Felix Tshisekedi: « Je n’entends nullement m’accrocher au pouvoir »

C’est un Felix Tshisekedi Tshilombo muri, ou plutôt assagi, par le poids de la lourde fonction présidentielle qu’il assume depuis le 24 janvier 2019. Jeudi 1er octobre 2020, des journalistes de la diaspora congolaise de Belgique (Cheik Fita de l’Info en ligne des Congolais de Belgique, Maître Donat, Francis Kankonde et l’auteur de ces lignes) l’ont rencontré quelques minutes avant son départ vers l’aéroport Melsbroek où il devait prendre son avion de retour au pays. Il s’en est suivi un entretien à bâton rompu. Le rendez-vous prévu initialement le mercredi 30 septembre à 14 heures fut reporté le lendemain. Et ce de manière cavalière par un service du protocole nonchalant au point de laisser les visiteurs – Congolais comme étrangers – dans une incertitude totale. Personne n’ose imaginer les dégâts éventuels sur l’image du Président de la République. Jeudi 1er octobre, un nouveau rendez-vous est fixé à 9 heures. L’échange avec le premier magistrat du pays n’aura finalement lieu qu’au milieu de l’après-midi. Fort heureusement, ces contrariétés ont été vite oubliées par la chaleur de l’accueil. Chef de l’Etat, « Fatshi » est resté le même: humble, respectueux des autres et avenant. Plusieurs sujets ont été évoqués. A savoir notamment: l’objet de sa seconde visite en Belgique en l’espace de deux mois, la nomination d’Alexander De Croo au poste de Premier ministre belge, la situation générale du pays, le bilan de la coalition après dix-huit mois de « cohabitation », la promotion d’une justice indépendante. Sans omettre le cas de l’ambassadeur du Rwanda Vincent Karega.

« Je peux vous dire que je n’entends pas m’éterniser au pouvoir ». « Il est humainement épuisant d’accomplir deux mandats à la tête de l’Etat ». Deux phrases-choc prononcées jeudi 1er octobre à Bruxelles par le président Felix Tshisekedi Tshilombo. Tout au long de l’entretien, celui-ci n’a cessé de souligner le poids de la charge qui pèse sur ses épaules.

Le voyage à Bruxelles. Le 5 juillet dernier, « Fatshi » a séjourné à Bruxelles où il a passé quatre jours  dans le cadre d’une « visite privée » qui ne l’a pas empêché d’être reçu par des officiels belges. C’est le cas du roi Philippe et de Sophie Wilmès, alors Premier ministre. Deux mois après, le revoilà dans la capitale belge où il est arrivé le samedi 26 septembre.

Lecteur assidu de la Bible, ne redoute-t-il pas, d’aller à l’encontre de la sagesse contenue dans le livre de proverbes 25:11, selon laquelle il faut mettre « rarement le pied dans la maison de ton prochain. De peur qu’il ne soit rassasié de toi et qu’il te haïsse »? La réponse est tombée comme un couperet: « C’est vrai! Mais vous devez savoir que ce sont des visites privées. J’ai passé la moitié de ma vie en Belgique. Ce pays, c’est mon ‘autre Congo’. J’ai des attaches ici. Je reviendrai encore et encore… ».

Dans une interview accordée à TV5 Monde le 21 septembre 2019, Felix Tshisekedi – dont les enfants et certains membres de la fratrie sont titulaires de la nationalité belge – avait déclaré qu’il ne voudrait en aucun cas entretenir de « tension » avec la Belgique durant son mandat. « Je suis là pour dire aux Belges que leur place est au Congo ».

Au cours de ce dernier séjour, le chef de l’Etat a eu un entretien téléphonique avec le souverain belge avant d’être reçu par Sophie Wilmès, la Première ministre sortante. [Mme Wilmès est depuis jeudi 1er octobre 2020, chef de la diplomatie belge, Ndlr]. Il a été reçu également par Charles Michel, le président du Conseil européen.

 

 

Le Premier ministre belge Alexander De Croo (Source: Wikipedia)

Alexander De Croo, Premier ministre. C’est dans la capitale belge que le numéro un Congolais a appris la nomination du libéral flamand Alexander De Croo en qualité de chef du gouvernement belge. Il faut dire que « Papa Decroo » prénommé Herman est une vieille connaissance de la famille Tshisekedi. « Je l’ai toujours appelé Tonton Herman. C’est d’ailleurs lui qui m’a dit que mon ‘cousin’ était promu Premier ministre ». Pour « Felix », l’avènement d’Alexander De Croo à ce poste « est une excellente nouvelle » pour le Congo-Kinshasa.

Agé de 44 ans, ingénieur commercial formé aux Etats-Unis, « Alexander » appartient à cette nouvelle génération d’hommes politiques belges n’ayant aucun complexe vis-à-vis du passé colonial du Royaume. Défenseur des valeurs démocratiques autant que des droits humains, le nouveau « Premier » n’a jamais été un adepte de la langue de bois. Pour mémoire, il a fait partie des personnalités belges au centre des pressions exercées sur « Joseph Kabila », tant au plan bilatéral que de l’Union européenne. L’objectif était de contraindre ce dernier à respecter les délais constitutionnels des élections.

Lors d’un voyage à Kinshasa en février 2015, « Alexander », alors ministre de la Coopération, n’avait pas manqué d’ « embarrasser » Didier Reynders, le ministre des Affaires étrangères de l’époque, en déclarant ces mots: « Nous ne pouvons pas accepter le statu quo des dernières semaines en RDC. Nous ne pouvons pas accepter les arrestations aléatoires, le blocage d’Internet et des communications numériques, l’instrumentalisation de la justice, etc. »

Ces propos « incendiaires » dans le contexte belge de l’époque – où il était de bon aloi de caresser le despote « Kabila » dans le sens du poil -, firent bondir la journaliste Colette Braeckman, spécialiste ès questions congolaises devant l’Eternel. Dans un édito intitulé « Jeune ministre, vieux réflexes », paru dans « Le Soir » daté du 24 février 2015, « Mama Colette » a vu rouge en s’interrogeant sur « l’opportunité » de ce discours.

