Gécamines: Des fûts d’uranium disparus?

Le 3 juin dernier, le porte-parole à la Présidence de la République Tharcisse Kasongo Mwema Yamba-Yamba rendait public l’ordonnance portant nomination les membres de la « nouvelle » équipe dirigeante de la Gécamines. Une semaine après, on apprenait sur les réseaux sociaux, que dix fûts contenant de l’uranium auraient disparu d’un « coffre-fort » de cette ancienne entreprise publique, devenue une société anonyme. A tort ou à raison, certains qualifient ces « révélations » de « pure spéculation ». D’autres restent prudents. Pour ces derniers, « il n’y a pas de fumée sans feu ». Au cours de ces deux dernières décennies, le site uranifère – officiellement fermé – de Shinkolobwe, dans le Haut-Katanga, n’a cessé d’attiser des convoitises. Des faits parlent d’eux-mêmes.

Notre confrère « Katanga Post » qui a été le premier à « lever le lièvre » dit se référer à des « sources sûres » au sein de la Gécamines. Ces sources font état de la « disparition miraculeuse de dix fûts » contenant de l’uranium. Sans précision de date et de lieu.

A en croire ce média, le produit subtilisé aurait déjà été mis en vente pour un montant estimé « à plus d’un milliard de dollars américains ». Où? Qui est le vendeur? Quid de l’acheteur? Triple mystère. Se reportant à ses « sources », notre confrère de suspecter « certaines autorités publiques » d’avoir facilité cette opération. Aucun nom n’est cité.

L’ « information » rapportée par cet organe de presse diffusé sur les réseaux sociaux survient au lendemain de la désignation controversée des membres  du « nouveau » comité de gestion à la Gécamines et à la SNCC (Société nationale de chemin de fer congolais). Les ordonnances signées par le chef de l’Etat ont été chahutées plus à raison qu’à tort.

Il importe d’ouvrir la parenthèse ici pour relever que, d’après un expert, depuis 2012, la Gécamines et la SNCC notamment sont devenues des sociétés commerciales ou anonymes dans le cadre de l’Ohada (Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des Affaires). Selon ce spécialiste, il incombait au ministre du Portefeuille d’écrire aux conseils d’administrations respectifs de ces ex-sociétés d’Etat. Cette dernière démarche devait être précédée par la délibération au Conseil de ministres et la désignation de nouveaux mandataires publics par l’Etat qui est l’unique actionnaire. Les ordonnances présidentielles ne devaient intervenir qu’à ce dernier stade. Pour notre analyste, le seul « mérite » de ces décrets présidentiels querellés est d’avoir mis fin à l’omnipotence d’Albert Yuma Mulimbi sur la Gécamines. Fermons la parenthèse.

« CONGLOMÉRAT D’AVENTURIERS »

Laurent-Désiré Kabila (Mzee)

Revenons à « l’affaire uranium ». Depuis l’arrivée au pouvoir de l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre) le 17 mai 1997, le pays a vu déferler sur son territoire des hommes au parcours énigmatique. Exaspéré par les abus, le Mzee LD Kabila finit par qualifier ces individus hétéroclites de « conglomérat d’aventuriers ». Des aventuriers qui considéraient et continuent à considérer l’ex-Zaïre comme une nouvelle « caverne d’Ali Baba ». L’uranium ne laisse pas indifférent ces flibustiers tapis jusqu’au sommet de l’Etat.

Le 16 janvier 2001, le président LD Kabila meurt dans des circonstances mystérieuses. Le 26 janvier, il est remplacé  par « son fils ».

En mai 2005, le Congo-Kinshasa s’achemine lentement mais sûrement vers la fin du régime de Transition dite « 1+4 » [Ndlr: un Président et quatre vice-Présidents]. Dans une lettre datée du 23 mai 2005 adressée au « titulaire » de l’Intérieur, le vice-ministre de l’Intérieur et décentralisation d’alors, Patrick Mayombe Mumbyoko, tirait déjà la sonnette d’alarme sur les activités de deux sujets libanais, domiciliés à Lubumbashi. Il s’agit de Mohamed Hammoud alias « Momo » et d’Ali Hammoud. Les deux frères exportaient des produits ferreux mais aussi « une quantité importante d’uranium ».

