Élections en RDC: face au rejet du régime de Kabila, la CENI jette l’éponge

Félix Tshilombio Tshisekedi proclamé Président de la République

Mwamba Tshibangu
Mwamba Tshibangu

Les élections de tout le danger ont eu lieu le 30 décembre dernier. On savait qu’elles devraient être entachées d’irrégularités. Plus que cela, il était à craindre que le régime sortant puisse jouer un énième coup en portant Emmanuel Shadary au pouvoir. Ce dernier n’avait-il pas clamé haut et fort lors de son vote qu’il se considérait dès ce soir-là président de la République? Mais, c’était sans compter avec le désir ardent du peuple congolais, dans son ensemble, de mettre définitivement fin au régime dictatorial et sanguinaire de Kabila. Shadary n’avait donc, dans les intentions de vote, aucune chance de les remporter.

En dépit du refus des autorités congolaises d’accréditer des observateurs internationaux, les observateurs nationaux, notamment ceux de la CENCO et de multiples témoins de différentes coalitions suffisaient pour avoir un regard réel sur le choix exprimé par les électeurs dans le secret des urnes. D’une certaine façon, la tendance générale des résultats devrait être connue. En fait, la CENCO avait déclaré connaître le vainqueur des élections. Par son biais et à travers d’autres mécanismes, les diplomates les mieux informés connaissaient également le vainqueur supposé des élections. Toutefois, il revenait de droit à la CENI de proclamer les résultats. C’est ce qu’elle a fait nuitamment en donnant les résultats provisoires qui donnent gagnant Félix Tshisekedi à la présidence de la République. Il deviendra, à ce titre, le 5ième président de la République une fois que les résultats seront entérinés et proclamés officiellement par la Cour constitutionnelle.

Cependant, ce dont on craignait est arrivé ponctuellement. Ces résultats sont contestés. Il semble qu’ils ne reflètent en rien la vérité des urnes. Martin Fayulu dont certains avançaient qu’il serait le gagnant, d’après les indiscrétions de la CENCO, les a rejetés et a appelé, dans une déclaration lue devant la presse, le peuple congolais à se mettre debout pour revendiquer la victoire qui a été trafiquée. Ce désaccord jette un discrédit sur l’opposition qui devrait, dans la circonstance, parler d’une seule voix. En fait, la situation que traverse la RDC n’est pas à prendre à la légère. Le pays était et il est encore sous occupation étrangère. Le régime de Kabila s’est démontré pire que celui de Mobutu. Tout le monde voulait mettre fin à ce système dégradant et opprimant pour amorcer, finalement, le vrai développement du pays. Pour y parvenir, il fallait que les politiciens de l’opposition se comportent en vrais patriotes, soucieux des enjeux en place. Conscients de cela, ils devraient taire leurs égos personnels pour mettre en avant l’intérêt collectif. Ils étaient donc appelés, sincèrement, à se coaliser pour choisir un candidat commun de l’opposition devant affronter le candidat du FCC. Cela fut fait à Genève. Mais, la suite de l’histoire est connue.

Pour avoir des élections libres, démocratiques et équitables, la solution d’une Transition Citoyenne paraissait la meilleure. La difficulté était non seulement la mise en application de l’art. 64, mais surtout, les écueils de la classe politique qui, devant un choix vital, devait se l’approprier afin de l’actionner. Tout le monde — en dehors de certains politiciens, très prudents, à cet égard — avait préféré s’embarquer dans le processus électoral sachant bien qu’il était vicié dès le départ et que les résultats qui en sortiraient ne refléteraient probablement pas la vérité des urnes. Maintenant que nous y sommes et que tout le monde a participé au jeu, remettre en discussion ces résultats, sans en mesurer toutes les conséquences, serait une grande imprudence. Il ne faudra surtout pas que le pays plonge dans une instabilité généralisée qu’on ne saura comment contrôler.

À l’étape où nous en sommes, le peuple congolais qui constitue selon la terminologie à la mode, la base, devrait veiller au grain. Martin Fayulu en premier et tous les autres sages du pays devraient chercher à se rapprocher du nouveau président élu pour qu’il travaille effectivement dans l’optique du changement pour lequel il a été élu.

L’abandonner ou le combattre maintenant alors qu’il représente l’alternance, en dépit tout, serait une bonne façon de le pousser entre les mains de ceux qui espèrent encore contrôler les arcanes du pouvoir. Quant à la CENCO, elle est la mieux placée pour connaître les enjeux de l’heure et tout le danger que court la République en ce moment précis de son histoire. Entre deux maux, elle choisira le moindre. Elle choisira, on ne peut s’en douter, ce qui va faire l’intérêt de la République. Quant à Félix, il a le grand défi de démontrer à tous que la lutte qui a été menée par son parti et par son feu père durant plus de trois décennies n’était pas pour rien. C’est une lutte noble pour laquelle beaucoup de gens ont sacrifié leur vie. En clair, il s’agit d’une vraie révolution de mentalité et d’attitudes qui va amener à l’instauration d’un État de droit. À la transformation globale de la société congolaise.

