Exécutif: Vers une « cohabitation » houleuse entre le président « Fatshi » et le « Premier » Ilunga?

Nommé Premier ministre le 20 mai dernier, Sylvestre Ilunga Ilunkamba commence, petit à petit, à révéler la direction qu’il entend donner à la fonction de chef du gouvernement. L’homme mène une opération-charme en direction des organismes de contrôle de la gestion des finances publiques. Manœuvre politicienne pour affaiblir un « adversaire » néanmoins « partenaire » ou l’affirmation d’une réelle volonté de « gouverner autrement »? 

Après la publication du tableau de répartition des ministères entre la mouvance kabiliste dite « Front commun pour le Congo » (FCC) et le Cap pour le Changement (CACH) du duo Tshisekedi-Kamerhe (42 ministères au FCC, 23 au CACH), le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba – qui piaffait d’impatience de commencer le processus de son entrée en fonction – doit se frotter les mains. Il consulte.

Néhémie Mwilanya
Néhémie Mwilanya

Il consulte les deux partenaires de cette improbable coalition CACH-FCC représentés respectivement par Néhémie Mwilanya et Jean-Marc Kabund sur l’attribution des maroquins.

En fait de consultations, le « Premier » Ilunga joue un rôle qui s’apparente à celui d’un « observateur semi-passif » qui se contente d’exécuter les instructions des « coalisés ». Samedi 3 août, il a ainsi publié le fameux « fil conducteur » qui décrit le « profil idéal » pour être admis au petit cercle des « ministrables ».

DES VISITES TRÈS PEU INNOCENTES

En attendant que les « grands prêtres » de ces deux plateformes politiques terminent le partage du « gâteau national » à leurs ouailles, Ilunga Ilunkamba s’occupe à sa manière.

En « vieux singe de la politique » à qui l’on n’apprend plus à faire la grimace, l’homme prend des initiatives. Il a effectué deux visites qui sont loin d’être innocentes.

Le vendredi 2 août, il a visité l’Inspection générale des finances (IGF). Histoire de s’informer sur l’état de fonctionnement de ce grand corps de l’Etat censé occuper une place de premier plan dans la promotion d’une gestion saine des finances publiques tant au niveau national et provincial que des entreprises publiques. Il en a profité pour écouter les inspecteurs de finances. Ceux-ci lui ont fait part des « maux » dont souffre cet organisme public.

Lundi 5 août, le successeur de Bruno Tshibala – qui a visité auparavant la Cour des comptes – s’est rendu à la Direction générale du contrôle des marchés publics (DGCMP). Il s’est limité à écouter les explications du directeur général Michel Ngongo.

Les oreilles du président Felix Tshisekedi et de son « dircab » Vital Kamerhe n’ont pas manqué de siffler en parcourant le bulletin daté du 6 août de la très officielle Agence Congolaise de Presse. On peut y lire notamment que le « personnel » de ce service public a fait état des pressions qu’il subit « tout au long des procédures d’attribution des marchés publics, parfois même des autorités publiques censées veiller à l’application de la réglementation sur la passation des marchés ». Suivez son regard!

RENFORCER LE CONTRÔLE

En réponse, le « Premier » a pris l’engagement de « renforcer le contrôle dans la procédure de passation des marchés publics ». Il a, par ailleurs, exhorté les cadres et agents de la DGCMP Congo, « à résister aux pressions d’où qu’elles viennent ». Vous avez bien entendu!

Coïncidence ou pas, le vendredi 2 août, le président du conseil d’administration de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP), Claudien Mulimilwa, a animé un point de presse au cours duquel il a plaidé en faveur d’une « réforme » du système de passation des marchés publics. Selon lui, Il s’agit d’une « réforme majeure » dont la finalité est de permettre aux pouvoirs publics de savoir « comment l’argent de l’Etat a été dépensé ».

Depuis sa création en 1982, l’UDPS a fait du « changement » l’Alpha et l’Omega de son combat politique. Par changement, il faut entendre l’instauration de l’Etat de droit et la bonne gouvernance. Sans omettre la lutte contre les antivaleurs dont la corruption et l’impunité. « J’ai un cap que je me suis fixé. Je veux le changement. Le changement alors radical en mettant fin aux mauvaises habitudes telles que la corruption, l’impunité. Je suis déterminé. Rien ne m’empêchera de le faire », déclarait le successeur de « Joseph Kabila » dans l’interview qu’il avait accordée à France 24 et RFI? C’était le 29 juin.