Les deux expatriés furent arrêtés. Des instructions furent données pour leur transfert à Kinshasa. Au motif qu’ils menaçaient la sécurité nationale. Le vice-ministre Mayombe dit avoir observé, par la suite, « une forte agitation » tant au niveau du gouverneur du Katanga de l’époque, Urbain Kisula Ngoy, que de la Présidence de la République où « trônait » Augustin Katumba Mwanke. « L’agitation autour de ces Libanais et le refus du gouverneur du Katanga de les acheminer à Kinshasa prouve à suffisance l’implication des autorités dans les milieux de la présidence de la République dans ce dossier et risque d’accréditer la thèse selon laquelle la RDC est devenue le sanctuaire des terroristes(…)« , conclut Patrick Mayombe.

Au mois de janvier 2006 soit six mois avant le premier tour de l’élection présidentielle, la société « Camec » (Central African Mining and exploration Company PLC) écrit, sous la plume d’un certain Billy Rautenbach, à l’administrateur délégué général de la Gécamines (ADG). L’objet de la missive est sans équivoque: « Développement de Shinkolobwe ».

Pour la petite histoire, Shinkolobwe est cette localité du Katanga où les hauts dirigeants de l’Union minière du Haut-Katanga (rebaptisée Gécamines en 1966) purent extraire de l’uranium qui servit à la fabrication de la bombe atomique larguée à Hiroshima, au Japon.

L’OMBRE DE JAYNET « KABILA »

Jaynet « Kabila »

Zimbabwéen de race blanche, Billy Rautenbach écrit notamment: « Notre société est intéressée par le gisement de Shinkolobwe, sur lequel elle souhaiterait conclure un partenariat avec la Gecamines pour la création d’une nouvelle société ». En grattant un peu, l’ombre de Jaynet « Kabila » apparaît aussitôt.

En lieu et place de l’ADG de la Gécamines d’alors, – le Canadien Paul Fortin -, l’ADGA de l’époque Calixte Mukasa Kalembwe s’empressa de transmettre, par lettre n°487/ADG/2006 du 29 mars 2006, la proposition sulfureuse de la « Camec » au Président de la République. Le « dircab » s’appelle Léonard She Okitundu. « Compte tenu du caractère radioactif des minerais uranifères de ce gisement (…), écrit Mukasa, ce gisement est classé sous le régime de gite à substances réservées dont la mise en exploitation requiert l’autorisation de la haute autorité de l’Etat. Dans ce contexte, (…), la Gécamines sollicite votre accord pour entreprendre et finaliser la collaboration avec le partenaire (sic!), (…)« .

La correspondance de Mukasa est contresignée par l’administrateur directeur… technique Mwema Mutamba. L’ADG Paul Fortin a-t-il été mis à l’écart en connaissance de cause?

Surprise, la présidence de la République donna à Mukasa le « feu vert » en vue  de « convoler » avec « Camec ». En tous cas, c’est ce qu’affirmera Mukasa.

UN CERTAIN JOHN KAHOZI ENTRE TÉHÉRAN, DUBAÏ ET HARARE

Ministre des Mines au moment des faits, autrement dit l’autorité de tutelle technique, Ingele Ifoto n’eut droit qu’à une « copie pour information » de la part de l’ADGA Mukasa. La réaction de ce ministre ne se fit pas attendre. « De prime abord, je tiens à vous rappeler que l’autorité compétente, en cette matière, demeure le ministre des Mines et vous n’êtes pas sans savoir que tout accord de partenariat doit, au préalable, obtenir son accord ». écrit Ingele. Et d’ajouter: « (…), je vous interdis d’amorcer une quelconque démarche tendant à engager des pourparlers avec quelque investisseur que ce soit pour une mise en exploitation du gisement uranifère de Shinkolobwe vu que cette zone est interdite à toute forme d’exploitation par le décret n°04/017 du 27 janvier 2004 portant classement en zone interdite aux activités minières et/où aux travaux de carrière (…)« .