 

Par Mwamba Tshibangu

23 réflexions au sujet de « Élections en RDC: face au rejet du régime de Kabila, la CENI jette l’éponge »

  1. Cher Compatriote Mwamba Tshibangu, votre article devrait en d’autres circonstances nous inspirer et nous faire réfléchir tous.

    On est bien servi par soi-même
    Les premiers morts à ce jour depuis la publication provisoire des résultats de élections sont à Kikwit.
    Est ce une coïncidence ?

    À lire entre les lignes, sans faire d’amalgames ou insinuer quoique ce soit. Tribalisme quand tu nous tiens.

    L’artisan de la victoire de Tshisekedi, ou la soit disant victoire est Kamehre. La vérité cachée de vrai ou fausses manipulations est l’alliance, l’allegeance de Kamehre qui a convaincu Tshisekedi d’abord, puis Kabila. Creusez et vous comprendrez à qui profite le crime.
    Qui de tous les ténors leaders opposant peut facilement pardonner Kabila et sa bande ? SÛREMENT JAMAIS FAYULU AVEC MBEMBA ET KATUMBI DERRIÈRE.
    Kamehre avait trahi Kabila, il trahira Thisekedi en s’alliant à la bande à Kabila.

    C’est ça qu’il faut éviter, craindre. Et malheureusement c’est ça en ce moment que vous n’évoquez pas dans votre article , que la majorité des Compatriotes ne réalisent pas.
    Bien à vous
    Jimm

    1. Bonjour cher compatriote Jimm,
      Je vous présente d’abord tous mes respects. J’ai lu votre réaction à mon article publié à chaud pour saisir l’actualité à bond s’agissant surtout d’un fait – l’alternance de pouvoir – que nous souhaitions vivement. Je crois avoir été clair dans le message que je voulais faire passer. Nous avons accepté de participer aux élections sachant au préalable le modus vivendi des organisateurs. La situation est très complexe. Ceci est vrai pour Félix Tshilombo et autant vrai aussi pour Martin Fayulu s’il était l’heureux gagnant des élections. Nous ne sommes qu’au début d’un processus de gouvernement qui va nous révéler, chemin faisant, beaucoup de choses. Il est donc prématuré pour moi de m’avancer sur un terrain inconnu ou encore de dire quoi que ce soit sur la base de conjectures. Il y a dans votre réaction cette phrase : « Tribalisme quand tu nous tiens ». Je dois vous avouer sincèrement que je n’arrive pas à la comprendre. Ce que je viens d’exprimer dans le cas de la victoire contestée de Félix, je l’aurais écrit pareil si c’était Fayulu le vainqueur. Voilà, je trouve regrettable qu’on lie l’analyse au nom de la personne. J’espère vous avoir mal interprété.
      Avec mes sentiments patriotiques.
      Mwamba Tshibangu

      1. Tres belle bonne et belle replique a ce mec qui s’elucubre ci-dessus dans de speculations contradictoires et steriles inbues de tribalisme. La lutte pour l’alternance n’etait pas exclusive a Fayulu et ses tiereurs de ficelles Muzitu, (le kleptocrate PALU), l’ex-Mobutiste Bemba, et encore moins l’ex-Kabiliste Katumbi.

        Par ailleurs, la « real-politik » ou meme le « machiavelisme » politique n’est pas l’invention de l’UDPS.

        Felix vient d’utiliser des alliances (alors que qu’on reprochait a son pere de les mepriser) pour atteindre l’objectif de tout parti politique credible qu’est l’UDPS: la conquete de la magistraure supreme. C’est fait !

        Des lors, les perdanst n’ont qu’a entrevoir des recours, se preparer pour l’horizon 2023, ou bien continuer a couler leurs larmes au lieu de diaboliser inutilement le gagnant. « End of story » – comme disent les Anglophones.

  2. @ Mwamba Tshibangu,

    C’est très rare que je relise 2 fois un article… j’ai dû relire 2 fois le vôtre pour m’assurer que j’ai bien compris et que je ne rêve pas.

    Avant tout rassurer moi que vous n’êtes pas atteint de tribalismose aiguë. C’est la maladie qui empêche les gens intelligents d’analyser correctement les choses et transforme les gens sensés en vulgaire fanatique.

    Soyons sérieux cher monsieur. Il ne s’agit pas de Félix mais du Congo.
    Un pays occupé par des armées étrangères, pillé et qui déplore plus de 8 millions de morts, plus de 4 millions de femmes et des enfants violées et autant de déplacés.

