« Fatshi » tiraillé entre « le peuple » et la Présidence de l’UA

Le président Felix Tshisekedi Tshilombo est devenu, samedi 6 février, président en exercice de l’Union africaine pour l’année 2021. Cette « fonction » protocolaire est de nature à assurer à son titulaire une visibilité au plan diplomatique. Elle pourrait néanmoins constituer un « réel danger ». Le risque est grand que le chef de l’Etat investi de cette charge « s’éloigne » de la politique intérieure par une activité accaparante à l’extérieur. Dans le cas du Congo-Kinshasa, la population attend, depuis deux ans, de percevoir les premiers « frémissements ». Les premiers signes d’un « léger mieux » tant au plan social que sécuritaire. Deux années après son investiture à la tête de l’Etat, « Fatshi » a reconnu que la coalition Fcc-Cach a constitué un « blocage ». Après la débâcle du « clan kabiliste », aucune explication ne pourrait empêcher la grogne sociale au bout de l’année en cours. « Kisalu me Banda » (Au boulot!), avait annoncé Felix Tshisekedi dans son discours de clôture des « consultations présidentielles ».

« Je savais que le chemin ne serait pas facile et j’avais prévenu que je n’ai pas de baguette magique et on ne peut pas tout régler en une année ». « C’est une mission, pas un plaisir. C’est même plutôt épuisant ». L’homme qui tient ce discours s’appelle Denis Sassou Nguesso. Le chef de l’Etat congolais d’en face faisait le bilan de sa Présidence de l’UA pour l’année 2006.  C’était au cours d’une interview accordée à l’hebdomadaire « Jeune Afrique » n°2407 du 25 février 2007.

Le président sud-africain Cyril Matamela Ramaphosa applaudit son successeur Felix Tshisekedi Tshilombo

Addis-Abeba. Samedi 6 février. La Pandémie de Covid-19 oblige, le 34ème sommet de l’Union Africaine s’est déroulé exceptionnellement par vidéo conférence. Le chef de l’Etat congolais et son homologue sud-africain étaient les seuls à faire le déplacement dans la capitale éthiopienne. Le Tchadien Moussa Faki Mahamat a été « plébiscité » Président de la Commission de l’Union Africaine pour les quatre prochaines années.

Parité oblige, le Président de la Commission de l’UA sera secondé par la Rwandaise Monique Sanzabaganwa. Ancienne vice-gouverneur de la Banque centrale du Rwanda, cette dernière a été élue commissaire chargée des questions administratives. Le Nigérian Bankole Adeoye, lui, va s’occuper des Affaires politiques, paix et sécurité. D’autres commissaires seront élus en juin prochain dont deux femmes.

Le nouveau Bureau de l’UA est composé comme suit: Président: Felix Tshisekedi Tshilombo (Congo-Kinshasa); 1er Vice-Président: Macky Sall (Sénégal); 2ème Vice-Président: Azali Assoumani (Comores); 3ème Vice-Président: Abdel Fatah Al-Sissi (Egypte); Rapporteur: Edgar Lungu (Zambie).

« FATSHI » PRESIDENT EN EXERCICE DE L’UA

C’est le Président de la Commission de l’UA qui a transmis au président Felix Tshisekedi Tshilombo le « pouvoir » en qualité de Président en exercice de l’Union Africaine pour l’année 2021.

Dans son « discours d’acceptation », le numéro un Congolais a rappelé qu’au moment où il accède à cette charge, le continent africain « est en proie à un défi majeur: celui de faire taire les armes ». C’est le cas, a-t-il cité, de la région sahélo-sahélienne, du Nord du Mozambique et des provinces congolaises du Kivu et de l’Ituri secoués par le terrorisme. Il a ajouté la République Centrafricaine où « la paix et la stabilité des institutions élues sont mises à rude épreuve dans les rebellions et des groupes armés ». On devrait ajouter d’autres zones de conflit: Libye, Soudan-Ethiopie, Sahara Occidental, Somalie.

Après l’aspect sécuritaire, le chef de l’Etat congolais a abordé le sujet du moment. A savoir la pandémie de Covid-19 « qui a pris au dépourvu toute l’humanité (…) ». Tout en relevant que l’Afrique a été « relativement moins touchée » que les autres parties du monde, il a exhorté les Etats du continent à ne pas « baisser les bras ». Et de ne pas perdre de vue « d’autres pathologies qui continuent de sévir au point d’être parfois de loin plus mortelles comme le paludisme et VIH/SIDA ».

« METTRE L’UA AU SERVICE DES PEUPLES AFRICAINS »

Pour Felix Tshisekedi, l’heure a sonné pour tirer les leçons de la pandémie de Covid-19. Pour lui, outre le renforcement du système de santé, les pays du continent devraient « investir davantage dans l’éducation et la recherche scientifique ». Il entend, durant son mandat, mettre l’Union africaine « au service des peuples africains ».

Revenons à l’allocution, présidentielle. Le Président de la République a déclaré, en liminaire, qu’il « mesure l’immensité de la tâche ». Il a bien raison. Certains de ses prédécesseurs ne disent pas autre chose. C’est le cas notamment du Brazzavillois Sassou Nguesso et de l’Egyptien Abdel Fatah Al Sissi. Les deux chefs d’Etat ont reconnu que la Présidence de l’Union Africaine est tout sauf une tâche de tout repos.

