Félix Tshilombo Tshisekedi à Bruxelles

Félix Tshilombo Tshisekedi est attendu, lundi 14 mai, à 10 h00, à Bruxelles en provenance de Paris. Dans un communiqué publié samedi 12 mai, André Kabanda Kana, représentant de l’UDPS pour le BELUX (Belgique, Grand-Duché de Luxembourg) demande « à tous les cadres, membres et militants » de lui réserver un « accueil chaleureux » à la Gare du Midi (sortie Tour du Midi).

Elu président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) en date du 30 mars dernier, « Fatshi », comme l’appellent affectueusement ses amis et proches, effectue sa toute première sortie à l’étranger. Le représentant au BELUX de ce parti a promis de communiquer « dès que possible » le programme des activités du successeur de « Tatu Etienne ».

Candidat de l’UDPS à l’élection présidentielle, « Felix » arrive en Europe au moment où la situation politique au Congo-Kinshasa est devenue anxiogène. Les mesures de décrispation contenues dans l’Accord du 31 décembre 2016 sont loin d’être effectives: les prisonniers politiques et d’opinion (Franck Diongo, Jean-Claude Muyambo, Eugène Diomi Ndongala) restent embastillés à la prison de Makala; les exilés sont toujours en exil (cas notamment d’Antipas Mbusa Nyamwisi président du RCD-K/ML et de Moïse Katumbi Chapwe, candidat de la coalition politique « Ensemble pour le changement » à l’élection présidentielle). L’ancien gouverneur du Katanga fait l’objet des poursuites judiciaires dignes de l’époque stalinienne. Les espaces d’expression démocratique sont toujours verrouillés.

La CENI a annoncé l’impossibilité d’enregistrer les Congolais de la diaspora. Une décision qui « heurte » l’article  12  de la Constitution: « Tous les Congolais sont égaux devant la loi et ont droit à une égale protection des lois ».

On espère que le tout nouveau Président de l’UDPS aura à cœur de donner la position de sa formation politique sur tous ces sujets. Sans omettre de fixer l’opinion sur l’ « état de santé » du « Rassemblement » né le 10 juin 2016 à Genval.

Plus préoccupant, à quelques sept mois de la date fixée par la CENI (Commission électorale nationale indépendante) pour les élections, le Président hors mandat et inéligible attise la confusion politique. La mouvance kabiliste ne dissimule plus la volonté de son « autorité morale » de briguer un nouveau mandat.

On cherche en vain cet « arbitre suprême », censé assurer, par la conciliation et la persuasion, le fonctionnement régulier des institutions et la continuité de l’Etat. Le pays ressemble de plus en plus à un baril de poudre. Il ne manque plus qu’une étincelle…

 

B.A.W.

44 réflexions au sujet de « Félix Tshilombo Tshisekedi à Bruxelles »

  1. Merci Procongo,
    En effet, la diaspora a toujours été une nébuleuse. Le cardinal Laurent Monsegwo qui voyage beaucoup en sait quelque chose. Il y a « du tout  » dans cette diaspora. Je vis en Belgique et sais de quoi je parle. Cependant, s’il y a du quantitatif, il y a aussi du qualitatif mais en minorité.
    Une fois de plus merci pour cette réponse très analytique à l’encontre du déviationnisme de certains membres de notre diaspora.

    1. @Armand,

      La diaspora, selon vos dires est une nébuleuse pas très qualitative mais cette nébuleuse de moindre qualité (selon vous) balance en RDC, tous les ans plus que le budget annuel du pays.

      Si les médiocres sur place faisaient autant, on n’en serait pas là.

      La réponse que vous qualifiez de très analytique m’a fait plutôt rire. Croire une seconde que le problème du Congo se pose en terme des bras qui viendraient à manquer sur place en RDC est une ineptie.

      Certains Français reprochaient à CGD d’être à Londres et de ne rien foutre… on connaît la fin de l’histoire.

      A défaut de libérer le pays on fait au moins les WU. Et vous sur place, sur le fameux terrain… que faites vous exactement ?