    Le pays est par terre car son appareil sécuritaire et ses institutions sont entre les mains des étrangers. Les congolais sont devenus esclaves dans leur pays.

    La question n’a jamais été l’organisation des élections et le nom du nouveau président mais comment mettre fin à l’occupation et mettre hors d’état de nuire la mafia qui contrôle le pays. Certains ont cru que les élections étaient un moyen pour chasser les occupants.

    Quand on a gagné les élections on ne va pa ramper aux pieds des perdants. Pourquoi va t’il faire un pact avec la kabilie au lieu de le faire avec Fayulu ?

    Félix veut-il oublier les fosses communes et les massacres pour honorer son nouveau copain le criminel rwandais surnommé kabila pour avoir respecté la constitution.

    Félix n’aura pas la majorité au parlement et au sénat. Les provinces sont déjà dans la kabilie, il a signé un deal (accord de Nairobi) avec Kamerhe et la kabilie en cédant tous les leviers de pouvoir.

    Comment va-t-il faire pour purger l’armée, remettre en cause les contrats de pillage, comment va-t-il poursuivre les génocidaires et les pillards …

    Un président de pacotille avec un poste sans impérium…

    Il se murmure déjà que son deal avec la kabilie permettra de modifier la constitution.

    Félix en faisant alliance avec des occupants rwandais sera traité comme un ennemi.

    Félix ne comprend pas que sa présidence sans réelle pouvoir risque de blanchir plusieurs criminels. Pis, sa présidence qui ne défenestre pas la kabilie est dangereuse en ce qu’elle remet le compteur de mandat à zéro pour alias kabila et prolonge l’esclavage et la chosification du peuple congolais.

    Monsieur Mwamba Tshibangu, si vous voulez cautionner ce plan macabre, suivre les yeux fermés par tribalisme… allez y mais ne nous demandez pas de vous suivre.

    Les occupants doivent partir et ceux qui signent les accords pour qu’ils restent et bénéficient de l’impunité sont nos ennemis.

    Nous n’allons pas suivre un faussaire de diplôme assoiffé d’argent et qui est prêt à vendre son pays pour quelques billets verts.

    1. Bonjour cher compatriote, Muana ya mokolo lopango,
      Je voudrais d’abord vous rassurer que nous sommes du même abord. J’apprécie votre volonté de relire deux fois l’article pour être sûr de l’avoir bien compris. J’espère de mon côté que ce n’est pas le premier article, sous ma plume, que vous lisez. Cela vous aurez permis de connaître un peu plus ma pensée sur notre pays. J’apprécie également votre colère devant le système d’occupation que nous subissons voilà bientôt deux décennies. Sur ce point-là, je voudrais juste vous rappeler une de mes contributions majeures dans ce domaine : « Joseph Kabila, la vérité étouffée » dont je suis l’auteur. Ceci dit, je ne veux pas répondre à la place de F. Tshilombo sur ses actes et ses engagements. Tout cela relève de sa responsabilité personnelle et politique. Sur sa présidence, s’il lui arrivait de l’exercer, nous aurons le temps de s’y pencher et de donner, sur base des faits probants, un jugement. Pour le moment, il est tôt, vous en conviendrez avec moi sur ce point de se prononcer sur ce sujet. Je voudrais vous citer un moment : « Monsieur Mwamba Tshibangu, si vous voulez cautionner ce plan macabre, suivre les yeux fermés par tribalisme… allez-y mais ne nous demandez pas de vous suivre. » Vous avez cher frère complètement raison sur ce point. Non, ne me suivez-pas sur le terrain du tribalisme. Mais, suivez-moi plutôt – et j’étends cette exhortation à tous les Congolais et Congolaises –, sur un terrain beaucoup plus fertile pour que nous puissions sortir, par la force de notre raison et l’amour de notre patrie, du carcan du tribalisme qui fait si mal au pays. Soyons des patriotes vrais, au-delà de nos ethnies et de nos affinités tribales, afin de construire un Congo nouveau, un pays riche, viable et meilleur pour tous. Je ne sais pas si cette bonne semence vous a démontré que je ne suis pas, loin de là, atteint, pour vous reprendre, du « tribalismose aiguë ».
      Luttons ensemble pour sauver notre pays.

      Mwamba Tshibangu

      1. Cher Compatriote Tshibangu,

        Si vous décidez de sauter du 20em étage sans parachute, on connaît le résultat (sauf miracle) et on va vous empêcher de le faire surtout si cela impacte toute la communauté.

        Il n’est point besoin d’attendre votre atterrissage après un tel saut pour juger du résultat et évaluer vos chances de survie.

        En cédant tous les leviers de pouvoir et en s’alliant avec la kabilie, que pouvez-vous attendre de la présidence de FATSHI.

