Défi à la Nation Congolaise

Tongele N. Tongele
Tongele N. Tongele

Durant la courte période de 1958 à 1960, les Etats Unis d’Amérique (USA), comme nation, étaient confrontés à d’innombrables difficultés et problèmes de grande taille. En 1958, les USA étaient frappés par une terrible récession économique: les usines et les productions manufacturières dégringolaient rapidement, les gens qui perdaient leurs emplois entraient massivement en chômage, avec comme conséquence la délinquance et l’instabilité socio-économique. Sur le plan sociopolitique interne, les USA étaient engloutis par une flambée des confrontations et violences raciales partout à travers les grandes villes du pays. C’est durant cette période que le Révérend Leader Martin Luther King Jr. a lancé le mouvement des droits civiques pour protester contre les injustices raciales et sociales dont les Noirs américains étaient victimes. Au même moment, la sécurité nationale des USA était périlleusement menacée de l’extérieur par l’Union Soviétique. En 1960, l’Union Soviétique avait abattu un avion américain de reconnaissance (U-2). Et juste après cela, les USA avaient découvert que l’Union soviétique installait au Cuba, juste à la porte des USA, des missiles balistiques capables de délivrer des bombes nucléaires. La crise entre les USA et l’Union Soviétique avait atteint un niveau dangereusement catastrophique frôlant le déclenchement de la guerre nucléaire.

Pendant cette période de crise terrible aux USA, un jeune homme de quarante-trois (43) ans fut élu président des USA le 8 novembre 1960, et inauguré comme 35eme président des USA le 20 Janvier 1961. C’était le président John F. Kennedy. Quatre mois après son inauguration, le 25 Mai 1961, le jeune président américain, dans un discours devant les deux chambres du Congrès américain et devant les populations américaines, lança un défi à la nation américaine avec cet objectif: « avant la fin de cette décennie, (notre pays doit) atterrir un homme sur la lune et de le ramener en toute sécurité sur la terre ». Ce défi avait mobilisé les représentants et sénateurs Américains, les gouverneurs et les Assemblées des Etats Américains, les usines Américaines, les universités et centres des recherches des USA, les hommes et femmes d’affaires des USA; toutes les entreprises, les entités et les couches sociales aux USA furent mobilisées comme jamais vu dans l’histoire de ce pays à réaliser cet objectif. Cette mobilisation avait focalisé tous les Américains derrière cet objectif, renforcé l’unité du pays, relancé l’économie et la prospérité, et fait des USA un pays plus beau qu’avant. Et le 16 Juillet 1969, avant la fin de la décennie, l’Amérique avait lancé Apollo 11 qui avait fait « atterrir » trois astronautes américains du nom de Neil Armstrong, Edwin « Buzz » Aldrin et Michael Collins sur la lune, et le 21 Juillet 1969, ces trois astronautes furent ramenés en toute sécurité sur la terre. Notez bien: du 22 au 24 Octobre 1969, les trois Astronautes américains furent invités et honorés à Kinshasa, République du Zaïre.

Ce Zaïre, aujourd’hui la République Démocratique du Congo (RDC), est en crise terrible comme les USA des années 1958-1960. A l’intérieur de la RDC, les populations sont ruinées par la pauvreté et la misère. Le chômage est chronique et rampant dans les villes et cités de la RDC. Les infrastructures de base sont en état de délabrement catastrophique. De l’extérieur, la RDC est envahie et occupée par des forces étrangères qui sèment la terreur à l’Est de la RDC. Dans ces conditions de crise semblables aux USA de 1958-1960, un jeune homme est arrivé à la présidence de la RDC.

Monsieur le président de la RDC, lancez un défi immédiat à la nation Congolaise; lancez un objectif que la RDC doit atteindre dans deux, trois, ou cinq ans. Ne perdez pas votre temps à attendre les machinations et manigances que les politiciens de la RDC habitués à la médiocrité sont en train de faire pour vous distraire. De la même manière que vous n’avez pas attendu la formation du gouvernement pour rapatrier et inhumer avec honneur le corps de votre père, c’est de cette même manière qu’il ne faut pas attendre la formation du gouvernement pour lancer un défi immédiat à la nation Congolaise. Un tel défi immédiat mobilisera toutes les forces vives et les ressources de la nation Congolaise à réaliser l’objectif.

