Elections du 30/12: « Kabila » osera-t-il défier l’aspiration populaire au changement?

Depuis lundi 31 décembre, « Joseph Kabila » a fait couper l’Internet sur toute l’étendue du Congo-Kinshasa. On ne le dire jamais assez que l’homme considère ce pays comme un « bien personnel ». Les habitants de l’ex-Zaïre sont injoignables par SMS ou WhatsApp. Dans une directive adressée aux opérateurs téléphoniques, l’ex-opposant Emery Okundji, promu, en mai 2017, ministre des PT-NTIC, invoque des « raisons de sécurité ». Le pays ne fait, pourtant, face à aucun péril imminent. La vérité serait ailleurs. Il semble que le « raïs » est atterré par la piètre performance de son « dauphin » à l’élection présidentielle. Pour lui, Emmanuel Ramazani Shadary doit, malgré tout, être proclamé « Calife » à la place du calife.

Zoe Kabila. AFP PHOTO/STRINGER / AFP PHOTO / STR

« Notre fratrie n’est pas prête à céder le pouvoir à n’importe qui! » Cette déclaration faite en septembre 2016, soit trois mois avant l’expiration du dernier mandat de « Joseph Kabila », avait créé un certain événement. En cause, le locuteur n’est pas n’importe qui. Il s’agit de Zoé « Kabila » que certains de ses détracteurs appellent: « Monsieur frère… ». Connu des Congolais à partir de 2006, ce dernier semblait jusque-là éviter les sorties médiatiques. Il est clair qu’il agissait ad référendum. Bref, par procuration.

Bien que sibyllin, ce message porté par  » Zoé » constituait en soi une bravade. Le messager voulait simplement dire que « Joseph Kabila » éprouve le plus grand mépris vis-à-vis de la population congolaise. Il n’a cure de son impopularité. Il n’a non plus cure du rejet du « système » prédateur et antisocial qu’il incarne. Le Président sortant tient à ne passer le « flambeau » qu’au successeur choisi par lui.

Vingt-quatre heures après les opérations de vote du 30 décembre, le Président hors mandat a fait couper l’Internet. Les habitants du Congo-Kinshasa ne sont plus joignables par SMS. Les réseaux sociaux sont inaccessibles. Quel intérêt voudrait-on protéger? La sécurité nationale? Allons donc! Les intérêts personnels du « raïs »? Sans doute.

A en croire André-Alain Atundu Liongo, porte-parole du secrétariat de la future défunte « majorité présidentielle », le gouvernement voudrait éviter des « intoxications malveillantes ». Dieu seul sait, s’il existerait des « intoxications bienveillantes ».

DROIT À L’INFORMATION

Conseiller diplomatique de « Kabila », Barnabé Kikaya bin Karubi – qui semble ignorer qu’un conseiller, fût-il du Président de République, n’assume aucune responsabilité politique – a pris l’habitude de faire des sorties médiatiques. « Il y a des gens qui intoxiquaient la population avec de faux chiffres concernant les élections. Et cela préparait la population à un soulèvement populaire », a-t-il confié à l’Agence France Presse. Question: qui intoxique qui? Pourquoi ne publie-t-on pas les « vrais chiffres » pour contrecarrer les « faux »? Au nom de quel principe, « Kabila » se croit-il en droit de violer l’article 24-1 de la Constitution qui reconnait à chaque Congolais le « droit à l’information »?

Barnabé-Kikaya-Bin-Karubi

D’après Kikaya, cet oukase émanerait du « Conseil national de sécurité ». Cette officine à barbouzes est connue de ne compter en son sein que des « inconditionnels » du « raïs ». Des hommes et des femmes qui considèrent que leur survie est tributaire de celle de « Kabila ». Il ne s’agit nullement d’un organisme républicain. Bien au contraire.

Sauf des pressions accrues, le « blackout » imposé à la population congolaise par cette oligarchie défaillante va durer jusqu’au 6 janvier, date fixée par la CENI pour la publication des « résultats provisoires » notamment de la présidentielle et des législatives.