        Derrière alias kabila, il y a tout un système responsable des abominations au Congo. Comment va-t-il combattre son allié et son système mafieux. Expliquez-moi.

        On ne résout pas le problème avec ceux qui l’ont créé. On ne libère pas le pays avec les occupants !!!

  3. « La question n’a jamais été l’organisation des élections et le nom du nouveau président mais comment mettre fin à l’occupation et mettre hors d’état de nuire la mafia qui contrôle le pays. Certains ont cru que les élections étaient un moyen pour chasser les occupants ».

    Cette assertion de notre compatriote « Mwana ya kolo lopango » résume à merveille la situation de notre pays.

    A moins de refuser de voir la réalité en face, la seule chose qu’on peut affirmer aujourd’hui à l’issue des élections générales du 30 décembre 2018, est que Kabila a roulé tout le monde dans la farine. Une fois de plus. Le grand tort de certains d’entre nous a toujours été de sous-estimé Joseph Kabila. Il est finalement bien plus rusé qu’on ne le croyait. En débauchant Félix Tshisekedi (car même si certains par aveuglement refusent de le reconnaître, mais c’est bien de ça qu’il s’agit) et en travestissant la vérité des urnes, Kabila a réussi un coup de maître, à savoir faire semblant de céder le pouvoir, pour mieux le contrôler davantage. Certains esprits avertis ont compris la ruse (la CENCO, les Occidentaux, etc.) mais ils seront bien obligés de jeter l’éponge, car il sera difficile de dire au monde que la victoire d’un opposant n’est pas conforme à la vérité des urnes. Les atermoiements du Gouvernement français sont d’ailleurs éloquents à ce sujet.
    Avec des élections législatives nationales et provinciales déjà pliées d’avance par le FCC, qui contrôlera donc le Gouvernement et aura la haute main sur les autres leviers du pouvoir, nous allons donc avoir un Félix Tshisekedi juste bon pour inaugurer les chrysanthèmes et servir de caution démocratique à un régime sanguinaire et prédateur tapit dans l’ombre.
    Tout est-il perdu pour autant? Je refuse de m’abandonner à ce pessimisme. Peut-être que Félix Tshisekedi nous surprendra et parviendra à se débarrasser de cette camisole de force que ses nouveaux alliés peu recommandables sont sur le point de lui faire porter, si ce n’est déjà fait. Peut-être arrivera-t-il à retourner la situation en sa faveur et en celle du peuple tout entier.
    C’est un espoir chimérique, j’en conviens. Mais l’avenir nous le dira. Wait and see.

    1. @Gino : Je m excuse de cette intrusion dans la discussion que j apprecie a juste valeur et voudrais qu Elle transcende les limites de nos appartenances tribales et affiliations politiques au profit de notre appartenance a la grande nation CONGO : Dans la logic de se defaire du regime Kabila que nous decrions tous ; Aidez moi a comprendre Comment ca serait il passer si c est Martin Fayulu qui etait proclammer vainqueur de l’
      election du 30 , quel scenario serait mid en place pour se defaire du regime , si toutes choses restent eagles a elles – meme , c est le FCC qui continuerait a etre majoritaire aux parlements provinciaux et qui sait , C est possible qu il en soit le cas pour le parlement national , encore lui ( MAFA ) qui n a aucun elu jusqu’ ici .

      Patriotiquement , LW .

      1. Cher WL Bongo,

        L’occupation est avant tout militaire
        Il y a plus de 400 officiers et sous officiers ainsi que plus de 26 mille militaires rwando ougandais infiltrés et qui occupent tous les postes dans l’armée, la police et les services de renseignement.

        Peu importe le nom du vainqueur, il faut simplement avoir les mains libres pour reprendre immédiatement en main l’appareil sécuritaire dès le premier jour.

        1)Rappeler tous les officiers congolais mis à la retraite par alias kabila.
        2) Changer immédiatement toute la chaîne de commandement et les troupes dans l’est du pays.
        3) Nomer aux postes clés (chef d’état major, patron des services de renseignement…) des patriotes congolais
        4) lancer l’audit de l’armée et passer en revue l’ensemble des effectifs de notre appareil sécuritaire (les infiltrés, les voyous, les ex rebelles… n’ont rien à y faire)
        5) lancer un nouveau recrutement sauf dans le grand Kivu
        6)…

        Quant au parlement et aux assemblées provinciales laissez-moi rire !!! Que pèsent ces corrompus et médiocres qui rampent face aux rwandais ?

        Il suffit de créer un nouveau ligablo (parti politique machin) et manier la carotte et le bâton ! Avec l’argent, ils feront la volonté du nouveau président. Tout le monde s’inscrit au nouveau ligablo sinon c’est la dissolution immédiate avec pour certains des procès et l’impossibilité de se présenter… et là vous avez comme par magie une nouvelle majorité.