      1. Muana ya locataire,
        quand vous aurez compris que vous n´avez aucun monopole, vous deviendrez plus humbles, plus respectueux et plus crédibles. Bien de Congolais défendent la cause du Congo dans des instances internationales sans avoir votre arrogance et divisionnisme. Bien de Congolais circulent dans le monde pour rencontrer des décideurs et au Congo pour aider, soutenir, conscientiser le peuple. Vous n´avez aucun monopole et vous n´avez pas plus de patriotisme qu´eux. Déjà quand je vois la manière dont vous tremblez à l´idée de rejoindre Monsengwo sur le terrain, je peux me faire une idée de ce que vous êtes. Aventurier. Mbua ya copal. Mubali-muasi.

  2. Cher Muana Ya Mokolo Lopango,
    Vous n’êtes même pas suffisamment courageux pour révéler votre prénom , auriez-vous assez de courage pour combattre sur terrain. Moi je fais partie de la diaspora. Je travaille comme professeur en Belgique et contribue à soutenir nos familles au Congo par envoi d’argent. Cependant, j’ai beaucoup de respect pour ceux qui se battent sur terrain. Sachez que c’est par la sagesse , la modération et l’inclusion que nous pourrons relever le défi congolais. La difficulté avec vous est que vous ne parvenez pas à mettre un peu d’eau dans vos vins qui sont trop forts. Je partage votre indignation mais je ne peux admettre une méthodologie d’inspiration arabo-palestinienne consistant en la terreur même verbale. Cela nous décrédibiliserait au niveau international. Procongo a raison d’insister sur le fait que la diaspora devrait infiltrer les instances où se prennent les décisions sur le Congo. Ce travail est en train d’être fait et nous ne pouvons en révéler l’état des lieux. La question : pourquoi ne pas chercher des consensus afin de remonter progressivement? C’est cela la voie de l’élite catholique sur terrain au Congo. Et la lutte continue. Nous avons des convergences sur l’objectif mais nos méthodologies divergent. Bien à vous.

    1. Cher Armand,
      vous avez bien dit les choses. Je n´ai rien à ajouter.
      Je saisis l´occasion pour exprimer ma reconnaissance, mon respect et mes encouragements à tous les Congolais SÉRIEUX qui agissent à travers le monde et le Congo pour libérer réellement le Congo. Ces fils et filles du Congo ne sont pas dans le monde publicitaire (makelele ya wenze) et divisionniste.

    2. @Armand,

      Le problème avec vous, les talibans, est que l’échange devient souvent un dialogue des sourds. Le curseur du courage vous le placez au niveau du prénom sur le site internet et d’aller se battre mains nues face aux hommes armés sur le terrain. J’appelle cela bêtise certainement pas courage.

      Mandela avait dit le courage n’est pas l’absence de peur mais la volonté de vaincre. J’ajoute pour vaincre, il faut rester en vie et être utile aux siens.

      Vous n’avez pas compris que ce combat est multiforme avec plusieurs adversaires un peu partout. En RDC, Nous avons des contacts avec certains officiers. Eux, ils nous réclament des moyens pour agir. A aucun moment, ils nous demandent de descendre sur le terrain au motif qu’ils manquent des bras. Ça c’est le slogan idiot des talibans dès que l’on critique le fils à papa (Tatu FATSHI).

      Vous avez un discours qui m’interroge (modération, méthodologie arabo palestinienne, inclusion…). De quoi parlez-vous et quel est votre ennemi à vous les talibans ? Les nôtres sont des tueurs ataviques qui ont déjà massacré plus de 8 millions de nos concitoyens avec la complicité d’autres congolais. Demandez-vous la modération pour ces gens?

      Que savez-vous de ce que les membres de la diaspora font auprès des commanditaires pour conclure que nous avons échoué et nous manquons de courage pour aller sur le terrain.

      Votre cible à vous les talibans est devenue la diaspora parce qu’elle critique votre saint FATSHI. Nous sommes devenus des extrémistes aux méthodes arabo palestiniennes… bref nous sommes pires que les rwandais qui massacres les congolais. Sachez que Nos hommes échouent face au petit nombre des rwandais à cause du tribalisme.