Comment va la coalition Cach-Fcc? Dix-huit mois après l’investiture de Felix Tshisekedi à la tête de l’Etat et la signature de la « déclaration solennelle » de la constitution d’une « coalition politique » entre le Cach (Cap pour le changement) et le Fcc (Front commun pour le Congo), il ne se passe pas une semaine sans que les réseaux sociaux publient un « avis de décès imminent » de ce « partenariat » que les bases respectives qualifient de « contre-nature ». Comment se porte la coalition? « Felix » n’a pas caché que celle-ci est passée « par des hauts et des bas ». Il se veut, néanmoins, rassurant. « Je veux que cette alternance réussisse ». Fatshi a reconnu que les deux parties, jadis antagonistes, ne peuvent pas cohabiter de manière parfaite. « Nous ne pouvons pas non plus passer le temps à nous embrasser sur la bouche ». Qu’en est-il du bilan à ce stade?

Pour lui, la satisfaction n’est pas encore au rendez-vous. Reste que les « objectifs immédiats » demeurent les mêmes. A savoir: le rétablissement de la paix à l’Est, l’amélioration de la qualité de vie de la population et la maîtrise du cadre macro-économique. Il s’est réjoui de l’institutionnalisation de la gratuité de l’enseignement. « C’est une réussite », a-t-il estimé. Il s’est réjoui également des avancées en matière d’exercice de droits et libertés arguant qu’ « il n’y a plus de prisonniers politiques au Congo ». Il a néanmoins admis qu’il y a encore des efforts à fournir pour éradiquer certaines mauvaises habitudes acquises par des agents de l’ordre.

A en croire Felix Tshisekedi, il y a d’autres batailles à mener au niveau des infrastructures. Il a épinglé: l’aéroport de Ndjili, le port en eau profonde de Banana, le pont route-rail à Maluku et le projet Inga III. Il n’a pas omis la réforme de la justice afin de rendre celle-ci « indépendante et crédible ». L’Agence de la lutte contre la corruption est également épinglée relevant, au passage, que la Covid-19 n’a pas peu contribué à handicaper l’élan pris.

Regain de tribalisme. Le chef de l’Etat a semblé suivre avec une vive préoccupation cette espèce d’éloge du tribalisme auquel on assiste. « Nous assistons à des combats de bas étage où des groupes d’individus s’opposent les uns contre les autres », dit-il en réaffirmant sa volonté de « rassembler » les Congolais. « Je ne peux pas le faire tout seul ». Il faudrait, selon lui, une « mobilisation nationale » pour combattre ce fléau par le « changement de mentalité ». Plus concrètement, l’homme est décidé à garantir l’exercice des droits et libertés et réhabiliter l’autorité de l’Etat. « Une autorité de l’Etat qui est absente à l’Est ». Conscient du fait que l’homme ne peut être vertueux qu’en ayant un minimum de bien-être, le chef de l’Etat s’est dit résolu de mobiliser les recettes afin d’assurer « la répartition de la richesse nationale de manière équitable ».

La part de responsabilité des Congolais. Jetant un regard critique sur le déclin socio-économique du pays, « Fatshi » qui suit avec attention le travail réalisé par les Inspecteur généraux des finances n’a pas trouvé des mots assez durs pour fustiger la part de responsabilité des filles et fils du pays. « La corruption est devenue une sorte de gangrène dans notre pays. Il en est de même de l’impunité ». Ajoutant: « Je n’avais aucune idée de l’ampleur du problème. Il va sans dire que je ne pourrai par terminer ce combat ».

Adoptant un ton réquisitorial, « Felix » d’asséner: « Le premier ennemi du Congo n’est autre que le Congolais lui-même ». Il poursuit: « Ce sont les Congolais qui détruisent leur pays ». Un bon point est décerné aux Forces armées de la RDC. « Je ne ménagerai aucun effort pour améliorer la situation des membres nos formes armées ». Pour lui, l’esprit de sacrifice dont font montre les concitoyens servant sous le drapeau – pour défendre l’intégrité du territoire national – prouve que les « vrais patriotes » se trouvent au sein de l’armée. « Le Congo a été détruit dans ses fondements. C’est pourquoi le pays n’attire plus que des prédateurs en lieu et place des Congolais eux-mêmes ».

Le dossier de deux juges à la Cour constitutionnel. Nommés présidents à la Cour de cassation en juillet dernier, les juges à la Cour constitutionnel Noël Kilomba et Jean Ubulu ont boudé la cérémonie de prestation de serment qui a eu lieu le 4 août devant le Président de la République. Les deux magistrats estiment qu’ils n’avaient pas achevé leur mandat dans cette juridiction pénale pour le Président de la République et le Premier ministre. Qu’en est-il de ce dossier près de trois mois après? « J’ai du mal à imaginer que des réformes opérées dans le secteur de la justice soient assimilées à un casus belli », dit-il. Et d’ajouter: « Le sort des deux juges est scellé dans la mesure où ils n’ont pas exercé leur recours dans les normes. En refusant d’accepter leurs nouveaux postes, ils ont mis leur carrière en berne ».

L’ambassadeur Vincent Karega

Diplomatie congolaise. A Bruxelles, le chef de l’Etat congolais a dû constater que la représentation diplomatique de son pays n’a plus de titulaire depuis près de trois ans. Le dernier ambassadeur, Dominique Kilufya, a été rappelé définitivement en 2017. Selon « Felix », de nouveaux ambassadeurs seront bientôt nommés. Celui qui sera affecté dans la capitale belge « est déjà connu ». Par ailleurs, la ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza, est occupée à réduire le nombre des postes diplomatiques. Le Congo-Kinshasa en compte à ce jour 61 missions. Le trésor public ne peut plus faire face à cette dépense.

Le cas de l’ambassadeur Vincent Karega. Nouvel ambassadeur du Rwanda à Kinshasa, Vincent Karega fait l’objet d’une sorte de « Fatwa » de la part des activistes des organisations citoyennes. Celles-ci l’accusent de « négationnisme » pour avoir nié les massacres commis par des troupes rwandaise notamment à Kasika, au Kivu. Qu’en pense le premier magistrat du pays? « Je ne crois pas qu’il faut procéder à l’expulsion de ce diplomate. Il ne sert à rien de créer un incident fâcheux. Nous avons mené des démarches au niveau diplomatique en demandant aux autorités de son pays de le recadrer ». « Nous voulons rétablir des relations amicales avec les neufs états qui nous entourent. Si Dieu le veut, je serai le Président en exercice de l’Union Afrique en 2021 », a-t-il souligné.