        Les choses sont simples quand on n’a pas signé un deal en forme de compromission !!! Tshilombo et son fun club tribalo clanique ne comprennent pas notre réaction courroucée ! Mawa trop !!!

  4. Tous les congolais croyaient aux élections. Tous les congolais, sauf quelques-uns dont moi, s’attendaient à une alternance. Ces quelques-uns et moi, nous nous attendions à une alternative. Faire partir Kabila et voter Shadary, ce serait une alternance. Mais faire partir Kabila avec tout son système (généraux, ANR, chefs d’entreprises publiques, Bana Mura, recteurs d’universités publiques corrompus, etc), gérer le pays autrement en incluant les règles de bonne gouvernance, de contrôle citoyen… voilà quelques éléments d’alternative. Ce n’est pas tout.
    On a un nouveau président qui a déclaré qu’il rendrait hommage à l’homme qui a bloqué les élections deux ans durant, qui voulait un 3ème mandat; qui a contribué à l’assassinat de Rossy Mukendi, de Thèrèse Kapangala et d’un jeune oublié de Mbandaka dont les parents n’ont pas vu la dépouille mortelle.
    A cet homme là, on veut rendre des hommages pour avoir refusé un 3ème mandat, on veut confier la mission d’ambassadeur itinérant, on veut accorder l’impunité.
    Je comprends bien Tshilombo. Il n’a jamais participé à une seule marche et vu des corps gisant sur les rues de Kinshasa. A chaque marche programmée, il prenait son avion pour Bruxelles ou vit sa famille. C’est un lièvre qui se cachait dès le premier coup de feu.
    Je le comprends aussi parce qu’il avait bien reçu des promesses, via Kamerhe, ce serpent à dix têtes et aux multiples couleurs qu’a connu la RDC, un cheval de Troie au sein de l’opposition. Fayulu l’avait découvert très tôt mais personne ne voulait l’écouter. Pauvre Fayulu.
    Ce sera l’un des mandats les plus incertains de l’histoire de la RDC: pas de majorité au parlement, pas de majorité au sénat; tous les gouverneurs issus du pouvoir. Qu’aura-t-il? A moins qu’il ne décide de dissoudre les deux chambres pour des élections anticipées. Les parlementaires vont l’obliger à modifier la constitution. Il n’a pas personnalité pour rejeter la loi.
    Donc, le pays sera plus colonisé par la légion nilotique plus qu’avant.
    De l’autre côté, le peuple luba du Kasai étant connu pour des vantards et tribalistes, on verra du n’importe quoi.
    Comme quoi, les souffrances des congolais continuent.

  5. Compatriote Mwamba Tshibala,

    Vous êtes, si je ne m’abuse, de ceux qui ne voyiez aucune issue favorable des élections organisées par ce pouvoir et vous voilà quand même à les adopter après coup. J’étais moi pour tenter de le prendre à son propre piège en construisant de la part de l’opposition un front uni. Cela ne s’est pas fait et on comprend mieux maintenant : il n’y a pas que la fameuse « base » qui a provoqué cette division, une main noire externe était aussi à l’affût pour la hâter.
    Qu’à cela ne tienne, on peut à la limite vous pardonner votre conversion parce que quelque part les résultats proclamés ont pris en compte le rejet categorique du dauphin qui est relégué à la 3eme place mais le régime n’en garde pas moins quasiment toutes les rennes du pouvoir parce qu’il a négocié la place du vainqueur avec celui-ci et son parti et parce qu’à part le poste officiel du PR il garde la main sur tous les reseaux du pouvoir, une majorité législative nationale et provinciale, l’armée, la police, les services de renseignement, la justice et toute l’administration, les forces économiques…
    Y’a-t-il alors lieu de se satisfaire d’une alternance devant la sublime stratégie du régime qui a NOMMÉ son successeur au sein d’un parti populaire d’opposition ? A peine. C’est là où vos espoirs d’un Tshilombo qui puisse amorcer le changement parce qu’étiquette jusque-là de l’autre bord me paraissent trop téléphones tant les conditions de son accès a la PR lui ôtent les moyens d’une réelle alternance encore moins d’une alternative.
    Tshilombo aura accompli l’exploit que son défunt père n’a pu, conquérir le pouvoir et bien sûr en faire profiter son parti alors assis à la mangeoire mais on attendra encore dans notre pays le changement de gouvernance, la libération de l’occupant.
    L’avenir nous en dira plus sans doute…

