Elections du 23/12: « Kabila » commence à tomber le masque

La campagne électorale du « dauphin » Emmanuel Ramazani Shadary peine à s’envoler. « Continuateur » de l’œuvre introuvable du « raïs », le candidat du FCC (Front commun pour le Congo) à la présidentielle ne suscite que peu d’engouements auprès d’une population congolaise dont « l’humeur du moment » est au changement voire à la rupture avec l’ordre ancien. « Joseph Kabila » a les nerfs à vif. Les violences survenues dimanche 8 décembre au chef-lieu du Maniema en témoignent.

« Ce seront les meilleures élections que ce pays aura connues depuis 1959 ». Ces propos quasi-infantiles ont été tenus par « Joseph Kabila » dans l’interview qu’il a accordée au quotidien bruxellois « Le Soir » daté du 1er décembre. Ce qui s’est passé à Kindu constitue un cinglant démenti.

Que s’est-il passé dimanche au chef-lieu du Maniema?

Selon des sources concordantes, pour une raison inconnue, l’aéronef transportant le candidat de la coalition « Lamuka » a été empêché d’atterrir à l’aéroport de Kindu. Un aéroport congolais. Inimaginable! Des « instructions » auraient été données à la Régie de voies aériennes (RVA) d’agir dans ce sens. Qui a donné ces instructions? Pourquoi? Pourquoi les prétendants à la présidentielle non-issus du FCC sont-ils soumis à des tracasseries et autres intimidations? Quid de l’égalité des chances?

Au moment où ces lignes sont écrites, il est 12 heures 45 à Kinshasa. On attend désespérément la réaction de la CENI (Commission électorale nationale indépendante). « Les réunions électorales se tiennent librement sur l’ensemble du territoire national », peut-on lire dans le communiqué n°031 du 21 novembre de la centrale électorale.

Pierre Lumbi Okongo, Directeur de campagne de Martin Fayulu

Directeur de campagne de Martin Fayulu, Pierre Lumbi Okongo n’a pas usé de circonlocutions en pointant un doigt accusateur en direction des autorités locales. Sans vouloir dédouaner celles-ci, on peut gager que ces « pauvres bougres » n’ont fait qu’exécuter un « ordre illégal » donné par la très nébuleuse « haute hiérarchie ». Autrement dit, « Kabila » en personne ou son « dircab » Néhémie Mwilanya Wilondja qui se trouverait pas très loin dans son « fief » de Fizi, au Sud Kivu.

Selon Lumbi, des policiers et des militaires ont été déployés à l’aéroport pour empêcher la population d’aller accueillir le « candidat n°4 ». D’après des sources locales, les « forces de l’ordre » ont été épaulées par des voyous camouflés sous la douce appellation de « membres de la ligue des jeunes du PPRD ».

FORFAITURE

Ce qui devait arriver arriva. A savoir des affrontements entre des membres et sympathisants de « Lamuka » avec des policiers d’une part et des « jeunes » du PPRD de l’autre. Bilan: une dizaine de blessés graves. Lumbi a qualifié ce fait de « forfaiture ».

Quelle crédibilité peut-on, dès lors, accorder au communiqué n°031 de la CENI qui « interdit » aux candidats notamment d’ « inciter quiconque à commettre un acte de nature à entraîner des violences, des menaces ou à priver d’autres personnes de l’exercice de leurs droits ou libertés constitutionnellement garantis »? Le « clan kabiliste » bénéficierait-il d’une dérogation?

Pour les observateurs, « Joseph Kabila » commence à tomber le masque. « Le raïs commence à montrer sa vraie face d’un homme politique rusé et roublard », commente un confrère kinois. Un opposant d’enchaîner: « Une certaine fébrilité règne au sein du Front commun pour le Congo ». Et pour cause?

Il semble se confirmer que « Kabila » aurait de plus en plus les « nerfs à vif ». En cause, la « poussivité » de la campagne électorale que mène le « dauphin » Emmanuel Ramazani Shadary. Le « raïs » est surpris par l’accueil mitigé que la population a réservé jusqu’ici à son « clone ». Barnabé Kikaya bin Karubi, conseiller diplomatique de « Kabila » n’avait-il pas prédit à Jeune Afrique que « notre candidat a 90% de chances de gagner la présidentielle »?