En décembre 2006, « Joseph Kabila » est déclaré « président élu » face à Jean-Pierre Bemba Gombo. Nul ne sait ce qu’allait advenir du « veto » mis par l’ancien ministre Ingele. Les événements qui suivent vont le révéler. 

Dans son édition datée du 17 août 2006, le magazine économique belge « Trends-Tendances » titre: « Le Congo livre-t-il de l’uranium à Téhéran? » Citant le journal britannique de « Sunday Times », Trends note qu’un haut fonctionnaire des douanes tanzaniennes a confirmé à cette publication britannique que les services de douanes tanzaniens avaient intercepté en octobre 2005 de l’uranium qui « provenaient sans le moindre doute de Lubumbashi ».

Se fondant sur ses propres sources congolaises, le journal belge de souligner que des vols directs de Lubumbashi à Mwanza en Tanzanie ont eu lieu. Pour lui, il pourrait donc s’agir du même chargement à moins que deux transports d’uranium se soient déroulés parallèlement au départ du Katanga et au départ de la capitale congolaise.

LE CONGO-KINSHASA LIVRÉ À DES « BANDITS D’ÉTAT »

Se reportant sur des documents en sa possession, Trends de signaler qu’un certain John Kahozi, un proche de « Joseph Kabila », voyagerait entre Téhéran, Dubaï et Harare afin de régler le volet financier de la transaction via les banques iraniennes Melly Bank, Refah Kargavan et Bank Mellat. Les montants auraient été versés dans les comptes de la Fondation Mzee Laurent Kabila au nom de John Kahozi à la Dubaï Islamic Bank. « Mensonges grossiers », réagissait le gouvernement congolais. « Propagande américaine », enchaînaient les autorités iraniennes.

Sarkozy et « Kabila »

De 2001 à 2007, le successeur de Mzee Kabila passait pour le « chouchou » du monde occidental. Ce dernier avait fermé les yeux pour ne pas voir les « turpitudes » de « Joseph » et son « clan ». Des turpitudes que tout le monde voyait. Les relations Kabila-Occident vont commencer à pâlir en 2009 suite au double massacre des adeptes de Bundu dia Kongo et surtout après la signature de fameux contrats chinois.

Début 2009, la firme française « Areva » signa un accord avec « Kabila » pour l’exploitation du gisement aurifère de Shinkolobwe. L’homme d’affaires belge George Forrest et le Français Patrick Balkany, le même, auraient joué le rôle de « facilitateurs ». Des activistes des droits humains ont fait échouer cette convention en dénonçant l’opacité ayant entouré ce « deal » non-précédé par un appel d’offres international.

Les faits révélés par Katanga Post méritent qu’on s’y attarde. Il n’y a sans doute pas de fumée sans feu. Depuis deux décennies, le Congo-Kinshasa a été livré à des « bandits d’Etat ». N’en déplaise à une source lushoise qui a qualifié cette « alerte » de « stupidités ». Au motif , selon elle, que « l’exploitation d’uranium a cessé fin des années 1950, il y a 60 ans ». Une affaire à suivre.

 

B.A.W

16 thoughts on “Gécamines: Des fûts d’uranium disparus?