    1. Cher compatriote Nono,
      Permettez-moi de vous dire combien j’ai éclaté de rire en voyant ce que je considère comme un lapsus linguae concernant mon nouveau post-nom que vous m’avez généreusement collé… Ceci dit, vous savez mon opinion sur ces élections. Je savais là où ça allait nous amener. Aujourd’hui, c’est le camp Lamuka qui s’élève contre les résultats. Imaginez-vous si c’était Fayulu le vainqueur, comment l’autre camp allait réagir. Nous sommes dans la logique post-électorale. Les réactions sont donc normales. Nous savons aussi bien la logique du camp au pouvoir et leur manigance. De là à croire que nous partageons tous les abus ou les combines, si tout cela est avéré, il y a un pas à ne pas franchir. Laissez-moi vous dire que je suis davantage attristé de voir combien on fait jouer la fibre tribale dans les commentaires qui sont enregistrés ici et en dehors de ce cadre. Où est passé l’esprit patriotique ? Si nous tous commencions à raisonner sur la base des affinités tribales, je me doute fort que nous puissions nous libérer de la tutelle de ceux qui ont pris le pays en otage en grande partie à cause du tribalisme rampant et des intérêts égoïstes des uns et des autres. Nous avons prôné avec force la Transition Citoyenne pour éviter de vivre justement le spectacle auquel nous assistons présentement. Des élections transparentes, organisées équitablement, auraient permis de dégager, en dehors de toute discussion, un vainqueur. Mais, hélas !

      Luttons ensemble pour sauver notre pays.

      Mwamba T (C’est mieux, comme ça on ne se trompe pas !)

  6. Que les congolais de tout bord sachent une fois pour toute que les baluba sont d’ abord des baluba et ensuite kasaiens , jamais ils ne deviendront des congolais . Donc il faudra renvoyer tous ces gens au Kasai afin qu’ ils proclament leur indépendance ; chose qui devrait normalement être fait depuis l’ époque de leur Mulopwe Kalondji . Le reste du Congo serait bien heureux sans ces gens qui n’ ont rien de congolais : Vantards , tribalistes , arrogants ,mythomanes , sans manières , sectaires et dont le sport favori reste l’ exode vers d’ autres régions .

  7. Quelqu’un sait ce qu’est devenu Shadary ? Moi, à sa place, je ferai Harakiri. Voilà donc, un candidat du pouvoir, avec tous les moyens possibles et imaginables lui accordés par le pouvoir qui arrive largement derrière les deux autres challengers. Ce type est vraiment un vrai médiocre parmi les médiocres. Je me demande comment il vit sa honte et les ricanements de Matata et des autres congorais du FCC. Kie kie kie…Quelle honte… mais comme c’est connu, ces congorais sont nés avant la honte. Si ce diable de Kamerhe n’était pas là, cette imposture rwandaise ne tiendrait pas une semaine.

  8. Cher Compatriote Mwamba Tshibangu,
    Je vous remercie pour votre article mais je vous prie d’accepter en même temps mon impression. Par votre nom, je vois, sauf erreur, que vous êtes luba. En tout cas, le caractère très partisan de votre propos ne le dément pas. Car, en toute objectivité, vous ne sauriez considérer la proclamation de la victoire de Tshilombo comme l’opportunité d’une alternance que nous attendions tous. Toutes les missions d’observation électorale qui ont été sur terrain révèlent que le meilleur candidat n’etait pas lui. Or, Shadary non plus ne pouvait l’être. Donc, c’est le vrai gagnant dont on a tu le nom en allant débauché dans l’opposition devant la difficulté que le pouvoir a eu pour imposer son candidat après son rejet massif par les congolais. Ce jeu s’est révélé pendant l’attente des résultats et a motivé la postposition de leur annonce. Sa confirmation a été annoncée par les discours transfigurés des ténors des deux camps ennemis du hier. Ce qui l’a été davantage dans les discours postérieurs qui révèlent bien une vraie collusion entre les deux factions. Tu tais volontairement cette vérité pour servir idéologiquement ta vérité. Ce qui disqualifie ton propos. Ce qui l’est davantage avec ton silence sur le volte face de ton président de frère de tribu avec son mentor, le « sepent ancien ». Bref, une vraie rupture ne saurait se faire avec la traîtrise et la roublardise. D’ailleurs, nommé par Kabila et sa cohorte, Tshilombo sera un figurant. Car, Kabila avec son FCC continueront à rester les seuls maîtres du jeu avant que l’homme de Kingakati ne revienne très rapidement à la commande à travers le statut de président du Cenat que la CNI lui prépare prepare en verrouillant les assemblées provinciales prochaines.

  9. Le seul moyen pour felix, est de dissoudre le parlement dans un delai de six mois et organiser un autre scrutin legislatif plus crédible qui lui permettra d’avoir si pas une majorité pour gouverner et réaliser son programme.