« Fatshi » prend cette fonction au moment où son pays fait face à une crise aux conséquences plutôt imprévisibles après la dislocation de la coalition Cach-Fcc. Certes, la mouvance kabiliste parait en déroute après le basculement de la majorité à l’Assemblée nationale et la démission du Premier ministre. Le Sénat est en passe de vivre le même phénomène que la chambre basse du Parlement. Les « Fatshistes » seraient mal inspirés de baisser la garde.

Le Président Félix Tshilombo Tshisekedi

« FATSHI » DEVRAIT REDONNER UN « BRIN DE SOURIRE » OU SE DEJUGER

Durant les semaines et mois à venir, le chef de l’Etat congolais pourrait être tiraillé par deux exigences quasi-antinomiques. A savoir d’une part, les intérêts de l’Union africaine et d’autre part, les attentes de la population congolaise à un mieux-être. Le Président en exercice de l’UA est appelé à effectuer de nombreux voyages aux quatre coins du continent. Aura-t-il assez de temps à consacrer aux « affaires domestiques »?

Depuis la nuit des temps, le Congo-Zaïre fonctionne selon le système jacobin où l’impulsion et la coordination doivent venir du sommet de l’appareil d’Etat.

En cette année charnière, le président Felix Tshisekedi – au risque de se déjuger – parait « condamné » à redonner un brin de sourire aux 80 millions de Congolais. Ce sera cette année ou jamais. Face au chaos qui règne au Front commun pour le Congo, Il est privé « d’alibis ».

Pour « limiter les dégâts », le chef de l’Etat devrait mettre un soin particulier dans le choix du prochain Premier ministre autant que dans la sélection des autres membres du gouvernement. L’idéal serait que le futur chef du gouvernement soit doté d’une expérience éprouvée en matière politique et administrative. Le cabinet présidentiel devrait être composé des « meilleurs » dans leur spécialité respective. Des hommes et femmes ayant la capacité de faire des propositions et donner des avis au premier magistrat du pays.

 

Baudouin Amba Wetshi

32 Commentaires on “« Fatshi » tiraillé entre « le peuple » et la Présidence de l’UA

  1. Bien sûr, la tâche ne sera pas facile, mais n’oublions pas que ce pays a été isolé pendant plus de 20 ans parce que l’homme venu d’ailleurs ne s’intéressait pas au rayonnement international de ce grand pays. Tshisekedi aura l’occasion en tant que Président de UA pour plaider la cause de son pays auprès des institutions tant financières que politiques internationales. Il est en effet vrai qu’il faut un gouvernement avec des ministres rompus et aguerris à la gestion pour le seconder dans ses tâches domestiques. Bref rien n’est impossible, il suffit de la détermination et de la volonté pour y arriver.

    1. L´UA AU SERVICE DES ETATS.. ET DES PEUPLES AFRICAINS?
      Elombe@ un peu de memoire
      1. INVASIONS DU CONGO
      Les congolais devraient se demander pourquoi nous sommes membres de l´UA.. Ce que notre pays est victime des guerres des invasions depuis plus de 20 ans !
      Sauf absence de memoire, les congolais ne vont pas retrouver dans les archives de l´UA une seule mention d´une rencontre des présidents africains qui auraient decidés de lancer un « embargo » ou de couper leurs relations diplomatiques, de lancer des sanctions économiques ou de declarer la guerre contre les deux principaux pays agresseurs du Congo que sont le Rwanda et l´Ouganda.
      Etrange posture d´une organisation continentale qui ne sent jamais « solidaire » de la souffrance des congolais.
      Ce que sans l´ONU,…et la SADC, le Kivu serait sous occupation rwandaise avec ses proxys du genre M23 !
      Savez-vous Elombe@ que les leaders du M23 sejounent librement dans un pays État membre de l´UA et aucune sanction de l´UA qui semble encourager ces genres de terrorisme ne le concernent?
      2. AU SERVICE DE..
      Felix prend la tête d´une organisation qui n´existe que comme « club des présidents » en ce moment de la crise du Covid où une organisation comme l´UE (Europe) finance la vaccination massive de sa population. Que propose Felix quand il entre en fonction et combien des millions la RDC peut-elle apporter comme financement pour encourager les autres pays membres de faire front commun face au Covid ?
      3. ISOLATION?
      La RDC semble être « isolée » .. ce que l´UA n´a jamais fait quelque chose de visible en sa faveur comme pays membres kie kie kie
      Elombe@ Vous voyez de la « détermination » de la part d´un président qui deplace 500 touristes avec lui au siège de l´UA quand tous les pays membres savent combien le budget de 5 milliards est minable et ne peut pas subvenir aux besoins des congolais?
      WAIT AND SEE
      Dans 6 mois seulement 6 mois, Elombe@ va revenir nous faire le bilan… ce que la guerre toute proche de nous en RCA va exiger une implication active du président de l´UA… sans oublier la Libye, le Mali.. et l´Est du Congo où Felix va obtenir des sanctions contre ces pays qui profitent de cette longue crise sécuritaire du Congo.