Affaire Chebeya & Bazana. A une question sur l’arrestation du major Christian Ngoy Kenga Kenga – suspecté d’avoir torturé à mort le regretté directeur exécutif de la Voix des Sans Voix, Floribert Chebeya et son collaborateur Fidèle Bazana -, le chef de l’Etat a insisté sur l’Etat de droit lequel renvoie, selon lui, à l’idée d’une justice indépendante. Pour lui, il appartient notamment aux familles des victimes de saisir les autorités judiciaires. Notons qu’un témoin important se trouve en Belgique. Il s’agit de l’officier de police Paul Mwilambwe.

Faut-il dissoudre la coalition Cach-Fcc? « Je ne veux pas de crise », a-t-il déclaré. Pour lui, ceux qui lancent ce genre d’hypothèses n’ont pas conscience des conséquences incalculables pour tout le monde. « Je veux que cette alternance réussisse. C’est une expérience sans précédent dans l’histoire de notre pays. Je tiens à ce que mon prédécesseur vive paisiblement. Il faut être tolérant. Demain, ce sera mon tour de devenir un ancien Président ».

Tout en se réjouissant de ses rencontres avec l’ex-Président « Kabila », Felix Tshisekedi a reconnu que celui-ci  n’est pas de nature expansif. Le dialogue permanent est nécessaire. Il continue de croire que le bilan de son action sera positif. Et de conclure: « D’ici 2023, la voie que j’ai tracé montrera à la population que c’était la bonne voie. Ceux qui se livrent au jeu stupide d’entraver mon action ne font que scier la branche sur laquelle ils sont assis. Nous irons au purgatoire pendant que, eux, iront en l’enfer ».

 

Baudouin Amba Wetshi

56 thoughts on “Felix Tshisekedi: « Je n’entends nullement m’accrocher au pouvoir »

  1. DE BONNES QUESTIONS MAIS AUSSI AVEC DES REPONSES CONCISES, CLAIRES ET ACCURATES DE LA PART DU CHEF DE L’ETAT.

      1. Chrysp45
        réfléchir, c´est voir les choses comme vous? Ba reflexes ya vieux Terminator ezo sala yo mabe. À quoi sert alors le forum de discussion ?

    1. Cette conference de presse aurait eu beaucoup plus d’importance si elle etait faite en Provinces que FATshi n’ose pas visiter, preferant le luxe de voyages inutiles en Occident, surtout en « sa Belgique-cherie ».
      Qu’apporte-t-il au Pays apres ce long sejour budgetivore en Europe?
      Entre temps, la RDC est a bord de Faillite, avec de reserves a la BCC se volatilisant dangereusement et la FMI y demandant de comptes et surtout de reformes (inclu, entre parentheses, le depart de Mutombo)

      1. Laurent Pilipili
        votre commentaire aurait eu un minimum de pertinence si vous maîtrisiez tous les enjeux du voyage du Chef de l´État. Du moment où votre prémisse est qu´il est venu « se la couler douce », obimi bilobalobeur.

  2. Face à le réalité du pouvoir, à la lourdeur de la charge et surtout à ses conséquences tant sur le plan mental que physique, les personnes réalistes et rationnelles finissent par se transformer. Le pouvoir n’est pas que dorures et lambris des palais nationaux, les protocoles organisés de façon mécanique, c’est de mon point de vue le rapport avec les autres. Lorsqu’on observe et qu’on juge le pouvoir de l’extérieur, les réponses et solutions sont plus qu’évidentes, on est dans:  » il n y a qu’à faire ci et faire ça  » . Le pouvoir corrompt, il avilît disait un homme d’Etat français. Je ne suis pas Tshisekediste mais j’apprécie la modestie, et le réalisme de l’homme qui ne roule pas de mécaniques. Être au pouvoir, c’est gérer les intérêts et ambitions des uns et autres avec au milieu, l’intérêt général. L’ennemi du Congo, c’est le congolais lui même. Nous congolais avons souvent une vision binaire ou manichéenne des choses. Mobutu avait l’habitude de dire: « celui qui n’est pas avec moi est contre moi « , il a été contredit par la réalité. Laurent Désiré Kabila a payé le prix fort en important des solutions non adaptées aux réalités du Congo. L’homme venu d’ailleurs est tombé dans le piège des courtisans qui lui ont fait croire qu’en homme providentiel, il pouvait tout se permettre. Il a laissé notre pays dans état dantesque. Ceux qui ambitionnent de présider aux destinées de cet immense espace qu’on appelle Congo doivent faire preuve de modestie. S’éterniser au pouvoir pour le pouvoir est une voie sans issue. En le disant, Tshisekedi fait preuve de réalisme et de sagesse. Les flatteurs et thuriféraires ne rendent service ni à lui ni au pays.

    1. @oeil du cyclone
      Si « l’ennemi du Congo est le Congolais lui-meme », epargnez vous Tshilombo que vous trouvez « sage », notamment en acceptant de « diriger » le Congo-Kinshasa en partenariat avec un occupant rwandais suite a un deal?

      1. C’est justement cela la racine du faux. Il ya pas d’occupant rwandais qui co dirige le Congo. Le négationnisme ne fait jamais bon ménage avec la paix. Renier aux dignes fils du pays la nationalité congolaise est dangereux pour notre avenir. Libérez votre esprit de la haine et vous verrez que vous n’êtes pas plus congolais que les autres.

      2. Chryso45,
        relisez au lieu de demander aux autres de relire. Oeil de cyclone a écrit : « En le disant, Tshisekedi fait preuve de RÉALISME et de SAGESSE. » Si vous n´aviez pas ignoré le mot réalisme, vous n´auriez pas balacé votre rengaine obsolète. Kabila a dirigé le Congo de 2001 à 2018. Triste réalité, réalité quand même. Libre à vous de ne pas l´admettre, mais ceux qui l´admettent et réfléchissent à partir de cela sont déjà plus sages que vous.