L’opacité qui entoure les opérations de dépouillement et de compilation des bulletins de vote n’augure rien de bien sérieux. On peut gager que « Kabila » connait déjà l’ordre d’arrivée des trois prétendants du peloton de tête. Le reste ne serait qu’un habillage. Des sources impartiales alignent Shadary à la troisième place.

En dépit de « l’humeur du moment » qui saute aux yeux, « Kabila » et les siens ne cessent d’ânonner que le « dauphin » Emmanuel Ramazani Shadary devrait l’emporter. Au motif qu’il a été le premier à partir en campagne. Et qu’il a été le seul à sillonner 24 provinces sur les 26.

CANDIDAT DE LA « CONTINUITÉ »

Incapable de citer les réalisations de son régime au cours de ses récentes sorties médiatiques, « Kabila » – qui présente Ramazani Shadary en « continuateur » de son « œuvre » -, est apparu bien en peine de démontrer que son « dauphin » a, au cours de ses tournées, présenter une « offre politique » digne de ce nom. Une offre politique de nature à donner envie aux électeurs des provinces visitées de lui accorder leur suffrage.

Ouvrons la parenthèse ici pour relever que les auditeurs de Radio Okapi n’ont pas manqué de sourire lors de l’émission « Dialogue entre Congolais » du 30 décembre. Thème: « La RDC vote ce dimanche pour la présidentielle et les législatives ». Aimé Kilolo-Musamba, porte-parole de Ramazani Shadary, Vidiye Tshimanga, porte-parole de Felix Tshisekedi Tshilombo et Cherubin Okende Senga, porte-parole de la coalition « Lamuka » étaient les invités.

L’ex-avocat de Jean-Pierre Bemba Gombo a déployé toute sa verve oratoire pour « embellir » la présentation de Shadary: « Emmanuel Ramazani Shadary est le candidat de la continuité de Joseph Kabila Kabange, mais il est le candidat de la rupture en ce qui concerne la méthodologie, la démarche, le procédé, en ce qui concerne la mise œuvre de cette grande nation mais aussi la vision des pères de l’indépendance qui voulaient faire du Congo un pays souverain et indépendant et surtout qu’ils voulaient restaurer le tissu économique et social ». Ouf! Fermons la parenthèse.

Aimé Kilolo-Musamba

D’après Radio Okapi, des sacs contenant des bulletins de vote cochés au nom de Felix Tshisekedi Tshilombo, candidat à la présidentielle de la coalition « Cash », ont été repêchés dans la rivière Kidodobo sur la route de Walungu, au Sud Kivu. Il en serait de même des procès-verbaux des législatives. On espère que le président de la Ceni aura à cœur d’éclairer l’opinion.

Personne n’ignore que pour « Kabila », « c’est Shadary ou rien ». Que faire? Les Congolais doivent choisir: la résignation ou la révolte. 

Laisser le conglomérat d’aventuriers qu’est le FCC accomplir son forfait – consistant à imposer Ramazani à la tête de l’Etat -, reviendrait, pour les Congolais, à admettre qu’ils sont devenus les « otages volontaires » de cette fratrie mafieuse.

ASPIRATION AU CHANGEMENT

Des voix commencent à s’élever pour appeler la population à « rester vigilante ». Et ce pour « préserver la vérité des urnes ». C’est le cas notamment de la « Symocel » (Synergie des missions d’observation citoyenne des élections). Au cours d’un point de presse, lundi 31 décembre à Kinshasa, cette organisation non gouvernementale a dit avoir noté, lors du vote, des « irrégularités qui doivent être prises au sérieux ».

Le Comité laïc de coordination (CLC) ne dit pas autre chose. Selon cette structure proche du clergé catholique, « des irrégularités graves, massives et visiblement programmées ont émaillé ces élections ». Le CLC fustige l’exclusion des observateurs et des témoins des partis politiques et de la société civile.

Chouchouté jadis par certains milieux occidentaux, « Joseph Kabila » a été « élu » en 2006 et « réélu » en 2011 dans des conditions plus que discutables. Depuis 2016, beaucoup d’eau a coulé sous le pont. L’environnement international, lui, « a évolué »…

Lors de la messe célébrée à l’occasion de la fête de la Nativité, Mgr Fridolin Ambongo, nouvel archevêque de Kinshasa, n’a pas manqué de prévenir: « La vraie paix aujourd’hui dans notre pays est que les élections aient lieu à la date fixée du 30 décembre 2018. La vraie paix aujourd’hui, c’est aussi que les résultats qui seront publiés puissent réellement refléter la volonté du peuple exprimée dans les urnes ».