  2. L’inquiétude peut demeurer mais il faut relativiser cela. Le système que nous avons choisi par référendum confie la gestion quotidienne de l’état au premier ministre et son gouvernement au delà des prérogatives que peut avoir un chef d’état qui reste selon l’architecture institutionnelle l’arbitre suprême. Il suffit de choisir la bonne personne avec une équipe qu’il convient l’on peut espérer les lendemains assez encourageants. Et cette tâche est à la discrétion exclusive du chef d’état. Un mauvais choix de sa part, il en sera le seul responsable aux yeux des 80 millions de congolais.
    Cependant, il demeure des pesanteurs: l’incivisme, l’irresponsabilité, l’insouciance dans le chef des acteurs politiques pas que mais aussi dans le chef de nous autres populations congolaises qui ne sommes pas suffisamment exigeantes en matière de résultats à l’égard de ces gouvernants tant politiques, administratifs que militaires.
    Comment veut-on que les choses ne puissent changer quand les gouvernants ne se sentent pas redevables pour ceux pour qui ils sont censés agir à savoir la population ?

  3. Cher Amba Wetshi,
    Içi il est juste question d’ambition, de la volonté, de la maturité politique et de grand-esprit.
    Un poste comme « présidence UA » à un ambitieux comme Fatshi est un pari gagné d’avance. Le pays croupoussait sous l’obscurité diplomatique mais celui-ci dit non à ce statu quo, tout doit desormais changer. La kléptocratie n’a plus sa raison d’être le boulot commence.

    1. OBSCURITE DIPLOMATIQUE?
      Magloire@ Mister BAW connait l´obscurité diplomatique du Congo, ce que mister BAW connait la situation des diplomates congolais dans plusieurs pays de l´UE où les loyer ne sont pas payés, les diplomates ne recoivent pas des frais de fonctionement ni des salaires depuis plus de 5 mois !
      Que savez-vous de la situation des ambassades en Afrique.. au sein même des pays membres de l´UA?
      Que le « boulot » commence? Que Felix puisse reduire le nombre des conseillers qui touchent 15 000 dollars par mois pour pouvoir payer le loyer des ambassades? kie kie La diplomatie ce n´est pas un président qui voyage avec 500 touristes dans des avions de leasing!
      Wait and see á la fin du mandat pour faire le bilan « diplomatique »

      1. Cher Monsieur, que vous êtes manifestement agressif et inutilement moqueur envers M. Magloire ! Que proposez-vous aux Kongomani et particulièrement aux dirigeants pour améliorer les choses ? N’oublions jamais que les pessimistes regardent la Terre tourner, alors que les optimistes la font tourner. Si vous aimez ce pays, faites en sorte de vous trouver du bon côté.

  4. “« FATSHI » TIRAILLÉ ENTRE « LE PEUPLE » ET LA PRÉSIDENCE DE l’UA” ? TOUT À FAIT, IL NE LE SERAIT PAS, IL SE CONDUIRAIT EN IRRESPONSABLE. MAIS ENCORE ?
    # Ne nous compliquons peut-être pas le regard par des attentions trop personnelles, simplifions tout pour mieux voir ce qui se passe. Quoi donc ? Le président Tshisekedi est aujourd’hui président de l’UA non après une candidature et une élection qu’il aurait gagnée, non en raison des mérites propres ou ceux de son pays mais simplement parce que c’est le tour du Congo en Afrique centrale de présider l’organisation continentale. Et la situation au Congo est celle d’un changement récent compliquée à la tête du pays dont le président vient de rompre l’ancienne alliance au pouvoir qui lui privait les leviers de sa fonction et construit une nouvelle majorité. Voilà la situation !
    # En interne si le président Tshisekedi a eu beaucoup de chance de se débarrasser plutôt facilement de son ancien allié encombrant parce d’abord une majorité des Congolais est restée hostile à ‘JK’ coupable d’un bilan chaotique, nous devons néanmoins nous méfier du triomphalisme ambiant qui l’accompagne, construire l’Union sacrée dans une perspective de longue durée exige un chantier autrement ardu dans tous les domaines. Un programme socio-economico-politique réfléchi et audacieux et le respect de l’État de droit sont les garanties qu’il nous faut pour éviter de faire les mêmes erreurs que par le passé.
    # En Afrique, ce ne sont pas les chantiers qui manquent pour un Président de l’UA, Tshisekedi aura donc beaucoup de travail s’il veut y être efficace. Ses pairs de l’UA peuvent penser ceci ou cela, le plus important est qu’il leur sorte à terme un bilan visible au-delà de certaines de ses proclamations passées rapidement définitives pas toujours fidèles à la doxa africaine jusque-là, sur le Sahara occidental, sur la querelle autour du barrage de Nil, sur la défense des Palestiniens face à Israël… ou lorsqu’il donne l’image d’un homme versatile qui ne respecte pas toujours sa parole, ses engagements (Geneve, Nairobi…).
    Bref, j’ai lu quelque part que toutes les planètes semblent s’aligner pour Tshisekedi. Que dire sinon qu’il se trouve devant une double tâche qui lui demande beaucoup d’énergie. Osons espérer quil s’y attelera sans se ménager pour satisfaire son peuple et son continent.