Sept mois après l’investiture de Felix Tshisekedi à la tête de l’Etat, l’homme a tenu certaines de ses promesses. C’est le cas notamment de la libération des prisonniers politiques et d’opinion et le retour des exilés. Il faut bien reconnaître qu’en dépit de la répression de la marche pacifique organisée par Martin Fayulu le 30 juin dernier, le pays baigne dans une relative ambiance libérale.

Au cours de ces sept mois, le nouveau chef de l’Etat a semblé bien en peine de faire ce qu’il dit. Il a laissé apparaître des « défaillances ». D’abord, dans la gestion des ressources humaines. Le choix des collaborateurs a mis en exergue un manque criant de rigueur voire une certaine légèreté. Les « couacs » ne se comptent plus. Il y a ensuite la désacralisation de la fonction présidentielle par les fuites de documents ainsi qu’une « gestion artisanale » de l’image du premier magistrat du pays.

LE POUVOIR REND FOU, SOURD ET AVEUGLE

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe ont donné jusqu’ici l’impression d’ignorer que les détenteurs du pouvoir d’Etat communiquent par l’action et non par le discours. Il y a eu beaucoup d’effets d’annonce. Pire, la Présidence de la République est loin de prêcher par l’exemplarité en matière de l’Etat de droit et de bonne gouvernance. La bonne gouvernance renvoie à la transparence, la gestion financière saine ainsi que l’obligation de rendre compte. L’institution Président de la République a posé des actes de gestion alors que la Constitution l’exonère de l’obligation de rendre compte.

C’est à croire que le pouvoir rend sourd et aveugle. Et pourquoi pas fou? Dieu seul sait le nombre de contrats de gré à gré signés par le directeur de cabinet du chef de l’Etat en violation de la législation sur la passation des marchés publics.

Au bout de sept mois, le président « Fatshi » a révélé ses « lacunes ». Et ce au « grand bonheur » d’un « Joseph Kabila » en quête d’auto-réhabilitation. Au lieu de réduire le train de vie de l’Etat, « Felix » est apparu dépensier. Prodigue. D’aucuns lui collent l’épithète très peu gracieux de « jouisseur ».

Les adversaires du duo Tshisekedi-Kamerhe sont à l’affût. Ils ont décidé de ne plus laisser à la coalition CACH le monopole du « combat » pour l’instauration de l’Etat de droit. Il en est de même du combat contre la corruption et les antivaleurs.

En visitant l’IGF ET la DGCMP après un passage à la Cour des comptes, le Premier ministre Ilunga Ilunkamba et ses « mentors » ont annoncé les couleurs. Ils vont affronter le CACH sur son propre terrain de l’éthique. La « cohabitation » s’annonce houleuse entre les deux têtes de l’Exécutif. Qui dégainera le premier?

 

Baudouin Amba Wetshi

35 thoughts on “Exécutif: Vers une « cohabitation » houleuse entre le président « Fatshi » et le « Premier » Ilunga?

  1. Si on imagine que Ilunga veut du changement à l’instar de Fatshi, toutes analyses et conclusions sont inversées.

    1. @Mukanya
      Si vous permettez, une remarque tout à fait innocente, rassurez-vous, à la lecture de vos propos ! C’est louable et fort patriotique de « s’imaginer » le meilleur pour son pays, que « les deux protagonistes veulent le changement », mais encore faut-il l’imaginer à partir du contexte effectif devant nous :
      1. Quel changement au juste, celui voulu par Tshisekedi est-il le même ou à la même hauteur que celui d’Ilunga ?
      2. Vous savez bien qu’il ne suffit pas de vouloir le changement pour être capable de le réaliser, alors n’êtes-vous pas trop optimiste pour penser « inverser aussi rapidement analyses et conclusions » quand le contexte effectif reste celui d’une cohabitation conflictuelle, chacun présente à l’avance une vision différente de l’autre ? En effet jusqu’à preuve du contraire Tshisekedi veut « déboulonner le système dictatorial » et Ilunga désigné par ‘JK’ a encore en vue la continuité de ce système honni.
      3. Tout est possible, dira-t-on mais sachez que les réserves et critiques possibles envers le nouveau PR peuvent parfois faire penser à un pronostic ou même à un souhait de son échec, rien n’est moins juste. Rarement un Congolais voudrait le malheur de son pays, il est alors essentiel de faire la part et d’écarter le fanatisme et on voit de suite plus clair. Où vous situez vous-même lorsque vous formulez votre vœu ?
      Sinon bien sûr tous nos vœux que votre « imagination » devienne réalité !