  3.  » Je peux vous dire que je n’entends pas m’eterniser au pouvoir ».  » Il est humainement epuisant d’accomplir deux mandats a la tete d’un Etat » C’est tout simplement le resultat du deal avec Kanambe! j’espere maintenant que les talibans ont compris. Aileurs, parlant de la corruption il dit :  » Je n’avais aucune idee de l’ampleur du probleme » Il vient d’etaler son impreparation, son amateurisme, accepter un poste dont on a pas des qualites intelectuelles ni morales pour l’exercer, Mauwa mingi. Quand nous disions que le monsieur ne connaissait pas la rdc, les talibans riaient sans doute. C’est bien de dire qu’il veut garder des bonnes relations avec son predecesseur, mais ou se trouve son Etat de droit quand il ignore ceux qui ont ete massacres par son meilleur ami Kanambe? ou se trouve la justice? En 2023 il faut qu’il degage le plus vite possible, les congolais ne meritent pas cela. La patrie ou la mort, nous vaincrons.

    1. @Raz
      Pourquoi attendre 2023 lorsqu’il y a fraude sur base d’un deal? Il faut se debarasser de lui et son partenaire dans l’immediat! La survie du Congo-Kinshasa en tant que nation n’est pas guaranted demain!

    2. Incantations
      Voulez-vous qu’il dise qu’il va s’éterniser au pouvoir enfin d’être traité de dictateur ? Restez focaliser sur JKK qui ne reviendra jamais en même temps Fatshi en vrai démocrate se prépare à son statut d’avenir car le pouvoir use.

    3. eRAZ
      electronic Raz
      – « C’est tout simplement le resultat du deal avec Kanambe » : Donc, il aurait été mieux qu´il prétendît s´éterniser au pouvoir ou vous produire un autre règne de 18 ans ? Euh, la mauvaise foi, la haine obscurcit la raison. D´où vos incohérences manifestes.
      – « Il vient d’etaler son impreparation » : Vous venez plutôt d´étaler votre bassesse. En tant que Chef de l´État, Félix a accès à des dossiers et renseignements qui vous dépasse. Avez-vous déjà disserté ? La phrase de Félix n´a rien à voir avec les qualités « intellectuelles et morales ». Oza na ba HORS-SUJETS graves !
      – « Quand nous disions que le monsieur ne connaissait pas la rdc.. » : Vous étaliez non seulement votre haine, mais aussi votre propre ignorance.
      – « mais ou se trouve son Etat de droit quand il ignore ceux qui ont ete massacres… » : Justement dans un État de droit, c´est le boulot de la Justice. Dans ce court et limpide texte de BAW (court, mais votre paresse intellectuelle vous fait rater tout finalement), Félix parle CLAIREMENT d´une Justice indépendante. Oza aveugle ?
      – « La patrie ou la mort, nous vaincrons » : Nous, wana, ba ignorants neti yo ? Vraiment !

      1. @ petit procongo
        « Verbal bullying » decrit mieux (en Anglais) ton style tres arrogant de d’attaques sur ce site. Ceci ne t’eleve pas…bien au contraire… !
        Comme « Bully-Donald Trump » l’a fait dans son debat catastrophique contre Joe Biden le 29 Septembre, tu exposes ici un faux complexe de « superiorite » cachant plutot une faiblesse intellectuelle latente….
        Mieux vaut pour toi de te contenter des miettes que tu ramasses en dessous de la table-a-manger de Fatshi et de boucler ta bouche trop pleine que de deconner en t’en prennant aux compatriotes sur ce site

      2. Petit Bunduki
        il n´y a pas meilleure illustration de « verbal bullying » que ton piètre post. Et ta conclusion (« en t’en prennant aux compatriotes sur ce site ») montre combien ta confusion a de solides racines en toi au point que tu ne sais justifier ta présence dans un forum.

  4. Un entretien visiblement orienté, avec certains journalistes acquis à la cause de FATSHI. Des questions qui fâchent son escamotées: Rapport Mapping, cession de Minembwe aux immigrés rwandais, présence des troupes zambiennes au Congo…. Un ambassadeur comme Karega, on l’expulse. On demande pas l’avis de son pays. Plus d’une cinquantaine des congolaises ont été victimes des viols et d’agressions sexuelles de la part des agents des ongs et l’OMS. L’Etat de droit, la République des juges est resté muet comme une tombe.
    Les talibans radicalisés devaient comprendre une chose. Dieu n’aime ceux qui veulent prendre sa place. Au bout, il leur montre qu’ils ne sont rien. C’est lui seul qui est Dieu.
    Les dirigeants de l’UDPS ont voulu prendre la place de Dieu. Du moins ils ont cru et ont fait croire à leurs partisans qu’ils étaient investis d’une mission divine: introduire le peuple congolais au paradis. Mais deux ans après l’accession de l’UDPS au pouvoir, le Congo est au bord de l’enfer.
    Le meilleur service que Félix rendra au peuple en 2023, c’est renoncer à un second mandat; comme l’avait fait François Hollande en 2017. Il fait perdre le temps au Congo. Pendant ses 5 ans, le pays est paralysé. Rien ne va.

    1. @Kolomabele
      Onyati !
      Clairement, son seul projet politique c’est de devenir  » ancien président  ». C’est petit.

      1. Des commentaires remplis de haine et de jalousie… Jo Bongos, mulevi plus que toi,L’homme est mort! Cela fait de vingt ans que vous défilez sur ce site après celui de kabila doit partir! ça ne vous gène pas d’écrire les mêmes histoires? Fatshi est Président de notre RDC,il sera désormais lu qu’il y avait un certain Félix Tshisekedi à la tête de la RDC,mais toi,mawa.Tu resteras accroché à Ma Ngoya, mbongo ya bana,le social ce,jusqu’à ton viellissement et ton coeur en souffrira pour longtemps. Soki pe okebi te,un jour paf,AVC … Mikolo nzoba.