    1. NONO
      « ou lorsqu’il donne l’image d’un homme versatile qui ne respecte pas toujours sa parole, ses engagements (Geneve, Nairobi…). »
      DIGRESSION INUTILE ! Félix ne donne pas pas cette image… mais ce sont des esprits obtus et malveillants (médisants) qui veulent prôner cette fausse image. Genève était une ARNAQUE. Il fallait un acte courageux pour le rejeter. Nairobi n’a jamais donné une garantie de protection à la justice pour des actes de détournement.

      1. ANARQUE?
        Kie kie kie et pourtant Felix se sent plus á l´aise avec Katumbi et Bemba dans cette union.. Ils sont plus fiables que Bahati et le gang FCC.
        Savez-vous combien Felix compte sur ces gens de Lamuka, qui vont l´aider á faire quelque chose de mieux pendant ces 3 ans ?

      2. Vous avez dit « arnaque à Genève mais diable par qui contre qui ?
        Kiekiekieee, moi j’avais plutôt entendu « envoûtement, base… », il avait même parlé « secte », où est-il maintenant ?
        Voilà ce qu’on nomme « inconstance, légèreté, ignorance… ». Vite qu’il apprenne, nous avons tous besoin d’un Président moins inconsistant…

  5. PS
    # On est sur la double charge qui incombe à notre Chef de l’État en devenant Président en exercice de l’UA pour 2021 et moi je voudrais bien renverser l’ordre des priorités : la question qui vaille toutes c’est de savoir si la présidence de l’UA apporte ainsi un plus à notre PR à sa charge essentielle de gérer le pays ? Je ne le crois pas à ce stade. Cette présidence de l’Union africaine vient à un moment où notre pays est en pleine reconstruction et elle est non seulement une fonction politique protocolaire superflue car le travail technique et administratif se fait à la Commission mais aussi elle n’en rajoute pas moins un calendrier plus occupé qu’utile.
    # La visibilité diplomatique qu’elle assure à son titulaire ne lui ajoute rien de plus au niveau de ses charges internes. Aujourd’hui les Congolais attendent de leur pouvoir qu’il commence au moins à satisfaire leurs besoins sur le plan socio-economique, sécuritaire et sanitaire ; je me trompe peut-être mais est-il que je ne vois pas les retombées positives en ces différents secteurs venant de la Présidence de l’UA ; juste peut-être qu’elle peut nous être utile en faisant que notre President puisse coordonner les actions sanitaires en notre faveur s’agissant de la pandémie à Coronavirus…

  6. Je ne vois vraiment pas en quoi le fait de diriger l’UA pourrait apporter un quelconque bénéfice pour le Congo.
    Ce machin, ce conglomérat des rois nègres regarde depuis deux décennies sans sourciller le Rwanda, l’Ouganda et accessoirement le Burundi PILLER les richesses naturelles du Congo en y semant la mort et la désolation.
    Qui connait un pays africain qui s’est développé grâce à une quelconque politique de développement instaurée et/ou financée par l’UA ?
    Le président du Congo doit s’occuper du Congo, en priorité. Et ce n’est pas le travail qui manque.

    1. UNE DIGRESSION OU UNE MISE AU POINT, C’EST SELON POUR « S’ATTAQUER » À CERTAINS D’ENTRE NOUS QUI DOUTENT ENCORE DE LA TUTELLE RWANDAISE SUR NOTRE PAYS ET SUBSIDAIREMENT POUR DEFENDRE NOTRE AMI JO BONGOS ET D’AUTRES QUI INSISTENT LÀ-DESSUS !
      # Vous ne me croirez ou pas, je viens de me réveiller avec une idée fixe : défendre Jo Bongos sur sa saine obsession d’insister sur l’occupation rwandaise. En effet soit pour défendre Tshisekedi devenu à leurs yeux seul dirigeant patriote, soit pour en ecarter des rivaux meme un Ngbanda ‘lointain’ qui a basé son diagnostic et sa stratégie sur l’occupation rwandaise certains pro-tshisekedistes et d’autres intervenants ici veulent ignorer exprès la réalité de la tutelle du Rwanda sur notre pays. Pourtant il y’a de réalités patentes qui hélas nous démontrent à visage decouvert son noyautage de nos institutions. Les connaisseurs le savent et les observateurs avisés l’ont découvert : depuis ‘JK’ leur cheval de Troie, il a été convenu qu’un de leurs représentants figure automatiquement dans les bureaux de l’Assemblé et du Sénat et à un haut niveau au Gouvernement. En passant Il n’est point question de représentativité pour justifier la présence d’un rwandophone à ses niveaux, des tribus ou ethnies plus peuplées du pays ne bénéficient pas de ce privilège. A voir la dernière composition du nouveau bureau de l’Assemblée, Tshisekedi n’a pas été capable ou conscient de cette intrusion bien planifiée.
      # – A l’Assemblée nationale, Sieur Boniface Balamage, député ‘mwanamulenge’ d’Idjui (et subsidiairement mentor délégué de Mme Mabunda, un jour ça se saura pourquoi) a été remplacé à la 2ème vice-présidence par Vital Banywesize , aussi élu de Kalehe.
      – Au Sénat, le représentant direct des Rwandais était Eric Rubuye, questeur. Élu à Kinshasa mais originaire du Sud Kivu, il était dernièrement en exil momentané à l’étranger pour menaces de mort semble-t-il dans un règlement de comptes entre anciens alliés qui lui reprochent un detournement de butin. Attendons demain par qui sera-t-il remplacé.
      – Au Gouvernement, c’était le bien connu de nous tous Ruberwa, ancien réfugié mwanyamulenge qui a gravi tous les échelons pour devenir l’un des vice-présidents chargé comme par hasard de la Défense du gouvernement 1+4 et là Vice-PM et ministre intouchable de la Décentralisation (mon oeil !). Par qui sera-t-il remplacé demain ? Par lui-même ou son ‘frère’ et nous aurons compris sur ce sujet où nous en sommes avec Tshisekedi.
      Voilà !