Question finale: « Kabila » et ses partisans oseront-ils contrarier l’aspiration du peuple congolais au Changement?

 

Baudouin Amba Wetshi

15 thoughts on “Elections du 30/12: « Kabila » osera-t-il défier l’aspiration populaire au changement?

  1. Couper l’internet, chaser les observateures et les temoins, chaser l’ambassadeur de l’UE, et toute la brouille des elections(retard d’ouverture des bureaux, manque de machines, manque de listes d’electeurs, exclure des entites aux elections, etc)
    En ame et conscience, croyons nous qu’ils font tout ca pour dire a la fin que Ramazani a echoue, que Tshisekedi ou Fayulu a gagne?
    Preparons nous une fois pour toute au soulevement.

  2. Cher BAW,
    La réponse à votre question est simple: Tout dépendra de la détermination du peuple congolais. En tant que souverain primaire, il devra faire tout ce qui est à son pouvoir pour faire échec à toute tentative de se maintenir au pouvoir par la force de la part de Kanambe et ses affidés. Rien n’est si compliqué lorsqu’un peuple est déterminé.

    1. Cher Kum,
      Il y aura justice un jour sous les cieux congolais. Cette justice va se concrétiser pour interpeller ceux qui ont détricoté l’armée républicaine congolaise en vendant des armes aux ougandais, burundais et rwandais de 1994 à 1997. Il faudra aussi questionner ceux qui ont affaibli l’armée et les services des renseignements en les ethnicisant à partir de 1965. La vérité sur le massacre des chrétiens du 16 février1992 commis par les mercenaires de Savimbi et tous autres massacres devrait aussi être connue. Présentement , l’heure est à la vérité des urnes. C’est le gouvernement républicain responsable sorti de ces urnes qui devra exiger au Rwanda, Ouganda et Burundi ce qu’ils nous doivent. Attendons donc ce président responsable. Le peuple s’est déjà approprié les élections que vous avez minimisées à cause d’une certaine théorie distillée par celui qu’on connait. Sur terrain , des structures citoyennes animées par des compatriotes responsables ont fait un travail formidable. Ya mbala oyo, ekozala lokola ya 2006 ou 2011 té. Des structures redondantes sont à l’œuvre pour la vérité des urnes. Bien à vous.

  3. Ils ont deux options :
    1. Trouver un moyen pour invalider le scrutin. Ainsi, leur président continue à être président…
    2. Proclamer Shadary président élu.
    Dans tous les cas, il faut vous mettre dans la tête que jamais, au grand jamais, le pouvoir rwandais ne laissera un congolais à la tête du Congo. Il en va de la survie de leur Rwanda. Et comme ils ont la communauté internationale dans leurs bottes et que dans l’industrie politique congolaise, il y a  » maïs  », rien ne se fera en faveur du Congo. Il y aura quelques bâillements et remontrances ici et là, comme toujours et à la fin rien se passera. Les quelques badauds qui oseront défier les rwandais seront canardés comme des pigeons, comme toujours. Dans deux ou trois semaines, on aura tout oublié. Comme on a oublié les fosses communes de Maluku, Chebeya, Rossi, Kapangala, Kamwena Nsapu, Bundu dia Kiongo et tant d’autres victimes de cette barbarie rwandaise au Congo. Mettez-vous ça dans les crânes.
    Mais si le Cardinal Monsengwo décide de se sacrifier et appelle ses ouailles à dégager les médiocres, ces criminels rwandais, burundais habillés en militaires et policiers congolais ne tiendront pas une semaine car la même communauté internationale sera obligée -à l’aune des cadavres étalés dans les rues, de stopper la boucherie.