      Pour info, nos partenaires aux usa nous ont informé depuis plusieurs semaines qu’une réunion sera organisée chez atlantic council avec comme invités Votre FATSHI et Katumbi. Une telle réunion est une bêtise sans nom. J’avais été convoqué à la police aux usa, il y a quelques années, pour avoir envoyé un courrier courroucé au patron de cette think thank qui travaille pour Kagame et qui a écrit à la une de new-york Times un article intitulé pour sauver le Congo balkanisons-le.

      Si katumbi qui a eu le ok de Kagame a des bonnes raisons d’aller voir Peter Pham qui bosse pour Kagame, que va faire Votre FATSHI chez les ennemis jurés du Congo ? Quand on va le traiter d’idiot et d’ignare, vous allez avec votre tribalisme talibanesque nous dire que nous sommes des extrémistes.

      Combien de congolais savent le rôle de Peter Pham dans les malheurs du Congo. Et vous osez me parler du terrain ? Je doute que nous ayons les mêmes objectifs.

      1. Muana locataire,
        – Comme Armand, vous l´avez en une courte, mais très claire phrase montré: Les autres peuvent aussi vous taxer de tribaliste. 1/Je ne vois nulle part là où on vous interdit de critiquer. Vous perdez le fil des idées et le déroulement de la discussion. Apprenez à relire. Et vous brillez aussi par le mensonge, car j´ai eu à vous critiquez (autant que les Mamale) sur des articles de Shadary et autres qui n´avaient rien à avec Félix.
        2/ Je ne vois nulle part où moi ou Armand vous avons parlé d´une quelconque appartenance à un parti politique. Vous êtes si ridicule que vous baignez dans des contradictions: je suis Rwandais, je suis de l´Udps, je suis taliban (mot sans sens pour moi)… Apprenez à raisonner et à argumenter avec cohérence au lieu de chercher à catégoriser vos critiques. Et la légereté avec laquelle vous avez mis et Armand e moi (deux personnes qui se parlent pour la 1re fois dans le forum de l´article ci-haut) sous le même qualifiatif est tellement déconcertante que j´ai eu l´impression qu´oza na problème na tête. Vous ne faites que confirmer le premier point d´Armand: votre tribalisme (qui serait même très grave, parce qu´inconscient). Oyo liboma te? Oyebi mutu te, osi olukeli ye ethnie (nationalité)! Personne ne vous a demandé votre ethnie ou votre nationalité jusqu´à preuve du contraire, cher tribaliste inconscient.
        3/ « aller se battre mains nues face aux hommes armés sur le terrain. J’appelle cela bêtise certainement pas courage »: Et quand vous criaillez ‘que les évêques et les opposants disent au peuple que le Congo est occupé, qu´ils appellent le mot au soulèvement (apparemment, bolembi slogan ya rébellion)’, c´est pour qu´ils meurent comme des mouches face à ces mêmes hommes armés? Quelle contradiction ! Au fait, des prétextes pour dissimuler que vous êtes des peureux, des lâches, basi-mibali.
        – Vous n´avez pas le monopole du Congo et de la connaissance pour dire aux autres Congolais avec quels acteurs et décideurs ils peuvent discuter. Je n´ai pas besoin d´appartenir à un quelconque parti politique pour rejeter cette arrogance et cette tendance d´uniformiser les visions. Vraiment, dans un pays de plus de 80 millions d´habitants ! D´ailleurs, bino na 17ans de Kabila, bokutana nani ya malonga et pour quels résultats? Makelele ya wenze. Les uns font la politique, les autres de la résistance. Du côté de la prétendue résistance, ti lelo ZÉRO ACTION digne d´une résistance au Congo. Notre Cardinal Monsengwo vous appelle. Daignez le rejoindre au lieu de continuer de vous cacher derrière des slogans. Votre Mamale concluait son post sur Shadary par « Je crois qu’en définitive, nous devons tous prendre le taureau par les cornes… ». IL CROIT !!! Après 17 ans des massacres par Kabila. Bon, mieux vaut tard que jamais. Passez à l´action. Arrêtez avec vos masapos (« Eux, ils nous réclament des moyens pour agir. A aucun moment, ils nous demandent de descendre sur le terrain au motif qu’ils manquent des bras. »). Vous pouvez aller au Congo pour CONSCIENTISER des gens dans des villes et villages, les PRÉPARER à un soulèvement coordonné. Donc, descendre sur le terrain, ce n´est pas seulement devenir militaires. BREF, l´appel de MONSENGWO reste pertinent. Le Congo est trop vaste et a besoin d´un grand personnel pour a libération. Il vous attend, vous les prétendus résistants. Les non-résistants de la diaspora vont continuer les concertations en Occident (D´ailleurs, ils le font déjà).