  1. Tout le monde sait que l’Iran est aujourd’hui dans l’œil du cyclone à cause des sanctions prises en son encontre par les occidentaux qui l’accusent ou le soupçonnent de vouloir se doter de l’arme nucléaire. Donc, la moindre relation avec ce pays dans le contexte actuel du Congo peut entraîner des conséquences incalculables. Si celui qui se fait appeler Kabila et sa fratrie se sont livrés à un trafique aussi dangereux, c’est – j’en suis convaincu -avec la complicité de quelques puissances dont je préfère taire les noms. Il est évident que lîxploitation de l’uranium doit être entourée d’infinies précautions compte tenu de la dangerosité de cette substance sur l’environnement en général et les êtres humains en particulier. Rien que pour cette raison, il est impérativement recommandé aux autorités du pays de suivre cette ténébreuse et rocambolesque affaire de très près. Au passage, je tiens à signaler que l’ex province du Katanga était la vache à lait de pas mal d’individus louches parmi lesquels il convient de citer Katumbi et son frère. Tout ceci se faisait sous la supervision de Katumba Mwanke qui lui même recevait des ordres directement de « Kabila ». Pendant deux décennies, le Congo était une espèce d’eldorado pour toutes sortes d’aventuriers et des bandits de grand chemin. Notre pays servait de champ d’expérimentation en tout genre avec la complicité de certains fils du pays. Il donc urgent de remettre les choses en ordre, si non, nous risquons de replonger dans une situation chaotique. D’ailleurs les interventions de certains compatriotes dans cette rubrique font le lit des ennemis du Congo.

    1. @Elombe,
      Ce que vous dénoncez est toujours d’actualité. Vous conjuguez au passé comme si tout cela est derrière nous. Pour le reste, ce sont des fanatiques aveuglés comme vous qui font le lit des ennemis du Congo. Le génocidaire rwandais surnommé Kabila est devenu le partenaire jouissant de l’impunité totale et concervant toute sa capacité de nuisance.
      Pendant que les congolais se font massacrer, le président nommé est en vadrouille et ne manque pas d’occasion de rendre des hommages nauséabonds au roi de kingakati. Le problème de la RDC n’est pas diplomatique. La diplomatie n’est efficace que quand vous êtes respectés. Personne ne vous respecte quand vous êtes à genoux devant le petit rwanda. L’adhésion à la communauté économique des pays de l’Est officialisera le pillage de la RDC. C’est un piège à cons. La preuve ? Il est tombé dedans !
      Rwandair, courbette devant le mémorial de Kagame, présence de Kagame aux obsèques de son père, demande précipitée à adhérer au machin, incapable de permuter les officiers et soldats stationnés dans l’Est, incapable de lancer l’audit des forces armées, il laisse des kabilistes à l’anr, à l’état major… il nomme un citoyen rwandais (kashantwale) à la tête de La DGM, il assiste les bras croisés à la mainmise des institutions par le fcc, à l’instrumentalisation de la justice (invalidation des députés nommés)…
      Quand on massacre à djugu, il réagit par tweet au lieu de mettre le drapeau en berne et de convoquer le chef d’état Major…
      Bref, il ne fera rien de bon parce qu’il n’a ni vision ni capacité. Autrement dit, il n’a pas le profil du job, voilà ce qui fait le lit des ennemis du Congo.

      1. @Muana ya mokolo lopango,
        On pourrait même ajouter que pendant que les orphelins du Kasaï, souffrant de malnutrition, boivent de l’eau sale des marigots pollués, sa femme se précipite au rwanda consoler des orphelins rwandais.
        Toloba toloba te…

    2. Compatriote Elombe,
      « …Il est donc urgent de remettre les choses en ordre, si non, nous risquons de replonger dans une situation chaotique. D’ailleurs les interventions de certains compatriotes dans cette rubrique font le lit des ennemis du Congo. »
      Vous revenez souvent pointer d’autres qui « feraient le lit des ennemis du Congo » sans jamais remettre en cause votre soutien personnel inconditionnel envers Tshisekedi qui pour moi joue beaucoup en ce moment la carte de l’ennemi via son partenariat avec ‘JK’ et son incapacité conséquente à gouverner pleinement le pays qui.
      En effet qui de ceux que vous visez ferait le lit de l’ennemi parce qu’il ne laisserait pas faire Tshisekedi n’importe quoi sous prétexte d’éviter je ne sais quel chaos alors qu’il est déjà là grossissant jour après jour.
      Ainsi pour moi « remettre les choses en ordre » c’est d’abord se défaire d’une façon ou d’une autre de son deal criminogène car aujourd’hui tout ce que vous dénoncez a encore cours en raison de son alliance qui l’emprisonne…