Dans l’interview citée précédemment, « Kabila » a glissé plusieurs messages subliminaux. Il dit notamment qu’ « après le 23 décembre, il n’y aura plus qu’à attendre les résultats. Je crois que tout va bien se passer ». Il dit plus loin qu’après le 23 décembre le « gagnant » {qui ne pourrait être que son dauphin} fera « appel à tout le monde et que le perdant accepte d’avoir perdu ».

Connaissant la vénalité de la grande majorité des opposants, « Joseph Kabila » s’imagine qu’il lui suffira de mettre sur pied un nouveau gouvernement dit « d’union nationale » ou d’user des intimidations pour étouffer la contestation post-électorale. 

Au moment de boucler ces lignes, on apprenait que le Conseil de l’Union européenne a renouvelé, ce lundi 10 décembre, les « mesures restrictives » prises le 29 mai 2017 à l’encontre de plusieurs oligarques de la Kabilie dont Emmanuel Ramazani Shadary. Ambiance!

On espère que ces sanctions pourraient,  à brève échéance, s’étendre à « Joseph Kabila » ainsi qu’à sa fratrie…

 

Baudouin Amba Wetshi

14 thoughts on “Elections du 23/12: « Kabila » commence à tomber le masque

    1. Il semblerait que vous avez toujours besoin de  » Rwandais ». Souvenez-vous de Bisengimana Rwema sous Mobutu, Karaha sous Kabila et aujourdhui Kabila. Ce n’est pas donc 5 generations qu’il faut pour laver cette  » hont ». C’est mille ans!

      1. Vous fanfaronnez aujourd’hui…vous transpirez votre arrogance de petit peuple qui se croit grand parce qu’il domine temporairement un autre, plus grand que lui. Vous ignorez l’histoire, pauvre type. Ce jour viendra où vous allez rentrer dans vos collines parler avec vos vaches. Ce jour viendra ! Bande d’assassins.

      2. Cher Jean-Pierre,
        Inutile de raisonner avec ce Jo Bongos et ses semblables souffrant de complexes pathetiques vis-a-vis des Rwandais. Nous le disons toujours: Bongos, Mamale, Kum et leur maitre Ngbanda ont besoin de psychiatres.
        Tenez bien: Pour ces nullards, paresseux et faineants passant tout leur temps devant l’ecran en Europe, en Amerique or en Afrique du Sud, la RDC attendrait toujours sa « 2e Independance » du Rwanda. (Ne riez pas !)
        Ces nullards complexes perdent leur temps sur l’Internet au lieu de retourner au Pays et s’y atteler a trouver de vraies solutions pour developer leur Pays qui recule. Ce tandis que le petit Rwanda se developpe et avance.

      3. Ndeko Jo Bongos,
        Laissez ces pauv’ types d’éleveurs de vâches tranquilles, Débarrassons-nous de nos collabos (Mende, Bushab, Minaku et autres,,,) et ces ignores s’enfuiront tout seuls,

  1. Pas d’affolement, c’est de l’esbroufe. Il est aux abois alors il fait de la provocation. La vérité est qu’il ne croit pas à la victoire d son poulain. Gardons notre calme, ne soyons pas défaitiste, vu l’engouement suscité par Félix et Fayulu à l’Est, tout est possible. calmos donc.

  2. ALORS QU’AUJOURD’HUI A STOCKHOLM UN DIGNE FILS DU PAYS SE VOIT OCTROYER LE PRIX NOBEL DE LA PAIX POUR SA NOBLE LUTTE POUR PRESERVER LES VIES DE NOS COMPATRIOTES, LA FAMILLE DES VOYOUCRATES, VOLEURS ET TUEURS QUE PILOTE KANAMBE MTWALE ALIAS « KABILA » ET LEUR CHEVAL DE TROIE RAMAZANI SHADARY ET VALET NEHEMIE MWILANYA EUX CONTINUE LEURS ACTES CRIMINELS
    MAIS LES JOURS DE CES BANDITS-TUEURS ET LEUR CHEF AUX ABOIS SE COMPTENT AUX DOIGHTS.