    1. Cher Ndeko Bongos et les autres compatriotes, devons-nous laisser un tel sentiment de fatalité s’emparer du congolais? Pourquoi faire toujours l’apologie d’un petit pays comme le Rwanda? Vous croyez toujours au pire alors qu’en ce moment nous ne devons pas nous mettre aux abris en acceptant des schémas pavés d’intentions macabres. Les 100 millions de congolais sont plus que capables (même sans armes à l’instar des turcs ou bourkinabés) de s’approprier la vérité des urnes pour changer le cours des choses. On est à un doigt cher Bongos de ranger le Congo du bon côté de l’histoire. Sur terrain, Martin Fayulu ou Felix Tshisekedi : c’est l’opposition congolaise en ordre de marche contre la dictature; quitte à perfectionner plus tard l’ordre institutionnel afin que cesse la répétition des bêtises passées.

      1. @Ndeko Armand,
        Nous ne faisons pas l’apologie « d’un petit pays comme le Rwanda », mais il s’agit plutôt d’un fait indéniable que beaucoup de Congolais refusent de regarder en face.
        Que diriez-vous de ces révélations des souces onusiennes selon lesquelles l’armée rwandaise avait retiré 250 millions de dollars de 1998 à 2000 du trafic illégal de coltan congolais, Et Kagame continue à le faire jusqu’à ce jour (il y a des videos qui circulent dans les réseaux sociaux à ce sujet). Où était le « grand » Congo pour bouter dehors la soldatesque du satrape des milles collines?
        Je considère, pour ma part, que tout Congolais qui ose nier l’occupation rwandaise de notre pays est complice et passible de poursuites

      2. Cher Ndeko Armand,
        Pour moi, le Rwanda ne vaut rien. C’est un pauvre pays de rien du tout. Je n’en fais pas l’apologie. Je transcris simplement une réalité. Elle est humiliante mais elle est là, devant nos yeux. Par la faute de quelques uns d’entre nous. Ne pas nommer cette réalité, c’est leur faciliter la tâche. Nommer cette réalité ne consacre pas une fatalité. On ne peut soigner une maladie que l’on ne nomme pas. Voilà !
        Mais, je veux bien croire en l’espoir de remettre le Congo en ordre de marche mais j’ai des doutes car ce que je vois à travers ceux qui -politiquement et sur le terrain- incarnent cette espérance ne me permet pas d’être optimiste. Dire ceci n’est pas leur faire injure.
        Comme vous Ndeko na ngai, j’attends mais je crains savoir déjà ce qui arrive… Malheureusement !

  4. En liminaire, jamais constitution n’a été autant violée que sous l’ère de Joseph Kabila que si c’était une femme le Dr Mukwege aurait de la peine de la remettre sur pied. A plusieurs reprises, Kabila a démontré que psychologiquement, il n’était nullement prêt à ne pas contrôler la situation. Tout le monde sait les formidables intérêts économico-financiers de sa famille qu’il se doit de protéger, la peur de se retrouver sans immunité efficace qui puisse le protéger des nombreux crimes faits en son nom.
    Toutefois,je souhaiterais me tromper mais ce qui apparait finalement c’est que le 6 janvier 2019, Shadary sera proclamé élu provisoirement et il ne sera donné qu’aux perdants d’aller à la cour constitutionnelle dont tout le monde connait la couleur ou notre peuple se prendra en charge appliquant ainsi l’article 64 de la constitution. Dans tout ça, sous quel leadership ? celui des opposants ayant légitimé la démarche du pouvoir aboutissant à l’échec que tout analyste lucide prévoyait ? Je fais mienne également la dernier paragraphe de votre article:
    « Kabila » et ses partisans oseront-ils contrarier l’aspiration du peuple congolais au Changement?

  5. Je crains qu’en tant que peuple, nous ne soyons pas capables de nous prendre en charge face à cette adversité qui n’a que trop duré. Plaise à Dieu que je puisse me tromper.