Si par exemple vous déclarez devant toute la nation Congolaise que le pays doit s’engager à relier toutes capitales de toutes les vingt-six (26) provinces de la RDC par chemins de fer et par voies routières d’ici cinq ans, un tel défi de grande taille mobilisera les députés, les sénateurs, les gouverneurs et les Assemblées provinciales, les membres de votre cabinet, avec ou sans gouvernement officiel, les universités, les hommes et femmes d’affaires, les habitants des villages, villes et cites de la RDC, tous seront mobilisés derrière cet objectif, et vous dirigerez les ressources du pays vers la réalisation de cet objectif. Chaque année, vous, comme président de la RDC, vous allez inaugurer des nouveaux tronçons routiers et des nouveaux tronçons de chemins de fer qui relieront des villes du pays et les capitales des provinces. Cette mobilisation focalisera tous les habitants de la RDC derrière cet objectif, renforcera l’unité du pays, créera des millions d’emplois en RDC, relancera l’économie et la prospérité en RDC, et fera de la RDC un pays plus beau qu’avant. Monsieur le président de la RDC, c’est entre vos mains de faire la différence.

 

Tongele N. Tongele, Ph.D.
Docteur en génie mécanique et professeur d’université aux USA
tongele@cua.edu

9 thoughts on “Défi à la Nation Congolaise

  1. Non, Cher Prof,
    Comparaison n’est pas raison. Ni la situation interne et externe du pays, les USA, ni le niveau de vie (déjà à l’époque) et de culture des peuples, ni les origines familiales du JFK, ni simplement les deux parcours pour accéder à la magistrature suprême, bref, quelque soit notre optimisme, ce monsieur, nommé Président, a t-il, lui-même le bagage nécessaire pour relever le défi ?

    1. Cher JM IsaK,
      Le destin du peuple Congolais se trouve dans l’état d’âme de ce peuple ; c’est dans l’état d’âme des filles et fils de ce pays. Ce destin n’est pas incarné par un seul individu qui aurait le bagage nécessaire… Non. Ce destin est incarné par les filles et fils des villages, villes et cités de la RDC. Voila pourquoi quiconque étouffe ce destin, par ses actes ou par complicité ou par son inaction est tôt ou tard écarté par la force inhérente à ce peuple Congolais toujours en quête de devenir ce pour lequel il est destiné à être, à savoir, le moteur de la prospérité africaine et de l’humanité non pas par creuser et vendre des minerais, mais par la créativité scientifique, technologique et industrielles des filles et fils de la RDC. Ceci n’est pas simplement un agencement des mots. Non. Les talents concentrés en RDC et les ressources naturelles concentrées en RDC y sont pour l’accomplissement de ce destin. Avec ou sans bagage nécessaire, tout ce que le président de la RDC doit et devrait faire c’est dire à ses conseillers : vous êtes mes oreilles et mes yeux pour être à l’écoute du peuple Congolais, lire leurs écrits et propositions, et non seulement me rapporter cela mais surtout me proposer comment mettre en action ces propositions émanant des intellectuels et du peuple Congolais. Nous osons croire qu’il y des Congolais en RDC et à travers le monde qui font des propositions concrètes pour les reformes nécessaires et immédiates afin de rétablir la sécurité dans le pays et relancer l’économie nationale. Est-ce que les conseillers du président de la RDC qui sont et devraient être ses oreilles et ses yeux lui rapportent tout cela ? Est-ce qu’ils lui présentent des plans concrets pour mettre en action ces propositions des Congolaises et Congolais de partout dans le monde ?

  2. Mr le prof, ce rappel historique est une bonne chose. Ma préoccupation est de savoir la vision qu’a le jeune président pour le Congo dans les années que vous venez de citer. Comment faire pour amener les congolais et congolaises à l’unité d’esprit comme l’a fait le président américain en dépit de conflit politique et mauvaise distribution des ressources du Congo ?

    1. Cher Eliezer EBEYA,
      Comme j’ai écrit ci-dessus, c’est le peuple Congolais qui est maitre de son histoire et de son destin. Comment faire pour amener les congolais et congolaises à l’unité d’esprit comme l’a fait le président américain …? Réponse : le président de la RDC doit dire clairement à ses conseillers que je ne vous ai pas nommés pour me dire des choses qui me plaisent ou pour me proposer des plans pour voler l’argent du pays et devenir riche comme l’ont fait mes prédécesseurs dont j’attends déboulonner le système éditorial et corrompus qu’ils ont mis en place. Ce system corrompu et corrupteur a ruiné le pays et imposé une pauvreté et une misère jamais vue dans l’histoire moderne de l’humanité sur le peuple Congolais. Je vous ai nommés comme mes conseillers pour être mes oreilles et mes yeux, être à l’écoute du peuple Congolais, lire leurs écrits et propositions, et non seulement me rapporter cela mais surtout me proposer comment mettre en action ces propositions émanant des intellectuels et du peuple Congolais afin d’amener les Congolaises et Congolais à l’unité d’esprit à travers la mise en action de leurs idées et propositions. Ce qui nous permettra de lancer des grands travaux de construction et reconstruction nationale, focaliser tout le monde sur ces grands travaux, créer des millions d’emplois, bien rémunérer les soldats et policiers et agents de renseignement afin de bouter dehors toutes les forces étrangères qui ont envahi la RDC, viole les fillettes, assassinent les chefs coutumiers et les populations rurales, et sèment la terreur dans le pays. Et en un rien de temps, les Congolaises et Congolais seront range comme un seul esprit et une seule âme de derrière le président de la RDC pour combattre pour la paix, la justice et la prospérité dans le pays.