  2. Cohabitation houleuse ou Summum d’un Deal mafieux officiel ! Longtemps camouflé sous des affirmations farfelues, loufoques mi-figues mi-raisins, le Deal mafieux de Kingakati a été officialisé à la Cité de la Nsele image à l’appui par Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo en levant seul son verre de champagne millésimé (Moët & Chandon) parmi un parterre des bonzes du FCC (Filière des Corrompus Cupides) ragaillardis, hilares, moqueurs, devant son mentor politique l’imposteur Rwandais alias Kabila effaré par l’attitude désinvolte et irresponsable de son hôte (Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo) nommé par lui (sénateur à vie usurpateur d’identité Kongolaise) président protocolaire sans impérium (effectivité du pouvoir), il serait logiquement déplacé d’affirmer que la cohabitation Ilunkamba-Tsh’lombo sera houleuse… Udps familiale est officiellement incorporée dans le FCC. Point barre… Ainsi soit-il… Ingeta

  3. # Pour ma part je ne saurais « pronostiquer » une cohabitation « houleuse » entre Tshisekedi PR et Ilunga PM et même dire que ce dernier « se frotte les mains » pour commencer son boulot. En effet le moins qu’on puisse dire est que la cohabitation sera « problématique » vu déjà que le PM est à ce poste pour représenter et défendre les intérêts l’ex-raïs, un « partenaire » conflictuel dont le plan est d’étrangler le PR. On ne peut donc s’imaginer qu’il ait déjà conscience de la difficulté de la mission qui l’attend malgré les précautions dont il s’entoure et s’entourera. Avec la répartition ministérielle qui a accordé les postes de souveraineté prioritaires dans la refondation de l’État de droit et de la bonne gouvernance au FCC – on se demande ici comment le PR s’est contenté de s’attribuer les ministères qui de principe sont déjà de gestion commune où il a son mot à dire comme les AE, l’Intérieur, au lieu de s’accorder ceux stratégiques qui lui poseront davantage problème dans sa fonction car ils accordent une relative autonomie aux ministres, c’est le cas de la Justice, des Finances, les Mines… – l’arbitrage du PM se révélera à tous les coups décisif mais bien laborieux, écartelé qu’il est entre les pressions du FCC dont il est membre et les vues du PR.
    # Va-t-il « gouverner autrement » notamment parce qu’il semble déjà faire attention aux « organismes de contrôle de la gestion des finances publiques » y compris la « Direction générale du contrôle des marchés publics (DGCMP) » et soumet le choix des ministrables à son « profil idéal » ? Rien n’est moins sûr tant ‘l’argent’ a toujours été pour ‘JK’ plus que quiconque le ‘nerf de sa gouvernance et de son maintien aux pouvoirs – c’est l’appât majeur qui lui a toujours servi à acheter voix et consciences des Congolais. S’il doit rester docile à ‘autorité (im)morale’ qui l’a nommé, il est à prévoir qu’Ilunga donnera dans son exercice davantage du fil à retordre au PR. Jusqu’où ?
    # Hélas en face « le Peuple d’abord » semble être devenu « l’Argent d’abord » comme a moqué Fayulu : la jouissance de la mangeoire qui semble pousser l’UDPS à minimiser l’immense difficulté du « changement » ne lui interdira-elle pas d’atteindre « l’Etat de droit et la bonne gouvernance » qu’ils nous ont chantés plus de trente ans durant ? Et maintenant la fameuse « lutte contre les antivaleurs dont la corruption et l’impunité » ? A y ajouter l’amateurisme et le mercantilisme autour du PR, son mandat risque beaucoup de nous réserver bien des désillusions à côté de la cohabitation à problèmes. A moins que…
    Voilà pour moi !