  7. Non Monsieur Amba Wetshi , le chef de l’Etat n’est pas tiraillé entre le peuple et la présidence de l’U.A. Dans un monde hyper-globalisé au travers de l’internalisation des affaires , on doit apprendre à se positionner stratégiquement de l’extérieur pour plus de visibilité locale. N’en déplaise à ceux qui aiment verser dans le pessimisme parce que n’ayant jamais compris depuis 2019 le sens des voyages du chef de l’Etat notamment en Angleterre où il déclara publiquement son objectif de déboulonnage de la Kabilie. Au fait , le pessimisme congolais c’est de l’optimisme en panne d’informations tacticiennes (stratégiques). Pourtant, cette fois , le président Felix Tshisekedi vient encore de frapper comme à son habitude en déclarant à Addis-Abeba que l’Afrique devrait cesser avec le crépitement des armes à l’intérieur de ses frontières. En interne, c’est l’Ambassadeur USA Harmer qui vient d’intimer l’ordre aux affairistes « immunitaires » congolais de détruire tous liens avec les groupes armés facteurs d’insécurité au Kivu. Les magistrats détiennent de nombreux dossiers en la matière. »Let’s wait and see what »

    1. # Kiekiekieeee😈😈😈
      Le Congo dispose de beaucoup d' »intellectuels » lucides capables d’une exigeante expertise sur la situation du pays, au pays comme dans la diaspora mais hélas il y’a aussi dans notre communauté beaucoup de ce que nous appelons depuis Mobitu, des « djalelolistes », doués en louanges envers les dirigeants. Ils ne trouvent que du bien dans ce que fait le ‘Guide’.
      # Notre President en serait conscient et le regrette. Il dit ceci : « Je ne comprends pas pourquoi des gens meurtris, affamés, frappés par le chômage et tous genres de calamité chantent à notre gloire alors qu’ils devraient nous exiger plus comme c’est le cas en Occident.» Lucidité passagère ou magnanimité de toujours ? Chacun répondra y compris notre ami Armand qui use de tout son savoir pour chanter les louanges à notre Chef de l’État.
      # Il paraît que Tshisekedi l’aurait dit en apprenant que Kabuya le SG ai de l’Udps avait commandé un accueil pompeux, chantant et dansant au retour du Chef comme à l’époque du Maréchal. Tshisekedi l’aurait alors decommande les manifestations.
      A bon entendeur…

      1. Cher Nono, voudriez-vous ne pas vous évertuer à massacrer le nom de notre deuxième président de la République , je cite Monsieur Mobutu et non Mobitu. (Comme vous l’écrivez irrespectueusement dans votre style alambiqué)
        Par ailleurs encourager, stimuler mieux croire en la vision d’un chef de l’Etat ne signifie nullement louange. Je m’en vais vous rappeler que je suis fonctionnaire (enseignant) de nationalité belge et n’attends aucune magnanimité de Monsieur le chef de l’Etat du Congo. Seulement , à la différence du Congo mon pays d’origine, le fonctionnaire belge d’un certain niveau prête serment au Roi. Ce serment de fidélité n’est nullement une louange au Roi. Ce serment relève de la culture royale belge . Quid de la culture congolaise? Quand un belge devient représentant au sein de l’union européenne par exemple, tous les belges le soutiennent. C’est tout le contraire du Congo où l’ennemi du congolais dans les organisations internationales voire africaines s’avère être le congolais lui même. La plupart des européens et africaines s’étonnent de ce déficit de soutien du congolais envers un autre congolais au sein d’organismes transnationaux. Pourtant , pendant plus de trente ans, le Congo n’y a pas été représenté au plus haut sommet stratégique . C’est notamment le cas de la BAD et UA. Pour la BAD par exemple, c’est le chef de l’Etat qui y a envoyé le professeur Matungulu.
        Franchement , vous venez d’étaler votre ignorance sur les enjeux de représentation d’un pays au sein d’organisations transnationales.