    2. Kolomabele,
      – « Un entretien visiblement orienté, avec certains journalistes acquis à la cause de FATSHI » : acquis à sa cause te, mais qui ne répètent pas vos antiennes. En plus, ce n´est pas l´absence de certains sujets qui fait d´un tel échange un « entretien orienté ». Vous n´êtes pas l´incarnation de la raison, de l´objectivité. Sortez de vos sales évidences.
      – Un ambassadeur comme Karega, on l’expulse. »: C´est votre avis (et non un dogme). Félix pense le contraire. Et alors?
      – « On demande pas l’avis de son pays » : C´est dit où ? Vous avez lu un autre entretien, pas celui rapporté par BAW.
      – « L’Etat de droit, la République des juges est resté muet » : Avez-vous mené une action ? Constitué et déposé un dossier ?
      – « Les talibans radicalisés devaient comprendre une chose » : Et que doit comprendre un idiot radicalisé ?
      – « Dieu n’aime ceux qui veulent prendre sa place. Au bout, il leur montre qu’ils ne sont rien. C’est lui seul qui est Dieu » : Espérons que Dieu vous montrera très vite que vous, qui prétendez parler à sa place, n´êtes rien.
      – « le Congo est au bord de l’enfer » : Si vous êtes l´enfer, on ne dira pas, non.
      – « Le meilleur service que Félix rendra au peuple en 2023, c’est renoncer à un second mandat » : Pendant ce temps, vous êtes terré dans les réseaux à brailler comme des malades. Le meilleur service que vous rendrez au Congo, pas en 2023, mais illico, c´est de vius faire soigner et après d´aller vous battre comme de grands garçon responsables. Les frites du PETIT BONGOS n´aident pas.

  5. @ Chryso45
    Vous avez parfaitement raison. qu’il reste dans son autre Congo comme il s’est aussi enrichi sans nul doute. Quel miracle va-il operer d’ici 2023? Toza na libabe ya solo. Son predecesseur ne connait que la Tanzanie et lui, la Belgique. Nayoki soni.

  6. Felix Tshilombo Tshifueba n’entend nullement s’accrocher au pouvoir, ah oui?
    Bien sûr qu’il faut qu’il le rende au plus vite aux Rwandais qui le lui ont parcimonieusement cédé juste pour un petit temps.
    Raison pour laquelle il ne peut oser lever son petit doigt pour parler en mal du criminel de l’ambassadeur rwandais en poste à Kinshasa ni même oser parler courageusement du rapport Mapping comme le fait le Dr. Dénis Mukwege.

    1. eKUM
      electronic Kum
      ah bon, vous lui demandez de PARLER (comme vous aimez le faire) ! Jeune homme, allez AGIR. Votre défoulement dans les réseaux sociaux a trop duré.

    2. @KUM
      Oniati! Vous Vous rendez compte: Dr Denis Mukwege, le seul Congolais a avoir le prestigieux prix nobel de la paix! Il aurait ete la cause d’une celebration au niveau national dans un autre pays. J’oublie que Tshilombo n’a pas eu l’autorisation de l’imposteur rwandais qui l’a nomme « president de la Republique » sans lui ceder l’imperium!

  7. UN TSHISEKEDI TOUJOURS AVENANT, HUMBLE ET REMPLI DE BONS SENTIMENTS, C’EST DÉJÀ ÇA MAIS À LIRE CERTAINES DE SES RÉPONSES SUR LES DIVERS SUJETS BRÛLANTS OU D’AVENIR, JE L’AI TROUVÉ PAS TOUJOURS SUFFISAMMENT CRITIQUE SUR LUI-MÊME ET TROP OPTIMISTE AU RISQUE D’UNE CERTAINE LÉGÈRETÉ. ME TROMPÉ-JE, JE L’ESPÈRE !!!
    # Je me demande aussi si les journalistes présents n’ont pas été trop acquis à sa personne plutôt qu’aux exigences de sa charge. Cela étant beaucoup de sujets ont été abordés heureusement !
    – Son insistance sur le poids de la charge qui ne le fera pas eterniser au pouvoir m’a paru surfait voire inutile et par ailleurs ambigu : personne ne le lui demande, la Constitution veille déjà à ce risque, deux mandats pas plus, veut-il dire qu’il ne se représentera pas en 2023 ?
    – Ailleurs répéter à satiété ses liens personnels avec la Belgique risque de ramener les liens étatiques à une charge imposée plutôt qu’à une obligation utile due à ses fonctions.
    – De même je ne vois pas comment rappeler la part de responsabilité des Congolais dans nos anti-valeurs endémiques comme la corruption, l’mpunité… nous avance dans leur lutte ; où est sa propre part là-dedans ? On attend des mesures efficaces pour les combattre plutôt que des professions de foi sur
    le pays qui « n’attirerait plus que des prédateurs en lieu et place des Congolais eux-mêmes ». Où en est-on lorsque l’on voit qu’à part le cas Kamerhe beaucoup d’autres présumés coupables dans son entourage et surtout chez les caciques kabilistes et les proches de ‘JK’ ne sont pas inquiétés. Mais c’est vrai rendons quand même justice à Tshisekedi : il a fait des efforts pour une Justice indépendante partout en permettant à l’IGF et à la Police Judiciaire d’ouvrir des fronts.
    # – Quant à nos relations avec le Rwanda et le cas de son ambassadeur, je crains que ce soit une fuite en avant que d’éviter des ‘incidents fâcheux’ et de rechercher « des relations amicales avec les neufs états qui nous entourent », a-t-il en effet oublié que les relations entre États obéissent d’abord à la recherche des intérêts. Pas trop de naïveté à croire que le Rwanda agit pour les intérêts du Congo comme on a vu dans les menaces de mort souterraines d’un Kabarebe contre Mukwege. Attendons de voir comment vont réagir les Rwandais dans la possible résurrection du Mapping de l’Onu qui s’annonce.
    -Tshisekedi ne veut pas non plus dissoudre la coalition Cach-Fcc parce qü’il « ne veut pas de crise » mais croit-il que ce partenariat conflictuel ne vaut pas une crise pour une gestion plus efficace du pays ?Osons espérer qu’il n’en pense pas moins dans le fond et que son empêchement tient davantage aux relations affectives qu’il a tissees avec ‘JK’ dans leurs régulières rencontres à Kingakati et à Nsele, au ‘deal’ qu’il accepte
    d’assumer et a ses manières bonhommes ? Cela l’empêcherait d’en dire plus en public. Un ‘dialogue permanent avec JK’ est la bonne voie, dit Tshisekedi qui ne se prive pas de qualifier le jeu de ceux qui l’en empêchent de « stupide ». Si c’était plutôt lui qui refuse une stratégie plus courageuse d’affronter une rupture brusque qui risque de ne pas éviter un clash non préparé tellement les divergences sur plus d’un point existent entre faux partenaires.
    #:Et en attendant que lui accède au purgatoire et ses adversaires en enfer, il y’a encore un paradis accessible aux meilleurs qui n’ont pas hésité à braver les risques de la vie kiekiekieeee…Et tant qu’on y est, pourquoi ne pas espérer que le poids de la charge qu’il revendique en preambule ne le mûrirait pas jusqu’à lui faire changer d’avis sur ce sujet ? Attendons voir…
    Voilà en vrac mes réactions où je veux trouver les motifs d’espoir malgré les nombreux impairs…