  3. Cher Mwana Mokolo Lopango,
    Dans votre texte , il y a un mélange de pertinence et d’émotions que je peux bien comprendre. Nous ne sommes pas ennemis si nous luttons pour le Congo. Nous devons comprendre que si la lutte est multiforme, les stratégies et tactiques devraient aussi être multiformes. Vous parlez du tribalisme, vous pourriez aussi être taxé de tribaliste parce que vous injuriez Felix. D’autres n’admettraient pas Messieurs Dokolo et Katumbi aux motifs qu’ils seraient métissés. Alors comment pourrons -nous unir les énergies pour relever le défi? Encore pour votre information , je ne suis pas de l’UDPS. Vivant et travaillant comme enseignant en Belgique, je ne peux voter au Congo à cause de certaines exigences. Mais observant le microcosme politique Congolais , je fais bénéficier à certains acteurs le bénéfice de mon doute. Bien à vous et bonne compréhension

    1. Cher Muana locataire,
      – Comme Armand, vous l´avez en une courte, mais très claire phrase montré: Les autres peuvent aussi vous taxer de tribaliste. 1/Je ne vois nulle part là où on vous interdit de critiquer. Vous perdez le fil des idées et le déroulement de la discussion. Apprenez à relire. Et vous brillez aussi par le mensonge, car j´ai eu à vous critiquez (autant que les Mamale) sur des articles de Shadary et autres qui n´avaient rien à avec Félix.
      2/ Je ne vois nulle part où moi ou Armand vous avons parlé d´une quelconque appartenance à un parti politique. Vous êtes si ridicule que vous baignez dans des contradictions: je suis Rwandais, je suis de l´Udps, je suis taliban (mot sans sens pour moi)… Apprenez à raisonner et à argumenter avec cohérence au lieu de chercher à catégoriser vos critiques. Et la légereté avec laquelle vous avez mis et Armand e moi (deux personnes qui se parlent pour la 1re fois dans le forum de l´article ci-haut) sous le même qualifiatif est tellement déconcertante que j´ai eu l´impression qu´oza na problème na tête. Vous ne faites que confirmer le premier point d´Armand: votre tribalisme (qui serait même très grave, parce qu´inconscient). Oyo liboma te? Oyebi mutu te, osi olukeli ye ethnie (nationalité)! Personne ne vous a demandé votre ethnie ou votre nationalité jusqu´à preuve du contraire, cher tribaliste inconscient.
      3/ « aller se battre mains nues face aux hommes armés sur le terrain. J’appelle cela bêtise certainement pas courage »: Et quand vous criaillez ‘que les évêques et les opposants disent au peuple que le Congo est occupé, qu´ils appellent le mot au soulèvement (apparemment, bolembi slogan ya rébellion)’, c´est pour qu´ils meurent comme des mouches face à ces mêmes hommes armés? Quelle contradiction ! Au fait, des prétextes pour dissimuler que vous êtes des peureux, des lâches, basi-mibali.
      – Vous n´avez pas le monopole du Congo et de la connaissance pour dire aux autres Congolais avec quels acteurs et décideurs ils peuvent discuter. Je n´ai pas besoin d´appartenir à un quelconque parti politique pour rejeter cette arrogance et cette tendance d´uniformiser les visions. Vraiment, dans un pays de plus de 80 millions d´habitants ! D´ailleurs, bino na 17ans de Kabila, bokutana nani ya malonga et pour quels résultats? Makelele ya wenze. Les uns font la politique, les autres de la résistance. Du côté de la prétendue résistance, ti lelo ZÉRO ACTION digne d´une résistance au Congo. Notre Cardinal Monsengwo vous appelle. Daignez le rejoindre au lieu de continuer de vous cacher derrière des slogans. Votre Mamale concluait son post sur Shadary par « Je crois qu’en définitive, nous devons tous prendre le taureau par les cornes… ». IL CROIT !!! Après 17 ans des massacres par Kabila. Bon, mieux vaut tard que jamais. Passez à l´action. Arrêtez avec vos masapos (« Eux, ils nous réclament des moyens pour agir. A aucun moment, ils nous demandent de descendre sur le terrain au motif qu’ils manquent des bras. »). Vous pouvez aller au Congo pour CONSCIENTISER des gens dans des villes et villages, les PRÉPARER à un soulèvement coordonné. Donc, descendre sur le terrain, ce n´est pas seulement devenir militaires. BREF, l´appel de MONSENGWO reste pertinent. Le Congo est trop vaste et a besoin d´un grand personnel pour a libération. Il vous attend, vous les prétendus résistants. Les non-résistants de la diaspora vont continuer les concertations en Occident (D´ailleurs, ils le font déjà).