      2. NONO,
        encore une LECTURE BIAISÉE et IRRATIONNELLE. Vous écrivez :
        « il y’a aussi dans notre communauté beaucoup de ce que nous appelons depuis Mobitu, des « djalelolistes »… »
        1. « NOUS appelons » : qui est-ce ‘NOUS’ qui n’est pas lui-même partie du problème ? Beaucoup de ceux qui défendent Félix le font en RÉACTION aux insultes (à caractère tribal de fois), à la mauvaise foi, voire haine affichées par ceux qui prétendent composer l’immaculé « nous » de Nono. Déjà Nono est INCAPABLE de faire cette lecture globale parce que lui-même fait partie de ce ‘NOUS’ aveugle, inconscient, mais arrogant. Quand Félix avait retiré sa signature à Genève, c´est son ethnie qui était insultée au point d’indigner, de révolter ceux qui jusque-là étaient neutres. Avant les « djaleloistes » (dans le cas de Félix), il y a eu des haineux.
        2. Le « NOUS » bilobalobeur de NONO est d’un manque de sérieux intellectuel affligeant. Nono écrit sans gêne : « Félix le regrette. Il dit ceci… » NONO, d’où vient cette citation ? Tirée du discours de Félix ? L´irrationalité aidant, NONO ajoute : « Il paraît que Tshisekedi l’aurait dit en apprenant que Kabuya… » C´est avec les « il paraît que » que vous voulez être respecté ? De telles médisances, biloloba, légèretés… sont un sérieux problème dans « notre » communauté. Parler des djalelos, c´est montrer combien vous êtes inconscient, fanatique, aveugle, eh ben, irrationnel. Zéro sérieux intellectuel !
        3. Il n’ y a pas longtemps que Nono toute honte bue louait le travail ‘noble’ de Fabien Kusuanika qui subissait l’acharnement des fanatiques alors qu’il ne faisait que des critiques objectives. Pourtant, il n’est pas besoin d’un grand effort intellectuel pour constater que les prétendues critiques de Fabien sont fausses, voire teintées de mauvaise foi (pour ne pas en dire davantage). Quand ce dernier insinue que Félix aurait été boudé par ses collègues qui auraient séché la cérémonie de passation de pouvoir à l’UA, il montre combien il est un ‘problème’ autant que Nono lui-même (Même si ce dernier croit illusoirement que le fanatisme, c’ est ailleurs, loin de son nez ou doigt). Bref, tant qu’il y aura des insulteurs, médisants, BILOBALOBEURS, férus de « il paraît eee », voire haineux, il y aura des ‘djaleloistes’. Notre communauté a PLUSIEURS catégories d’individus à problème.

      3. @ Armand
        # Mobitu au lieu de Mobutu vous choque à ce point qu’on se demande à quoi vous a servi de l’avoir découvert tout de suite ? Vous devriez savoir ou alors pas, qu’écrire à partir un Android comme je le fais vous condamne à quelques erreurs de frappe. Une autre fois vous ne saviez même pas que le clavier anglais n’avait pas d’accent, cest dire. Mon style alambiqué, ah bon ?
        Passons, il y’a mieux à dire…
        # « Encourager, stimuler mieux croire en la vision d’un chef de l’Etat ne signifie nullement louange ». Moi aussi j’encourage, stimule et crois en la vision de notre Chef sans pour autant abandonner mon regard critique : voilà notre différence.
        ‘J’étalerais mon ignorance sur les enjeux de représentation d’un pays au sein d’organisations transnationales parce je n’aurais pas compris que l’ennemi du congolais dans les organisations internationales voire africaines s’avère être le congolais lui même’. Voulez-vous dire que Tshisekedi notre President n’est pas un citoyen Congolais et qu’il nous est salutaire de louer à tout prix le comportement et la gestion de tout Congolais dans les institutions internationales quoiqu’Il fasse. Kokamwa !
        # Ne nous egarons pas : mon propos est de dire que la présidence de l’UA pour notre Chef de l’État dont c’est le tour et non en raison de ses mérites personnels ne nous apportera que des bénéfices marginaux et lui sera en revanche d’un surcroît de charge à ce stade.
        Il est aussi d’affirmer que vos propos relèvent souvent des louanges gratuites, jamais d’une critique intelligente ; toujours à justifier ses faits et gestes.
        Il est enfin de dire que notre Tshisekedi a eu une bonne lucidité en dénonçant les djalelos de ces concitoyens…

      4. NONO
        en pleine manipulation :
        « Il est enfin de dire que notre Tshisekedi a eu une bonne lucidité en dénonçant les djalelos de ces concitoyens… » : Félix l’ a dit où ?

  8. Cette fonction importante assurera une visibilité au Président Fatshi et par ricochet à la RDC. Vous avez toutefois fait oeuvre utile en rappelant qu’il s’agit somme toute d’une fonction protocolaire. Il.n’y a pas une institution Président de l’Union, l’organe suprême de l’UA est la conférence des chefs d’Etat. Il y a une sorte d’hystérie qui s’est emparée des gens ici à Kinshasa et qui est entretenue par les thuriféraires du pouvoir… Surtout, n’oubliez pas que Fatshi a été élu pour faire le bonheur du peuple congolais. C’est bien sûr ce point précis que le peuple l’attend en 2023. Heureusement qu’il n’a pas cédé aux sirènes zélateurs de KABUYA qui comme toujours, voulait profiter de l’occasion pour se mettre lui même en vedette….

