès cumulés, par lieu de résidence, par exemple.
    A mon humble avis également, le Prof. Muyembe doit être rattaché au ministère de la santé et non à la présidence où les gens ont de la peine à sentir l’odeur de l’argent. C’est le ministère de la santé publique qui doit coordonner les efforts de lutte et riposte contre le Covid-19. Et non, ces amateurs des montres de luxe et des voyages en jet privé. Si le ministre de la santé est incompétente, comme je le pense personnellement, il faut le remplacer par quelqu’un d’autre. Ici, il ne s’agit pas de savoir si on va voter avec une machine à voter ou non. Il s’agit de protéger les populations contre un virus qui s’avère très contagieux et agressif. C’est du sérieux.

Comments are closed.