    3. @Elombe,
      Ces toutes sortes d’aventuriers et bandits de grand chemin sont toujours là. Ils sont devenus les partenaires de votre frère Tshilombo. Oui pour remettre les choses en ordre. Mais ceci doit passer d’abord par remettre en ordre le deal entre votre frère et le gang rwandais qui représente toutes sortes d’aventuriers et bandits opérant au Congo, Ce, sous la supervision du burundais Kamerhe.
      Ndeko na ngai, comment faites-vous pour ne pas voir la réalité ?

  2. Cher BAW,
    Comme toujours, merci pour votre travail assidu rapportant des revelations sur la mal-gouvernance au sommet de notre Pays dans les griffes de la vaste Mafia que dirigent les frangins Tanzaniens Hypo, Zoe et Jaynet Kanambe-Mtwale (les alias « Kabilas ») et leurs valets dont Yuma, Kabwelulu et le pilleur Israelien Dan Gertler. Le sort de l’Uranium decrit ci-dessus est a trouver dans cette Mafia.
    Dans cette meme optique, nous suggerons a vos lecteurs l’article ci-dessous que vient de publier le tres presitigieux quotidien Americain Bloomberg, le meme qui indexe les bradages et vols des avoirs de l’Etat enrichissant la fraterie criminelle des Kanambe-Mtwale.
    Bref, pour ceux qui lisent l’Anglais, ou peuvent le traduire, l’article ci-dessous resume l’apres-Kabila comme etant egal a l’avant-Kabila, et donc met en garde les investissuers etrangers:
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-06-18/don-t-be-in-a-rush-to-do-business-in-world-s-top-cobalt-producer?srnd=premium

  3. Tristounet ! De mal en pis la RDC (République Démocrature du Congo-Kinshasa) sombre dans un monde de « Pandémonium-Hermonie » avec au sommet de l’État failli une paire (ex Taximan de Dar-es-salam et un ex pizzaiolo de Bruxelles) inapte intellectuelle de la pire espèce parachutée par les imperialistes à ce niveau pour tuer les Kongolais, brader les richesses du Kongo, balkaniser la RDC (Rép à démocratiser)…
    LU quelque part pour les Kongolais de 2019 qui ne sont pas Kongophobes « Le saviez-vous ? En 1971, 1 zaïre vallait 2 $ US = 12,62 $ US de 2019.
    Les salaires des Zaïrois de l’époque équivaudraient aujourd’hui à : 70 zaïres = 882 $ US 100 zaïres = 1262 $ US
    600 zaïres = 7572 $ US
    1000 zaïres = 12620 $ US. NB : Jusqu’en 1974
    1 zaïre vallait 2 $ US
    Towuta mosika »
    Cette période « faste » presque insolente du Kongo-Zaïre est la résultante d’une gestion de cité antérieure de bonne gouvernance qui a porté ses fruits car plusieurs sociétés publiques étaient très bien gérées. Et puis vint la Zaïrianisation (1974) et ses expropriations qui conduiront à la Crise (1980)…
    L’impunité étant devenue un mode de fonctionnement de la Kanambie-Kabilie-Tshilombie, les mandataires des sociétés publiques devenues anonymes, privatisées volent, détournent de l’argent à la vitesse de Prost se sachant sur une chaise éjectable car le Peuple Souverain Primaire a démystifié la démocrature-dictocratie (démocratie des fosses communes) installée depuis 2011 par la CIAT (Comité International d’accompagnement et de Transition) soutenu militairement par l’Eufor et la Monusco du machin ONU……
    Jadis fleurons de l’économie Zaïroise, la Gecamines et la SNCC fossoyeés par l’ex Gouv escroc voleur l’homme aux mille identités et passeports « Moses Soriano alias Moïse Katumbi Chapwe sont devenues des poules aux œufs d’or pour des dirigeants politiques Kongolais-Kongorais sans foi ni loi, transformées à des caisses noires qui alimentent les multinationales des pays Occidentaux imperialistes commanditaires et leurs pions Rwando-Burundo-Ougandais sous-traitants, les politiciens Kongolais exécutants en bons traîtres collabos ne récoltent que des miettes sur des milliards que brassent la Gecamines S.A… Sic
    L’âme (corps-esprit) des Talibans jadis Tshisekedistes devenus bêtement Kabilistes-Kanambistes et autres fanatiques aveugles qui cautionnent la farce politico-démocratique au Kongo est vendue au Diable par Tshilombo-Petain le Nécromancien qui a signé un pacte avec la démone Lilith Mamiwata Seris LORETA… Comme une encre indélébile (écriture algorithme) du disque dur d’un ordinateur, chacune de leur empreinte de l’intellect produit le néant, le vide d’esprit dixit Vidye Tshimanga…
    « L’oxymore démocrature est un mot à la mode dans le discours politique, un mot-valise composé de démocratie et dictature. Le slogan est destiné à exprimer une intention critique: telle prétendue démocratie n’est en réalité pas de vraie démocratie » point de citation… Ainsi au Kongo il y a plus que la démocrature-dictocratie (Démocratie des fosses communes), c’est occupation étrangère multiforme, un nouveau paradigme démoniaque où un imposteur usurpateur d’identité nomme un pseudo opposant comme Président protocolaire, tout en comptant des députains et sénacorrompus de son choix… Jusqu’à quand ?… Vive le soulèvement populaire éboulement final… Ainsi soit-il. INGETA