  3. Chers Compatriotes,
    Notre compatriote Jo Bongos dit quelque chose d’inquiétant. « Cinq générations pour laver cette honte nationale »? Vous vous imaginez cela ? Un problème que nous avons est que nous exécutons, nous congolais, même les ordres que nous savons bien injustes, et venant de ceux qui ne cherchent qu’à détruire le pays depuis qu’ils sont au pouvoir. Cela montre à quel point, le pasteur Ekofo a été extra-ordinaire. Ne me dites pas que les Rwandais étaient dans la tour de contrôle de l’aéroport concerné pour ne pas donner l’autorisation d’atterrissage à l’appareil du candidat. Nous devons être conscients du rôle que jouent les compatriotes traîtres, les identifier et les mettre hors d’état de nuire. Nos analyses vont toujours loin, nous cherchons le « Raïs » alors que ce dernier est porté par nos compatriotes, les uns pour avoir de l’argent, les autres pour avoir une parcelle de pouvoir afin de se venger de leurs compatriotes qu’ils considèrent comme ennemis. Le bien suprême de la nation est oublié, ou inconnu de certains compatriotes. Alors s’il faut cinq génération, nous pensons que la colonisation et l’esclavage que certains de nos compatriotes soutiennent actuellement au Congo durera plus que la colonisation. Eh bien, il y a de quoi nous poser des questions sur ce que nous sommes devenus avec l’indépendance chèrement acquise pas nos anciens que leurs descendants ont vendues pour vil prix aux médiocres terroristes venant d’un pays qui n’était rien sous la deuxième république. Nous devons nous regarder en face et nous relever, en commençant par mettre hors d’état de nuire les traîtres. Que Dieu nous vienne en aide.

    1. Tres bien mon frere tu es inteligent tu merite d’etre meme a la tete d’une institution, tu raison comme un congolais voila les genres de personnes que nous cherchons pour notre beau pays merci mon frere et courage

  4. @Alidor Semayote
    Si je souffrais d’un quelconque complexe vis-a-vis des rwandais, je n’invoquerai certainement pas la honte nationale du fait d’être dirigé par eux. Question de logique rationnelle.
    Ce concept doit vous paraître étrange. Aussi, je comprends que ce soit difficile pour vous de raisonner en kinyarwanda et d’écrire en français. Souffrez qu’on vous dise la vérité que vous essayez de cacher par tous les moyens.
    Dites-nous, James Kabarebe est rwandais ou congolais ? S’il est rwandais, pourquoi a-t-il été chef des armées au Congo. S’il est congolais – puisqu’il a été chef des armées au Congo – pourquoi est-il aujourd’hui ministre de la défense au Rwanda ? A-t-il été naturalisé rwandais ? Le nullard qui est en moi aimerait simplement comprendre.
    Tokoloba ti bokoyoka, bande d’assassins.

    1. Mon frère Bongos,
      Vous et moi devrions nous sentir orgueilleux d’être catégorisés de « ngbandistes », selon la terminologie employée par cette misérable personne Semayote, probablement un tutsi rwandais. En effet, les tutsis sont hantés par une frousse bleue rien qu’à la simple pensée du nom du compatriote Ngbanda. En citant de forme réitérée ce nom sur ce site, le désespéré rwandais Semayote ne fait qu’un exercice d’entrainement en vue de vaincre la frousse bleue susmentionnée qui l’annime. Veuillez le laisser ergoter et faire de la publicité du vaillant compatriote Ngbanda. C’est positif pour nous.
      Pour ma part, dès que j’ai cerné la nature et le niveau intellectuel insignifiant du monsieur à travers son expression écrite, j’ai opté pour ne plus perdre de mon temps à lui répondre, d’autant plus que comme je viens de le dire ci-haut, par ses impromptus réactions, il contribue positivement à lifter notre compatriote Ngbanda et contribuer conséquemment à visibiliser le message de la résistence.
      De ce qui précède, vous comprendrez combien les tutsis sont aux abois dans leur aventure congolaise qui tend innexorablent à sa fin. Il y a lieu de se demander si ces tutsis ne pouvaient vraiment pas trouver mieux qu’un primairien de Semayote pour tenter de distortionner le message de lutte et libération véhiculé sur Congoindépendant.

      1. Aux nullards et faineants pseudo-nationalistes croupissant sous la botte de l’ex Tueur Mobutiste Honore Ngbanda (dont ils se vantent d’ailleurs), le traitement qui convient est un Grand MEPRIS !

  5. ILS NE SONT PAS ENCORE AUX ABOIS ILS LE SERONT BIENTOT QUAND LEURS CADAVRES SERONT LIVRES AUX CROCODILES DU FLEUVE CONGO.
    NOUS NE MANGERONS PLUS DU POISSON PENDANT AU MOINS 12 MOIS QUESTION DE PURIFIER LE FLEUVE.

Comments are closed.