  6. La face (ya Gagao) de Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila à elle seule prouve qu’au Kongo RDC (République Démocrature du Congo-Kinshasa) les démons (autorités, principautés, puissances et dominations) guerriers, religieux, administratifs, territoriaux tiennent dans leurs crocs le pays de Kimpa Vita, Kimbangu, Lumumba, Mulele dans une prison fermée à double tour. Le faciès du Président imposteur usurpateur d’identité Kongolaise ressemble de plus en plus à Dracula de Kingakati…

    Éphésiens 6:12 « Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les principautés, contre les puissances, contre les dominateurs des ténèbres d’ici-bas, contre les esprits méchants dans les lieux célestes »…

    Le Kongo est un mystère, une énigme, un casse-tête pour ses ennemis extérieurs et intérieurs ! Avec un Peuple lent comme l’éléphant imprévisible comme l’ouragan. Le 04 Janvier 1959, Internet n’existait pas et ne peut remplacer Mbonda-Djembé. Les colons Belges étaient plus forts que les nomades Occupants envahisseurs actuels qui seront surpris. Il n’y aura pas passation de pouvoir pacifique entre un candidat qui veut un vrai changement comme Alternative et alias Kabila qui veut le statu quo-alternance du même système issu d’Occupation Tutsi Power…

    Le représentant de Satan le chérubin jadis oint au Kongo alias Joseph Kabila continue de défier l’aspiration populaire au changement depuis 2006. Le Kongo actuel est tout sauf démocratique ! C’est une imposture doublée d’une dictature féroce. Les fosses communes, tueries et arrestations arbitraires le prouvent. Le 06 Jan 2019 les vrais gagnants (Tshilombo ou Fayulu) doivent user l’Art 64 sinon c’est le remake 2006-2011…

    Esaïe 14:13-14 « Mais toi (Satan) tu disais en ton cœur, « je monterai au ciel; j’élèverai mon trône au-dessus des étoiles du Véritable Dieu, et je siégerai sur la montagne de la Rencontre (des dieux) au plus profond du nord ; je monterai sur le sommet des nues; je serai semblable au Très-Haut »)…

    Mais au Kongo scandale géologique rempli des richesses et des mystères le vrai Christ Noir engendré par le Véritable Dieu Tout-Puissant a dépouillé les puissances de l’air. (Colossiens 2:15 « Il a dépouillé les principautés et les puissances, et les a publiquement livrées en spectacle, en triomphant d’elles par la puissance du poteau »)…

    Vive le soulèvement populaire éboulement final pour stopper net la Tutsisation du Kongo. La luta continua, la victoria e certa. Ingeta

  7. « ‘JK’ osera-t-il défier l’aspiration populaire au changement ? »
    Hélas, oui ; rien n’a changé en vérité malgré l’épisode chahuté des elections : ce pouvoir reste pour lui une question de vie et de mort, il ne s’en desaisira que contraint pour ne pas dire forcé.
    Et jusque-là, ni dans le pays ni dehors personne n’a pu le forcer à partir.
    Le vaillant peuple Congolais ne l’est pas encore assez pour engager une mobilisation massive qui le pousse dehors.
    Les forces politiques et sociales ne se sont pas montrées suffisamment responsables et patriotiques pour s’unir en vue de le vaincre sans discussion.
    La fameuse CI n’a pas non plus trouvé de bonnes raisons pour parler d’une même voix et surtout de se sacrifier pour sauver des pauvres bougnoules alors qu’elle peut continuer à puiser ses intérêts quel que soit le potentat. Surtout que dans la région elle dispose des proxys qui font l’affaire pour elle…

    Qu’en conclure sinon craindre que le moment de nous libérer de cette dictature et de cette occupation n’est pas encore venu, hélas, hélas, hélas… Il ne se trouve même pas un concitoyen assez téméraire pour couper la tête du bourreau.
    Bref, le labeur de la libération est à remettre sur l’établi sans s’encombrer des remords inutiles lorsqu’il s’agira de couper toutes les branches mortes qui l’entourent.
    Encore au boulot, chers Compatriotes !!!