    1. ADDENDA
      « S’il doit rester docile à ‘autorité (im)morale’ qui l’a nommé, il est à prévoir qu’Ilunga donnera dans son exercice davantage du fil à retordre au PR. Jusqu’où ? ET EN MÊME TEMPS SON « GOUVERNER AUTREMENT » RISQUE DE NE PAS ÊTRE EFFECTIF ET BÉNÉFIQUE POUR LE PAYS TOMBANT VITE DANS LA CONTINUITÉ D’AVANT. »

  4. Ilunga est du FCC,comme Tshilombo et Kamerhe.Il ne faut s’attendre à aucun problème entr’eux car toutes les instructions viennent de leur autorité morale et personne ne peut passer outre.Kamerhe a déjà annoncé les couleurs avec la course à l’enrichissement via des marchés de gré à gré sans aucune réaction de son chef,le grand voyageur.Vive la coalition des socio-démocrates.Vive le peuple d’abord.

  5. Désolé, mais je n’ai jamais compris pourquoi le Congolais, l’homme politique en particulier, se contente toujours des raccourcis et des solutions mi-chemin, avec des hommes nuls comme tout, alors que ce pays-là regorge d’hommes capables de propulser cette nation vers un avenir radieux. Faut-il chaque fois répéter à ces intellos de pacotille que le problème du Congo c’est d’abord cette crise identitaire qui gangrène le tissu politico-économique national? Chassons tous ces rwandais et autres prédateurs qui nous pourrissent la vie, et le reste ira comme sur les roulettes.

    1. Je vous cite « … le problème du Congo c’est d’abord cette crise identitaire qui gangrène le tissu politico-économique national ». Il serait intéressant d’approfondir ce thème, tant votre affirmation est radicale. Cependant, nullement développée et guère étayée.

      1. @Jean-Marie Mabiti,
        Très bien monsieur, vous n’avez qu’à me lire entre les lignes pour comprendre où je vais en venir. Le Congo notre pays est sous occupation et ce n’est pas avec des occupants et des dirigeants médiocres comme tout qu’on développe un pays.

      2. PS
        Apprenez que le manque d’amour pour la Patrie et la torpeur sont des maladies de notre peau, mais l’occupation étrangère est la maladie de notre coeur.

  6. LOGIK ?
    Le Sécretaire d´État américain aux Affaires africaines Tibo Nagy affirme que « Felix évolue dans un cadre constitutionnel très restreint qui lui laisse une marge de manoeuvre limitée » (Lire sur Cas-info.ca)
    Avec un peu de bon sens et une dose de « logik », la « cohabitation » qui ne dit pas son mot ne sera ni facile ni harmonieuse entre Felix et le FCC.
    Le premier ministre qui est « vieux » peut aussi jouer sa propre partition. Le facteur de l´âge fait de lui un « mukubwa » face á Kabila, Kamerhe et Felix. Nous ne devons pas nous attendre á un Gizenga bis qui faisait dodo pendant les reunions des ministres et qui laissait Muzito combler ses lacunes mentales et..physiques.
    Le premier ministre même envoyé par le FCC risque de reserver quelques petites surprises surtout quand on a vu comment la majorité au Parlement peut facilement prendre la parole et egratigner Felix.
    Le vieux « loup » risque d´en decoudre non seulement avec le tandem Kamerhe et Felix, mais aussi avec les « faucons » du FCC dont la « continuité » est la seule notion ou mission politique qu´ils ont comme objectif (dixit Shadary)
    Ne soyons pas si pressés, quand eux même ne sont pas pressés. Observez comment ils trainent les pas même après avoir annoncé l´accord de « gouvernance », ils ne sont pas pressés de publier la liste du gouvernement.
    Qui tire profit de cette absence du gouvernement ? Le trio Kabila-Kamhere-Felix sans doute.. Wait and see