  10. @Mwamba Tshibangu.
    Après avoir claqué la porte de Genève et créé leur coalition CACH,Fatshi-Vit,étaient devenus alliés à Kabila. C’est Lamuka qui était resté dans l’opposition.Bien avant la campagne électorale,le kabiliste She Okitundu disait que si Shadari gagne,Tshilombo pourrait intégrer son gouvernement pour continuer le combat de son père.Surprise.

    Roublards,le tandem Félix Vital enfilent la tenue d’opposants pendant la campagne électorale. Ils battent la campagne avec des grands moyens. Ils ramassent les voix du peuple au nom de l’opposition radicale.Mais ils sont de mèche avec la kabilie. Tout le monde sait que Shadari sera battu à plate couture. »Un ennemi aux abois,on ne discute pas avec,mais on l’achève »,disait Mao. Félix va engager des contacts secrets avec la kabilie. Masolo na bonkutu,na kulupè. Pourquoi Catch, le gagnant, va discuter avec le perdant Cach? En fait,Félix était le plan B de Kabila. Les ennemis intimes d’hier étaient devenus des amis intimes après la campagne électorale et ne se gênait plus de s’embrasser sur la bouche en public. Kabila,un adversaire politique répugnant devient un partenaire.Il faudra lui rendre les hommages et lui confier des responsabilités. Ses collaborateurs,fossoyeurs de la République jusqu’il y a peu,deviennent des experts que Fatshi pourra consulter une fois élu.Les fanatiques applaudissent jusqu’à se broyer les phalanges.Les autres crient toutes dents dehors: » trahison ».J’ai suivi un peu les résultats des provinciales.A part les 2 Kivu,le Grand-Kasai et Kinshasa,il y a des provinces entières où l’UDPS et l’UNC n’ont aucun député.Et même dans leurs fiefs précités,ils sont à peine visibles. Leur prétendue implantation à travers le pays n’est qu’un mythe. Mes préjugés sont confirmés par un expert:le FCC a 71% des députés provinciaux.Le Cach,Lamuka et autres indépendants vont se partager 29% restants. In fine,le FCC aura la majorité au Sénat. Kabila va y siéger comme sénateur à vie.Il est capable de se faire élire président de l’institution. Il sera toujours au coeur du pouvoir.Il ne fait aucun doute que le FCC sera majoritaire au Parlement.Comme le FCC contrôle la CENI,ces députés nationaux ou provinciaux ne sont pas tous élus,Certains sont nommés pour donner au premier ministre du FCC une majorité factice et confortable.Que va faire Félix? Son nombre insignifiant des députés seront dilués dans FCC. Félix n’appliquera pas le projet de société de l’UDPS,mais celui du FCC. Dépouillé des ministères régaliens,il sera un président honorifique.Personne n’a abandonné Félix. C’est lui s’est abandonné à Kabila. Il sera là comme un lapin dans le cage.

  11. Cher Panzu,
    Je ne pense pas qu’il faille argumenter en vous référant au nom et à la tribu Luba. Faisant cela , vous versez vous même dans ce que vous condamnez : le tribalisme ou l’ethnicisme. Par ailleurs, vous tutoyez Monsieur Tshibangu Mwamba ; ce qui n’est pas élégant en vous lisant.Tactiquement, la roublardise politicienne a commencé à Genève par le simple fait que Fayulu soit un candidat fabriqué par la bande au juif Sorro comprenant les invalidés(Jp Bemba et Katumbi). Monsieur Sorro a tout perdu en Hongrie. Il veut maintenant avoir le Congo par des politiciens interposés. Quid alors de l’occupation dont beaucoup parlent qui date pourtant de 1960 ?
    Au demeurant, les résultats étant jusque là provisoire, arrêtez de vous attaquez aux Lubas comme vous avez commencé à les faire déjà partout ailleurs. Nous n’accepterons plus un autre massacre des lubas. Si vous vous attaquez aux lubas, il y aura toujours des gens pour les protéger. Soyons légalistes en recourant aux voies constitutionnelles. Ce sont là les enjeux de l’élection. Felix Tshisekedi s’est montré conciliant et d’une intelligence vive depuis le début de ces élections. Vous avez cru à ces élections avec machine à voter, allons jusqu’au bout des voies procédurales légales et attendons le verdict final.

  12. Tutoyer et vouvoyer, ce sont des manières que vous avez héritées de colons et vous parlez d’occupation. De deux choses une! Félix conciliant? Va le raconter aux chiens! Pour ton information, Félix était en pourparlers avec la kabalie en vue d’un deal bien avant Genève. Son imposture a été circuitee. Il faut lui demander, suivez mon regard, qu’c’est qu’il est allé faire en Ouganda avant Genève? Si vous me lisez attentivement, vous réaliserez bien que mon propos est équilibré : ni contre Félix ni pour Fayulu. Je défends le principe de la candidature unique et c’est Fayulu qui a été plébiscité. Même si je ne suis ni de Kin, ni du Bandundu, je le soutiens. Sans être du Kasaï, je l’aurais aussi fait si le dévolu était jeté sur Felix….