    1. Tshimanga@
      LE CONGO « VISIBLE »
      Cela doit faire peur á tous les congolais.. Les africains vont découvrir le chaos qui existe au Congo, pays vaste et riche en ressources naturelles dont le budget ne depasse pas 5 milliards de dollars.
      Oui, les africains vont découvrir comment les congolais sont incapables de sécuriser leur pays.. même quand ce pays peut obtenir toute l´expertise militaire de la planète en terme de technologies militaires, de logistique ou des équipements..
      Avec honte, les africains vont découvrir comment le budget si minable du Congo consacre plus de 70 % au fonctionement des « institutions » ce qui signifie que la classe politique s´accapare de 70 % du budget quand la population doit survivre avec 30 %.. seulement!
      Nous serons visibles et honteux certainement, un pays où on se lance dans le combat contre la corruption mais l´agence chargée de cette lutte tombe elle même dans une accusatin d´anarque kie kie
      Nous serons visibles quand les pays membres de l´UA se demandent pourquoi la RDC peut diriger l´UA quand ses diplomates vivent dans la misère la plus totale dans plusieurs pays en Afrique?

  9. Nos amis les Talibans doivent cesser de se leurrer en pensant qu’assumer la présidence de ce machin apportera du nouveau dans l’enfer rd-cien. Cette fournaise continuera à brûler ardemment tant que le Congolais ne comprendra pas que son salut ne viendra jamais d’ailleurs, surtout pas de cette espèce de repère d’ oiseaux impurs et carnassiers appelé Union Africaine.

    1. Pauvre Kum, vous créez un enfer et vous vous y installez vous même. Sortez de cet enfer de la haine, de l’injure facile et du tribalisme. C’est honteux en plein 21ème siècle. Par ailleurs, l’injure publique est un délit (proscrit) en droit pénal. Faites bien attention.

      1. @Armand,
        Et pourtant c’est là une vérité toute crue, malgré votre bonne foi et votre souhait de considérer autrement les choses.

    2. Ndeko Kum,
      # Hélas nos Talibans qui des années durant dans l’opposition n’ont cessé de dénoncer l’enfer créé par Mobutu puis par les ‘Kabila’ ont viré de bord à 180* dès que l’un des leurs a été nommé à la Présidence louant sans nuances ce qu’ils condamnaient hier.
      Le Congo n’est pas la propriété d’un parti ou d’une tribu, il nous appartient à tous. La médiocrité criminelle de notre classe politique est connue de tous.
      # Aujourd’hui notre vœu est que Tshisekedi ou un autre nous apporte enfin la paix, la stabilité et le confort socio-économique. Déboulonner l’ancien système de ‘JK’ ne doit pas se réduire à
      l’exclusion de ses hommes mais aussi et surtout de mettre véritablement fin à des pratiques de corruption, de détournements des fonds publics, bref de prédation, ayant caractérisé son régime. En sommes-nous là ?

    1. @Nono,
      Oui Ndeko, ça se voit bien maintenant qu’il s’agissait en fait du “Ôte-toi pour que moi je m’y mette”; rien de plus.
      Tout ce bla-bla de l’Etat de droit et autre “le peuple d’abord” n’était que de la vaste fumisterie de mauvais goût.

      1. KUM et NONO,
        de sièges de la caverne (ou du « mythe de la caverne ») sur lesquels vous êtes confortablement installés, vous essayez de vous consoler tant bien que mal dans le hors-sujet. Kiadi !

      2. Un autre son de cloche trouvé dans les réseaux sociaux. Les différents prophètes sur la situation politique en RDC depuis l’avènement du nouveau président et qui donnent leurs opinions ici dans le vénérable Congoindependant vont certainement ce retrouver dans ce qui suit.
        A- Les faux prophètes :
        1- Fayulu : Félix est un pantin, un placebo, une marionnette de kabila. Il ne fera même pas une année au pouvoir. Il sera destitué.
        2- Muzito : Nous allons déstabiliser le pays, aucun investisseur ne viendra et Félix va échouer.
        Félix n’obtiendra jamais la majorité parlementaire avec l’Union sacrée car Kabila est expert en débauchage et plus expérimenté que lui.
        3- Mwilanya : En signant l’accord Fcc – Cach, nous avons pris soin de mettre tous les garde-fous. Félix n’aura pas de marge de manoeuvre. Il est obligé de respecter cet accord, sinon il sait lui-même ce qui l’attend. La destitution.
        4- Shadary : – On ne va pas nous intimider. – Si on ose nous toucher nous allons paralyser le pays. – Bientôt nous irons en cohabitation. – Félix va échouer avec ses consultations et il va revenir vers nous pour négocier.
        5- Boshab : Nous sommes dans un régime primo ministériel où le premier ministre est inamovible et a beaucoup plus de pouvoir que le Président. Félix ne saura jamais faire partir Ilunkamba.
        6- J.M. Kassamba : La grande stratégie du Fcc c’est de perdre momentanément la présidence, gagner l’Assemblée nationale, le sénat, les assemblées provinciales, les gouvernorats de provonces, …. pour ensuite récupérer rapidement la présidence.
        B- Les vrais prophètes :
        1- J.M. Kabund : Le jour qu’ils vont me faire partir de la première vice-Présidence de l’Assemblée nationale le soleil va s’ arrêter et ils vont nager. – Il n’y aura ni cohabitation ni coalition. Toko tindika bango na opposition.
        2- Le pasteur ghanéen : Félix, Dieu m’a montré que c’est toi qui sera élu cinquième président de la Rdc. Tu rencontreras une grande adversité au début de ton mandat, mais après quelques temps, tu ne comprendras même pas toi-même comment tu gagneras la majorité.
        3- Félix Tshisekedi : – Je vais déboulonner le système dictatorial. – Tous ceux qui se livrent au jeu stupide de bloquer mes actions sont entrain de scier la branche sur laquelle ils sont assis. Ils vont déchanter. Ils iront en enfer et moi j’irai au purgatoire. – Les gens du fcc sont entrain de rever que Kabila reviendra au pouvoir. – D’ici là tout le monde comprendra que le chemin que j’ai choisi est le meilleur.
        4- Mike Hummer : Bientôt la tempête arrive.
        Tout simplement un autre son de cloche dans les réseaux sociaux

