Depuis la Belgique, Félix Tshisekedi annonce la création d’une agence de lutte contre la corruption

Depuis Belgique où il séjourne dans le cadre d’une visite officielle, le Chef de l’État Félix Tshisekedi Tshilombo a annoncé la création prochaine d’une agence de lutte contre la corruption.

Il a fait cette annonce ce mardi 17 septembre devant une centaine d’entrepreneurs de la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB).

Selon la présidence congolaise, la déclaration du Président de la République résulte de la volonté réciproque de reprendre les échanges économiques entre Kinshasa et Bruxelles.

Le Chef de l’Etat a, dans la foulée, rappelé les efforts entrepris pour stabiliser l’Est de la RDC; sur l’assainissement du cadre macroéconomique, et les réformes en cours, avec en toile de fond, la création de l’agence nationale de lutte contre la corruption pour garantir la bonne gouvernance.

Les hommes d’affaires belges ont clairement manifesté leur volonté d’apporter leur contribution au développement économique de la RDC, souligne la presse présidentielle.

Pour y arriver, a rappelé Bernard Gilliot, Président de la FEB, ils ont besoin des assurances sur la stabilité politique, macroéconomique et la bonne gouvernance, rapporte la même source.

Les opérateurs économiques belges ont salué les premiers signaux donnés par le Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi. Un accord de protection d’intérêt économique mutuel sera signé dans les prochains jours, informe par ailleurs les services de la présidence.

DNL/ Rédaction Actu 30

15 thoughts on “Depuis la Belgique, Félix Tshisekedi annonce la création d’une agence de lutte contre la corruption

  1. IL CREE CELLE-CI DE BRUXELLES? QUELLE GROSSE BLAGUE ALORS !
    NOUS SUPPOSONS QUE CETTE AGENCE-BIDON SERA SOUS LA BOTTE DU JOUISSEUR-DETOURNEUR VITAL KAMERHE A LA PRESIDENCE….

  2. MINISTRE DE LA JUSTICE
    Multiplier les conseillers et les agences ne font qu´augmenter le % du budget destiné á l´admnistration quand il faut consacrer plus d´argent dans le social et la sécurité. Bureaucratie á la sovietique!
    Felix est entrain de « créer » des emplois des fonctionaires tout simplement. Ce que dans le programme de son premier ministre presenté au parlement, la création de cette agence n´y figure pas.
    La RDC n´a pas besoin d´une agence contre la corruption, mais de la bonne gouvernance caracterisée par la « transparence » de la gestion des ressources de l´État.
    Cette « présidence » qui semble être un « gouvernement » où Felix annonce son propre programme va se casser les dents face á la massive majorité du FCC.
    S´il commencait par rendre transparent l´admnistration de la présidence, son budget, le nombre des foncionaires á son service, ect.. il va être crédible.
    Felix qui affirme être l´allié de Kabila tout en faisant la promesse de lutter contre les pratiques de la corruption instituées par Kabila ? Paradoxe immense… lol

  3. Que du déjà vu et du déjà entendu!
    Notre Bizimungu national doit d’abord dire aux Congolais qui a englouti les 15 millions de dollars, et demander des comptes à tous les criminels économiques et de sang, corrompus et corrupteurs du régime de Hippolyte Kanambe, le proconsul du sanguinaire Paul Kagame en RD-Congo. Comment est-il allé s’associer à ce citoyen rwandais, bourreau de notre people?
    Sans cela, tous ces manoeuvres dilatoires ne meneront à rien.

  4. Bouffonnerie !!!
    Et si on parlait d’abord de la corruption morale, celle qui consiste, par exemple, à accepter une imposture pour jouir des privilèges d’un pouvoir de façade ?
    Les congolais veulent savoir où sont passés leurs 15 millions de dollars ?
    Où est notre pognon ?

  5. @ COMPATRIOTE MUSEMA KWELI,
    BRAVO, BIEN DIT.
    ILS NOUS PRENNENT POUR LES NAIFS. CETTE EPOQUE-LA EST DEJA REVOLUE. QU’ILS AILLENT MENTIR LEURS TALIBANS LESQUELS CROIENT AUX MENSONGES.