    1. Cher monsieur Panzu Malundama,
      Le français que vous écrivez est une langue étrangère issue de la colonisation belge du moins pour le Congo. Ne falsifions donc pas l’histoire ni le contenu sémantique d’une langue.Tutoyez quelqu’un qu’on ne connait pas relève d’un déficit d’éducation. J’en parle en tant que père de trois garçons et professeur noir enseignant les sciences humaines aux blancs du Royaume de Belgique. Par ailleurs, lequel des politiciens le plus influent au Congo n’a jamais été en Ouganda ou au Rwanda? J.P Bemba? Moïse Katumbi? Mbusa Nyamuisi , Moïse Katumbi ou Pierre Lumbi; ex-conseiller en matière sécuritaire de Kabila et Directeur de campagne de Martin Fayulu ? Ce sont pourtant eux les fabricants de  » Fayulu. Vous pensez que Fayulu aurez fait mieux sans député aux assemblées législatives? J’estime que d’un point de vue quasi objectif ou intersubjectif, il y a eu une avancée démocratique parce que Kabila n’a pas su imposer son dauphin. C’est cela le propos de Monsieur Tshibangu. Présentement, Monsieur Fayulu se retrouve être dans la voie procédurale. Attendons alors le verdict d’une cour constitutionnelle acquise à qui vous savez. Je crains que ceux qui ont fabriqué la candidature de Martin Fayulu ne sachent le suivre jusqu’au bout? C’est cela la méchanceté de la politique où qu’elle se vit à travers le monde? Au demeurant, Fayulu a l’intransigeance du feu Etienne Tshisekedi. Il s’est révélé moins tacticien voire moins stratège que Felix Tshisekedi dès le début du processus électoral. Il n’a pas semblé maîtriser les arcanes de la politicaillerie congolaise car téléguidé à Bruxelles. Martin Fayulu me semble pourtant plus honnête et plus intelligent que ses parrains. Mais , il y a une différence entre l’intelligence vive et l’intelligence des diplômes « ou des papiers ». Pour le reste, libre aux uns et aux autres d’afficher un pessimisme intelligent ou de mauvaise foi en faisant des amalgames sur les origines ethniques des noms. Ce qui signifie que le départ serait faussé pour l’ensemble des congolais en ce début d’année 2019 marquée par le tribalisme des années 50. Puisse le Seigneur Jésus Christ , maître des temps et des circonstances venir en aide à mon pays d’origine le Congo-Kinshasa. J’en souffre.

  13. Armand, si tu (je te tutoies parce que tu ne mérites pas d’egards) crois que écrire en français, vivre en Belgique et enseigner aux belges c’est cela être éduqué, stigmatisé quelqu’un que tu ne connais pas comme ayant un « déficit d’education »le dément et te revele comme quelqu’un qui n’a aucune éducation. Je refuse de te dire où je vis et qui je suis parce que ce n’est pas le plus important pour me faire respecter. Tu as beau vivre en Belgique et enseigner aux belges, tu restes un noir. Donc, un mundele-ndombe: tu es souffres du complexe…de supériorité….Malheureusement, chasser le naturel….

  14. CONGO MAWA.
    ARRETONS UN PEU DE PRENDRE FELIX POUR UN BOUGNOULE IL EST PLUS INTELLIGENT QUE KANAMBE.
    CE KANAMBE N EST PAS LE GENIE QUE BCP GLORIFIE IL N EXCUTE QUE QUE CE QU ON DICTE PAR SES ONCLES TUTSHIS . LES 2 KASAIS SONT ELLES DES PROVINCES RWANDAISES OU CONGOLAISES?
    LES BALUBAS SONT CONGOLAIS OU PAS?FELIX N EST TRIBALISTE AIDEZ LE POUR QU ON BOUTE UN JR DES OCCUPANTS DEHORS .LA² PREMIERE TRAHISON EST VENUS DE GENEVE QUAND VOULU ECARTER FASTHI.JE PRATAGE L AVIS DU COMPATRIOTE WILKAS: FELIX PRESIDENT SI CONFIMER PEUT DISSOUDRE ET PLUS . JE KINOIS DE NAISSANCE ET ORIGINAIRE BANDUNDU MAIS JE PLEIN A MOURIR CES FAUX PLITICIENS TOUS DE BANDUNDU A COMMENCER PAR LE TINTIN DE KIZENGA ET CONSORT. BANISSONS LE TRIBALISME MONGUNA AZO SEPELA GRAVE KOMONA PE KOTANGA BISO BOYE.

Laisser un commentaire