  8. Vous connaissez Moïse Katumbi qui était le puissant prince de la kabilie, et vous connaissez sa déclaration de décembre 2015 où il s’opposait au troisième mandat de Kabila : « Nous n’accepterons pas un troisième faux penalty ! ».
    Les élections de 2006 et de 2011 étaient mondialement reconnues non crédibles et frauduleuses. C’était deux faux penalties. Les élections de 2018 sont également reconnues frauduleuses et non crédibles et non transparentes. Il s’agit simplement d’une mascarade pour maintenir la kabilie au pouvoir et surtout pour l’intérêt des princes de la kabilie. Si la CENI déclare que Shadary est élu, ce sera le troisième faux penalty. Congolais, nous ne pouvons pas accepter ça, nous ne devons pas accepter ça !
    Si Nangaa déclare Shadary vainqueur de l’élection présidentielle, il faut tuer tous les princes de la kabilie. Il faut tuer Nangaa, il faut tuer Atundu, il faut tuer Lamerde Mende, il faut tuer le menteur Atundu, il faut tuer Nehemie, il faut tuer Boshab, il faut tuer Minaku, il faut tuer Tambwe Mwamba, il faut tuer Kikaya, il faut tuer Mova, il faut tuer Kinkey, il faut tuer Okitundu, il faut tuer … tous les princes de la kabilie !
    Ensuite, nous irons chercher Mgr Monsengo, qui est disponible, pour lui confier la présidence de la transition. Il est honnête et n’est pas médiocre et il organisera des élections crédibles et transparentes. C’est ainsi que demain régnera au Congo l’intérêt général des populations congolaises.

  9. Il a dit qu’il ne partira qu’avec une balle dans la tête …
    N’y a-t-il donc pas un courageux parmi les 80 millions des congolais pour exhausser son vœux et libérer la patrie ?