  6. Chers Compatriotes,
    Nous sommes dans une situation où nous nous embrouillons et nous ne savons même pas où nous allons et comment atteindre nos buts, car, j’ai l’impression que le Congolais parle un langage multiple. Il me semble que nous n’avons pas un peuple congolais, mais des peuples congolais avec chacun un objectif qui ne cadre pas du tout avec l’intérêt commun de tous les Congolais. Que cherchons-nous? Où voulons-nous aller ? Qu’est-ce que la démocratie pour nous ? Qu’est-ce que nous voulons maintenant et comment pouvons-nous arriver à avoir un objectif commun qui ne verrait que le Bien-Etre suprême de la nation ? Le Combat que les Congolais veulent mener consisterait à chercher les sorciers sur base raciste ? La dame qui a été surnommée « Taliban » à Matonge par la bande à Boketshu est-elle l’auteur de tout ce qui se passe au Congo ? Un des problèmes du Congo c’est cette utilisation des délinquants pour maintenir les paisibles citoyens dans la terreur. L’opposition devrait se démarquer de cette bande des voyous et au besoin collaborer à ce qu’elle soit traduite devant la justice. La Belgique ferait mieux d’arrêter Boketshu et sa bande pour atteinte à l’Ordre Publique et les renvoyer dans leur pays d’origine. Si les Congolais ne sont pas unis, ils ne pourront jamais mener leur pays au développement. Maintenant que le Président devient une instance de direction du pays alors que le parlement est là, nous ouvrons des brèches vers la dictature. La gestion d’Ebola dépend de la présidence, donc le ministère de la santé n’a aucun rôle à jouer. La création de la cellule contre la corruption est annoncée par le président de la République à l’Etranger, mais que fait le parlement. Le président va-t-il créér des lois de fonctionnement de cette cellule ou elle sera une brigade personnelle du président pour traquer les corrompus qui seraient en dehors du cercle présidentiel ? On parle de 15 millions. Mais au Congo, la présomption d’innocence n’est pas un principe de tous les Congolais analystes qui se livrent à donner des points de vue en ligne. Points de vue que je respecte. Je pense que cette attitude est le résultat du fait que la corruption est tellement généralisée au Congo que l’on ne peut pas croire en la justice congolaise… Alors, comment conduire le pays aux changement nécessaires à son développement ? Que Dieu nous vienne en aide.

    1. @elili.
      Bokethsu et sa bande vivent dans des pays de vieilles démocraties. Dans ces pays,les élections sont toujours démocratiques, transparentes, justes et équitables. Il n’ y a jamais de contestation. Tout le monde se soumet aux résultats. Ceux qui ont gagné gouvernent. Les perdants vont à l’opposition et attendent la prochaine fois dans l’espoir de gagner et de diriger le pays.
      Boketshu et sa bande(qui n’ont pas été à l’école) voient admirent. Mais les talibans(qui ont pourtant le Bac+100) et les mamans muziki ( sans?) cent qui portent les pagnes des candidats-présidents ne voient rien.Ils vivent dans les pays des vieilles démocraties sans y être vraiment. Malgré les diplômes glanés dans les universités réputées, dans leurs têtes ils raisonnent comme leurs proches qui vivent de la chasse, de la pêche et de l’agriculture de subsistance au bled. Ils sont en Occident sans y être vraiment.
      Au Congo,on a organisé les élections 3 fois. Chaque fois elles sont cahotiques. C’est celui qui perd qui est proclamé vainqueur. Chaque fois,il y a contestation et mort d’homme.
      Les dernières élections ont donné des résultats inimaginables.Celui qui est proclamé PR a eu un score médiocre et minable aux autres scrutins. Le 3è de la présidentielle a fait un score digne de dictateur dans les autres scrutins. Le 2è MAFA se considère comme le vrai vainqueur. Il pense qu’il est injustement écarté de l’exercice du pouvoir.Ils se sent pas comme opposant. Mais victime d’une escroquerie électorale. C’est choquant pour Boketshu et sa bande, aussi pour bien d’autres congolais. Les autres membres de la diaspora soutiennent la mascarade électorale.
      La roublardise de Félix,son alliance soudaine avec le criminel Kabila,sa gestion calamiteuse pendant le 8 premiers mois de pouvoir,les affaires des détournements de 15M$,le népotisme,le tribalisme…tout ça,provoque la révolte chez un homme qui jouit de toutes ses facultés humaines. Un homme normal n’embrasse pas sur la bouche un dictateur,un criminel ou traître. Il les méprise.
      Au nom de la démocratie, ceux qui chantent et dansent djalelo Mulopwe Tshilombo exercent leur droit. Ceux qui n’ont que l’aversion pour lui aussi.
      Les dernières élections nous ont laissé la rancoeur. Le peuple congolais est profondément divisé. C’est pas le niveau de vie de Saoudiens que Tshilombo nous donnera au cours de son mandat qui pansera nos plaies.Le pprd,un parti dictatorial et l’UDPS un parti populiste,l’union des deux formation a engendré un régime fasciste. Tobebi na biso.

