Douanes: Le poste frontalier de Kasumbalesa géré par « Zoé »?

Depuis le mois de mai dernier, la DGDA (Direction générale des douanes et accises) a été dessaisie de la gestion du poste frontalier de Kasumbalesa au profit d’une mystérieuse société « Trafigo ». Selon certaines indiscrétions, l’entreprise dont question appartiendrait à Zoé « Kabila ».

A l’heure de l’Internet et des réseaux sociaux, la firme « Trafigo » est introuvable sur la toile. Pas une seule indication sur ses statuts ou son conseil d’administration. Pas une ligne sur son « boss ». Mystère! En pareil cas, les « initiés » ont pris l’habitude de braquer leur regard sur la fratrie « Kabila ». Celle-ci est souvent à l’affût des opérations fructueuses.

Depuis plusieurs mois, cette entreprise aurait été chargée par la DGDA de « sous-traiter » le poste de Kasumbalesa. Un cas sans précédent. Pire, il n’y a jamais eu d’appel d’offres.  « Trafigo » qui a signé un contrat avec la DGDA fait preuve d’un zèle débordant. Elle est occupée à élargir le parking 2 réservé au trafic des « trucks » transportant des marchandises à l’exportation. Elle est assistée par une toute aussi mystérieuse société dénommée « Afrique Service Management ».

Selon une dépêche de l’ACP, « Trafigo » aurait pris la résolution de « moderniser totalement le poste frontalier de Kasumbalesa vue sa position géostratégique et son impact sur l’économie dans la sous-région de la SADC ». L’Agence de souligner que le coût des travaux n’a pas été révélé. Il en est de même de l’origine du financement.

C’est au mois de mai dernier que l’ACP, citant des sources ayant requis l’anonymat, avait annoncé que le gouvernement provincial du Haut Katanga avait transmis la gestion du poste frontalier de Kasumbalesa à la DGDA. « Pour bien répondre aux attentes des transporteurs et opérateurs économiques, la DGDA a concédé à la société privée ‘Trafigo’ l’administration de ce poste douanier », précisait la même source.

Ce « contrat » entre la DGDA et « Trafigo » n’est pas sans rappeler le « contrat d’assistance » digne d’une arnaque signé en décembre 2008 entre l’ex-Ofida et la firme anglo-saxonne « CTC » (Customs Tax Consulting). Les Douanes congolaises étaient bizarrement représentées par le ministre des Finances et son collègue du Budget.

Pour l’anecdote, la CTC a été mise sur pied à la veille de la signature de cette convention. Une convention, par ailleurs, unanimement dénoncée tant par certains députés nationaux que par l’Intersyndicale de la Douane. En cause, son caractère « léonin » et « inopportun ».

En grattant un peu sur l’acronyme « CTC », on percevait l’ombre de « Joseph Kabila » et des personnages sulfureux tel qu’ Alfred Roger Yaghi, ancien président du conseil d’administration de la défunte « Banque congolaise ».

Le poste frontalier de Kasumbalesa est d’une importance vitale pour la DGDA. Depuis 2005, Déo Rugwiza Magera bat tous les records de longévité à la tête de cet organisme public. Quelle est sa botte secrète? La fratrie « Kabila » a plus que jamais mis le pays en coupe réglée.

 

B.A.W.