    1. @Ghost
      # Vous écrivez : « Ne soyons pas si pressés, quand eux même ne sont pas pressés. Observez comment ils trainent les pas même après avoir annoncé l´accord de « gouvernance », ils ne sont pas pressés de publier la liste du gouvernement.
      Qui tire profit de cette absence du gouvernement ? Le trio Kabila-Kamhere-Felix sans doute.. Wait and see »
      A « Qui tire profit de cette absence de gouvernement ? Le trio Kabila-Kamhere-Felix sans doute… », j’ajoute que non seulement pointer ce trio signifierait tout le monde dans cette coalition/cohabitation, ce qui reviendrait curieusement à dire à personne, mais aussi j’ajoute volontiers une question qui me préoccupe beaucoup : « quelles sont les raisons de cette attente alors que l’accord final de répartition des postes dans le gouvernement est intervenu voilà deux semaines ??? Seulement sur les noms des titulaires ou sur un regret ou une malice à trouver comment compenser cette répartition trop en faveur du FCC ? » On peut s’imaginer que la nouvelle présidence cherche à son tour à adjoindre chaque ministre régalien vital pour son mandat qui ne lui a pas été attribué, Justice, Défense, Finances, Mines… un vice-ministre garde-fou ; et qu’ils peinent à se mettre d’accord sur ces noms stratégiques…
      # Voilà où se situe mon optimisme à moi, autrement que sur une vigilance inattendue du « vieux PM » comme vous, même je peux la trouver possible malgré la docilité à son autorité morale qui l’a nommé à ce poste ; qui sait. Je n’écarte pas non plus une pression ou un conseil qui viendraient de l’étranger (en l’occurrence ici les USA même via le CS) . Voilà donc à chacun son optimisme. En attendant le gouvernement nous promis pour aujourd’hui ou demain sera-t-il effectivement au rdv ? S’il n’est pas là, nous voilà à d’autres conjectures…
      A suivre…

  7. Encore ce Mukanya JM qui continue a nous jeter de la poudre aux yeux avec ses sophismes. Il doit faire partie de la bande « UDP-esha »
    Ce mec choisit d’ignorer les magouilles inbues de mauvaise gestion de deniers publics par l’affairiste Dir-Cab de FaTshi Vital Kamerhe. (FaTshi en est certes au courant malgre ses vides discours pieux).
    Kamerhe n’arrive pas encore a nous expliquer (entre autres recentes magouilles qu’il opere) comment une firme obscure telle que « ZAWAL » (dans laquelle se retrouve son epouse et famille) a pu decrocher un contrat gre-a-gre pour $2 Million par mois pour la construction (bidon) de stations d’essence…tenez bien…au Kasai.
    La liste des magouilles a la Presidence est longue !

  8. # Une parenthèse au milieu du gué sous forme de réflexion personnelle expéditive, si vous permettez à ce stade où il est souvent question de sonder à travers analyses sérieuses et foule déclarations spontanées sur le Net Congolais l’avenir de l’alliance contre-nature entre CACH et FCC !
    # Il n’est pas inutile de faire un retour rapide en arrière. Je trouve en effet que plus que jamais, le passé nous revient en boomerang comme pour nous mettre en garde sur notre inattention et notre inaction. Nous l’aurions mieux exploité, il nous aurait mieux éclairé sur ce que nous vivons maintenant et prouverait même l’inanité des contestations par trop fanatiques que nous entendons ici et là sur le fameux deal et sur son destin compliqué.
    Nous avons tous en mémoire les propos de campagne de Tshisekedi dans sa dernière ligne droite : il y faisait preuve d’un retournement spectaculaire pour ‘JK’, prélude du deal qui se confirmera avec sa nomination frauduleuse comme PR. Les Congolais entendaient alors effarés celui qui quelques jours plus tôt condamnait à juste tire ‘JK’ lui faire contre toute attente des hommages appuyés. A une question il avait même répondu toute honte bue et sans scrupules qu’étant novice à ce niveau, seul ‘JK’ pouvait représenter son modèle en raison de son expérience. Mais modèle de quoi avec son bilan et pour un représentant de l’Udps qui n’avait jamais lésiné pendant tout son règne de dénoncer à juste titre sa mauvaise gestion ?
    # Stratégique, disent certains : c’est non seulement la seule arme dont il disposé ayant bénéficié de sa rusée magnanimité mais aussi la seule arme pour dissimuler à son tour un malin entrisme dans son système. A l’entendre parler et à le voir faire, Tshisekedi semble encore y croire mais ses sectateurs et même certains observateurs avisés qui continuent à louer cette stratégie se rendent-ils compte aujourd’hui que leur entreprise sera difficilement gagnante ?
    Vivement un dépassement ou une reformulation du fameux deal par tous les artifices pour tenter de sauver le soldat Tshilombo.
    # Le ver était dans le fruit et la cohabitation sera « problématique » et dans l’état forcément au profit du camp ennemi mais pourquoi pas « houleuse » pour lui donner une chance de tourner en faveur du nouveau PR et du peuple ? Voilà qui nous reste à faire…