    2. @Elili
      Vous me semblez un peu beaucoup fatigué non?
      Vous partez dans tous les sens comme un bateau ivre en louvoiement. Si je peux me permettre un conseil, reposez vous un peu hein… ça vous fera du bien.
      Si quelqu’un est victime d’un voyous en Belgique (état de droit), il n’a qu’à saisir le procureur du roi, non ?

  7. @Elili
    Dans les pays « vielles » démocraties où nous résidons depuis plus de 25 ans.. il est impossible de voir un président annoncer de l´étranger son « programme politique » qu´il devait expliquer aux électeurs il ya plus de 9 mois lors des élections.
    Nous ne comprenons pas (aussi) que l´alliance FCC-CASH soit incapable de présenter un programme « chiffré » après plus de 7 mois de negociacions.
    Cette démocratie que les congolais souhaitent ne peut souffrir d´un « président2 ROI qui ne repond pas devant le Parlement, mais qui semble-t-il « dirige l´inspection des finances » et possede son propre programme politique qu´il compte appliquer même si ce programme est contraire á celui de la majorité FCC.
    Elili@ Peut-être Boketshu est un citoyen BELGE et ne peut pas se faire expulser de la Belgique.. Dans les pays membres de l´UE, une atteinte á l´ordre publique lors d´une manifestation politique n´est pas un crime.
    Manifester politiquement dans la rue est un DROIT en Europé.
    Quand vous parlez si bien de la « justice », comment croire dans ces juges qui ont inventés leur propres « élections » en invalidant des parlementaires en toute violation des résultats de la CENI ?
    Non, un président du genre Mobutu, LD Kabila ou Kabila junior ne sera pa accepté par les congolais…surtout les congolais de la diaspora qui vivent dans les vielles démocraties.
    Un président « dirige » l´inspection des finances et dont le directeur du cabinet se comporte comme un « premier ministre » en donnant des ordres á gauche et á droite, le Congo n´en a pas besoin.
    Un président possedant une armée des conseillers qui souhaite augmenter le nombre des fonctionaires quand il faut optimiser la gestion de l´État, nous n´en voulons pas.
    LE PLUS SIMPLE?
    Une mise au point entre Felix et son premier ministre qui nous apportent des « chiffres »:
    1. Budget en chiffre
    2.Programme commun chiffré
    3.% du budget destiné á l´admnistration de la présidence
    4. % du budget destiné á l´éducation pour financer la gratuité de l´enseignement.
    5. Transparence dans la gestion des finances de l´Etat en laissant le Parlement qui est l´autorité budgetaire convoquer Kamerhe et tous ceux qui sont cités dans l´affaire de 15 millions de $
    6. Une démocratie tout simplement, pas une démocratie au rabais.

  8. Bon courage M. le Président! Lutte contre la corruption, une véritable hydre de Lerne, un chantier titanesque, tellement la corruption est devenue une véritable institution ces quinze dernières années! Evolution favorisée par l’implication totale des plus hautes sphères de l’Etat, l’épouvantable faillite de l’appareil judiciaire et la diabolique imagination du Congolais en la matière.
    Pour ne parler que des entreprises publiques, divers mécanismes sont mis en place:
    – maquillage des comptes de l’entreprise;
    – octroi des marchés en dehors des règles élémentaires d’orthodoxie et en violation de la règlementation sur les marchés publics;
    – rétrocommissions quasi systématiques;
    – perception indue de jetons de présence faramineux lors des réunions d’entreprise alors qu’il s’agit d’une activité normale du fonctionnement d’une entreprise;
    -etc…La liste est très longue!
    Quelques pistes à explorer dans cette lutte:
    – réforme du commissariat aux comptes et instauration d’audits financiers et techniques annuels par des auditeurs externes indépendants;
    – obligation pour les mandataires de défendre leurs bilans annuels à l’occasion d’une session spéciale de l’Assemblée nationale;
    – réforme du Conseil supérieur du Portefeuille dont les missions dans les entreprises sont plus souvent l’occasion de percevoir des frais de missions juteux qu’autre chose;
    – réforme de la Cour des comptes pour la doter de moyens de travail efficaces, renforcer les capacités du personnel et la rendre effectivement indépendante;
    – réforme des modes de nomination pour faire appel à des gestionnaires expérimentés et recrutés sur base de leurs profils et à la suite d’un processus transparent.

Comments are closed.