  8. PS
    Deux manques importants dans le tour des questions posées à Tshisekedi :
    – la gestion exhaustive des relations avec le Rwanda en ce qui concerne leurs menaces de mort contre Dr Mukwege, leurs avis précis sur la mise sur le devant de la scène du Rapport Mapping et ce que pense lui-même Tshisekedi, le Chef de l’État du Congo sur cette actualité…
    – ce qu’il se passe à Minembwe : après l’échec de son prédécesseur à faire une faveur aux fameux ‘banyamulengë’ en créant une commune à Minembwe, c’est notre propre fils du pays qui le permet, soit-disant pour y apporter enfin la paix mais a-t-il tenu compte des avis des autochtones, croit-il que c’est en imposant ainsi d’autorité cette commune aux banyarwanda sans concertation qu’on y obtiendra une paix durable ?

    1. NONO,
      – des journalistes trop acquis : MENTION INUTILE, car vous admettez que beaucoup de sujets ont été abordés. Vous vouliez que Félix échange avec ceux vont se déclarer « ses coachs » après ? Vous cachez mal votre subjectivité.
      – « je ne vois pas comment rappeler la part de responsabilité des Congolais dans nos anti-valeurs endémiques comme la corruption, l’mpunité… » nous avance dans leur lutte » : Si vous ne voyez pas, alors, vous êtes AVEUGLE et MALHONNÊTE.
      – « où est sa propre part là-dedans ? » : C´est cela que vous aimez tant. Là, vos yeux redeviennent ‘opérationnels’.
      – « On attend des mesures efficaces pour les combattre plutôt que des professions de foi… » : Si re-activer les inspecteurs que Muzito et al. avaient écartés pour bien voler ne fait pas partie de mesures efficaces, alors vous êtes à plaindre. Ou avez-vous vu une profession de foi dans cet entretien ? Votre mauvaise foi vous rend ridicule ; c´était déjà le cas avec les nominations dans l´armée et la Justice. Vous avez à l´unisson avec le FCC critiqué. Après, vous venez tout éhonté demander le bilan, chercher des résultats… Kiekiekiekie ! Vous êtes incohérent, car vous parlez de profession de foi tout en disant : « il a fait des efforts pour une Justice indépendante partout en permettant à l’IGF et à la Police Judiciaire d’ouvrir des fronts. »
      – « beaucoup d’autres … ne sont pas inquiétés » : Déjà vous ne voyez pas ceux qui ont été par la Justice inquiétés. Pour le reste, Félix est clair que c´est un processus. LISEZ LE TEXTE au lieu de trop vous fier à vos imaginations.
      – « Pas trop de naïveté à croire que le Rwanda agit pour les intérêts du Congo… » : Vous avez des yeux pour aussi lire dans le texte : « Si Dieu le veut, je serai le Président en exercice de l’Union Afrique en 2021 ». Félix n´est certes pas infaillible, mais il n´est ni bête ni naïf. En plus, il est mieux renseigné que Nono.
      – « une stratégie plus courageuse d’affronter une rupture brusque » : Courage ET sagesse doivent conseiller. Et non uniquement courage. Encore une fois. Félix est mieux renseigné que Nono ‘le courageux’.
      – « Et en attendant que lui accède au purgatoire… » : Encore une MÉSINTERPRÉTATION, une FALSIFICATION à la Nono : Tirer un texte (Une phrase) de son contexte pour en faire un prétexte de ses biloloba. Et pourtant le contexte (et les destinataires) de la phrase de Félix est très clair. Bon, quand des intellectuels renoncent à la rigueur, ça donne ça.
      (Minembwe vous intéresse, mais Muzito ne vous pas toujours fait le compte rendu de sa visite/rencontre avec les éleveurs tutsi et leurs vaches à Kwilu.)

  9. Mais que fait il a Bruxelles tandis que son « peuple abord » l’attendait impatiemment a Kabeya Kamwanga pour y resoudre leurs miseres…
    Et ce apres de vides promesses en cascades depuis debut 2019.

    1. Donc, je peux en conclure que nous ne sommes pas universitaires dans notre pays. Les soi-disant universitaires sont un groupe d’individus que nous appelons copier-coller. Un autre exemple à l’appui de ma déclaration concerne le fou Francis Kalombo que l’on appelle aujourd’hui honorable. Ont-ils tous oublié qu’il avait payé pour obtenir son diplôme? pourquoi avons-nous une courte mémoire?
      Je suis heureux d’avoir eu l’opportunité de poursuivre mes études de premier cycle et de troisième cycle à l’étranger. Je suis compté parmi les malanda ngmbes et les imbéciles.