  9. Ce gars(Ilunga Ilunkamba) s’en sort plutôt bien après avoir dépiécé la sncc. Dans un pays normal, il finirait dans le pire des cas en prison mais hélas nous sommes en Rdc. Le voilà rétribué dans un contrat de 5ans au moins comme chef du gouvernement.

  10. Chers compatriotes à mon pauvre avis je ne partage pas le point de vue de notre aîné B.A.W , du moins pour cet article ,concernant une cohabitation houleuse entre Fatshi et le prof Sylvestre Ilunga, vu le parcours de ce dernier depuis le règne Mprien jusqu’au règne Fccien en passant par Copirep et la S.N.C.C , Prof Ilunga n’a pas démontré l’orthodoxie dans la gestion , il n’est pas un exemple à brandir, je l’ai personnellement fréquenté dans son bureau c’est piteux , incapable même d’y mettre une couche de peinture , mur délavé avec un vieu mobiler en bois fatigué au fin fond du premier étage à la direction générale , la fameuse socièté en banqueroute a déclaré faillite sous la gouverne du prof docteur en économie, j’ai appris qu’il est aussi caissier du PPRD, avec la sueur des cheminots bien sûr , les Fcciens sont les oiseaux de même plumages , il n’y aura pas antagonisme peut être pour besoin de consommation extérieure et intérieure , ils vont simuler quelques scénarios au nom de Argent d’abord.

  11. Peuple congolais,peuple maudit on dirait!
    Tout est noir pour lui et même toi Amba!
    Tu es plus dans les supinations et des analyses biaisées que dans la vérité.
    Mawa!

    1. Traitre et voleur Bahizire,
      Quelle est donc cette « vérité blanche » qu’un infiltré rwandais comme vous détiendrait sur le Congo que les Congolais pure souche ne détiendraient pas ? BAW ne verrait que noir, ah bon ? Relevez un méfait effectif serait donc plus « noir » que le négliger, que voir que tout va bien pour autant que le Rwanda continue à piller mafieusement le Congo ?
      Attendez que nous soyons tous morts pour que vos mensonges ne soient plus dénoncés et combattus car comme disait le Révérend Ekofo, il viendra indubitablement un jour où tous ceux qui auront chipé un lopin de notre territoire rendront des comptes, ne rira bien que celui qui rira le dernier…

      1. Hum… un autre pauvre con! Qui te dit que je suis rwandais? Et qui dit que tu es plus congolais que les autres? Vous tous,faites la honte des congolais de l’Etranger!Quel est votre part dans la reconstruction du pays? Seulement insulter les autres! Continuer à vous pavaner dans les rues dans vos pays du d’adoption au Nord et arrêtez avec vos conneries!
        Nous, on travaille ce,pour l’émergence de la nouvelle race congolaise (…)

      2. Bahizire,
        C’est ça je suis con et vous une infâme merde !?!
        Vous n’allez pas me jouer votre UBWENGE qui dit au premier venu que vous n’êtes qu’un infiltré rwandais au Congo. Moi je suis Congolais pure souche, plus Congolais qu’un infiltré tutsi. La preuve, je vous démasque à tous les coups. Ce n’est donc une insulte que pour un démasqué comme vous. Voilà déjà ma part pour la refondation de mon pays. La nouvelle race Congolaise c’est celle-là qui va démasquer vos mensonges et arrêter votre pillage, n’en déplaisent les amitiés que dans son inconscience, son ignorance et son envoûtement Tshisekedi noue avec votre Kagame. Cherchez-moi dans la rue et vous m’y retrouverez pas, je construis…

  12. Mais de quel trou sort-il encore ce rwandais de Bahizire, qui se permet même de tutoyer notre honorable BAW? Allez vous faire voir ailleurs monsieur, et surtout du respect envers notre très respectable BAW qui vaut plus que 10000 « Congorais ». ATTENTION MPILA MOSI KEBA!