  10. COMPATRITE IWILU,
    VOS PROPOS VOIRE MEME LES PROPOS DE JO BONGOS ET SOLANGE SONT PERTINENTS
    QUANT A MOI, JE DIRAI CECI, LE VAILLANT KONGOLAIS KAMIKAZE POUR FAIRE DESCENDRE LES CRIMINELS DE LA KABILIE, CITE PAR LE COMPATRIOTE IWULU N’EST PAS ENCORE NE DANS CE GRAND KONGO OU TOUS LES CHRETIENS, MUSULMANS, ANIMISTES, ATHEISTES ONT UNE MEME CHANSON DONT LE REFRAIN EST CONNU DE NOUS TOUS :  » TOPESI YONSO NA MABOKO YA NZAMBE « .
    ET POURTANT, NOTRE NZAMBE LA AVAIT BIEN DIT A TOUS CES CROYANTS ET NON CROYANTS CES NOBLES PAROLES:  » AIDE-TOI ET LE CIEL T’AIDERA  » .
    A L’HEURE ACTUELLE, JE NE VOIS AUCUN KONGOLAIS CAPABLE POUVOIR APPLIQUER CETTE LOI DU TALION  » OEIL POUR OEIL DENT POUR DENT, EN KIKONGO DISU MU DISU , DINU MU DINU SOIT IN ENGLISH EYE TO EYE TOOTH TO TOOTH  » COMME MARTELAIT MUANDA NSEMI,LE CHEF SPIRITUEL DE BDK ET BDM, L’INCONTESTE CHEF CHARIMASTIQUE DES NE KONGO, CETTE LOI NOBLE QUE CE DERNIER AIMAIT PRONONCER A TOUS CES MEETINGS, CAUSERIES MORALES ET SERMONS RELIGIEUX.
    EN LINGALA, CETTE LOI ELINGI KOLOBA BOYE  » SOKI MONGUNA AKATI YO LOBOKO, ESENGAMI YO PE OKATA MONGUNA WANA LOBOKO NAYE. CE QUI EST LOGIQUE, N’EST-CE PAS? C’EST PAS VOUS OU MOI GERMAIN INVENTEUR DE CETTE LOI DU TALION, VIENT DU TOHAH POUR LE VAILLANT PEUPLE D’ISRAEL AU GRAND KONGO C’EST PAREIL COMME ARTICLE 64 DE LA CONSTITUTION KONGOLAISE, N’EST-CE PAS MY BROTHERS, SISTERS AND FRIENDS?
    MAIS NOUS, FROUSSARDS KONGOLAIS RESTES AU PAYS SURTOUT KINOIS ONT CETTE MANIE EN DISANT QUE  » BINO BANA YA POTO, BANA MIKILI, BANA YA DIASPORA, SE NASIMA YA CLAVIER, KASI BOYA KOBUNDA AWA NA TERRAIN KO  » ?
    CES FROUSSARDS OUBLIENT QUE GRACE NA BANA POTO, BANA YA DIASPORA QUE JUSQU’ICI LES OCCUPANTS NE SONT PAS ARRIVES A BALKANISER LE GRAND KONGO.
    PAS TOUT LES KONGOLAIS, MAIS LA GRANDE MAJORITE DES FROUSSARDS KINOIS OISIFS, DE SURCROIT BOCKEURS, VIVEURS, DANSEURS DE NDOMBOLO, OFFICIEUSEMENT EVALUE AU NOMBRE 18 MILLIONS D’AMES A KINSASA LA CAPITALE, TRAVAILLENT DANS UNE GRANDE INDUSTRIE APPELEE  » WESTERN UNION  » EN CASSANT LES TYMPANS D’UN FRERE, COUSIN, ONCLE, AMI DE BANA DIASPORA : ALLO ALLO NOKO, TINDA CODE NOKI KO ! GUEULARDS QU’ILS SONT, ILS PRENNENT LES BANA YA POTO LEURS ESCLAVES, BANA MISALA NABANGO, VOILA OU VIENT LE MAL.
    DIASPORA DERRIERE LE CLAVIER! COMME LE DIT TOUJOURS NOTRE JO BONGOS :  » MUANA MAYI OMELI MAYI PE OSILISI KOLOBA!
    A CEUX GUEULARDS FROUSSARDS OISIFS LA , JE ME DEMANDE DANS QUELLE PLANETE VIVENT-ILS ET DANS QUEL SIECLE? L’AGE DE LA PIERRE TAILLEE OU AU 21eme OU ERE DE L’INFORMATIQUE ?ILS DOIVENT SAVOIR QU’AUJOURD’HUI L’INFORMATIQUE JOUE UN GRAND ROLE PREDOMINANT DANS TOUS LES DOMAINES DE LA VIE. AVEC L’INFORMATIQUE ET AVEC NOS ECRITS ET CLAVIERS, MOI, TOI, VOUS, SOMMES CAPABLES FAIRE PEUR A NOS ENNEMIS N’IMPORTE OU ILS SE TROUVENT.
    AVEC TOUS NOS COMMUNICATIONS PAR SMS, FACEBOOK, TWEETER, WHATSAPP, NOS ADVERSAIRES DEVIENNENT VUNERABLES ET PEUREUX, CAR ILS LISENT NOS ECRITS LES ATTRAPENT PARTOUT OU ILS SE CACHENT, EN UN MOT NOS ECRITS SONT DES BOMBES A RETARDEMENTS.
    DU RESTE, CE QUI EST IMPORTANT: DIASPORA OU PAS, NOUS SOMMES OBLIGES PAR TOUS LES MOYENS DE BORD METTRE DEHORS SUR TOUTE L’ETENDUE DE NOTRE TERRITOIRE CET ENNEMI COMMUN QUI EST L’OCCUPANT.