  3. la RDC est un pays potentiellement riche en tout, il s’agit juste de la volonté et conscience patriotique nous allons vite décoler.
    je salue votre analyse cher père professeur Tongele, il s’agit juste que le président prends en considéderation vos suggestions j’espère le congo déviendra plus beau que l’avant.
    Merci cordièlement.

    1. Cher Ghislain Kpado,
      J’ose croire que mes suggestions ne sont qu’une partie minime des grandes et nombreuses idées et suggestions qui sont faites au président de la RDC à travers les médias écrites et sur les ondes audios et visuelles. Je suis heureux que tu insistes sur la volonté et conscience patriotique pour vite décoller. En effet, les talents et les ressources naturelles qui sont concentrés en RDC sont très rares dans le monde entier, et la RDC devrait décoller très rapidement ou devrait avoir déjà décollé depuis longtemps. Cette volonté et conscience patriotique dont tu parles peuvent être concrétisées par le président de la RDC, par exemple, en disant à ses conseillers : chers amis, n’attendons pas la formation du gouvernement qui n’arrive toujours pas. La souffrance du peuple ne peut pas attendre. Présentez-moi avec un plan concret d’action de façon que chaque année, au moins mille ou deux milles jeunes filles et jeunes garçons Congolais qui ont des idées et imaginations créatrices soient appuyés à mettre sur pied des unités de production. Chaque mois, le président de la RDC doit et devrait alors demander à ses conseillers de lui faire le rapport du progrès qui est en train de se faire, et comment concrètement ces jeunes sont recrutés et comment sont-ils appuyés afin qu’ils puissent absolument réussir. Ainsi chaque année, la RDC pourra avoir au moins mille ou deux milles jeunes entrepreneurs qui fabriquent des choses sur place en transformant les immenses ressources naturelles du pays en produits finis pour la consommation locale et pour l’exportation dans les pays voisins et progressivement dans toute l’Afrique et le monde. Est-ce que vous voyez et entendez qu’il y a des jeunes entrepreneurs qui sont en train d’être formés et qu’il y de tels programmes sur le site de la présidence ou du gouvernement ?

  4. @Monsieur,
    La comparaison avec usa ne me semble pas pertinente mais j’avais une question à vous poser: Si un jour en rentrant du travail, vous trouvez votre immeuble d’habitation en feu avec des survivants qui appellent au secours, que faites vous ?
    Vous vous mobilisez pour éteindre immédiatement l’incendie ou vous acceptez de débattre sur les nouveaux règlements de copropriété, les travaux à venir et de la nouvelle police d’assurance?
    Je me permets de vous rappeler que Le socle d’une nation c’est l’armée (pour garantir l’intégrité territoriale et protéger les citoyens). Le préalable au développement d’un pays c’est la paix.
    Il faut donc mettre fin aux massacres des congolais avant toute chose!
    Il faut ensuite faire des réformes nécessaires pour créer un environnement (politique, économique, financier, juridique…) qui rende possible la réalisation des différents projets.
    Construire des chemins de fer, des autoroutes… doit s’inscrire dans des projets conçus et chiffrés et surtout dans un cadre institutionnel sérieux.
    Dans l’immédiat, il faut réformer l’armée et mettre fin au calvaire des populations congolaises. Depuis 6 mois qu’il est là, notre Tshilombo national aurait pu lancer des audits pour évaluer la situation mais il ne le fait pas.
    Cela fait 2 fois que vous mettez en avant l’enterrement de son père comme un exemple de réussite de projet.
    Excusez-moi mais nombre de congolais réussissent sans difficulté à rapatrier des corps et organiser des funérailles. Cessez de nous présenter cela comme un exploit. L’enterrement de son père… c’est son problème.
    De surcroît, Ce que vous lui demandez est déjà fait, renseignez vous. Il a lancé un défi à la nation sans attendre la formation du gouvernement:
    ** il va rénover la présidence pour 200 millions $,
    ** il va construire 3 mille logements sociaux pour nos militaires, 57 millions $,
    ** il va construire des stations essence au kasaï pour 24 millions $
    Le tout avec des contrats de magouille de gré à gré avec des libanais. Pendant qu’il sabre le champagne avec le roi de kingakati, les congolais se font canarder à Minembwe…
    vous donnez l’impression qu’on peut se lancer dans le développement de la RDC sans créer un état de droit, sans administration, avec des dizaines de fosses communes, des massacres en cours, plusieurs centaines de milliers de déplacés et des refoulés errant comme des chiens, sans armée… un peu de sérieux cher monsieur.
    On ne débute pas la constitution d’une maison par le toit.