  10. chers frères
    C’est avec le cœur brisé que je ne comprends pas pourquoi on parle toujours du Fatshi vs Kanambe. Nous pensions maintenant qu’il était clair pour tous qu’ils travaillaient pour l’objectif commun. Cependant, en ce qui concerne le soi-disant entretien avec les journalistes, cela a été pré-arrangé avec lui en termes de questions et réponses. Par conséquent, il pouvait confortablement y répondre en conséquence.
    Avons-nous tous oublié qu’il prétendait frauduleusement détenir une qualification qu’il n’avait pas. Donc. comment voulez-vous qu’un tel individu ait une feuille de route à la fois constructive et stratégique pour le pays? Ce qui nous a le plus attristé, c’est que nous avons les soi-disant professeurs tels que Mbata et d’autres qui sont des malanda ngombes d’individus sans instruction pour leurs propres bénéfices. Ces universitaires auraient d’excellents moteurs pour réveiller notre peuple contre Fatshi et Kanambe.
    1. Avons-nous tous oublié maintenant que Kanambe est originaire du Rwanda?
    2. Avons-nous tous oublié qu’un parti politique ne peut en aucun cas remporter le siège présidentiel, mais ne peut gagner dans aucun autre domaine des votes.
    3. Fatsi ne sait-il pas que Kanambe est du Rwanda?
    Sur la base des trois questions ci-dessus, si notre peuple, les politiciens et les soi-disant universitaires avaient conscience que nous n’aurions pas ces deux personnes, y compris leur environnement aujourd’hui dans notre pays.

    1. Kabongo Mbuyi,
      hors-sujets, bilobela, un paquet ya ba balivernes.
      Vous avez étudié à l´étranger, c´est bien. Allez maintenant AGIR au Congo.

      1. @ petit procongo,
        Encore une fois, mieux vaut pour toi de te contenter des miettes que tu ramasses en dessous de la table-a-manger de Fatshi et de boucler ta bouche trop pleine que de deconner en t’en prennant aux compatriotes qui ont droit a leur libre opinion sur ce site. Qu’en donc deplaise aux parasites fatshistes…

    2. @Kabongo Mbuyi,
      Merci, cher compatriote, pour avoir compris qu’il faut défendre la mère -patrie et non un individu, fût-il Kasaïen. Je suis aussi du Kasai et je pense que Tshilombo Tshifueba représente un grand opprobre pour nous autres ressortissants de ce coin, n’en déplaise aux Talibans et autres adeptes de la nullité.

  11. A lire ce reportage, je ne peux que constater tres regrettablement l’ echec d’une interview qui expose la naivete, sinon la complicite implicite, de ces trois journalistes qui ont vraisemblablement ete manipules (je voudrais dire « used ») pour une « campagne » ou « PR »(Public Relations ou Relations Publiques) initiee par Tshilombo et dont le choix de ce trio de la presse pouvait lui assurer le controle de toute l’interview. Ce trio semble donc s’etre retrouve devant un leader d’une chorale! Y a-t-il eu avant ou apres une interview Off-the record? Tshena mu mania to!
    Incidemment, un sujet comme « corruption » – surtout que ces 3 journalistes se retrouvaient en face de celui qui est cense etre le « magistrat supreme » – n’aurait-il pas suscite la question de savoir ou est Vital Kamerhe qui, curieusement, demeure « Directeur du bureau du « president de la Republique » ou son proche collaborateur (operant a partir de sa cellule ou il est devenu introuvable) malgre sa condamnation a 20 ans? » Ou alors, celle de savoir ou est le directeur ou ancien directeur de la Rawbank, Thierry Taeymans libere sous caution de $30 millions et qui a disparu au moment ou toutes les frontieres etaient fermees en plein Coronavirus pandemic? Et tous ces conseillers a la « presidence de la Republique » (une vigntaine) qui sont morts mysterieusement en quelques semaines et pour lesquels le « president de la Republique » n’a pipe mot? Quant a la « Securite » ou « tribalisme », notamment a l’Est, et plus particulierement Minembwe qui a ete declaree en toute illegalite « commune urbaine » et ce, tres curieusement, avec non seulement la presence du ministre de la Defense, Aime Ngoy Mukena, mais aussi celle de l’ambassadeur des USA, ces 3 journalistes se sont gardes de soulever cette question pourtant preoccupante!
    « Tala ku tseki, tala ku mamba! »

    1. Chryso45,
      – « … la complicite implicite, de ces trois journalistes » : Est-ce la paresse qui vous a empêché de LIRE qu´il y avait 4 journalistes. BAW est pourtant très explicite dès la 2e phrase de son texte.
      – « la question de savoir ou est Vital Kamerhe » : Et c´est une telle question qui aurait rendu ces journalistes sérieux ? Ne pas la poser fait d´eux des complices. Quel raisonnement bas ! Vous avez oublié la question sur le nombre de pantalons avec lesquels le Chef de l´État a fait ce voyage.

      1. @Procongo
        Vous me reprochez la « paresse » pour avoir compte 3 au lieu de 4 journalistes, alors qu’il s’agit d’une erreur qui ne change rien dans le fond. Ridicule! Soit!
        Je ne suis pas responsable de ce que vous comprenez lorsque je fais allusion a une « complicite implicite ». Prenez la peine de bien lire ce que j’ai ecrit. Y a-t-il le mot « complices » dans mon observation? Voyez vous la nuance?

      2. @Procongo
        Vous ecrivez « Et c’est une telle question qui aurait rendu ces journalistes serieux? ». Ai-je utilise le vocabulaire ou adjectif « serieux » quelque part dans mon observation?
        Pendant qu’on y est, permettez moi de vous posez la question suivante: lorsque Tshilombo declare que « Je peux vous dire que je n’entends pas m’éterniser au pouvoir », et d’ajouter « Il est humainement épuisant d’accomplir deux mandats à la tête de l’Etat », mais que, tres curieusement, ces 4 journalistes le laissent echapper avec une telle declaration, est-ce par rapport au « realisme » – comme vous et Oeil du Cyclone le pretendez – et non par rapport a la naivete ou complicite implicite de la part de ces leaders de la presse de la diaspora que je constate? Que pigez-vous alors de cette declaration de Tshilombo? N’est-elle pas revelatrice?
        Voila les questions qui m’interessent. J’aime la comedie. Mais les « pantalons » du « chef de l’etat » dont vous faites allusion dans un humour de tres mauvais gout ne m’interessent pas du tout!
        Salut!