    CHERS COMPATRIOTES, VOUS SAVEZ, LE 31 DECEMBRE 2018, J’AI SUIVI ICI OUTRE-ATLANTIQUE LES ELECTIONS HONTEUSES IMPOSEES PAR LE PEUPLE KONGOLAIS. J’AI VU CORNEILLE NANGAA LE GARCON DE COURSE DE KANAMBE HIPPOLYTE SILLONAIT CERTAINS BUREAUX DE VOTE DE KINSASA, ACCOMPAGNE DES DEUX POLICIERS ARMES JUSQU’AUX DENTS, ENTOURE PAR UNE MASSE DES KONGOLAIS INCROYABLE LESQUELS SCANDAIT LES QUOLIBETS ENVERS CE GRAND TRAITRE CORNEILLE NANGAA TOUT SOURIANT. D’AILLEURS, LES DEUX POLICIERS LESQUELS GARDAIENT CE TRAITRE NANGAA SE TENAIENT LOIN DE LEUR CHEF NANGAA PRET A PRENDRE LA POUDRE D’ESCAMPETTE. JE SUIS SUR ET CERTAIN QU’AVEC CETTE GRANDE PEUR E TRAITRE DE NANGAA AVAIT BEL ET BIEN URINE ET CHIE DANS SON PANTALON, EN TOUT CAS J’EN SUIS SUR. MON VIEUX, EN ENTRANT DANS SON 4 X 4 , JE SUIS AUSSI SUR QUE LE CHAUFFEUR ET LES DEUX GARDES POLICIERS NE POUVAIENT PAS SUPPORTER CETTE ODEUR NAUSEABONDE DE TYPE DE GAZ SACKARINE.
    MADAME NANGAA A EU UN SALE JOB EN NETTOYANT LE PANTALON, LE LANE ( COUCHE , PAMPERS ) DE SON MARI.
    REVENONS, A LA TOURNEE DE CE TRAITRE NANGAA LEQUEL VISITAIT LES QUELQUES BUREAUX DE VOTE. IL A SUFFIT SEULEMENT AUX COURAGEUX COMPATRIOTES, D’ABORD DESARMER LES DEUX FATIGUES ET AFFAMES POLICIERS, ENSUITE PRENDRE LE TRAITRE NANGAA EN OTAGE EN EXIGEANT LE DEPART DE KANAMBE HIPPOLYTE ALIAS JOSEPH KABILA ET DE SES OUAILLES, LE COUP SERAIT BIEN JOUE SANS EFFUSION DE SANG, AINSI, LES AUTRES OUAILLES DE LA KABILIE ( MENDRE RAMBERT OMARANGA, BOSHAB, MINAKU, LE BANGUEUR ANDELE KIMBUTA, ANDELE ATUNDU, KIN KIEY, SHADARY ET J’EN PASSE SE RENDRONT COMME DES FRUITS MURS SOIT COMME L’ARMEE JAPONAISE DESEMPARESEE, CAPITULEE, VAINCUES PAR US ARMY PENDANT LA GUERRE MONDIALE ( OKINAWA ) .
    MAIS NOS FROUSSARDS PREFERENT LES QUOLIBETS EN NEGLIGEANT CETTE OCCASION UNIQUE LEUR OFFERTE SUR LE PLATEAU EN OR EN PRENANT EN OTAGE CE TRAITRE NANGAA ET SES DEUX PEUREUX FATIGUES POLICIERS..
    CHERS COMPATRIOTES RESTES AU PAYS, SURTOUT LES KINOIS, IL NOUS RESTE QUE PEU DES JOURS POUR SAUVER NOTRE BEAU ET RICHE PAYS AVANT LA PUBLICATION FANTAISISTES DES RESULTATS D’ELECTIONS TRUQUEES D’AVANCE, SINON CA SERA TROP TARD.
    PENSONS A L’AVENIR DE NOS GENERATIONS. QUE DIRONT UN JOUR VOS ENFANTS, MES ENFANTS, QU’ONT-ILS FAIT NOS PARENTS NOTRE PAYS MORCELE ET OCCUPE PAR UN PETIT PAYS A CAUSE DE NOS RICHESSES INCALCULABLES?
    GROSSO-MODO, POUR SORTIR VAINQUEUR DANS CETTE SALE GUERRE QUE L’ENNEMI DU GRAND KONGO NOUS A IMPOSE, N’HESITIONS PAS D’APPLIQUER CETTE LOI DU TALION QUE TOUTES LES NATIONS DEVELOPPEES OU NON , CHRETIENNES, MUSULMANNESS, SOCIALISTES, COMMUNISTES, ATHEISTES  » OEIL POUR OEIL DENT POUR DENT, DISU MU DISU, DINU MU DINU  » POUR EN FINIR DEFINITIVEMENT AVEC L’OCCUPANT.
    INGETA! IBOBO !

  11. Le mec aurait dit qu’il ne quittera pas le Palais de la Nation.C’est pratiquement un fou. C’est comme si Obama refusait de quitter la Maison Blanche pour laisser la place à Trump.

    De toute façon, « un fruit ne tombe que quand il est mûr. Mais devant l’ouragan de l’histoire,mûr ou pas mûr,il tombe quand même » disait quelqu’un de notre pays.

Comments are closed.