      1. @prorwanda,

        Je ne perds pas mon temps avec quelqu’un comme vous. L’échange vole bas, c’est du wast of Time!!! Je vous rappelle que le bilan est de:

        Plus de 8 millions de morts, plus de 4 millions de femmes violées, plus de 4,6 millions de déplacés internes…la série est en cours. Je ne sais pas quel est votre ennemi et contre qui vous vous battez ? Vous semblez vous battre plus contre ceux qui critiquent votre FATSHI le guignol que contre les assassins rwandais qui sévissent au Congo.

        Vous ne me connaissez pas et vous ne savez pas ce que je fais et manifestement vous ne captez rien de ce que j’essaye de vous faire passer comme message.

        Monsengwo et les autres prêtres que vous citez ne sont pas mes références. Moi je n’appelle pas au soulèvement populaire. Ce que dis Monsengwo ne m’oblige en rien. Le meilleur moyen de changer le rapport de force sur place c’est nos frères en uniforme. Eux contrairement à certains idiots ne demandent pas des bras supplémentaires sur le terrain mais des moyens pour agir.

        Nous avons plusieurs fois mobilisé les moyens sans résultat à cause des trahisons et du tribalisme. Pour que la peur change de camps il faut que ces tueurs rwandais aient en face d’eux des congolais armés.

        Libre à chacun d’aller les affronter mains nues. C’est un raisonnement simple que vous n’arrivez même pas à capter. Quand je dis qu’on nous autorise à venir avec nos armes vous ne captez pas non plus le message ( plusieurs de nos FARDC sont désarmés… ).

        Quand je vous dis que les 80 millions des congolais sont majoritaires vous me dites je suis bête parce qu’il y a des femmes et des enfants comme si les rwandais n’ont pas de femmes et d’enfants. Quand je vous précise que dans toutes les catégories (FARDC, PNC, Députés…) les congolais sont toujours majoritaires et là vous me répondez que je suis incohérent parce que ce n’est donc pas 80 millions.

        Manifestement le data Mining ne vous parle pas. Le message est pourtant basique: il y a assez des bras sur place, la diaspora peut apporter les moyens et apporte déjà tous les ans plus que le budget national. C’est donc idiot de demander à la diaspora de venir sur place.

        Quel est le problème et de quoi a-t-on besoin sur le terrain (des bras ou des moyens). Faites une analyse au lieu de balancer un slogan ya bo zoba: bo ya na terrain.

        Qu’importe, si nous, nous ne faisons rien alors vous qui êtes sur place faites. Moi, je suis libre de penser que votre FATSHI ex livreur de pizza fait partie des médiocres. Vos réaction des talibans ne m’impressionnent pas.

Les commentaires sont fermés