  10. Cher Procongo,
    Merci pour cette allégorie de Platon portant « mythe de la caverne ». Elle illustre mieux les illusions des frustrés des époques révolues , celles de Mobutu et Kabila.
    Félicitation. C’est franchement magistral.

  11. # Commençons par couper court à toutes ces tribulations défensives trop personnelles alors que nous parlons du pays : il y’a des thuriféraires de notre Président, même si ce n’est pas mon fonctionnement ce n’est point un péché mortel dans l’absolu, cela relève autant de la liberté d’opinions bien démocratique que d’un penchant courant chez les affidés politiques à adorer activement leurs idoles et à detester leurs adversaires, pas toujours helas pour des raisons avouables. Néanmoins cela n’en autorise pas les citoyens sensés et honnêtes de ne pas rester raisonnables et croire que Tshisekedi qu’ils mettent volontiers sur un piédestal n’aurait besoin pour sa fonction que de leurs louanges fanatiques et irréfléchies. Le défi de l’heure pour le president et le pays est de nous amener de la gouvernance arbitraire et criminelle du Fcc et du Fcc/Cach vers une gestion du pays experte et responsable. Tant mieux si c’est avec la fameuse Union sacrée et pour cela Tshisekedi a moins besoin des djalelos que plutôt de nos conseils avisés et de mériter notre confiance par ses actes !
    # Lorsque le 6 décembre Tshisekedi nous a annoncé la bonne nouvelle de la rupture d’avec son ancien allié il a en même temps pris l’engagement devant la Nation de diriger le pays enfinvlibre de toute tutelle et fait le pari de lutter contre la pauvreté galopante, la corruption et d’autres antivaleurs, à rétablir l’Etat de droit, à ramener la paix malmenée surtout à l’Est, à combattre toute forme de tribalisme, à éradiquer la gabegie pour une bonne gouvernance, etc, etc… Les Congolais meurtris par 18 ans de ‘JK’ chaotiques et lassés de l’immobilisme de ces deux ans de Tshisekedi y voient un engagement solennel et non un pari à la légère à combler rapidement leurs multiples attentes. Cela exige de sa part une gestion du pays plus réfléchie, responsable et efficiente pour atteindre son objectif, un veritable changement de gouvernance par rapport au passé. Ça devrait être le sens de l’Union sacrée, pas seulement un fourre-tout qui lui aura permis d’attirer un plus grand nombre d’élus et lui permettra de meilleurs lendemains pour 2023 ; une coalition qui sous son leadership doit ( devra) appliquer sa vision ambitieuse. Il est aujourd’hui seul maître à bord, il ne pourra imputer son éventuel échec à des boucs émissaires comme ce jour-là.
    # Maintenant que juristes, autres politiques opportunistes et thuriféraires inconditionnels passent leur temps à justifier ses faits et gestes sans oser la moindre critique constructive, c’est là un culte de la personnalité qui ne lui concoctera pas bilan à défendre et nous renvoie à un passé malheureux.
    Questions : quelle est la vision précise de notre Président, quel est son programme de gouvernement, quels sont les hommes nouveaux intègres et exigeants qui l’accompagneront, comment respectera-t-il (et fera-t-il respecter) l’État de droit, la lutte contre la corruption, l’impunité, le clientélisme, le népotisme, le tribalisme, la gabegie, la misère galopante de la population.., quelle architecture institutionnelle pour mieux administrer ce vaste pays choisit-il, etc, etc…?
    # Autant de questions essentielles pour un Chef de l’État et un PR, espérons qu’il y a réfléchi et a préparé les reponses… On voit, les défis sont immenses et nécessitent des réformes un peu partout, institutionnelles (deux tours pour le scrutin présidentiel, nationalité d’origine inviolable…), électorales ( lois et cadres qui empêchent l’instrumentalisation politique…), juridiques (une justice indépendante et non à deux vitesses…), diplomatiques (vigilance, réciprocité et respect de notre souveraineté), d’autres mesures socio-economiques, rétablir l’autorité de l’État partout et ainsi matérialiser les promesses faites aux Congolais. La vision du Chef doit être décortiquée et prouver la différence entre la gouvernance selon le Fcc et celle selon l’Union sacrée : où en sommes-nous ?

Comments are closed.