    1. Hum tu n’es qu’un soumis toi! Tutoyer quelqu’un c’est l’insulter!? Voilà pourquoi ces genres de mentalités vous ont fait aliéner ahahah… tu me fais pitié Mr! Tiens, si Amba continue dans ses analyses de cochon, on sera toujours pour le redresser…. Arrêtez aussi avec vos sales manies de croire que tout le monde vient du Rwanda,Vous souffrez de la tête.Arretez aussi d’insulter tout le temps ceux qui tienne un langage opposé au vôtre …
      Salut!

      1. Un peu de retenue Bahizire. C’est simple: Si ce site et ses intervenannts ne te plaisent pas, alors va lire DigitalCongo de « ta chere Jaynet ».
        Traiter les analyses (ou meme opinions) de notre compatriote BAW « d’analyses de cochon » etale au grand jour ton manque d’education.
        A part detourner les deniers publics via son margoulin majordome Vital Kamerhe, peux-tu nous citer la difference dans la vie du commun de Congolais depuis que FaTshi est a la presidence?

      2. Neseki bino makasi (ahahah…)
        Namitshekeleya sana (ahahah…)
        Ngaseki nenubonso be!(ahahah…)
        Revenez au pays et construisons notre patrie ensemble.Je connais la souffrance qui vous anime dans ces pays du Nord …
        Take care of you guys!

      3. @Bahizire,
        NANI ALIKISAKI YO LINGALA?
        Est-ce qu’on dit « Neseki bino »? Autant écrire en kinyarwanda, monsieur; puisque ça semble l’unique langue que vous maîtrisez. Apprenez surtout qu’on ne tutoie pas quelqu’un qui ne vous est pas familier, okay?

  13. Sacré B.A.W écrit, faisant allusion aux préoccupations du DG Michel Ngongo lors de la visite du 1er ministre à la DGCMP: « Les oreilles du président Félix Tshisekedi et de son « dircab » Vital Kamerhe n’ont pas manqué de siffler en parcourant le bulletin daté du 6 août de la très officielle Agence Congolaise de Presse. On peut y lire notamment que le « personnel » de ce service public a fait état des pressions qu’il subit « tout au long des procédures d’attribution des marchés publics, parfois même des autorités publiques censées veiller à l’application de la réglementation sur la passation des marchés ». Suivez son regard!
    Le lecteur de C.I comprend donc que les pressions que ce personnel subissent non seulement elles sont liées à la gestion de FatshiVit aussi apparemment elles ont commencé avec le régime actuel. Ah! Mon Dieu! Quelle déception! Finalement la médiocrité est partout.

    1. @ Lokumu,
      Donc, dans ta logique boiteuse, puisque les pressions que subissent Ngongo et la DGCMP commencerent durant la Voyoucratie de Jo Kabila, il n’y aurait aucun mal qu’elles continuent avec le duo FatshiVit !
      As-tu dit « Mediocrite partout »? Ta reaction ci-dessus le confirme mieux.

    2. @Lokumu
      Çà alors,de quel repaire obscurantiste sortez-vous ? Bien sûr que c’est pire médiocrité que de de trouver une excuse à la tête du client : une faute commise hier par le régime Mobutu ou celui de ‘JK’ en reste une, commise sous Tshisekedi ! C’est plus qu’évident comme le nez entre les yeux !
      Vous voilà ainsi, mon cher Mr, l’archétype même de la médiocrité Congolaise ! C’est qui est incompréhensible et même pathétique c’est qu’à votre niveau vous ne le comprenez même pas, que vous raisonniez comme le premier idiot, fussiez-vous ou exactement parce que vous n’êtes capable que d’être un ‘idiot utile’ de ceux qui veulent que le Congo reste dirigé par des médiocres !
      Pauvre Congo peuplé ‘des Lokumu’ !