    1. ***Ainsi au Kongo il y a plus que la démocrature-dictocratie (Démocratie des fosses communes), c’est UNE occupation étrangère multiforme, un nouveau paradigme démoniaque où un imposteur usurpateur d’identité nomme un pseudo opposant comme Président protocolaire, tout en COOPTANT des députains et sénacorrompus de son choix… Jusqu’à quand ?… Vive le soulèvement populaire éboulement final… Ainsi soit-il. INGETA***

  4. Rien de nouveau sous le soleil congolais, c’est du déjà vu:
    Déjà en 2006, on signalait que de l’uranium 238 avait été sorti en contrebande des mines de Lubumbashi. Selon les douaniers tanzaniens de l’époque, le chargement était destiné au port iranien de Bandar Abbas. La cargaison radioactive avait été interceptée à Dar Es Salaam en octobre 2005 pendant un contrôle de routine.
    La question que l’on est en droit de se poser aujourd’hui est celle de savoir pourquoi les mêmes méthodes « voyoucratiques » de la kanambie se poursuivent-elles s’il y a réellement eu un changement démocratique et pacifique à la tête de la RD-Congo?

  5. Jaynet « Kabila » est-elle vraiment la soeur jumelle de Joseph « Kabila »? En tout cas, elle a l’air d’etre plutot sa mere. N’est-ce pas? Oui, cette famille a mis en coupe reglee notre pays. Et c’est de notre faute a nous Congolais authentiques.

  6. Nono et Mwana Kolo je ne sais quoi,
    Vous devriez faire un effort pour changer votre disque raillé. Je ne suis l’obligé de personne, encore moins à la remorque de Tshisekedi, c’est le Congo mon pays qui m’intéresse. Vous nous rabâcher en longueur de journée avec des prétendus accords secrets entre celui qui se fait appeler Kabika et Tshisekedi sans apporter un début de preuve. C’est trop facile de jouer au Cassandre derrière un écran d’ordinateur et donner continuellement des leçon de morale. Je ne sais pas ce qu’aurait fait Fayulu dans la configuration actuelle de la situation politique du Congo !!, mais tout compte fait, mon attitude n’aurait pas changé même ci Fayulu avait été proclamé vainqueur en lieu et place de Félix, pour moi l’essentiel, c’est le départ de l’ovni venu d’ailleurs. vos procès d’intention ne me font rien du tout. Vous allez continuer à gloser sur le fait que c’est Kabila qui dirige toujours le pays, je vous laisse la responsabilité de vos affirmations, souffrez que j’aie une autre approche que la votre, c’est mon droit.