      1. Cher Muana ya mokolo lopango,
        Votre souci est aussi le souci de tous les Congolais en RDC et à travers le monde. La RDC doit libérer son peuple des terreurs semées par les forces étrangères des pays voisins. Vous avez déjà probablement lu ou entendu des propositions concrètes qui sont faites par des Congolais, ou même des analystes experts étrangers, sur comment rétablir la paix en RDC afin que les ressources humaines et naturelles de la RDC puisent fleurir pour bénéficier non seulement le peuple Congolais, mais toute l’Afrique voire toute l’humanité. L’une des recommandations pressantes faites au Symposium International de Washington DC que j’ai organisé et qui a eu lieu le 29 Juin 2019 était justement la libération des ressources humaines et naturelles de la RDC comme clé de la prospérité de l’humanité qui inclue la stabilité climatique planétaire. Les actions pour entreprendre cette libération est et doit être immédiate et multi faciale, incluant entre autre la réforme de l’armée Congolaise pour la rendre Congolaise et efficace, la relance immédiate des grands travaux publics de construction et reconstruction des infrastructures nationales qui sont en état de délabrement total, la mobilisation des intellectuels Congolais pour proposer des voies et moyens pour des plans concrets des reformes dans multiples domaines qui ont besoin des reformes urgentes afin de relever le défi du développement scientifique, technologique et industriel de la RDC. Qu’il me soit permis ici de revenir sur le rôle crucial que les conseillers du président de la RDC doivent et devraient jouer en ce moment où le pays n’a pas un gouvernement et ne parait pas être sur la voie d’avoir un gouvernement bientôt. Ce sont ces conseillers qui devraient rapporter au président de la RDC tout ce que nous écrivons ici, tout ce que les Congolaises et Congolais en RDC et à travers le monde proposent pour la libération et la relance de la RDC.
        Les conseillers du président de la RDC doivent comprendre cette vérité qui n’est pas une science nucléaire ; la vérité est que le temps passe, les propositions concrètes des Congolaises et Congolais en RDC et à travers le monde pour la libération du pays restent sans effet parce que pas mises en action par ceux qui sont au pouvoir et responsables de mettre ces idées en action. Le peuple Congolais voit que ceux qui sont au pouvoir, à la présidence, dans le cabinet du président, au parlement, au sénat, à la tête des institutions nationales, etc., sont bien payés mensuellement, ils se marient, leurs enfants se marient dans la joie et célébration, ils voyagent, leurs épouses/époux et leurs enfants voyagent en Europe pour s’acheter des biens avec l’argent du peuple, tandis que le peuple continue dans sa misère de chaque jour. Et le peuple voit tout cela. Ces leaders qui fêtent avec l’argent du peuple ne font absolument rien pour libérer le peuple ou soulager la misère du peuple. Eh bien, Leopold II n’avait jamais rêvé perdre soudainement sa propriété privée l’Etat Indépendant du Congo contre son gré. Le Marechal n’est pas resté éternel. Mzee est passé très vite. Kabange agonise pour sa survie et continue à manigancer, mais pour combien de temps ? Le destin du peuple Congolais est dans son état d’âme. Le peuple Congolais ne laissera jamais un centimètre de son territoire annexé par qui que ce soit. Le destin du peuple Congolais n’est pas de creuser et vendre des minerais, mais que les jeunes filles et jeunes garçons de ce pays puissent utiliser leurs imaginations et travaux de leurs mains pour créer des unités de production, des entreprises et manufactures pour transformer sur place les ressources naturelles immenses de la RDC en produits finis, et ainsi endiguer le chômage et la pauvreté, et devenir le moteur du développement industriel de l’Afrique. Tous ceux qui sont passés à la tête de la RDC, et qui ont fait obstacle à la réalisation du destin du peuple Congolais par leurs actions complices ou inaction ont fini dans la même trajectoire de leur action complice ou inaction. C’est donc entre les mains du président de la RDC et ses conseillers de faire la différence.

Comments are closed.