Détournement des fonds de la gratuité de l’enseignement

Gaston Mutamba

C’est depuis ce vendredi 5 mars qu’a débuté le procès sur le détournement des fonds alloués à la gratuité de l’enseignement de base en RD Congo. Tout le monde voulait savoir à quoi pouvaient bien ressembler ces bourreaux sans cœur des enfants scolarisés. Ils sont poursuivis par la Cour d’appel de Kinshasa pour détournement de plusieurs millions de dollars destinés à l’achat des fournitures et des services en 2020 ainsi que de dilapidation des frais de fonctionnement. Enfer et damnation!

Malin comme un cancrelat, au premier jour de l’audience à la prison centrale de Makala, l’inspecteur général de l’Enseignement primaire, secondaire et technique clama son innocence. Sapristi!

D’après mon ami qui connaît tout, le cancrelat est la bestiole la plus coriace au monde. Même décapité, un cafard peut survivre sept à neuf jours. Enfer et damnation! Il adore l’obscurité. Les radiations atomiques ne l’importunent pas. Il peut donc rester vivant après une guerre nucléaire. Il se prélasse dans nos cuisines, dans les frigos, dans les fours à micro-ondes etc. Un insecte avec des pouvoirs surnaturels! Bref, passons!

Le directeur du Service de contrôle de la paie du personnel enseignant (SECOPE) devait aussi être entendu. Fort d’un certificat médical, il fit de la résistance en clamant urbi et orbi qu’il était malade. Stupeur et tremblements! Comment peut-il invoquer la maladie alors qu’il mange trois fois par jour. Comme quoi, l’argent ne fait pas toujours le bonheur. Bref passons!

D’après mon ami qui sait ce qui se passe dans tous les coins et recoins de Kinshasa, le véritable Parrain de cette maffia serait le ministre de l’Enseignement primaire et secondaire, M. Willy Bakonga Wilima himself. Un promoteur d’école privée qui a été bombardé ministre de l’Enseignement primaire et secondaire sans que l’on évoque les incompatibilités. Ce qui ne devait pas arriver, arriva. Pour se remplir les poches et la panse, il se serait illustré par de faux arrêtés antidatés de recrutement des agents et de création des écoles fictives. Par ces arrêtés d’agrément, il a créé des milliers d’écoles fictives dans tous les réseaux d’enseignement (publics, conventionnés et même privés). A ceci, il faut ajouter des enseignants et du personnel non enseignant fictifs. Cela lui aurait permis de concocter une fortune estimée à 30 millions de dollars yankee. Saperlipopette!

Au fait, ça fait toujours drôle de voir des ministres affublés de prénoms aussi farfelus que Willy, Pitshou, Papy, Toto, Nene, etc. On dirait des sobriquets. Bref, passons!

On attend donc avec beaucoup de patience le procès de Son Excellence Monsieur le Ministre l’Enseignement primaire, secondaire et technique. Il paraît qu’il faut toute une procédure pour l’amener à la barre. Comme on dit chez nous, « Qui crache en l’air doit s’attendre à recevoir des crachats sur le visage ».

 

GML

3 Commentaires on “Détournement des fonds de la gratuité de l’enseignement

  1. Le ministre Willy Bakonga doit absolument rendre des comptes… Ce qui par contre peut paraître injuste, c’est bien le fait que quand il s’agit d’un ministre UDPS ou proche de ce parti, malgré le rapport de l’Inspection Générale des Finances, les demandes de la levée de la justice et le quitus du parlement…ces personnes ne sont pas inquiétées… Il s’agit notamment de ETENI LONGONDO Ministre de la Santé et de John TUMBA Ministre de la Formation Professionnelle…

  2. @Tous les talibans et autres idolâtres patentés, arrêtez avec tous ces discours qui emberlicoquent les gens. Il n’y aura jamais de paix, de justice et d’ordre dans cette jungle tant qu’on acceptera d’avoir à la tête de notre pays de minables personnages n’ayant aucun mérite. Nuls comme tout, ces nigauds qui adorent d’être appelés “honorables, excellences, coach,…” ne méritent en réalité que mépris. Pourquoi ( Dieu) notre peuple ne comprend-il pas que tous ces niais qu’ils adulent sont à la base même de leurs malheurs et ignominie?
    OYO PEUPLE YA NDENGE NINI?

  3. Un type qui détourne l’argent destiné à l’enseignement de ses propres enfants est un hijo de puta. Le hic, au Congo, ce type peut attendre sereinement son procès en sachant qu’une grâce présidentielle est toujours possible. En attendant, l’argent dort tranquillement dans un compte à Dubai.
    Makambu ya modèle ya mboka na biso !

Comments are closed.