    1. @Elombe de je ne sais quoi,
      C’est votre disque qui est raillé en nous répétant à chaque post que les critiques font le lit des ennemis du Congo.
      Quant à l’existence du deal mafieux, merci de vous adresser à kabund qui a affirmé qu’ils ont un accord pour cogérer le pays. Avez-vous vu les termes de cet accord ? Bahati a affirmé publiquement qu’il y a un accord secret entre le roi de kingakati et le président nommé.
      Il y a un document public signé par Néhémie Mwilanya et Kabund faisant référence à cet accord qui à ce jour n’est pas publié.
      Vous semblez être le seul congolais sur terre à ne pas être au courant de ce deal mafieux dont une version non authentifiée a circulé sur les réseaux sociaux.
      Vous voulez le départ de l’ovni mais vous soutenez celui qui l’a transformé en partenaire ? Le partenaire de votre soutien n-a-t-il pas aussi votre soutien ? Les opinions sont libres mais les faits sont sacrés. Les fanatiques aveuglés font le lit des ennemis du Congo,
      Pour info, en lingala Muana c’est avec ua et non wa. Na esprit ya bien.

    2. @Elombe
      # Calmez-vous, svp, personne ne vous reproche d’avoir votre approche des choses mais assumez-la au lieu de vous défausser sans convaincre.
      # Sinon ce n’est dans tous les cas pas moi qui ai inventé le partenariat de notre Tshilombo National, c’est lui-même (et les siens) qui nous l’ont confirmé de vive voix ; ce n’est pas moi non plus qui invente un ‘JK’ toujours maître du jeu, même un aveugle le voit à mille lieues ; ce n’est pas encore moi qui me fais un cinéma sur je ne sais quels scénarii imaginaires d’un Fayulu à la tête du pays, il n’est pas là et contrairement à votre imagination fertile qui veut l’y voir, moi je ne suis pas un auteur de fictions improbables ; je ne suis pas non plus un donneur de leçons, je n’ai rien à enseigner, je défends ce à quoi je crois et ce que je vois…
      # C’est le Congo mon pays qui m’intéresse, moi aussi comme c’est le départ de l’assassin ‘JK » qui m’intéresse, souffrez seulement que je vois cela possible autrement que vous le voyez et surtout on ne fait pas de celui qu’on veut bouter dehors un partenaire, on ne le laisse pas non plus dicter sa loi à une CC qui invalide pour des desseins diaboliques les députés de l’opposition à qui mieux mieux au profit de ceux de son camp…

  7. Chers compatriotes ,ces deux grandes sociètés continuent leur descente aux enfers avec la complicité de mes oncles originaires du Katanga , aujourd’hui la mine de Sodimico à Kasumbalesa est noyée , n’y a-t-il pas d’ingénieurs pour terminer cet accident minier à l’instar de Mulenda Mbo , son exploit du curage de l’usine de Kamoto ,lui avait valu la nomination au poste de P.D.G , qui sont à la tête de toutes ces entreprises au Katanga ? passer à la mairie de Lubumbashi , construite par Moise Tshombe inachevé Jusqu’à ce jour du premier au cinquieme niveau c’est de la crasse ,urines par-ci , odeurs par là , où vont l’argent de taxes ? situation similaire au bâtimenent de la direction générale de la S.N.C.C, une couche de peinture à la direction générale de la GCM a coûté dix millions de dollars USD ! Soixante ans après les indépendances ,on continue à patauger sur place , sans vision si ce n’est que celle du tribalisme, alors que les chinois et indopakistanais profitent ces minérais , le Katangais est distrait.

  8. Errata : Où va l’argent des taxes ? situation similaire au bâtiment de la direction générale de S.N.C.C .

Comments are closed.