  12. « … un service du protocole nonchalant au point de laisser les visiteurs … dans une incertitude totale… » :
    (C´est bien, BAW, de le rapporter) Un problème non résolu . Comme celui de la communication.

    1. Monsieur Procongo
      Je ne sais pas pourquoi vous semblez être agité par ceux qui ont des opinions différentes des vôtres. Vous vous êtes abaissé en ce qui concerne mon éducation. Cela a prouvé une fois de plus que ma déclaration précédente était correcte, le fait qu’il n’y a pas d’universitaires au Congo. Je ne sais pas si votre agitation tient au fait que vous faites également partie de ceux qui prétendaient avoir étudié au Congo. Juste une dernière pensée pour vous éduquer, j’ai personnellement vu ici quelques personnes du Congo avec des diplômes universitaires, mais elles manquent à la fois de capacités, de compétences et d’intelligence, par conséquent elles ont du mal à trouver un emploi professionnel.

      1. Kabongo Mbuyi, soi-disant « étudiant à l´étranger »,
        N´y avait-il pas de cours de LOGIQUE dans votre cursus ?
        1. Réfuter vos propos n´est pas de l´agitation.
        2. Vous ajoutez sans soni :
        « Cela a prouvé une fois de plus que ma déclaration précédente était correcte » : Depuis quand s´établit la JUSTESSE d´une assertion de cette manière ?
        3. La suite de votre post ne m´intéresse pas, car HORS-SUJET.

  13. @procongo
    Aviez vous compris le sens et contexte du mot « realisme » utilise par oeil du cyclone et pour lequel vous me reprochez d’avoir « ignore »? Si oui, lesquels? Pour vous aider dans la reflexion, je vous pose la question suivante: est-ce par rapport a son intention de ne pas « s’accrocher au pouvoir « ?

  14. Prokagame mutu ya liboma oyo aliaka na fulu. Olembi trop yo na,ndeko na yo safu. Bobinaki makasi na Minembwe. Ta naissance avait eu lieu avant la creation de la honte et de la mediocrite. Les congolais vont se debaresser de vous comme des poux ba kala mingi te, bokolela na minoko ya mboka.

    1. eRAZ
      electronic RAZ
      victime des confusions dont tu détiens le secret, tu arrives à oublier que SAFU, c´est ton partenaire dans LAMUKA. Kiekiekiekiekie !

  15. Comme jadis Lambert Mende, ProCongo n’est qu’un de ces « perroquets professionels » a la solde de…. Bref, un tonneau-vide.

    1. Norbert
      perroquet professionnel ou tonneau vide (Gentil que je suis, nalongoleli yo trait d´union entre tonneau et vide!), il faut choisir !

  16. Chers compatriotes, nous avons suivi avec intérêt l’interview du Président. En lisant entre les lignes, monsieur Félix Tshisekedi prône l’unité et la tolérance des Congolais. Nous appelons à une collaboration fructueuse entre Félix Tshisekedi et l’ancien Président Joseph Kabila tout en tenant compte des opinions divergentes des opérateurs politiques de la place.
    Pour l’Amour de la RDC.

  17. Félix attention, je vous renvoie vers ce proverbe : on ne dit pas fontaine, je ne boirai jamais de ton eau! Si demain vous arrivez à transformer la RDC par votre action est que le peuple a besoin de vous pour la poursuivre, pourquoi ne pas répondre à l’appel du peuple? Surtout que s’il n’ ya personne en face pour relever le défi. Les congolais ont beaucoup souffert, ils peuvent avoir besoin de vous pour plusieurs mandats qui ne seront jamais de trop.

  18. eKUM
    electronic Kum
    Un sérieux problème de logique. Tes prémisses ridicules sont :
    – critiquer, injurier Félix, c´est défendre la mère-patrie
    – critiquer vos critiques, rejeter vos injures, vous demander de bien argumenter, voire d´argumenter même, c´est défendre un individu.
    Tu es un sérieux problème pour toi-même. NULLITÉ evandi musika te.

  19. Chryso45
    1. « il s’agit d’une erreur qui ne change rien dans le fond. Ridicule! Soit! » : Vous passez DE l´ERREUR À LA FAUTE. Si vous admettez qu´il y a erreur, le minimum de s´excuser et on passe (et non de traiter la remarque qui vous sauve de « ridicule ». Euh!).
    (Ce genre d´erreurs arrive souvent quand on est trop focalisé sur certaines catégories, ici tribales. Vous avez visé des noms lubas jusqu´à dégurgiter le « Tshena mu mania to! ». Bon esopi yo grave). Une excuse sincère aurait suffi.
    2. « Y a-t-il le mot « complices » dans mon observation? » : Complice, c´est l´adjectif du substantif « complicité » que vous utilisez BEL ET BIEN.
    3. « Ai-je utilise le vocabulaire ou adjectif « serieux » ? » : Vous n´avez qu´à relire votre première phrase – longue et riche en détails – pour vous en rendre compte.
    4. « Que pigez-vous alors de cette declaration de Tshilombo? N’est-elle pas revelatrice? » : Révélatrice de QUOI ? Et pourquoi ce point ‘discrédite’ les 4 journalistes ?
    5. « Voila les questions qui M’interessent » : Me, ce n´est pas NOUS, encore moins LES (les journalistes). Le fait qu´ils n´aient pas eu même les intérêts que vous ne fait pas d´eux nécessairement de « complices implicites »… Le « mauvais goût », ça ne concerne pas seulement les pantalons, mais aussi le coloriage tribal de tout sujet, la désinformation sur les journalistes…

    1. @Procongo
      Je laisse le soin aux autres intervenants de vous « juger » ou apprecier vos reponses qui sont d’ailleurs tres revelatrices! Soit!
      Et la reponse a ma question posee precedemment et qui est la suivante : Aviez vous compris le sens et contexte du mot « realisme » utilise par oeil du cyclone et pour lequel vous me reprochez d’avoir « ignore »? Si oui, lesquels? Pour vous aider dans la reflexion, je vous pose la question suivante: est-ce par rapport a son intention de ne pas « s’accrocher au pouvoir « ?

Comments are closed.