      1. # Mais que nous arrive-t-il ? Chacun a le droit de s’exprimer, de donner librement son avis ; n’empêche, et vous le reconnaîtrez aisément, que parfois on tombe des nues de lire ici des raisonnements si ineptes qu’on se demande s’ils ne sont fondés que sur un fanatisme aveuglant ou s’il n’y a pas une tare Congolaise qui ôte même à ceux qui ont été à l’école l’élémentaire bon sens et la moindre capacité d’un raisonnement logique.
        Mais où sommes-nous, comment sommes-nous descendus à ce niveau zéro de logique ? A lire un argumentaire comme celui d’un Lokumu donne raison à celui qui demande chaque jour « Que Dieu nous vienne en aide », tant on ne voit plus comment nous en sortir avec tous ces Congolais qui réfléchissent par leur derrière plutôt qu’avec leur tête.
        # Mais, non, non, non ; nous ne sommes pas maudits, réveillons-nous nombreux de cette longue nuit d’abrutissement dans laquelle la quête de l’argent et de raison à tout prix nous a conduit, il y’a des obstacles évidents que la raison et le souci de l’intérêt commun du pays en dehors de ce manichéisme passionnel – pour lui et contre celui-là – que certains veulent nous imposer, doivent enfin écarter de notre route…

  14. On se demande finalement que fait Tshilombo au palais présidentiel quand il ne voyage pas.Les jours passent et se ressemblent.Aux dossiers des marchés de gré à gré de son cabinet s’ajoutent la situation de la CENI et de la Cour Constitutionnelle sans aucune action concrète de sa part.Maintenant nous apprenons que Tshibala et son gouvernement sortant sont en train de saigner le trésor public,toujours dans l’indifférence de Fatshi.Est-ce une malédiction pour nous?

  15. PS
    Un « vieux PM » qui démentirait ceux qui attendent de lui une simple continuité, selon Ghost, voilà une nouvelle qui semble nous en éloigner…
    En effet comme si cette cohabitation ne nous réservait pas assez d’incongruité, on en a entendu une de plus, bien plus grave car inconstitutionnelle de la bouche du PM. Ilunga a affirmé sans rire lors de la réception mise en scène à dessein des listes des ministrables des mains de deux coordinateurs qu’il irait soumettre sa mouture au PR comme constitutionnellement, c’est lui qui à terme nomme le gouvernement, mais aussi irait la présenter à ‘JK’ l’autre autorité (im)morale. Ce qui est en dehors de la Constitution, une ingérence illégale. J’espère que la nouvelle présidence et les constitutionnalistes n’ont pas manqué de relever cette faute grave et vont vivement la récuser. La mauvaise accoutumance des Congolais à accepter le fait accompli parce qu’il est imposer par les fumeuses autorités immorales, personnages privés qui n’ont aucun titre à le faire est cette autre antivaleur assimilable à la corruption et à l’impunité qu’on veut combattre…
    A chacun de commenter…

  16. C est opinion personnelle.Vous savez ce qui existe dans notre classe politique.Ilunga aura bien de difficultes pour concilier ses deux chefs,c est a dire le president Felix Tshisekedi et son autorite morale Joseph Kabila.C est sans doute que Ilunga vient travailler avec les injonctions de son autorité morale mais il ne peut oublier son chef hierarchique est Felix, c est a lui chosir le mieux,une cohabitaion conflictuelle ou non conflictuelle au sommet de l executif,equilibrer les deux parties je ne vois pas.Servir deux maitres a la fois est une situation difficile,tu vas obeir a l un ou a l autre au meme moment ? Wait and see.

    1. @Pascal Muanda,
      Non, le vieux renard n’aura aucune difficulté, je vous assure. Hippolyte Kanambe son autorité morale est aussi le chef de Felix. Tous les deux clowns seront contraints de se soumettre aux ordres du fils d’Adrien leur chef à eux tous.

Comments are closed.